Navigation – Plan du site
Articles “hors thème”

L’enfant pauvre et la naissance de la photographie sociale aux États-Unis au XIXe siècle

Anne LESME

Résumés

À la fin du XIXe siècle, le journaliste et photographe Jacob Riis révèle les conditions de vie déplorables des familles d’immigrants à New York. C’est le début de la photographie sociale aux États-Unis où la représentation de l’enfant pauvre tiendra une place majeure. Ses photographies, projetées au cours de conférences faites par l’auteur et reproduites dans des publications, contribueront à un changement de mentalité. Si le regard de ce photographe reste celui d’un membre de la classe moyenne sur les enfants du Lower East Side, ses images apportent une nouvelle vision de la pauvreté, en phase avec un enfant désormais perçu comme innocent par la société. Par ailleurs, cet usage particulier du rôle probant de la photographie en soutien du texte inaugure un nouveau mode de communication dont les réformateurs useront afin d’émouvoir et de faire réagir le public des classes moyennes et aisées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  En Angleterre, les photographies de Street Life in London, publiées en 1876 et 1877, contribuent à (...)

1La première partie du XIXe siècle voit coexister de manière très paradoxale un mode de représentation de l’enfant qui codifie et glorifie une innocence nouvellement louée et une réalité sociale où l’exploitation industrielle de l’enfant au travail est croissante et sans précédent. Ainsi, au culte romantique de l’enfant célébré par les images les plus largement diffusées s’oppose une réalité longtemps ignorée des arts visuels, celle d’existences d’infortune et de misère qu’un nouveau médium ne tardera pas à saisir après la peinture, donnant ainsi naissance à la photographie sociale dont Jacob Riis sera le pionnier aux États-Unis1.

  • 2 Riis, 1890, p.185.

2Jusque-là la photographie de l’enfant relève presque exclusivement d’une pratique de studio qui vise à le présenter sous un jour flatteur par le biais d’un éclairage et d’une mise en scène adaptés. En Angleterre, une pratique semblable voit le jour dans les années 1860 avec Julia Margaret Cameron qui ouvre la voie à un art en phase avec l’air du temps. Les enfants sont beaux, sages, à bien des égards idéalisés, leur innocence rayonne et leur individualité est peu visible. Découverte des années plus tard, l’œuvre photographique privée de Lewis Caroll emprunte des thèmes similaires. Une photographie se détache pourtant, celle d’Alice Liddell en guenilles, prise en 1858, à l’image de certaines photographies d’Oscar Rejlander. Mimant l’enfant des rues, autre représentation en vogue qui prend le contre-pied de la précédente, la petite fille a la moue boudeuse et son accoutrement la pose en victime, même s’il s’agit d’un déguisement du photographe. C’est précisément ce statut de victime de l’injustice sociale que les milieux réformateurs vont mettre en avant aux États-Unis à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. L’enfant sera au cœur de leur préoccupation ; à lui seul il fédère les campagnes menées pour l’éducation, pour la santé et un environnement social, en particulier urbain, plus favorable : « Nothing is better understood than that the rescue of the children is the key to the problem of city poverty »2 écrira Jacob Riis en 1890. Cette nouvelle vision picturale et photographique se fait le reflet de l’évolution sociale, en même temps qu’elle la nourrit. Elle ne peut se comprendre qu’en se référant aux représentations en cours des enfants riches comme incarnations d’une norme sociale.

3Sous la plume du reporter qu’est Jacob Riis dans les années 1880, les récits, même spectaculaires, de la misère des taudis new-yorkais du Lower East Side, où s’entassent des immigrants toujours plus nombreux, peinent à produire l’effet escompté. Il n’est d’ailleurs pas le seul à alimenter les slum stories très populaires auprès des lecteurs. Particulièrement touché par la misère des enfants, il comprend aussi qu’elle est plus choquante qu’une autre aux yeux de l’opinion des classes aisées, plus difficilement condamnable moralement. Au même moment, s’offre à lui un nouvel outil qui va révolutionner sa pratique de journaliste : l’invention d’une nouvelle technique de flash permettant de dévoiler une réalité méconnue jusqu’alors si ce n’est pas le biais de dessins et gravures publiées depuis les années 1860 dans certains magazines. L’enregistrement et la diffusion permise par l’écriture ne suffisent plus, la photographie sera donc utilisée comme preuve irréfutable d’une condition sociale largement méconnue à laquelle il convient de remédier.

4Prenant comme point de départ les publications de Jacob Riis, How The Other Half Lives; Studies Among the Tenements of New York (1890) et Children of the Poor (1892) qui suivirent la publication de longs articles dans Scribner’s Magazine (respectivement en 1889 et 1891), ainsi que les projections réalisées par l’auteur grâce à la technique de la lanterne magique, le présent article s’attache à analyser le rôle déterminant joué par l’enfant pauvre dans la naissance de la photographie sociale américaine à la fin du XIXe siècle, selon trois axes : tout d’abord, une nouvelle vision de la pauvreté en phase avec un enfant désormais perçu comme innocent ; d’autre part, le médium photographique en soutien du texte pour apporter la preuve de l’irréfutable ; enfin, le regard tendre d’un membre de la classe moyenne sur les enfants du Lower East Side.

1. Une nouvelle vision de la pauvreté en phase avec un enfant désormais perçu comme innocent.

5Émigré danois arrivé aux États-Unis à l’âge de vingt ans en 1870, Jacob Riis exerce plusieurs métiers avant d’être engagé comme reporter par le New York Tribune en 1888 et de se consacrer à la couverture des faits divers et des enquêtes de police du Lower East Side. Dans les premières années de sa vie aux Etats-Unis, il connaît également les affres de la pauvreté urbaine à plusieurs reprises : c’est là qu’il fréquente de près les populations sur lesquelles il écrira et qu’il photographiera. Témoin des nombreuses crises qui secouent l’Amérique après la fin de la guerre de Sécession dans les années 1870 puis 1890, il assiste à son industrialisation, à une urbanisation qu’il juge dévorante et, à bien des égards, déshumanisante ainsi qu’à l’arrivée massive de vagues d’immigrants européens de plus en plus pauvres qui s’entassent dans des taudis insalubres.

