Navigation – Plan du site
Recensions

Shirley Bricout. L’itinéraire d’un prophète en fuite ou Le texte biblique et la réflexion politique dans Aaron’s Rod, Kangaroo et The Plumed Serpent de D.H. Lawrence

Christine ZARATSIAN
Référence(s) :

Shirley BRICOUT. L’itinéraire d’un prophète en fuite ou Le texte biblique et la réflexion politique dans Aaron’s Rod, Kangaroo et The Plumed Serpent de D.H. Lawrence. Montpellier : PULM, Université Montpellier III, 328 pages, 2008. ISBN 978-2-84269-852-2. 25 euros.

Texte intégral

1L’écrivain britannique D.H. Lawrence se définit par son errance, sa soif d’absolu. Artiste fécond, il a laissé une œuvre visionnaire, inspirée par une longue et incessante quête existentielle souvent qualifiée par les critiques de « pèlerinage sauvage ». L’univers imaginaire de Lawrence est un lieu complexe où s’exerce une critique virulente de l’industrialisation et de la mécanisation qui conduit au rejet d’une société stérile et moribonde. Le captivant ouvrage de Shirley Bricout, Itinéraire d’un prophète en fuite, une version remaniée de sa thèse de doctorat soutenue en 2007, s’inscrit pleinement dans cette dimension apocalyptique. L’auteur y commente les grands moments de la quête lawrencienne, depuis l’expérience européenne jusqu’à l’aboutissement cosmique et apocalyptique de l’écriture, en passant par les voyages au bout du monde. S’appuyant sur la vaste culture biblique de Lawrence, Shirley Bricout se livre à une analyse minutieuse des correspondances bibliques qui jalonnent l’œuvre de l’écrivain, plus particulièrement les romans du pouvoir ou « Leadership Novels » : Aaron’s Rod, Kangaroo et The Plumed Serpent. Elle démontre de quelle manière l’écriture et les thèmes de cette trilogie, illustrant trois des nombreuses destinations de l’écrivain voyageur, l’Italie, l’Australie et le Mexique, entrent en résonance avec les versets bibliques. Dans la trilogie, suggère-t-elle, Lawrence s’appuie sur une réécriture de la Bible. Il s’approprie la Parole Sacrée afin de proposer une vision politique du monde qui rend à l’homme sa dimension cosmique.

