Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Collomp et Bruno Groppo. An American in Hitler’s Berlin : Abraham Plotkin’s Diary, 1932-33 et Marianne Debouzy. Le monde du travail aux Etats-Unis : les temps difficiles (1980-2005)

Hélène CHRISTOL
Référence(s) :

Catherine COLLOMP et Bruno GROPPO (ed.). An American in Hitler’s Berlin: Abraham Plotkin’s Diary, 1932-33. Urbana and Chicago: University of Illinois Press, 2009. 206 pages. ISBN 978-0-252-07559-9.

Marianne DEBOUZY. Le Monde du travail aux Etats-Unis : les temps difficiles (1980-2005). Paris : l’Harmattan, Logiques sociales, 2009. 290 pages. ISBN 978-2-296-09640-0, 26 euros.

Texte intégral

1Le 8 septembre 1981, dans un article du New York Times intitulé « Labor History Slighted, Experts Say », on pouvait lire que David Brody, Herbert Gutman, Philip Foner et d’autres historiens américains regrettaient le peu d’attention accordée jusqu’alors par les Etats-Unis à l’histoire du monde du travail et de ses luttes. Matière négligée, rarement enseignée à l’école ou à l’université, marquée par des lectures partielles, voire partiales, l’histoire du travail et des mouvements ouvriers restait à explorer et à analyser. Il faut reconnaître que, depuis cette date, sous l’influence des historiens susnommés et de leurs condisciples et grâce au travail d’associations savantes et syndicales ainsi que de programmes scolaires et universitaires, de nombreuses recherches ont été menées, de nouvelles interprétations ont vu le jour qui ont permis à cette histoire de se dire et de s’écrire.

2Deux ouvrages récents, publiés en 2009 par trois spécialistes français du sujet, sont venus enrichir certains des champs de ce domaine dont il reste encore de vastes espaces à découvrir. Ces deux publications en prouvent la richesse et témoignent de la multiplicité des approches possibles. L’un d’eux, Le monde du travail aux Etats-Unis : les temps difficiles, a pour auteur Marianne Debouzy, professeur émérite de l’Université Paris VIII, bien connue pour ses livres Le capitalisme « sauvage » aux Etats-Unis, 1860-1900 (1972)et Travail et Travailleurs aux Etats-Unis (1984) ainsi que pour ses nombreux articles sur la classe ouvrière américaine. Il choisit la forme classique d’une étude synthétique pour étudier les transformations qu’ont subies ou générées les mondes du travail dans le contexte de ces vingt-cinq dernières années aux Etats-Unis. Le second, An American in Hitler’s Berlin : Abraham Plotkin’s Diary, édité par Catherine Collomp, professeur émérite de Paris VII-Diderot, spécialiste des mouvements ouvriers et des immigrations aux Etats-Unis, et Bruno Groppo, chercheur en histoire comparée du monde du travail au CNRS, se fonde sur le journal inédit d’un militant syndical américain, Abraham Plotkin, envoyé par l’ILGWU (International Ladies’Garment Workers’Union) à Berlin entre novembre 1932 et février 1933 pour y étudier les programmes sociaux des syndicats ouvriers allemands. Ces deux ouvrages sont donc très différents, par l’époque à laquelle ils se réfèrent, par la nature de leurs sources, par leurs méthodes d’analyse. Mais des points communs les relient qui posent des questions plus globales sur l’organisation et les constantes du mouvement ouvrier américain. Ils donnent en effet tous deux la parole à ses témoins et acteurs, tout en permettant de mieux comprendre ce que l’on pourrait appeler avec Gutman une certaine « culture » ouvrière et en illustrant les relations difficiles entre politique et syndicalisme dans un contexte national aussi bien qu’international.

