Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Michel Fournier. Manuel d’anglais oral

Sophie HERMENT
Référence(s) :

Jean-Michel FOURNIER. Manuel d’anglais oral. Paris, Editions Ophrys, 257 pages, 2010, ISBN-13: 978-2708012431

Texte intégral

1Les francophones apprennent en général l’anglais écrit de façon relativement convenable, mais dès qu’il s’agit de passer à l’oral, l’exercice s’avère extrêmement difficile et la qualité de l’anglais oral de nos élèves et étudiants est bien souvent médiocre. Les sons de l’anglais sont très différents de ceux du français, mais ils sont aussi assez proches pour que l’on substitue les uns aux autres, d’où la difficulté de produire des sons vraiment anglais. Il faut aussi admettre que le code de lecture de l’anglais est totalement différent de celui du français et il faut donc réapprendre à lire. Cela n’est pas naturel pour une langue qui ne semble pourtant pas si éloignée du français. Ce fameux code de lecture est en fait très difficile à expliquer et à enseigner car tout s’imbrique et pour bien en comprendre le fonctionnement, il faut passer par plusieurs étapes qui ont un ordre. Ainsi on ne peut pas trouver la valeur de la voyelle accentuée si l’on n’a pas d’abord compris l’accentuation du mot par exemple.

2L’enjeu est donc le suivant : comment expliquer de façon simple, sans donner trop de règles complexes, mais en n’en omettant aucune, la façon dont l’anglais doit être prononcé ?

3Dans son Manuel d’anglais oral, Jean-Michel Fournier, Professeur des Universités en linguistique anglaise et spécialiste de phonologie lexicale, relève le défi et nous propose une approche originale basée sur la comparaison et surtout la confrontation entre le français et l’anglais. L’ouvrage se veut très pédagogique : des exercices (applications) avec corrigés sont proposés à la fin de chaque sous-section, un glossaire très utile est fourni, ainsi qu’une brève bibliographie rassemblant des ouvrages de référence.

4Mais c’est surtout dans l’approche théorique que l’auteur se montre très pédagogue. Le manuel est découpé en trois grandes parties : accentuation, voyelle accentuée et prononciation. Tout en exposant et explicitant les règles complexes incontournables de la phonologie de l’anglais en lien avec ces trois parties, Jean-Michel Fournier synthétise au maximum sans pourtant résumer à l’excès. Des bilans à la fin de chaque chapitre ou sous-chapitre sont systématiquement dressés et accompagnés le plus souvent de schémas ou diagrammes très parlants qui clarifient les règles exposées dans l’ouvrage.

5La première partie, consacrée à l’accentuation, comporte neuf chapitres qui représentent des étapes dans l’apprentissage. Un diagramme est proposé dès le chapitre 1 et est augmenté au fur et à mesure des explications et règles données jusqu’à aboutir à sa forme finale au chapitre 9. Ainsi le lecteur est littéralement pris par la main et sait, à la fin de la première partie, quelles questions se poser et dans quel ordre, pour obtenir l’accentuation d’un mot en anglais. Les principales questions théoriques, telles que l’isomorphisme, l’affixation, ou encore la composition, sont traitées, toujours de façon très pédagogique. Des remarques d’ordre général côtoient des remarques d’ordre étymologique, des conseils ou des indices de reconnaissance (de la préfixation par exemple). L’auteur a le grand mérite de donner des chiffres à l’appui des règles qu’il énonce. Il démontre ainsi, par exemple, au moyen de pourcentages, que l’alternance accentuelle pour les dissyllabes entre substantifs et verbes est loin d’être la règle. De même, des chiffres ou des pourcentages tout à fait pertinents sont donnés, qui permettent de remettre en perspective les exceptions aux règles en montrant qu’elles ne sont pas aussi nombreuses qu’il y paraît. La liste exhaustive est donnée lorsqu’elle n’est pas trop longue et le manuel ne propose que les mots les plus courants lorsque les exceptions sont très nombreuses.

