Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Jean-François Vernay. Panorama du roman australien. Des origines à nos jours, 1831-2007

Michel FEITH
Référence(s) :

Jean-François VERNAY. Panorama du roman australien. Des origines à nos jours, 1831-2007. Paris : Hermann, coll. « savoir lettres », 250 p., dont 228 p. de texte + chronologie, bibliographie, index, 2009. ISBN 978 2 7056 6803 7.

Texte intégral

1Le présent ouvrage fait œuvre utile. Selon l’éditeur – et une rapide recherche sur Internet semble le confirmer – il s’agit de la première histoire du roman australien parue en langue française. Vu l’importance de ce domaine littéraire et la notoriété de certains de ses écrivains, cette parution est une bonne nouvelle.

2Cependant, afin de pouvoir évaluer ce « panorama », il peut être utile de se demander à quels types de publics il est susceptible de s’adresser, et quelles sont les attentes de chacun d’entre eux. Hypothétiquement, nous en dégagerons trois. Tout d’abord, le lecteur novice mais curieux, qu’il dépende des traductions ou soit capable de lire en version originale : son désir le portera sans doute vers un tableau général, une vision synoptique des grands mouvements littéraires, et des pistes de lectures le guidant vers des auteurs ou des ouvrages d’un intérêt particulier. En un mot, une introduction à lire partiellement pour elle-même, et qui donnera envie, par le traitement et par le style, de se pencher sur les œuvres qu’elle présente. Un second type de public réunira les « amateurs éclairés », qui ont une connaissance non nulle, mais parcellaire de l’Australie et de sa littérature, et chercheront à la fois des éclairages mettant en relief ce qu’ils connaissent, et des compléments destinés à leur permettre de combler leurs lacunes. Enfin, les spécialistes ne trouveront intérêt à une telle entreprise que si elle se différencie des histoires littéraires déjà écrites en anglais, par une synthèse conceptuelle originale.  

3Précisons, en incise, que c’est à la seconde catégorie qu’appartient l’auteur de cette recension. Ni novice, ni spécialiste, ce lecteur paraît constituer, peut-être par défaut, le « cœur de cible » de l’ouvrage. En effet, si un certain encyclopédisme et une très bonne connaissance du sujet sont les principaux points positifs de ce travail, il faut bien avouer que la conceptualisation, la capacité de synthèse, et surtout l’originalité, sont loin d’en constituer les caractéristiques principales. Le spécialiste n’y trouvera pas son compte. Quant au novice, il appréciera la précision des références, la concision des analyses, ainsi qu’un tableau qui devient plus riche et complet dès que l’on aborde les années 1960 et la période contemporaine. Il faut dire que cette période est à la fois le véritable domaine de compétence de l’auteur, qui a publié un ouvrage sur Christopher Koch, et le moment où le nombre des écrivains et la qualité de l’écriture ont connu en Australie une croissance exponentielle. Par contre, ce même lecteur pourra déplorer l’insuffisance du cadrage historique, souvent brossé par petites touches trop disséminées ; une tendance, combattue certes, mais pas toujours efficacement, à l’effet-catalogue ; et une certaine platitude du style, hommage involontaire à celle du « cœur rouge » du continent.

4C’est donc à un ouvrage de « vulgarisation » que nous avons affaire. Les contraintes éditoriales d’une telle entreprise, destinée à un public large, donc disparate, doivent nous inciter à l’indulgence. Il faut bien souvent faire un compromis entre la longueur allouée au texte – et donc le prix de vente de l’ouvrage – et la profusion de la matière. J.-F. Vernay a fait des choix, dont certains sont très heureux, en ce qu’ils lui ont permis de ne pas avoir à renoncer à l’ambition « synoptique » (p. 11) et encyclopédique de son propos. C’est ainsi qu’à une lecture centrée sur quelques grands thèmes, ou à l’étude de quelques grands auteurs, il a préféré l’optique de l’histoire littéraire, mieux à même de saisir les évolutions et les filiations. La présentation du Panorama est un bel exemple de formation de compromis entre les contraintes matérielles et le désir de dire. Le développement linéaire des chapitres est interrompu par des encarts d’une pleine page en petits caractères, nommés « gros plans », « contre-plongées », ou « panoramiques », qui « font le point » sur un livre ou un auteur dignes d’attention, de façon plus détaillée que les cursifs résumés trouvés dans le corps du texte. Le va-et-vient entre les deux formats est aisé, et les précisions bien venues, malgré un abus, gratuit mais inoffensif, de la métaphore cinématographique. Un autre avantage comparatif de l’ouvrage est sa nouveauté chronologique : il tient compte de la production la plus récente, jusqu’à l’année 2007.

