Navigation – Plan du site
Recensions

Christine Reynier. La Tradition littéraire dans les essais anglo-américains. Vol 2

Nathalie VANFASSE
Référence(s) :

Christine REYNIER (ed.). La Tradition littéraire dans les essais anglo-américains. Vol 2. Paris : Michel Houdiard, Collection « Essais sur l’art », 2009.

Texte intégral

1Ce volume s’inscrit dans la collection « Essais sur l’art » qui vise à mettre à la disposition d’un public francophone des essais inédits d’écrivains et d’artistes de langue anglaise des dix-neuvième, vingtième et vingt-et-unième siècles. Ce projet permet la découverte de textes oubliés ou négligés par les grandes maisons d’édition. L’originalité de cette collection est d’offrir des traductions de qualité réalisées par des enseignants-chercheurs. Celles-ci sont toutes accompagnées de commentaires critiques passionnants et approfondis permettant de comprendre toute la subtilité des textes proposés en les replaçant dans leur contexte.

2Le présent ouvrage intitulé « La tradition littéraire dans les essais anglo-américains » fait partie d’un diptyque dont l’autre volet a pour titre « Les grands mouvements littéraires anglo-américains ». Le volume sur la tradition littéraire propose une sélection d’essais qui,  tous, explorent les liens entre tradition et individualité artistique. Dans une première partie consacrée à la défense et à la critique de la grande tradition, Luc Bouvard propose une traduction commentée d’un essai de George Eliot intitulé « Les romans stupides des femmes de lettres ». Eliot y critique les romans stéréotypés et pseudo-philosophiques écrits par des femmes du monde. Elle s’indigne du succès que rencontraient ces piètres productions et des comptes rendus élogieux dont elles jouissaient alors que les chefs-d’œuvre de Charlotte Brontë ou d’Elisabeth Gaskell ne rencontraient que dédain de la part des journaux littéraires de l’époque. Le texte de George Eliot est mis en parallèle avec un livre d’Anthony Burgess consacré aux meilleurs romans anglais depuis 1939 et dont l’introduction est traduite et analysée par Sandrine Sorlin. Dans cette introduction, et contrairement à Eliot qui énumère les traits caractéristiques de mauvais romans, Burgess recense les critères qui, selon lui, font un bon roman. Son essai rattache roman populaire et roman d’art, œuvres majeures et œuvres mineures alors que George Eliot les dissocie et établit une hiérarchie entre ces catégories.

3Après s’être interrogé sur ce qui fait entrer ou non un roman dans le canon littéraire, le recueil d’essais analyse, dans une deuxième partie, comment naît la tradition littéraire. Dans un essai traduit par Christine Reynier, Leonard Woolf revendique une place pour Joseph Conrad dans le paysage de la littérature anglaise. Les raisons qu’il avance pour justifier l’importance de l’écriture de Conrad sont ambiguës et reflètent les impressions d’un lecteur tiraillé entre la tradition littéraire du dix-neuvième siècle et le modernisme naissant.  La transition vers le modernisme est analysée dans autre essai traduit par Fabienne Couécou et dans lequel l’écrivain Ford Madox Ford fait l’éloge de la poésie avant-gardiste d’Ezra Pound. Dans ces deux essais, le lecteur est plongé dans le processus même de création d’une nouvelle tradition littéraire. La tradition est revisitée dans les deux textes suivants qui forment une troisième partie intitulée « La tradition littéraire détournée et retrouvée ». Le premier d’entre eux est la traduction par Guillaume Tanguy d’un essai de Frank Norris sur le naturalisme d’Émile Zola. Norris y démontre que le naturalisme de Zola est une forme de romantisme par son caractère extraordinaire et grotesque qui le distingue, selon lui, du réalisme.  Le deuxième essai de cette partie est consacré à la poésie épique revisitée par l’écrivain Edward Dorn à partir d’une épopée écrite par son mentor, Charles Olson, et intitulée Poèmes de Maximus. Cet essai, traduit et commenté par Vincent Dussol, explore la géographie, la dimension mystique mais aussi l’énergie des poèmes d’Olson. Enfin, la dernière partie du recueil d’essais, intitulée « La tradition littéraire mise à nu », présente une nouvelle d’Edgar Allan Poe réécrite à l’envers par Angela Carter et traduite en français par Julie Sauvage, ainsi qu’une réflexion sur l’art et ses canons extraite d’un ouvrage d’essais critiques sur l’art et la littérature de Jeanette Winterson et traduite et commentée par Jean-Michel Ganteau. Angela Carter s’emploie à désacraliser Edgar Allan Poe en déconstruisant et en psychanalysant une de ses nouvelles tandis que Jeanette Winterson s’insurge contre l’industrie et la doxa culturelle qui sous-tendent la plupart des jugements sur l’art et revendique une réaction authentique face aux œuvres. L’ensemble de ces essais tout à fait passionnants a le mérite d’offrir aux lecteurs francophones des approches inhabituelles et décalées de la tradition littéraire qui amènent à réfléchir sur ce qui est d’ordinaire considéré comme canonique et intangible. Le monde universitaire et le grand public ne peuvent que se réjouir de la publication de cet ouvrage à la fois érudit et accessible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie VANFASSE, « Christine Reynier. La Tradition littéraire dans les essais anglo-américains. Vol 2 », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1446

Haut de page

Auteur

Nathalie VANFASSE

Lerma, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org