Navigation – Plan du site

Sexe et pouvoir aux États-Unis

Mokhtar BEN BARKA

Texte intégral

  • 1  En 1993, Bill Clinton est arrivé à la Maison Blanche précédé d’une réputation de coureur de jupons (...)
  • 2  En 1988, Jimmy Swaggart disparut des écrans après avoir été surpris tout nu dans une chambre d’hôt (...)
  • 3  Jim Bakker fut convaincu d’adultère et de malversations portant sur des millions de dollars. En 19 (...)

1Les adversaires politiques de Bill Clinton aiment à dire que l’Histoire se souviendra de lui plus à cause de ses mensonges et de sa sexualité débordante qu’en raison de son bilan.1 En vérité, les frasques sexuelles du président Clinton ne sont que la perpétuation d’une tradition qui remonte aux origines de la nation américaine. “Long before there was a United States of America”, écrit Shelley Ross, “there was sex, scandal, and corruption in American politics. In fact, some of the most notorious—and bizarre—of tales can be traced to our colonial leaders” (3). Non seulement les questions de liaisons illégitimes traversent toute l’histoire américaine, mais elles touchent toutes les personnalités publiques — à tous les niveaux du pouvoir —, au point de donner à penser qu’il s’agit là d’une caractéristique fondamentale de la vie publique américaine. Les hommes d’Églises n’y échappent pas ; il n’est que de se souvenir des déboires sexuels des télévangélistes Jimmy Swaggart2 et Jim Bakker.3 Il y a deux ans, le révérend Henry Lyons, président de la National Baptist Convention, la plus grande dénomination baptiste noire, fut condamné pour détournement de fonds : l’argent servait principalement à entretenir sa maîtresse (Borger 8).

  • 4 Myra MacPherson, The Power Lovers ; Barbara Bess and Sam Janus, A Sexual Profile of Men in Power ; (...)

2Les histoires d’infidélité conjugale les plus connues et qui suscitent le plus d’intérêt sont sans doute celles de la Maison Blanche. À preuve les nombreuses études qui leur sont consacrées.4 Dans Presidential Sex (1995), l’ouvrage le plus récent sur ce sujet, Wesley O. Hagood fournit des détails sur les relations entre Thomas Jefferson et Sally Hemings, l’une de ses esclaves avec qui il avait eu au moins un enfant ; Andrew Jackson et Peggy Eaton, l’épouse de son ministre de la guerre, John Eaton ; Grover Cleveland et Maria Crofts Halpin avec il aurait eu un enfant ; Franklin D. Roosevelt et Lucy Mercer ; Dwight Eisenhower et Kay Summersby ; John F. Kennedy et Judy Campbell Exner, Jayne Mansfield et Marilyn Monroe ou encore Lyndon Johnson et Madeleine Brown, pour s’en tenir à quelques exemples. Si bon nombre de ces affaires avaient été escamotées, d’autres, pourtant bien connues de tous, n’avaient pas eu d’effets notables. En revanche, les déboires personnels de certains hommes politiques donnèrent lieu, il n’y a pas longtemps, à des feuilletons politico-médiatiques, qui déclenchèrent de véritables psychodrames.

  • 5  Lors de la campagne électorale de 1988, un journaliste du Miami Herald découvrit que Gary Hart (tê (...)
  • 6  Le 6 octobre 1991, à deux jours du vote de confirmation par le Sénat du juge Clarence Thomas au po (...)

3Le déballage sur la place publique de la vie privée de Gary Hart, l’ancien candidat à l’investiture du Parti démocrate aux élections de 1988,5 du juge Clarence Thomas6 et du président Bill Clinton, suscite un débat intense où des questions comme les relations entre pouvoir et sexualité, l’imbrication du privé et du public, le rôle du puritanisme et l’influence des médias modernes sur la vie politique reviennent avec une insistance particulière. Pour donner la mesure du débat, je voudrais m’attarder dans les pages qui suivent sur chacune de ces questions.

Les relations entre Éros et pouvoir

  • 7  Par opposition à Agape : amour sacré, divin.

4Éros — entendu dans le sens de pulsion sexuelle7 — et pouvoir entretiennent des relations aussi étroites que conflictuelles. Autant ils apparaissent indissociables, autant ils sont inconciliables et tendent même à s’exclure mutuellement. À y regarder de plus près, on se rend compte que l’Éros et le pouvoir ont plusieurs points communs. D’abord, ils sont fondamentalement de même nature ; il s’agit dans les deux cas de l’affirmation obstinée de soi. Ensuite, ils ont la même finalité, à savoir la jouissance que procure la domination d’autrui. Enfin, les relations de pouvoir sont immanentes aux rapports sociaux et aux relations personnelles, y compris les relations sexuelles, souvent perçues et formulées en termes de pouvoir et de domination. Pour le juriste Alan Dershowitz, le sexuel et le poli­tique sont inséparables : “Sex is politics and politics is sex, and never the twain shall be parted” (210).

