Navigation – Plan du site
Recensions

Reza Mir-Samii. Nominalisations

Wilfrid ANDRIEU
Référence(s) :

Reza MIR-SAMII. Nominalisations, Revue Faits de Langues, n°30, Paris, Ophrys

2007

Texte intégral

1La revue Faits de langues a consacré son trentième numéro aux phénomènes de nominalisations. Notons que le titre même du numéro (Nominalisations, le substantif étant au pluriel) invite clairement à considérer le thème choisi dans ses diverses manifestations et pose d’emblée la question de l’unité de traitement de la question. Se représenter la(/les) nominalisation(s) suppose de s’interroger sur les parties du discours et plus précisément sur les deux notions historiquement premières que sont le nom et le verbe. Le processus implique un mouvement de l’un vers l’autre. Reste à définir comment s’effectue ce déplacement : y a-t-il saut de catégorie ou dilution progressive ? Egalement, on peut s’interroger sur la diversité potentielle des stratégies de nominalisations selon l’idiome considéré. Par ailleurs, le passage du verbe au nom doit avoir des implications aspectuelles qu’il paraît difficile de ne pas prendre en compte.   

2Une première série d’articles traite des conditions de la nominalisation et de l’opposition nom/verbe. L’étude de S. Platiel se concentre sur deux langues africaines de l’Ouest du continent : le san, qui appartient à la famille mandé, et le peul, qui est à rattacher à la famille ouest-atlantique. Ces deux langues présentent des caractéristiques nettement différenciées, la première faisant état d’un système morphologique limité tandis que la seconde, au contraire, est bâtie autour d’une morphologie riche et complexe. L’opposition verbo-nominale est traitée de manière tout à fait distinctes dans ces deux langues. En langue san, la répartition des radicaux nominaux et les radicaux verbaux ne pose pas de problème particulier (notons que l’infinitif n’existe pas en san et que « [l]a nominalisation ne servira donc qu’à former l’agent et le résultat de l’action » (16). Pour ce qui concerne le peul, la situation est différente puisque l’opposition entre catégorie verbale et catégorie nominale est plus difficile à établir. On peut certes dégager une catégorie nominale à proprement parler (dont les éléments apparaissent en discours associés à des classificateurs) mais en regard de cette première catégorie, on trouvera un ensemble plus hétérogène formé de racines qui sont l’expression de notions. Or ces racines ne sont pas strictement verbales à l’origine et c’est l’association d’affixes qui va déterminer, lors de l’insertion en discours, s’il y a formation en contexte d’un élément à caractère nominal ou verbal.

3G. Véronique s’est penché sur la question des infinitifs et des participes dans les créoles français. A la suite de G. Hazaël-Massieux, il reconnaît l’existence d’une catégorie verbale dans les créoles français. Il souligne toutefois que cette catégorie demeure difficile à circonscrire avec précision. Par extension, le nom est défini par son statut de terme second au sein de la relation prédicative. Le verbe quant à lui se caractérise par l’absence de « flexion spécifique, en règle générale » (24). G. Véronique examine les créoles de l’Océan indien et l’haïtien, plus particulièrement le phénomène d’alternance entre forme verbale longue et forme verbale courte, avant de comparer les emplois de la forme verbale longue « dans les créoles qui connaissent une alternance morphologique verbale et ceux qui n’en connaissent pas […] (24). Cette forme verbale longue est en effet au cœur du débat : c’est bien son association à une catégorie déterminée (adjectif, participe ou infinitif) dont l’examen permet à l’auteur de parvenir à la conclusion que l’on ne peut postuler l’existence ni d’infinitifs ni de participes dans les créoles français.

4Sur le thème de la distinction nom/verbe, D. Toussaint rappelle le constat au départ de toute discussion sur les phénomènes de nominalisation : le processus de nominalisation suppose une frontière nette entre nom et verbe. Or pour ce qui est de la langue chinoise, cette opposition entre les deux catégories est faible, ce qui conduit D. Toussaint à remettre en question l’existence de suffixes en chinois. Plutôt que de s’inscrire dans une réflexion fondée sur l’opposition entre nom et verbe, elle fait le choix de se concentrer sur les phénomènes de formation du mot (et les catégories de morphèmes libres et liés).

