Navigation – Plan du site

Une analyse d’une production de discours rapporté : l’introduction des tours de parole dans “Hills Like White Elephants” d’Ernest Hemingway

Grégoire LACAZE

Résumés

Cette nouvelle d’Ernest Hemingway est construite principalement autour du report de paroles au discours direct des deux personnages principaux. Elle a déjà fait l’objet de nombreuses études critiques, notamment sur le style de son auteur. Nous nous intéressons ici à un aspect souvent négligé dans ces études, l’introduction du discours direct, car celle-ci nous semble relativement importante dans la réception1 de la nouvelle.
À partir de cette production de discours rapporté, nous étudierons comment le narrateur choisit d’introduire les différents tours de parole. Cette réflexion, s’inscrivant dans une perspective énonciative, s’appuiera sur une étude grammaticale et sémantique prenant en compte les spécificités du genre de la nouvelle et leur influence sur les choix stylistiques de l’auteur. Une étude statistique sur la composition des structures d’introduction du discours des personnages viendra étayer l’analyse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2  Nous considérons l’expression fiction romanesque dans son acception la plus large qui inclut les r (...)

1Dans le cadre de nos recherches sur l’introduction du discours direct (DD) en anglais contemporain, qui exploitent un corpus hétérogène mêlant énoncés de fiction romanesque2 et articles de presse, nous sommes amené à étudier diverses productions de discours rapporté (DR) pour en faire une analyse linguistique et stylistique.

  • 3  Cette expression est empruntée à Catherine Kerbrat-Orecchioni qui s’est spécialisée dans l’étude d (...)

2À partir de l’hypothèse selon laquelle l’existence de contraintes propres à chacun des deux genres discursifs précédemment cités implique des spécificités d’emploi du DD, cet article se propose d’analyser l’introduction du DD dans les différents « tours de parole »3 de la nouvelle “Hills Like White Elephants” d’Ernest Hemingway.

3Cette nouvelle, qui a déjà fait l’objet de nombreuses études critiques, est construite principalement autour du report de paroles au DD des deux personnages principaux. Nous nous intéresserons à un aspect peu étudié de cette nouvelle : l’introduction du DD car celle-ci nous semble relativement importante dans la réception de la nouvelle. À partir du texte qui constitue une production de discours rapporté, nous étudierons comment le narrateur choisit d’introduire les différents tours de parole. Notre réflexion, qui s’inscrit dans une perspective énonciative, s’appuiera sur une étude stylistique et sémantique prenant en compte les spécificités du genre de la nouvelle et leur influence sur les choix stylistiques de l’auteur. Une étude statistique sur la composition des structures d’introduction du discours des personnages viendra étayer notre analyse. Nous étudierons enfin l’effet produit par le phénomène d’effacement de l’incise en association avec la répétition de segments textuels par différents locuteurs au sein du dialogue.

I. “Hills Like White Elephants”: une nouvelle

4L’œuvre de fiction “Hills Like White Elephants” est une nouvelle et non pas un roman. L’une des spécificités premières d’une nouvelle est sa longueur. Comme l’indique Catherine Grall : « la nouvelle est un récit de fiction bref, qui met en œuvre une écriture de la densité et qui mobilise l’intentionnalité de l’auteur en termes d’effet de totalité et d’unité » (1997 271). Cette affirmation tend donc à présupposer que des phénomènes de condensation sont à l’œuvre dans une nouvelle.

  • 4  L’édition Finca Vigía est l’édition américaine du texte d’Hemingway utilisée pour cette étude. “Hi (...)

5Dans l’édition américaine Finca Vigía4 qui regroupe l’intégralité des nouvelles d’Hemingway, cette nouvelle compte seulement quatre pages. À partir de l’étude des segments d’introduction des tours de parole du dialogue, nous verrons comment les choix stylistiques de l’auteur s’expriment à travers cette caractéristique physique du texte.

A. Composition de la nouvelle

6Cette nouvelle est construite autour du dialogue entre deux personnages principaux : un Américain et une jeune femme prénommée Jig, qui attendent leur train attablés à la terrasse du café d’une gare située le long de la vallée de l’Èbre sur la ligne Barcelone–Madrid. Au cours de la discussion entre ces deux personnages, l’homme va tenter de convaincre la jeune femme d’avorter même si ce terme n’est jamais prononcé en tant que tel.

  • 5  L’identification des frontières de l’incipit est en soi problématique : Andrea Del Lungo estime qu (...)

7La nouvelle d’Hemingway commence par un paragraphe qui tient lieu d’incipit5. Il est suivi par le report d’un dialogue au DD entre ces deux personnages. Quelques phrases de récit parsèment ce dialogue qui fait intervenir de temps à autre un troisième locuteur, la serveuse du café, mais les phrases de récit sont peu nombreuses. Enfin, un fragment de ce dialogue entre les deux personnages principaux clôt la nouvelle et tient lieu d’« explicit ». Par opposition à l’incipit qui débute un texte, l’explicit le conclut. Selon Andrea Del Lungo : « tout texte présente des lieux plus ponctués : des lieux de prise de contact (l’incipit du texte (… )) et, symétriquement, des lieux de rupture de contact (explicit du texte (… )) » (« Pour une poétique de l’incipit » 134).

B. La focalisation externe et ses implications

  • 6  Selon la terminologie introduite par Gérard Genette, un narrateur « hétérodiégétique » est un « na (...)

8Le narrateur de la nouvelle, qui est aussi un locuteur rapporteur car il crée un report de paroles, est un « narrateur hétérodiégétique »6 qui adopte une « focalisation externe » pour rapporter les événements ; il se contente alors de ne communiquer qu’un minimum d’informations au lecteur. Gérard Genette précise l’acception qu’il donne à l’expression focalisation externe en citant “Hills Like White Elephants” : dans un « récit à focalisation externe (… ) le héros agit devant nous sans que nous soyons jamais admis à connaître ses pensées ou sentiments » comme dans « certaines nouvelles d’Hemingway comme The Killers ou davantage encore Hills Like White Elephants (… ) qui pousse la discrétion jusqu’à la devinette » (Figures III 207). Nous allons retrouver ce déficit informationnel dans la composition des incises de DD… ou plutôt dans leur absence.

9Ce choix narratologique de la part de l’auteur lui permet de rapporter les événements comme s’il ne portait pas de jugement sur les faits qu’il livre au lecteur. Il n’y a donc pas de description de la psychologie des personnages ; seuls les éléments « objectifs » comme les mouvements des personnages, leurs actions notamment, sont retranscrits en plus de leurs paroles.

