Navigation – Plan du site

Oralité et échec programmé du manifeste-pétition Not In Our Name (NION)

Simone RINZLER

Résumés

Cet article étudie la production d’une chanson manifestaire pré-pétition NION The Pledge of Resistance chantée lors de manifestations et de rassemblements-spectacles organisés par le groupe NION (Not In Our Name) qui s’est constitué au printemps 2002 en défaveur d’une invasion et d’une guerre future en Irak. Cet article contribue à l’étude du genre non-fictionnel du manifeste politique en analysant l’oralité du genre manifestaire et en montrant sa relative inanité en tant que manifeste de plein droit. La voix qui s’exprime dans la chanson et dans la pétition ne croit guère à la force du langage. Elle contribue à l’érosion de la pragmatique politique du manifeste en tant que genre consacré à un appel à l’action par le biais d’un acte de langage conatif. Sachant que la guerre est imminente et inévitable, la seule action à laquelle sont conviés les Récepteurs-Lecteurs consiste uniquement à apposer leur signature au bas de la pétition-manifeste The Statement of Conscience. La visée pragmatique des signataires se borne à déclarer publiquement leur dissensus dans l’espace politique en refusant d’être considérés comme solidaires du consentement à une guerre injuste menée en leur nom. La chanson-manifeste The Pledge of Resistance manifeste le refus d’être considéré comme « Auteur » de la future guerre. Les signataires refusent que la guerre soit prise en charge au nom de l’intégralité des citoyens des États-Nations alors que se préparait l’opération « War on Terror » en Irak.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Désormais SC dans les citations et le texte.
  • 2  Désormais PR dans les citations et dans le texte.

1Au moment où les États-Unis s’apprêtaient à envahir l’Irak, un groupe de personnalités a conçu, diffusé, fait signer et publié dans la presse internationale un « manifeste-pétition » intitulé Not In Our NameA Statement of Conscience (NION-SC)1. Cet argumentaire, sérieux et serré, a été précédé d’un texte bref, slammé : Not In Our Name – The Pledge of Resistance (NION – PR)2. Ce pré-texte manifestaire lyrique a joué un rôle non négligeable dans la production du manifeste‑pétition final et dans la constitution du collectif anti-guerre NION pour Not In Our Name.

2Cet article s’attachera à l’étude de ce texte dont la diffusion et la popularité ont grandement joué dans l’incitation à se rebeller contre la politique extérieure américaine, au point où il peut être envisagé comme un véritable exorde manifestaire préparant à l’argument manifestaire de la pétition Not In Our Name - A Statement of Conscience. Ce deuxième texte ne comporte pour ainsi dire pas de péroraison manifestaire, malgré la présence d’un impératif sous la forme « Let us + V ». L’impératif à la forme négative et sans point d’exclamation ressemble, de manière inversée, au « Unite! » du Manifeste de Marx et Engels et au « Soldiers, let us all unite! » du discours final du Dictateur de Chaplin :

Let us not allow the watching world today to despair of our silence and our failure to act. Instead, let the world hear our pledge: we will resist the machinery of war and repressions and rally others to do everything to stop it. (NION – SC)

  • 3  Désormais IWC dans les citations.

3Il n’y a pas d’appel à l’union porté par aucun prédicat, mais un constatif à tonalité négative portée par le sémantisme du verbe despair et du nom failure. L’usage d’un simple will accentue l’effet constatif que n’aurait pas eu un engagement plus affirmé des signataires avec shall. Un effet de soumission impuissante est soutenu par l’emploi de allow sous forme négative. Tout comme dans le manifeste d’Orwell If War Comes, We Shall Resist3 de septembre 1938, la fin du manifeste est faiblement incitative à l’action, autrement que par la déclaration, par le langage, de la volonté de résister, avec le même modal WILL et le même verbe resist :

If war comes, it will be our duty to resist, and to organise such opposition as will hasten the end of that war, not by the treaties which represent the triumph of one imperialism over another, and which would only sow the seeds of future wars, but by the building of a new world based on fellowship and justice. (Orwell et al. IWC)

4Si le contexte géopolitique est différent, la conjoncture est similaire : une guerre est considérée comme inévitable, ainsi que le suggérait la formulation d’Orwell au présent If War Comes, We Shall Resist et non au prétérit : If war came, we would resist.

5L’expression de la volonté marquée par WILL dans les deux textes pallie l’impuissance dans le réel. La seule résistance proposée l’est d’abord et avant tout dans et par le langage, dernier site de résistance face à des faits matériels décidément bien têtus. La péroraison de SC n’est guère offensive, mais défensive. Rien dans les textes de NION ne permet d’entrevoir l’organisation pratique d’une résistance autre que langagière. En période belliciste partagée, les résistants n’ont que la parole pour s’opposer matériellement. L’organisation d’une résistance effective n’est pas planifiée, contrairement aux textes à péroraison pleinement manifestaire, donc programmatiques et surtout stratégiques. J’analyserai la synthèse disjonctive oralité/scripturalité de l’agencement textuel de ces deux textes.

6Les caractéristiques stylistiques du premier texte (PR) l’apparentent à une poésie lyrique, copie de l’orature première décrite par Walter J. Ong. Ce slam, déclamé en public, puis présenté sur Internet sous forme de vidéo sonore et de texte écrit, répond aux critères d’une oralité secondaire. Dans sa diffusion sous forme de chansons diverses (slam, rap, folk, etc.), il ressemble à un texte d’oralité première, ce qui n’est qu’un faux-semblant, car le texte, très écrit en réalité, correspond à l’oralité secondaire selon la thèse de Ong. De toute évidence, le slammeur n’a pas improvisé son texte comme il est souvent d’usage dans le slam, mais l’a préalablement rédigé, comme un poème écrit destiné ensuite à être déclamé ou slammé en public. La déclamation publique est un des traits récurrents des manifestes qu’a beaucoup utilisé l’italien F. T. Marinetti, fondateur du Manifeste du Futurisme.

7L’analyse de la production de ce texte met en valeur deux phénomènes régénérés concernant le genre protestataire du manifeste : reviviscence du genre de la protest-song des années 70 (lors de la Guerre du Vietnam) et accession à la nouvelle légitimité d’une parole manifestaire publique de la part de la scène artistique et médiatique comme moteur d’une contestation. Elle objective la constitution d’un « cinquième pouvoir » se substituant au « quatrième pouvoir » de la presse, désormais aux ordres, tant d’un point de vue économique que politique, et donc défaillant dans son rôle de contre-pouvoir. Ces phénomènes de résurgence s’inscrivent dans la création processuelle d’un « cinquième pouvoir » selon l’analyse qu’en donnait Ignacio Ramonet en octobre 2003 dans Le Monde diplomatique :

Une force civique citoyenne

Il faut, tout simplement, créer un « cinquième pouvoir ». Un « cinquième pouvoir » qui nous permette d’opposer une force civique citoyenne à la nouvelle coalition des dominants. Un « cinquième pouvoir » dont la fonction serait de dénoncer le superpouvoir des médias, des grands groupes médiatiques, complices et diffuseurs de la globalisation libérale. Ces médias qui, dans certaines circonstances, ont non seulement cessé de défendre les citoyens, mais qui agissent parfois contre le peuple dans son ensemble. (…).

