Navigation – Plan du site
Recensions

Francesco Regalzi : Walter Lippmann – una biografia intelletuale

Patrick DI MASCIO
Référence(s) :

Francesco REGALZI : Walter Lippmann – una biografia intelletuale. Turin: Nino Aragno Editore, 2010, 397p. ISBN : 978-88-8419-483-1

Texte intégral

1Pour les spécialistes de l’histoire des idées, Walter Lippmann est avant tout l’auteur de deux livres, Public Opinion, publié en 1922, et The Phantom Public, publié en 1925, dans lesquels ce grand intellectuel fait part de ses doutes quant à la capacité de la démocratie, telle que l’ont voulue les Pères Fondateurs de la République,  à s’adapter à l’âge des masses. Sans doute ce tri effectué parmi la trentaine de livres qu’il a publiés entre 1913 – date de publication de son premier livre, A Preface to Politics -  et 1962 – année de la sortie The Coming Tests with Russia – n’est-il pas tout à fait injustifié. Walter Lippmann est avant tout un journaliste dont on a du mal à imaginer aujourd’hui l’influence qu’il a pu avoir auprès de Wilson, Roosevelt, Kennedy,  Johnson, influence soigneusement décrite par Francesco Regalzi dans son livre.  Ses écrits sont en grande partie des commentaires sur l’actualité politique intérieure ou extérieure des Etats-Unis et constituent une chronique du vingtième siècle et le commentaire exigeant d’un grand intellectuel qui porte sur son temps et son  pays un regard dégagé de tout a priori idéologique. L’enquête de Francesco Regalzi permet de suivre les fluctuations et inflexions, parfois les revirements, de Lippmann. Regalzi raconte notamment comment les liens avec le Président Johnson évoluèrent, la guerre du Viet Nam étant la principale pomme de discorde entre les deux hommes. La position de Lippmann était que les Etats-Unis se dispersaient, apportant leur aide tous azimuts et donc, de manière insuffisante à chaque fois. La guerre du Viet Nam était conduite du point de vue de Lippmann, avec « trop de bâton et pas assez de carotte », et avec des perspectives de victoire assez minces, car on n’a jamais vu « un éléphant venir à bout d’un  nuage de moustiques ». Johnson, lassé de subir les critiques d’un journaliste très écouté, décida de lancer le « projet Lippmann » afin d’affaiblir la crédibilité de ce critique un peu trop encombrant: il commanda un rapport qui mettrait en évidence les contradictions dans la pensée de Lippmann ainsi que les prophéties du journaliste qui ne se sont jamais réalisées… Le résultat fut un rapport de deux-cent pages. Cette anecdote résume parfaitement un aspect du parcours de Lippmann que le livre de Regalzi permet de saisir : Lippmann a toujours adoré côtoyer le pouvoir, jouer le rôle de conseiller du prince ; il a beaucoup écrit, beaucoup varié, critiquant sévèrement ceux qu’il a encensés. Sans doute s’est-il parfois contredit. Le livre de Regalzi qui s’appuie sur une documentation très complète – textes publiés, correspondance, sources secondaires – fait le portrait d’un intellectuel public engagé qui, à partir de sa position de journaliste – il a travaillé pour des journaux prestigieux de tendances différentes, de New Republic au New York World – a commenté tous les évènements du siècle dernier.

2  Mais ce qui reste le plus actuel, c’est incontestablement sa philosophie politique que Regalzi permet de saisir et de placer dans son contexte. Ainsi, les critiques qu’il adresse à la démocratie et les doutes qu’il émet ne sont pas neufs : on retrouve les mêmes, ou à peu près, dans la République de Platon, chez Tocqueville, Rousseau. Mais les années vingt sont un contexte propice à une actualisation du questionnement quant à la capacité de la démocratie à s’adapter à une société qui change pour finalement faire face aux défis de masse. La démocratie, en théorie comme en pratique, fait un usage massif de la  notion de « public » et « d’opinion publique ». Mais, remarque Lippmann, cet usage a quelque chose de mystique : on l’invoque comme on invoque un oracle. Dans la réalité, le public  se manifeste par les élections qui ne sont qu’un choix qui n’est pas très différent de celui qu’opère un consommateur entre différents produits. La vérité, nous dit Lippmann, est que le présupposé du citoyen-électeur omni-compétent qui effectue un choix éclairé, guidé par une opinion informée, est une  pure fiction : ce public mythique n’existe tout simplement pas. Le monde des années vingt est d’une complexité toute autre que celle des années qui ont vu les débuts de la république. Le ward cher à Jefferson, unité de vie démocratique, s’est dilaté pour atteindre la taille d’un continent. Les Etats-Unis sont devenus une puissance mondiale. L’économie répond à des mécanismes d’une complexité dont la crise de 1929 montrera à quel point elle échappe aux prévisions et à la maîtrise. Dans ses conditions, dit Lippmann, il convient de s’en remettre à des experts qui seuls ont la compétence requise pour prendre des décisions éclairées. Eduquer le public n’est pas un mauvais idéal : il est tout simplement inatteignable. Cet aspect de la pensée de Lippmann, le plus connu est soigneusement illustré par Regalzi et complété par de très nombreuses références aux textes. Regalzi nous apprend notamment que c’est « le procès des singes » qui a définitivement  figé Lippmann dans une posture, totalement assumée par Lippmann,  qu’il faut bien se résoudre à qualifier d’anti-démocratique (p. 128) : cet évènement mit en relief l’état de l’opinion qui raisonne par stéréotypes et dont l’accès à un savoir véritable paraît bien problématique. Pourtant, et c’est là un des paradoxes de  Lippmann, sa critique virulente de la démocratie, en tant qu’elle s’appuie sur la  « tyrannie de la majorité » n’a jamais comme horizon autre chose qu’une version élitiste de la démocratie. Il se prend même à rêver à une démocratie où le pouvoir serait exercé à tour de rôle par différent groupes en fonction de leur compétence (p. 135). Mais Regalzi montre bien que la critique de Lippmann ne repose pas sur un fondement idéologique a priori. Certes, Lippmann fut acclamé, au lendemain de la publication en 1937 de The Good Society, par les libéraux, de Hayek à Aron en passant par von Mises, qui ont reconnu en lui un des leurs. Mais cela ne l’empêcha pas de soutenir un moment Roosevelt et son New Deal et de  faire le défenseur d’un « collectivisme libre «  en 1934 (pp. 190-195) avant de ne jurer que par «  l’état minimum » (p. 228).

