Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Louis Trouillon. Approches de l’anglais de spécialité

Michel VAN DER YEUGHT
Référence(s) :

Jean-Louis TROUILLON : Approches de l’anglais de spécialité. Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, 2010. 292 p. ISBN 978-2-35412-073-3.

Texte intégral

1Convenons-en, le titre de l’ouvrage de Jean-Louis Trouillon, maître de conférences HDR à l’Université de Perpignan, est trop modeste. « Approches », au pluriel, laisse entendre que l’auteur s’efface devant la multitude d’options qui s’offrent aux explorateurs de l’anglais de spécialité (ASP), options dont il ne serait pas nécessairement le créateur original, mais plutôt le modeste présentateur. Les motivations qui sont ici à l’œuvre sont bien plus ambitieuses et justifieraient un titre moins retenu.

  • 1  Le LANSAD (LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines, parfois écrit Lansad) est le secteur de (...)

2D’abord, ce livre pourrait s’intituler « Vade-mecum à l’usage de ceux qui découvrent l’anglais de spécialité ». Il propose en effet un compendium étoffé des informations nécessaires à une initiation méthodique à l’ASP. Ce « rapide survol » (p. 281) n’aborde pas tous les rivages, évidemment, mais il conduira (presque) partout celui qui suit ses conseil et ses références. Ensuite, il pourrait avoir pour titre « Le LANSAD1, zone d’épanouissement de l’utilité sociale de l’anglais de spécialité ». L’ouvrage de J.-L. Trouillon opère une mise en relation aboutie et nouvelle entre l’anglais de spécialité et le secteur LANSAD (passim et p. 32-34). Comme le rappelle justement David Crystal, cité par l’auteur (p. 47), les variétés spécialisées des langues existent en nombre infini et le domaine de l’ASP est donc potentiellement illimité. Toutefois, ce sont les variétés enseignées qui offrent d’abord à l’ASP son utilité sociale la plus directe et c’est pourquoi, en en présentant cinq, ce livre va au-devant d’un large public qui a besoin de lui.

3Enfin, le lecteur a en main une sorte de thésaurus, une œuvre bilan qui recueille la substantifique moelle d’une carrière que la perspicacité a bien remplie. J.-L. Trouillon écrit pour des étudiants, de jeunes enseignants et de futurs chercheurs (p. 9), mais il s’adresse à eux comme un père à ses enfants, aspirant à leur transmettre toute l’expérience d’une vie de pédagogue. Bien sûr, les notes de bas de page sont un peu trop nombreuses (458 en tout, qui auraient pu être décomptées par chapitre) et un peu trop longues (p. 137-138, 172-174, 182), mais je m’accommode sans peine des recoins de ce trésor. On y sent le désir de savoir, le plaisir d’expliquer, le souci du glaneur pour qui tout épi compte. La connaissance se désincarne qui se veut trop objective ; elle ne perd rien à respirer l’humain.

  • 2  Elle a été proposée en 1993 par Michel Perrin, l’un des quatre fondateurs du Groupe d’étude et de (...)

4L’ouvrage comporte sept chapitres à la distribution raisonnée. Les sections de début et de fin sont généralistes ; la première aborde les aspects théoriques de la notion de langue de spécialité, la dernière s’intéresse à la façon d’enseigner l’ASP. Une fois bien initié aux principes, le lecteur sera prêt à passer à l’action de son choix. On pourrait reprocher à l’auteur d’y faire la part belle aux chercheurs nationaux et d’omettre certains pionniers de l’ESP (on songe par exemple aux travaux de C. L. Barber non cité), mais le parti pris n’est pas sans cohérence. La notion de LANSAD est proprement française2 ; il convient de ne pas enrôler sous cette bannière des Anglo-Saxons à qui elle est étrangère et il importe que le néophyte se familiarise avec ses acteurs hexagonaux.

5Pris en sandwich entre les deux, cinq chapitres sont consacrés à autant de grandes variétés de l’ASP demandées par le secteur LANSAD : l’anglais du droit, des sciences, des forces armées, du sport et du tourisme. Chacune est abordée sous un angle différent – les origines, la dimension internationale, la culture, les genres, les relations avec l’enseignement institutionnel –, démarche qui illustre la richesse des itinéraires exploratoires du domaine et qui justifie le titre du livre, « approches ». Il serait fastidieux de les parcourir un par un ; insistons plutôt sur deux de leurs mérites.