8Dans le domaine de la production du discours, j’envisagerai d’une part la relative absence des élites intellectuelles per se comme la marque d’un phénomène récurrent des périodes de restauration et notamment dans la conjoncture d’une guerre inéluctable et d’autre part, la renaissance de l’oralité sous forme secondaire mise en avant comme moyen de lutte politique, phénomène de société qu’avait déjà connu l’Amérique des années Vietnam et de la lutte pour les droits civiques des Noirs. J’étudie ici principalement la chanson-poème Not In Our Name – The Pledge of Resistance, laissant quelque peu de côté le second document Not In Our Name – A Statement of Conscience.

Encyclopédie : aspects macrolinguistiques

Conjoncture de production de la pétition-manifeste : un manifeste à deux étages

9Le manifeste-protest-song, Not In Our Name – The Pledge of Resistance est apparu en anglais dans l’espace public international le 23 mars 2002. Écrit par le poète et musicien Saul Williams, il est diffusé oralement et par écrit à travers divers canaux de communication médiatique. Mais la chanson manifestaire, poème de revendication slammé, émerge au moment de la création d’un collectif, nommé également Not in Our Name puis abrégé en NION, qui ajoute à la diffusion de la chanson un argumentaire intitulé A Statement of Conscience.

10Dans un premier temps, la « profession de foi » in progress, dans sa version « pop », circule dans les milieux artistiques, notamment ceux du cinéma et de la chanson. Elle est reprise dans de nombreux rassemblements organisés contre la guerre, toujours sous l’égide de célébrités. Parmi les signataires du texte plus sérieux, le Statement of Conscience, figurent Susan Sarandon, Jane Fonda, Oliver Stone, Robert Altman, Terry Gilliam, Brian Eno, Steve Earl, mais aussi des écrivains, Kurt Vonnegut, Russell Banks, Eve Ensler, la plasticienne Barbara Kruger, également une ancienne figure de l’engagement politique, Angela Davis ou enfin Noam Chomsky dans son rôle de militant radical ayant accédé au rang de « star de campus », non par ses travaux linguistiques, mais par ses interventions politiques dans l’espace public. La profession de foi sérieuse (SC) a reçu plus de 60 000 signatures (voir sites Internet).

11Les premiers signataires sont très nombreux et très connus : de nombreux artistes dits « engagés » ont donné leur caution à ce mouvement de protestation, en militant activement pour que leur désaccord envers la politique américaine officielle soit, non seulement public, mais surtout suivi d’une très large adhésion internationale grâce à leur caution, censée servir de modèle pour le « citoyen du monde » responsable. Ce fut le cas, puisque le manifeste est paru, dans sa version signée, en septembre 2002 dans la presse américaine et internationale en dépit de la volonté gouvernementale américaine de parler d’une seule voix depuis les attaques du 9 septembre 2001.

12Une question se pose cependant : qu’ont signé les 60 000 signataires ? La chanson manifestaire (PR) ou son argument sérieux subséquent (SC) ? Les deux serait-on tenté de dire, avec raison. Mais l’effet-choc de la chanson a une valeur conative (ou incitative) plus forte et plus fédératrice que le long argumentaire du Statement of Conscience. Si le manifeste-pétition a suscité un tel engouement dans le monde, en dépit du verrouillage de l’information aux États-Unis, c’est notamment grâce à la médiatisation tous azimuts du premier mouvement de protestation américain d’ampleur depuis le développement d’Internet. Le « cinquième pouvoir » en devenir permet l’émergence de voix dissensuelles et la diffusion massive du poème slammé de Saul Williams, repris à la guitare par une épigone de Joan Baez, hélas, nettement moins douée qu’elle pour la musique et le chant.

Chronique d’un échec annoncé

  • 4  « People » est ici à lire « Pipole » en bon français contemporain.
  • 5  Le dramaturge David Hare démontre avec vigueur ce bellicisme exacerbé en mettant en scène les disc (...)

13Dans le même temps, des milliers de manifestants se regroupaient dans les rues de villes américaines, de Londres et de Barcelone pour manifester contre l’entrée en guerre en Irak. La France s’était démarquée des politiques américaine et britannique, sous la houlette de Jacques Chirac et de son Premier Ministre, Dominique de Villepin, dont le discours aux Nations-Unies avait été suivi par des résolutions qu’ont superbement ignoré les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, ainsi que les autres pays européens qui ont participé au début de l’offensive. Les protestataires, « People4 » ou simples citoyens, quoique largement suivis, ont vu leur action se révéler sans effet face au bellicisme ambiant, attisé par les déclarations manichéennes de l’Administration Bush ne laissant pour seul choix que d’être avec eux ou contre eux5 :

  • 6  En caractères gras dans le texte.

President Bush has declared6 : « you’re either with us or against us. » (NION – SC).

14L’entrée en guerre a été non seulement effective, mais elle était tout à fait prévisible, comme l’analyse du serment (PR) le laisse entendre implicitement.

Une rhétorique du « ‘C’est comme ça’, certes, mais ‘Sans nous !’ »

15Ce sous-titre « Sans Nous » fait référence au mouvement de résistance des pacifistes français qui refusèrent de faire partie des Poilus lors de la 1ère guerre mondiale.

16Si les visées de ce manifeste-pétition sont, en apparence, bien manifestaires, le texte porte en ferment l’idée de sa propre inutilité d’un point de vue pragmatique. Les signataires du futur Statement of Conscience (SC)sont parfaitement conscients que l’effet perlocutoire de leur texte et du pré-texte poétique est en partie vain et ne sera pas suivi d’une force illocutoire telle que celle qu’ils se donnent pour but. Avec ou sans eux, en leur nom ou pas, cette guerre aura de toutes façons bien lieu et, ni l’administration Bush, ni le congrès, ne reculeront. Le but perlocutoire poursuivi n’est pas tant d’empêcher la guerre, même si beaucoup le souhaitent effectivement, que de faire savoir au monde entier que si la Nation américaine s’engage, ce ne peut pas être au nom de l’intégralité de la classe des « Américains », de toute la population qui constitue cette Nation américaine. La chanson-manifeste a une visée pragmatique de déclaration de résistance. Le nombre de signataires de l’argumentaire constitue un Agencement Collectif d’Énonciation d’une nouvelle classe politique et sociale de pacifistes transnationaux, les « résistants-résignés », mais pas tout à fait, puisque, comme Bourdieu, il leur reste le langage et leur capacité à s’indigner publiquement, seule condition pour que le monde, non pas social, mais géopolitique, puisse leur demeurer supportable (Bourdieu).