  • 8  Ce que les féministes rejettent catégoriquement. Voir Barbara Ehrenreich (45).
  • 9  Eleanor Clift, cité par Leo (18).

5Le pouvoir a une charge libidinale qui explique sa dimension érotique. Source d’excitation sexuelle intense, il est une arme de séduction qui peut prendre plus ou moins d’importance selon les personnalités. Dans la mesure où le pouvoir procure du plaisir érotique, certains n’hésitent pas à le considérer comme un “aphrodisiaque”.8Selon la théorie de l’“alpha male syndrom”, les dirigeants politiques “are victims of the hormones that go with political success.”9 Cette théorie semble s’appliquer également aux serviteurs de Dieu, si on en juge par ces propos de Garry Wills : “the pulpit has always been a libidinous zone” (19). Incontestablement, le pouvoir fascine : son détenteur devient, pour ainsi dire, un “sex symbol”. Témoignent de cette fascination les déclarations d’amour que reçoivent régulièrement les personnalités publiques.

6Souvent, l’amour du pouvoir et de la domination conduit à des dérapages, et ce, du fait qu’il ne cesse de s’étendre. Aussi le code moral derrière la réserve d’énergie a-t-il tendance à s’amenuiser à mesure que le succès grandit. La corruption et le sexe sont les principales voies par lesquelles l’homme de pouvoir abuse de sa position et de ses privilèges. L’exercice du pouvoir sur le corps social et la possession charnelle du corps de l’autre se confondent dans l’esprit du détenteur de l’autorité qui se pose en “conquérant jouisseur”. Or, c’est un réel danger que d’installer la jouissance au cœur de l’exercice du pouvoir, car celle-ci a des visées strictement individualistes. Au lieu de promouvoir la moralité et la communauté, qui supposent un dépassement ou à tout le moins une limitation de l’égoïsme, la jouissance conduit à la jalousie, à l’hostilité et donc à la désunion ; et de ce fait, elle constitue une réelle menace pour l’ordre et la sécurité. Dès lors, un choix s’impose : renoncer à l’Éros pour accéder au pouvoir, ou renoncer au pouvoir en faveur du désir et de la convoitise. Il est clair que l’assujettissement de l’Éros est la condition même de la volonté de pouvoir.

7La corrélation entre l’exercice du pouvoir et le renoncement au plaisir n’est pas sans rappeler la thèse de Sigmund Freud selon laquelle la civilisation est fondée sur l’assujettissement permanent des instincts humains. Commençant par l’inhibition méthodique des instincts primaires, la civilisation exige une répression de plus en plus intense de la sexualité, permettant des relations collectives durables et susceptibles de s’étendre. C’est l’inhibition des instincts de destruction qui conduit à la domination de l’homme sur la nature et à la morale individuelle et sociale. L’Éros refoulé est l’énergie de l’histoire. Inversement, la libre satisfaction des besoins instinctuels de l’homme est incompatible avec la société civilisée. En termes freudiens, le principe de plaisir et le principe de réalité sont inconciliables au point d’exiger la transformation répressive de la structure instinctuelle de l’homme. Une telle exigence est la condition préalable du progrès. “Laissés libres de poursuivre leurs objectifs naturels, précisait Herbert Marcuse (23), les instincts fondamentaux de l’homme seraient incompa­tibles avec toute association et toute protection durables : ils détruiraient même ce qu’ils unissent. Éros, sans garde-fou est tout aussi fatal que sa contrepartie mortelle, l’instinct de mort.” Pour Freud, comme pour saint Augustin, la destinée de l’humanité, c’est l’obligation de quitter le Paradis et les efforts faits pour le retrouver mais entre les deux termes, l’homme est en guerre contre lui-même, entraîné, dit saint Augustin, par deux amours, le véritable amour d’une part, et la soif du pouvoir, d’autre part.

8On peut à titre d’hypothèse établir un lien entre le dirigeant jouisseur et le père primitif qui monopolisait pour lui-même les femmes et soumettait les autres membres de la horde à son pouvoir. Il obligeait ses fils à la renonciation, en les excluant du plaisir suprême. À une époque reculée de l’histoire de l’espèce humaine, la vie fut organisée par la domination : puisqu’il possédait les femmes, le père dominait les autres membres de la horde.