6Son style journalistique se distingue par un savant mélange d’enquêtes dérangeantes, révélatrices de scandales et de corruptions politiques (il est l’un des premiers muckrakers) et il manifeste un penchant pour un sensationnalisme digne des journaux qui donneront naissance à la fin du siècle au nom de Yellow Press. Protestant pratiquant et journaliste engagé, doté d’un sens aigu du marketing, Jacob Riis n’est ni un idéologue ni un théoricien : les idées qu’il défend sont éminemment liées à son histoire personnelle et aux rencontres qu’il fait de différents organismes de charité et de cercles réformateurs très marqués à l’époque par une approche chrétienne de l’action sociale. Au rang des organisations philanthropiques dédiées principalement à la condition des enfants, citons The Charity Organization Society, fondée en 1882 par Josephine Shaw Lowell, The Society for the Prevention of Cruelty to Children (1874) et The Children’s Aid Society, créée en 1853 par Charles Lowring Brace, auteur de The Dangerous Classes of New York.

  • 3 Locke, John, An Essay Concerning Human Understanding, 1690.

7En cette fin de siècle, la vision que se fait la société de l’enfant a déjà connu une évolution majeure qui conditionne grandement l’esprit de réforme sociale animant alors la société américaine. L’enfant n’est plus cet être entaché dès sa naissance du péché originel qu’il convient de mettre sur le droit chemin, mais à la faveur de la philosophie des Lumières et notamment d’une publication qui a connu un grand succès sur le territoire américain, l’Emile ou de l’Education de Jean-Jacques Rousseau, il apparaît davantage comme un être innocent, dont l’esprit serait cette tabula rasa décrit par J. Locke3qu’il convient d’instruire et de guider. De cette conception, née au XVIIIe siècle, qui s’épanouit et prend corps dans la société bourgeoise et au sein de classe moyenne au XIXe siècle, au point de créer un véritable segment de consommation lié à l’enfance (littérature, jouets, meubles, habits…), naît l’idée que l’enfant est potentiellement porteur de toutes les vertus. A contrario, il peut très vite être considéré comme l’héritier ou le ferment potentiel de tous les vices d’une société pauvre et déméritante, voire génétiquement dangereuse. Nous sommes ici au centre du débat qui anime les réformateurs de la deuxième partie du XIXe siècle quant à la question de savoir si la pauvreté est héréditaire ou bien si elle est le fruit de l’environnement.

  • 4 In The Chicago Sunday Tribune, March 25, 1900, “The Story of the Slum, part III”.
  • 5 Notons toutefois que cette pauvreté reste stigmatisante lorsqu’elle ne s’applique pas aux enfants : (...)

8Pour les tenants du darwinisme social, l’hérédité détermine le caractère de l’individu et la sélection naturelle de l’espèce est seule à l’origine de la survie des plus aptes. Contrairement aux évolutionnistes, Jacob Riis accorde à l’environnement un rôle crucial, porté par un courant réformiste lié à l’amélioration de l’habitat, comme en témoigne le mouvement des settlement houses mené par Félix Adler, et par un philanthropisme tout à la fois paternaliste et éclairé pour qui ce sont surtout les conditions sociales d’existence qui déterminent la survie des individus. À la fin du siècle, il embrasse les idées du Social Gospel, mouvement religieux qui prône la nécessité de pratiquer une forme active de charité chrétienne pour faire évoluer la société. Au Dr. David Starr Jordan, président de l’université de Stanford, qui distingue au tournant du siècle trois formes de pauvreté, « the Lord’s poor, the devil’s poor —the ones who destroy themselves through their vices—, and the paupers made poor through hereditary weakness »4, il répond que le travail des enfants dans les ateliers clandestins des taudis est en grande partie responsable de cette dernière forme de pauvreté5. Plus largement, il rejette la notion d’hérédité comme entrave aux réformes :

  • 6 Id.

I reject it altogether. In so far as heredity means anything to me, it means the sum of transmitted environment. (…) Environment you can correct, and it is our business to correct it. That is a view full of hope. The heredity view is of the nature of pessimism. (…) We made them what they are.6

  • 7 Riis, 1892, p.208.

9L’enfant est ici considéré comme fondamentalement bon, mais son environnement est à l’origine de conduites immorales, de maladies et de crimes. Des pièces insalubres, une vie d’errance dans la rue, la fréquentation des saloons, sont autant de facteurs favorisant les mauvaises influences, elles-mêmes agents de corruption, qui représentent une entrave au développement de l’individu. Impossible de forger un caractère où s’incarnent les valeurs américaines de moralité, de courage, de progrès et de réussite sans procurer au citoyen en devenir une école suffisamment spacieuse, des aires de jeux, des parcs, des vacances en dehors de la ville. Il est à noter ici la vertu cardinale d’une bonne éducation aux accents très patriotiques, indispensable pour faire des enfants d’immigrants de bons et d’utiles citoyens américains et pour prévenir toute forme d’agitation sociale. L’américanisation, l’assimilation, sont évoquées inlassablement comme réponses à l’immigration et à la fragmentation sociale qui s’ensuit. Dans le chapitre consacré aux industrial schools, l’auteur cite à l’envi la voix qui s’élève au moment du salut du drapeau tenu par une enfant à l’issue de la première élection patriotique de l’école : « We turn to our flag as the sunflower turns to the sun ! (…) We give our heads ! (…) and our hearts ! (…) ___ to our country! One country, one language, one flag! »7 On remarquera ici que dans cette image (ill.1) qui provient de la collection des photographies projetées par la lanterne magique, le drapeau a été coloré pour en faire le motif central, un effet qui ne peut être visible dans les publications.

(1) Lantern slide - Saluting the Flag in the
Mott St. Industrial School.

Riis Collection, Courtesy of the Museum of the City of New York (MCNY).

  • 8  Riis, 1892, p.1.
  • 9  Traduit du danois et cité par Buk-Swienty, 2009, pp.78-79.
  • 10  Riis, 1890, p.185.

