Navigation – Plan du site
I. Politique et institutions

« C’est eux contre nous » ou « Qui a peur de qui ? » : la rhétorique post-11 septembre de l’administration américaine vue par la caricature de presse

Dominique CADINOT

Résumés

Dans les mois qui suivent les attentats du 11 septembre 2001, face aux douleurs encore vives et à la phobie anti-terroriste qui gagne du terrain, rares sont ceux qui s’interrogent sur le caractère liberticide de l’arsenal juridique mis en place par l’administration Bush. Encore plus rares sont les observateurs qui choisissent de jouer la carte de l’humour et de la dérision. Pourtant, en dépit du contexte, le 15 décembre 2001, soit trois mois après les attentats, le quotidien d’Atlanta en Géorgie, The Atlanta Journal-Constitution, fait paraître un dessin humoristique de Mike Luckovich caricaturant la politique du ministre de la justice John Ashcroft. De prime abord, l’auteur de la caricature dénonce la diabolisation de l’ennemi interne que forme alors la communauté américaine de culture arabe ou islamique. Dans son dessin, Luckovich met en effet clairement en cause la pratique du profilage racial et le caractère artificiel de la division dichotomique mise en avant par l’administration fédérale. Cependant, le choix de caricaturer John Ashcroft, représentant notoire de la droite religieuse, nous porte à croire que c’est en fait la délicate problématique des relations entre pouvoir et religion qui est au cœur du message adressé par l’auteur.

Le dessin humoristique constituant un instrument de lecture privilégié d’une époque, cette analyse sera l’occasion de mettre en évidence les sentiments d’une catégorie d’Américains qui, dans les mois ayant suivi la réaction des agences fédérales, se sont opposés aux manœuvres visant à réduire le patriotisme aux seules convictions religieuses.

Haut de page

Texte intégral

I contemplate with sovereign reverence that act of the whole American people which declared that their legislature should "make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof," thus building a wall of separation between Church & State.
Thomas Jefferson (1802)

Introduction

1L’an 1 du XXIe siècle fut pour les Américains un tournant dans leur histoire. Jamais depuis la guerre anglo-américaine de 1812, les États-Unis n’avaient connu d’attaque sur leur territoire continental. Les attentats du 11 septembre démontraient donc que l’Amérique était finalement vulnérable. À cette amère désillusion vint s’ajouter la confirmation que pour infliger de lourdes pertes à son ennemi il n’était plus nécessaire de disposer de la puissance d’un État ou d’un arsenal militaire sophistiqué ; quelques individus bien décidés et possédant un minimum de moyens financiers suffisent désormais. Il devenait ainsi évident que les forces hostiles avaient entièrement changé de visage et que l’ennemi pouvait opérer de l’intérieur, au sein même de la société. L’autre événement marquant de 2001 fut l’investiture, tout sauf triomphale, le 20 janvier, de George W. Bush porté au pouvoir par un électorat composé en partie de protestants fondamentalistes et choisi par une majorité d’une seule voix à la Cour Suprême. Un nouveau président donc, à la légitimité contestable, et confronté à la fois à un énorme défi et à une opportunité politique exceptionnelle.

2Dans les semaines qui suivent les attentats, le chef de l’Exécutif fédéral élabore la riposte américaine. Lors d’un célèbre discours prononcé devant le Congrès le 20 septembre 2001, George W. Bush déclare la guerre au terrorisme et annonce la création du Département de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security), la plus importante réorganisation du gouvernement fédéral depuis le National Security Act de 1947. Pierre angulaire des nouvelles prérogatives accordées au pouvoir exécutif, le USA PATRIOT Act est présenté aux parlementaires comme un corpus de lois destiné à assurer la sécurité nationale. Pour John David Ashcroft, Ministre de la Justice depuis février 2001 et principal auteur des nouvelles réglementations, la vigilance doit être constante car la menace est bien réelle. Voici le portrait qu’il dresse de l’ennemi intérieur : « In this new war our enemy’s platoons inflitrate our borders, quietly blending in with visiting tourists, students and workers. They move unnoticed through our cities, neighborhoods and public spaces… Their tactics rely on evading recognition at the border and escaping detection within the United States » (cité dans Naber, 284). La loi antiterroriste, ratifiée dans l’urgence en octobre 2001, donne alors de nouveaux pouvoirs aux agences fédérales : écoute téléphonique, lecture des courriers électroniques, consultation de données privées d’ordre médical ou financier sont quelques exemples des nouvelles mesures de contrôle instaurées par le PATRIOT ACT. En l’espace de quelques semaines, un véritable climat de paranoïa s’installe sur l’ensemble du territoire.

