Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Tom Hayden, Ron Sossi et Franck Gordon. Voices of the Chicago Eight. A Generation on Trial

Hélène CHRISTOL
Référence(s) :

Tom HAYDEN, Ron SOSSI et Franck GORDON. Voices of the Chicago Eight. A Generation on Trial. San Francisco : City Lights Books, 277 pages, 2008. ISBN-13 9780872864955

Texte intégral

1La commémoration annoncée du cinquantième anniversaire des années soixante en 2010 est déjà lancée grâce à la publication d’ouvrages qui rappellent ou remettent en perspective ces années de bruit et de fureur. Période riche en mouvements sociaux aux Etats-Unis et en Europe, soumise à des lectures contradictoires et qui se prête à des débats jamais vraiment éteints. City Lights, maison d’édition bien connue de San Francisco, fondée dans les années cinquante par un certain nombre d’écrivains, intellectuels ou poètes qui furent aussi partie prenante de ces mouvements, a décidé de donner la parole à l’un des représentants les plus illustres de cette décennie, Tom Hayden.  Outre The Tom HaydenReader(Writings for a Democratic Society : The Tom Hayden Reader, San Francisco : City Lights, 2008), elle publie un ouvrage, Voices of the Chicago Eight, qui étudie le fameux procès des huit de Chicago entamé en 1969. Huit représentants des différentes tendances de ce que l’on nommait globalement « le Mouvement » y furent jugés et condamnés pour leur participation aux émeutes qui avaient éclaté dans les rues de Chicago lors de la convention démocrate de 1968.

2Tom Hayden était l’un des prévenus, et son expérience et ses analyses servent de fil rouge aux différentes parties de l’ouvrage. Auteur de la préface qu’il intitule ironiquement « The Conspiracy Lives » (le procès fut aussi appelé « conspiracy trial »), il souligne l’aspect paradigmatique d’un procès qui, véritable chambre d’écho, résonna des confrontations politiques, culturelles, sociales, voire raciales, de la décennie. Les huit accusés avaient en effet chacun œuvré sur les diverses scènes de l’action militante. Le procès fit ainsi comparaître Bobby Seale, Panthère Noire et organisateur communautaire, Abbie Hoffman et Jerry Rubin, Yippies et chantres de la contre-culture, Dave Dellinger, pacifiste de longue date, John Froines et Lee Weiner, membres du comité de mobilisation contre la guerre du Vietnam et enfin Hayden et Rennie Davis, fondateurs de SDS (Student for a Democratic Society) et activistes de la Nouvelle Gauche, impliqués dans divers mouvements communautaires et anti-guerre de l’époque.   Ils furent inculpés et condamnés au titre d’une sorte de loi anticasseurs, l’Anti-Riot Act, présentée en 1968 par le sénateur de Caroline du Sud, Strom Thurmond à la suite des violences déclenchées par l’assassinat de Martin Luther King. Cette loi interdisait que l’on se rendît d’un état à un autre dans l’intention d’inciter les populations à l’émeute et punissait les auteurs de ce crime fédéral de cinq ans de prison et d’une amende.  La préface présente un double intérêt, historique certes, car elle rappelle le climat de violence et les événements politiques et sociaux de l’année 1968.  Mais aussi réflexif, car Hayden se penche sur les rapports souvent difficiles entre histoire et mémoire pour tirer un bilan de l’impact des années soixante sur les réformes des années soixante-dix, sur ses propres choix à la suite de l’annulation de sa condamnation de 1969 et sur des événements plus récents, y compris l’élection présidentielle de 2008 et la guerre en Irak.

3Cette voix informative et réflexive se retrouve dans la deuxième partie de Voices of the Chicago Eight qui se déroule en cinq chapitres, chronologiquement ordonnés, depuis les violences du printemps de 1968 et les affrontements dans les rues de Chicago jusqu’au procès lui-même, l’analyse du verdict et les suites judiciaires.  Pages denses, vivantes, précises, où la voix est à la fois celle du journaliste, du témoin, du meneur et de l’acteur. Le lecteur est introduit au cœur même de l’action ou dans les coulisses des discussions qui, au sein du mouvement, ont préparé les décisions et organisé les manifestations de Chicago.  Pour évoquer le procès, Hayden choisit quelques moments clés, tels la sélection des jurés ou l’épisode de Bobby Seale, à qui l’on interdit d’assurer sa propre défense en l’absence de son avocat et qui fut enchaîné et bâillonné sur sa chaise, car il refusait de se taire. La description classique de ces journées d’août 1968 et du procès de Chicago fait revivre avec une grande intensité les événements violents qui caractérisèrent la clôture des années soixante.  Hayden ne renie pas ses engagements pendant cette fin turbulente d’une décennie agitée, mais en cherche constamment le sens et l’explication. Il les trouve dans la violence de la répression et des assassinats politiques, dans les horreurs de la guerre au Vietnam, dans le décalage entre les espoirs de la grande promesse des idéaux américains et l’apathie, puis l’hostilité de ceux qui les avaient fait miroiter à leurs enfants, si bien que l’on se demande parfois quelle est véritablement la génération « on trial » qui donne son sous-titre à l’ouvrage. Dans la voix militante du contestataire de la Nouvelle Gauche perce parfois un ton désenchanté qui laisse présager les nouvelles orientations de Hayden après 1970.  Conscient des divisions au sein du groupe des huit, critique de certains excès de ses compagnons, Hayden s’en démarque en se présentant comme « the most cautious of the defendants, wanting to reach the jury by pursuing a thorough, rational defense, combined with a public-education campaign » (239).  Tout en reconnaissant que face à la violence de la police et de l’armée à Chicago, il a pu, en 1968, sous le coup de la colère, manquer de réalisme et de raison, en 2008, il refuse plus ouvertement de s’identifier au romantisme et aux débordements de certains adeptes de la contre-culture ou de la gauche la plus radicale qui s’exprimèrent lors du procès. L’allusion à Camus et à son analyse des échecs de la politique du ressentiment montre sans doute le chemin qui a mené le rebelle des années soixante au sénateur réformateur de Californie.  