6Le premier réside dans la méthode consistant à aborder les variétés spécialisées de l’anglais par la spécialité qui leur est propre. Bien qu’il se défende, avec Tony Dudley-Evans, de vouloir devenir un spécialiste du contenu (p. 32), J.-L. Trouillon accorde une place importante à la culture professionnelle et disciplinaire. La posture répond parfaitement aux attentes du secteur LANSAD, mais elle n’est pas sans péril. En effet, les linguistes de spécialité sont régulièrement soupçonnés de vouloir endosser l’habit des experts et d’oublier qu’ils ne sont que linguistes. Étonnamment, ce procès épargne les autres branches de l’anglistique. On exige du civilisationniste spécialiste de politique américaine qu’il connaisse bien le système électoral des États-Unis, sans pour autant le suspecter d’ambitionner de faire carrière au Capitole. L’ouvrage montre de même combien il importe que le linguiste de spécialité possède la culture de son domaine pour savoir enseigner la langue dans laquelle le spécialisé s’exprime. À cet égard, la maîtrise de l’auteur touche parfois à l’érudition, en particulier pour ce qui concerne la langue des militaires anglophones qui est son sujet de prédilection. Elle peut toutefois être inégale, comme en anglais du droit, où une solide mise en perspective historique fait l’impasse sur la notion de precedent pourtant centrale dans toutes les cultures juridiques de common law. Quoi qu’il en soit, le lecteur suit pas à pas les voies complexes, méandreuses et parfois surprenantes par lesquelles les termes spécialisés prennent leur sens. La leçon de l’exercice incite à l’humilité : les systèmes explicatifs restent grossièrement imparfaits lorsqu’il s’agit de dépasser les visions générales. Ils doivent être relayés par une intimité continue et méticuleuse avec le domaine.

  • 3  Trouillon, Jean-Louis. Novembre 2009. « Ébauche d’une caractérisation de l’anglais de l’histoire » (...)

7L’autre mérite de ces cinq chapitres est d’ouvrir la voie à une étude systématique des variétés de l’anglais considérées. Chaque fois, les soubassements sont scrupuleusement posés : les définitions visant à cerner le champ envisagé et le jalonnage diachronique depuis les origines, deux démarches indispensables à toute caractérisation des objets de recherche en sciences humaines. Le second apport est particulièrement bienvenu au sein d’une branche de l’anglistique encore profondément marquée par le préjugé synchronique. L’auteur est sensible au poids de l’histoire3 et il a compris que la double exigence de la culture spécialisée et de l’enseignement pousse à reconnaître au temps une vertu constitutive et explicative des langues spécialisées. Sur ces fondations, le jeune chercheur peut engager son enquête, le pédagogue peut bâtir sa formation. C’est en ce sens que l’ouvrage accomplit son projet. Il ne clôture pas un savoir achevé. Tout au contraire, il incite à poursuivre l’aventure de la connaissance dans les domaines ici défrichés et il espère de nombreux descendants.

8Afin que ces éloges soient bien flatteurs, il faut à présent réclamer, comme Figaro, la liberté de blâmer. Elle porte sur deux points. En premier lieu, le lecteur minutieux peut faire grief à l’auteur d’avoir omis de placer dans sa bibliographie plusieurs auteurs cités dans le corps du texte. Par exemple, la référence Tiersma 1999 mentionnée deux fois page 76 n’y figure pas. Ensuite, il peut lui reprocher l’absence d’index. On conçoit aisément la difficulté de composer l’index d’un ouvrage thésaurus de ce type. L’équilibre à trouver, entre un outil peu représentatif de l’entreprise car trop resserré sur l’essentiel et un appendice incommode car enflé de trivialités, exige effort et doigté. Néanmoins, la nature même de l’ouvrage indique que l’essai méritait d’être tenté. Le texte se lit agréablement d’une traite, mais il a été conçu pour se bonifier sur le long terme grâce à une fréquentation répétée et à un patient travail de rumination, pratiques qui requièrent un système de repérage fiable. Au lecteur perplexe qui s’interroge en tournant les pages « mais où donc ai-je trouvé cette perle d’information ? », ce précieux fil d’Ariane devait être tendu.

Haut de page

Notes

1  Le LANSAD (LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines, parfois écrit Lansad) est le secteur de l’enseignement des langues pour non spécialistes de langues.

2  Elle a été proposée en 1993 par Michel Perrin, l’un des quatre fondateurs du Groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité (GERAS) avec Francisque Costa, Michèle Rivas et Jean-Marie Baïssus.

3  Trouillon, Jean-Louis. Novembre 2009. « Ébauche d’une caractérisation de l’anglais de l’histoire ». ASp 56 : 5-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel VAN DER YEUGHT, « Jean-Louis Trouillon. Approches de l’anglais de spécialité », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/1905

Haut de page

Auteur

Michel VAN DER YEUGHT

Aix-Marseille Université

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org