Navigation – Plan du site

L’Angleterre de la Restauration au miroir de la “vraie liberté” (1660-1672). La rencontre entre républicanismes anglais et hollandais à travers les écrits de Pieter de la Court

Charles-Édouard LEVILLAIN

Texte intégral

  • 1  Ouvrage sans doute acquis par Locke lors de son exil hollandais (1683-1689). Première traduction a (...)
  • 2  Pepys Library, Magdalen College, Cambridge, MS 2888. The Political Grounds and Maxims of Holland. (...)
  • 3  Le Grand Pensionnaire Jean de Witt, qui avait pourtant contribué à la rédaction de L’intérêt de la (...)

1L’idée de ce sujet part d’une double constatation : d’une part la présence, dans la bibliothèque de John Locke, d’une première édition de L’intérêt de la Hollande de Pieter de la Court (Harrison et Laslett 167)1 l’un des principaux traités républicains hollandais de la seconde moitié du dix-septième siècle ; d’autre part, l’existence d’une traduction manuscrite anglaise de ce même texte,2 ou du moins de sa version remaniée qui, après sa publication en 1669, fut condamnée par les États de Hollande, si radicale parut la critique à l’égard de l’Église calviniste établie (Balance politique préface 15).3 En outre, Pieter de la Court rencontra James Harrington en 1671 et leurs échanges inspirèrent à ce premier un texte resté longtemps inédit intitulé Considérations sur la crainte de la guerre que les rois d’Angleterre et de France pourraient ou voudraient mener, d’après un projet du Sieur James Harrington (Kernkamp 157). Bien que, contrairement à Hobbes, Harrington n’ait pas été traduit en néerlandais à l’époque qui nous occupe, il est possible de parler d’une rencontre entre républica­nismes anglais et hollandais et de considérer Pieter de la Court comme le vecteur des éventuels croisements idéologiques entre deux pays au fonctionnement institutionnel pourtant très différent.

2Ainsi tenterons-nous de relever le défi lancé par John Pocock, qui se demandait pourquoi la théorie républicaine batave n’avait pas suscité, dans l’entourage des princes d’Orange, une contre-théorie monarchique dans laquelle seraient définis avec précision les pouvoirs d’un chef souverain des Provinces-Unies (Pocock 189). La question n’est sans doute pas bien posée. Une doctrine monarchique ne peut prospérer que dans un régime politique où la monarchie est acceptable et acceptée. Or, la République des Provinces-Unies, issue de l’Union d’Utrecht de 1579, est née contre la monarchie espagnole et le courant républicain s’est développé contre les tendances monarchiques des princes d’Orange, au point de connaître une longue période de gouvernement sans stathouder (1650­1672). Toute théorie monarchique serait apparue comme contraire à un régime politique qui, après avoir longtemps tâtonné, avait rendu inopérante la possibilité d’une monarchie pleine et entière. C’est pourquoi les princes d’Orange, dans leur pragmatisme, se contentaient de profiter des circonstances pour infléchir le fonctionnement des institutions en leur faveur.

  • 4  Dans une Adresse sincère à tous les bons patriotes de cet État (1650), un républicain anonyme nota (...)

3L’un des moyens d’y parvenir consistait à s’appuyer sur d’autres dynasties régnantes, et notamment sur les Stuarts, avec qui fut scellée une première alliance matrimoniale en 1641 (Groenveld 955-72). Or, le régime de “vraie liberté” (ware vrijheid), qui connut son apogée entre 1650 et 1672, se construisit en partie par réaction à l’ingérence des Stuarts dans les affaires intérieures des Provinces-Unies.4 De là naquit une rencontre entre républicanismes hollandais et anglais : dans le premier cas, il s’agissait de neutraliser toute influence monarchique extérieure et d’exclure les Orange-Nassau des hautes charges de l’État ; dans le second, de freiner les dérives absolutistes des Stuarts et, si possible, de les renverser avec le concours du parti des États : telle fut en tout cas la motivation du complot que rêvait de mettre en œuvre Algernon Sidney en 1665 et que le refus de Jean de Witt tua dans l’œuf. Il est donc essentiel de retenir que la pénétration des écrits de Pieter de la Court dans la pensée républicaine anglaise n’a pu se faire que parce que, symétriquement, Charles II tenta de se servir de son neveu Guillaume III pour limiter le pouvoir du parti des États, parti qui lui avait fait perdre la guerre de 1664-1667 et qui avait tenu tête à ses ambitions économiques et commerciales.

  • 5  Le texte ne fut pas publié du vivant d’Algernon Sidney. Resté sous forme manuscrite, il fut saisi (...)

4L’objet de cette communication est de remédier à une lacune de l’historiographie en envisageant les éventuelles convergences entre républicanismes anglais et hollandais du point de vue des Provinces-Unies. Le mot “républicanisme” désignera à la fois l’idée républicaine et, dans les Provinces-Unies, la pratique des institutions, qui est indissociable des débats théoriques et des controverses relatives à la chose publique (res publica). Après avoir présenté les enjeux politiques et constitutionnels de L’intérêt de la Hollande dans leur contexte historique, nous tenterons d’examiner l’impact de la théorie et de la pratique de la “vraie liberté” sur les Maximes de Cour d’Algernon Sidney, rédigées aux Pays-Bas en 1665.5

L’intérêt de la Hollande (1662) : enjeux politiques et constitutionnels

5À la fois homme d’action et de pensée, Pieter de la Court était ce que l’on pourrait appeler un négociant-philosophe. Né à Leyde en 1618, l’année du coup d’état de Maurice d’Orange contre la faction républicaine menée par Grotius et Oldenbarnavelt, Pieter de la Court était issu d’une famille d’origine wallonne. Pierre, son père, avait migré vers Leyde au début du siècle, où il était parvenu à bâtir une petite fortune dans l’industrie du drap. Après des études de théologie à la prestigieuse université de Leyde et un voyage de deux ans en Europe qui le mena notamment en Angleterre et en France (1641-1643), Pieter de la Court se lança à la suite de son père dans une carrière de négociant. Son deuxième mariage, en 1661, avec la fille d’une influente famille d’Amsterdam resserra ses liens avec le parti des États. En 1670, deux ans avant la chute du régime De Witt, il partit pour Orléans, où il acquit un diplôme de droit. Il prêta serment d’avocat en 1672, trop tard pour pouvoir accéder à une quelconque fonction au sein des États de Hollande (Van Tijn 331). Il mourut en 1685.

  • 6  Texte rédigé au lendemain d’une seconde guerre anglo-hollandaise où Charles II n’avait pas réussi (...)