17C’est toute la question de la nomination des « Auteurs de la Guerre » qui se pose dans ces textes. En refusant que la guerre soit endossée au nom du Peuple américain ou de tout autre peuple par son gouvernement entrant en guerre, l’auteur primaire du premier texte slammé, les auteurs primaires du second texte argumentatif et les auteurs secondaires que sont les signataires de la pétition finale, à savoir les auteurs du texte entendent se présenter comme peuple autonome transnational, ne dépendant pas des décisions de leurs gouvernements. Il importe de faire un détour par la grammaire pour analyser ce refus.

18On retrouve ici la distinction bien connue entre :

Ø + Nom de nationalité Pluriel

ou

 THE + Nom de nationalité Pluriel

19sous la forme implicite (et donc non mentionnée dans les textes) Ø Americans (sans article), les Américains en général, et the Americans (avec l’article défini the) référant à l’ensemble de la Nation américaine au nom de qui s’effectue la politique internationale de l’État-Nation impérialiste. Les deux textes visent à faire entendre que ce ne sont pas the Americans qui s’engagent dans cette guerre, mais une partie seulement de la classe, des américains donc, ou Ø Americans, dont il refusent d’être considérés comme étant l’essence d’un point de vue philosophique ou l’extraction d’un point de vue linguistique. Cette distinction s’oppose à l’incipit du préambule de la Constitution américaine : « We, the People of the United States ».

  • 7  Les noms d’origine grecque agôn et eiréné, signifiant respectivement « lutte » et « paix », donnen (...)

20Le texte n’est qu’une communication sous forme de dénégation et de refus d’endosser la responsabilité collective d’une guerre injuste et injustifiée. Contrairement au genre manifestaire d’avant-garde, le ton n’est pas menaçant, mais irénique7. La teneur rhétorique et les choix linguistiques et stylistiques montrent, dès le titre, que l’Agencement Collectif d’Énonciation auctorial conçoit, par avance, que son utopie manifestaire n’est qu’une utopie à laquelle ses « souscrivants » croient à peine, et non un manifeste de plein droit, du moins du point de vue formel. La ritournelle du Not In Our Name titulaire, ou du vers libre rédupliqué « Not in our name, will you + V.… » porte déjà la trace d’un espoir pacifique abandonné à peine proféré. C’est la raison pour laquelle je parle d’« échec programmé » pour ce pré-manifeste-pétition dont l’intention, en tant que texte d’appel à manifestations et à signatures, se borne à créer un consensus massif contre l’entrée en guerre, sans autre effet dans le réel que la création d’une « communauté imaginaire » (Anderson) de protestataires se désolidarisant de leur État-Nation.

21Si l’intention des « souscrivants » et signataires primaires de l’appel (et des signataires secondaires de la pétition) était pourtant bien performative, la stylistique générale du pré‑texte annonciateur, le Pledge of Resistance, par sa fonction ludique, poétique, ses choix linguistiques, lexicaux, oraux et scripturaux associés, en font le texte d’une fausse avant-garde à la traîne, beaucoup plus offensive textuellement que politiquement et stratégiquement, si tant est que l’on puisse envisager une tonalité négative omniprésente comme une trace d’attitude offensive. Il s’agit davantage d’une défense réactionnelle collective. La résistance qui se profile est une « résistance nonchalante » selon le terme de Raymond Williams, la résistance à l’action proclamée haut et fort par le gouvernement américain, sous forme de revendication d’inertie et de déclaration de désolidarisation. En prenant la parole, l’Agencement Collectif d’Énonciation manifestaire manifeste surtout sa volonté de communiquer son désaccord, et de ce fait, d’informer la population d’un pays dit « démocratique », désinformé par un « quatrième pouvoir » concentré économiquement, et aux ordres d’un gouvernement partie prenante dans les forces économiques du néolibéralisme mondial. Le « cinquième pouvoir » qui se crée pour affirmer sa résistance citoyenne profite des nouveaux moyens de communication du néolibéralisme dénoncé par Ignacio Ramonet pour subvertir sa domination sans partage en forçant le partage, non seulement du dissensus, mais aussi d’une information libre et authentique, non biaisée par une propagande gouvernementale, entachée par les implications économiques de plusieurs de ses membres.

Silence des intellectuels, parole des artistes, pipolisation manifestaire

  • 8  Je fais référence au concept de « pasteur ». (Rancière 40-57).

22La fin du XXe et le début du XXIe siècles ont vu s’émousser l’aura des intellectuels dans la société (Furedi). Ce phénomène d’effacement de la réflexion critique, comme indice d’un certain développement des sociétés démocratiques, s’est confirmé notamment dans le domaine manifestaire et pétitionnaire, tant dans la société française que dans les sociétés américaine et britannique. Avec la fin de l’engagement des intellectuels dans la société, émerge un type nouveau de « pastorat8 » pris en charge non plus par les élites intellectuelles, décrédibilisées, voire désengagées, ou le plus souvent ignorées dans leur engagement même. La prise en charge en revient aux nombreuses célébrités du monde médiatique, les « People/Pipole ». Désormais, l’engagement n’est plus tant du côté des intellectuels, parqués aux États-Unis sur leurs campus, les fameuses « stars de campus » et autres « diva[s] de l’université » dont parle Cusset (Cusset, 2003 208 & 207-231), que du côté de ceux qui ont obtenu une reconnaissance du public en raison de leur fort succès médiatique : chanteurs, auteurs, poètes, acteurs, cinéastes, plasticiens, etc., et effectivement, quelques rares « stars de campus » qui ne doivent pas leur notoriété à la qualité de leur production intellectuelle, mais à leur nouvelle appartenance au statut des très rares intellectuels « pipolisés ».

23Ces phénomènes de nouvelles légitimités de l’engagement sont remarqués par des auteurs aussi divers dans leurs engagements politiques que le sociologue Frank Furedi (Furedi, 2004 et Furedi, 2005 28-48), l’historien Jean-François Sirinelli (Sirinelli) et l’historien des idées François Cusset (Cusset, 2003). Il est désormais coutumier de dire que les intellectuels ont disparu de la scène de l’engagement. Cette affirmation n’est pas totalement juste, mais elle représente une idée répandue. Le double texte de la pétition-manifeste Not In Our Name sous la forme de a) The Pledge of Resistance (PR) et b) The Statement of Conscience (SC) en est un exemple flagrant dont je vais analyser le discours du point de vue de la production d’une oralité secondaire.