C. Caractéristiques du report d’un dialogue au discours direct

10Dans le cadre de la fiction romanesque, la présence d’un dialogue dans un roman ou une nouvelle témoigne de la volonté du narrateur-locuteur rapporteur de retranscrire les propos échangés par les participants à un acte interlocutif et de les présenter à un destinataire. Le report de paroles peut être limité à seulement deux tours de parole, celui d’un locuteur origine et celui d’un de ses interlocuteurs. Il peut, au contraire, être reproduit plus longuement par le narrateur et occuper physiquement plusieurs pages d’un livre. C’est le cas dans cette nouvelle dans laquelle le dialogue occupe une place de tout premier ordre.

11En tout cas, le report de paroles au DD doit être lisible : c’est-à-dire qu’il doit contenir un minimum d’informations pour que le lecteur soit en mesure de reconstruire mentalement le déroulement de l’acte énonciatif origine et l’enchaînement des tours de parole des différents personnages.

12Ces informations essentielles sont les suivantes :

  • le lecteur doit pouvoir identifier quel personnage parle à chaque tour de parole ;

  • il doit avoir un minimum d’informations sur l’identité de chaque locuteur origine.

13Nous savons qu’un dialogue met en jeu un réseau de connaissances partagées entre le locuteur rapporteur et le lecteur, notamment en ce qui concerne l’identification de l’origine énonciative de chaque tour de parole : l’environnement cotextuel et l’environnement situationnel permettent en général au destinataire du report de paroles d’avoir des informations sur les différents locuteurs origines.

D. L’incipit de la nouvelle

14Le premier paragraphe qui débute la nouvelle tient lieu d’incipit. Il est reproduit ci-dessous :

  • 7  Les gras sont de nous.

The hills across the valley of the Ebro were long and white. On this side there was no shade and no trees and the station was between two lines of rails in the sun. (… ) The American and the girl with him sat at a table in the shade, outside the building. It was very hot and the express from Barcelona would come in forty minutes. It stopped at this junction for two minutes and went on to Madrid.7(The Complete Short Stories 211)

15L’incipit de cette nouvelle contient bien les informations essentielles dont doit disposer le destinataire d’un report de paroles : les données minimales comme le lieu géographique, la description du paysage, la mention des personnages, etc. Les deux personnages désignés respectivement par les syntagmes nominaux the American et the girl with him représentent tous deux des participants potentiels à un acte énonciatif. La lecture du second paragraphe de la nouvelle fait immédiatement entrer le lecteur dans la première occurrence d’un report de paroles au DD et confirme l’actualisation du statut de ces participants qui deviennent tour à tour locuteurs origines.

  • 8  Andrea Del Lungo le définit ainsi : « on propose donc de définir comme in medias res tout incipit (...)
  • 9  L’image du seuil est empruntée à Andrea Del Lungo : « Le début d’une œuvre littéraire est un seuil (...)

16L’incipit in medias res8 précède et annonce la production d’un discours rapporté par le narrateur. La parole du narrateur s’efface pour faire émerger les paroles des personnages. Comme l’incipit rassemble les éléments de la situation d’énonciation origine, il peut être envisagé comme un « seuil »9 entre la parole du locuteur rapporteur et celle des locuteurs rapportés ; il opère comme un prélude au report de paroles, comme une transition subtile entre le discours du narrateur et le discours des personnages.

17Grâce à l’incipit, avant même que la première occurrence de DD soit rapportée, le lecteur prend connaissance de l’existence de deux personnages qui vont devenir les principaux participants à l’acte énonciatif qui va être ensuite rapporté. L’incipit de la nouvelle acquiert ici une dimension fondamentale dans l’introduction du DD qui suit puisqu’il va notablement influencer la composition des discours citants des répliques du dialogue, comme nous allons le voir.

18Cette étude va s’intéresser plus précisément à l’introduction des tours de parole dans cette nouvelle, en s’appuyant sur la distribution statistique d’emploi de ces segments d’introduction lorsqu’ils existent.

II. Le discours direct (DD) dans la nouvelle

A. Une analyse quantitative des données brutes

  • 10  Pour chaque extrait de la nouvelle, nous ajouterons une numérotation précédant chaque tour de paro (...)

19Dans cette étude, un tour de parole est constitué par la séquence verbale prononcée par un locuteur et qui est interrompue, soit par la prise de parole d’un autre locuteur qui crée ainsi un nouveau tour de parole, soit par l’insertion d’une phrase de récit qui rompt le rythme du dialogue. Dans la nouvelle “Hills Like White Elephants”, l’on peut recenser 98 tours de parole10. Seuls 31 sont annoncés par une incise de DD, soit environ un tiers des tours de parole. Dans cette étude, le terme incise sert à la désignation d’une relation prédicative constituée d’un syntagme nominal sujet et d’un verbe introducteur de paroles ou de pensées. La non-introduction de la majorité des tours de parole est un élément à prendre en considération afin de comprendre les choix stylistiques opérés par le narrateur-locuteur rapporteur.

20Deux tours de parole sont rapportés sans être introduits par une incise de DD mais ces tours de parole présentent néanmoins un degré d’introduction du DD : il s’agit des tours de parole (8) et (14) :

  • 11  C’est nous qui soulignons.

The girl was looking off at the line of hills. They were white in the sun and the country was brown and dry.
(7) “They look like white elephants,” she said.
(8) “I’ve never seen one,” the man drank his beer.
(9) “No, you wouldn’t have.”
(10) “I might have,” the man said. “Just because you say I wouldn’t have doesn’t prove anything.”
(11) The girl looked at the bead curtain. “They’ve painted something on it,” she said. “What does it say?”
(12) “Anis del Toro. It’s a drink?”
(13) “Could we try it?”
(14) The man called “Listen” through the curtain.11 (The Complete Short Stories 211-2)

21Dans le tour de parole (8), le segment textuel the man drank his beer occupe la position syntaxique d’une incise de DD, comme l’incise she said du tour de parole précédent.

  • 12  Le terme mimo-gestualité est emprunté à Catherine Kerbrat-Orecchioni (Les interactions verbales I  (...)
  • 13  Parmi les signes de « nature non verbale », Catherine Kerbrat-Orecchioni distingue :
    - les « statiq (...)
  • 14  Elle définit ainsi cette expression : « nous appelons indice de frayage le marqueur textuel qui pe (...)

22Le segment textuel The man drank his beer n’évoque pas l’existence d’un acte de parole mais seulement la description d’une action du locuteur origine ; il est un support descriptif de la « mimo-gestualité »12 et il permet l’expression du « non verbal »13. Toutefois, sa position relativement au discours cité met en relation étroite un sujet animé humain et un discours cité dont il constitue l’origine énonciative. Sylvie Hanote classerait donc cette proposition dans la classe des « prédicats dans lesquels "il n’y a plus de say" », selon ses propres termes (2004 543). Selon elle, « ces verbes ne sont pas spontanément envisagés comme des verbes de parole. Pourtant ils fonctionnent parfaitement en tant qu’introducteurs de discours » (544). Sylvie Hanote préfère alors parler d’« indices de frayage »14 pour caractériser de tels prédicats.