5Le découpage en chapitres est, lui, moins convaincant. Il ressemble à un hybride entre une périodisation historique et un regroupement thématique, ce qui induit des chevauchements et des répétitions. Par exemple, la période 1966-1980 est caractérisée par « La littérature des minorités dans l’ère cosmopolite » (Chapitre 5), et le chapitre suivant est consacré au « Postmodernisme et [aux] nouvelles tendances (1981-2007). Il est évident que les minorités n’ont pas arrêté d’écrire en 1980 pour laisser la place à leurs collègues postmodernes ; d’ailleurs, une section consacrée aux écrivains aborigènes se trouve dans les deux chapitres, même si cette écriture n’est pas du tout présentée – peut-être à tort – comme postmoderne ou « nouvelle tendance ». En plus de cette maladresse d’étiquetage, c’est la différence de traitement entre les périodes considérées qui peut poser problème. Les chapitres font tous de 15 à 25 pages, souvent en raison inversement proportionnelle à leur éloignement dans le temps, mais le dernier, consacré à la période 1981-2007 en comprend à lui seul presque 90. Il est évident que ce déséquilibre reflète en partie de fortes disparités dans la production romanesque entre, d’une part, les périodes coloniale ou proto-nationale et, de l’autre, l’actualité récente. Mais, à l’évidence, notre auteur est bien plus à l’aise dans le traitement de la littérature australienne très contemporaine, que dans celui du passé. C’est aussi la période qui nécessite le moins d’explications contextuelles, car la littérature australienne, tout en conservant certaines de ses thématiques de prédilection, est entrée de plain-pied dans l’internationale postmoderne.

6Le principal défaut de l’ouvrage est de s’en tenir au niveau descriptif, d’éviter trop souvent les questionnements et les interrogations. C’est peut-être l’une des lois du genre que cette approche chronologico-thématique, incollable sur les faits et donc utile aux étudiants de premier cycle, mais qui pourtant reste en-deçà de l’activité critique, par défaut de problématisation et frilosité dans l’interprétation.

7La question du cadrage, générique comme critique, est essentielle. Lorsqu’il s’agit d’histoire littéraire, la limitation à un genre, en l’occurrence le roman, est artificielle, comme le montre le passage dédié à la fameuse « controverse dite Lawson-Paterson » (48), dont l’enjeu était la nature de la représentation canonique du bush dans la littérature australienne. Un tel débat, dont l’impact sur les romanciers a été considérable, mettait aux prises un poète et un nouvelliste, l’arène de la critique littéraire (réalisme contre romantisme) se superposant avec celle de la form(ul)ation de l’idéologie nationale. Pour être complet, il fallait poser la question du rôle et de la fonction du travail artistique – englobant fiction, poésie, peinture, etc. – dans l’élaboration des représentations nationales, et se faire l’écho des débats actuels en Cultural Studies australiennes. C’était tout le chapitre 2 qu’il fallait remanier, afin de saisir la nature et les enjeux véritables de ces débats passionnels et de cette « mythologie du bush » (49), au lieu de se contenter d’un compte-rendu relativement descriptif agrémenté d’une légère ironie sur la passion de la couleur locale. Un raisonnement similaire pourrait s’appliquer au traitement de la littérature coloniale du chapitre 1. Mais n’était-ce pas là outrepasser, quantitativement et thématiquement, le projet de l’ouvrage ? Peut-on reprocher à un auteur de s’en tenir à son contrat ? Il me semble au contraire que tout ce qui peut aider à comprendre la production romanesque d’une certaine époque est pertinent, et qu’un effort de conceptualisation et de synthèse, dût-il se traduire par quelques pages en plus, surtout pour des chapitres très peu fournis, comporte plus d’avantages que d’inconvénients.  