  • 1  Voir notamment le témoignage du dessinateur de presse Chip Bok : « It was hard to draw cartoons in (...)

3Face aux douleurs encore vives et à la phobie anti-terroriste qui gagne du terrain, rares sont ceux qui s’interrogent alors sur le caractère liberticide de l’arsenal juridique mis en place par l’administration. Encore plus rares sont les observateurs qui choisissent de jouer la carte de la dérision pour dénoncer cette culture de la peur et les dérives qu’elle génère1. L’humour, on le sait, peut être une arme efficace pour traduire un message politique. Il permet en outre de mettre en exergue certaines opinions qui seraient peut-être moins bien reçues si elles étaient exprimées par des mots, notamment en période de crise.

  • 2  Ce quotidien est né de la fusion en 1982 de l’Atlanta Journal et de l’Atlanta Constitution. Réputé (...)
  • 3  Mike Luckovich est par ailleurs le premier dessinateur américain à avoir reçu la même année, en 20 (...)

4En dépit du contexte, le 15 décembre 2001, soit trois mois après les attentats, le quotidien d’Atlanta en Géorgie, The Atlanta Journal-Constitution2, publie un dessin humoristique caricaturant la politique du Ministre de la Justice John Ashcroft. Ce dessin est l’œuvre de Mike Luckovich, célèbre caricaturiste politique, dont les dessins de presse ont été publiés principalement dans le New York Times, Time Magazine et Newsweek3.

Adoration des Mages

Mike Luckovich

John Ashcroft et l’Adoration des mages 

5Le dessin de presse représente, à gauche, John Ashcroft accompagné d’un officier de police, à droite, un groupe de personnages évoquant une scène de crèche. La composition, le texte et l’attention portée aux jeux d’ombre et de lumière invitent le lecteur à effectuer un balayage oculaire en marquant des fixations de chaque côté du dessin.

6Notre regard est donc attiré d’emblée par le rayon lumineux (symbolisant l’étoile de Bethléem) et se pose ensuite sur le point de focalisation, c’est à dire l’enfant Jésus, couché dans une mangeoire, les bras tendus vers le ciel. Puis, l’œil du lecteur passe en revue les personnages rassemblés autour de l’enfant. On reconnaît, de gauche à droite, Joseph et la Vierge Marie, tous deux auréolés, puis les trois rois mages.Cette observation faite, notre regard balaie le décor. Nous reconnaissons la crèche, le bœuf et, non pas l’âne, mais le chameau d’un des rois mages. De prime abord, nous avons devant les yeux une scène de Nativité ou « Adoration des mages » telle qu’elle est conventionnellement représentée dans l’imagerie religieuse et populaire depuis des siècles.

7Notre regard se porte ensuite sur les deux personnages à gauche de l’image. Le premier est immédiatement identifié grâce au badge qu’il porte sur sa veste. John Ashcroft est accompagné d’un officier des forces de l’ordre dont le corps d’origine n’est pas clairement défini. Néanmoins, il porte une arme et arbore plusieurs décorations qui attestent son autorité et l’aspect répressif de la méthode employée. Une fois que le lecteur a lu la bulle (« They look Middle Eastern. Detain them »), il comprend que le Ministre de la Justice est animé par la peur et que cette peur l’amène au syllogisme suivant : Middle Eastern signifie muslim et muslim signifie terrorist, d’où l’ordre/l’injonction. Le lecteur porte alors à nouveau son regard sur les personnages de droite pour effectuer une nouvelle lecture des codes iconographiques : quels indices ont induit Ashcroft en erreur ? Par quels procédés l’auteur du dessin a-t-il semé le doute ?