6À la lumière de ces brèves indications biographiques, il n’est pas étonnant que l’un des premiers ouvrages importants de Pieter de la Court, publié en 1659 et intitulé Le bien-être de Leyde, ait porté sur un sujet à dominante économique. Pieter de la Court faisait partie de cette bourgeoisie industrielle dont l’assise sociale était étroitement corrélée au maintien d’une économie de libre-échange et d’un système d’import-export qui assurait aux Provinces-Unies la domination des marchés mondiaux. C’est pourquoi la “vraie liberté” se comprenait avant tout comme l’entretien de relations pacifiques avec les pays voisins et/ou concurrents. Dans la perspective de Pieter de la Court, la guerre nuisait à la fluidité des échanges internationaux, donc à la vitalité économique d’une nation dont la richesse était entièrement fondée sur le négoce (Interest 63-5). À l’inverse, un gouvernement libre favorisait des taux d’intérêt peu élevés et une hausse du capital (Interest 117). De plus, la réduction de l’armée permettait de faire des économies (Interest 125) et les deniers publics pouvaient ainsi être affectés à la construction d’une force navale (Interest 136), seule garante de puissance et de sécurité (Interest 141). Admirateur de la littérature politique hollandaise, le républicain Slingsby Bethel employa le même argument pour démontrer en 1668 que la politique commerciale menée par Cromwell dans les années 1650 et reprise par Charles II depuis 1660 avait eu pour conséquence de ruiner l’Angleterre. En préférant la guerre à la paix, nota Bethel, Cromwell “se trompa sur l’intérêt véritable de l’Angleterre. (…) Il appauvrit notre nation en l’écrasant sous les impôts nécessaires à une guerre permanente” (The World’s Mistake 8).6

  • 7  Sir William Temple fut l’auteur d’un texte célèbre intitulé Observations sur les Provinces-Unies, (...)
  • 8  Soucieux de se protéger contre la menace française, Jean de Witt avait signé en 1668 une triple al (...)

7La “vraie liberté” comportait deux autres aspects : d’abord la liberté de conscience, par opposition à l’intolérance de contre-remontrants auxquels s’était opportunément alliée la dynastie des Orange-Nassau au moment du synode de Dordt (1618); ensuite la liberté politique, entendue au sens d’un gouvernement sans stathouder, donc sans risque de dérive monarchique et centralisatrice. Même si les dimensions économique, religieuse et politique de la “vraie liberté” sont étroitement liées, c’est sur la querelle du stathoudérat et son retentissement dans la pensée républicaine anglaise que nous concentrerons l’analyse. Avant de poursuivre, il importe néanmoins de noter que la “vraie liberté”, telle que la concevait le parti des États, ne se confondait ni avec la licence ni avec le libre-arbitre. Dans une lettre du 11/21 octobre 1670 à Sir William Temple,7 ambassadeur de Charles II à La Haye, Le Grand Pensionnaire Jean de Witt crut bon de préciser “qu’en ce pays l’on se donne un peu trop de licence en certaines choses” (Correspondance française 42).8 L’une des difficultés conceptuelles de la “vraie liberté”, il est vrai, était de constituer une liberté négative, plus facile à définir par ce qu’elle recouvrait que par celle qu’elle ne recouvrait pas.

8La question du stathoudérat occupe une place centrale dans la pensée de Pieter de la Court et elle a suscité une intense réflexion chez les historiens et les philosophes du politique depuis une étude fondatrice de Peter Geyl (1947). Le mot “stathouder” signifie simplement “lieutenant”. Henry Neville le qualifiait de “ministre artificiel” (Plato Redivivus 105), expression apparemment sibylline qui mettait le doigt sur deux idées essentielles : le stathouder était d’abord un “ministre”, autrement dit, au sens étymologique, le “serviteur” des rois d’Espagne puis, à partir de l’Union d’Utrecht de 1579, des États Généraux et des États Provinciaux. Quant au caractère “artificiel” du stathoudérat, il s’explique par le fait que la fonction avait été une création empirique de Charles Quint (1543), ensuite maintenue par l’Union d’Utrecht de 1579, qui lui accordait en particulier un rôle d’arbitrage dans les litiges entre provinces (Kossmann & Mellink 170). Au stathouder était aussi dévolu un rôle symbolique de protection de l’Église réformée et, au niveau des provinces souveraines, un pouvoir de confirmation des élections d’échevins. Enfin, il était investi par les États Généraux de la fonction de commandant suprême des armées, attribut essentiel dans un pays en guerre quasi-permanente jusqu’en 1648. Le stathoudérat était de jure un office civil, mais les longues années de guerre contre l’ennemi espagnol l’avaient transformé de facto en un office militaire (Israel 305).

  • 9  Les textes de Jean de la Court firent l’objet de révisions et de retouches par son frère Pieter au (...)

9Sans que cela surprenne nécessairement, c’est Hobbes qui fournit à Pieter de la Court ainsi qu’à son frère Jean les outils théoriques nécessaires à l’appréhension des institutions bataves. La lecture du De Cive et du Léviathan, deux œuvres largement diffusées en Hollande depuis les années 1650 (Lazzeri 4, Secrétan 27), inspira à Jean et à Pieter de la Court une analyse de la genèse de l’État à partir du concept hobbesien d’état de nature où règne “une guerre de tous les hommes contre tous les hommes” (Pieter de la Court Consideratien en exemplen 8, Balance politique 33).9 De toute évidence, les frères de la Court furent séduits par l’idée d’indivisibilité de la souveraineté, qui permettait d’opposer aux tentatives des princes d’Orange pour s’attribuer l’exécutif militaire l’argument en vertu duquel “le droit souverain d’ordonner et de faire des lois n’est pas séparable du droit souverain de les faire exécuter et d’exiger leur obéissance” (Balance politique 37 et Secrétan 35). Dans une logique hobbesienne, il était impossible, en cas de guerre, que des soldats obéissent simultanément à un capitaine doté d’une autorité absolue et à une assemblée reconnue comme souveraine (Balance politique 36). Aux yeux de Jean de la Court, c’est cette contradiction qui fut longtemps à l’origine de la situation misérable de la Hollande car, privés de force armée, les États Provinciaux ne pouvaient se faire obéir de leurs sujets, et afortiori d’un capitaine-général (Balance politique 38). C’est pourquoi le républicanisme des frères de la Court reposait sur une théorie de l’absolutisme articulée à une doctrine de la souveraineté des États Provinciaux.

  • 10  Un “Protecteur” fait partie de cette catégorie (Interest 71).

10Dans cette perspective, le principal objectif de Pieter de la Court était de montrer que le glissement vers un régime de type monarchique ne signifiait rien d’autre que la mort de la République des Provinces-Unies. À ses yeux, les fonctions de stathouder et de capitaine-général étaient incompatibles avec un régime de “vraie liberté” pour deux raisons : l’une psychologique et l’autre historique. La première se déduisait d’une théorie des passions inspirée de Descartes et d’une vision profondément pessimiste de la personne du monarque, jugé intrinsèquement cupide, influençable et anti-unitaire. Pieter de la Court n’hésitait pas à dire dès la préface de L’intérêt de la Hollande que le gouvernement monarchique était un gouvernement de favoris (Interest préface) et que l’entourage d’un roi avait pour seule préoccupation d’amasser de l’argent, “moins pour s’enrichir lui-même que pour se dépenser en guerres aussi folles qu’excessives” (Interest 29). Quant au stathouder, ajoutait-il, il préférait toujours son intérêt personnel à l’intérêt public et se montre donc incapable d’arbitrer les querelles entre factions (Interest 126-7). Diviser pour régner, telle était, selon Pieter de la Court, “la maxime des Grands”, qui “se plaisent à pêcher en eau trouble” (Interest 128). Profitant du rôle qui leur est imparti en temps de guerre, tous les chefs d’État dotés de pouvoirs monarchiques, quel que soit leur titre,10 “embrouillent tout le monde en permanence” (Interest 70). “Tous les peuples ignorants”, résumait Pieter de la Court, “prennent le parti d’un tyran doux, poli et courageux” (Interest 71).

