Navigation – Plan du site
Recensions

Sophie Vallas. Lyrisme de l’homme ordinaire : dix études sur la littérature américaine moderne, de Pierre Gault

Françoise PALLEAU-PAPIN
Référence(s) :

Sophie VALLAS (ed). Lyrisme de l’homme ordinaire : dix études sur la littérature( américaine moderne, de Pierre Gault. Textes réunis et présentés par Sophie VALLAS, postface de Laurent DANON-BOILEAU. Limoges, Lambert-Lucas, 2009. ISBN : 978-2-35935-015-9

160 pages, 15 euros

Texte intégral

1Ce petit ouvrage n’est modeste que par sa taille et sa répugnance à user de jargon ou à faire montre de pédantisme. C’est un travail très important, qui compte comme exemple méthodologique, mais aussi philosophique au sens le plus large. Une approche utilitaire d’abord : il servira de modèle pour faire comprendre aux étudiants ce que signifie analyser un texte et faire de la recherche littéraire en toute liberté intellectuelle, et on peut aussi y puiser de nouvelles forces quand on est un chercheur chevronné. Une conceptualisation théorique des plus solides n’apparaît que comme outil au service du texte, pour le faire parler, le faire ressentir à travers l’étude de sa syntaxe autant que de son lexique, pour souligner ses réticences et ses silences aussi. Dix chapitres récapitulent le parcours intellectuel de Pierre Gault, qui ne publiait jamais trop, jamais trop vite. Chaque mot est pesé, chaque idée poussée jusqu’à ses derniers retranchements, dans la concision et la limpidité qui sont la marque de son exigence.

2Ce qui fait la force d’un tel travail, c’est qu’il élabore son outil critique et théorique pour étudier le texte. Il ne s’agit pas pour Pierre Gault d’utiliser tantôt une chapelle critique, tantôt une autre, ou un mélange désinvolte, mais de véritablement créer un outil conceptuel nouveau qui soit pertinent pour l’objet d’étude. On mesure toute son ambition quand il résume en un article de seulement dix pages (« Rhématique / Thématique ou les élans de la syntaxe ») une partie de sa recherche menée conjointement avec les linguistes Laurent Danon-Boileau et Gérard Deléchelle. Tous deux sont ouverts à une approche à deux voix du texte littéraire. Le séminaire de linguistique et littérature professé conjointement par Pierre Gault et Gérard Deléchelle à Tours dans les années 1990 est encore légendaire pour les étudiants qui ont eu la chance d’y assister. Grâce à cet ouvrage rassemblé par son ancienne étudiante Sophie Vallas, ceux qui n’ont pas eu un tel bonheur peuvent enfin en profiter, de loin. Sophie Vallas a également préfacé ce recueil avec finesse. Elle explique ce qui rassemble les fils des dix études, qui convergent toutes vers une approche renouvelée de la lecture. Pierre Gault ne fait pas de critique de la réception strictement, mais étudie les violences faites au lecteur construit par les textes sélectionnés. Corpus difficile, voire retors, le choix d’étude concerne des textes de John Hawkes, William Gass, Raymond Carver, Vladimir Nabokov, Grace Paley et James Agee pour ne nommer qu’eux. Nul besoin d’être un spécialiste de John Hawkes pour apprécier l’analyse d’un contrat de lecture qui pourrait s’appliquer à d’autres écrivains. Constamment déstabilisé par le texte de Hawkes ou de Gass, le narrataire doit laisser ses certitudes épistémologiques de côté, et le lecteur ses habitudes de lecture, en particulier quand l’identification avec le narrateur lui est interdite, alors même que ce narrateur le convoque en un appel à la connivence persistant, ou par un discours de la séduction. Les pièges du textes ne sont pas seulement envisagés sous un angle narratologique, mais aussi dans les jeux de mots ou le bougé sémiotique, dans les failles syntaxiques ou les béances des ellipses. On ne peut plus étudier William Gass, en particulier son texte difficile « The Pederson Kid », sans citer l’étude séminale de Pierre Gault. Il en va de même des nouvelles de Carver, ou de Let Us Now Praise Famous Men de James Agee. Les textes sont analysés sans mimétisme, avec une pédagogie engageante qui accompagne chaque étape du raisonnement, alors que la réflexion est complexe et novatrice.

3Par conséquent, il paraît naturel, mais encore faut-il le rappeler, qu’un travail d’une telle qualité ait eu un rayonnement large—non seulement en France, mais aussi Outre-Atlantique, où Pierre Gault a publié une étude sur Hawkes en 1983 dans la célèbre Review of Contemporary Fiction, dirigée par John O’Brien. Le rayonnement d’une méthode française de micro-lecture « à la Pierre Gault » apparaît dès la publication d’un article dans un ouvrage américain intitulé Les Américanistes : New French Criticism on Modern American Fiction, paru en 1978. Grand chercheur et pédagogue, Pierre Gault a su former les étudiants à une réflexion exigeante et libre. Il a ouvert la voie à d’autres, et cet ouvrage est une inspiration et une invitation à poursuivre son voyage d’exploration du texte littéraire. Citons pour finir la remarquable préface : « Lire ces textes de Pierre Gault ne permet pas seulement d’affiner sa connaissance de quelques-uns des grands auteurs américains du XXe siècle ; c’est aussi interroger sa place de lecteur dans le texte, se rendre intensément sensible à l’inscription, au cœur de la langue, de la syntaxe et de la grammaire, de questions telles que celles du point de vue, de l’affect, du désir, et ainsi s’engager dans une véritable lecture de soi. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise PALLEAU-PAPIN, « Sophie Vallas. Lyrisme de l’homme ordinaire : dix études sur la littérature américaine moderne, de Pierre Gault », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1449

Haut de page

Auteur

Françoise PALLEAU-PAPIN

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org