Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pascale Sardin. Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre

Jean-Christophe MURAT
Référence(s) :

Pascale SARDIN. Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre. Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, collection. « Couleurs Anglaises », 2009. ISBN-13 978-2-86781-588-1

Texte intégral

1La parution d’un ouvrage critique sur Samuel Beckett tombe évidemment à point nommé, puisque certaines des grandes pièces de ce dramaturge figurent au programme de deux concours de recrutement (session 2010) : Endgame pour l’agrégation externe d’Anglais, En attendant Godot et Oh les beaux jours pour l’agrégation externe de Lettres modernes. Il serait pourtant erroné de voir dans le livre de Pascale Sardin une publication « opportuniste » à destination des seuls candidats des concours. La perspective de Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre combine en effet deux exigences a priori incompatibles : celle de « Couleurs Anglaises », qui se propose, selon les mots de son directeur de collection Bernard André Gilbert, « d’être le lieu où un public français aussi vaste que possible se verra faciliter l’accès à une littérature qui s’affirme comme l’une des plus brillantes de notre époque » ; celle, plus pointue, d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche à un lectorat averti, déjà spécialiste de l’œuvre de Beckett. La réussite de cette double exigence tient en grande partie à l’approche extrêmement claire de Pascale Sardin qui, en évitant toute métalangue inutilement hermétique, parvient à retenir de bout en bout l’intérêt du lecteur.

2Relativement court (120 pages hors chronologie et bibliographie), l’ouvrage se découpe en cinq grands chapitres : « La passion des langues », « Au commencement était la mère », « Du matriciel au refus d’hériter », « L’hystérie à l’œuvre », « De ‘l’enfance de l’art’ à un art enfant », auxquels s’ajoute un chapitre de conclusion intitulé « De décadence en descendance ». L’idée directrice du livre repose sur la thèse du psychanalyste autrichien Otto Rank, dans son étude de 1924, Le traumatisme de la naissance, influence de la vie prénatale sur l’évolution de la vie psychique et collective. Rank diverge de Sigmund Freud sur un point fondamental. Alors que ce dernier place le complexe d’Œdipe au centre du développement affectif et psychique de l’individu, Rank affirme que l’expérience du fœtus, enfermé dans le ventre maternel, seul et démuni, laisse des traces indélébiles sur le futur individu. Le fœtus est condamné à percevoir des sons et des voix sans pouvoir distinguer le monde extérieur, sans pouvoir se faire entendre en retour. Le souvenir – largement inconscient bien sûr – de cet isolement forcé, puis celui de l’expulsion douloureuse du monde utérin, constituent la « seule motivation à écrire » de Beckett selon son propre aveu. C’est ainsi que l’écrivain « dessine de texte en texte un espace liminaire entre tombeau et monde utérin » (12). On songe naturellement à la fameuse tirade de Pozzo dans les dernières pages de En attendant Godot : « Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un instant, puis c’est la nuit à nouveau. » (Godot, 126). Cette expulsion hors d’un lieu obscur, confiné et angoissant se répercute dans le désamour de Beckett pour l’Irlande, sa terre natale, et dans celui, plus ambigu, pour sa propre mère. Pascale Sardin s’attache alors à montrer comment la fascination de Beckett pour les langues étrangères répond essentiellement à un besoin de mettre la langue maternelle à distance, et de s’approprier comme bon lui semble des langues – le français notamment – non marquées du sceau parental. Le premier chapitre, qui pose très clairement la problématique d’ensemble, passe par un rappel utile, bien que les faits soient déjà largement connus des spécialistes de Beckett, du parcours géographique et artistique de l’écrivain lors de ce qu’il est convenu d’appeler ses années de formation : sa rencontre déterminante avec Joyce et les surréalistes à Paris, sa lecture de Freud et sa cure psychanalytique à Londres. Les rapports à la fois théoriques et personnels de Beckett avec la psychanalyse conduisent Pascale Sardin à inscrire l’œuvre de cet écrivain sous le signe du symptôme, en particulier de l’hystérie, dont elle fait son principal « paradigme de création » (35). Elle clôt le chapitre un par une définition de la « déhiscence », cette dissociation hystérique entre le sujet et le monde, les mots et les choses, qui est au cœur même de l’esthétique de Beckett.