  • 15  Arrow Books est l’éditeur britannique du recueil intitulé The Essential Hemingway dont fait partie (...)

23Il est intéressant de remarquer que certaines différences existent entre l’édition britannique15 de cette nouvelle et l’édition américaine déjà citée. C’est le cas notamment pour le tour de parole (8) :

(8) ‘I’ve never seen one.’ The man drank his beer. (The Essential Hemingway 415)

24Alors que les double quotes de la version américaine sont remplacés par des simple quotes dans la version britannique pour chacun des tours de parole du dialogue, la différence fondamentale porte sur les relations syntaxiques entre discours citant et discours cité. La version américaine présente un segment textuel qui occupe la position d’une incise tandis que la version britannique est caractérisée par l’absence d’incise ; le segment textuel The man drank his beer acquiert alors une autonomie syntaxique avec le discours cité. Toutefois, la contiguïté textuelle entre le discours cité non introduit et cette phrase de récit tend à confirmer l’existence éventuelle d’un lien sémantique entre ces deux segments textuels. Ce lien peut participer à l’« attribution rétrospective du dit » en désignant le syntagme nominal The man comme le locuteur origine du discours cité. Le lecteur est ainsi incité à mettre en relation un sujet animé humain et une origine énonciative mais cette attribution d’un dit à une origine énonciative est moins évidente qu’en présence d’une incise de DD.

25Ces adaptations d’une version à l’autre mettent en lumière l’importance de la typographie dans la réception du texte par un lecteur. La mise en page du texte associée aux choix typographiques conditionne fortement sa réception. Seymour Chatman qui étudie un fragment du dialogue précédent, dans lequel le segment textuel The man drank his beer est autonome syntaxiquement, fait les remarques suivantes :

In the passage from “Hills Like White Elephants,” we know that the girl is saying “No, you wouldn’t have” because it is her “turn” (… ). If the text had read

“They look like white elephants,” she said. “I’ve never seen one.”
The man drank his beer. “No, you wouldn’t have,”

we would assume that it was the man who accused the girl of lacking visual imagination rather than vice versa. (Story and Discourse 176)

  • 16  Lorsque le signe autonyme est également utilisé en usage et non plus seulement en mention, Josette (...)

26Quant au tour de parole (14), il contient l’îlot textuel Listen qui retranscrit les paroles prononcées par l’homme. Ce tour de parole est un exemple de « connotation autonymique »16 avec la double fonction de mention et d’usage qui caractérise un tel emploi, les guillemets assurant un marquage de l’hétérogénéité du discours. Ce fragment de DR constitue ce que nous appelons une occurrence de « DD inséré ».

B. Les incises de DD dans la nouvelle

27Après avoir dénombré les incises de DD, il est à présent possible d’analyser leur composition.

1. Composition

28Ces incises d’introduction du DD se caractérisent par une composition se limitant à un syntagme nominal sujet, le locuteur origine, et un syntagme verbal qui se réduit au verbe introducteur des paroles rapportées.

a. Syntagme nominal sujet

29L’analyse du contenu de chaque syntagme nominal sujet permet de dénombrer les différentes désignations des trois personnages intervenant dans le dialogue. Il nous faut rappeler que la première mention de l’existence d’un homme et de la jeune femme qui l’accompagne est intervenue dans l’incipit. Ainsi, la composition des syntagmes nominaux sujets est directement influencée par des phénomènes de construction de la référence : le narrateur-locuteur rapporteur peut ainsi parcourir la chaîne référentielle de chaque locuteur origine en s’appuyant sur la connaissance qu’a le lecteur des personnages.

30Le personnage masculin est désigné soit par le syntagme nominal the man (7 mentions) soit par le pronom personnel he (4 mentions). Comme il est le seul personnage masculin mentionné explicitement dans la nouvelle, il n’y pas d’ambiguïté référentielle sur l’identité du locuteur origine.

31La jeune femme qui accompagne l’Américain est désignée par the girl (11 mentions) et par le pronom personnel she (6 mentions).

32La serveuse participe épisodiquement au dialogue entre l’homme et la jeune femme lors de ses trois allers-retours entre l’intérieur du café et la terrasse où se trouve le couple. Il est donc logique de retrouver un syntagme nominal qui la désigne au sein de l’incise de DD qui accompagne ses propos. Ces syntagmes nominaux sont a woman, the woman et enfin she par ordre d’apparition dans les trois tours de parole qui lui sont attribués par une incise de DD. La serveuse est ainsi désignée par le syntagme nominal a woman dans le tour de parole (5) :

  • 17  C’est nous qui soulignons.

(5) “Big ones?” a woman asked from the doorway.17(The Complete Short Stories 211)

33C’est la première mention de ce locuteur-personnage dans la nouvelle ; la serveuse fait irruption dans le dialogue entre l’homme et la jeune femme. Une fois posée l’existence de ce nouveau locuteur, le narrateur peut ensuite employer le syntagme nominal the woman pour la désigner une nouvelle fois :

  • 18  Les gras sont de nous.

(21) “You want them with water?” asked the woman.18(The Complete Short Stories 212)

34Entre la première apparition de la serveuse et sa seconde prise de parole dans le dialogue, le syntagme nominal qui la désigne a logiquement changé car sa présence est devenue un élément thématique de la situation d’énonciation. Nous retrouvons ici une illustration de la distinction phase 1 / phase 2 introduite par Henri Adamczewki dans sa théorie des phases (Grammaire linguistique de l’anglais 212-5). Le pronom personnel she est également utilisé une fois dans cette nouvelle pour désigner la serveuse :

  • 19  C’est nous qui soulignons.

(92) The woman came out through the curtains with two glasses of beer and put them down on the damp felt pads. “The train comes in five minutes,” she said.19 (The Complete Short Stories 214)

  • 20  À partir du fragment du discours cité introduit par une incise dans laquelle apparaît le pronom sh (...)

35Même si le pronom personnel she désigne tantôt la jeune femme qui accompagne l’homme, tantôt la serveuse, il n’y a toutefois pas d’ambiguïté pour le lecteur sur l’origine énonciative car, à chaque fois, la relation anaphorique lie le pronom she à la première mention20 d’un personnage féminin dans le cotexte gauche du discours cité et ce personnage féminin constitue le référent du pronom personnel.

b. Syntagme verbal

36Le syntagme verbal de chaque incise de DD de cette nouvelle se réduit généralement au verbe introducteur sauf pour les tours de parole (4) et (5) :

  • 21  C’est nous qui soulignons.