Langage : aspects microlingusitiques

Parole manifestaire et oralité secondaire dans les sociétés de la scripturalité

24Dans son étude de l’oralité, Walter J. Ong effectue une distinction entre les sociétés d’oralité première (primary orality) n’ayant jamais connu l’écrit et les sociétés chiropratiques (ou d’écriture manuscrite), puis les sociétés de l’imprimé (à la suite de la « Révolution Gutenberg ») et enfin les sociétés de la révolution numérique. Ces sociétés qui sont les nôtres continuent à voir coexister oralité et scripturalité. Ong utilise le terme de literacy, ou littératie / littéracie en français avec un <c> ou un <t>, mais je préfère adopter le terme de scripturalité, moins ambigu et ne prêtant pas à confusion entre orature (ou « littérature » orale des sociétés d’oralité première), littérature écrite et/ou littérarité. De plus, je traduis primary orality par oralité première plutôt que par oralité primaire. Je conserve cependant le terme historicisant d’oralité secondaire.

  • 9  Ong, op. cit. chapitre 4 (77-114).

25L’oralité secondaire des sociétés de la scripturalité est très différente de l’oralité première. En effet, selon la démonstration de Ong, le passage à la scripturalité modifie radicalement la manière de penser. Sa thèse s’oppose partiellement à celle de Heinrich Von Kleist, selon qui la pensée s’élabore par la parole adressée à un autre, ne connaissant d’ailleurs pas nécessairement le sujet (Von Kleist). Ong avance que le recours à l’écrit permet une modification de la capacité de conceptualisation. L’écriture permet de pallier les déficiences de la mémoire et d’aller plus loin dans le raisonnement et dans l’abstraction. On peut ajouter à cela que l’écriture étant un acte subjectivant, la subjectivation de l’écrivant se développe différemment de celle de l’orateur ou de l’orateur-improvisateur. Cependant, si l’écriture et le passage à la scripturalité bouleversent radicalement la conscience et la vision du monde, elles ne gomment pas une certaine forme d’oralité qui subsiste à l’état d’oralité secondaire9.

26Dans le chapitre 3 sur la psychodynamique de l’oralité, Ong décrit les caractéristiques de la pensée et de l’expression fondée sur l’oralité première. Ces dernières sont :

1) additives plutôt que subordinatives,

2) agrégatives plutôt qu’analytiques,

3) redondantes ou prolixes [donc ne relevant pas de la maxime de quantité de Grice],

4) conservatrices ou traditionalistes [donc ne se présentant pas comme à l’avant-garde],

5) proche de la vie quotidienne [donc ne s’intéressant pas à l’altérité distante, par ex. de la communauté qui subira les effets de la guerre],

6) agonistique [donc non irénique et par conséquent, non pacifiste],

7) empathiques et participatives plutôt que distanciées,

8) homéostatiques [et donc non révolutionnaires],

9) situationnelles plutôt qu’abstraites.

27La chanson pré-manifeste relève de ces caractéristiques de l’oralité primaire dans sa structure additive, redondante, empathique et participative, et enfin situationnelle, mais elle est plus irénique qu’agonistique. La redondance s’effectue en début de strophe par la récurrence suivie de trois formules différentes Not in our name will you + V, Not by our + N. de partie du corps (blason : hands, mouths, hearts), puis N. abstrait (our will), et enfin We pledge + N. Cpt ou Prop. Infinitive :

Not in our Name will you wage endless war…

Not in our Name will you invade countries…

Not in our Name will you erode the very freedoms…

Not by our hands will we supply weapons and funding…

Not by our mouths will we let fear silence us…

Not by our hearts will we allow…

Not by our will and Not in our name

We pledge resistance

We pledge alliance with those who have…

We pledge to make common cause with…

(NION – PR chanson)

  • 10  En syntaxe, l’hypotaxe privilégie la coordination et la subordination dans la phrase complexe. La (...)

28Les idées s’agrègent davantage qu’elles ne sont argumentées et reliées par l’hypotaxe10. La syntaxe est quasiment exclusivement paratactique, sauf dans la première phrase introduisant la profession de foi :

We believe that as people living

in the United States

it is our responsibility to resist the injustices

done by our government,

in our names

(NION – PR chanson)

29et dans le cas d’une relative appositive dont le pronom relatif a été omis :

Not in our name

will you erode the very freedoms

Ø you have claimed to fight for

(NION – PR chanson)

  • 11  L’homéostasie venant du mot stase ou « équilibre » correspond à une forme d’équilibre sans bouleve (...)

30Le texte appelle à une proximité de ses Récepteurs (Lecteurs ou Auditeurs) et ne prône aucune distance critique élaborée. En revanche, il existe une forte élaboration poétique, stylistique et rythmique. La perception du peu d’utilité du texte assure son caractère homéostatique11 et donc non révolutionnaire, ne relevant donc pas de l’avant-garde. Le kairos du poème en vers libre produit un texte situé, proche de l’Agencement Collectif d’Énonciation de la classe du peuple de citoyens du monde révoltés, donc assez peu abstrait, malgré le refus symbolique d’apposer son nom à la déclaration de guerre. Enfin, les idées ne sont pas subordonnées les unes aux autres, mais ajoutées l’une après l’autre, strophe après strophe. La syntaxe textuelle (qui n’est pas la syntaxe phrastique et interphrastique) est paratactique. Le jeu stylistique est poétique, répétitif, formulaïque (ou formulaire). La même formule est reprise pour introduire chaque nouvelle idée, chaque nouvel argument, sans structuration argumentative de l’énoncé autre qu’additive. L’hypotaxe, relativement absente de l’oralité première comme de l’oralité secondaire, est exclue de fait.

31Il en va différemment du second texte pétitionnaire beaucoup plus long A Statement of Conscience composé de 17 paragraphes, contre 12 courtes strophes, parfois d’une seule ligne, pour le poème. Tout en reprenant une partie de l’oralité secondaire du texte-exorde initial, par quelques formules répétitives en début de paragraphe, ce texte comporte davantage de traits relevant de la scripturalité. Quelques traits d’oralité secondaire sont présents :

Let it not be said that people in the United States did nothing when (…)

We believe that peoples and nations have the right to determine their own destiny (…)

We believe that people of conscience must take responsibility for what their own governments do (…)

  • 12  En caractères gras dans le texte.

