Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Line Cottegnies, François Laroque, Jean-Marie Maguin (dir.). Théâtre élisabéthain

Sophie CHIARI
Référence(s) :

Line COTTEGNIES, François LAROQUE et Jean-Marie MAGUIN (dir.). Théâtre élisabéthain. 2 vols. Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1775 + 1862 pages, 2009. ISBN : 978-2-07-011317-0.

Texte intégral

1On connaît — ou l’on croit connaître — Shakespeare. Mais que sait-on de ses contemporains ? Bien peu de choses, en réalité. Une anthologie consacrée au Théâtre élisabéthain vient de paraître, enfin, qui devrait nous inciter à en apprendre davantage. « On aimerait […] faire connaître, peut-être inciter à faire jouer, des pièces majeures et représentatives de ce prodigieux répertoire, encore trop mal connu dans notre pays » (1, xvi). On ne peut qu’espérer que ce vœu formulé par Line Cottegnies dans l’avant-propos du premier volume ne reste pas trop longtemps lettre morte.

  • 1  Outre les trois co-directeurs de cette Pléiade, qui ont eux-mêmes traduit, commenté et annoté plus (...)

2Cette Pléiade en deux volumes regroupe une trentaine de pièces écrites parfois de manière anonyme, parfois en collaboration, depuis le début de la période Tudor (Everyman. L’homme face à la mort, Moralité traduite par François Laroque) jusqu’au règne de Charles Ier (Les antipodes de Richard Brome). Munie d’un solide appareil critique, elle nous propose de lire un théâtre à la fois drôle, cruel, impertinent, pour lequel toute lecture univoque reste vouée à l’échec. Un théâtre certes ancré dans son temps, mais étonnamment libre en dépit de la censure et résolument moderne puisque s’y inscrivent en creux les drames minuscules et majuscules provoqués par les amours déviantes (incestueuses, comme chez Ford, ou homosexuelles, comme chez Marlowe), par la jalousie, la vengeance, la crédulité ou par le pouvoir méprisé, abusé ou galvaudé. Chaque volume est le fruit d’une collaboration réussie entre Line Cottegnies, François Laroque, Jean-Marie Maguin, co-directeurs, et une vingtaine des meilleurs spécialistes français du théâtre de la Renaissance anglaise1. Outre un répertoire et des notices détaillées sur les auteurs et leurs œuvres, suivies d’une bibliographie où figurent quelques études critiques incontournables, l’anthologie comprend également une chronologie et une introduction fouillée qui permettront au spectateur en puissance de retrouver la ferveur de l’époque élisabéthaine.

3François Laroque et Jean-Marie Maguin retracent tout d’abord les origines du théâtre anglais. Origines religieuses, alimentées dès la fin du Xe siècle par l’Ancien et le Nouveau Testament ainsi que par les Vies des saints, qui donnent naissance à un théâtre ambulant et populaire. Cinq siècles plus tard, les Moralités constituent « le premier pas vers une sécularisation du théâtre » (1, xxii). Viennent ensuite les Interludes, qui divertissent la noblesse et égayent les campagnes puisque les troupes partent régulièrement en tournée. Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, des folk plays se jouent encore dans les villages et sont d’ailleurs l’occasion de festivités débridées pointées du doigt par les puritains qui finiront par avoir gain de cause en 1642, année qui marquera la fermeture des théâtres. Les premières décennies règne d’Élisabeth (1558-1603) instaurent un tournant décisif dans l’histoire du théâtre anglais : des tragédies d’inspiration historique sont jouées pour la première fois à la Cour ou dans les universités. Deux heures durant, les spectateurs se délectent bientôt de spectacles parfois sanglants dans des arènes à ciel ouvert.

4Dans l’introduction au second volume, Line Cottegnies commente les nouvelles formes dramatiques qui se développent en Angleterre. Jacques Ier, qui succède à Élisabeth et prend le pouvoir en 1603, est un amateur de théâtre qui prend les acteurs sous sa protection, malgré les violentes attaques des puritains. Bientôt, « la Cour se met en scène pour elle-même » (1, xvi) : la mode est aux Masques, spectacles allégoriques où se mêlent répliques parlées, chants, danses, et où le pastoralisme se conjugue au néo-platonisme. Durant la période caroléenne, le spectacle l’emporte sur le texte proprement dit : la mise en scène, les décors, les ballets rivalisent d’ingéniosité. Bientôt, avec l’interdiction des spectacles, c’est toute une industrie qui disparaît. « Le théâtre », nous dit Line Cottegnies, « a achevé sa mue : d’un art de l’éphémère […], il est devenu texte à lire et œuvre à collectionner » (2, xlii).