Vie privée et vie publique

  • 10  “The French Solution”, comme certains l’appellent, consiste à ignorer ou respecter la vie privée d (...)

9Les scandales sexuels des deux dernières décennies, notamment ceux qui ont touché Gary Hart, Clarence Thomas et Bill Clinton, montrent, entre autres, comment de manière exemplaire se nouent aux États-Unis, à l’occasion de conflits politiques, les fils de l’individuel et du collectif autour de la définition du public et du privé. Ils attestent que dans la tradition politique américaine, la vie privée occupe une place exceptionnelle dans la sphère publique. À la différence de la France où la séparation entre le privé et le public est plus tranchée, la vie privée des hommes publics est considérée, aux États-Unis, comme un élément essentiel dans le jugement politique. La vie politique commence, et finit parfois, avec la vie privée.10 Si dans la plupart des pays européens les révélations les plus croustillantes sur les personnalités publiques sont traitées par l’humour, il en va autrement aux États-Unis, où le moindre soupçon d’écart de conduite devient une arme politique et où les carrières politiques se font et se défont au gré des accidents biographiques, même les plus lointains. L’attaque contre la personne d’un candidat n’a certes rien d’une infraction aux règles du jeu politique. Bien entendu, tout le monde ne s’accommode pas d’une telle pratique que Alan Dershowitz qualifie de “gutter politics” (230).

  • 11 Comme le dit Broder, “Presidential Character clearly involves more than sexual purity” (16).

10Aux États-Unis, l’intégrité fonde la crédibilité et la morale privée des hommes politiques définit leur personnalité publique. Pour la conduite des affaires publiques, les Américains exigent que les hommes politiques soient au-dessus de tout soupçon. Inversement, les politiciens, à l’immoralité avérée, ne peuvent aucunement bénéficier de la confiance du peuple. Considéré comme garant d’efficacité et de moralité au sein de l’État, ce code moral, exigé par les électeurs américains, confère à la vie politique sa légitimité. Pour accroître leurs chances de réussite, les prétendants au pouvoir se doivent de convaincre les électeurs de leur attachement à la morale judéo-chrétienne et aux valeurs familiales traditionnelles. La présence de l’épouse, des enfants et des petits-enfants est incontour­nable : elle authentifie le dévouement du candidat à sa famille, confirme sa moralité et loue l’exemplarité de sa vie privée. Comme le dit Alan Dershowitz, “Our office seekers generally campaign with their adoring spouses, leaving church, Bible in hand, and sexual virtue on the sleeve” (230). Les questions de personnalité et de comportement privé pèsent d’un poids tel que les véritables enjeux politiques, culturels et sociaux sont le plus souvent relégués au second plan. On peut à juste titre se demander si finalement les électeurs américains ne votent pas pour un homme ou pour une femme plutôt que pour un programme politique. La personnalisation extrême du pouvoir ne peut avoir que des effets néfastes : à vouloir faire reposer la crédibilité d’un homme public sur sa vie privée, il en résulte que ceux qui gouvernent ne sont pas forcément les plus compétents. Du reste, on sait bien depuis Machiavel que les vertus morales ne font pas nécessairement les grands hommes d’État.11

  • 12  Mark Twain, cité par Schmuhl (102)

11Pourquoi les questions de caractère et de comportements privés occupent-elles le centre du débat politique aux États-Unis ? L’explication tient d’abord au fait que le peuple américain exige beaucoup de ses dirigeants. Contrairement à Bill Clinton qui déclara que son aventure avec Monica Lewinsky ne regardait que lui-même et sa famille, et qu’en tant que président il avait le droit à une vie privée, beaucoup estiment que la vie privée du président est une affaire publique. Il en est ainsi parce qu’il incarne le peuple et le représente dans sa majesté et sa dignité. À leurs yeux, la conduite personnelle est un bon reflet de la conduite politique, c’est ce que Richard Posner appelle la “uniformity thesis”. Ils pensent qu’un président qui ment à sa femme est plus à même de mentir à ses concitoyens. De même, l’infidélité conjugale est assimilée à une trahison du peuple. Vu sous cet angle, le pouvoir présidentiel s’incarne dans des valeurs éminemment personnelles. C’est, à vrai dire, méconnaître la complexité de la nature humaine que de vouloir qu’on ait le même comportement aussi bien en public qu’en privé. Mark Twain résumait cette complexité en ces termes : “every one is a moon, and has a dark side which he never shows to anchoïade.”12