In our name12, the Bush administration, with near unanimity from congress, not only attacked Afghanistan but arrogated to itself and its allies the right to rain down military force anywhere and anytime (…)

In our name, within the U S., the government has created two classes of people : those to whom the basic rights of the U.S. legal system are at least promised, and those who now seem to have no rights at all (…)

In our name, the government has brought down a pall of repression over society. (…)

In our name, the executive has steadily usurped the roles and functions of other branches of government. (…)

Let us not allow the watching world today to despair of our silence and our failure to act. (NION – SC)

32Le texte étant argumentatif et long, la subordination (hypotaxe) y est très présente. Il est analytique, l’argumentation est fournie. L’effet d’oralité de la répétition initiale au début de huit paragraphes sur dix-sept se dissout dans un effacement de la poéticité et un abandon du lyrisme et surtout du rythme répétitif en raison du sérieux de l’argumentation étayée. Les contraintes argumentatives produisent un texte syntaxiquement plus structuré, hypotactique, nécessairement plus distancié et plus abstrait que son exorde annonciateur, ce qui est le propre du cœur argumentatif d’un manifeste.

Théorie : adéquation au genre manifestaire

33J’analyserai ici ce double texte manifestaire en commentant les neuf thèses de la théorie de la parole manifestaire (Rinzler à paraître, voir en Annexe 2).

34Thèse 1 : Le manifeste-pétition Not In Our Name bénéficie d’une énonciation collective prise en charge par ses auteurs et ses 60 000 signataires dans le monde entier. Il y a donc bien un Agencement Collectif d’Énonciation intentionnel qui correspond à une prise de parole collective dans la sphère publique. Les initiateurs du manifeste ont prévu sa diffusion sous forme de pétition. En dépit de l’urgence de la situation, le collectif NION a pris plusieurs mois pour que la pétition, dûment signée dans divers pays, recueille un nombre suffisant de signatures pour en assurer la légitimité. L’exorde manifestaire de la pétition finale est constitué par la chanson-manifeste préalable.

35Thèse 2 : La socialité du manifeste-pétition NION est inclusive. Le rassemblement de signatures de personnalités connues puis d’inconnus est le gage de cette socialité anti-guerre. L’agonistique qui s’en dégage s’oppose à la domination de l’axe de la guerre : États-Unis, Royaume-Uni, Australie et autres participants à l’offensive en Irak. Elle refuse la doxa nouvellement mise en place par l’administration Bush dès septembre 2001 à la suite de la destruction du World Trade Centre. Cette doxa prône un nouveau type de guerre, la « guerre préventive ».

36Thèse 3 : La temporalité de ces deux textes en revanche ne correspond pas à celle du canon manifestaire. Si les auteurs, les manifestants qui se rassemblent tout au long du printemps et de l’été 2002 et les signataires de la pétition considèrent l’avenir, ils ne le font pas dans un esprit programmatique, mais pour se désolidariser de ce que leurs États-Nations effectuent au nom de leur peuple, c’est-à-dire, en leur nom. Les auteurs du manifeste et les auteurs secondaires, signataires de la pétition, se revendiquent comme n’étant pas les « Auteurs » de la guerre. Comme toute pétition, selon Sirinelli, nous avons affaire à un texte de circonstance. Les textes de circonstance qui n’agissent qu’en réaction à un contexte, ici contexte de guerre, ne sont pas programmatiques, mais simplement explicatifs de leur point de vue dans la situation donnée. Ici, il ne s’agit que de faire contrepoids à la propagande gouvernementale des pays qui s’alignent sur la position des États-Unis. Les auteurs, les manifestants, les « souscrivants » et les signataires, espèrent que leur prise de position sera entendue dans le monde entier, ce qui est la raison d’être de ce texte de désolidarisation, mais ils savent qu’ils ne sont pas en train de mettre en œuvre une stratégie de résistance pour empêcher que la guerre qu’ils dénoncent ait lieu. Leur seul programme est que cette guerre ne soit pas effectuée en leur nom. Il s’agit d’une adresse à leurs gouvernements respectifs, aux Irakiens, et au monde entier. En cela, malgré le dispositif pragmatique impliquant une socialité collective des « souscrivants », des manifestants et des signataires, on a affaire à un texte qui se rapproche davantage des caractéristiques de la parole pamphlétaire. Il s’agit d’une parole de révolte partiellement résignée à la réalité du monde. Si l’énonciation n’est pas complètement hors-monde, comme peut parfois l’être le pamphlet, elle en recouvre certaines des caractéristiques par son aspect de rébellion qui se sait inutile. L’appel pré-pétitionnaire en chanson-poème n’est pas un appel à ne pas faire la guerre, un appel franchement pacifiste, mais une déclaration urbi et orbi visant à extraire le collectif des futurs signataires des peuples des États-Nations au nom de qui la guerre sera menée.

37Thèse 4 : La foi dans l’effet-monde du langage est plus restreinte dans ce manifeste-pétition que dans un manifeste plus conventionnel. Ici, c’est la question de la nomination de la prise en charge d’un acte belliciste qui est conviée. La réduplication des segments fortement négatifs Not in our name will you + V, Not by our + N. , We pledge + Cpt. signale le refus public des signataires et justifie l’apposition de leur nom, en leur nom, sous la forme de la signature de la pétition subordonnée à la chanson, teasing communicationnel incitatif. Ce que les manifestaires endossent ici en leur nom propre est, non pas la guerre, inéluctable, mais le refus de la guerre en leur nom. Ici, le collectif des manifestants et signataires endosse le désistement personnel, individuel, de chaque manifestant et de chaque futur signataire. La parole, dernier recours avant le retrait, la retraite ou l’acceptation contrainte d’un réel déplaisant, inacceptable, montre ici son impuissance à avoir un effet-monde efficace. Sirinelli remarque que les pétitions en temps de guerre sont la marque de l’érosion du langage. J’ajoute qu’elles signent en partie un arrêt brutal de la vague manifestaire. La vague pétitionnaire se démarque de la vague manifestaire qui, au XXe siècle, a souvent eu une origine intentionnellement collective, mais avec peu d’auteurs et d’auteurs secondaires. La pétition est la marque que la conjoncture n’est pas propice à une poussée manifestaire, mais que l’on ne peut se contenter que d’une poussée pétitionnaire. La pétition, largement signée ne marque pas en réalité l’érosion totale du langage, comme le soutient Sirinelli à propos des pétitions, mais l’érosion de la capacité à résister en actes autrement que par des actes de langage sans énonciation de stratégie programmatique. La parole manifestaire s’émousse car la rhétorique à laquelle elle s’oppose empêche la capacité d’agency de tout manifestant ou signataire de ce texte de dissensus.