(4) “Dos cervezas,” the man said into the curtain.
(5) “Big ones?” a woman asked from the doorway.21(The Complete Short Stories 211)

37L’ajout d’un complément locatif comme into the curtain ou from the doorway au verbe introducteur de DD indique soit le lieu où se situe le locuteur, soit le lieu où se situe l’allocutaire. Sa présence est un indice pour le lecteur que la situation d’énonciation évolue avec l’apparition d’un nouveau participant. Le locuteur rapporteur s’appuie sur les connaissances partagées avec le lecteur sur la situation d’énonciation ; en effet, le lecteur sait que le rideau sépare l’intérieur du café de la terrasse qui se trouve à l’extérieur. Comme l’Américain et la jeune femme sont assis en terrasse, si l’homme parle à travers le rideau, il est légitime de penser qu’il s’adresse à un interlocuteur situé à l’intérieur du café. Cette hypothèse est confirmée par le tour de parole (5).

  • 22  Le verbe say est le « verbe déclaratif par excellence », encore appelé « verbe déclaratif "prototy (...)

38Quant au choix des verbes introducteurs, le narrateur-locuteur rapporteur privilégie l’emploi du verbe say22 pour n’importe quel fragment de discours cité sauf lorsque le contenu du discours cité est une question, auquel cas le locuteur rapporteur choisit le verbe ask qui précise le type de proposition incluse dans le discours cité, à savoir une proposition interrogative comme dans les tours de parole (1) et (5) notamment :

  • 23  C’est nous qui soulignons.

(1) “What should we drink?” the girl asked.
(5) “Big ones?” a woman asked from the doorway.23 (The Complete Short Stories 211)

39L’analyse du contenu des incises de DD présentes dans cette nouvelle semble ainsi révéler que la « pauvreté sémantique » relative du contenu de l’incise s’accorde avec la faible prévalence des incises de DD introduisant les différents tours de parole du dialogue pour ne communiquer au lecteur que les informations essentielles au sujet du locuteur origine d’un tour de parole donné du dialogue.

2. Position de l’incise de DD par rapport au discours cité

40En ce qui concerne la position de l’incise de DD relativement au discours cité, l’incise de DD suit généralement un fragment de discours cité. Lorsque le contenu du discours cité contient plus d’une proposition, le discours cité est fragmenté et l’incise de DD s’insère le plus souvent après ce premier fragment, le cotexte droit de l’incise étant occupé par le deuxième fragment de discours cité incluant la suite du report du tour de parole ; l’incise de DD est alors en position médiane relativement au discours cité (14 occurrences). Quand le contenu de l’incise contient au plus une proposition, l’incise suit le discours cité : elle est donc en position finale (14 occurrences).

3. Ordre sujet - verbe d’incise

41Dans la majorité des cas, l’ordre canonique sujet-verbe d’incise a été choisi par l’auteur. Seules quatre incises présentent une inversion sujet-verbe :

(21) “You want them with water?” asked the woman. (The Complete Short Stories 212)
(25) “Yes,” said the girl. “Everything tastes of liquorice. (… )” (212)
(47) “So have I,” said the girl. “And afterward they were all so happy.” (213)
(93) “What did she say?” asked the girl. (214)

42À partir des données statistiques sur la distribution des incises de DD dans cette nouvelle, l’analyse de quelques fragments de dialogue va nous permettre de tenter de justifier certains choix stylistiques de l’auteur.

III. L’analyse de fragments de dialogue

A. L’effacement de l’incise de DD et ses conséquences

43La distribution statistique des segments d’introduction des tours de parole de la nouvelle a montré que deux tiers des tours de parole ne sont pas introduits par une incise de DD. La première conséquence de l’absence d’une incise de DD est la disparition de la mention de la source énonciative : les propos rapportés dans une réplique ne sont plus attribués. Nous allons voir comment le lecteur peut alors être amené à reconstruire mentalement, avec une plus ou moins grande facilité, l’origine de ces propos.

  • 24  Nous empruntons l’expression à Monique De Mattia-Viviès qui l’introduit pour caractériser les cond (...)

44Pour cela, le lecteur va prendre en compte les données situationnelles et les informations cotextuelles pour tenter de reconstruire une origine énonciative. Il semblerait qu’un « double réalisme langagier et pragmatique »24 soit à l’œuvre dans ce processus d’identification d’une origine énonciative. En fonction des connaissances qu’a le lecteur sur les personnages et leur personnalité, il faut que le contenu du discours cité soit plausible dans la bouche d’un locuteur origine : c’est le réalisme langagier. Il faut aussi que la prise de parole de ce locuteur soit en adéquation avec la teneur de la réplique précédente, c’est-à-dire que la prise de parole de ce locuteur soit légitime à cet instant du dialogue : c’est le réalisme pragmatique. Si les conditions de ce double réalisme ne sont pas réunies, une incertitude demeure sur l’origine énonciative et l’attribution du dit à une origine énonciative reste en suspens.

45À partir de ces remarques, certains extraits de dialogue les plus représentatifs de cette nouvelle seront étudiés. Le premier extrait correspond à la première occurrence de DD apparaissant juste après l’incipit :

  • 25  C’est nous qui soulignons.

(1) “What should we drink?” the girl asked. She had taken off her hat and put it on the table.
(2) “It’s pretty hot,” the man said.
(3) “Let’s drink beer.”
(4) “Dos cervezas,” the man said into the curtain.
(5) “Big ones?” a woman asked from the doorway.
(6) “Yes, two big ones.”
The woman brought two glasses of beer and two felt pads.25(The Complete Short Stories 211)

46Dans l’extrait ci-dessus, trois personnages accèdent au statut de locuteurs origines. Grâce au report de paroles effectué par le narrateur, ils deviennent des locuteurs rapportés ; ils sont désignés par the girl, the man et a woman par ordre d’apparition dans ce dialogue qui comporte six tours de parole dont nous allons identifier les locuteurs-sources énonciatives.

47Le tour de parole (3) n’est pas introduit ; il y a un effacement de l’incise. Le lecteur doit pourtant tenter de reconstruire une origine énonciative. Comme l’homme et la jeune femme sont tous deux attablés au café d’une gare dans l’attente d’une correspondance à destination de Madrid, il semble logique d’imaginer une alternance des tours de parole entre ces deux personnages, chacun assumant tour à tour les fonctions de locuteur origine et d’auditeur et échangeant leur fonction au gré du déroulement de l’échange interlocutif. Seymour Chatman évoque cette alternance des prises de parole entre les deux personnages lorsqu’il cite un extrait du dialogue de cette nouvelle : « A crucial element in the representation of dialogue is the identification of the speaker. The least obtrusive marking is simple position: the ordinary convention is that speakers alternate from paragraph to paragraph » (Story and Discourse 176).