12Deuxièmement, le président des États-Unis, considéré par certains comme un modèle de rectitude et de loyauté, a la charge de défendre la morale et les valeurs judéo-chrétiennes sur lesquelles est fondée la nation américaine. En raison de sa position et de l’autorité morale qui émane de sa fonction, le président est censé fixer les règles de comportement du peuple qu’il sert. De par sa fonction, il est par tradition tenu à des valeurs élevées. Il doit par conséquent mener une vie empreinte de pureté, de discipline, de contrôle de soi. La moralisation de la vie politique et la quête perpétuelle de pureté et de sainteté civile s’enracinent dans la confiance que les Américains ont toujours eu dans l’exceptionalisme et le providentialisme du destin de leur pays : à nation exception­nelle, des élus exceptionnels. Comment préserver la stabilité et la prospérité de la “nation choisie” si ses dirigeants ne sont pas dotés de sens moral ? C’est dire que la vie politique américaine a une finalité transcendante.

13Troisième explication : le président américain est la plus importante personnalité politique de la planète. Lorsque sa vie personnelle devient embarrassante, elle l’est non seulement pour lui-même et sa famille, mais aussi pour tous les Américains. Ses écarts de conduite sont souvent ressentis comme un coup dur, voire une humiliation. “When he misbehaves in private”, explique Joseph Lieberman, “he risks damaging the country he heads, compromising the trust of the people he serves and diminishing his capacity to lead” (153). Pour ses détracteurs, Bill Clinton, en mentant sous serment au sujet de sa relation avec Monica Lewinsky, a trompé sa famille, son gouvernement et l’ensemble du peuple américain, mais il a surtout porté atteinte à la dignité de la fonction qu’il occupait et à la majesté du pays qu’il servait.

14Quatrièmement, l’inconduite d’un président peut avoir de graves conséquences sur la sécurité nationale. Chacun sait que “mistresses throughout history have been known to exert power over kings, prime ministers, presidents, and other top-level functionaries” (Bollens & Schmandt 185). Par son imprudence, un président peut s’exposer à l’espionnage et au chantage. Ainsi que le rappellent John

15C. Bollens et Henry J. Schmandt, “the use of sex to obtain the secrets of nations has been a technique practiced throughout history and one long dramatized in plays, novels, and motion pictures. Govern­ment personnel who engage in such behavior are more susceptible to blackmail and consequently are greater security risks than ‘normal’ people” (196). Monica Lewinsky, rappelle Richard Posner, avait menacé Bill Clinton de divulguer leur relation s’il ne lui procurait pas l’emploi qu’elle souhaitait avoir. Et Richard Posner d’ajouter : “It is fortunate that Lewinsky was not a foreign agent or a fisher for government contracts or for an important government job for which she was unqualified” (150).

  • 13  Walter Dean Burnham, cité par Shogun (2).

16Enfin, la Maison Blanche est un lieu sacré, vénéré depuis sa création : elle est le “temple de la religion civile américaine”. C’est pour cela que Walter Dean Burnham qualifie les présidents américains de “high priests of the American civil religion.”13 Aussi longtemps qu’il réside à la Maison Blanche, le président doit donc avoir une conduite — tant privée que publique — irréprochable. On comprend que la liaison extra-conjugale de Bill Clinton avec Monica Lewinsky sur son lieu de travail eût été assimilée à une profanation de ce “sanctuaire”. Pour de nombreux Américains, un tel comportement n’était pas simplement “déplacé” — “inappropriate”, comme le disait Bill Clinton —, mais bel et bien un sacrilège.

Sexe et Puritanisme

17Outre ces considérations socio-politiques, il y a l’influence du puritanisme, et en particulier le péché originel. Comme l’a montré l’affaire Lewinsky, l’emprise du puritanisme sur la conscience américaine reste encore forte. En témoigne l’attitude répressive qu’ont beaucoup d’Américains à l’égard du corps et du plaisir sexuel. Cette attitude a pour corollaire l’insistance sur la pratique de l’autodiscipline pour maîtriser des impulsions jugées inopportunes. En effet, le puritanisme, dont les principaux traits sont la répression et le conformisme, met l’accent sur le renoncement au plaisir facile en faveur d’intérêts lointains dont on décide qu’ils sont supérieurs à la jouissance immédiate. D’après l’éthique puritaine, si l’être humain est corrompu, c’est parce qu’il a hérité du péché originel d’Adam.

  • 14  Martin Luther, cité par Grimm (47).