10Les solutions proposées sont simples, parfois simplistes, surtout dans les premières années de son engagement. Loin de voir dans les structures socio-économiques la cause des inégalités dont il est le témoin, Jacob Riis en attribue surtout la faute à l’appât du gain individuel, c’est-à-dire aux propriétaires des taudis ou des ateliers de travail clandestin. Au fil des années, il mettra également en cause certaines carences gouvernementales et législatives sur des sujets très précis, comme le logement ou la nécessaire construction de parcs. Lorsqu’il écrit en première page de Children of the Poor, « The problem of the children” is the problem of the State », c’est pour alerter le lecteur sur la nécessité de fabriquer de bons citoyens et sur les dangers qu’il y aurait à négliger cette mission : « As we mould the children of the toiling masses in our cities, so we shape the destiny of the State which they will run in their turn, taking the reins from our hands »8. Jacob Riis éprouve peu de sympathie pour les idées socialistes qu’il qualifie en 1871, dans son journal, de « insane ideas, which I so hate. (…) I think that people here are too educated to fall into such nonsense »9.Au début de son engagement, les solutions restent donc essentiellement philanthropiques, à forte dimension évangélique et individualiste. Il croit en la possibilité de faire évoluer l’ordre existant sans toucher à ses fondements et l’enfant est au centre de son dispositif car lui seul est porteur d’espoir : « Character may be formed where to reform it would be a hopeless task »10, écrit-il. En outre, en un temps de forte corruption des élites politiques locales (la machine démocrate de Tammany Hall est la cible régulière d’articles critiques et vindicatifs), sa défiance envers ces dernières reste grande. La simplicité de certaines de ses prescriptions lorsqu’il s’adresse à un public de classe moyenne et sa conception environnementaliste de la pauvreté peuvent être résumées dans cet extrait de discours prononcé lors de la convention des Christian Workers à Washington en 1891 au sujet des enfants secourus des taudis :

  • 11  Convention of Christian Workers, Washington D.C, Nov 5-11, 1891.

When they are cleaned up and cared for and made presentable they are just as sweet and nice as your children and mine. It is the surroundings that make the difference. Care for their bodies first, and you can gain access to their souls in that way.11

11Si tout laisse à penser que Jacob Riis est un orateur passionné et convaincu, les mots seuls ne suffisent pas et, pour appuyer son propos, captiver son auditoire et faire réagir ce dernier, il lui faut apporter la preuve irréfutable de la véracité de ses assertions.

2. Le médium photographique en soutien du texte pour apporter la preuve de l’irréfutable.

  • 12  Riis, 1904, p.107.

12« A drawing would not have been evidence of the kind I wanted. (…) I wrote, but it seemed to make no impression »12, écrit le journaliste dans ses mémoires The Making of an American. En 1887, en lisant la presse, il apprend l’invention par des Allemands du flash à la poudre de magnésium capable d’éclairer une scène dans l’obscurité totale. Cette découverte scientifique, qui est également auréolée d’un certain mystère, sert de déclencheur à l’usage social que Jacob Riis va faire de la photographie, en même temps qu’elle répond à son inclination à centrer sur des histoires individuelles sa dénonciation des conditions de vie dans les taudis. Dans un premier temps, il fait appel à des photographes amateurs puis professionnels, avant de se saisir lui-même de l’appareil à la recherche d’une plus grande liberté d’action. Les photos prises serviront tout d’abord à la première projection de « The Other Half, How It Lives and Dies in New York », organisée le 25 janvier 1888 à New York, à l’aide du procédé de la lanterne magique. Bien d’autres suivront sur tout le territoire des États-Unis jusqu’à sa mort en 1914. En 1890 paraît How the Other Half Lives ; Studies Among The Tenements of New York au titre moins spectaculaire mais assorti d’une indication With Illustrations Chiefly From Photographs Taken by the Author. Puis, en réponse à la demande de son éditeur, Jacob Riis écrit The Children of The Poor, conçu comme une suite et un complément à l’ouvrage précédent.

  • 13  Newhall, 1949, p.171.

13Bien que n’ayant aucune prétention esthétique ni même technique, il fait preuve d’un sens de la composition étonnant pour un amateur qui découvre son outil. Son regard est pénétrant et semble aller bien au-delà du simple enregistrement, qu’il s’agisse de scènes de groupe ou bien de portraits et particulièrement de portraits d’enfants. Beaumont Newhall, le premier à avoir fait entrer Jacob Riis au panthéon des photographes reconnus par la critique photographique dans son ouvrage historique de référence, écrira en 1949 : « The importance of these photographs lies in their power not only to inform us, but to move us. »13

  • 14  Barthes, 1980, p.120.

14Les taudis new-yorkais et leurs habitants ne sont pas totalement inconnus du public. Depuis le milieu du siècle, les journaux illustrés naissants (Harper’s Weekly,entre autres) publient des articles sur le sujet et envoient des artistes sur place pour dessiner des scènes de vie qui sont ensuite reproduites par le biais de la gravure. Mais rien ne peut remplacer la spécificité du médium photographique qui est l’épreuve de vérité par excellence —du moins est-ce ainsi qu’il est encore perçu à l’époque—, avec toute la force d’évidence que Roland Barthes accorde au « ça a été »14. Signifiant extraordinaire, il est doté d’une puissance de vérité, de persuasion et de suggestion qui ne sera jamais plus égalée par la suite. Il serait toutefois très incomplet d’isoler les photographies de Jacob Riis de leur contexte éditorial immédiat, le texte qu’elles servent à illustrer. Témoins à charge incontestables, les photographies valident les histoires et anecdotes individuelles, tout en leur donnant une valeur exemplaire comme l’explique Miles Orvell :

  • 15  Orvell, 2003, p.73.