  • 11  Assemblée exceptionnelle de l’ensemble des provinces tenue en janvier 1651, après la mort subite d (...)
  • 12  Hugo Grotius rédigea en 1610 un ouvrage intitulé Liber de Antiquitate Reipublicae Batavicae qui, i (...)

11Bien plus, l’originalité de Pieter de la Court consiste à inscrire son analyse dans une perspective historique, à la fois dans le court et le long terme. Dans le long terme, la République batave était conçue comme l’héritière des Républiques anciennes : Sparte, Rome et la République des Hébreux, dont l’exemple inspira au Grand Pensionnaire Jacob Cats, lors de la “Grande Assemblée” (Grote Vergadering) de 1651,11 un discours célèbre sur la supériorité immémoriale des républiques sur les monarchies (Van de Klashorst 160). En lecteur avide de Grotius, Pieter de la Court adhérait aussi au mythe des libertés bataves conquises contre l’occupant romain et fondées sur une ébauche de gouvernement représentatif qui avait résisté aux aléas de l’histoire et à l’usure du temps. (Consideratien en exemplen 172).12 De là était venue l’idée que les monarques qui avaient régné sur la Hollande, loin de transformer cette dernière en monarchie, n’avaient été que des comtes à la tête d’un comté : “Jamais l’assemblée des États de Hollande n’a reconnu en dehors d’elle des rois”, notait Spinoza, “mais tout au plus des comtes, à qui jamais le droit politique suprême ne fut transféré” (Traité théologico-politique 881).

12Comme Spinoza, Pieter de la Court ne pouvait manquer d’établir un parallèle entre les accidents que connurent les républiques anciennes et les événements récents de l’histoire des Provinces-Unies. L’intérêt de la Hollande est une œuvre hantée par la crainte que se renouvelât un coup d’État semblable à ceux que les princes d’Orange avaient perpétrés contre les États de Hollande en 1618 et en 1650. Rappelant que Guillaume II n’avait pas hésité à recourir à la force pour épurer le conseil municipal d’Amsterdam et y placer ses partisans, Pieter de la Court se félicitait de la mort inopinée du stathouder fin novembre 1650, dans laquelle il voyait une forme de providence (Interest 91). À ses yeux, les chefs d’État avaient tous pour principe de briser les États qui s’opposaient à leurs desseins en usant d’une “violence ouverte” (Interest 103). Pour Radboud Schele, la résistance du parti des États à l’entreprise de Guillaume II méritait d’être considérée comme un acte d’héroïsme inscrit à jamais dans les annales de la République des Provinces-Unies :

  • 13  “Nos enim sumus qui in Amsteldolamo petivimus libertatem publicam et in corpore captorum ordinum l (...)

Nous sommes en effet ceux qui à Amsterdam ont cherché la liberté publique et qui avons tenu en mépris les lois des ordres dont le corps était prisonnier. (…) Après cet attentat très audacieux, nos paroles sont en effet devenues d’or : nos maximes ont pour ainsi dire orné les bonnes actions de la République. (Libertas Publica 73)13

13Un gouvernement sans stathouder et des États Provinciaux souverains : telle était la principale de ces maximes, forgée au fil d’une lutte quasi-incessante contre la prétention des différents stathouders à troquer leur statut de serviteur des États pour une fonction plus glorieuse de souveraineté quasi-monarchique. Apparu en filigrane dès 1584, lorsque Cornelis Hooft s’était opposé à l’octroi du titre de “comte de Hollande et de Zélande” à Guillaume le Taciturne, le conflit entre la dynastie des Orange-Nassau et le parti des États s’était envenimé à la suite du coup d’État réussi de Maurice d’Orange (1618) et du coup d’État finalement avorté de Guillaume II (1650). À cela s’était ajoutée, sous le stathoudérat de Frédéric Henri (1625-1647), frère et successeur de Maurice d’Orange, une tendance très marquée à adopter une vie de Cour dont le cérémonial et le protocole étaient inspirés des monarchies continentales. Appelé “Son Altesse” par Louis XIII à partir de 1637, Frédéric-Henri était parvenu de surcroît à marier son fils Guillaume II à Marie Stuart en 1641, devenant pour ainsi dire l’égal des autres souverains européens (Frihoff & Spies, à paraître). C’est avec Frédéric-Henri que l’alliance entre stathoudérat et idée monarchique avait pris tout son sens.

  • 14  Texte généralement attribué à Pieter de la Court et écrit en réponse à un pamphlet orangiste intit (...)
  • 15  La formule rappelle la Réponse de Charles Ier aux dix-neuf propositions, 18 juin 1642 : “Dans ce r (...)

14Ces atteintes répétées à l’équilibre de la constitution batave avaient eu une double conséquence : du point de vue de la théorie républicaine, d’abord, il en avait résulté un rejet du principe de la constitution mixte en raison de la présence dans celle-ci d’un élément monarchique (Blom & Wildenberg 72, Mulier 137). Pieter de la Court, quant à lui, semblait pencher pour un gouvernement aristocratique, “juste milieu” entre les excès également indésirables de la monarchie et de la démocratie (Aesopus Defensor 23).14 En ce sens, il existe une profonde divergence entre Pieter de la Court et la tradition harringtonienne et néo-harringtonienne, où le roi apparaissait comme co­détenteur de la souveraineté avec les Lords et les Communes : “Le pouvoir souverain de l’Angleterre”, notait Henry Neville dans une formule classique (Plato Redivivus 119), “réside dans le roi, les Lords et les Communes”.15Du point de vue de la pratique institutionnelle, par ailleurs, la mort de Guillaume II en novembre 1650 et la réaction consécutive du parti des États avaient entraîné le vote d’un Acte de Séclusion (Akte van Seclusie) qui avait exclu les Orange-Nassau des hautes charges de l’État :

Ni les Etats Généraux des Provinces-Unies ni les États particuliers de quelqu’une des provinces ne pourront jamais faire ni établir Guillaume prince d’Orange, petit-fils du dernier roi d’Angleterre, ni aucun de ses descendants, capitaine général, stadhouder ou commandant de leurs armées ou de leurs troupes de terre. (Histoire de la vie et de la mort de Corneille et Jean de Witt I, 88).

  • 16  Le principal exemple invoqué est celui de César. La même idée apparaît sous la plume de Pieter de (...)
  • 17  On notera que Milton proposait, dans La manière prompte et facile d’établir une république libre ( (...)