18Le péché n’est pas un accident temporaire et limité mais l’essence même de la condition humaine. “On ne commet pas un péché, écrit Jean-Pierre Martin, on s’installe dans le péché universel” (117). Comme le péché originel corrompt tout l’être humain, il atteint aussi l’activité sexuelle. Le plaisir sexuel est définitivement devenu un signe manifeste du péché originel. Pour Luther, “la ‘chair’ est une autre manière de dire le péché originel”.14

19Si, en matière de sexualité, nombre d’Américains imposent une forme de transparence à tous ceux qui ambitionnent de tenir un rôle public, c’est aussi en raison de l’importance que le puritanisme accorde à l’ordre et auquel il assigne des vertus ontologiques. “Comme Dieu organise le chaos, explique Jean-Pierre Martin, puis ses relations avec ses créatures par le moyen d’un pacte, l’homme doit organiser la dimension sociale pour faire pièce au mal, c’est-à-dire au désordre” (116). La discipline ne se comprend pas comme adhésion à une règle extérieure, mais comme fidélité, acquiescement aux règles cosmiques. Inversement, le mal commis par chaque pécheur ébranle tout l’édifice et souille l’univers. Il s’ensuit que “la société puritaine ne saurait consentir une place à ce que nous nommerions divergence et qu’elle appelle négation radicale : tolérer c’est trahir” (116).

20Il ne fait pas de doute que le moralisme, poussé à l’extrême, invite aux transgressions les plus débridées. Plus les croisés de l’ordre moral dénoncent la sexualité plus ils en sont fascinés. Ils se disent affreusement choqués et même outragés par tout ce qu’ils entendent au sujet de leurs dirigeants politiques, et pourtant ils prennent un pervers plaisir à déterrer de sombres affaires, réelles ou imaginaires. Ils sont friands d’indiscrétions et de confessions publiques, qui froissent le sens de la pudeur de bien des continentaux.

21La prude Amérique dénonce un système dont elle reste prisonnière ; elle dénonce et sanctionne en public ce qu’elle fait en privé. On ne pouvait qu’être frappé de voir lors de l’affaire Lewinsky les juges républicains ressasser, comme des obsédés, les actes qu’ils prétendaient condamner. Non moins frappante était la décision d’injecter immédiatement le contenu du rapport Starr dans l’arborescence planétaire d’Internet : manifestement, les ultra-conservateurs n’avaient pas su résister au voyeurisme. Au nom d’une moralité publique puritaine, ils avaient fait preuve à la fois d’exhibitionnisme et de voyeurisme moral : ils exhibaient volontiers la pureté de leur âme et mettaient du zèle à être “vertueux”. Interviewé par Le Nouvel Observateur, l’ancien gouverneur de New York Mario Cuomo déclara que “sur la question du sexe, les Américains sont totalement schizophrènes. On clame haut et fort qu’on ne veut rien savoir mais, dès qu’on en a la possibilité, on se précipite avec avidité sur le moindre détail” (56). Certains, comme Alan Dershowitz, n’hésitent pas à parler d’hypocrisie : “We live in a nation where sexual hypocrisy reigns. And wherever there is sexual hypocrisy, there will be sexual politics and its extreme form—sexual McCarthyism” (230). Le procureur indépendant Kenneth Starr, par son acharnement et ses méthodes inquisitoriales, incarnait parfaitement ce “maccarthysme sexuel”.

22D’autre part, le retentissement des récentes “affaires” s’explique par la vague morale et moralisatrice qui souffle sur les États-Unis depuis le début des années quatre-vingt. Cela se traduit notamment par une plus grande intolérance à l’égard des mœurs des personnalités publiques. Cet “intégrisme sexuel” est représentatif de la montée du fanatisme religieux qui, aux États-Unis, s’accompagne du renouveau de l’ultra-conservatisme politique. Avec la chute du mur de Berlin, la droite conservatrice perdit sa cible privilégiée, le communisme. Il fallut donc en inventer une autre

23— forcément à l’intérieur, l’extérieur n’étant plus désormais menaçant. Privée d’ennemi périphérique, la droite conservatrice se tourna vers la moralité, c’est-à-dire le sexe. Enfin, les écarts de conduite de Gary Hart, de Bill Clinton et de bien d’autres furent condamnés par tous ceux qui pensaient que l’infidélité conjugale de ces personnalités politiques portait atteinte au culte de la famille qui connaît depuis les années quatre-vingt un regain d’importance. Plus que jamais, la famille traditionnelle est considérée comme le garant du bonheur de l’individu et de l’intégrité de la nation.

Rôle des médias

24La montée en puissance des médias modernes de communication et la dégradation depuis une vingtaine d’années des rapports entre la presse et le monde politique, accompagnée d’une dérive marquée de l’éthique journalistique, font qu’aujourd’hui les questions de comportements occupent une place de choix dans les débats politiques.