6Enfin, et c’est là le grand intérêt et la grande originalité de son manuel, Jean-Michel Fournier nourrit l’esprit curieux et avide d’explications de ses lecteurs les plus avancés mais n’oublie pas ses lecteurs moins spécialistes en leur fournissant en fin de chapitre des clés qui leur permettent, avec seulement deux ou trois règles, d’accentuer statistiquement le plus de mots possible. Ainsi il nous dit en fin de chapitre 6 : « on peut considérer que l’anglais obéit en fait à deux et seulement deux règles générales : Dissyllabes /10/ et Règle normale /(-)100/ ».

7La deuxième partie, intitulée « la voyelle accentuée », comprend cinq chapitres, dont le dernier est également une récapitulation générale avec un diagramme et un tableau des correspondances graphie/phonétique. Cette deuxième partie est construite sur le même principe que la première. Le lecteur est amené à se poser des questions dans un certain ordre et le diagramme final explicite toute la démarche à suivre. On apprécie à nouveau les remarques de l’auteur sur la façon dont tel ou tel concept ou règle a été nommé, comme par exemple les voyelles que l’on appelle « entravées » car elles ne se trouvent que devant des consonnes (qui sont vues comme des obstacles), ou encore des remarques sur l’évolution de la prononciation, qui a tendu vers une simplification, un lissage, puis une omission de r dans le cas des valeurs dérivées. Des remarques sur l’évolution de l’écriture permettent aussi de mieux comprendre certaines séries d’exceptions : par exemple certains mots avec un <u> ont été réécrits avec un <o> mais ont gardé la prononciation d’origine (accomplish, once, son…). Dans cette partie comme dans la précédente, l’auteur démontre très facilement que « le système est beaucoup plus simple qu’on ne pourrait le penser ». Certaines règles données par d’autres ouvrages n’en font qu’une ici, car pour avoir travaillé sur des corpus électroniques très larges, Jean-Michel Fournier donne souvent le nombre de mots concernés, le nombre d’exceptions et la fréquence de la règle. Il peut ainsi éliminer une règle ou ne pas la mentionner lorsqu’elle ne concerne que très peu de mots ou bien lorsqu’elle n’est pas productive. Le lecteur a ainsi le plaisir d’aborder autrement les fameuses longues listes d’exceptions qu’il a du bien souvent ingurgiter.

8La prononciation est au cœur de la troisième et dernière partie du Manuel d’anglais oral. Cinq chapitres composent cette partie. Notons toutefois que le dernier chapitre sur le suprasegmental est incomplet. L’auteur est très succinct sur le rythme et sur l’intonation mais ne s’en défend pas puisqu’il suggère d’autres ouvrages à ses lecteurs pour ces thèmes particuliers. On trouve dans cette troisième partie des indications et des conseils spécifiquement adaptés pour les francophones : les voyelles du français sont données avec celles de l’anglais et positionnées sur le trapèze vocalique. Des astuces sont proposées pour obtenir une bonne prononciation, mais l’on trouve aussi l’explication physiologique. Des remarques sur l’acquisition de la langue agrémentent cette partie, et l’on trouve même des conseils pour faire travailler différents sons ensemble, ce que les enseignants ne manqueront pas de trouver utile. Les consonnes sont présentées de façon originale, par mode d’articulation et avec des conseils pour la prononciation. L’auteur ne s’arrête que sur les points qui posent vraiment problème aux francophones. L’explosion par exemple, phénomène complexe, y est expliquée de manière limpide. Le chapitre sur l’enchaînement des sons est également très intéressant et véritablement orienté vers les difficultés rencontrées par les francophones. Comme dans les deux autres parties de l’ouvrage, les lecteurs novices aussi bien que les lecteurs chevronnés trouveront leur bonheur soit grâce à une astuce qui débloquera leur prononciation d’un son, soit au travers d’une remarque théorique ou d’un avis scientifique pertinent.

9Le Manuel d’anglais oral de Jean-Michel Fournier est utile aux élèves, aux étudiants et aux enseignants de tous niveaux. L’auteur, par ses qualités de chercheur et son expérience d’enseignant, nous offre un manuel qui allie une grande rigueur théorique à une approche pédagogique remarquablement bien pensée, qui font du Manuel d’anglais oral un ouvrage de référence, à la fois extrêmement stimulant et agréable à lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie HERMENT, « Jean-Michel Fournier. Manuel d’anglais oral », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1443

Haut de page

Auteur

Sophie HERMENT

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org