15Dans la Déduction ou déclaration des États de Hollande et de Frise occidentale (1654), justification écrite de l’Acte de Séclusion et manifeste de la “vraie liberté”, l’éviction du tout jeune Guillaume d’Orange des fonctions de capitaine-général et de stathouder était présentée comme un rempart contre une loi de l’histoire en vertu de laquelle toutes les républiques qui avaient confié leurs armes à un seul homme ad vitam, et non ad tempus, “avaient été asservies et réduites à l’état d’une monarchie” (Deductie 38).16 Le texte rappelle que l’Acte de Séclusion trouve son origine dans une condition posée par Cromwell à la signature d’un traité de paix qui mît fin à la guerre de 1652-1653 (Deductie 50). Persuadé que le renforcement du prestige de la maison d’Orange à la suite des défaites navales hollandaises et des révoltes populaires de 1653 pouvait profiter aux Stuarts et même favoriser une restauration de la monarchie en Angleterre (Thurloe II, 238), Cromwell avait obligé Jean de Witt à insérer dans le traité de Westminster une clause visant à l’exclusion du prince d’Orange des hautes charges de l’État (Thurloe II, 219). En sa qualité de secrétaire latin de Cromwell, John Milton écrivait aux Cantons helvétiques en 1653 que les Orange avaient un penchant pour la “tyrannie”. Leur lien avec les Stuarts en faisait des “ennemis perpétuels” du Protectorat (Milton’s Republican Letters 37).17 Craignant non sans raison une opposition des autres provinces que la Hollande, Jean de Witt avait obtenu que la clause de séclusion réclamée par Cromwell restât secrète lors des tractations diplomatiques. L’Acte de Séclusion avait ensuite été voté par les États de Hollande le 25 avril/4 mai 1654, un mois après la signature du traité de Westminster. Les provinces de Frise, de Gueldre et de Zélande avaient manifesté leur indignation, mais leurs divisions internes les avaient empêchées de défendre utilement les intérêts du prince d’Orange (Thurloe II, 450). L’Acte de Séclusion avait donc été le fruit d’une entente entre deux républiques contre, d’un côté, une dynastie exilée et, de l’autre, une dynastie en quête d’une légitimité nouvelle.

16La restauration de la monarchie britannique en 1660 modifia radicalement la donne, à la fois en Angleterre et dans les Provinces-Unies. Associés à la mémoire du régicide, les républicains anglais furent pourchassés par le régime de Charles II. Nombre d’entre eux partirent trouver refuge en Europe continentale, et notamment en Hollande. Toujours prêt à dissocier la théorie de la pratique politique au nom de la raison d’État, Jean de Witt tenta aussitôt de se concilier les bonnes grâces de Charles II, recevant somptueusement le nouveau roi alors qu’il faisait halte à Breda, sur le chemin du retour vers Londres (Rowen 442). En signe de bonne volonté, le Grand Pensionnaire contribua à l’arrestation de régicides exilés en Hollande (Rowen 454 et Court Maxims 169, 171). Pour Jean de Witt, l’objectif était double : éviter d’une part la poursuite de la guerre commerciale menée par Cromwell et, d’autre part, la promotion par les Stuarts des intérêts de leurs cousins Orange-Nassau. Il faut reconnaître que Guillaume d’Orange n’avait pas tardé à se placer sous la protection de son oncle Charles II (Correspondentie van Willem, III, 3 ; 5) et que la princesse Marie Stuart, encouragée par sa belle-mère Amélie de Solms, veuve de Frédéric-Henri, ne ménageait pas ses efforts pour que les États de Hollande et de Zélande rétablissent le stathoudérat au profit de son fils. Commencèrent alors des tractations compliquées au cours desquelles Jean de Witt tenta, d’un côté de ménager la famille royale d’Angleterre et les provinces orangistes et, de l’autre, de ne pas sacrifier l’Acte de Séclusion, pilier constitutionnel de la “vraie liberté”. Selon Jacques Auguste de Thou, ambassadeur de France dans les Provinces-Unies, Jean de Witt craignait par dessus tout que le prince d’Orange, de par ses liens de sang avec le roi d’Angleterre, ne devînt un “souverain d’État” (Archives Orange-Nassau, lettre du 2/12 août 1660 à Mazarin, V, 200). En septembre 1660 fut trouvé un compromis : les États de Hollande prendraient en charge l’éducation du jeune prince d’Orange pour le préparer à l’exercice des hautes charges de l’État (Rogier 21). Mais la mort de la princesse Marie Stuart en janvier 1661 rendit une marge de manœuvre à Jean de Witt, qui s’employa à limiter par tous les moyens l’influence de Charles II sur son neveu. C’est en ce sens que les orangistes furent exclus de la commission chargée de l’éducation du prince d’Orange (Israel 752). Jean de Witt n’ignorait pas que Sir George Downing, ancien ambassadeur de Cromwell à La Haye désormais au service de Charles II, avait noué des contacts fructueux avec les milieux orangistes (Goodison 173 ; Pincus 200), opérant un travail de sape du régime de la “vraie liberté” au profit d’un axe monarchique Orange-Stuart (Court Maxims 170).

17Il y avait là un double risque : la mise en place, par le biais de Guillaume d’Orange, d’un protectorat anglais à la manière du gouvernement Leicester des années 1585-1587 et, conséquence inévitable, un drainage des ressources commerciales bataves par l’Angleterre. Le renouvellement de l’Acte de Navigation en 1660 ne pouvait que conforter le parti des États dans l’idée que Charles II était décidé à briser les monopoles commerciaux détenus par les Bataves partout dans le monde. À partir de 1660, et cela malgré le traité d’alliance de 1662, les Stuarts devinrent donc l’une des cibles privilégiées des défenseurs de la “vraie liberté” en raison de leur volonté d’ingérence dans les affaires intérieures des Provinces-Unies. Abraham de Wicquefort n’hésitait pas à dire en 1661 que Charles II nuisait au prince d’Orange en voulant trop le servir car “l’on a donné le loisir à ceux qui gouvernent de détromper le peuple et de lui faire voir que c’est une espèce de tyrannie que les Anglais voulaient établir par ce moyen-là” (Archives Orange-Nassau, V, 209).

Les Maximes de Cour (1665) d’Algernon Sidney et le problème de la “vraie liberté”

18Tel est le sens et la portée des Maximes de Cour d’Algernon Sidney, texte rédigé pendant le séjour de ce dernier aux Pays-Bas en 1665 et profondément influencé par la littérature républicaine hollandaise. Ne parlant pas le hollandais, c’est par le Quaker Benjamin Furley que Sidney fut sans doute introduit dans les cercles républicains hollandais (Hull 77 ; Scott 180). Bien qu’il soit impossible d’en établir la preuve formelle, il est donc hautement probable que Sidney ait eu connaissance de L’intérêt de la Hollande de Pieter de la Court et de la vive controverse suscitée par le texte.