25On connaît bien le rôle des médias dans la vie politique américaine, pas seulement dans les campagnes électorales. Il y a peu de pays au monde où les médias exercent une activité politique aussi importante que celle des médias américains. Pour être l’un des garants de l’ouverture démo­cratique, les médias américains sont considérés comme le “quatrième pouvoir”.

26Le pouvoir des journalistes américains tient aussi à l’imposition de leur éthique professionnelle de la vérité, universalisée en morale, au monde politique. Or, plusieurs signes témoignent de la modification de perception des personnalités politiques. Au cours des dernières décennies, les médias ont, au nom du droit de savoir, accru considérablement la visibilité de l’individu derrière le personnage public, et avec elle la psychologisation de la sphère politique. La télévision a induit une sorte de voyeurisme obligé à l’égard des personnes publiques, provoquant une surchauffe des passions. Cette médiatisation outrancière de la politique est lourde de conséquences : à la violation de l’intimité des personnalités publiques et des candidats au pouvoir s’ajoute l’incitation au lynchage médiatique. En ce sens, Robert Schmuhl souligne que “in today’s political-media environment, anything seems to go, with the notion of privacy almost an anachronism” (99). Les dérives des médias prennent des proportions importantes en périodes électorales.

  • 15  Même les journaux dits de “qualité” multiplient commentaires épicés et entrefilets égrillards, tel (...)

27On s’interroge alors sur les causes et les conséquences des dérives d’un journalisme pourtant réputé de haute qualité et volontiers donneur de leçon. L’affaire Lewinsky a montré que sous l’effet conjugué des nouveaux moyens de communications (surtout Internet) et de la concurrence effrénée, les médias — y compris la presse la plus respectée — ont souvent négligé les règles de prudence éditoriale et de vérifications élémentaires. Pendant plusieurs mois, télévisions, journaux et Internet se sont livrés une guerre sans merci pour distiller sans retenue et sans précaution les indiscrétions du procureur Kenneth Starr et de ses collaborateurs. Au lieu de s’en tenir aux faits, ils ont propagé des rumeurs sans fondement. Aussi se sont-ils montrés insatiables : Bill Clinton avait beau se confesser, battre sa coulpe, demander pardon et invoquer Dieu, les médias en voulaient toujours plus.15Internet, que l’affaire Lewinsky a consacré comme média à part entière, a servi de détonateur dans la mise à feu de la chaîne médiatique qui, du coup, s’est transformée en “machine à scandales”. Quant aux “tabloïds”, que la vérité et l’exactitude n’obsèdent pas, ils n’ont fait qu’aggraver les choses. Compte tenu du manquement des médias à leur premier devoir — trier les événements, les hiérarchiser, donner un sens à l’information selon un code d’éthique et de déontologie —, la crédibilité des journalistes dans l’opinion publique se trouve remise en cause. Avec l’affaire Lewinsky, les médias ont, en somme, découvert les limites de leur pouvoir.

28Ces dérapages sont relativement récents ; ils auront été préparés par le renversement progressif du rapport de forces entre la machine politique et l’appareil d’information. Depuis l’avène­ment de la télévision comme moyen de communication dominant au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il y eut tout d’abord un temps où la presse s’abstint de faire des révélations sur la vie privée des hommes publics. Les présidents américains furent alors épargnés. Ainsi Kennedy et Johnson bénéficièrent-ils largement de cette loi du silence. Ce statu quo allait rapidement se fissurer au début des années 1970. Il ne fait aucun doute que la série d’assassinats politiques des années 1960, la guerre du Vietnam, l’affaire du Watergate et tous les mensonges associés à ces événements, contribuèrent largement au développement d’un climat de suspicion. Surtout avec l’affaire du Watergate, la conviction s’installa chez de nombreux journalistes que les questions de vie privée avaient un rapport direct avec la vie publique et qu’on ne pouvait désormais plus les ignorer. Le mensonge public est devenu, surtout après le Watergate, politiquement mortel.

29Ce changement d’attitude est aussi dû à une transformation de la couverture médiatique de l’actualité publique : le déclin de la presse écrite, l’arrivée de nouvelles chaînes sur le créneau de l’information permanente (MSNBC ou Fox News), et l’ascension fulgurante d’Internet ont exacerbé la concurrence entre les médias, privilégié les effets d’annonce spectaculaires et soumis l’information à la logique trop exclusive du profit. L’accélération de la vitesse et des rythmes de l’information, la brièveté des délais de réflexion et de rédaction rendent problématiques les enquêtes longues et approfondies et favorisent les travaux superficiels, trop souvent puisés à des sources douteuses. La diffusion

30universelle, la transmission en flot continu et la répétition en cycle des nouvelles constituent pour les scandales politiques une chambre d’écho d’une puissance sans précédent.