3Le livre de Regalzi ne dissimule rien des faiblesses du personnage et de sa pensée. En particulier, Regalzi jette une lumière crue, et parfois cruelle, sur les positions de Lippmann sur l’antisémitisme. Lippman, grand intellectuel d’origine juive de déclarer en 1922 : « les juifs riches, vulgaires et prétentieux de nos grandes villes américaines constituent probablement la  plus grande infortunes qui aient jamais frappé le peuple juif. La véritable source de l’antisémitisme, c’est eux » (p. 185). Regalzi ne fait été d’aucun changement après 1942, ni plus tard, sur ce point.

4Regalzi nous fait découvrir un texte  peu connu de Lippmann : Essays in the Public Philosophy publié en 1955, bien après les deux grands textes des années vingt. C’est probablement ce texte, sa dernière contribution à la philosophie politique, qui doit être considéré comme le vrai testament de Lippmann. Il en appelle à une « philosophie publique » que Regalzi rapproche d’une religion civile (p. 306) qui tenterait de remplir le vide laissé par la religion à l’issue du processus de sécularisation. Le message de Lippmann n’est pas absolument transparent, mais il apparaît clairement que de l’héritage de ses deux maîtres de Harvard, William James et Georges Santayana, c’est bien celui du second qui l’emporte. Les communautés humaines ont besoin d’un équilibre des pouvoirs entre le temporel et le  spirituel : « il ne peut y avoir une ligne de démarcation définitive entre l’état et l’église […]. En redressant la balance entre ces deux pouvoirs, la raison échappe à l’oppression d’une autorité excessive et peut réaliser ses fins » (cité p. 310). En dernière analyse, « la philosophie publique ne peut être  populaire dans la  mesure où elle cherche à contenir et à réguler précisément les désirs et opinions qui, eux, le sont. Sa promesse est que, si elle impose un régime sévère, ses résultats émanant d’un gouvernement discipliné et rationnel, sont par conséquent, bons. Mais tandis que les décisions justes mais sévères ne peuvent être populaires, celles qui sont injustes et faibles, si elles sont fréquentes et massives, créeront un tel désordre que la liberté et la démocratie seront détruites » (p. 310). Lippmann retourne à la question fondatrice du consentement : il convient de consentir à  ne pas consentir toujours et en tout…  On comprend l’énergie déployée par John Dewey pour tenter de montrer les risques inhérents à une telle approche qui pourrait servir de justification et de rationalisation à une conception autoritaire et bien peu démocratique de la politique.

5Son dernier livre, qu’il n’acheva jamais, devait porter sur « le problème de l’in-gouvernabilité de l’humanité à notre époque ». Tel est l’ultime regard porté, en 1971, sur ses contemporains. C’est sur ce jugement que vient buter la grande entreprise qui devait dire comment la démocratie rêvée par les Pères Fondateurs pouvait s’adapter à la société de masse. Dans le chapitre final de  son enquête, Regalzi se demande si Lippman était en dernière analyse un progressiste, un libéral ou un conservateur. Sans doute était-il tout cela à la fois. On pourra lui reprocher un manque de fermeté dans ses engagements, ou au contraire le louer pour son indépendance et sa farouche volonté de penser sans se soucier des étiquettes politiques. Le livre de Regalzi, fruit d’une documentation sans faille, nous permet de nous faire une idée très précise de la pensée de ce grand intellectuel exigeant envers son temps que fut Walter Lippmann et de revisiter quelques uns des fondements de notre imaginaire politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick DI MASCIO, « Francesco Regalzi : Walter Lippmann – una biografia intelletuale », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/1897

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org