19Les Maximes de Cour laissent en tout cas apparaître des préoccupations qui rejoignent celles des théoriciens de la “vraie liberté”. Comme chez Pieter et Jean de la Court, on trouve dans les Maximes de Cour une critique féroce du phénomène de Cour. Eunomius et Philalethes, les deux personnages imaginaires qui dialoguent dans le texte, semblent partager un même avis sur la question, alors même que le premier est un républicain et le second un “courtisan moral, honnête et épris de vérité quant aux affaires de l’État” (Court Maxims 1). Eunomius voit dans les courtisans des personnages rongés par l’ambition, sans cesse en quête d’argent et d’offices (Court Maxims 6). Philalethes, de son côté, reconnaît que la vie de Cour se nourrit de “factions et d’intrigues” et que, “loin de la vérité des choses”, elle se réduit à un champ clos de rivalités incessantes (Court Maxims 9). Elle est aussi un lieu de débauche et d’extravagances où l’argent public ne sert qu’à entretenir des “violoneux, des comédiens, des prostituées et des cuisiniers” (Court Maxims 75). À l’encontre du roi Charles II, qui vit “dans la pompe et le luxe” (Court Maxims 183), Philalethes fait l’éloge de la frugalité dans l’exercice du gouvernement, se référant sans doute implicitement à l’exemple de Jean de Witt, dont la simplicité de mœurs était légendaire. Ainsi les Maximes de Cour mettaient-elles en avant une vertu républicaine censée faire partie intégrante de la culture politique des régents hollandais : le sens de la gestion économe et désintéressée des deniers publics. Bien plus, Sidney considérait que la véritable liberté était une liberté intérieure, fruit d’une discipline de l’âme et du corps (Worden Republicanism 173-4). Le contre-exemple de la Cour de France occupe, chez Sidney comme chez Pieter de la Court, un rôle important dans la mise en relief d’une vertu civique d’inspiration romaine par opposition à un univers d’apparences où les courtisans sont le jouet de leurs passions (Court Maxims 153 ; Consideratien en exemplen 141).

20Les Maximes de Cour sont aussi traversées par le thème de l’alliance Orange-Stuart. Parlant au nom des républicains, Eunomius avance que les deux familles sont pareilles à “des serpents qui arrachent les entrailles de ceux qui les chérissent”. C’est pourquoi, ajoute-t-il, “leur sécurité est notre destruction et notre sécurité leur destruction” (Court Maxims 176). Citant presque mot à mot l’Acte de Séclusion de 1654 (Deductie 53), Eunomius déclare que “les richesses et la naissance n’étant que des avantages par accident, ils ne peuvent jamais procurer un avantage naturel” (Court Maxims 202). Philalethes s’accorde à dire que Charles II cherchait “à ruiner les Provinces-Unies et à y installer son neveu” (Court Maxims 163). Telle était, selon lui, la raison profonde de la seconde guerre anglo­hollandaise, dans laquelle le roi d’Angleterre avait engagé son Parlement sous le prétexte fallacieux de l’intérêt général, alors qu’il poursuivait en réalité le dessein d’utiliser Guillaume d’Orange pour vassaliser les Provinces-Unies (Court Maxims 165). Conformément à la théorie et à la pratique de la “vraie liberté”, le républicanisme de Sidney se construisait donc au regard de la menace constitution­nelle que représentait la tutelle exercée par Charles II sur son neveu.

21Néanmoins, la comparaison avec le républicanisme batave ne saurait être prolongée davantage pour au moins deux raisons. La première est que le républicanisme de Sidney était belliqueux alors que celui de Pieter de la Court et des autres défenseurs de la “vraie liberté” était fondamentalement défensif. À la fin du Bien-être de Leyde (1659) apparaît un quatrain que Sidney n’aurait pas fait sien :

  • 18  Vers rédigés directement en français par Pieter de la Court.

Aime l’État tel que tu le vois être
S’il est Royal, aime la Royauté
S’il est de Peu, ou bien Communauté
Aime l’aussi, car Dieu t’y a fait naître. (Welvaren 171)18

  • 19  Fils naturel de Maurice de Nassau, Louis de Nassau était un ami proche de James Butler, premier du (...)

22La régime de la “vraie liberté”, on le voit, n’était pas destiné à être exporté et la monarchie britannique était combattue, non pour elle-même, mais pour sa collusion avec les Orange-Nassau. Tout autre était la perspective de Sidney. Il est admis que les Maximes de Cour servirent aussi à justifier le complot que Sidney tenta de monter contre Charles II en 1665 (Scott 177). Rêvant d’une alliance républicaine contre les Stuarts, Sidney demanda une assistance militaire et financière à Jean de Witt, qui refusa. L’attitude du Grand Pensionnaire pourrait surprendre dans la mesure où les Provinces-Unies étaient alors en guerre contre l’Angleterre. Mais Jean de Witt privilégiait l’idée selon laquelle il était dans L’intérêt de la Hollande “que l’Angleterre ne retombe point dans de nouveaux changements et de nouvelles révolutions” (lettre du 20/30 juillet 1660 à Louis de Nassau,19Correspondance française 153). Pour avoir sorti les Provinces-Unies du mauvais pas de la guerre de 1652-1654, Jean de Witt estimait que rien ne serait plus nuisible aux intérêts bataves que le retour de l’Angleterre à un régime de type républicain (Scott 214). Défendre la paix pour défendre le commerce : telle était l’obsession du Grand Pensionnaire. Ainsi conçu, L’intérêt de la Hollande ne pouvait que faire échouer le projet de Sidney.

23Mais il y a plus. La notion de “vraie liberté” est née contre l’idée monarchique et, du point de vue institutionnel, contre les atteintes répétées portées par les Orange-Nassau à la souveraineté des États Provinciaux. Or, le républicanisme de Sidney n’est pas anti-monarchique, pas plus que le complot avorté de 1665 n’était dirigé contre la monarchie britannique elle-même. Partagé entre son admiration pour les régimes républicains et une forme de nostalgie pour le régime monarchique des Plantagenêts (Worden Republicanism 161), Sidney se fixait pour but de renverser les Stuarts pour rétablir une monarchie qui se conformât aux lois, et non à la volonté d’un souverain corrompu. Dans cette perspective, c’est le bien des gouvernés qui est principalement visé, et le bien des gouvernants ne vient que par accident. De plus, les lois ont la force d’un pacte (pact) entre gouvernants et gouverné. Quant au monarque, il se doit d’avoir un comportement exemplaire, à la mesure du pouvoir qu’il exerce sur ses sujets (Court Maxims 200). Ainsi apparaît une différence importante entre l’idée républicaine en Hollande et en Angleterre : dans le premier cas, le régime monarchique était autant l’ennemi du bien commun que la personne du monarque, dont les qualités morales, lorsqu’elles existaient, ne pouvaient être que perverties par l’atmosphère de Cour ; chez Sidney, en revanche, un régime monarchique était viable s’il était contenu dans les bornes de la loi et si le monarque n’exerçait son titre ni par “usurpation” ni avec “violence” (Carrive 259 ; The very copy of a Paper 268). Il importe de noter que la différence idéologique entre Algernon Sidney et Pieter de la Court trouva un prolongement dans les faits. En Angleterre, la fin de la guerre de 1664-1667 poussa les républicains vers les rangs d’une opposition parlementaire qui, réagissant à l’échec de Charles II face à l’ennemi batave, chercha à mettre en place un véritable régime de responsabilité financière et à encadrer davantage la prérogative royale (Walker 191 ; Roseveare 14). Même si le désenchantement à l’égard de la monarchie restaurée était réel et que certains allèrent jusqu’à regretter Cromwell (lettre manuscrite du 30 juin/10 juillet 1666 adressée au roi. NA, SP 29/160, 104), il ne fut jamais question de détrôner Charles II ou d’abolir la monarchie au profit d’un nouveau régime républicain.