48Les trois premiers tours de parole illustrent la structure typique d’« un échange débutant par une question », une structure qui a été décrite par Catherine Kerbrat-Orecchioni (Les interactions verbales I 236). L’intervention « initiative » est donc constituée par le tour de parole de la jeune femme, l’intervention « réactive », en réponse à la question posée, correspond à la prise de parole de l’homme. Enfin, le tour de parole (3) constitue l’intervention « évaluative » au cours de laquelle la jeune femme prend une décision en fonction des propos de son interlocuteur et elle apporte ainsi une réponse à la question posée dans le premier tour de parole.

49Dans le tour de parole (6), l’incise de DD a également été omise. Il nous faut à nouveau rechercher l’origine énonciative ; il semble logique d’attribuer ces propos à l’homme qui a passé commande des deux bières mais il n’est pas totalement exclu sur un plan syntaxique que ces propos aient été ceux de la jeune femme, compte tenu de la présence de trois participants dans la situation d’énonciation. Ces trois personnages ont la possibilité matérielle de s’exprimer à tout instant dans ce dialogue, une possibilité qu’ils vont « actualiser » au cours de ce dialogue. Une incertitude demeure donc sur l’origine énonciative du tour de parole (6).

50L’énoncé ci-dessous reproduit un deuxième extrait du dialogue apparaissant dans cette nouvelle :

  • 26  Les gras sont de nous.

The woman came out from the bar.
(15) “Four reales.”
(16) “We want two Anis del Toro.”
(17) “With water?”
(18) “Do you want it with water?”
(19) “I don’t know, the girl said.” “Is it good with water?”
(20) “It’s all right.”
(21) “You want them with water?” asked the woman.
(22) “Yes, with water.”26(212)

51Dans cet extrait qui contient 8 tours de parole, seuls 2 tours de parole sont introduits par une incise (tours de parole (19) et (21)). Par rapport à l’extrait précédent, il y a cette fois une majorité de tours de parole non introduits. Compte tenu de la présence de trois participants dans ce dialogue, l’absence d’attribution d’un dit à une origine énonciative peut sembler a priori préjudiciable à une interprétation correcte du report de paroles. Le tour de parole (15) est attribuable à la serveuse qui annonce le prix des consommations. Le tour de parole (16) reproduit potentiellement les paroles prononcées par l’homme qui a déjà passé commande de deux bières. Le pronom personnel we est un indice que les voix des deux personnages (l’homme et la jeune femme) ont fusionné et que l’un des participants parle au nom des deux et exprime leur choix. Quant aux tours de parole (17) et (18), il faut mener une analyse pragmatico-sémantique pour tenter de reconstruire une attribution pour chaque tour de parole. Dans le tour (17), la serveuse demande au(x) client(s) s’il(s) souhaite(nt) de l’eau pour accompagner l’alcool commandé. Le tour de parole (18) peut s’interpréter comme une question posée par l’homme à la jeune femme ; il la consulte pour avoir son avis avant de passer commande. Cette interprétation est confirmée par le tour de parole (19) qui est introduit par l’incise the girl said : la jeune femme répond à la question posée. Le tour de parole (20) n’est pas introduit. La question posée par la jeune femme reçoit une réponse mais qui lui a répondu, l’homme ou la serveuse ? À ce stade du dialogue, le doute est permis. L’homme peut potentiellement répondre à la jeune femme car il peut savoir si la boisson est généralement servie avec de l’eau ou non tout comme la serveuse peut également apporter son « expertise ». Parmi ces deux locuteurs origines potentiels, un choix doit être fait et c’est le cotexte droit qui vient « éclairer » cette incertitude sur la source énonciative. Le tour de parole (21) qui est explicitement attribué à la serveuse par l’incise asked the woman met fin à cette incertitude sur la « responsabilité énonciative » qui oscillait entre l’homme et la serveuse. Le tour de parole (20) peut ainsi être attribué rétrospectivement à l’homme.

52Le contenu du tour de parole (22) constitue la réponse à la question formulée par la serveuse dans le tour de parole (21). Une nouvelle fois, la question posée peut s’adresser aux deux interlocuteurs de la serveuse : l’homme et la jeune femme. Comme pour le tour (16), l’homme peut être l’origine énonciative du tour (22) car il est fort probable que ce soit lui qui s’adresse à la serveuse une nouvelle fois.

53Il ressort de l’analyse de ces deux extraits que le locuteur rapporteur semble choisir de mentionner une incise de DD lorsque celle-ci s’avère indispensable à une bonne interprétation du dialogue rapporté. Lorsque l’incise est absente, l’étude du contenu de chaque tour de parole peut aider le lecteur à savoir qui parle grâce aux repérages déictiques éventuels apparaissant dans le fragment de DR. L’emplacement même des tours introduits relativement aux tours non introduits ne permet pas toujours une lecture aisée du report de paroles et l’identification de la source énonciative d’un tour de parole intervient parfois a posteriori.

54L’interprétation du dialogue repose non plus sur des critères syntaxiques mais fait appel aux connaissances partagées entre le locuteur rapporteur et son lecteur ; cela suppose donc que, grâce à son expérience personnelle, le lecteur puisse reconstruire les origines énonciatives absentes. La difficulté d’interprétation vient aussi du fait que plus de deux personnages participent à cet échange locutoire et que certains tours de parole sont adressés à un seul des participants sans qu’il soit explicitement nommé dans le dialogue. Le lecteur a donc besoin de se représenter mentalement la scène qui est décrite, donc la situation d’énonciation origine, ainsi que l’échange verbal qui l’anime. Il résulte donc parfois de ces choix énonciatifs et littéraires une certaine « opacité » chez le lecteur quant à l’origine énonciative. Cette ambiguïté, ce « brouillage énonciatif » qui rendent l’identification de la source énonciative incertaine peuvent souvent être levés au prix d’un effort supplémentaire d’interprétation de la part du lecteur.

55Cette stratégie d’opacification de la source énonciative que semble choisir le locuteur rapporteur est à mettre en perspective avec les choix narratologiques effectués par l’auteur et notamment le choix d’une focalisation externe. Cet effacement du narrateur-locuteur rapporteur, qui est la caractéristique principale d’un narrateur hétérodiégétique, est amplifié par l’enchaînement de tours de parole non introduits dans le dialogue qui masquent toute intervention narratoriale au niveau formel.

B. La diaphonie comme effet cumulatif dans le brouillage énonciatif d’un dit

56Le phénomène d’effacement de l’incise est souvent associé à la répétition de certains segments textuels comme dans l’extrait du dialogue contenant les tours de parole (15) à (22) qui a déjà été cité :

  • 27  Les gras sont de nous.