The photographs in Riis’s published works are there to authenticate the text, to offer the visual ‘proof’ that what the narrative claims is ‘true’. Where the text offers a combination of impersonal statistics and supportive anecdote, the pictures offer the concrete universal, to borrow a term from literary discourse, a particular image that stands for the more general conditions being exposed.15

15Une partie des images montrées lors des projections de How the Other Half Lives sont le fruit de véritables raids dans les bas-fonds de la ville où un groupe de journalistes, photographes, policiers, surgit en pleine nuit et déclenche un flash aveuglant, parfois dangereux, pour surprendre des habitants qui s’entassent dans des conditions de vie déplorables. Parfois aussi les acteurs de ce drame sont prévenus et posent ; le flash donne alors aux scènes photographiées une allure plus dramatique et le caractère très contrasté du noir et blanc sert le propos de l’auteur pour dénoncer la misère physique et morale des populations. C’est dans ces scènes de groupe ou de famille que le statut de victime des enfants apparaît souvent le plus évident, comme l’indique la photo intitulée « In Poverty Gap, West Twenty-Eigth Street. An English Coal-Heaver’s Home » (ill.2).

(2) In Povety Gap, West Twenty-Eighth St.
An English Coal-Heaver’s Home.

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

16À d’autres occasions, les enfants posent, mais en extérieur, et la nécessaire immobilisation prend parfois un caractère ludique, surtout lorsqu’il faut prétendre dormir comme les célèbres « Street Arabs in Sleeping Quarters » (ill.3).

(3) Street Arabs -- night, Boys in sleeping quarter.

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

17Enfin, Jacob Riis réalise de très nombreux portraits de groupes d’enfants dans des classes, dans des aires de jeux de fortune, ainsi que quelques portraits individuels.

18Pour des critiques contemporains, les photographies d’enfants et la manière dont elles sont mises en valeur dans How the Other Half Lives ne sont pas étrangères à l’impact de l’ouvrage sur le public :

  • 16  Perry, 2006, p.141.

Along with his altruistic activities, Riis also understood well the topics that helped to increase newspaper circulation and the sales of his book. Adept at creating the most compelling sequence of information, he placed his best material – the chapters that dealt with impoverished children – at the heart of How the Other Half Lives. “The problem of the children,” “Waifs of the City Slums,” and “The Street Arabs” gave accounts of the dire predicament of the slums’ youngest residents, accompanied by wrenching photographs of these subjects.16

19Lors des projections de Jacob Riis, un public de classe moyenne vient écouter avec anxiété, mais aussi avec fascination, le récit d’une excursion pittoresque offert par le journaliste. L’enquête a valeur de divertissement tout autant que d’information, ce que dénoncera Susan Sontag dans On Photography, en faisant référence à la fin du XIXe siècle et à J. Riis :

  • 17  Sontag,1973, p.56.

Photography conceived as social documentation was an instrument of that essentially middle-class attitude, both zealous and merely tolerant, both curious and indifferent, called humanism – which found slums the most enthralling of decors.17

20Dans Symbols of Ideal Life, un ouvrage de référence sur la photographie sociale américaine de J. Riis à l’exposition The Family of Man en 1955 au Museum of Modern Art de New York, Maren Stange se livre à une analyse très critique et détaillée des procédés mis en œuvre par l’orateur J. Riis lors de ses projections pour attirer l’attention des spectateurs. L’une de ses techniques mérite une attention particulière, celle de la comparaison, car les images contrastées sont particulièrement utilisées avec les enfants, comme signes de leur capacité à progresser en dehors de leur environnement. Elles permettent de flatter le sens philanthropique d’un public de classe aisée qui voit ainsi son travail récompensé. La comparaison est un procédé ancien déjà utilisé en Angleterre avec le Dr. Thomas Barnardo (1845-1905), qui avait commandé une série de tirages « avant et après » pour illustrer le succès de ses activités évangéliques de philanthrope irlandais, fondateur et directeur d’asiles pour enfants déshérités. Lors des séances de projections, Jacob Riis se sert fréquemment du portrait qui suit :

(4) Portrait of battered girl

(5) Portrait of same girl after being cared for by the SPCC

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

21Ce portrait d’une enfant battue retirée à ses parents et prise en charge par l’association philanthropique The Society for the Prevention of Cruelty to Children ne laisse plus aucun doute sur l’univers de référence qui guide tout à la fois le regard du photographe et ses commentaires :

  • 18  Riis, 1890, p.61

Right here, in this tenement on the east side of the street, they foound little Antonia Candia, victim of fiendish cruelty, “covered,” says the account of the Society for the Prevention of Cruelty to Children, “with sores, and her hair matted with dried blood.” Abuse is the normal condition of the “the Bend,” murder its everyday crop, with the tenanats not always the criminals.18

22Cependant, si la méthode du contraste initiée dans How the Other Half Lives est toujours perceptible dans Children of the Poor, elle y est assortie d’une plus grande implication du photographe envers ses sujets.

23Est-ce cette approche plus personnelle qui explique le moins grand succès populaire rencontré par le deuxième ouvrage de Jacob Riis, qui a toujours été présenté comme un complément à How the Other Half Lives ? Bonnie Yochelson met en valeur sa dimension moins spectaculaire, plus progressiste :

  • 19  Yochelson, 2007, p.177.

Its more temperate tone and message may have disappointed readers, who preferred the picturesque slum tour and threat of political upheaval in How the Other Half Lives to its individualized portraits and progress report.19

24J. Riis lui-même chercha à comprendre pourquoi son premier livre avait connu un tel un succès ; il l’attribua en partie au fait que peu avant sa publication, un autre ouvrage, In Darkest England and the Way Out de William Booth, rencontra sur le territoire américain un succès considérable. Les problèmes de la pauvreté londonienne y étaient traités et ceci attisa davantage encore la curiosité du lecteur soucieux de comparaison avec la vieille Europe.

25How the Other Half Lives fut l’objet de plusieurs rééditions. Il reste le livre le plus influent de Jacob Riis et demeure aujourd’hui encore le plus commenté. Children of the Poor est quant à lui le fruit d’un an de recherches approfondies, notamment statistiques, et d’un dialogue noué avec les enfants dont il narre et photographie l’existence, en insistant sur les dangers inhérents à une vie de travail trop précoce et précaire, d’abandon ou d’immersion dans un milieu familial inadapté, violent et en déshérence. L’ouvrage fut très bien accueilli par la critique qui le jugea mieux documenté que le précédent et fit cette fois mention d’une sympathie particulière de l’auteur pour le sujet qu’il aborde, celui des enfants. Les photos, mieux articulées au texte sur le plan éditorial et de qualité technique supérieure grâce à l’amélioration des procédés de reproduction de similigravure, gagnent en visibilité. La critique parue en 1893 dans The Dial, magazine politique et littéraire, met en valeur tous les facteurs qui contribuent à l’époque à une bonne réception :

  • 20  In The Dial, November 1893.