24Dans les Provinces-Unies, en revanche, la signature du traité de Breda en juillet 1667 fut aussitôt suivie par le vote d’un “Édit perpétuel” (Eeuwig Edict) qui eut pour effet d’abolir à jamais le stathoudérat. “La charge”, précisait le texte du 28 juillet/5 août 1667, “sera et demeurera éteinte et anéantie” (Histoire de la vie et de la mort de Corneille et de Jean de Witt, II, 217). Le régime de la “vraie liberté” atteint alors son apogée, neutralisant à la fois les prétentions monarchiques des Orange-Nassau et la capacité d’influence d’un Charles II désormais contesté dans son royaume. Selon une lettre d’information reçue en Angleterre, Jean de Witt était appelé à devenir “generalissimo”, “supplantant le prince d’Orange en toutes choses” (CSPD 1667, 33). La situation ne devait changer qu’à partir du début des années 1670. En Angleterre, le mariage du duc d’York avec Marie de Modène (1670) posa le problème d’une succession catholique et, dans les Provinces-Unies, l’invasion française de 1672 mit fin au régime De Witt, ouvrant la voie à une nouvelle période dominée par Guillaume d’Orange.

Conclusion

25Au total, il apparaît que la rencontre qui a pu se faire entre républicanismes anglais et hollandais à travers les écrits de Pieter de la Court donna lieu à des interférences idéologiques, mais non à une greffe, essentiellement parce que le sens du mot « république » n’était pas le même en Angleterre et dans les Provinces-Unies. En Angleterre, le mot avait à la fois un sens négatif et un sens positif. Pour le parti de la Cour, les républicains désignaient tous les ennemis de la monarchie, ou du moins tous ceux qui étaient perçus comme tels. Il n’est pas inintéressant de noter que, lors de la crise de l’Exclusion (1678-1681), le duc d’York entretint une correspondance nourrie avec Guillaume d’Orange, affirmant que “le fond de toutes ces affaires qui occupent l’Angleterre, ce n’est pas la religion mais la république” et que “si, dans un faux pas de plus, Sa Majesté concède à nouveau la moindre fraction de son pouvoir, c’en est fini pour lui et pour la monarchie” (lettre du 11/21 décembre 1681 au prince d’Orange. Archives Orange-Nassau, V, 458).

26Peut-être le duc d’York considérait-il les trois bills d’exclusion comme une réplique de l’Acte de Séclusion de 1654. Après tout, Sir Thomas Littleton, l’un des opposants whigs les plus actifs du règne de Charles II, avait été jusqu’à comparer les débats du Parlement d’Oxford de 1681 à ceux des États de Hollande (Grey, VIII, 26 mars/6 avril 1681, 317), entretenant, volontairement ou non, une sorte de confusion entre les opposants du duc d’York et les partisans de la “vraie liberté”. Mais ce ne fut qu’un commentaire isolé qui ne permet pas de souscrire à la thèse d’un complot anti-monarchique. Les partisans de l’exclusion de duc d’York ne cessèrent au contraire de soutenir que leur combat avait pour seul but de sauver la Couronne d’Angleterre du papisme et, chose équivalente à leurs yeux, de la tyrannie. Au sens positif, par conséquent, le terme de “commonwealth” renvoyait à l’idée d’un primat de l’intérêt général sur les intérêts particuliers. Ainsi, le catholicisme du duc d’York se réduisait pour les Whigs à un intérêt privé fondamentalement contraire à l’intérêt général d’un anglicanisme qui était religion d’État. “Si vous perdez votre religion”, notait Sir Thomas Meres le 29 avril/9 mai 1678, “vous perdez toutes vos libertés” (Grey, V, 283).

27Sur le fond, il est vrai, les républicains hollandais raisonnaient aussi en terme d’opposition entre intérêt privé et intérêt général. Pieter de Groot, le fils de Grotius, n’hésitait pas à voir dans la révolution de 1672 le triomphe d’un “intérêt particulier” au détriment du “bien public” et du “repos commun” (Lettres de Pieter de Groot, 28 janvier/6 février 1673, 100), répondant ainsi à la littérature orangiste qui présentait le stathoudérat comme une institution régulatrice de l’intérêt général. Néanmoins, la souplesse des institutions bataves permit à Guillaume d’Orange de se comporter en prince absolu, pour ne pas dire en monarque, sans jamais apparaître comme anti-républicain. C’est ainsi qu’il put imposer un “règlement du gouvernement” (regeringsreglement) à la province d’Utrecht en 1674, après le départ des troupes françaises, se donnant tout pouvoir de nomination sur les magistrats sans avoir à énoncer une quelconque doctrine monarchique (Roorda 85-109).

28Le même pragmatisme le fit prudemment reculer lorsque les provinces de Hollande et de Zélande s’opposèrent à ce qu’il reçût, en janvier 1675, le titre de “duc de Gueldre” (Hartog 145), prélude, selon ces dernières, à une souveraineté absolue de Guillaume III sur l’ensemble des Provinces-Unies. Ambassadeur de Louis XIV dans les Provinces-Unies, le comte d’Avaux reconnaissait qu’une telle manœuvre “renverserait tout le gouvernement de la République” (AAECP, Hollande, 94, 4/14 février 1675, 22). Dans un rapport du 22 février/2 mars 1675 rédigé à l’intention du Grand Pensionnaire Caspar Fagel, Coenraad Van Beuningen observa que l’incident du duché de Gueldre avait été perçu en Angleterre comme une “nouveauté inquiétante” qui aurait pu entraîner “une altération notable de la loi fondamentale” (Franken 138). À l’intérieur d’institutions républicaines, il y avait donc autant de place pour un quasi-monarque que pour un régime de “vraie liberté”. Telle était la différence essentielle avec l’Angleterre, où le souvenir du régicide avait condamné l’idée républicaine à paraître structurellement anti-monarchique.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Sources manuscrites

The National Archives (anciennement Public Record Office), State Papers, 29/160, 104. Pepys Library, Magdalen College, Cambridge, MS 2888. The Political Grounds and Maxims of Holland. Quai d’Orsay. Archives des Affaires étrangères, Correspondance politique, Hollande, 94.