3L’analyse de Marianne Debouzy s’appuie sur huit chapitres, centrés sur les années 1980-2005. Après avoir posé le contexte politique, économique et social des trois présidences Reagan, Clinton et Bush dans un premier chapitre précis et détaillé, l’ouvrage étudie les nouvelles conditions de travail créées par la recomposition de la classe ouvrière sous l’effet de l’entrée des femmes sur le marché du travail et des nouvelles immigrations, ainsi que par l’évolution de l’emploi industriel et des mutations du travail dans les grands secteurs de l’automobile, de la construction, de la confection, de l’agro-alimentaire, des services et de l’aéronautique, nouvelles conditions qui ont entraîné une dégradation du statut de l’ouvrier : dégradation de ses revenus, allongement de la durée du travail, pauvreté, droits amputés et atteintes aux libertés (chapitres 2 à 6). La deuxième partie de l’ouvrage se penche sur les mouvements sociaux qui se sont manifestés pendant ces années difficiles, grèves organisées par les syndicats et luttes des immigrés et des travailleurs pauvres, et fait le point sur l’état du mouvement syndical aux Etats-Unis en soulignant certaines dissidences et en s’interrogeant sur les suites éventuelles de la scission de l’AFL-CIO de 2005 (chapitres 7 et 8). La conclusion pessimiste de ce panorama sans concessions ne surprend pas le lecteur : il semble en effet que prises globalement, les années 1980-2005 n’aient pas été favorables aux classes populaires. Marianne Debouzy nuance cependant son propos en soulignant la difficulté qu’il y a à généraliser à propos d’un ensemble caractérisé par l’hétérogénéité des situations et la multitude de groupes et de sous-groupes qui le composent. De même, elle s’interroge sur la notion de classe qui, même si celle-ci revient en force dans la pensée critique américaine, est devenue problématique, vu les recompositions en train de se produire dans le monde du travail. La condition ouvrière reste malgré tout clairement marquée par la pénibilité, l’insuffisance des salaires et la précarité. Comment expliquer alors la faiblesse des mobilisations et l’échec de la formation d’une conscience politique qui puisse remettre en question les conditions actuelles ? Marianne Debouzy propose plusieurs réponses pertinentes : chômage, insécurité, prégnance de l’idéologie dominante et de l’individualisme américain, clivages internes dus aux recompositions du travail, dispersion créée par la multiplication des emplois partiels, syndicats représentant une fraction de plus en plus réduite de travailleurs et devenus trop bureaucratiques. Pour l’auteur cependant, le problème est fondamentalement politique : il manque au groupe des travailleurs subalternes un parti qui le représenterait, parlerait pour lui et lui offrirait un projet social alternatif, ce que n’est plus capable d’assumer le parti Démocrate. L’ouvrage, publié en 2009, s’interrogeait sur l’élection d’Obama comme relais possible et stimulant pour un parti Démocrate qui pourrait s’intéresser à nouveau au mouvement social. L’année 2010 ne semble pas pour le moment répondre de façon positive à cette question qui clôt le livre.

4Le monde du travail aux Etats-Unis est donc un ouvrage précieux à plus d’un titre. Par la richesse de sa documentation —statistiques, textes primaires, témoignages—qui se fonde sur une grande quantité de données, encore difficiles à trouver rassemblées en un seul ouvrage, et fait le point sur ces dernières années ; par ses analyses, vivantes et étayées par des documents qui tiennent aussi bien compte du « vécu » de l’ouvrier que des contextes plus larges, politiques , économiques et sociaux, dans lesquels s’inscrit son travail ; par les questions qu’il soulève, celle de la redéfinition de la notion de classe, celle du développement des nouvelles technologies, du travail intérimaire ou du travail dit « indépendant » et de leur impact sur l’organisation du travail et le statut même des travailleurs ; par le soin pédagogique, dans le bon sens du terme, qu’il met à donner toutes les indications, bibliographiques, statistiques, historiques, qui pourraient être utiles à son lecteur ; par le regard critique enfin qui le construit et qui tout en mettant sans équivoque son auteur du côté du mouvement social (aux dépens parfois d’une analyse plus nuancée des effets de la mondialisation par exemple), n’entament pas la rigueur scientifique avec laquelle son auteur nuance ses propos et définit ses outils méthodologiques, comme en témoignent les pages sur le maniement difficile de statistiques « notoirement confuses » à propos des créations d’emplois, des chiffres du chômage ou de la nature des emplois créés. Il constitue ainsi le troisième volume indispensable de cette trilogie de Marianne Debouzy, qui englobe presque deux siècles d’histoire du travail aux Etats-Unis.