Mr. Riis interprets the facts with unfailing sympathy. The book has its share of statistics and other matters of mere information, but it has also its share of amusing anecdotes and character sketches, as well as many photographs, and these features make it both pictorially and textually attractive. 20

26Que l’on se réfère aux photographies d’enfants présentes dans l’un ou l’autre ouvrage, le regard du photographe est le plus souvent empreint d’une forme de tendresse et la référence à un milieu qui est désormais le sien, celui de la classe moyenne de la ville de New York, est constamment présente.

3. Le regard tendre d’un membre de la classe moyenne sur les enfants du Lower East Side.

27Trois grands thèmes se dégagent, qui montrent à quel point l’existence de ces enfants pauvres se comprend comme l’image inversée de celle des enfants d’une classe plus privilégiée, sans toutefois en faire toujours des victimes.

3.1. Espace privé, espace public : une séparation problématique

28À bien des égards, la représentation spatio-temporelle de l’environnement dans lequel l’enfant se développe peut s’analyser comme le miroir de son existence même. La frontière problématique, voire inexistante, entre espace public et espace privé empêche un développement approprié à un âge censé être protégé, à l’abri d’une domesticité sanctifiée — un âge partagé entre l’école et le jeu sous la bienveillante affection d’une mère tout entière dédiée à la sphère domestique. Si cette réalité – ou cet idéal – est généralement celui des classes bourgeoises au sein desquelles l’enfant à la fin du XIXe siècle commence à être perçu comme « emotionally priceless » (V. Zelizer), il n’en est rien le plus souvent dans les classes populaires pour lesquelles il reste « cost effective ». En effet, la plupart de ces familles comptent sur le salaire de leurs enfants, fût-il dérisoire, pour vivre ou survivre. À l’image d’une époque préindustrielle, l’enfant est lui aussi pleinement impliqué dans ce qui permet à sa famille de gagner les moyens de son existence. La perception de ce qui sied aux activités d’un enfant diffère donc encore radicalement en fonction de la classe sociale à laquelle il appartient.

29La configuration des taudis où s’entassent ses habitants nie presque toute forme d’intimité. Lorsque les intérieurs sont montrés, leur insalubrité ne fait aucun doute, le mobilier est rare et, sans flash, il serait tout simplement impossible d’en photographier certains d’où les fenêtres sont parfois absentes. Sans air ni lumière, autrement dit sans nourriture naturelle, pas de croissance harmonieuse, répète J. Riis à son auditoire et à ses lecteurs. Dans un documentaire consacré à Jacob Riis, Peter Bacon Hales résume ainsi la manière dont le photographe présente le problème :

  • 21  Interview dans Jacob Riis Revisited, 1996.

The basic focus of many Victorians was a kind of obsession on light, air, cleanliness, sanitation, space and privacy, these were the basic elements that were central to a good life and his photographs, again, are designed to show that these things aren’t there. Pictures are dirty, they are dark, they are contrasty. People are too crowded and packed, they don’t have an opportunity to learn or to experience any of the things we experience and Riis would say: “They don’t get any air, they don’t get any light.” Sometimes people would jump out of their seat and say “What do we do about this?”21

  • 22  In Scribner’s Magazine, “Children of the Poor”, p.538.
  • 23  Riis, 1890, p.61.

30Si J. Riis manie le contraste à souhait, sa rhétorique verse aussi souvent dans un certain sens de l’absurde et du paradoxe. Ainsi lorsqu’il décrit la vie de cet enfant italien dont la pire épreuve est de devoir résider chez lui avant que les années ne lui offrent la possibilité de s’échapper enfin dans la rue et de voir ainsi « un rayon de soleil éclairer sa vie »22. D’autre part, le manque d’hygiène de ces taudis et les problèmes de santé qui en découlent sont abondamment décrits pour alerter l’opinion sur le devenir problématique de ces enfants et le taux de mortalité considérable qui les touche, en particulier avant leur cinquième année (plus de 65% dans le quartier le plus déshérité de The Bend lorsque ce chiffre s’élève à 46% pour la ville de New York)23.

31Les conditions matérielles ne sont pas les seules en cause et l’alcoolisme et la maltraitance sont souvent dénoncés comme étant à l’origine de l’abandon du foyer (« qui n’a de foyer que le nom » précise J. Riis) par des garçons à peine en âge de s’échapper et de vivre dans la rue et des filles conduites par là même à « une vie honteuse », autrement dit à la prostitution. Comme Stephen Crane le fera dans Maggie : A Girl of the Streets, le journaliste donne à plusieurs reprises la parole aux enfants en retranscrivant phonétiquement leur confession. Ici, il s’agit d’un garçon qui a fui sa maison située à Philadelphie :

  • 24  In Scribner’s Magazine, “Children of the Poor”, p.554.

 “Me muther wuz all the time hittin’ me when I cum in the house, so I cum away.”24

32Tous les enfants ne sont pas dans la rue, cependant, et la plupart restent même dans leur famille, famille au sein de laquelle beaucoup travaillent. Nombreux sont également ceux qui vont à l’école, souvent le soir, pour s’acquitter des quatorze semaines d’école obligatoires par an (loi de 1874 promulguée pour l’état de New York, sans toutefois que soient mis en œuvre les moyens d’application nécessaires).

3.2. À la maison ou à l’école, déjà de petits adultes.

33Qu’ils soient dans des maisons en train de travailler de manière illégale, à l’école endormis sur un pupitre après une journée de travail (ill.6) ou bien encore sur le pas de la porte à veiller sur un petit frère ou une petite sœur (ill.9), les portraits individuels réalisés par le photographe laissent à penser que l’enfance n’a finalement pas d’existence réelle. En effet, quel que soit leur âge, ces petites filles ou ces jeunes garçons donnent le sentiment d’être de petits adultes, déjà soucieux du poids des responsabilités qui sont les leurs.