8Pour commencer bien sûr, les traits physiques. Le dessinateur a volontairement affublé la Sainte Famille et les trois rois mages des caractéristiques morphologiques généralement retenues pour caricaturer les peuples sémitiques. Tous les protagonistes sont représentés dotés d’une pilosité excessive : barbes drues et noires pour les personnages masculins et cils ou sourcils fournis pour le personnage féminin. Trois personnages en particulier retiennent notre attention ; Joseph, la Vierge Marie et le deuxième roi mage en partant de la gauche. Pour commencer, si l’on observe avec plus d’attention la coiffure de Joseph, on remarque que son foulard ressemble étrangement au keffieh porté et popularisé par l’ancien leader palestinien Yasser Arafat. Il convient de signaler qu’en règle générale, dans l’iconographie chrétienne, l’époux de Marie est représenté sans aucun couvre-chef. Concernant maintenant le personnage féminin, les plus observateurs des lecteurs auront remarqué que le voile qui couvre sa tête ressemble plus à un hijab islamique qu’au voile bleu et vaporeux de la Vierge Marie dans les peintures de la Renaissance italienne. Enfin, le personnage du roi mage n’est pas sans rappeler les nombreuses caricatures d’Ossama Ben Laden ; c’est surtout la proéminence du nez et des narines qui, en effet, a retenu l’attention des caricaturistes de presse. D’autre part, pour tenir mieux encore le lecteur et Ashcroft dans l’incertitude, Luckovich ajoute un indice supplémentaire pour évoquer l’islamité plus que la chrétienté : la position des personnages. Remarquez la manière dont ils sont agenouillés. Leur position ressemble bien plus à celle adoptée par des musulmans en prière qu’à celle généralement attribuée aux rois mages, traditionnellement représentés en génuflexion, c’est à dire un seul genou au sol. Enfin, le fait d’avoir choisi de représenter, à côté du bœuf de la crèche, un chameau — monture traditionnelle des peuples arabes —n’est-il pas révélateur de l’intention caricaturale de l’auteur ?

9Quoi qu’il en soit, l’observateur effectue deux lectures : une première qui le porte à croire qu’il a devant les yeux la représentation d’une scène de nativité traditionnelle ; une seconde motivée par le doute et destinée à tester la valeur de cette première interprétation. Par conséquent, l’auteur nous contraint, et c’est là le tour de force, à détecter dans cette scène immémoriale les caractéristiques stéréotypiques attachées en Occident à l’islam, donc à nous livrer à un exercice de profilage racial qui consiste à mobiliser nos préjugés pour recenser les indices physiques symboliques de l’islamité, voire de l’islamisme. De ce fait, nous adoptons le comportement du phobique ou du paranoïaque incarné ici par John Ashcroft qui, face à un groupe visiblement pacifique et innocent, alors qu’il n’y a aucun soupçon raisonnable, en vient à déceler les indices révélateurs d’un danger potentiel. Le philosophe Henri Bergson définit le rire comme du « du mécanique plaqué sur du vivant » (Bergson, 35). La formule de Bergson s’applique ici parfaitement ; John Ashcroft est tellement investi dans sa mission et aveuglé par sa phobie qu’il est incapable de voir la réalité dans son ensemble.

  • 4  Le Ministère de la Justice américain (DOJ) a rendu public en juin 2003 un rapport sur les conditio (...)
  • 5  Consulter notamment le dossier publié en 2003 par l’American-Arab Anti-Discrimination Committee, R (...)