8D’autres questions s’enchaînent, que le texte soulève sans véritablement prendre parti, ni les relier entre elles. Si le modernisme, mouvement international qui bénéficie ici d’une définition relativement succincte, ne laisse sa marque sur le roman australien qu’à partir des années 1950, se pose la question du fameux « provincialisme » tant déploré à l’époque. Les autres formes littéraires (poésie, nouvelles) étaient-elles aussi atteintes de ce provincialisme ? La vogue du roman « réaliste » et militant, dominant jusque dans l’après-guerre, avait-elle été totalement imperméable aux techniques modernistes, ou, comme aux Etats-Unis, en avait-elle intégré certaines ? Y avait-il véritablement « décalage horaire » entre l’Australie et le reste du monde anglophone, et si oui, ce décalage ne s’expliquait-il pas comme un avatar particulier de la condition postcoloniale ?  

9En dernière analyse, c’est bien l’optique postcoloniale qui manque le plus à l’ouvrage. Le mot est utilisé une fois de temps en temps, mais ni le concept ni les outils méthodologiques ne sont déployés. Or, il nous semble que c’est cette grille d’analyse qui était le mieux à même de permettre une synthèse du divers de l’histoire du roman australien, en lien avec la culture nationale et celle de l’ex-Empire britannique. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’un des textes fondateurs des études postcoloniales, The Empire Writes Back, a été écrit par des Australiens. L’on pouvait contester la validité de cet outil d’analyse, en réduire la portée – par exemple en ce qui concerne le postmodernisme actuel – mais pas l’ignorer. Bien sûr, il s’agit d’une tarte à la crème de la critique contemporaine, mais cette tarte-là a au moins le mérite d’englober toutes les autres – nationalisme, provincialisme, « cultural cringe », multiculturalisme – dont l’ouvrage n’est pas avare, et dont il fallait aussi rendre compte.

10A ce défaut d’une perspective surplombante, fait écho un autre déficit, plus excusable celui-là : l’absence d’une véritable attention à l’écriture, au style. Les contraintes éditoriales rendaient sans doute impossibles des citations consistantes et représentatives, et l’auteur a dû se borner à accompagner, de loin en loin, les résumés d’intrigues et les analyses thématiques de remarques très générales sur le style. Il est vrai qu’en s’abstenant d’avoir recours aux catégories de la critique postcoloniale, il s’interdisait la considération de stratégies d’écriture globales telles que l’ « abrogation » et l’ « appropriation », qui ne peuvent rendre compte du style individuel des écrivains, mais qui représentent au moins un pas vers l’examen de la chair du texte. En fait, la lecture de ce Panorama suscite le désir d’une anthologie commentée, qui donnerait au lecteur français une vision moins abstraite de la production australienne, en particulier de romans non encore traduits en notre langue. A ce propos, si l’auteur a eu la bonne idée de faire figurer dans le corps du texte les titres français et anglais des ouvrages traduits, une bibliographie des ouvrages disponibles en français aurait été bienvenue.   

11Le Panorama de la littérature australienne est donc un ouvrage honnête, qui sera un outil utile aux étudiants comme aux simples amateurs de la littérature australienne. Le fait qu’il englobe la production romanesque jusqu’en 2007 lui donne un avantage temporaire sur la plupart de ses concurrents. Par contre, ce livre a le défaut de ses qualités. S’insérant dans le genre de l’histoire littéraire de manière assez scolaire, il n’introduit pas d’approche nouvelle ou originale, ni ne brille par ses capacités de synthèse. C’est un travail décevant en regard de ce qui aurait pu être fait, et de ce que mérite la littérature australienne. Toutefois, le lecteur du « deuxième type » que je suis lui est redevable de pistes de lectures intéressantes, et d’un désir renouvelé de se pencher sur la littérature australienne. En ce sens, cette présentation, malgré son manque d’ambition critique, n’en accomplit pas moins son office.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel FEITH, « Jean-François Vernay. Panorama du roman australien. Des origines à nos jours, 1831-2007 », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1021

Haut de page

Auteur

Michel FEITH

CRINI, Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org