Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Sylvanise. Langston Hughes, poète jazz, poète blues

Hélène CHRISTOL
Référence(s) :

Frédéric SYLVANISE. Langston Hughes, poète jazz, poète blues Lyon : ENS Editions, 2009. 230 pages. ISBN 978-2-84788-173-8. 27 euros

Texte intégral

1La Renaissance de Harlem a été redécouverte en France au début du XXIe siècle, grâce à l’organisation de manifestations publiques et universitaires ainsi que la publication de nombreuses études qui « revisitent » la période et les œuvres de ses écrivains et de ses artistes.  L’ouvrage de Frédéric Sylvanise, Langston Hughes, poète jazz, poète blues, publié par les éditions de l’ENS en 2009, apporte sa pierre à cet édifice critique puisqu’il se penche sur certains recueils de poésie de cet écrivain noir du XXe siècle.  Poète majeur, car s’il fut bien le fils de la (re)naissance des lettres noires américaines des années 1920 qui lui permit de publier ses premiers poèmes, sa vie et son œuvre témoignèrent aussi des engagements esthétiques et politiques des années trente et du renouveau des Black Arts après 1950. Même si à la fin de son existence, une autre génération, plus jeune, impatiente d’exercer ses nouveaux droits et libertés, sembla nouer des relations plus difficiles avec celui qu’elle considérait comme un ancêtre trop respectueux des Blancs et des pouvoirs, Langston Hughes, comme le montre Frédéric Sylvanise, reste le poète qui a libéré la poésie noire américaine. En l’ouvrant à l’exploration des formes populaires propres aux Africains américains et notamment à leurs formes et rythmes musicaux, il a généré une véritable révolution qui n’était pas seulement esthétique.  Le manifeste poétique de 1936, « The Negro Artist and the Racial Mountain », texte fondateur de tout ce qui a inspiré ses recherches et ses œuvres, garde encore de nos jours la fraîcheur et la force de ses revendications de poète noir, libre, dans une Amérique blanche.

2On ne peut donc que se réjouir de voir qu’un nouvel ouvrage est consacré à l’étude de la poésie et de l’écriture de cet artiste des ruptures et des innovations.  En effet écrire « noir » pour Hughes, comme le souligne Frédéric Sylvanise dans son excellent chapitre d’introduction, c’est se servir du dialecte noir, mais aussi rechercher des formes prosodiques et des rythmes hors normes, encore rejetés par la poésie classique et empruntés à la culture musicale noire.  James Weldon Johnson avait déjà affirmé que les arts fondateurs de la culture noire étaient la musique et la danse dans son introduction à la première anthologie de poésie noire de 1921, même s’il refusa l’utilisation du dialecte dans sa propre poésie.  W.E.B.DuBois  avait déjà tracé les origines et la grandeur des spirituals et des « chants de souffrance » des Noirs dans The Souls of Black Folk en 1903, même s’il fut l’un des critiques les plus violents de Hughes dans les années vingt.  Hughes va aller plus loin que tous ses contemporains en empruntant au blues et au jazz leurs structures, leur langage vocal et leur force de protestation.  

3 C’est cette place et les formes du jazz et du blues dans la poésie de Hughes qu’explore Frédéric Sylvanise en examinant deux moments de la carrière du poète. Le premier est situé au cœur de la Renaissance de Harlem avec la publication des deux recueils, The Weary Blues (1926) et Fine Clothes to the Jew (1927), dans lesquels prédominent les formes et les thèmes du blues. Le second, plus tardif, voit la publication de Montage of a Dream Deferred (1951), « sorte de partition à entrées multiples » (125) qui fait dialoguer les rythmes du boogie-woogie et ceux du be-bop, et Ask your Mama : 12 Moods for Jazz (1961), véritable livret d’opéra, à structure « désorganisée » fondée sur la libre association, qui, en prenant sa source dans les arts visuels, la musique et la culture orale du ghetto, s’inspire directement des techniques du free jazz.

4 L‘ouvrage de Frédéric Sylvanise, qui émane d’une thèse de doctorat soutenue en 2003, présente les qualités scientifiques de ce type de travail.  Il est accompagné d’une bibliographie solide sur l’auteur et son environnement intellectuel et culturel, de notes et d’un index fort utiles, de textes de poèmes qui, malgré quelques choix de traductions discutables, sont pour la plupart bien traduits et ainsi accessibles à un lectorat français.  Il présente surtout des analyses extrêmement riches des œuvres  sélectionnées qui, quoique parfois un peu trop envahissantes, surtout dans la première partie, démontrent de façon convaincante les liens entre musique et poésie sur lesquels se fonde la thèse de l’ouvrage.  On peut regretter par moments que l’auteur n’ait pas pris un peu de recul et ne synthétise pas ce qui émerge de cette étude très (trop ?) fouillée de chaque poème.  De même, la brièveté de l’introduction ne permet pas de mieux développer et resituer les éléments du débat sur les formes et identités culturelles noires qui servent de fil rouge à toute l’histoire littéraire des artistes africains américains entre 1920 et 1960. Cependant ce livre aborde des questions essentielles, celle des liens entre poésie noire et modernisme, ou poésie noire et oralité, ou bien celle, théorique, des rapports entre poésie et musique et celle de la façon dont le critique peut les aborder en gardant à chaque expression son originalité et sa spécificité.  Pour son érudition et la finesse de ses analyses, pour l’intérêt passionné qui transparaît dans la présentation des poèmes choisis, pour les pistes de réflexion qu’il ouvre, on ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage qui permettra de découvrir ou de redécouvrir un écrivain auquel aucune monographie n’avait été consacrée en France depuis 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène CHRISTOL, « Frédéric Sylvanise. Langston Hughes, poète jazz, poète blues », E-rea [En ligne], 8.2 | 2011, mis en ligne le 28 mars 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://erea.revues.org/1720

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org