10L’intention première de l’auteur est évidemment de dénoncer de manière satirique les dérives de la politique discriminatoire menée par l’administration Bush et en particulier par son Ministre de la Justice. En effet, dans les deux mois suivant les attentats,John Ashcroft fit arrêter et placer au secret plus de 1200 personnes, après avoir demandé au FBI de ficher tous les pratiquants de la religion musulmane, qu’ils soient étrangers ou nationaux4. Ashcroft est aussi resté dans les mémoires pour avoir recommandé en 2002 la construction de camps de détention, rappelant ainsi l’épisode douloureux des internment camps construits pendant la Seconde Guerre mondiale pour contrôler les Américains d’origine japonaise. Ce dessin humoristique souligne donc, en forçant le trait, le caractère pathologique de l’islamophobie qui, à l’hiver 2001, anime l’exécutif américain. Outre le fait de rappeler aux lecteurs que Jésus et la Sainte Famille étaient, selon la Bible, originaires du Proche-Orient et par conséquent d’origine sémitique, le dessinateur a pour autre intention de mettre ses lecteurs en garde contre les conséquences dramatiques des amalgames et du profilage racial. La peur de l’Autre incite en effet à effectuer une classification stéréotypique qui ne met en évidence que des traits négatifs et qui conduit fatalement à ce qu’on appelle des « bavures ». Il faut rappeler que dans les semaines qui ont suivi les attentats, on a rapporté plusieurs centaines d’agressions et quelques homicides à l’encontre de populations non-arabes ou non-musulmanes comme celle des Indiens Sikhs, ou même à l’encontre de populations à la fois non-arabes, non-musulmanes et non-asiatiques, comme certains hispaniques5.

11Toutefois, lorsqu’il fut interrogé quelques mois plus tard sur les motifs qui avaient guidé la réalisation de ce dessin, Mike Luckovich fit la réponse suivante : « I think in trying to save us, Ashcroft is hurting us » (cité dans Phillips, 1). Par conséquent, dans l’esprit du dessinateur, les victimes de la politique engagée par le Department of Homeland Security ne sont pas seulement les Américains d’origine orientale ou tous ceux qui pourraient leur ressembler, mais tous les Américains quelles que soient leurs origines.

12Le dessin de presse, nous l’avons observé, met face à face d’un côté l’administration fédérale symbolisée par Ashcroft, censé incarner l’ordre civil et politique, et de l’autre, une caricature de la civilisation arabo-musulmane représentant l’ennemi commun, le danger. Mais la réponse et le dessin de Luckovich soulignent aussi le caractère nébuleux et artificiel de la distinction manichéenne exploitée par l’équipe dirigeante. Si les contours de la communauté-cible sont visiblement incertains et source d’erreurs, la cohésion entre gouvernés et gouvernants, dans les semaines qui suivent les attentats, n’est pas non plus sans défaut. La caricature et son commentaire posent ainsi l’existence d’une frange d’opposition, à savoir l’existence, en décembre 2001, dans l’opinion publique américaine, d’un courant hostileaux stratégies adoptées par les leaders politiques. Mais, dans le contexte particulier de l’après-11 septembre, quelle est la nature de cette opposition ?

Stratégie discursive et héritage constitutionnel

13En décembre 2001, ceux qui critiquent ouvertement la politique de l’administration Bush sont très peu nombreux. Même le Parti démocrate qui forme alors l’opposition soutient la politique du président ; pour preuve, cette déclaration faite conjointement par le sénateur démocrate Charles E. Schumer et par le sénateur républicain Trent Lott : « We must put aside those things that set us apart, and recognize that for all our differences, we are - first of all - all Americans » (cité dans Schieffer, 1).

14Par conséquent, dans les mois qui suivent les attentats, les clivages partisans semblent avoir disparu. Les Américains, républicains et démocrates, forment apparemment un bloc uni derrière le président pour mener la guerre contre le terrorisme. L’heure n’est pas à la critique, mais au déploiement de la bannière étoilée. Voici comment un journaliste du Michigan Daily décrit le climat de l’époque : « It got to the point where people who didn't have a flag looked bad. […] [E]ven raising questions was considered unpatriotic. There was very little opposition » (Soojung, 1).