5Enfin, dans cette première série d’articles se rattachant à l’opposition verbo-nominale, R. Simone et A. Pompei étudient plusieurs langues (telles que le français, le turc, le grec ancien, le latin et l’italien) et parviennent à remettre en question l’existence de catégories nominale et verbale distinctes et étanches. Au lieu de cela, ils proposent de concevoir le nom et le verbe comme les deux pôles extrêmes d’un continuum (s’étendant donc du lexical pur au verbal pur), chaque position intermédiaire de ce continuum étant obtenue par l’acquisition ou l’effacement de propriétés verbales ou nominales.

6Les trois articles suivants sont consacrés aux théories générales sur la nominalisation.

7M.-L. Honeste adopte une démarche cognitive qui accepte également l’idée d’un continuum entre le nom et le verbe. Selon elle, le verbe en tant que signe linguistique suppose l’existence d’aspects cognitifs, sémantiques et catégoriels.

8Si l’on se place sur le plan cognitif, un phénomène, qu’il soit appréhendé en tant que procès ou état, suppose à la fois l’inscription dans une temporalité comme séquence d’états ou une existence globale en tant qu’ « […]objet cognitif propre » (67).

9Du point de vue catégoriel, ce sont les verbes qui correspondent à ces procès ou ces états et chaque verbe renferme une valeur notionnelle qui le caractérise. M.-L. Honeste parvient à la conclusion que cette valeur notionnelle n’est pas affectée lorsqu’un verbe est nominalisé tandis que la valeur des caractéristiques séquentielle et globale (qui ressortissent au domaine cognitif) suit un mouvement progressif d’inversion. On retrouve ici l’hypothèse du continuum entre le nominal et le verbal.

10Dans sa contribution, J. Winand revient sur la thèse développée dans le cadre de la Théorie Standard (qui est issue des travaux de H. Polotsky). Il remet en question l’idée selon laquelle le verbe en égyptien ancien ne peut être défini par une fonction prédicative. La prédication est analysée comme « s’organisant fondamentalement selon le schéma de la prédication non verbale » (73), et le verbe ne pourrait s’intégrer au schéma prédicatif qu’au prix d’un glissement catégoriel (substantif ou adverbe). Or, pour J. Winand, les conclusions établies par les tenants de la Théorie Standard sont erronées sur plusieurs points (notamment l’établissement d’un parallélisme entre forme et fonction). En contradiction avec ces conclusions, il reconnaît au verbe la capacité d’entrer dans des constructions variées sans altération morphologique.

11I. Klock-Fontanille a étudié les nombreuses formes nominales du verbe en hittite. Sur la question de l’autonomisation des  classes de mots depuis l’Antiquité (et surtout de son implication), il convient d’être prudent. Pour I. Klock-Fontanille, la tradition a léguée des catégories dont les grammairiens et les chercheurs modernes n’ont pu se détacher suffisamment (comme elle tente de le montrer à travers le traitement des substantifs verbaux et des infinitifs pour le hittite). Il est certainement exagéré de faire des catégories des parties du discours un cadre si contraignant qu’il empêche le grammairien ou le chercheur de s’en libérer ou de les redéfinir.

12Sont ensuite rassemblés différents articles traitant des formes de nominalisations.

13C. Moyse-Faurie propose une étude qui se concentre sur les formes nominalisées du verbe dans les langues d’Océanie (fidjien, langues kanak de la Grande Terre, langues polynésiennes). Il faudra retenir que dans ces langues l’opposition des catégories du nom et du verbe se signale principalement dans les fonctions non prédicatives.

14La nominalisation peut porter sur le verbe uniquement mais on trouve également des occurrences de nominalisation qui englobe le syntagme verbal tout entier voire la proposition (dans le dernier cas mentionné, il y a présence d’un article en tête, ou d’un préfixe accolé au verbe pour les langues sans articles).

15R. Mir-Samii et P. Samvelian remarquent que l’infinitif persan regroupe des propriétés syntaxiques mais également morphologiques qui font que l’on ne peut le ranger ni parmi les noms ni parmi les verbes. On peut donc dégager deux grandes séries d’emplois de cet infinitif : d’une part, il existe un emploi nominal qui se caractérise par la combinaison de propriétés syntaxiques verbales et nominales, et d’autre part, l’infinitif peut avoir un comportement verbal typique (on se trouve alors dans la cas d’un verbe non fléchi).

