Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Robert Sayre. La modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIè siècle

Gérard HUGUES
Référence(s) :

Robert SAYRE. La modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIè siècle. Bécherel : Les Perséides, 255 pages, 2008. ISBN : 978-2-9155-9637-3

Texte intégral

1Dans ce volume ambitieux et au titre attachant, Robert Sayre propose l’étude du choc inéluctable qu’éprouvèrent les littérateurs ou voyageurs en terres indiennes et d’origine européenne, confrontés à une culture à la fois inconnue et souvent difficile à appréhender selon les catégories alors admises de la raison. Il serait illusoire de vouloir donner un résumé de cet ouvrage qui balaie de vastes pans de la littérature américaine au XVIII° siècle et qui opte d’emblée pour l’exhaustivité au risque d’un inévitable émiettement. La modernité se définit donc par contraste avec les sociétés primitives amérindiennes et se nourrit de l’idéologie capitaliste telle que préparée et introduite par les colons anglais et parachevée par la Révolution de 1776. Sont envisagées les multiples facettes de cette rencontre qui pose, entre autres, la question de l’altérité culturelle sous diverses formes et notamment celle du rapport à la terre et à la propriété qui semble a priori devoir obérer toute tentative de rapprochement entre les deux entités. L’analyse s’enrichit d’une comparaison entre les colonisations britannique et française dont les présupposés sont parfois antinomiques.

2Le parti pris de l’auteur est clairement énoncé dans l’introduction, même si, ce faisant, il se prive presque mécaniquement des apports de l’historiographie la plus récente. L’approche sera littéraire, « au sens large » (p.20), et privilégiera le document écrit dans le contexte du temps,  sous des formes diverses. Seront examinés les récits de la découverte du continent ainsi que ceux narrant la rencontre avec les Amérindiens, récits de voyage rapportés par des aventuriers ayant plongé au plus profond des territoires indiens. A ce parti pris initial mais parfaitement légitime se surajoute le point de vue duel dans l’appréhension de la question indienne en cette deuxième moitié du XVIII° siècle. En effet, l’approche se fait soit selon les catégories de l’idéologie whig, héritée des Lumières et porteuse d’une vision mercantile et capitaliste de la société, soit selon un romantisme en gestation qui impose de l’Indien l’image du Bon Sauvage. Entre ces deux termes, l’analyse de Robert Sayre, appliquée aux auteurs principaux de la période, fait état en permanence de l’hésitation, de la contradiction et du paradoxe qui sont les éléments constituants de ce contact. Crèvecoeur et Freneau, confrontés à l’émergence d’une société capitaliste, sont également dépités par l’esprit de lucre qui règne dans la jeune nation, ce qui modifie favorablement leur perception de la culture indienne qui elle est aux antipodes. Ceci posé, il n’eût peut-être pas été inutile de resituer cette problématique en regard des choix politiques des deux protagonistes. Freneau épouse la cause révolutionnaire et s’implique personnellement et activement dans la création du parti jeffersonien soucieux de préserver l’esprit de 1776. A contrario, Crèvecoeur subit le sort réservé aux Loyalistes et se voit contraint à l’exil. L’ambiguïté est bel et bien relevée en page 237 mais elle n’est pas forcément de même nature. Dans le cas de Freneau, l’expression « schizophrénie idéologique » est particulièrement heureuse, tant le poète/politique est déchiré entre une conscience whig et une forme de romantisme contemplatif devant la figure du Bon Sauvage. Loin de cette vision utopique de l’autochtone, Hugh Brackenbridge entend, en toute brutalité, procéder à son élimination pure et simple. A ce point est introduite une distinction subtile entre récit d’aventure et de découverte où le contact est rude et sans concession, et récit de voyages empreint d’une plus grande empathie entre les protagonistes. Ainsi, la forme littéraire influerait-elle sur le contenu de texte en établissant quasi automatiquement une collusion, voire une intimité, entre le narrateur et son sujet. Ici, la forme littéraire elle-même déterminerait, au moins en partie, le message transmis. La comparaison entre voyageurs français et anglais est pertinente car elle oppose deux approches en apparence totalement contradictoires. D’un côté, des  catholiques d’extraction souvent aristocratique, donc éloignés des forces du marché et par conséquent de la modernité. De l’autre, des protestants vivant et prospérant dans le capitalisme moderne, totalement imprégnés de ses valeurs et sachant tirer parti de toutes les opportunités commerciales qui leur sont offertes. Ce distinguo est porteur d’un sens qui sans doute dépasse la seule problématique du rapport à l’indigène. L’on peut donc regretter que la piste de réflexion ne soit pas explorée plus avant. Cette double approche suffirait-elle à valider le fait que la colonisation britannique fut un succès alors que la française a piétiné et que la France n’a jamais vraiment pris pied sur le sol américain ? L’hypothèse aurait mérité de plus amples développements.

3L’ouvrage se poursuit avec l’étude des récits de voyage de Lahontan et Charlevoix où se retrouve le thème du paradoxe évoqué de façon quasi systématique et il se clôt par une étude du récit de Bartram proclamant que l’Indien n’a nul besoin de l’apport de la culture européenne.  Le texte reste malgré tout porteur de l’ambiguïté propre à tous les récits de cette époque. Au total, un ouvrage riche et qui, à certains égards, relève de la gageure, tant il est difficile de vouloir, dans l’espace d’un seul volume, présenter avec les nuances nécessaires tout ce qui relève du contact entre culture indienne et modernité, dans la définition héritée des Lumières. Utile car ouvrant des pistes de recherche multiples et certainement fécondes, le volume pèche parfois par une écriture où s’insinuent des formulations à consonances anglo-saxonnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard HUGUES, « Robert Sayre. La modernité et son autre. Récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIè siècle », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1026

Haut de page

Auteur

Gérard HUGUES

Lerma – Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org