15L’accusation politique portée par Luckovich est donc courageuse, mais elle n’est probablement pas, à l’époque, soutenue par le plus grand nombre. Si, en décembre 2001, la dérive sécuritaire n’est pas encore perceptible, de quelle autre crainte Luckovich se fait-il le traducteur ?

16Les personnages représentés, les thèmes évoqués dans ce dessin, et surtout le caractère symbolique ou allégorique de la caricature nous portent à croire que c’est la délicate problématique des relations entre pouvoir et religion qui est au cœur du message adressé par l’auteur. À gauche, Luckovich nous donne à voir une caricature de John Ashcroft, membre du Cabinet présidentiel, mais aussi fidèle des Assemblées de Dieu, église protestante connue pour son orientation fondamentaliste. À droite, et apparaissant de façon totalement anachronique, sont représentées les figures emblématiques, conventionnelles et sacralisées du christianisme ; cette Adoration des mages que l’on retrouve aux États-Unis à l’époque de Noël dans les front yards, grandeur nature ou sous forme de crèches vivantes dans de nombreux centres commerciaux. L’auteur met donc face à face deux courants de pensée, deux attitudes face à la religion : le sectarisme et le libéralisme théologique. En outre, quel sens accorder à l’expression « save us » dans l’explication de Luckovich ? S’agit-il de faire échapper les Américains à un grave danger ou d’assurer leur salut éternel ?

17En décembre 2001, le fait est que les fondamentalistes protestants sont dans une position de domination jamais atteinte. C’est ce que confirme Mokhtar Ben Barka : « De tous les présidents américains qui se sont succédé à la Maison Blanche depuis la fin des années 70, Bush est le plus proche des évangéliques conservateurs » (Ben Barka 2008, 28). En effet, dès son premier mandat, George W. Bush a procédé à la nomination de plusieurs évangéliques à des postes clés : John Ashcroft à la Justice, mais aussi Michael Gerson, secrétaire personnel, et Gale Norton à l’Intérieur. Au sein du Cabinet présidentiel, John Ashcroft se distingue par sa ferveur morale et son éloquence. Dans un nouvel hymne national qu’il rédige et interprète parfois lui-même, il offre sa vision de l’Amérique idéale : « Let the mighty eagle soar, soar with healing in her wings, as the land beneath her sings : Only God, no other kings » (cité dans Stephens, 277).Très clairement, c’est la supériorité de la loi divine etla responsabilité chrétienne envers de l’Amérique qui sont mises en avant. L’objectif avoué du Ministre de la Justice est donc la restauration d’une société en harmonie avec l’ordre divin. Si, lorsque surviennent les attentats, les fondamentalistes protestants ont déjà atteint le plus haut niveau du pouvoir politique, l’événement leur donne l’occasion d’occuper plus encore l’espace médiatique. Pour nombre d’entre eux, ces attaques sont avant tout la confirmation de leurs imprécations traditionnelles sur l’état moral de la nation. Jerry Falwell, ancien directeur de la défunte moral majority et conseiller auprès de la Maison Blanche, mais aussi Pat Robertson, président de la Christian coalition et ami du président Bush, déclarent que la faute incombe aux libéraux (au sens où l’entendent les Américains) qui ont éloigné l’Amérique de Dieu et provoqué la colère divine sur les tours jumelles du World Trade Center.

  • 6  C’est la parution, en 1993, dans la revue Foreign Affairs, d’un article intitulé « The Clash of Ci (...)