4Pour retrouver les dérapages voulus et les provocations qui émaillèrent les débats et transformèrent, pour reprendre les termes employés par de nombreux témoins et par Hayden lui-même, le procès de Chicago en théâtre ou en cirque, il faut en fait se tourner vers la première partie de Voices of the Chicago Eight, qui offre le texte d’une pièce de théâtre, montée à Los Angeles en 1979 à partir des minutes du procès.  Mise en scène par Franck Condon et produite par Ron Sossi, elle s’appuie sur quelques-uns des moments les plus étonnants des témoignages et des dépositions. Elle choisit de rappeler par exemple l’interrogatoire de Ginsberg, qui commenta devant un procureur médusé ses expériences mystiques lors des nuits de Chicago, chanta quelques OMs (on l’arrêta à quatre) et termina sa déposition par la lecture de son poème « The Night Apple », lequel tentait de retranscrire l’extase d’un «  wet dream ». La pièce  met aussi en scène les fameuses répliques d’Abbie Hoffman se présentant comme un orphelin de l’Amérique et citoyen de Woodstock, les erreurs du juge, Julius Hoffman, incapable de prononcer correctement le nom de l’un des avocats, mais expert pour limiter les droits de la défense, les interventions des témoins qui transformèrent le procès en Kulturkampf à l’américaine, les réactions de la salle qu’il fallut évacuer plusieurs fois.  Condon reprend longuement en conclusion les discours des prévenus au moment de leur condamnation à la prison. Théâtre militant, politique, qui s’inspire largement du texte des greffiers, et donne donc un espace aux tactiques subversives et transgressives de la contre-culture pour déstabiliser l’institution judiciaire et en souligner les techniques répressives.  On peut cependant remarquer que la pièce reste en deçà du compte rendu même des séances qui peut être consulté dans l’ouvrage intitulé ironiquement The Tales of Hoffman, paru en 1970 et reprenant verbatim et quasi intégralement les minutes du procès (The Tales of Hoffman, ed. from the official transcript by Mark L. Levine, George C. McNamee  and Daniel Greenberg, Bantam Books, 1970).  Parfois, la réalité dépasse toute fiction, même théâtrale.  Peut-être aurait-il suffi dans cette partie du livre de simplement citer des extraits de ces minutes dont la force dépasse n’importe quel texte de fiction, même s’il s’en inspire fidèlement.  

5L’ouvrage de City Lights porte donc bien son titre.  Il donne à entendre un concert de voix, parfois discordantes, de cette génération qui laissa son empreinte sur la politique et la culture américaines. Les émeutes de Chicago et le procès qui les suivit reflétèrent parfaitement ce mélange de confrontations, de créativité, de militantisme et de spontanéité qui définirent la décennie tout entière. Le choix de combiner en un seul ouvrage plusieurs formes d’expression, l’essai politique, le témoignage, le théâtre, la réflexion plus personnelle, l’autobiographie, permet d’examiner l’objet étudié, ce procès des huit, sous des angles différents et parfois contradictoires, sans perdre de vue, grâce à cette nécessaire polyphonie, les différents aspects d’une époque en train de se clore. Restent à la fin du livre deux codas qui retrouvent la voix de Hayden : l’une qui ferme le récit en 1969, pessimiste et nostalgique : « It was winter in America. The sixties were over » (267), l’autre plus optimiste, en décembre 1973, ouverte sur l’avenir alors que Hayden quitte le tribunal qui vient de le libérer, avec son fils de six mois dans les bras : « For that brief and unexpected moment, everything seemed possible » (271), conclut-il.  Les pères ont certes trahi et le mouvement n’a pas rompu l’aliénation qui sépare le fils de son père, comme en témoigne l’une des dernières scènes du livre qui met en scène le propre père de Hayden, muré dans son silence. Mais les nouveaux pères portent leurs fils comme des défis, et c’est dans cet entrelacement du politique et du personnel, de la colère et de l’espoir, que la fin du récit de Hayden capte aussi sans doute un peu de l’esprit des années soixante.

6Voices of the Chicago Eight est donc un ouvrage à lire pour ceux qui veulent retrouver et mieux comprendre cet esprit.  Pour ceux aussi qu’intéressent l’institution judiciaire et ses éventuels dysfonctionnements, surtout lorsqu’elle est confrontée à certaines formes de dissidence en période de troubles politiques et sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène CHRISTOL, « Tom Hayden, Ron Sossi et Franck Gordon. Voices of the Chicago Eight. A Generation on Trial », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1015

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org