Navigation – Plan du site

Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones, 19-21e siècles / Fluctuating Memories and Founding Histories in the French and English-Speaking Worlds, 19th-21st centuries

Numéro spécial en hommage à François Poirier (1947-2010)
Karine BIGAND, Véronique BONNET, Claire PARFAIT et Rose-May PHAM DINH

Texte intégral

  • 1  Colloque co-organisé avec le LERMA (EA 853, Université de Provence). Nous remercions ici le Consei (...)

1Ce numéro spécial rassemble une sélection d’articles issus du colloque « Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones » qui s’est déroulé à l’université Paris 13, les 22 et 23 octobre 2010.1 Nous avons souhaité dédier ce numéro à François Poirier, qui nous a quittés en mars 2010, sans avoir pu assister au colloque, ou s’associer à la publication. Il aurait aimé y prendre part, et l’aurait fait avec l’enthousiasme, la curiosité intellectuelle et le sens de la convivialité qui le caractérisaient.

2Il l’aurait fait d’autant plus volontiers que les thèmes abordés et la perspective comparatiste adoptée lui tenaient particulièrement à cœur. Directeur du CRIDAF (Centre de recherches interculturelles sur les domaines anglophones et francophones, EA 453, Paris 13) entre 1997 et 2008, François Poirier a en effet donné au centre de recherches une thématique alors pionnière, centrée sur les notions de comparatisme, d’interculturalité et de réseaux.

3Nous dédions donc ce numéro spécial au chercheur passionné que fut François Poirier :  érudit, fourmillant d’idées, toujours prompt à lancer des projets pour rassembler étudiants et chercheurs, toujours disponible et ouvert. Cette ouverture allait de pair avec un grand intérêt pour ses interlocuteurs et un désir de les aider et de les conseiller au mieux. François était fondamentalement quelqu’un qui s’intéressait aux autres. C’était dans le meilleur des sens un mentor.

4François avait une érudition prodigieuse, de même qu’une étonnante capacité à « causer », disait-il, sur un nombre non moins étonnant de sujets. C’était un esprit éclectique, dont les intérêts ne se limitaient pas au seul Royaume-Uni, même si son amour pour l’outre-Manche était profond, tout comme sa connaissance de son histoire, sa littérature et sa langue.

5Avec un courage exemplaire, il avait refusé de laisser le diagnostic pessimiste de ses médecins entamer son désir d’initier de nouveaux projets, et il aura jusqu’au bout continué ses activités avec l’enthousiasme et l’énergie que nous lui connaissions bien.

6L’un de nos derniers souvenirs de François restera ainsi, lors de la belle journée d’études sur l’abolition de l’esclavage qu’il avait organisée le 11 décembre 2009, son plaisir visible, malgré la fatigue, d’avoir rassemblé une fois de plus étudiants et collègues pour des débats animés.

7Valérie André et Matthew Graves (LERMA), co-organisateurs du colloque et qui ont rendu possible cette publication, s'associent à cet hommage.

  • 2  Angus Calder. The Myth of the Blitz.(Londres : Jonathan Cape, 1991).

8En 1995, François Poirier était invité par les éditions Autrement à diriger un ouvrage collectif sur Londres 1939-1945, à paraître dans la collection « Mémoires »,en même temps que des volumes similaires consacrés à d’autres capitales, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. Le sous-titre du livre soulignait une intention affichée d’aller chercher ce qui se cachait « derrière la légende », dans la lignée des travaux d’historiens comme Angus Calder sur la démythification du Blitz2.

  • 3  François Poirier (dir.), Londres 1939-1945 (Paris : Autrement, 1995), 15.

9Dans son propos introductif, François Poirier indiquait qu’en effet, il s’agissait à ses yeux de montrer que « […] la réalité fut moins simple, moins uniment jolie, moins unanimement courageuse¸ moins organiquement solidaire que ce qu’en a retenu la mémoire collective. »3 Il concluait l’ouvrage en ces termes :

  • 4  Ibid., 286-287.