18En outre, le drame est perçu comme une validation de la théorie du « choc des civilisations » développée en 1993 par S.P. Huntington6. Les attentats sont donc le funeste présage des rivalités inéluctables entre la civilisation occidentale et la civilisation islamique. Venant alimenter cette vision culturaliste du monde, les pasteurs charismatiques des églises évangéliques font des déclarations souvent ambiguës sur la religion islamique. Ainsi, Franklin Graham, fils du célèbre Billy Graham, déclare-t-il tour à tour : « I do not believe Muslims are evil people because of their faith. I personally have many Muslim friends ». Mais aussi : « The God of Islam is not the same God. It's a different God, and I believe Islam is a very evil and wicked religion » (cité dans Gaddy, 1).

19Propageant une vision du monde imprégnée de manichéisme, la droite chrétienne sert donc d’inspiration aux stratèges républicains qui divisent alors le monde entre l’Axe du Bien et l’Axe du Mal. Ainsi, la diabolisation de l’Autre, arabe ou musulman, devient-elle partie intégrante de la stratégie discursive déployée par l’Exécutif et exploitée ici de manière irrationnelle par le Ministre de la Justice.

  • 7  L’expression born again Christian désigne un individu qui a renoué avec la foi ; celui ou celle qu (...)

20Par le biais de ce dessin de presse, Mike Luckovich, artiste de confession catholique dont les affinités politiques sont plutôt marquées à gauche, appelle ses concitoyens à la vigilance et se fait le porte-parole de la majorité modérée. En représentant John Ashcroft sous les traits d’un despote ordonnant l’incarcération de la Sainte Famille, le dessinateur traduit les craintes émergentes des protestants libéraux (mainline protestants), des catholiques (qui, rappelons le, forment la plus grande dénomination simple du pays), des athées et de tous ceux qui ne se déclarent pas born again7. La caricature exprimée dans ce dessin tourne donc en ridicule la peur phobique d’Ashcroft et de ses coreligionnaires face à la rivalité islamiquemais laisse aussi paraître conjointement l’inquiétude d’une grande partie de la société américaine face aux dérives théocratiques de leur gouvernement fédéral.

Conclusion

21Avec maintenant une décennie de recul, il nous est désormais plus facile d’évaluer l’impact du 11 septembre sur la société américaine. Si l’influence des évangéliques a parfois été surestimée, il n’en reste pas moins que certains documents, comme celui que nous venons d’analyser, attestent des peurs et des appréhensions créées dans l’opinion publique par l’instrumentalisation du religieux par le politique. La guerre contre le terrorisme a bel et bien été conçue comme une guerre de civilisation mettant en avant le dualisme entre les forces du bien et les forces du mal, la diabolisation des Arabes et des musulmans servant de levier à la mobilisation des sentiments religieux pour servir les objectifs du pouvoir. Lorsqu’il fit paraître son dessin, Mike Luckovich était conscient que toute critique d’ordre politique pouvait être interprétée comme une trahison. En plaçant son propos sur le champ des valeurs communes, alors que l’Amérique se préparait à célébrer les fêtes de Noël, l’auteur put ainsi fort adroitement profiter du contexte pour faire entendre la voix des Américains attachés à la sauvegarde de la liberté de conscience et à la préservation de leur héritage pluraliste.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

BEN BARKA, Mokhtar. Les nouveaux rédempteurs: le fondamentalisme protestant aux Etats-Unis. Paris : Les Editions de l’Atelier, 1998.

BERGSON, Henri. Le rire : essai sur la signification du comique. Paris : PUF, 1945.

BOK, Chip. The 9.11 Crisis in Political Cartoons. Akron (OH): the University of Akron Press, 2002.

STEPHENS, Randall J. The Fire Spreads: Holiness and Pentecostalism in the American South. Cambridge. Mass., and London : Harvard University Press, 2008.

Articles

BEN BARKA, Mokhtar. « La place et le rôle de la droite chrétienne dans l’Amérique de George W. Bush ». Vingtième Siècle : Revue d’histoire, Numéro Spécial : L'Amérique de George W. Bush, N° 97, Paris : Presses de Sciences-Po., 2008.