5À l’exception de La Duchesse d’Amalfi (1613), revue et corrigée par Gisèle Venet, toutes les pièces proposées font l’objet d’une traduction nouvelle, résolument tournée vers la modernité et le théâtre. Ici, nulle rhétorique archaïsante, nulle métrique ennuyeuse et régulière. Les sous-entendus obscènes ne sont pas même contournés par souci de bienséance. Les bijoux, « jewels », renvoient à l’organe sexuel, le sang, « blood », à l’appétit sensuel, la piqûre d’épingle, « prick », au sexe masculin, le coup violent, « clap », à la vérole. La cruauté chère à Artaud n’est pas éludée. Lorsque le traducteur est défait par la polysémie de l’anglais, les notes situées en fin de volume rétablissent la subtilité du texte, comme dans La tragédie de l’échange (1622) de Thomas Middleton et William Rowley, où le jeu sur le mot « lie » (« se mettre au lit » mais aussi « mentir », en anglais) de l’acte IV n’apparaît plus dans la version française. La formidable copia de la Renaissance renaît donc sous la plume de traducteurs conscients de l’enjeu d’une telle publication : faire aimer ce théâtre non pas à ceux qui le connaissent déjà, mais à tous les autres, nombreux, que l’idée d’écrits poussiéreux rebutent à juste titre. La langue est vive, les répliques cinglantes, et Marie-Anne de Kisch et François Laroque s’en font l’écho dans une comédie élisabéthaine célèbre en son temps  : « Voyons, Harry, as-tu jamais vu qu’une femme puisse retenir à la fois sa langue et ses mains ? Non. Ca arrivera quand les poules auront des dents et que ta jument grise jouera du biniou ! » (4.2.36-39), s’exclame Rafe, l’un des personnages de Frère Bacon et frère Bungay (1589-1590) de Robert Greene.

6Cette langue parfois crue aime l’excès, se délecte de la fanfaronnade, mais sait aussi verser dans l’énigmatique ou l’érotique, et les « différentes couleurs de style » (1, 1630) propres au théâtre de la Renaissance mettent en valeur les nombreux paradoxes que se plaisaient à manier les contemporains de Shakespeare. Des contemporains qui dénoncent « le vice lui-même dans sa dorure » (John Marston, Le Malcontent,  3.2.40), mais ne renoncent pas pour autant à l’exploiter, à le mettre en scène et, en fin de compte, à le sublimer : c’est ce qui fait horreur qui attire. Dans Pouvoirs de l’horreur (1980), Julia Kristeva a défini ce phénomène en parlant d’abjection, affect qu’on peut situer à mi-chemin de la répulsion et de la fascination. Au fil des pièces, on s’aperçoit que « les détails de la peinture psychologique » (1, 1563) qui faisaient défaut à la première génération du théâtre élisabéthain sont en fin de compte ceux-là même qui rehaussent l’éclat de tragédies plus tardives comme La tragédie de l’échange dont Nathalie Rivère de Carles souligne la complexité dès le titre même, puisqu’en anglais, le mot « changeling » renvoie à l’inconstance, à la substitution, à la magie, à l’imbécilité, voire à la figure de l’hypallage, que le grammairien et pédagogue George Puttenham (1529-1590) désigne également sous ce vocable (2, 1766).

7Pari gagné, donc, pour cette Pléiade en deux volumes qui ne donne pas simplement envie de lire le théâtre élisabéthain.Bien davantage, elle donne envie de le voir et de l’entendre. Avis aux metteurs en scène !

Haut de page

Notes

1  Outre les trois co-directeurs de cette Pléiade, qui ont eux-mêmes traduit, commenté et annoté plusieurs pièces, on trouve par ordre d’apparition : Anny Crunelle-Vanrigh, Francis Guinle, Robert Ellrodt, Marie-Thérèse Jones-Davies, Pierre Iselin, Christine Sukic, Jean-Pierre Villquin, François Maguin, Paul Bacquet, Michèle Willems, Georges Borias, Raymond Willems, Marie-Anne de Kisch, Yves Peyré, Gisèle Venet, Nathalie Rivère de Carles, Agnès Lafont, Michel Bitot, et Christophe Camard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie CHIARI, « Line Cottegnies, François Laroque, Jean-Marie Maguin (dir.). Théâtre élisabéthain », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/1010

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org