38Thèse 5 : La réfutation de la 4ème thèse concernant le manifeste-pétition NION invalide de facto la 5ème thèse. Si cette parole pétitionnaire se positionne philosophiquement dans le monde, elle ne représente qu’une parole de résistance minimale consistant à refuser et à le faire savoir. Malgré la contre-interpellativité du langage qui a amené à un grand nombre de signatures, la résistance n’est pas une résistance souterraine active visant à détruire l’action controversée. Il ne s’agit que d’un positionnement énonciatif, degré minimal de la résistance qui ne peut donc être considérée que comme faiblement active, pour ne pas dire illusoire. Cela ne tient pas à une faiblesse du pouvoir du langage, mais à une conjoncture où domine la rhétorique « propagandaire » disqualifiant dès le départ toute manifestation dissensuelle publique. Dans cette conjoncture discursive et géopolitique, les signataires se voient assignés à la seule place que leur réserve le pouvoir dominant de l’Administration Bush « against us », et donc impuissantés. Cela n’ôte en rien la qualification de parole manifestaire, comme le démontre le peu de réussite du Manifeste du Parti communiste lors de ses premières publications, pourtant canon du genre manifestaire moderne.

39Thèse 6 : Le positionnement politique est clair : il y a bien refus de la guerre, de même qu’il y a bien une bataille linguistique qui se joue autour du refus de la nomination des auteurs de la guerre à venir. Mais cette parole de combat n’est pas en première ligne. Elle n’est pas une parole à l’avant-garde, mais une parole de réaction à une conjoncture politique donnée. Lorsqu’elle advient, il est déjà clair que la bataille linguistique est toujours déjà perdue, ce qui est le propre de la parole pétitionnaire dans une conjoncture guerrière non seulement déjà bien entamée, mais totalement contrôlée par une rhétorique d’exclusion de toute velléité dissensuelle. La domination discursive est monologique. Elle interdit toute possibilité de contre-interpellation. Ce contrôle langagier pourrait se traduire par la formule « Cause toujours ! ». Les manifestaires sont dessaisis de leur capacité à faire entendre leur parole. Cette parole de résistance, même existante, a déjà été préalablement confisquée par les mensonges d’État. On voit bien ici la différence entre cette pétition et le manifeste If War Come, We Shall Resist initié par George Orwell.

40La 7ème thèse est problématique en raison des arguments déjà évoqués pour les thèses 4 et 5. La contre-interpellation pétitionnaire a un effet sur le monde très limité. S’il y a bien volonté d’une union collective, il n’y a pas création de l’Agencement Collectif d’Énonciation d’une résistance programmatique. Le langage y est fétichisé, comme seul recours, pour que chaque signataire, pris individuellement, soit dédouané de sa participation à ce qu’il dénonce. Le langage, ainsi fétichisé, perd sa force conative. Il n’est que constatif. La performativité du message est plus que réduite : la fétichisation du langage (tout comme celle de la manifestation, comme seul rassemblement des « anti‑ ») montre et démontre les limites du langage et l’érosion qu’il subit face à la force du langage de la propagande guerrière. Cette propagande n’accepte que la binarité agonistique et interdit toute alternative hors du choix contraint « WITH US or AGAINST US ».

41Thèse 8 : La pétition assume l’agôn en se présentant comme une parole de dissensus, ce qu’elle est,et c’est uniquement en cela qu’elle entretient encore un quelconque rapport avec le genre manifestaire. Mais il n’y a pas de fonction subjectivante d’un refus en langage sans programme de résistance, ni élaboration d’une stratégie pour l’avenir. L’absence de visée programmatique empêche la parole pétitionnaire d’être subjectivante et ontologique. Bloquée dans le refus présent, elle ne peut engager l’avenir autrement que par un désistement de responsabilité vis-à-vis des générations futures et de la postérité de chaque individu, signataire singulier regroupé en un collectif, et attentif à l’image qu’il laisse, davantage qu’à la modification du monde par le langage. Elle ne crée rien ou si peu. Elle ne peut être une parole-baume que du point de vue moral, non pas pour les destinataires de la pétition signée, mais pour chacun de ses manifestants ou signataires, envisagé individuellement. En raison de son caractère a-programmatique, elle ne profère aucune réelle menace pour ses destinataires privilégiés (les gouvernements impliqués dans le conflit à venir). Le langage, faussement agonistique, car faussement manifestaire, ne peut jouer le rôle de parole-baume que pour celui qui, en signant, soulage sa conscience en faisant la demande explicite que son nom soit retiré de l’Agencement Collectif d’Énonciation belliciste du Peuple américain qui entrera en guerre avec l’approbation du Congrès. Avec la pétition, on passe d’une parole manifestaire politique et sociale, à une parole pétitionnaire qui se réduit au rôle de parole éthique, loin d’une réelle parole d’avant-garde de résistance politique. La fonction de baume ne s’adresse qu’à chacun des signataires, pour lui-même. Le pétitionnaire, tout comme le manifestant chantant le Pledge of Resistance, loin d’être à l’avant-garde d’une résistance rendue impossible, se met en retrait en se dédouanant à bon compte. Il ne résiste que par la matérialité du langage. Cette résistance ultime est sans effet dans une conjoncture où seule prévaut l’agonistique binaire monologique de la propagande guerrière gouvernementale.

42C’est la parole propagandaire belliciste qui est chargée de toute l’agonistique. La parole pétitionnaire n’est qu’une parole réactionnelle, dans un faux pacte intersubjectif où le dialogisme n’a pas sa place. Elle est typique de conjonctures où toute subjectivation, collective ou individuelle, est impossible. Ainsi, le refus même d’apposer son nom dans le collectif national qui endosse la guerre à venir empêche chacun des signataires d’accéder à une quelconque réelle subjectivation matérielle et surtout à une résistance en actes, autre que celle que procure la matérialité du langage ‑ qui ne suffit pas ici. Seul demeure l’espoir que la force du langage pourra finir par avoir, sur le long terme, un effet sur le monde.

43Thèse 9 : Cette parole manifestaire se veut dialogique, mais sait qu’elle ne sera pas écoutée en raison du dispositif monologique fermé de la propagande binaire gouvernementale. Le seul acte auquel elle incite n’est pas de révolutionner le monde et de façonner l’avenir mais de faire savoir sa non-adhésion au processus belliciste en marche. Dans de telles conditions, elle ne risque guère d’être fétichisée. Elle se sait d’une utilité restreinte car elle n’incite pas au passage d’une résistance en langage à une résistance en actes. Les manifestaires ne menacent pas le gouvernement étatsunien d’un quelconque putsch révolutionnaire. Les forces de la domination peuvent dormir tranquille et continuer à vaquer à leurs occupations de destruction massive programmées au nom de la liberté et de la démocratie qu’elles bafouent.

44Le recours à la maxime corollaire selon laquelle toute thèse peut être défaite est inutile. En dépit d’un fort sentiment manifestaire émanant de ces deux textes, ils concourent davantage à l’érosion de la parole manifestaire qu’à son développement.