NABER, Nadine. “Look, Mohammed the Terrorist Is Coming!” in JAMAL Amaney et NABER, Nadine (ed.). Race and Arab Americans Before and After 9/11: From Invisible Citizens to Visible Subjects. Syracuse (NY) : Syracuse University Press, 2008.

Sources électroniques

GADDY, Welton. “The evangelization of National Day of Prayer”, The Washington Post, 2010 [en ligne], URL: http://newsweek.washingtonpost.com/onfaith/panelists/c_welton_gaddy/2010

PHILLIPS, Kyria. “Interview with Mike Luckovich”, CNN.com [en ligne], URL : http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/0209/13/lol.03.html 2002.

SCHIEFFER, Bob. “Remembering What America Found After 9/11”, [en ligne], URL : http://www.cbsnews.com/stories/2010/09/12/ftn/main6858762.shtml

SOOJUNG, Chang. “Outburst of patriotism after 9/11 still evident”, The Michigan Daily, [en ligne], URL : http://www.michigandaily.com/content/outburst-patriotism-after-911-still-evident

US DEPARTMENT OF JUSTICE, Office of the Inspector General, “The September 11 Detainees: A Review of the Treatment of Aliens Held on Immigration Charges in Connection with the Investigation of the September 11 Attacks”, http://www.justice.gov/oig/special/0306/index.htm

Haut de page

Notes

1  Voir notamment le témoignage du dessinateur de presse Chip Bok : « It was hard to draw cartoons in the immediate aftermath of the attack. The magnitude of the loss […] was too overwhelming » (Bok, 6).

2  Ce quotidien est né de la fusion en 1982 de l’Atlanta Journal et de l’Atlanta Constitution. Réputé pour la qualité et le ton incisif de ses éditoriaux, l’AJC est le plus populaire des journaux publiés dans l’État de Géorgie.

3  Mike Luckovich est par ailleurs le premier dessinateur américain à avoir reçu la même année, en 2006, deux des prix les plus prestigieux : le « Reuben » (prix du meilleur caricaturiste de l’année accordé par la « National Cartoonist Society ») et le prix Pulitzer.

4  Le Ministère de la Justice américain (DOJ) a rendu public en juin 2003 un rapport sur les conditions de détention des supposés suspects : « The September 11 Detainees: A Review of the Treatment of Aliens Held on Immigration Charges in Connection with the Investigation of the September 11 Attacks », http://www.justice.gov/oig/special/0306/index.htm

5  Consulter notamment le dossier publié en 2003 par l’American-Arab Anti-Discrimination Committee, Report on Hate Crimes and Discrimination Against Arab Americans : the Post-September 11 Backlash, http://www.adc.org/PDF/hcr02.pdf

6  C’est la parution, en 1993, dans la revue Foreign Affairs, d’un article intitulé « The Clash of Civilizations ?» qui a fait connaître S.P. Huntington au grand public. Trois ans plus tard, il publie The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order dans lequel il explique que nous serions passés d’un monde bipolaire divisé par la fracture idéologique Est/Ouest à un monde où les conflits auraient pour principal moteur l’affrontement des civilisations.

7  L’expression born again Christian désigne un individu qui a renoué avec la foi ; celui ou celle qui a fait l’expérience « du baptême dans le Saint-Esprit » (Ben Barka, 1998, 12).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://erea.revues.org/docannexe/image/2004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique CADINOT, « « C’est eux contre nous » ou « Qui a peur de qui ? » : la rhétorique post-11 septembre de l’administration américaine vue par la caricature de presse », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://erea.revues.org/2004 ; DOI : 10.4000/erea.2004

Haut de page

Auteur

Dominique CADINOT

LERMA, Aix-Marseille Université
Dominique Cadinot est Maître de Conférences en civilisation américaine à l’Université de Provence. Ses recherches portent sur la construction des identités transnationales. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les Arabo-Américains : processus de construction identitaire, Manuscrit Université, Paris : Editions Le Manuscrit, 2006.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org