[…] les constructions successives de l’histoire de la guerre, les révisions successives, dans ce qu’elles ont d’excessif parfois, font partie de l’Histoire en train de se faire. Comme le rappelle François Bédarida, il est utile d’intégrer à notre compréhension du passé la façon dont la mémoire collective revit l’événement. Les pages qui précèdent ne sont donc qu’une lecture de plus, intimement inscrite, qu’on le veuille ou non, dans le paysage mental que les sociétés font et défont sans cesse. 4

10Les articles réunis ici se situent dans la continuité de cet intérêt pour la représentation du passé et les modalités de transmission de la mémoire, et pour les enjeux politiques et identitaires qui s’y attachent. Dans une double perspective, ils s’interrogent sur ce qui fait que certains événements sont érigés comme « moments fondateurs » par une communauté – nationale ou autre – et sur les modalités de cette « sacralisation », ainsi que sur les fluctuations qui peuvent caractériser la mémoire de ces événements, selon les personnes, les communautés, les périodes prises en compte. Ils reflètent aussi la grande variété des supports qui construisent et véhiculent la mémoire du passé et la transmettent d’une époque à une autre, permettant aux nouvelles générations de se remémorer ce qu’elles n’ont pas directement vécu.

11L’article de François Brunet est sans doute celui qui offre l’illustration la plus emblématique de la construction d’un mythe national. Il y propose une analyse inédite de l’ouvrage de Robert Taft, Photography and the American Scene, paru en 1938. En effet il envisage cet ouvrage de référence en tant qu’objet historiographique, dont il examine les concepts et les enjeux. Il suggère que cette histoire de la photographie aux Etats-Unis est également une entreprise de commémoration, qui célèbre l’histoire américaine sur le mode épique. Le mouvement moderniste européen tendait à privilégier la dimension novatrice de la photographie comme forme esthétique. A l’inverse, Taft la perçoit surtout comme un agent de l’histoire à part entière, qui peut influencer le cours des événements, et comme un support mémoriel démocratique, permettant à chacun de s’approprier le passé. Il distingue deux types d’images : l’image-événement, qui fait l’histoire, et l’image-document, qui témoigne de la « scène » américaine et qu’il encourage le public à collectionner.

12L’histoire abordée par la plupart des articles qui suivent est le plus souvent une histoire douloureuse, puisque sont principalement évoqués des épisodes de violence. Si la Seconde Guerre mondiale, propice à l’affrontement de mémoires concurrentielles, est absente, la Grande Guerre est en revanche présente grâce à l’article d’Anne Mounic. Dans son étude comparée de deux œuvres écrites par des auteurs partageant la particularité d’avoir été des engagés volontaires et des blessés de guerre – Adieu à tout cela de Robert Graves et La Main coupée de Blaise Cendrars –, elle montre comment tous deux font entendre une voix individuelle et dissonante par rapport au discours dominant. Loin de célébrer la prédominance du collectif sur l’individuel et la virilité exaltée souvent associées à l’expérience de guerre, les deux auteurs se refusent à esthétiser le conflit. Bien au contraire, ils incitent le lecteur à se dégager de la fascination du mal et à s’impliquer dans une réflexion éthique salutaire, en un discours qui résonne aujourd’hui tout autant, sinon plus, qu’au moment de leur publication.

13Les autres conflits évoqués au fil des contributions sont le fait de déchirements internes à une nation, plutôt qu’à sa confrontation à un ennemi extérieur. La guerre de Sécession évoquée par Taft dans l’ouvrage analysé par François Brunet, ainsi que ses enjeux et son héritage à plus ou moins long terme, servent ainsi de toile de fond à trois articles.

14Dans “Waving the Black-and-White Bloody Shirt: Civil War Remembrance and the Fluctuating Functions of Images in the Gilded Age”, William Gleeson étudie la façon dont le souvenir du conflit s’est construit à la fin du 19e siècle. Il examine en particulier la diffusion de photographies venant raviver et/ou remplacer les souvenirs individuels d’anciens soldats, mais aussi leur utilisation dans un souci délibéré de transmission de la mémoire aux générations suivantes. Ainsi la War Photograph and Exhibition Company proposait-elle une sorte de diaporama, accompagné d’un commentaire, que divers orateurs itinérants allaient présenter de ville en ville. Dans cette entreprise largement soutenue par les vétérans de l’armée de l’Union, les images étaient visionnées collectivement. Les instructions données aux présentateurs indiquent clairement qu’il s’agissait de diffuser une certaine vision officielle du conflit, dût-elle différer du souvenir qu’en gardaient certains combattants ou être amputée des éléments susceptibles, par exemple, de heurter la sensibilité d’éventuelles spectatrices. Gleeson termine en indiquant comment la représentation de ce passé conflictuel s’est infléchie en quelques décennies, sous l’effet du mouvement de réconciliation entre le Nord et le Sud. C’est bien ce que révèle The Photographic History of the Civil War, publié en1911 à l’occasion du cinquantième anniversaire du début du conflit.