31Les médias ont indéniablement une part de responsabilité dans la dégradation du débat politique américain des vingt dernières années. En effet, l’appauvrissement du débat et l’orchestration des scandales ont pour effet d’encourager le cynisme de l’opinion et de renforcer la méfiance à l’égard des personnes publiques et des institutions politiques. Joseph Lieberman fait le point sur cette question :

32Politicians and government have endured suspicion and a certain degree of scorn since the birth of this nation. This skepticism on the part of the American public is a grand tradition, as deeply rooted in our society as the spirit of freedom and independence and limited government. What is new, however, is the degree to which that suspicion and scorn have grown in the past thirty years. (13)

33Cela dit, il ne faut pas négliger le rôle joué par les consultants politiques qui entourent les candidats dans la personnalisation outrancière des campagnes électorales, ponctuées de tentatives d’”assassinat psychologique” (character assassination) des adversaires. L’habileté particulière dont les consultants, surtout républicains, ont su faire preuve au cours des années 1980 dans la mise en place de campagnes publicitaires “négatives” (negative campaigning) est un autre exemple de dérapage lié à l’extrême personnalisation de la vie politique américaine.

34Qu’en conclure, sinon qu’il y a convergence de trois dérives liées au puritanisme, au processus démocratique et à la presse. Le vieil héritage puritain surgit périodiquement du fond de l’inconscient collectif américain, envahissant la vie nationale et perturbant le jeu politique. Au fil du temps, ces retours du “refoulé” ont gagné en cruauté, sombrant aujourd’hui dans l’absurde. La résurgence périodique de la ”chasse aux sorcières” dénote que depuis l’arrivée des Pères pèlerins outre-Atlantique, les Américains n’ont jamais réussi à s’affranchir du problème du péché qui continue à les obséder.

35Au nom de la transparence et du droit de savoir, les affaires liées à la vie privée occupent aujourd’hui une place prépondérante dans le débat politique. Cela soulève, à nouveau, la délicate question du droit des personnalités publiques au respect de leur vie privée. Bien que l’imbrication du privé et du public soit une particularité essentielle de la politique américaine, la plupart des hommes politiques se résignent mal au déballage médiatique de leur vie privée. Est-il, alors, possible d’envisager d’imposer des limites dans ce domaine ? Rien n’est moins sûr.

36La polémique et le ressentiment que favorisent les médias génèrent une confusion générale qui ne peut que rebuter l’électorat, le désorienter et le fragmenter, d’où l’accroissement de la désaffection. En s’arrogeant un devoir de morale et de vérité dans un domaine où il n’a pas forcément lieu d’être, et en négligeant les règles de base au profit d’une course à l’audience effrénée, les médias américains ne sont plus à la hauteur de leur image de modèle.

Haut de page

Bibliographie

Bess, Barbara and Sam Janus. A Sexual Profile of Men in Power. Englewood Cliffs, N.J.: Prentice-Hall, 1977.

Bollens, John C. and Henry J. Schmandt. Political Corruption. Power, Money, and Sex. CA: Palisades Publishers, 1979.

Borger, Julian. “US Baptist leader stole to live in luxury with lover.” The Guardian (March 1, 1999).

Broder, David S. “Private Morality, Public Interest?” The Guardian Weekly (February 8, 1998).

Clark, Marian and Ruda Maxa. Public Trust and Private Lust. New York: William Morrow, 1977.

Cuomo, Mario. “‘Clinton ne démissionnera jamais’”. Le Nouvel Observateur (24-30 septembre 1998).

Dershowitz, Alan M. Sexual McCarthyism. Clinton, Starr, and the Emerging Constitutional Crisis. New York: BasicBooks, 1998.

Ehrenreich, Barbara, “How Bill Screwed His Generation.” The Guardian Weekly (February 1, 1998).

—. “The Week Feminists Got Laryngitis”, Time, February 9, 1998.

Grimm, Robert. Luther et l’expérience sexuelle. Sexe, célibat, mariage chez le réformateur. Genève : Labor & Fides, 1999.

Hagood, Wesley O. Presidential Sex: From the Founding Fathers to Bill Clinton. New York: Birch Lane Press, 1995.

Lieberman, Joseph. In Praise of Public Life. The Honor and Purpose of Political Service. New York: Touchstone-Simon & Schuster, 2000.