16Pour le finnois, J. Härmä estime que la distinction entre nom et verbe conserve toute sa pertinence. En finnois, participes et infinitifs ne se confondent pas dans leurs emplois. Tandis que le participe remplit un fonction adjectivale (essentiellement), l’infinitif joue un rôle tantôt verbal tantôt nominal (même si certaines formes participiales peuvent être rapprochées de nominalisations). J. Härmä défend l’idée d’une linéarité entre domaine verbal et domaine nominal, chaque position sur cette échelle correspondant à des degrés variés de caractéristiques nominales et verbales.

17Pour aborder le thème de la nominalisation en roumain (et particulièrement la question de l’infinitif et du supin), E. Soare et A. Mardale reprennent la distinction de Vendler entre noms dits parfaits et imparfaits. Le supin roumain est à ranger parmi ces derniers. Les auteurs ont cherché à rendre compte des caractéristiques catégorielles du supin roumain selon les principes de la Morphologie Distribuée de Marantz (1997), théorie permettant à leurs yeux de mettre en évidence le fait qu’en roumain, le thème verbal entre dans des combinaisons impliquant « différents « étages » fonctionnels » (147). On obtient ainsi trois réalisations de ce thème verbal : le participe, le supin verbal et le supin nominal. Il faut remarquer en conclusion que les noms qualifiés d’imparfaits manifestent une plus grande proximité avec le domaine verbal (valeur dénotative événementielle, catégorie fonctionnelle de l’aspect).

18G. Autier, pour sa part, retient pour étude les participes et masdars en kryz (dont le cas est généralisable à presque toutes les langues caucasiques de l’Est). G. Autier explore les particularités du masdar (nom d’action) qui peut être réalisé par un participe libre. Le masdar révèle des propriétés nominales sans pour autant pouvoir être assimilé à un substantif à part entière (traits non humain et non concret, absence de marque de pluriel). La catégorie est donc un entre-deux puisque le masdar possède des marques casuelles relevant d’un fonctionnement nominal alors que ses dépendants sont régis selon des principes propres au verbe.

19Comme l’explique D. Bottineau, les formes nominalisées du verbe basque ne peuvent être examinées avec pertinence sans voir « […] dès le départ que la question de la nominalité ne se pose pas dans les mêmes termes à l’échelle de l’unité lexicale de la langue dans son segment notionnel propre et à celle du syntagme au niveau de la proposition » (189). Sur le plan des formes nominalisées, le basque se détache nettement des langues de la famille indo-européenne : la nominalisation opère au niveau propositionnel sans que les relations entre constituants intrapropositionnels soient affectées.

20Le traitement de la nominalisation et la mise en discours constitue le quatrième volet du recueil.

21I.-B. Chang nous rappelle que le coréen contemporain compte plusieurs nominalisateurs, parmi lesquels –ki et –(eu)m. Ces derniers font partie des nominalisateurs qui possèdent la particularité d’agir soit sur la partie du discours (verbe ou adjectif) soit sur le groupe propositionnel tout entier. Ils vont donc permettre de former des entités nominales à partir des radicaux verbaux ou adjectivaux (dans le cas du radical verba, ce dernier est délesté de toute marque aspectuelle, temporelle ou modale suffixée) mais également à partir de propositions, qu’elles soient indépendantes ou subordonnées (aussi complétives qu’adverbiales).

22Des stratégies de nominalisations des propositions sont également attestées en japonais, comme l’expose A. Terada. Le nominalisateur no trouve son origine dans la particule de détermination et cette origine se fait sentir dans son fonctionnement en tant que nominalisateur de propositions. No implique l’absence de validation, ce qui ouvre un horizon de possibilités :

23-dans le cas de la subordination : l’enchâssement est rendu possible par l’absence de conflit de validation.

24-dans le cas de l’injonction ou de l’exclamation, le fait présenté est à prendre tel quel, ce qui rend la validation inutile.

25-dans le cas de la causalité ou de la contradiction, le processus de nominalisation va autoriser la mise en place des repères nécessaires aux relation de causalité et de contradiction.

26Pour ce qui concerne le traitement du thème en vietnamien, D.T. Do-Hurinville a retenu quatre des possibilités de nominalisations disponibles dans cette langue. La première consiste en l’antéposition d’un nom classifiant non comptable à un syntagme verbal. Egalement, il peut y avoir nominalisation grâce à l’introduction de entre le rhème et le thème, ce qui rend la phrase incomplète et l’autorise alors à devenir le thème d’une autre phrase. L’auteur s’intéresse par ailleurs aux nominalisations de phrases par le biais de l’antéposition de syntagmes nominaux. Enfin, l’examen du déictique này et de son rôle de marqueur de la frontière entre thème et rhème révèle un quatrième processus de nominalisation, rendu possible par le fait que les mots en vietnamien sont invariables.