15Mais, on le sait, réconciliation et union nationales ne signifient pas pour autant que les clivages entre le Nord et le Sud aient entièrement disparu, encore moins que la société sudiste contemporaine soit exempte de tensions. Ainsi Gérald Préher montre-t-il comment une romancière du Sud, Elizabeth Spencer, explore les aspects les plus déplaisants de la société dont elle-même est issue, dans un roman qui s’inspire largement de son expérience personnelle et des événements contemporains de son écriture. Dans The Voice at the Back Door, publié en 1956, au début du mouvement des droits civiques, elle raconte l’enquête qui suit le meurtre d’un shérif blanc, et les tensions qui en résultent dans la communauté où le crime a eu lieu. Elle révèle ainsi les paradoxes et les incertitudes identitaires dans lesquels se débat une société où le souvenir du passé conditionne le comportement des personnages, et où la violence toujours sous-jacente peut à tout moment exploser, comme dans la scène du lynchage. Le roman offre la particularité d’avoir exposé son auteur à la vindicte de ceux qui la considérèrent comme traîtresse à la cause sudiste. Dans la tradition littéraire du Sud, la question de la loyauté des auteurs à leur identité régionale distincte est en effet primordiale, ce que reconnaît Spencer, qui présente ce roman écrit en exil comme une tentative pour tout à la fois renouer les liens avec ses origines et questionner sa propre expérience. L’écriture permet ainsi de se confronter au passé et d’en transcender les blessures.

16On retrouve cette volonté de rouvrir certaines plaies pour mieux les cicatriser dans l’article que Nan Woodruff consacre à un certain nombre d’initiatives contemporaines précisément destinées à rapprocher les communautés blanche et noire du Mississippi, au sein desquelles se perpétuent des versions divergentes du passé commun – esclavage, guerre de Sécession, ségrégation, mouvement pour les droits civiques. Pour qu’un futur partagé soit possible, il faut dans une certaine mesure réécrire le passé, et accepter de revenir sur certains épisodes difficiles ou minorés et d’en reconsidérer la signification à la lumière d’évolutions plus récentes. C’est une démarche difficile pour la communauté blanche que de renoncer à une certaine idéalisation du mode de vie sudiste et de faire face à la brutalité d’une histoire qui, pour ses voisins noirs, est encore synonyme d’humiliation. Néanmoins, depuis les années 1990, où s’est amorcé un mouvement de « repentance » vis-à-vis de l’esclavage, des initiatives locales allant dans ce sens se développent au Mississippi : expositions, recherche de la vérité sur des affaires jamais élucidées, voire réouvertures de procès. L’entreprise n’est pas aisée, puisqu’elle ravive le souvenir douloureux d’épisodes parfois récents, et l’effet de ces initiatives est limité par leur caractère local et non-officiel. Se pose dès lors en filigrane le problème du rôle de l’école et d’autres institutions – comme les musées – dans la transmission du passé.

17Les « guerres de mémoires » et les enjeux de la transmission sont également au cœur de deux articles consacrés à des régions du Royaume-Uni marquées par l’héritage d’affrontements violents, l’Écosse et l’Irlande du Nord.

  • 5  Jan Assman, La mémoire culturelle. Ecriture, souvenir et imaginaire politiques dans les civilisati (...)