Sources imprimées

Anonymes

A Collection of the State Papers of John Thurloe. 7 vols. London, 1742.

Archives ou Correspondance inédite de la Maison d’Orange-Nassau. 5 vols. Utrecht : Kemink et fils, 1859.

Calendar of State Papers Domestic (CSPD), 1667.

Correspondance française du Grand Pensionnaire Jean de Witt. Éd. François Combes. Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Mélanges historiques, choix de documents. Paris, 1873. Tome 1 : 123-392.

Correspondentie van Willem III en van Hans Willem Bentinck. N. Japikse éd. 2 vols. La Haye : Martinus Nijhoof, 1932.

Deductie ofte Declaratie van de Staten van Holland ende West-Vrieslandt. La Haye, 1654.

Den klagende veen-boer. La Haye, 1662.

Histoire de la vie et de la mort de Corneille et Jean de Witt. 2 vols. Utrecht, 1709.

Lettres de Pieter de Groot à Abraham de Wicquefort 1668-1674. F.J.L. Krämer éd. La Haye : Martinus Nijhoof, 1894.

Trouwhertige Aenspraeck aen alle goede patriotten van desen staat. Leiden, 1650.

Auteurs

Bethel, Slingsby. The World’s Mistake in Oliver Cromwell. London, 1668. The Rota: University of Exeter, 1972.

Court, Pieter de la. Consideratiën over den gevreesden oorlog, die de koningen van Engeland endeVrankrijk souden mogen ofte konnen aandoen, op het versouk des Heren James Harrington (1671). J.H. Kernkamp éd. “Tweet niet ter drukpersee bereide geschriften van Pieter de la Court”. Bijdragen en Mededelingen van het Historisch Genootschap. VolLVI, 1935: 915-214.

—. Consideratien en exemplen van staat, omtrent de fundamenten van allerley regering. Amsterdam, 1660.

—. Aesopus Defensor. La Haye, 1662.

—. Het Welvaren van Leiden. Felix Driessen éd. La Haye : Martinus Nijhoof, 1911.

—. Het Interest van Holland ofte Gronden van Hollands-Welvaren. Amsterdam, 1662.

Court, Jean de la & Pieter de la. La Balance politique. Éd. & trad. Madeleine Francès. Paris : Félix Alcan, 1937.

Grey, Anchitell. Debates of the House of Commons from the Year 1667 to the Year 1694. London, 1763.

Grotius, Hugo. Liber de Antiquitate Reipublicae Batavicae (1610). J.H. Waszink éd. Arnhem : Gouda Quint, 1995.

Milton, John. The ready and easy way to establish a free Commonwealth. 1660. British Library, Thomason Tracts, E.1160 (11).

Milton’s Republican Letters, or a collection of such as were written by command of the late Commonwealth of England from 1648 to 1659. Amsterdam, 1682.

Neville, Henry. Plato Redivivus. 1680. Robbins, Caroline ed. Two English Republican Tracts. Cambridge: Cambridge University Press, 1969.

Schele, Radboud. Libertas publica. 1666. Opuscula Politica, 1772.

Sidney, Algernon. Court Maxims. Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

Sidney, Algernon. The very copy of a Paper delivered to the Sheriffs upon the Scaffold on Tower-Hill on 7 December 1683. In State Tracts printed in the reign of Charles II. London, 1693.

Spinoza, Baruch. Traité théologico-politique. 1677. Cité in Œuvres complètes, éd. de la Pléiade. Paris : Gallimard, 1954.

Temple, Sir William. Observations upon the United Provinces of the Netherlands. London, 1672.

Van Loon, Gerard. Histoire métallique des dix-sept provinces des Pays-Bas, depuis l’abdication de Charles Quint jusqu’à la paix de Breda en 1716. La Haye, 1732-1737.

Sources secondaires

Blom, H.W et Wildenberg, I.W. Pieter de la Court en zijn tijd (1618-1685). Amsterdam & Maarssen : APA-Holland University Press, 1986.

Carrive, Paulette. “La vie et la pensée politique d’Algernon Sidney”. La pensée politique anglaise de Hooker à Hume. Paris : PUF, 1994.

Franken, M.A.M. Coenraad Van Beuningen’s politieke en diplomatieke aktiviteiten in de jaren 1667­1684. Groningen: J.B Wolters, 1966.

Frijhoff, W.T.M & Spies M. 1650: Hard-Won Unity. Trad. Myra Scholz. Assen: Van Gorcum, 2003, à paraître.

Geyl, Pieter. Het Stadhouderschap in de partij-literatuur onder de Witt. Amsterdam: Noord-Hollandsche Uitgevers Maatschapij, 1947.

Groenveld, Simon. “The House of Orange and the House of Stuart 1639-1650: A Revision.” The Historical Journal, XXXIV.4: 955-72.

Goodison, R.R. “England and the Orangist Party.” Bulletin of the Institute of Historical Research, XIII.1, 1935: 173-6.

Haitsma Mulier E.O.G. The Myth of Venice and Dutch Republican Thought in the Seventeenth Century. Assen: Van Gorum, 1980.

Harrison, John & Laslett, Peter. The Library of John Locke. Oxford: Oxford University Press, 1965.

Hartog, M.W. “Prins Willem III en de Hertogshoed van Gelderland 1673-1675.” Bijdragen en Mededelingen der Vereniging Gelre, LXIX, 1976-1977: 125-55.

Hull, William. Benjamin Furley and Quakerism in Rotterdam. Lancaster: Swathmore College, 1941.

Israel, Jonathan. The Dutch Republic: its Rise, Fall and Greatness 1477-1806. Oxford: Oxford University Press, 1995.

Kenyon, J.P. The Stuart Constitution 1603-1688. Cambridge: Cambridge University Press, 1966.

Kossmann, E.H. “Dutch Republicanism”. L’età dei lumi. Studi storici sul settecento europeo in onore di Franco Venturi, vol. I. Naples : Jovene editore, 1985.

Kossmann, E.H & Mellink A.F. Texts concerning the Revolt of the Netherlands. Cambridge: Cambridge University Press, 1974.

Lazzeri, Christian. Droit, pouvoir et liberté. Spinoza critique de Hobbes. Paris : PUF, 1998.

Pincus, Steven. Protestantism and Patriotism. Ideology and the making of English foreign policy 1650-1668. Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

Pocock, J.G.A. “The Dutch Republican Tradition.” Jacob M.C. & Mijnhardt W.M. eds. The Dutch Republic in the Eighteenth Century. Ithaca & London: Cornell University Press, 1992: 188-93.

Rogier, L.J. “De vestiging van de ware vrijheid 1648-1672.” Algemene Geschiedenis der Nederlanden, VII. Utrecht: De Haan, 1954, 1-26.

Roorda D.J. “William III and the Utrecht Government-Regulation: Background, Events and Problems.” The Low Countries History Book, XII, 1979: 85-109. Roseveare, Henry. The Financial Revolution 1660-1760. London & New York: Longman, 1991.