(6) Night School in the 7th Ave. lodging house.

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

34C’est Edward, le petit colporteur de neuf ans, que Jacob Riis photographie ici. Orphelin, il passe ses journées à tirer des charrettes et fréquente l’école le soir, mais l’épuisement a raison de ses efforts. Au maître qui semble reprocher à certains garçons, élèves de sa classe, leur lenteur, le journaliste s’empresse de répondre par le biais de l’écriture qu’il ne peut qu’excuser le petit Eddie.

  • 25  Riis, 1892, p.34.
  • 26  Riis, 1892, p.109.

35L’exemple de Katie est emblématique de plusieurs éléments dénoncés par Riis. Il est à noter tout d’abord l’absence de sourire, comme pour Pietro, victime d’un accident alors qu’il se rendait fièrement à son premier travail. « Did you ever laugh? »25 demande J.Riis, « I did wonst » répond tranquillement l’enfant, faisant regretter au photographe sa question. Pour Katie également, la nécessité de prendre en charge ses frères et sœurs après le décès de sa mère et le remariage de son père, est une situation très répandue chez les filles. Ici, l’on pense à « Minding the Baby : ‘a Little Mother’ » (ill.9), où une fillette de neuf ans tient son petit frère dans les bras devant le pas de la porte et s’en occupe pendant que sa mère travaille. Bien sûr, Katie travaille, tout comme Susie qui passe ses journées à repasser à une cadence qui semble infernale au reporter (ill.8) et pour qui « Her shop is her home »26, rappelant encore une fois l’absence de frontière entre espace public et privé.

  • 27  Riis, 1892, p.61.

The picture shows what a sober, patient, sturdy little thing she was, with that dull life wearing on her day by day (…) Katie was one of the little mothers whose work never ends. Very early the cross of her sex had been laid upon the little shoulders that bore it so stoutly.27

(7) “I Scrubs,” Little Katie from the W. 52nd St. Industrial School (since moved to W. 53rd St.).

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

36La condition des filles mérite une attention particulière tant elle reflète la multiplicité des tâches qui attendent celles qui sont d’abord de « petites mères », veillant sur leurs frères et sœurs, qui fréquentent les bancs de l’école dans la journée ou le soir, et qui bien souvent sont employées pour un salaire dérisoire dans des ateliers illégaux au sein de ces mêmes taudis. Ni jeux, ni sourires le plus souvent pour ces enfants entrés trop tôt dans le monde adulte.

(8) Little Susie (Gotham Court).

(9) Organized Charity. Minding the Baby, “A little mother”.

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

37La question du travail cependant n’est pas sans ambiguïté. Si J. Riis pourfend le travail illégal et dénonce les propriétaires qui font sortir de l’ombre une armée d’enfants-ouvriers à bon marché dès lors que les usines officielles ferment leurs grilles et que les ateliers clandestins ouvrent leurs portes, les photos prises ne sont pas sans laisser paraître une certaine fierté du travail accompli, même clandestinement, comme le montre celle de Susie (ill.8). D’autre part, J. Riis ne condamne qu’un certain type de travail, celui qui ne permet pas à l’enfant d’acquérir un « vrai métier », comme le montre la photographie qui suit (ill.10).

38La participation de nombreux enfants à la fabrication des cigares dans les taudis fait en effet partie des travaux les plus nocifs pour leur santé, travaux dénoncés par la photographie de cette famille toute entière dédiée à cette tâche. L’image présentée ici concentre à la fois la vision d’une anti-domesticité victorienne et ce que dénonce Riis en matière de travail à la maison. Analysée par Keith Gandal dans The Virtues of the Vicious, elle montre comment tous les attributs de la famille définis par la classe moyenne sont renversés dans de telles conditions de pauvreté :

  • 28  Gandal, 1997, p.66.

The home, he knows, is supposed to be exempt and remote from labor ; the domestic sphere is supposed to be a haven from the cold world of commerce. Also, children should not be put to work so young (…) Father should be relaxing, perhaps smoking cigar, but certainly not rolling one; mother should be reading to the children or cooking or cleaning house (not forms of labor in the popular myth of the home); the children should be studying their lessons or playing. (…) The duty of motherhood, the entitlement of childhood, the sanctity, the very meaning of the home: they are all menaced by this scene.28

(10) Bohemian cigar makers at work in their tenement.

Riis Collection. Courtesy of the MCNY.

39Le renversement est plus évident encore lorsqu’il s’agit de décrire l’enfant des rues dont l’imagerie populaire s’est abondamment saisie dans la deuxième partie du XIXe siècle.

3.3. Le gamin des rues du Lower East Side : davantage acteur que victime pour J. Riis ?

40Si, dans la culture visuelle, les représentations d’enfants des rues aux États-Unis commencent à voir le jour dans les années 1850, elles sont essentiellement d’origine picturale et mettent en scène des petits ramoneurs (Eastman Johnson, The Young Sweep), des vendeurs de journaux, des vendeuses de fleurs, des petits musiciens ou des enfants livrés à eux-mêmes (Ragamuffin de Eastman Johnson). Les Newsboys et les Street Arabs seront sans doute les sujets les plus traités par la photographie sociale lorsqu’elle fixera son objectif sur ces enfants-là.

  • 29  Pour une étude détaillée des “Street Arabs” en Angleterre, voir “The Shoe-Black to the Crossing Sw (...)

41D’abord utilisé au milieu du XIXe siècle en Angleterre29, le terme de Street Arabs fait allusion, entre autres, au caractère nomade de certains peuples d’Arabie et désigne la présence, dans les rues de Londres, d’enfants dont l’allure licencieuse et le vagabondage sont très vite identifiés comme dangereux et synonymes de vice. Symboles de désintégration sociale, ils représentent une menace pour l’ordre de la société bourgeoise. Souvent assimilés à des mendiants ou à des voleurs, ils nourrissent des représentations plutôt négativement connotées. Mais ce sont aussi prioritairement sur eux que se porte l’attention des réformateurs car ils sont une clé essentielle de la stabilité sociale future.

