Navigation – Plan du site
Recensions

Monica Manolescu et Anne-Marie Paquet-Deyris. Lolita, cartographies de l’obsession

René ALLADAYE
Référence(s) :

Monica MANOLESCU et Anne-Marie PAQUET-DEYRIS. Lolita, cartographies de l’obsession. Paris : CNED-PUF, 2009.

Texte intégral

1Près de quinze ans après le travail de Maurice Couturier, c’était un défi que de publier un nouveau cours du CNED consacré à Lolita à l’occasion de la réapparition du roman au programme de l’agrégation. Certes, la donne a un peu changé depuis 1995 puisque ce programme s’enrichit de la présence de l’adaptation cinématographique de Stanley Kubrick, mais l’aventure n’en demeurait pas moins risquée. Ce défi, Monica Manolescu et Anne-Marie Paquet-Deyris le relèvent avec brio dans Lolita, cartographies de l’obsession (CNED-PUF, 2009).

2Le livre comprend deux grandes parties traitant respectivement du roman et du film, mais contrairement à ce que cette partition pourrait suggérer, les deux approches sont solidement unies à la fois par l’exploration de la thématique de l’obsession, dont l’introduction souligne qu’elle informe en profondeur l’œuvre de Nabokov autant que celle de Kubrick, et par une problématique clairement posée d’emblée : « jeter quelques ponts entre deux systèmes de représentation très différents » (9).

3Dans la partie consacrée à l’étude du roman, Monica Manolescu évite astucieusement, me semble-t-il, un cercle vicieux en inscrivant sa réflexion dans un cadre différent de celui qu’avait choisi Maurice Couturier. Elle n’en néglige pas pour autant les passages obligés de l’étude du texte, notamment, dans son premier chapitre, un examen de l’économie du discours dans la narration de Humbert, et plus largement dans un livre dont le récit principal est encadré par l’introduction d’un éditeur et la postface de l’auteur. Elle se penche sur ces aspects centraux de Lolita avec beaucoup de clarté, et met bien en lumière leurs complexités. On insistera aussi sur l’excellente qualité du chapitre consacré au corps (« Corps dans le texte/corps du texte »), ainsi que sur l’étude longue et fournie de l’inscription de l’espace américain dans le texte (« Cartographies d’un continent ») qui fait d’ailleurs suite à des articles déjà remarquables de M. Manolescu sur cette question. C’est donc une lecture renouvelée du roman qu’offre cette première partie, lecture qui puise à la source d’analyses déjà anciennes (mais indémodables parce qu’irréfutables), mais laisse aussi percer le regard du critique qui, en ce début de 21e siècle, constate que Lolita est toujours un objet polémique, et ne peut que s’interroger sur la nature de cette polémique et son origine.

4Anne-Marie Paquet-Deyris se livre pour sa part dans la seconde partie de l’ouvrage à une exploration très rigoureuse des choix scénaristiques de Kubrick, non sans avoir replacé l’adaptation de Lolita dans la perspective plus large de la carrière du cinéaste, manière efficace de mettre en évidence les problématiques qui étaient les siennes lorsqu’il se confronta à la tâche délicate de porter à l’écran le roman de Nabokov. Les bonheurs d’expression ne manquent pas dans ces pages fort bien écrites (la remarque s’applique d’ailleurs à l’ensemble du livre), mais on se contentera ici de citer une phrase qui résume éloquemment à la fois l’entreprise de Kubrick et le travail de cette étude : « Histoire d’une emprise, Lolita est aussi celle d’une série de prises, de captures d’images oscillant entre réalisme et fantasmatique » (111). Ces chapitres dressent un tableau très éclairant de la composition du film mais aussi de cette tension permanente, d’une part entre Kubrick et Nabokov, puisque leur collaboration ne fut pas sans nuages, d’autre part entre les aspirations du cinéaste et les exigences du Code de Production de l’industrie cinématographique (la censure était particulièrement sévère à l’époque).

5Soulignons à nouveau que ce livre fait apparaître un vrai dialogue entre perspectives littéraires et cinématographiques, et non deux parties inertes et rigidement séparées l’une de l’autre. Les analyses d’A-M Paquet-Deyris sur le déplacement dans « Doubles, masques et troubles » forment ainsi un contrepoint très stimulant à l’étude de l’espace américain de M. Manolescu. C’est l’un des aspects autour desquels se noue cette rencontre entre les deux versants de l’ouvrage. On pourrait évoquer aussi la place que les deux auteures réservent – évidemment en adoptant des perspectives différentes – à la question du double.

6Au final, ce Lolita, cartographie de l’obsession remplit parfaitement son contrat : deux spécialistes reconnues fournissent aux candidats aux concours les clés d’une œuvre, une lecture dynamique adossée aux développements critiques les plus récents. Mais il me semble aussi que ce livre transcende sa fonction première et qu’il pourra apporter à de jeunes chercheurs désireux d’aborder les études nabokoviennes quelques directions précieuses distribuées au fil des pages d’un travail de très haute tenue, et qu’on ne peut que recommander avec enthousiasme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René ALLADAYE, « Monica Manolescu et Anne-Marie Paquet-Deyris. Lolita, cartographies de l’obsession », E-rea [En ligne], 8.2 | 2011, mis en ligne le 28 mars 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1713

Haut de page

Auteur

René ALLADAYE

Université de Toulouse le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org