The woman came out from the bar.
(15) “Four reales.”
(16) “We want two Anis del Toro.”
(17) “With water?”
(18) “Do you want it with water?”
(19) “I don’t know, the girl said.” “Is it good with water?”
(20) “It’s all right.”
(21) “You want them with water?” asked the woman.
(22) “Yes, with water.”27 (The Complete Short Stories 212)

57Le syntagme prépositionnel with water réapparaît dans le dialogue tel un motif ; il est employé à cinq reprises dans l’extrait ci-dessus. Ce segment textuel qui est un fragment des paroles prononcées par un premier locuteur origine va être repris par d’autres locuteurs et circuler ainsi de bouche en bouche. Les propos de ce premier locuteur vont ainsi tour à tour « contaminer » les discours des autres locuteurs : on parle alors de diaphonie. Ce terme, introduit par Eddy Roulet, désigne « les reprises de paroles effectivement dites dans une interaction », comme le rappelle Laurence Rosier (Le discours rapporté en français 31). Selon Eddy Roulet et alii, lorsqu’un phénomène de diaphonie se manifeste, « l’énonciateur ne se contente pas de réagir, sans la toucher, à une parole présente (… ), il commence par reprendre et réinterpréter dans son propre discours la parole du destinataire, pour mieux enchaîner sur celle-ci » (L’articulation du discours 71).

58Comme les paroles prononcées par un premier locuteur sont reprises par d’autres locuteurs, l’effet produit semble être une accentuation de l’effet de brouillage de la source énonciative qui a déjà été évoqué. La répétition du syntagme propositionnel crée donc de l’opacité au niveau du dialogue et cette opacité est à rapprocher du non-dit qui est prégnant dans cette nouvelle : la grossesse de la jeune femme et l’avortement que souhaite son compagnon.

59Un autre phénomène de diaphonie est présent également dans l’extrait ci-dessous :

  • 28  Les gras sont de nous.

The shadow of a cloud moved across the field of grain and she saw the river through the trees.
(63) “And we could have all this,” she said. “And we could have everything and every day we make it more impossible.”
(64) “What did you say?”
(65) “I said we could have everything.”
(66) “We can have everything.”
(67) “No, we can’t.”
(68) “We can have the whole world.”
(69) “No, we can’t.”
(70) “We can go everywhere.”
(71) “No, we can’t. It isn’t ours any more.”
(72) “It’s ours.”
(73) “No, it isn’t. And once they take it away, you never get it back.”
(74) “But they haven’t taken it away.”
(75) “We’ll wait and see.”
(76) “Come on back in the shade,” he said. “You mustn’t feel that way.”28(213-4)

60Dans ce nouvel extrait de la nouvelle, l’homme et la jeune femme poursuivent leur conversation dans un dialogue qui comporte 14 tours de parole dont seuls le premier, qui est en fait le tour de parole (63) de la nouvelle, et le dernier, le tour de parole (76), sont annoncés par une incise de DD réduite à sa plus simple expression : un pronom personnel sujet et le verbe say, verbe prototypique du dire.

61La présentation des divers extraits du dialogue montre un « effacement graduel » de l’incise. L’extrait ci-dessus présente un enchaînement de 12 tours de parole dans lequel toute trace d’attribution d’un dit à une origine énonciative a disparu ; c’est au lecteur de reconstruire l’origine énonciative de chaque tour de parole.

  • 29  Les termes auto-répétition et allo-répétition sont nos propres traductions des termes self-repetit (...)

62Cet extrait de dialogue, qui se caractérise par l’emploi d’un lexique particulièrement simple et par la répétition de fragments d’énoncés d’une réplique à l’autre, illustre l’absence totale de communication et d’entente entre les deux locuteurs. Il est constitué d’innombrables reprises des séquences textuelles can have avec le modal qui est soit au présent soit au prétérit. Ce phénomène de diaphonie fait intervenir des « auto-répétitions », des « allo-répétitions »29. Chaque nouvelle occurrence de reprise apparaissant dans le tour de parole (n+1) vient nier celle du tour de parole (n) ; ce qui montre un antagonisme croissant entre les deux participants. C’est un des effets de la diaphonie mis en évidence par Laurence Rosier :

Généralement ces cas de reprise diaphonique apparaissent de manière privilégiée dans des discours à visée argumentative, avec une forte tendance polémique puisque les discours de chacun sont réutilisés à des fins de conviction, de persuasion, voire d’accusation ou de démenti (… ). (2008 32)

63L’effet polémique visant à démentir les propos d’autrui est clairement mis en évidence dans l’interaction verbale ci-dessus. L’intrication des discours de l’homme et de la jeune femme accentuée par l’effet de répétition semble paradoxalement donner davantage de cohésion au report de paroles. L’alternance immédiate des tours de parole entre ces deux locuteurs qui choisissent de reprendre des propos que leur interlocuteur vient de prononcer conduit également à affirmer la participation discursive d’un locuteur donné dans l’échange verbal, comme le fait remarquer Deborah Tannen : « immediate allo-repetitions are shows of participation » (“Repetition in Conversation” 589).

64L’oralité de cette retranscription du dialogue entre les deux personnages est accentuée par la récurrence de structures syntaxiques identiques dans les tours de parole (66), (68) et (70) où les segments textuels we can have et we can go partagent le même schéma accentuel. C’est un des effets de la répétition d’une même structure avec des variations mineures comme la substitution d’un verbe par un autre ou d’un syntagme nominal par un autre. Deborah Tannen parle de patterned rhythm pour qualifier cette variation mélodique à partir d’une structure commune à plusieurs tours de parole :

The syntactic and intonational patterns (… ) are reminiscent of each other. (… )
[The] repetition of a similar statement with a similar intonation pattern gives an inkling of patterned rhythm: a syntactic pattern is repeated with partially or completely different words, but similar rhythm and intonation. (“Repetition in Conversation” 596)

65La conjonction de l’effet diaphonique et de l’absence d’introduction des tours de parole contribue à brouiller l’origine énonciative d’un dit. Si un même fragment textuel est repris consécutivement par différents participants à un acte énonciatif, il n’est pas aisé pour le lecteur de savoir qui parle à chaque nouveau tour de parole. Il lui faut être particulièrement vigilant pour suivre l’alternance des prises de parole d’un tour à l’autre pour qu’à chaque instant il soit en mesure d’identifier la source énonciative. La diaphonie est alors partie prenante de cette stratégie de brouillage énonciatif mise en œuvre par l’auteur. L’effet diaphonique vient amplifier l’incertitude sur l’origine énonciative d’un dit qui est créée par la non-insertion des occurrences de DD ; cet effet diaphonique apparaît alors comme un « effet cumulatif » dans cette « opacification » de la source énonciative.