18Laurence Gouriévidis se penche sur un événement qui n’a été abordé que de façon relativement récente par l’historiographie : la politique d’éviction violente des paysans des hautes terres d’Écosse, du milieu du 18e siècle à 1886, connue sous le nom de “Highland Clearances”, conduite au nom d’une certaine forme de « progrès » économique. L. Gouriévidis évoque la diversité d’interprétations auxquelles cet épisode a donné lieu, ainsi que la forte résonance émotionnelle de ce passé relativement lointain. Elle souligne par ailleurs sa contribution à une certaine construction identitaire écossaise, grâce à la place que lui donnent nombre d’œuvres de fiction, notamment des ouvrages destinés à la jeunesse. Ces ouvrages ont permis, selon la distinction proposée par Jan Assman, la transition entre la « mémoire communicationnelle », transmise par les témoins directs des événements, et la « mémoire culturelle » des générations suivantes, entretenue par l’imagination et la création5. L. Gouriévidis montre aussi comment cet épisode marquant a été politiquement instrumentalisé chaque fois qu’était envisagée une réforme agraire, et comment l’histoire des “Highland Clearances” a pu faire l’objet d’une appropriation par des politiciens socialistes/travaillistes et, plus récemment, par les nationalistes écossais. Les premiers ne pouvaient qu’être sensibles à la lutte des classes entre petits paysans et grands propriétaires terriens, avant même que l’histoire vue d’en bas ( “history from below ”) ne s’impose comme approche historique. Les seconds pouvaient y lire l’expression de l’affrontement entre la « vraie Ecosse » et des élites foncières coupées de leur identité régionale. Depuis 1999, dans l’Écosse de la dévolution, la référence aux “Clearances” est encore d’actualité, alors même que les réformes agraires à l’ordre du jour ne font pas l’unanimité.

19Dans le cas de l’Irlande du Nord, malgré l’accord de paix de 1998, c’est un passé conflictuel beaucoup plus récent qu’il s’agit d’intégrer dans les deux musées nationaux de Belfast examinés par Karine Bigand, l’Ulster Folk Museum et l’Ulster Museum. Tout comme dans le Mississippi évoqué par Nan Woodruff, il s’agit pour une société nord-irlandaise en apparence pacifiée de se construire un avenir commun, en dépassant les conflits du passé et les divisions encore présentes en son sein. K. Bigand propose une comparaison éclairante des conditions dans lesquelles les deux musées ont été créés, de leur approche de l’histoire et en particulier de leur attitude vis-à-vis des conflits qui ont marqué l’histoire irlandaise. L’Ulster Folk Museum choisit une stratégie d’évitement : le conflit est absent de ce musée qui privilégie la représentation d’un passé commun, paisible et ordinaire. Quant à l’Ulster Museum, depuis sa réouverture en 2009, il choisit de présenter l’histoire de l’Irlande comme une longue série de conflits, de l’époque des plantations au vingtième siècle, en passant par la rébellion des années 1640, réprimée par Cromwell, ou encore celle de 1798. La partie consacrée aux “Troubles” (1968-1998) est séparée des autres. Elle est précédée d’un avertissement solennel qui insiste sur la difficulté de traiter ces événements complexes et controversés. Ces derniers font l’objet d’une approche délibérément différente de celle adoptée pour les autres périodes, dans la mesure où elle est émotionnelle plutôt qu’historiquement distanciée. Comme N. Woodruff, K. Bigand souligne qu’il convient de replacer le rôle que peuvent jouer les musées comme médiateurs de mémoire dans un contexte plus large où d’autres facteurs (témoignages familiaux, programmes scolaires etc….) conditionnent le rapport au passé et la possibilité, pour deux communautés marquées par une si longue hostilité réciproque, de se construire un avenir commun.

20Le dernier article de ce numéro offre un utile point de comparaison, puisqu’il nous entraîne hors de l’aire anglophone et nous plonge dans l’histoire récente de Madagascar. En effet, Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo y examine la représentation du soulèvement malgache du 29 mars 1947. Au-delà de la problématique des rapports entre colonisateur et colonisé, l’événement suscite des clivages au sein même de la société malgache, en lui rappelant ses propres divisions. Malgré l’existence de commémorations officielles depuis 1972, les divergences demeurent profondes dans l’analyse des raisons de l’échec du soulèvement ou de la nature de la répression. Il est d’ailleurs significatif que le terme Tabataba (« la rumeur ») soit utilisé pour se référer à ces événements largement occultés du débat public, à Madagascar – où ils relèvent de l’indicible –, tout autant qu’en France. Seul l’écrivain Jean-Luc Raharimanana tente de raviver la mémoire de l’insurrection, et par ce biais, de réécrire l’histoire nationale dont il expose les tabous. Toutefois, Raharimanana, qui vit en France, est peu lu et peu apprécié à Madagascar, où la culture traditionnelle privilégie la transmission orale de la mémoire populaire sur le discours érudit associé aux puissances coloniales. Il n’est pas anodin que sa pièce, qui devait être jouée dans les Alliances françaises de l’océan Indien, ait finalement été déprogrammée dans des conditions suggérant une forme de censure. Une fois de plus, la mise au jour d’événements qu’on a préféré oublier se révèle malaisée et perturbante, d’autant plus que, comme dans l’article consacré par G. Préher à Elizabeth Spencer, la légitimité de Raharimanana pour questionner le rapport de sa société à son passé est affaiblie par sa condition d’exilé.