42Or le regard de Jacob Riis sur ces enfants se révèle moins sévère que celui de ses contemporains anglais et américains. Ces gamins des rues malicieux et rebelles lui rappellent-ils le ‘mauvais garçon’ qu’il fut lui-même lorsqu’il défia les injonctions paternelles, quittant le petit village de Ribe en Danemark à l’âge de vingt ans en direction du nouveau Monde ? Loin de les condamner ou de les considérer comme des victimes, ils sont pour le photographe l’incarnation de cet esprit américain d’indépendance, de débrouillardise et d’une liberté qu’il chérit :

  • 30  Riis, 1890, pp. 196-197.

It is a mistake to think that they are helpless little creatures, to be pitied and cried over because they are alone in the world. (…) The Street Arab has all the faults and all the virtues of the lawless life he leads. (…) His sturdy independence, love of freedom and absolute self-reliance, together with his rude sense of justice that enables him to govern his little community, not always in accordance with municipal law or city ordinances, but often a good deal closer to the saving line of “doing to others as one would be done by” — these are strong handles by which those who know how can catch the boy and make him useful.30

43Prompt à expliquer, voire à justifier des comportements que la société de son temps condamne avec la plus grande fermeté, Riis fait preuve d’une indulgence qui semble puiser sa source dans un paradoxe qui n’est qu’apparent, puisqu’il est surtout affaire de classe. La croyance en la possibilité d’une réussite individuelle, quel que soit son milieu d’origine, est ici centrale. Elle s’accorde mal avec la vision romantique de l’enfant, un être innocent qu’il convient de protéger. Comme le souligne Joseph M. Hawes dans son histoire des droits des enfants :

  • 31  Hawes, 1991, p.12.

Nineteenth-century Americans sought to indoctrinate all children with the values of rugged individualism—especially those children whose lives already demonstrated that they could and did support themselves. Thus Americans held contradictory views on children in the nineteenth century. On the one hand, they expected children to save society by virtue of their innocence, while on the other, Horatio Alger harangued millions with his stories of economic success won by dint of hard work, a good character, and a final stroke of luck.31

  • 32  Riis, 1892, p.4.

44Non sans une certaine fierté, Jacob Riis fait état à plusieurs reprises, dans ses écrits et lors de ses conférences, d’une comparaison avec l’Angleterre qui se révèle toujours favorable aux valeurs de l’Amérique : « The hopelessness, the sullen submission of life in East London as we have seen it portrayed, has no counterpart here ; neither has the child born in the gutter and predestined by the order of society, from which there is no appeal, to die there.»32

45Les Street Arabs qu’il photographie (ill.3) ne sont donc ni véritablement victimes, ni surtout dangereux. D’ailleurs beaucoup, comme dans cette scène, sont endormis dans des endroits de fortune, appuyés contre un escalier ou un soupirail, signe de leur faible capacité à nuire, signe aussi qu’ils ont surtout besoin d’être secourus tout en possédant le ferment de la réussite individuelle. Souvent par groupes de trois, ils se révèlent, de plus, solidaires et leurs manières d’occuper l’espace photographique offre un contraste remarquable avec les portraits souvent très figées des enfants des classes aisées.

Conclusion

46Plus que tout autre médium, la photographie exacerbe les frontières entre deux mondes que le thème de l’enfance rend encore plus dramatiques. L’enfant pauvre est utilisé à des fins de réforme sociale car, contrairement à ses parents, il est encore porteur d’espoir en un avenir meilleur, il est considéré comme perfectible et réformable si son environnement change. Les publications de Jacob Riis inspirent à leur tour des auteurs comme Stephen Crane, en particulier dans Maggie : A Girl of the Streets (1893), et elles préparent l’opinion à la réception des photographies de Lewis Hine dans sa lutte contre le travail des enfants dans les années 1910.

47La référence à une enfance idéalisée est aussi pour l’Amérique la référence à son propre Eden, à ses propres valeurs. Ce que la photographie sociale dénonce lorsqu’elle prend comme sujet la condition des enfants pauvres, c’est une anti-Amérique, un envers du décor qui ne correspond certes pas à l’enfant innocent et idéalisé des classes aisées, mais surtout qui ne correspond pas au mythe du rêve américain. Le thème de l’enfance permet tout à la fois la dénonciation et la possibilité de solutions, car l’enfant, et surtout l’enfant blanc, n’est pas encore (totalement) corrompu par son milieu. La rédemption reste possible, ce qui justifie l’attention prêtée par le public et l’intérêt montré par le journaliste-photographe.

48Dans les cercles des réformateurs, Jacob Riis apparaît à bien des égards à la croisée des chemins. Ses méthodes statistiques, même sujettes à caution, et la photographie comme preuve inaugurent et annoncent le Progressisme. En revanche, son style d’écriture emprunte davantage au siècle finissant et à un certain nombre de références littéraires (Horatio Alger, Charles Dickens, Stephen Crane), au sermon protestant et à une forme de journalisme sensationnaliste. Au début du siècle, un certain moralisme, même s’il tend à s’atténuer au fil des ans, l’éloigne quelque peu des cercles réformistes les plus progressistes. Novateur dans les années 1880 par l’usage qu’il fait de la photographie, par sa vision de la pauvreté et le muckraking qu’il initie, il ne l’est plus guère au début du XXe siècle. Il continue pourtant inlassablement son combat pour l’amélioration des conditions de vie des plus démunis sur tout le territoire américain, avec le soutien constant et l’amitié indéfectible de Théodore Roosevelt qui reconnaît très tôt l’influence de Jacob Riis sur sa perception d’une réalité sociale jusque là peu présente dans le discours politique, du moins dans une optique réformatrice.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Jacob A. Riis Papers, 1870-1952 (bulk 1887-1913), Archival Manuscript Material, Library of Congress (18 containers, 8 microfilms reels).

The Complete Photographs of Jacob Riis (microform) / Museum of the City of New York, New York, Macmillan, c1981. (8 microfilms).