5An American in Hitler’s Berlin prolonge ce voyage en terres ouvrières dans le temps (les années trente) et dans l’espace (l’Allemagne et Berlin) en présentant le texte du journal d’Abraham Plotkin, citoyen juif américain d’origine russe, organisateur syndical de l’ILGWU. A la fin de l’année 1931, suite à la crise économique, Plotkin fut libéré de ses fonctions syndicales et décida d’aller faire un tour en Europe que ses parents avaient quittée quand il avait huit ou neuf ans. Son objectif, outre cette curiosité personnelle, était d’étudier comment les travailleurs allemands réagissaient face à la crise économique et quels systèmes de protection sociale le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands) et les syndicats allemands avaient mis en place pour aider les pauvres et les travailleurs. Muni d’une lettre d’introduction du président de l’ILGWU, il embarqua sur un cargo en octobre 1932 et arriva à Berlin le 22 novembre. La première entrée de son journal est datée du 25 octobre 1932, la dernière du 27 février 1933, jour de l’incendie du Reichstag qu’il mentionne dans son journal et de la prise de pouvoir de Hitler. On se rend compte de l’intérêt de ce document qui n’avait encore jamais été publié. Témoin direct de la fin de la République de Weimar, reçu par nombre de dirigeants syndicaux allemands qui allaient être arrêtés et pour la plupart exécutés quelques jours ou mois plus tard, à la fois engagé par son implication dans le mouvement ouvrier, mais aussi désengagé par sa citoyenneté américaine, qui lui valut de ne pas être incarcéré lors d’une manifestation musclée du SPD, Plotkin découvrit la force historique du mouvement social démocrate allemand au moment même où celui-ci s’effondrait et exposait ainsi ses faiblesses. Témoin sans connaissance ni même prescience des événements à venir : jusqu’en février 1933, il s’intéresse plus aux luttes entre socialistes et communistes qu’à la montée du NSDAP qu’il ne semble pas considérer comme une alternative possible ni comme un véritable danger et ses pages reflètent ainsi la culture et les modes de pensée de son époque. Il existe peu de journaux et de témoignages de ce genre sur ces mois de transition qui amenèrent Hitler au pouvoir. Le journal de Plotkin est un document étonnant par la nature de ce regard qui interprète, qui n’est ni celui d’un journaliste, ni celui d’un politique, mais d’un observateur de la classe ouvrière, prenant sa mission d’enquête très au sérieux, juif et étranger de surcroît à une époque où antisémitisme et xénophobie faisaient bon ménage. On le lit en retenant son souffle, dans l’attente du désastre annoncé.

6Notons que l’édition du journal et la présentation du texte sont d’une qualité exceptionnelle. Le livre qu’ont édité Catherine Collomp et Bruno Groppo s’ouvre sur une excellente introduction qui apporte les éléments biographiques, historiques et scientifiques nécessaires à la mise en contexte et à la compréhension du journal. Le journal lui-même, accompagné de notes toujours éclairantes et pertinentes, est suivi d’un discours de Plotkin d’août 1933 qui tente d’expliquer rétrospectivementpourquoi les nazis ont pu détruire un mouvement ouvrier pourtant puissant. Ce texte complète avec intelligence les impressions instantanées, au jour le jour, qui composaient les entrées du journal. Il prolonge également la séquence temporelle du journal en rendant compte des arrestations, exécutions, censure de la presse et mise en place du système de répression politique, sociale et raciale hitlérienne, qui ont suivi le 27 février. Enfin une chronologie des événements politiques de 1930 à 1933 en Allemagne permet de mieux encore cadrer les occurrences du journal. Un index termine cet ouvrage de lecture passionnante qui met en lumière les rapports entre politique et syndicalisme, intérêts nationaux et internationaux, et répond, dans son contexte, à certaines des questions posées par Marianne Debouzy dans son ouvrage sur le monde du travail aux Etats-Unis.

7Ces deux ouvrages constituentdonc un apport important à l’histoire du travail et des travailleurs, du mouvement social et du syndicalisme. On ne peut qu’en recommander la lecture à tous ceux qui s’intéressent à ces sujets aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, mais aussi par-delà les époques et les frontières. L’ouvrage de Marianne Debouzy est écrit en français, celui de Catherine Collomp et Bruno Groppo en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène CHRISTOL, « Catherine Collomp et Bruno Groppo. An American in Hitler’s Berlin : Abraham Plotkin’s Diary, 1932-33 et Marianne Debouzy. Le monde du travail aux Etats-Unis : les temps difficiles (1980-2005) », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1439

Haut de page

Auteur

Hélène CHRISTOL

Lerma, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org