3Plus brefs et plus ciblés, les chapitres suivants analysent un aspect particulier, mais toujours représentatif, de l’écriture beckettienne. Le chapitre deux s’intéresse surtout au phénomène de la parturition. Toujours influencée par la thèse de Rank, Pascale Sardin démêle de façon convaincante les liens entre l’événement traumatisant de la naissance et la dimension mortifère de la mère, maudite, dévalorisée, mais aussi objet de compassion lorsque à son tour elle attend la mort. Cette ambivalence constante explique pourquoi, si l’engendrement apparaît toujours comme détestable chez Beckett, il est aussi aux fondements de l’idée de création artistique. Pascale Sardin convoque ici les analyses de Julia Kristeva qui, dans Pouvoirs de l’horreur, suggère que la mère « donneuse de vie – arracheuse de vie, [est] condition de l’écriture, car la vie donnée sans infini aspire à trouver son supplément de dentelle en paroles » (Kristeva, 189). Le chapitre trois jette un pont entre la problématique de l’engendrement et celle de la généricité, en montrant comment la dimension métathéâtrale ou métafictionnelle des œuvres de Beckett pose une fois encore la question du matriciel. Celle-ci préside à toutes les distorsions pratiquées par le dramaturge-romancier, et joue un rôle clé dans l’utilisation de plus en plus marquée de la « déhiscence ». La dissociation du sujet et du monde extérieur explique « l’insularité programmatique » (70) des textes de Beckett, qui fonctionnent en circuit fermé et dont le principe génératif est l’aléatoire. En recourant sans cesse à l’intertextualité mais en taisant le plus souvent l’origine des citations, l’auteur affirme son refus d’hériter ; il « épuise toutes les matrices pour n’en garder aucune » (71). Le chapitre quatre revient en détail sur le phénomène clinique de l’hystérie et sur ses rapports avec la création. Le matriciel hystérique est perceptible à travers la topologie des textes de Beckett, qui tous mettent en mots ou / et en scène des lieux clos, sombres, aveugles, où les corps se tiennent accroupis, allongés, et où la langue émet une « littérature ventriloque » (84), au sens où elle vient de l’utérus. C’est la dimension utérine du texte qui facilite le goût des personnages de l’auteur pour la régression, la retombée en enfance, à l’instar de Molloy dans la trilogie romanesque, ou de Nagg dans Fin de partie. Le jeu, l’activité par excellence de la petite enfance, revêt aussi et surtout un aspect linguistique, lorsque Beckett triture la langue et la transforme en un matériau sonore et grammatical propice à toutes les manipulations, indépendamment des règles de la réalité extérieure. De par la contradiction apparente qui les anime entre hermétisme et simplicité extrêmes, et parce qu’ils font appel autant au « ressentir » qu’au « réfléchir », les textes de Beckett placent le récepteur « en position d’entrevoir ou de deviner le fonctionnement de l’inconscient » (113). Dans un dernier chapitre de conclusion, Pascale Sardin s’interroge sur l’impasse que constitue le concept même de descendance littéraire pour cet auteur qui n’a jamais cessé de désavouer toutes les traditions et tous les héritages. Le seul legs que revendiquent aujourd’hui les « enfants » de Beckett, c’est justement la contradiction impossible à résoudre entre le refus du récit et de la représentation, et la nécessité inéluctable de dire et de représenter.

4Ce résumé de Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre a pour but de souligner la grande limpidité de l’étude, dont les qualités essentielles sont la cohérence du discours critique et le souci de renouveler des pistes d’interprétation a priori connues des spécialistes de l’auteur. On peut au premier abord regretter que la chronologie sélective en fin d’ouvrage ne mentionne pas certaines sources secondaires intéressantes, comme par exemple le livre de Hugh Kenner (A Reader’s Guide to Samuel Beckett. London: Thames & Hudson, 1973), qui met l’accent sur la dimension solipsiste de l’imaginaire de Beckett, ou celui de Charles R. Lyons (Samuel Beckett. London : Macmillan, 1983), qui s’intéresse essentiellement aux rapports phénoménologiques entre conscience de soi et perception du monde – deux champs d’investigation propres à compléter l’analyse de l’hystérie. Mais Pascale Sardin a pris le parti de ne choisir (à l’exception de Theodor Adorno, cité dans une édition de 2008 mais dont le texte original est bien antérieur) que des études postérieures aux années 1980.

5En conclusion, l’auteur de ce compte rendu de lecture ne peut que saluer le travail passionnant et très rigoureux de Pascale Sardin, qui laisse augurer d’un bel avenir pour la collection « Couleurs Anglaises » et pour tous ses collaborateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe MURAT, « Pascale Sardin. Samuel Beckett et la passion maternelle ou l’hystérie à l’œuvre », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/1018

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe MURAT

Lerma - Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org