Conclusion générale

45Comme nous venons de le constater, bien des thèses de la parole manifestaire sont défaites, et plus particulièrement les dernières, ce qui remet en cause l’appartenance de ce double texte manifestaire aux manifestes politiques de plein droit. Ce double texte est le cas le plus extrême et le plus critique (au sens de problématique) du corpus de manifestes politiques que j’ai étudiés. C’est pour cela que je l’appelle « l’échec programmé » des « résistants-résignés-mais-pas-tout-à-fait ».

46La contextualisation de la production, davantage que de la réception, de ce double texte, dans une approche macrolinguistique large, permet d’affirmer que si les deux textes conjoints semblent à première vue comporter presque tous les traits d’une parole manifestaire, leur production et le résultat textuel qui en découle rend inutile de s’intéresser à leur réception pour analyser leur degré de manifestarité. Cela ne relève que de l’opinion des Récepteurs-Lecteurs et de leur appartenance à la classe transnationale des bellicistes ou à celle des pacifistes. Avec ou sans eux, avec ou sans nous, la guerre d’Irak a bien eu lieu.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages Cités

Anderson, Benedict. L’Imaginaire national – Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris : La Découverte/Poche, Éditions La Découverte, 1983, 2002.

Angenot, Marc. La Parole pamphlétaire – Contribution à la typologie des discours modernes. Paris : Payot, 1982.

Burger, Marcel. Les Manifestes, paroles de combat – De Marx à Breton. Lonay – Suisse, Paris : Delachaux et Niestlé, 2002.

Bourdieu, Pierre. Si le monde social m’est supportable, c’est parce que je peux l’indigner – Entretien avec Antoine Spire. La Tour d’Aigues, France, Éditions de l’Aube, 2001, 2004.

Chaplin, Charles. The Great Dictator. United Artists, The Roy Export Company Establishment, DVD, Paris: MK2, 1940, 2002, 2006.

Cusset, François. French Theory – Foucault, Derrida, Deleuze &Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis. Paris : La Découverte / Poche, Éditions La Découverte, 2003, 2005.

‑‑‑‑‑. La Décennie – Le grand cauchemar des années 1980. Paris : La Découverte / Poche, Éditions La Découverte, 2006, 2008.

Furedi, Franck. Where Have All the Intellectuals gone ? Confronting 21st Century Philistinism. London and New York: Continuum, 2004, 2005.

Furedi, Franck. Politics of Fear – Beyond Left and Right. London and New York : Continuum, 2005.

Hare, David. Stuff Happens. Représentation en français de la traduction française non publiée de la pièce au Théâtre des Amandiers de Nanterre du 13 mai au 14 juin 2009, Mise en scène de Bruno Freyssinet et William Nadylam, 2009.

Lecercle, Jean-Jacques. Interpretation as Pragmatics. New York : St. Martin’s Press,1999.

Marx, Karl and Friedrich Engels. The Communist Manifesto. London: Great Ideas, Penguin Books, 1848, 1973, 2004 (traduction de l’édition établie à partir des travaux de Gareth Stedman Jones pour l’édition Penguin de 1973).

Ong, Walter J ; 1988, 2002. Orality and Literacy – The Technologizing of the Word. London and New York, New Accents, Routledge.

Rancière, Jacques. La Haine de la Démocratie. Paris : La Fabrique Éditions, 2005.

Rinzler, Simone. « La Théorie comme résistance : manifestes et pamphlets au XXe siècle » colloque international « La Résonance de la théorie / The Relevance of Theory », organisé par les séminaires Tropismes et Théorie de la Lecture, juin 2008, in DELOURME, Chantal et Richard PEDOT. Language in Deed. Tropismes. Nanterre : atelier Intégré de Reprographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, (à paraître 2010).

Sirinelli, Jean-François. Intellectuels et passions françaises – Manifestes et pétitions au XXe siècle. Paris: Folio / Histoire, Gallimard, Librairie Arthème Fayard, 1990.

Von Kleist, Heinrich. De l’élaboration progressive des idées par la parole et sept autres petits écrits. Traduction de l’allemand, notes et postface par Anne Longuet Marx. Ville non mentionnée : Éditions Mille et une nuits, Libraire Arthème Fayard, 1807-1808, 2003.

Sites Internet

Not In Our Name – The Pledge of Resistance : URL : http://www.notinourname.net/index.php?option=com_content&view=article&id=20&Itemid=5 (consulté le 19 novembre 2009)

Site NION (Not In Our Name)/ URL: http://www.notinourname.net/ (consulté le 19 novembre 2009) Not in Our Name National Steering Committee and Staff :
Roman Becerra - Ventura CA | Peter Cobb - New York City | Max Diorio - Oakland CA | Maya Jones - San Francisco Bay Area | Aimara Lin - New York City | George MacAdow - Sacramento CA | Mary Jo Muser - Cleveland OH | Laura Negronida - Wisconsin | Efia Nwangaza - Greenville SC | Jeff Paterson - Oakland CA.

Courrier International 13/02/2003, Numéro 641 :

URL : http://www.temps-reels.net/article1233.html (consulté le 22 juillet 2009).

Site Common Dreams reprenant l’article du Guardian du vendredi 14 juin 2002

URL : http://www.commondreams.org/headlines02/0614-02.htm (consulté le 22 juillet 2009)

Site Bush Crimes Commision : International Commission of Inquiry on Crimes Against Humanity Committed by the Bush Administration - A project of the Not In Our Name statement of conscience :

URL : http://www.bushcommission.org/?q=node/74 (consulté le 22 juillet 2009)

RAMONET, Ignacio, octobre 2003. « Le cinquième pouvoir », Le Monde Diplomatique, archives, http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/RAMONET/10395 (consulté le 29 novembre 2009).

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1

NOT IN OUR NAME

The Pledge of Resistance

We believe that as people living

in the United States it is our

responsibility to resist the injustices

done by our government,

in our names

Not in our name

will you wage endless war

there can be no more deaths

no more transfusions

of blood for oil

Not in our name

will you invade countries

bomb civilians, kill more children

letting history take its course

over the graves of the nameless

Not in our name

will you erode the very freedoms

you have claimed to fight for

Not by our hands

will we supply weapons and funding

for the annihilation of families

on foreign soil

Not by our mouths

will we let fear silence us

Not by our hearts

will we allow whole peoples

or countries to be deemed evil

Not by our will

and Not in our name

We pledge resistance

We pledge alliance with those

who have come under attack

for voicing opposition to the war

or for their religion or ethnicity

We pledge to make common cause

with the people of the world

to bring about justice,

freedom and peace

Another world is possible

and we pledge to make it real.