Leo, John. “My libido made me do it!” U.S. News & World Report (March 2, 1998).

MacPherson, Myra. The Power Lovers. New York: Ballantine, 1975.

Marcuse, Herbert. Éros et civilisation. Contribution à Freud. Paris : Éd. de Minuit, 1963.

Martin, Jean-Pierre. Le puritanisme américain en Nouvelle-Angleterre. Talence : Presses Universitaires de Bordeaux, 1989.

Posner, Richard A. An Affair of State. The Investigation, Impeachment, and Trial of President Clinton. Massachusetts & London: Harvard University Press, 1999.

Ross, Shelley. Fall From Grace. Sex, Scandal, and Corruption in American Politics from 1702 to the Present. New York: Ballantine, 1988.

Schmuhl, Robert. “Presidential Perplexity: What’s Public? What’s Private?” Society (Nov.-Dec. 2000).

Shogun, Robert. The Double-Edged Sword: How Character Makes and Ruins Presidents, from Washington to Clinton. Boulder, Colorado: Westview, 2000.

Wills, Garry. “The Phallic Pulpit.” New York Review of Books (December 21, 1989).

Haut de page

Notes

1  En 1993, Bill Clinton est arrivé à la Maison Blanche précédé d’une réputation de coureur de jupons. Sa réputation s’est définitivement confirmée suite à l’affaire Lewinsky qui, comme chacun sait, a failli déboucher sur sa destitution.

2  En 1988, Jimmy Swaggart disparut des écrans après avoir été surpris tout nu dans une chambre d’hôtel en compagnie frivole.

3  Jim Bakker fut convaincu d’adultère et de malversations portant sur des millions de dollars. En 1987, il avait eu une liaison extra-conjugale avec une dame légère dont il essaya ensuite d’acheter le silence.

4 Myra MacPherson, The Power Lovers ; Barbara Bess and Sam Janus, A Sexual Profile of Men in Power ; Marian Clark and Ruda Maxa, Public Trust and Private Lust ; Shelley Ross, Fall From Grace. Sex, Scandal, and Corruption in American Politics from 1702 to the Present.

5  Lors de la campagne électorale de 1988, un journaliste du Miami Herald découvrit que Gary Hart (tête de liste du Parti démocrate), qui était marié, avait passé le second week-end du mois de mai avec un mannequin, Donna Rice. Hart commença par démentir avoir eu des rapports adultérins avec cette jeune femme, puis annonça brutalement le retrait de sa candidature.

6  Le 6 octobre 1991, à deux jours du vote de confirmation par le Sénat du juge Clarence Thomas au poste de Justice à la Cour suprême, Anita Hill, l’une de ses anciennes collaboratrices, l’accuse de harcèlement sexuel : de 1981 à 1983, abusant de sa position de supérieur hiérarchique, il aurait imposé à la jeune femme ses obscénités.

7  Par opposition à Agape : amour sacré, divin.

8  Ce que les féministes rejettent catégoriquement. Voir Barbara Ehrenreich (45).

9  Eleanor Clift, cité par Leo (18).

10  “The French Solution”, comme certains l’appellent, consiste à ignorer ou respecter la vie privée de ses élus, et notamment leur vie amoureuse. Voir Broder (16).

11 Comme le dit Broder, “Presidential Character clearly involves more than sexual purity” (16).

12  Mark Twain, cité par Schmuhl (102)

13  Walter Dean Burnham, cité par Shogun (2).

14  Martin Luther, cité par Grimm (47).

15  Même les journaux dits de “qualité” multiplient commentaires épicés et entrefilets égrillards, tel celui de Barbara Ehrenreich : “If anything, he likes women far too much for his own fragile powers of self-control. The brain says no, but again and again, the groin says go” (23).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mokhtar BEN BARKA, « Sexe et pouvoir aux États-Unis », E-rea [En ligne], 1.1 | 2003, mis en ligne le 19 juin 2003, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://erea.revues.org/132 ; DOI : 10.4000/erea.132

Haut de page

Auteur

Mokhtar BEN BARKA

Université de Valenciennes
Maître de conférences
Mokhtar Ben Barka enseigne la civilisation américaine. Il s’intéresse à la politique et à la religion aux États-Unis, sujets sur lesquels il a publié plusieurs articles. Il est également l’auteur de deux ouvrages : Les nouveaux rédempteurs. Le fondamentalisme protestant aux États-Unis (Éditions de l’Atelier et Labor et Fides, 1998) et La nouvelle droite américaine. Des origines à l’affaire Lewinski (2e éd. Éditions du Temps, 1999).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org