27Le dernier groupe d’articles s’attache aux questions aspectuelles.

28J. M. Fortis présente une étude des noms, verbes et gérondifs en tagalog. Il met en lumière l’appartenance du gérondif tagalog au domaine verbal, ce qui le détache donc du domaine nominal. On remarquera que le gérondif est porteur de valeurs aspectuelles et modales. Cependant il n’est pas un verbe à part entière puisqu’il ne peut assumer une fonction prédicative.

29L’étude des implications aspectuelles des nominalisations en indonésien doit être fondée sur l’examen du système d’affixes dérivationnels propre à cette langue, comme le montrent R. Martin et P. Grangé. On notera qu’un même affixe peut exprimer le même contenu sémantique selon deux stratégies distinctes, à savoir nominalisation d’un élément verbal ou dérivation d’une entité nominale. L’indonésien présente la particularité de posséder un groupe de bases lexicales dont il est difficile de dire si elles sont nominales ou verbales. Ce n’est que leur insertion en contexte qui permet de mettre en lumière, selon le rôle que ces bases endossent alors, si l’on se situe dans une perspective nominale ou verbale. Différents types de nominalisations peuvent être observés. Selon le suffixe, le degré de nominalisation est plus ou moins affirmé. Le suffixe an-, par exemple, va autoriser des nominalisations qui se répartissent en noms au fonctionnement dense et noms au fonctionnement discret, tandis que le suffixe -nya amène la formation de noms verbaux qui ne se départissent pas de leurs propriétés verbales initiales (ils sont associés à un autre nom, qui serait le sujet ou l’objet de la base verbale). Les verbes d’état autorisent la création d’éléments nominaux à fonctionnement dense ou compact alors que les verbes dynamiques n’offre que la possibilité d’un fonctionnement discret. Enfin, il faut retenir que l’affixe de nominalisation est porteur d’une information aspectuelle (les marques de temps, de mode et d’aspect sont absentes dans les énoncés indonésiens).

30La contribution de R. Huyghe et R. Marin traite des noms déverbaux en français et en espagnol, plus précisément il s’agit d’examiner les caractéristiques aspectuelles et référentielles des nominalisations. Ce qui suppose de s’interroger sur la présence de l’aspect dans le domaine nominal, de l’identité (ou de la différence) des qualités aspectuelles dans le nom et le verbe engagés dans un mouvement de nominalisation et de la répartition quantitative de ces traits. Concernant l’aspect lexical, traditionnellement présenté en termes de dynamicité et de délimitation temporelle, il faut s’interroger sur la pertinence de son application au domaine nominal. Les premières conclusions auxquelles l’étude parvient sont que les principales valeurs sémantiques de l’aspect peuvent se retrouver dans le champ nominal. Toutefois les traces aspectuelles dans les déverbaux ne se vérifient pas toujours (on peut notamment faire mention des noms à sémantismes résultatif, agentif, instrumental). Lorsque l’aspect est conservé, il demeure souvent fidèle à celui du verbe d’origine (à l’exception notable des déverbaux d’activité qui pour certains expriment une valeur aspectuelle qui n’est pas contenue dans le sémantisme du verbe de départ).

31La pluralité annoncée dans le titre se trouve confirmée dans la table des matières. Les diverses études rassemblées, bien qu’occupant chacune une place définie dans un projet général construit et ordonné, sont bâties à partir d’horizons théoriques parfois très dissemblables et les occurrences de nominalisations répertoriées et traitées sont issues d’un éventail de langues qui couvre de nombreuses familles typologiques. Pour autant, le but avoué n’est pas de produire une série d’analyse qui circonscriraient le sujet mais bien d’ouvrir le débat et la réflexion (« Ce numéro sur les Nominalisations se présente ainsi plutôt comme un début que comme un achèvement », p.11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfrid ANDRIEU, « Reza Mir-Samii. Nominalisations », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 27 octobre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/1417

Haut de page

Auteur

Wilfrid ANDRIEU

Lerma, Aix-Marseille Université

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org