Navigation – Plan du site
5

Introduction

Introduction to this issue of E-rea
Max DUPERRAY

Texte intégral

1Les quelques travaux rassemblés ici ne rendront pas entièrement compte de la recherche à un niveau européen et en collaboration avec l’International Gothic Association (IGA) qui a tenu son dernier congrès à Aix à mon invitation. Il faut plutôt y voir un échantillonnage rendu nécessaire par l’espace restreint d’un numéro de revue. Nous gardons l’espoir de pouvoir étoffer ce premier essai à l’avenir, en offrant une palette plus authentique des recherches présentées lors de diverses rencontres. Il s’agissait essentiellement des ateliers — “seminars” — que les congrès bisannuels de l’association européenne (ESSE) permettent. À Saragosse en 2004, puis à Londres en 2006, deux ateliers ont réuni des chercheurs de divers horizons et nationalités autour du thème du gothique urbain et à Londres autour des rapports du gothique et du sublime. Quelques textes figurent ici pour illustrer ces deux événements. S’ajoutent à cela les traces d’une réflexion commune proposée aux spécialistes français du fantastique sur la question du devenir de la théorie en la matière. Comme attendu, les Anglicistes sont les premiers participants, mais des comparatistes apportant leur concours, souvent issus du CERLI, qui est le premier groupe de recherche sur le sujet fondé par Maurice Lévy au début des années 80.

2C’est donc en peu d’espace une déclinaison rapide de morceaux choisis emblématiques qui devraient offrir un aperçu et, espérons-le, enclencher un désir de connaître ce qui n’est pas encore présenté aujourd’hui.

3La variété délibérée des pièces du dossier, selon que l’on a choisi de s’intéresser à un auteur ou un texte d’une part, ou à mener une réflexion plus générale sur une problématique de genre, élargit l’horizon de ce numéro et peut-être aussi celui des études gothiques, comme le disent nos partenaires anglophones, puisqu’il s’agit nullement de comprendre le genre au sens étroit que le structuralisme pouvait lui donner, mais de le ressentir comme une voix de la littérature comprise comme non sécable en catégories, quel que soit le critère méthodologique de cette entreprise de taxinomie… Le Fanu comme Henry James, Wordsworth ou McGrath, d’une époque à une autre, d’un mode à un autre, sans parler du détour inaugural par Cortazar, le retour à ce gothique urbain inauguré par De Quincey et prolongé par ses émules Edgar Poe et Baudelaire, la théorie du fantastique post-todorovienne ou l’esthétique de l’image.

4Vic Sage, un des critiques les plus remarqués en Grande-Bretagne pour ses études de l’horreur dans la tradition protestante, spécialiste de le Fanu et du gothique moderne signe ici une étude de Cortazar. C’est Gaïd Girard, spécialiste de la littérature irlandaise qui s’est intéressée, en France, à Le Fanu ; sa thèse est publiée chez Champion. Son sujet est ci-après la peinture chez le maître irlandais du fantastique. Du côté de la théorie, Roger Bozzetto, comparatiste bien connu et auteurs de plusieurs essais sur le genre aux Publications de l’Université de Provence où il a enseigné, revient sur les théories du fantastique qui ont jalonné le cours des 30 dernières années au moins, leurs avantages et leurs manquements. Alain Chareyre-Méjan , philosophe des Arts plastiques, élève de Rosset et auteur d’une thèse sur le réel dans le fantastique, offre un texte à sa façon, une contribution à une esthétique du genre. La longue étude d’Adrian Harding sur la prosodie “hantée” de Wordsworth occupe certes une place à part et nous ramène à la littérature tout court. Ici c’est le grand Romantisme qui le motive dans son rapport avec le lyrisme et le surnaturel dans sa fonction libératoire. A côté de cela, quelques incursions dans l’âge d’or des villes, mais plutôt derrière le décor, complètent le tableau. Ce sera dès lors le dialogue avec un certain réalisme, social même, qui sera à l’ordre du jour avec Anne-Claire Le Reste qui vient e soutenir une thèse sur le réalisme chez Henry James. Elle relit ici The Princess Casamassima. Christophe Chambost, spécialiste d’Ambrose Bierce, propose un retour sur l’enfer urbain, la foule chère à Edgar Poe. Enfin, Magali Falco reste fidèle à son auteur préféré Patrick McGrath, le chantre du “néo-gothique” contemporain — elle a soutenu la première thèse sur le sujet dans notre pays —, en lisant son roman, encore peu connu en France, Port Mango.

5En souhaitant au lecteur de prendre quelque plaisir dans ce détour vagabond par la sphère de la littérature de l’inquiétant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max DUPERRAY, « Introduction », E-rea [En ligne], 5.2 | 2007, document 5, mis en ligne le 15 octobre 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://erea.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Max DUPERRAY

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org