66La disparition des incises dans le report de paroles permet au dialogue de retranscrire la vivacité des répliques qui s’enchaînent les unes après les autres sans intervention narratoriale. Même si les avis divergents des deux personnages s’expriment dans cet extrait, il n’est peut-être pas essentiel de savoir qui parle à chaque instant de l’échange mais il faut plutôt rechercher une vision d’ensemble mettant en évidence l’absence de communication entre eux et l’antagonisme qui les anime. Claude Maisonnat fait remarquer que les voix des deux personnages s’entremêlent sous l’effet de la stratégie énonciative mise en place par le narrateur : « On Hemingway’s own terms, if the story “Hills Like White Elephants” is so successful it is because the man’s and the girl’s voice become fused into the voice of the androgynous narrative agent, thus making their contradictory desires productive » (61).

Conclusion

67À partir de l’étude de différents extraits de la nouvelle “Hills Like White Elephants”, nous faisons l’hypothèse qu’Ernest Hemingway cherche à réduire au minimum le nombre d’incises de DD figurant dans le dialogue. Lorsque celles-ci sont présentes, elles sont nécessaires à la bonne interprétation par le lecteur du déroulement de l’échange interlocutif. Nous avons vu que lorsque seulement deux personnages sont en présence dans cette occurrence de DD, il suffit au lecteur d’identifier le premier locuteur de ce tour de parole pour qu’il parvienne à « introduire » mentalement toutes les paroles rapportées au DD en vertu du principe d’alternance de la prise de parole. Si au moins trois personnages participent à un échange interlocutif qui est rapporté sans incises, le principe d’alternance des tours de parole ne suffit plus pour reconstruire l’origine énonciative manquante et une ambiguïté sur l’identification du locuteur origine peut voir le jour. Dans ces conditions, le lecteur doit effectuer un « travail mental » supplémentaire pour rechercher l’identité de la source énonciative de chaque tour de parole non introduit. Lorsque le locuteur rapporteur juge opportun de mettre en scène partiellement l’acte énonciatif origine, le lecteur doit se représenter la situation d’énonciation origine avec les interventions des différents participants au dialogue pour tenter de reconstruire les attributions énonciatives manquantes.

68L’emploi des incises de DD semble donc répondre à un « principe d’économie », tel que nous le qualifions. Lorsqu’une information visant à attribuer des propos à une origine énonciative pourrait apparaître comme redondante, elle est omise. L’incise de DD s’apparente seulement à un outil à la disposition de l’auteur qui y fait appel le cas échéant quand l’effacement de l’incise nuirait à la bonne interprétation de l’échange interlocutif. Le raisonnement suivant semble alors s’appliquer à cette nouvelle : l’incise de DD est présente au début d’un dialogue pour introduire la première intervention de chacun des participants, puis elle s’efface et réapparaît seulement quand sa présence est nécessaire pour une interprétation correcte du report de paroles au DD.

69Nous avons mis en évidence que la stratégie d’opacification mise en œuvre par l’auteur dans cette nouvelle est multiforme : elle se retrouve donc aussi dans le report de paroles au DD, soit par la répétition de segments textuels au sein des discours cités de différents personnages, soit par l’absence d’incises de DD qui crée une ambiguïté sur l’origine énonciative d’un dit. La création d’une incertitude sur l’origine énonciative de certaines paroles se manifeste le plus souvent par une oscillation de la responsabilité énonciative entre les deux personnages principaux du dialogue. Cette « instabilité énonciative » participe donc pleinement de la stratégie mise en place par l’auteur de cette nouvelle dans laquelle le non-dit occupe une place centrale.

70Le choix de l’introduction des occurrences de DD et par contre-point le choix de la non-introduction sont donc empreints des considérations stylistiques de l’auteur. Suivant la stratégie qu’il privilégie, le DD sera plus ou moins introduit jusqu’à l’effacement total de l’incise de DD. Il semble donc exister un gradient du discours le plus introduit vers le discours le moins introduit. Lorsque le DD n’est plus introduit, le degré de désinvestissement du locuteur rapporteur dans la production de DR semble maximal. Dans ce dernier cas, les paroles de chaque personnage sont reproduites telles qu’elles sont censées avoir été prononcées sans que le locuteur rapporteur paraisse venir s’immiscer dans cet acte énonciatif. Les répliques des personnages s’enchaînent et le locuteur rapporteur donne l’illusion de devenir un simple spectateur qui ne prend pas position dans les échanges verbaux entre locuteurs, à l’instar du lecteur qui est un témoin de cet acte énonciatif, par le truchement de la plume du locuteur rapporteur-scripteur. Le dialogue entre les personnages semble ainsi échapper à l’emprise du locuteur rapporteur pour acquérir une certaine autonomie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

1. Corpus de textes

Hemingway, Ernest. “Hills Like White Elephants.” 1927. The Complete Short Stories of Ernest Hemingway. The Finca Vigía Edition. New York: Scribner, 2003. 211-214.

——. “Hills Like White Elephants.” 1927. The Essential Hemingway. London: Arrow Books, 1993. 414-419.

2. Ouvrages et articles de référence

Adamczewski, Henri. Grammaire linguistique de l’anglais. 1982. 4e édition. Paris : Armand Colin, 1993.

Chatman, Seymour. Story and Discourse: Narrative Structure in Fiction and Film. 1978. Ithaca (New York): Cornell University Press, 1980.

De Mattia-Viviès, Monique. Le discours indirect libre au risque de la grammaire : le cas de l’anglais. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2006.

Del Lungo, Andrea. L’incipit romanesque. Paris : Seuil, 2003

——. « Pour une poétique de l’incipit ». Poétique 94 (1993) : 131-152.

Ducrot, Oswald. Le dire et le dit. Paris : Éditions de Minuit, 1984.

Genette, Gérard. Figures III. Paris : Éditions du Seuil, 1972.

Grall, Catherine. « Incipit de nouvelles, incipit de recueils ». L’incipit. Éd. Liliane Louvel. Poitiers : Publications de la licorne, 1997. 271-289.

Hanote, Sylvie. « Des introducteurs de discours aux indices de frayage ». Le discours rapporté dans tous ses états. Éds. Juan Manuel Lopez Muñoz, Sophie Marnette et Laurence Rosier. Paris : L’Harmattan, 2004. 538-548.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Les interactions verbales - Tome I. Paris : Armand Colin, 1990.

Maisonnat, Claude. “Falling into the Embrace of the Muse: Pregnancy as Problematic Creation in "Hills Like White Elephants".” Journal of the Short Story in English. Les cahiers de la nouvelle 49. Angers : Presses de l’Université d’Angers, 2007. 57-66.

Rey-Debove, Josette. Le métalangage. 1978. Paris : Armand Colin, 1997.

Rosier, Laurence. Le discours rapporté en français. Paris : Ophrys, 2008.

Roulet, Eddy et alii. L’articulation du discours en français contemporain. Berne : Peter Lang, 1985.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tannen, Deborah. “Repetition in Conversation: Toward a Poetics of Talk.” Language 63.3 (1987): 574-605.
DOI : 10.2307/415006

Haut de page

Notes

1  Nous entendons par réception l’interprétation sémantique d’une production textuelle par un lecteur.

2  Nous considérons l’expression fiction romanesque dans son acception la plus large qui inclut les romans et les nouvelles.