Riis, Jacob. How the Other Half Lives: Studies Among the Tenements of New York. New York: Charles Scribner & Sons. 1890.

__. Children of the Poor. New York: Charles Scribner’s Sons, 1892.

__. The Making of an American. New York: Macmillan, 1902.

Sources secondaires

Alland, Alexander. Sr. Jacob A. Riis Photographer and Citizen, with a preface by Ansel Adams. New York: Aperture, 1974.

Aubert, Didier. Photographie et progressisme: The Pittsburgh Survey, 1907-1914, Université Lumière Lyon 2, 2000.

Barthes, Roland. La chambre claire. Note sur la photographie. Cahiers du cinéma, Paris : Gallimard, Seuil, 1980.

Buk-Swienty, Tom. The Other Half: The Life of Jacob Riis and the World of Immigrant America. New York: W. W. Norton and Company, 2008.

Gandal, Keith. The Virtues of the Vicious: Jacob Riis, Stephen Crane, and the Spectacle of the Slum. New York: Oxford University Press, 1997.

Hales, Peter Bacon. Silver Cities: Photographing American Urbanization, 1839-1939.

Albuquerque: University of New Mexico Press, 2005.

Hawes, Joseph M. The Children’s Rights Movements: a History of Advocacy and Protection. Boston: Twayne Publishers, 1991.

Leviatin, David. “Framing the Poor”. Introduction to How the Other Half Lives. By Jacob Riis. Boston: Bedford Books, 1996.

Mathé, Sylvie, " Naturalism, Melodrama and the Aesthetic of the Spectacular in Maggie" in Stephen Crane, volume rassemblé par Yves Carlet (Collection Profils Américains, Publications Montpellier III, 2006), pp. 45-63.

Mintz, Steven, and Susan Kellogg. Domestic Revolutions: a Social History of American Family Life. New York: Free Press; London: Collier Macmillan, 1988.

Newhall, Beaumont. The History of Photography. New York: The Museum of Modern Art, 1962 (From 1839 to the Present. New York: The Museum of Modern Art; Boston: Little, Brown &Company, 1949).

Orvell, Miles. American Photography.Oxford: Oxford University Press, 2003.

Perry, Claire. Young America: Childhood in 19th Century Art and Culture, exhibition. New Haven: Yale University Press, 2006.

 “Priceless Children: American photographs 1890-1925, Lewis Hine, F. Holland Day: Child Labour and the Pictorialist Ideal”: [exhibition, Weatherspoon Art Museum, the University of North Carolina at Greensboro, October 28-December 19, 2001, University Art Museum, University of California at Santa Barbara, February 8-April 7, 2002, Grey Art Gallery, New York University, May 7-July 13, 2002], Greensboro : University of North Carolina ; Washington : distrib. by the University of Washington Press, 2001.

Rosemblum, Naomi. A World History of Photography. New York: Abbeville Press, 3rd ed, 1997.

Smith, Lindsay. The Politics of Focus, Women, Children, and Nineteenth-Century Photography. Manchester and New York: Manchester University Press, 1998.

Sontag, Susan. On Photography. New York: Dell, 1977.

Stange, Maren. Symbols of Ideal Life: Social Documentary Photography in America, 1890-1950. New York: Cambridge University Press, 1989.

Toub, Martin D. The Other Half Revisited: The Legacy of Jacob Riis, Produced by Joel Sucher, Steven Fischler, Sam Roberts, 1996.

Trachtenberg, Alan. The Incorporation of America: Culture and Society in the Gilded Age. New York: Hill and Wang, 1982.

Yochelson, Bonnie and Daniel CZITROM. Rediscovering Jacob Riis, Exposure Journalism and Photography in Turn-of-the -Century. New York: The New Press, 2007.

Zelizer, Viviana A. Rotman. Pricing the Priceless Child: the Changing Social Value of Children. Princeton, N.J.: Princeton University Press, 1994.

Haut de page

Notes

1  En Angleterre, les photographies de Street Life in London, publiées en 1876 et 1877, contribuent à faire de leur auteur John Thomson l’ancêtre de la photographie sociale.

2 Riis, 1890, p.185.

3 Locke, John, An Essay Concerning Human Understanding, 1690.

4 In The Chicago Sunday Tribune, March 25, 1900, “The Story of the Slum, part III”.

5 Notons toutefois que cette pauvreté reste stigmatisante lorsqu’elle ne s’applique pas aux enfants : « I speak of the pauper, not of the honestly poor », Riis, 1890, p.246.

6 Id.

7 Riis, 1892, p.208.

8  Riis, 1892, p.1.

9  Traduit du danois et cité par Buk-Swienty, 2009, pp.78-79.

10  Riis, 1890, p.185.

11  Convention of Christian Workers, Washington D.C, Nov 5-11, 1891.

12  Riis, 1904, p.107.

13  Newhall, 1949, p.171.

14  Barthes, 1980, p.120.

15  Orvell, 2003, p.73.

16  Perry, 2006, p.141.

17  Sontag,1973, p.56.

18  Riis, 1890, p.61

19  Yochelson, 2007, p.177.

20  In The Dial, November 1893.

21  Interview dans Jacob Riis Revisited, 1996.

22  In Scribner’s Magazine, “Children of the Poor”, p.538.

23  Riis, 1890, p.61.

24  In Scribner’s Magazine, “Children of the Poor”, p.554.

25  Riis, 1892, p.34.

26  Riis, 1892, p.109.

27  Riis, 1892, p.61.

28  Gandal, 1997, p.66.

29  Pour une étude détaillée des “Street Arabs” en Angleterre, voir “The Shoe-Black to the Crossing Sweeper: Victorian Street Arabs and Photography” pp.111-132, dans The Politics of Focus, Women, Children and Nineteenth-Century Photography, Lindsay Smith, 1988.

30  Riis, 1890, pp. 196-197.

31  Hawes, 1991, p.12.

32  Riis, 1892, p.4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne LESME, « L’enfant pauvre et la naissance de la photographie sociale aux États-Unis au XIXe siècle », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1237 ; DOI : 10.4000/erea.1237

Haut de page

Auteur

Anne LESME

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org