2La première partie, intitulée « la genèse de l’écriture », est principalement consacrée à la méthodologie et à la définition de la métalangue employée. Shirley Bricout accomplit un travail de linguiste et d’exégète pour expliquer les fondements bibliques de l’écriture lawrencienne. Elle adopte une approche critique fondée sur la narratologie et sur la sémiotique dans laquelle se lit l’influence de grands théoriciens de la littérature, empruntant à Roland Barthes la distinction entre texte et tissu, et à Deridda les notions de dissémination et de greffe. Elle aborde aussi les textes sous l’angle de l’intertextualité et du dialogisme, à la suite de Kristeva, de Bakhtine et de Genette, distinguant hypotexte et hypertexte, étudiant la parodie, le pastiche et le travestissement, ainsi que le concept d’ « agrammaticalité », inspiré de Riffaterre, concept qui caractérise, selon elle, le phrasé biblique de Lawrence, au-delà des emprunts syntagmatiques. Les tables de résonance qui terminent cette première partie apportent la preuve de l’importance des greffes bibliques dans les romans du pouvoir et témoignent du solide travail de recherche effectué par l’auteur. Dans la deuxième partie (« Le prophète en fuite : l’expérience européenne ») Shirley Bricout s’intéresse à la fonction narrative des emprunts bibliques dans les romans de la trilogie, L’auteur insiste tout particulièrement sur la démarche herméneutique de Lawrence, qui apparaît dans le « déplacement du texte sacré » (89). L’héritage judéo-chrétien des voyageurs sert de point de départ à l’étude. Ainsi, les moments importants de la vie du Christ sont redéfinis par dissémination du sens, Lawrence donnant, selon l’auteur, une nouvelle interprétation plus résurrectionnelle de la Crucifixion, qu’elle rapproche, à juste titre, du thème de la nouvelle The Man Who Died. Signalons, au passage, des développements inspirés sur l’essaimage des différentes acceptions du symbole de la croix, notamment à travers l’allusion à la Croix du Sud dans Kangaroo. Elément traumatisant et destructeur, la guerre occupe une place prépondérante dans l’imaginaire de l’écrivain. Shirley Bricout analyse avec finesse les relations dialogiques entre hypotexte biblique et hypertexte lawrencien dans les trois récits de guerre des « Leadership Novels », en particulier dans le chapitre « The Nightmare » de Kangaroo, dont elle relève la forme proleptique. Les emprunts bibliques, remarque-t-elle, expriment le lien entre corps et mutilation. C’est dans les portraits de femmes que l’intertextualité biblique semble prendre tout son sens, les images bibliques et mythiques permettant à Lawrence de fuir le schéma traditionnel de l’épouse pour découvrir le féminin cosmique dans la rencontre avec la prêtresse (The Marchesa dans Aaron’s Rod), la prophétesse (Victoria dans Kangaroo) et l’Eve « archétypique d’avant la Chute » (133) (Kate dans The Plumed Serpent). Dans la troisième partie (« La seconde création : à la recherche de soi dans un nouvel environnement »), la quête lawrencienne est appréciée sur un plan sémiologique : c’est le pouvoir politique du Verbe que Lawrence et ses personnages, en rupture avec l’Europe, vont questionner. Dans Aaron’s Rod, par exemple, Lilly transpose la quête dans le domaine du langage et y ajoute une vision eschatologique – les mots (et leurs supports) étant voués à la destruction. Dans Kangaroo, la confusion des langues convoque la Tour de Babel de la Genèse. Avec The Plumed Serpent, le Verbe cède la place à l’expérience non-verbale : en acceptant de devenir la déesse Malintzi, Kate « désapprend le Verbe ainsi que la valeur sémiotique de celui-ci qui s’imposaient à elle jusqu’alors » (158). Autre point abordé : la dimension géopolitique. Shirley Bricout souligne les liens entre ethnocentrisme et logocentrisme - l’impérialisme étant assimilé à la Faute. Dans les romans du pouvoir, note-t-elle, la critique du colonialisme se traduit par une subversion de l’hypotexte biblique qui confine à l’hybridité. La fuite des personnages vers des terres inconnues révèle à la fois les rapports compliqués que Lawrence entretient avec la société, et son aspiration à la communauté, dont l’utopie de Rananim est l’illustration. Le texte biblique est interrogé dans une perspective sociale. La quête du prochain évoque la parabole du Bon Samaritain tirée de l’Evangile de Luc. Présente dans l’avant-propos de Sons and Lovers, cette parabole est diversement traitée dans la trilogie : détournée dans Kangaroo, elle apparaît dans Aaron’s Rod sous forme de pastiche, et dans The Plumed Serpent, de travestissement burlesque. Dans l’imaginaire de l’écrivain, communion et communauté préludent aux connexions cosmiques, posées comme base du politique. Shirley Bricout propose des commentaires très pertinents sur certains essais de Lawrence (« Aristocracy », « The Reality of Peace »), qui mettent en lumière ses théories sociales et politiques. Dans The Plumed Serpent, observe-t-elle, la quête cosmique prend une dimension mythique. Lawrence se tourne vers les mythes primitifs de la création, associant, dans le personnage de Kate, les mythes indiens et le monde primitif des Celtes. La déconstruction de la société accomplie à travers les emprunts bibliques