3  Cette expression est empruntée à Catherine Kerbrat-Orecchioni qui s’est spécialisée dans l’étude des interactions verbales :
Toute interaction verbale se présente comme une succession des « tours de parole » — ce terme désignant d’abord le mécanisme d’alternance des prises de parole, puis par métonymie, la contribution verbale d’un locuteur déterminé à un moment déterminé du déroulement de l’interaction (production continue délimitée par deux changements de tour, qui peut du reste avoir une longueur extrêmement variable, allant du simple morphème à l’ample « tirade »). L’activité dialogale a donc pour fondement ce principe d’alternance (… ). (Les interactions verbales I 159)

4  L’édition Finca Vigía est l’édition américaine du texte d’Hemingway utilisée pour cette étude. “Hills Like White Elephants” fait partie d’un recueil de nouvelles qui s’intitule The Complete Short Stories of Ernest Hemingway.

5  L’identification des frontières de l’incipit est en soi problématique : Andrea Del Lungo estime qu’« il est nécessaire de ne pas limiter l’analyse à la seule première phrase [de l’œuvre] » mais il propose « de prendre plutôt en considération une première unité du texte ». Il ajoute qu’« un critère possible de découpage est, par conséquent, la recherche d’un effet de clôture ou d’une fracture dans le texte » (« Pour une poétique de l’incipit » 135). Le passage de la description au dialogue est, selon nous, ce point de fracture qui justifie le découpage du texte.

6  Selon la terminologie introduite par Gérard Genette, un narrateur « hétérodiégétique » est un « narrateur (… ) qui raconte une histoire d’où il est absent » (Figures III 255).

7  Les gras sont de nous.

8  Andrea Del Lungo le définit ainsi : « on propose donc de définir comme in medias res tout incipit narratif qui réalise une entrée directe dans l’histoire sans aucun élément informatif ou introductif explicite, et qui produit un effet de dramatisation » (« Pour une poétique de l’incipit » 144).

9  L’image du seuil est empruntée à Andrea Del Lungo : « Le début d’une œuvre littéraire est un seuil particulièrement complexe », le seuil étant à envisager comme « une zone, parfois indécise, de passage et de transition entre deux espaces, le "dehors" du monde réel et le "dedans" de l’œuvre, ou, dans le cas du roman, de la fiction » (L’incipit romanesque 31).

10  Pour chaque extrait de la nouvelle, nous ajouterons une numérotation précédant chaque tour de parole pour faciliter le repérage de chaque tour de parole au sein du dialogue rapporté par le narrateur.

11  C’est nous qui soulignons.

12  Le terme mimo-gestualité est emprunté à Catherine Kerbrat-Orecchioni (Les interactions verbales I 146).

13  Parmi les signes de « nature non verbale », Catherine Kerbrat-Orecchioni distingue :
- les « statiques », c’est-à-dire tout ce qui constitue l’apparence physique (le « look » des participants) : caractères naturels (morphotype, physionomie, stature…), acquis (rides, cicatrices, bronzage…), ou surajoutés (vêtements et parures, maquillage, bijoux, décorations, etc.) (… ) ;
- les « cinétiques lents », c’est-à-dire essentiellement les attitudes et les postures ;
- les « cinétiques rapides » : jeu des regards, des mimiques et des gestes. (1990 137-8)

14  Elle définit ainsi cette expression : « nous appelons indice de frayage le marqueur textuel qui permettra de construire une autre voix/e énonciative-assertive » (2004 547).

15  Arrow Books est l’éditeur britannique du recueil intitulé The Essential Hemingway dont fait partie “Hills Like White Elephants”.

16  Lorsque le signe autonyme est également utilisé en usage et non plus seulement en mention, Josette Rey-Debove parle de « connotation autonymique » qui « cumule deux sémiotiques : on emploie un signe et on le cite tout à la fois » (Le métalangage 253).

17  C’est nous qui soulignons.

18  Les gras sont de nous.

19  C’est nous qui soulignons.

20  À partir du fragment du discours cité introduit par une incise dans laquelle apparaît le pronom she, le lecteur parcourt mentalement à rebours le cotexte gauche à la recherche de la première occurrence de désignation d’un personnage féminin qui est le référent de ce pronom personnel.

21  C’est nous qui soulignons.

22  Le verbe say est le « verbe déclaratif par excellence », encore appelé « verbe déclaratif "prototypique" » par Sylvie Hanote et Hélène Chuquet (2004 28, 27).

23  C’est nous qui soulignons.

24  Nous empruntons l’expression à Monique De Mattia-Viviès qui l’introduit pour caractériser les conditions d’émergence d’un discours indirect libre (DIL) « locutoire » : « l’énoncé est doublement réaliste, d’un point de vue langagier (respect des mots que le personnage a pu utiliser) et d’un point de vue pragmatique (les conditions de réalisation de la parole intérieure sont réunies) » (Le DIL au risque de la grammaire 110). Il nous faut préciser que le « DIL locutoire (… ) est le plus possible désinvesti de la présence du narrateur (… ). Si l’on considère le DIL comme un domaine notionnel, sur un gradient, on se situe donc, avec le DIL locutoire, dans le "centre attracteur", dans ce qui a la propriété d’être "vraiment DIL", pour reprendre la terminologie utilisée par Antoine Culioli » (111).

25  C’est nous qui soulignons.

26  Les gras sont de nous.

27  Les gras sont de nous.

28  Les gras sont de nous.

29  Les termes auto-répétition et allo-répétition sont nos propres traductions des termes self-repetition et allo-repetition employés par Deborah Tannen : « Forms of repetition and variation in conversation can be identified according to several criteria. First, one may distinguish self-repetition and allo-repetition » (“Repetition in Conversation” 586). L’auto-répétition correspond à la répétition d’un segment textuel donné par le même locuteur alors que l’allo-répétition désigne la répétition d’un segment textuel avec changement de locuteur entre sa première énonciation et sa reprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire LACAZE, « Une analyse d’une production de discours rapporté : l’introduction des tours de parole dans “Hills Like White Elephants” d’Ernest Hemingway », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://erea.revues.org/1348 ; DOI : 10.4000/erea.1348

Haut de page

Auteur

Grégoire LACAZE

Doctorant en linguistique anglaise, Allocataire-Moniteur Aix-Marseille Université - LERMA (EA 853)
Grégoire Lacaze est doctorant en linguistique anglaise, allocataire-moniteur au DEMA (Département d’Études du Monde Anglophone) et membre du LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone – EA 853) à Aix-Marseille Université. Sa thèse porte sur l’introduction du discours direct en anglais contemporain.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org