(NION – PR)

ANNEXE 2

Thèse 1 : la parole manifestaire est collective dans son énonciation. Elle correspond à un Agencement Collectif d’Énonciation intentionnel, même si elle n’émane que d’un ou deux Auteurs.

Thèse 2 : la parole manifestaire est inclusive dans sa socialité, même si elle inclut la nécessaire part d’agôn envers la doxa et la domination contre lesquelles elle s’élève.

Thèse 3 : la parole manifestaire est processuelle et peut donc résister à sa propre fétichisation en raison de sa temporalité dynamique, programmatique, tournée vers l’avenir, sans oublier le passé.

Thèse 4 : pensée historicisée, la parole manifestaire considère qu’il n’existe qu’un seul monde et s’appuie sur la force de l’effet-monde du langage.

Thèse 5 : la parole manifestaire se positionne philosophiquement dans le monde et refuse la pensée du retrait. Elle s’autorise à être une parole de résistance active grâce à la dimension politique de la contre-interpellativité du langage.

Thèse 6 : le positionnement politique de la parole manifestaire est à l’avant-garde. C’est une parole de combat qui n’évite pas de se mettre en première ligne dans la bataille linguistique qu’elle initie, bataille toujours-déjà politique.

Thèse 7 : par la contre-interpellation qu’elle suscite, la parole manifestaire porte la visée pragmatique d’un acte de langage créateur d’un effet sur le monde. Elle porte l’espoir de la rencontre avec les conditions de félicité de son énonciation contre-interpellative. Son seul mot d’ordre est injonctif et exclamatif : « Unite! » ou « Let us all unite! » à l’impératif et avec un point d’exclamation, comme chez Marx et Chaplin. Conative, elle incite à l’action. Sans fétichiser le langage, elle se sert de la contre-interpellation de ce dernier. Son agonistique prépare la guerre à la bêtise et à l’indifférence du relativisme culturel. En guerre contre le défaitisme, la restauration et la langue de coton réactionnaire, elle engage le langage. Active, elle est proprement pragmatique.

Thèse 8 : refusant l’étouffement de l’apolitisme, la philosophie politique de la parole manifestaire est subjectivante et ontologique. Elle appelle à l’être la classe opprimée à laquelle elle adresse ses « ‘mots d’ordre’-slogans ». Par le même acte de langage, elle assume son agôn dont la fonction est de menacer la classe dominante à laquelle elle s’adresse également de façon secondaire, mais avec efficace. Elle renverse le sentiment d’insoutenabilité de la crise de la domination. Parole-baume irénique pour son réceptorat idéal, elle assume l’agôn nécessaire qui permettra la prise en compte de la classe appelée ontologiquement à l’être par la publicité de sa prise de parole.

Thèse 9 : du point de vue de la scripturalité et de l’orature secondaire, la parole manifestaire se veut dialogique, alors même que les questions qu’elle pose ne reçoivent pas de réponse en langage, mais suscitent une réponse en acte(s), révolutionnaire, comme son énonciation à l’avant-garde. Toujours-déjà en marche, elle incite à la dynamicité et au processuel. Son régime d’énonciation la soumet à une fétichisation dont son acte la protège en un même geste : elle porte en elle-même la possibilité de sa propre dé-fétichisation, comme le manifeste originel.

Maxime corollaire : chaque thèse est défaisable au gré de la conjoncture manifestaire.

Haut de page

Notes

1  Désormais SC dans les citations et le texte.

2  Désormais PR dans les citations et dans le texte.

3  Désormais IWC dans les citations.

4  « People » est ici à lire « Pipole » en bon français contemporain.

5  Le dramaturge David Hare démontre avec vigueur ce bellicisme exacerbé en mettant en scène les discours officiels véridiques des acteurs principaux de l’entrée en guerre dans sa pièce Stuff Happens, auxquels sont adjoints de cyniques discussions fictionnelles prêtées à ces acteurs officiels de la marche à pas forcé vers le conflit.

6  En caractères gras dans le texte.

7  Les noms d’origine grecque agôn et eiréné, signifiant respectivement « lutte » et « paix », donnent lieu aux adjectifs (parfois nominalisés) « agonistique » et « irénique » signifiant pour l’un « relatif à la lutte, à la joute » (lutte ou joute verbale dans l’agonistique langagière) et, pour l’autre, « relatif à la paix, paisible ou pacifié ».

8  Je fais référence au concept de « pasteur ». (Rancière 40-57).

9  Ong, op. cit. chapitre 4 (77-114).

10  En syntaxe, l’hypotaxe privilégie la coordination et la subordination dans la phrase complexe. La parataxe concerne la syntaxe simple de la phrase simple, sans subordination, avec ou sans coordination (parataxe syndétique ou asyndétique). Les adjectifs dérivés sont hypotactique / hypotaxique et paratactique / parataxique.

11  L’homéostasie venant du mot stase ou « équilibre » correspond à une forme d’équilibre sans bouleversement notoire qui toujours déjà se reforme même après des modifications. Elle s’oppose au bouleversement complet lié à des modifications définitives, comme dans le cas d’une révolution impliquant que le changement définitif interdit tout retour à un équilibre antérieur.

12  En caractères gras dans le texte.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://erea.revues.org/docannexe/image/1381/img-1.png
Fichier image/png, 3,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simone RINZLER, « Oralité et échec programmé du manifeste-pétition Not In Our Name (NION) », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/1381 ; DOI : 10.4000/erea.1381

Haut de page

Auteur

Simone RINZLER

Université Paris Ouest - Nanterre La Défense, CREA (EA 370)
Simone RINZLERest Maître de Conférences en linguistique anglaise à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle vient de rédiger un livre intitulé : La Parole manifestaire : manifeste et manifestations de revendication au XXe siècle dans l’aire anglophone. Son travail transdisciplinaire la mène à considérer le langage dans une dimension encyclopédique et stylistique en suivant une approche de philosophie marxiste du langage. Elle prône une macrolinguistique (ou linguistique externe) partant de « l’effet-monde du langage » et de « l’effet-langage du monde » suivant le principe « il n’y a qu’un seul monde ». Son approche du langage de la non-fiction, de la littérature et du cinéma est à la fois linguistique, stylistique, littéraire, politique, historique et philosophique. Elle s’intéresse à la pragmatique du silence, à la voix au sens vocal du terme, à la voix passive qui a été son sujet de thèse, aux voix manifestaires et pamphlétaires et aux prises de parole dans l’espace public. Elle a récemment écrit deux articles sur la philosophie implicite du langage et sur l’image-son chez Chaplin. Présidente adjointe de la Société de Stylistique Anglaise, elle collabore activement aux travaux des différents groupes de recherches du CREA EA 370 de l’Université Paris Ouest Nanterre.
simone.rinzler@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org