conduit l’écrivain à une sublimation mythopoétique. La quatrième et dernière partie de l’ouvrage de Shirley Bricout (« La nouvelle alliance : l’exploration de la pensée politique ») place les deux courants politiques majeurs de la période, le fascisme et le marxisme, en perspective avec la trilogie et envisage la dimension apocalyptique de l’écriture lawrencienne. Certains critiques ont dénoncé, dans les romans du pouvoir, l’influence de thèses fascistes. Shirley Bricout constate que l’étude de l’hypotexte biblique dans les passages en accusation apporte la réponse de Lawrence à l’idéologie fasciste. Dans Kangaroo la mission élitiste du « nouveau sauveur » lawrencien, chargé d’apporter des remèdes aux maux de la société, est exprimée de façon négative dans le travestissement de syntagmes bibliques, comme en témoignent l’allusion au baume de Galaad, et la mention de la Nouvelle Jérusalem. Dans The Plumed Serpent, le retour aux emblèmes primitifs tels que Quetzalcoatl, à la fois serpent et aigle, pourrait suggérer une influence fasciste. Mais il évoque surtout le symbole lawrencien du phénix et celui de l’ouroboros qui, nous dit l’auteur, « reposent, quant à eux, sur une conception plus cosmique des relations humaines » (235). Analysant ensuite les liens entre métaphores bibliques et pensée marxiste, Shirley Bricout s’attache à démontrer, avec rigueur et conviction, que le travail du texte lawrencien entre en résonance avec un palimpseste : le système de métaphores bibliques déjà élaboré dans l’un des textes fondateurs du marxisme, Le Capital de Karl Marx. Dans The Plumed Serpent, remarque-t-elle, les fresques de Diego Rivera et de Jose Clemente Orozco, conçues pour illustrer la lutte des classes, s’opposent à l’esthétique « désintéressée » (265) prônée par Lawrence et indiquent clairement son rejet du marxisme. Le dernier volet de ce chapitre concerne « l’apocalyptique » chez Lawrence, en référence, notamment, à l’essai Apocalypse, ce « plaidoyer flamboyant pour un renouveau cosmique » (267). L’étude est abordée sous l’angle original de la chromatique apocalyptique, disséminée dans les trois romans. L’auteur distingue avec pertinence les quatre couleurs des chevaux de l’Apocalypse (blanc, feu, noir, blême) dans les scènes d’émeutes (la manifestation d’Aaron’s Rod, la rixe avec les Diggers dans Kangaroo et l’assaut de la demeure de don Ramon dans The Plumed Serpent) et note une progression dans le symbolisme chromatique - la couleur blanche retrouvant, dans le dernier roman, son symbolisme primitif. Shirley Bricout considère ensuite deux symboles lawrenciens majeurs: le serpent et l’arc-en-ciel. Lawrence voit dans le serpent de la Genèse, qui se confond souvent avec le dragon de l’Apocalypse, un symbole païen. Là encore, on peut discerner une progression dans les trois récits : le serpent à tête renflée d’Aaron’s Rod se transforme en dragon vert de la force intérieure dans Kangaroo, pour devenir Quetzalcoatl, le serpent-dragon des centres primitifs de The Plumed Serpent, symbolisé par la circularité des danses et par la roue cosmique. Le symbole de l’arc-en-ciel, enfin, est apprécié dans toute sa complexité. Si le thème eschatologique est évoqué dans Aaron’s Rod, c’est la thématique de l’eau qui caractérise le monologue intérieur de Somers dans Kangaroo. Le motif du déluge convoque l’hypotexte biblique, ainsi que d’autres métaphores bibliques. Les références au prophète Esaïe, à Luc, à Matthieu relèvent du pastiche, selon Shirley Bricout. L’apparition de l’arc-en-ciel rappelle les métaphores architecturales de la fin de The Rainbow. Dans The Plumed Serpent, remarque-t-elle, le symbole biblique de l’arc-en-ciel est remplacé par le symbole païen de l’Etoile du matin, révélant l’accomplissement cosmique de l’écriture lawrencienne, de ce « prophète de l’eschaton » (297). L’intertextualité biblique, conclut l’auteur, permet à l’écrivain de déconstruire les connexions politiques en sacralisant son écriture dans une démarche épiphanique et apocalyptique de destruction-création qui porte la marque emblématique du phénix : « dans l’intertextualité un texte est consumé par un autre pour renaître de ses cendres, comme le phénix, un symbole de vie si cher à Lawrence » (303).

3On le voit, l’étude des résonances bibliques dans les romans du pouvoir nous renvoie à notre culture judéo-chrétienne. Elle montre aussi à quel point Lawrence sait nous transporter, par-delà la pensée biblique, jusqu’aux sources mythiques de l’humanité. Cet impressionnant travail, illustré de nombreux exemples, nous donne l’occasion de relire de belles pages de l’œuvre de l’écrivain. En résumé, un ouvrage passionnant, d’une grande ampleur, doté d’une bibliographie exhaustive, qu’il faut recommander à tous ceux qui s’intéressent à la pensée de D.H. Lawrence et qui souhaitent partager ses pérégrinations prophétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine ZARATSIAN, « Shirley Bricout. L’itinéraire d’un prophète en fuite ou Le texte biblique et la réflexion politique dans Aaron’s Rod, Kangaroo et The Plumed Serpent de D.H. Lawrence », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1452

Haut de page

Auteur

Christine ZARATSIAN

Lerma, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org