  • 6  Benjamin Stora, « La France et ‘ses’ guerres de mémoires », in Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat (...)
  • 7  Ibid.

21Ni l’histoire ni la mémoire ne sont univoques ou figées. Les différents articles de ce numéro permettent d’apprécier la grande variété des « supports » sur lesquels repose la représentation du passé. Témoignages de participants, récits autobiographiques, photographies isolées ou réunies en collection, expositions dans les musées, œuvres de fiction et débats publics sont tout autant susceptibles – sinon plus – que les études historiques proprement dites de modeler la vision que les sociétés se font de leur passé. Lorsque, comme c’est le cas dans la plupart des contextes abordés ici, ces sociétés ont connu des conflits plus ou moins durables dans un passé plus ou moins lointain, la construction d’un avenir commun aux ennemis d’hier passe le plus souvent par la réconciliation de deux versions opposées de l’histoire, ou au moins par l’acceptation que la perception des affrontements passés est nécessairement différente chez l’Autre que chez soi. S’il s’agit là d’un processus nécessairement lent, malaisé et périlleux, comme le suggèrent plusieurs contributions, d’autres montrent les limites des stratégies d’évitement, vouées au « retour du refoulé ». Les voix qui se sont tues ou que l’on a fait taire peuvent à nouveau se faire entendre, quitte à remettre en cause un consensus confortable mais fragile, voire illusoire, sur la signification du passé. L’interprétation de ce dernier, de façon plus ou moins inévitable, est conditionnée aussi par les priorités du moment, d’où les risques toujours présents d’instrumentalisation de ce passé. Comme l’écrit Benjamin Stora, « Quand l’avenir est fermé, quand l’espérance s’épuise, alors l’interprétation de ce qui n’est plus occupe une place centrale, décisive. Le risque est grand alors de voir la mémoire comme un enfermement dans un passé où se rejouent en permanence les conflits d’autrefois.»6 Mais il poursuit : « Motif de discorde, la mémoire peut aussi se révéler puissance créatrice, face à ceux qui voudraient effacer les pages sombres du passé […].»7 Les fluctuations de la mémoire, comme les remises en cause de vérités historiques supposées établies, malgré la déstabilisation qu’elles sont initialement susceptibles de causer au sein des sociétés concernées, peuvent en fin de compte être le signe de leur vitalité, et le gage de leur refondation.

Haut de page

Notes

1  Colloque co-organisé avec le LERMA (EA 853, Université de Provence). Nous remercions ici le Conseil Scientifique de l’Université Paris 13 pour son soutien. Nous sommes également très reconnaissantes aux lecteurs qui ont bien voulu évaluer les articles.

2  Angus Calder. The Myth of the Blitz.(Londres : Jonathan Cape, 1991).

3  François Poirier (dir.), Londres 1939-1945 (Paris : Autrement, 1995), 15.

4  Ibid., 286-287.

5  Jan Assman, La mémoire culturelle. Ecriture, souvenir et imaginaire politiques dans les civilisations antiques [2002] (Paris : Editions Flammarion, 2010).

6  Benjamin Stora, « La France et ‘ses’ guerres de mémoires », in Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat-Masson, Les Guerres de mémoires (Paris : La Découverte, 2008), 12.

7  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine BIGAND, Véronique BONNET, Claire PARFAIT et Rose-May PHAM DINH, « Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones, 19-21e siècles / Fluctuating Memories and Founding Histories in the French and English-Speaking Worlds, 19th-21st centuries », E-rea [En ligne], 8.3 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/1832 ; DOI : 10.4000/erea.1832

Haut de page

Auteurs

Karine BIGAND

Université Paris 13 – CRIDAF – PRES Sorbonne Paris Cité

Articles du même auteur

Véronique BONNET

Université Paris 13 – CENEL – PRES Sorbonne Paris Cité

Claire PARFAIT

Université Paris 13 – CRIDAF – PRES Sorbonne Paris Cité)

Articles du même auteur

Rose-May PHAM DINH

Université Paris 13 – CRIDAF – PRES Sorbonne Paris Cité

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org