Rowen, H.H. John de Witt, Grand Pensionary of Holland 1625-1672. Princeton: Princeton University Press, 1978.

Scott, Jonathan. Algernon Sidney and the English Republic 1623-1677. Cambridge: Cambridge University Press, 1988.

Secrétan, Catherine. “La réception de Hobbes aux Pays-Bas au dix-septième siècle”. Studia Spinozana, III, 1987 : 27-40.

Van de Klashorst, G.O. “De ware vrijheid, 1650-1672.” Vrijheid. Een geschiedenis van de vijftiende tot de twintigste eeuw. E.O.G Haitsma Mulier ed. Amsterdam: Amsterdam University Press, 1999.

Van Tijn, Th. “Pieter de la Court en zijn economische denkbeelden.” Tijdschrift voor Geschiedenis, II, 1956: 304-70.

Walker, James. The Republican Party in England from the Restoration to the Revolution 1660-1688. Thèse inédite de l’Université de Manchester, 1930.

Worden, Blair. “Republicanism and the Restoration 1660-1683.” David Wooton ed. Republicanism, Liberty and Commercial Society 1649-1776. Stanford: Stanford University Press, 1994.

Worden, Blair. Roundhead Reputations. The English Civil Wars and the passions of posterity. London: Allen Lane, 2001.

Haut de page

Notes

1  Ouvrage sans doute acquis par Locke lors de son exil hollandais (1683-1689). Première traduction anglaise en 1702. Les dates seront données à la fois en ancien style (Old Style) et en nouveau style (New Style) de façon à harmoniser les calendriers anglais et hollandais. Nous considérerons que l’année commence le 1er janvier. Je tiens à remercier Christophe de Voogd, directeur de la Maison Descartes d’Amsterdam, dont l’accueil m’a permis d’effectuer les recherches nécessaires à cette étude. Je remercie aussi Willem Frihoff et Franck Lessay, qui ont eu la générosité de lire mon texte, et Pierre Lurbe, qui m’a donné la chance de participer à ce colloque.

2  Pepys Library, Magdalen College, Cambridge, MS 2888. The Political Grounds and Maxims of Holland. Traduction de Toby Bonnel, marchand de sensibilité presbytérienne qui avait participé aux négociations de 1652-1653 entre le Parlement Croupion et les États Généraux.

3  Le Grand Pensionnaire Jean de Witt, qui avait pourtant contribué à la rédaction de L’intérêt de la Hollande, refusa d’accorder sa protection à Pieter de la Court.

4  Dans une Adresse sincère à tous les bons patriotes de cet État (1650), un républicain anonyme notait que le tout jeune Guillaume d’Orange, né à peine un mois après la mort de son père Guillaume II, comptait des cousins dans toute l’Europe (Trouwhertige Aenspraeck, dernière page).

5  Le texte ne fut pas publié du vivant d’Algernon Sidney. Resté sous forme manuscrite, il fut saisi par les autorités judiciaires lors de l’arrestation de Sidney en 1683 et servit de pièce à conviction au moment du procès. Par ailleurs, Blair Worden a noté l’existence d’une traduction française des Discours du Gouvernement datée de 1702 et dédiée aux États de Hollande et de Frise occidentale (Worden Roundhead Reputations 158).

6  Texte rédigé au lendemain d’une seconde guerre anglo-hollandaise où Charles II n’avait pas réussi à renouveler les exploits de la marine du Protectorat, subissant une terrible humiliation en 1667 lors du raid de Medway. Quant à Cromwell, ses succès contre la marine hollandaise lors des années 1652-1653 ne doivent pas dissimuler les difficultés qu’il éprouva, en raison de son engagement contre l’Espagne, à maintenir l’influence anglaise en Méditerranée. Bethel fut aussi l’auteur d’un pamphlet intitulé L’intérêt des Princes et des États (1680) que Jonathan Scott considère comme une fidèle adaptation en anglais des théories de Pieter de la Court (Scott 125).

7  Sir William Temple fut l’auteur d’un texte célèbre intitulé Observations sur les Provinces-Unies, publié à Londres en 1672 et aussitôt traduit en hollandais et en français, dans lequel il dressait un tableau complet de la situation du pays à l’aube des années 1670.

8  Soucieux de se protéger contre la menace française, Jean de Witt avait signé en 1668 une triple alliance avec l’Angleterre et la Suède. Charles II était parallèlement engagé dans des négociations avec Louis XIV qui devaient mener au traité secret de Douvres (1670). La guerre tarifaire menée par Louis XIV nuisait gravement au commerce hollandais, mais Jean de Witt continuait à croire en un règlement pacifique de son litige avec la France. En revanche, il existait au sein des États de Hollande une faction plus belliqueuse qui était favorable à une politique de représailles massives. Son principal porte-parole, Coenraad Van Beuningen, fit graver une médaille représentant Josué en train d’arrêter le soleil (Van Loon III, 17). L’allusion non dissimulée à Louis XIV créa un incident diplomatique que Jean de Witt eut grande peine à réparer. C’est sans doute à cet événement qu’il fait allusion ici.

9  Les textes de Jean de la Court firent l’objet de révisions et de retouches par son frère Pieter au cours des années 1660 et peuvent donc être considérées comme des œuvres communes.

10  Un “Protecteur” fait partie de cette catégorie (Interest 71).

11  Assemblée exceptionnelle de l’ensemble des provinces tenue en janvier 1651, après la mort subite de Guillaume II fin novembre 1650, et convoquée à l’initiative des États de Hollande.

12  Hugo Grotius rédigea en 1610 un ouvrage intitulé Liber de Antiquitate Reipublicae Batavicae qui, inspiré de De Germania de Tacite, reprenait l’idée selon laquelle les tribus germaniques, dont se réclamaient les Bataves, soumettaient leurs affaires à la délibération. Le traité de Grotius fut traduit en anglais par Thomas Woods sous le titre A Treatise of the Antiquity of the Commonwealth of the Batavers, which is now called the Hollanders. Londres, 1649. Il n’est pas interdit de rapprocher le mythe des libertés bataves de celui de la “liberté gothique” chère aux Whigs des années 1670.

13  “Nos enim sumus qui in Amsteldolamo petivimus libertatem publicam et in corpore captorum ordinum leges proculcavimus. (…) Nostra ora post facinus audacissimum adulati sunt : nostrae sententiae decoravere quasi reipublicae bene gesta”. Texte rédigé au cours des années 1652-1654 et publié de façon posthume à Amsterdam en 1666.

14  Texte généralement attribué à Pieter de la Court et écrit en réponse à un pamphlet orangiste intitulé La Complainte du paysan des tourbières (1662), où le stathoudérat était présenté comme une balance (De klagende veen-boer 8). Jean de la Court, lui, optait plutôt pour un régime de type démocratique (Geyl 25).

15  La formule rappelle la Réponse de Charles Ier aux dix-neuf propositions, 18 juin 1642 : “Dans ce royaume, les lois sont formées conjointement par un roi, une chambre des pairs et une chambre des Communes choisie par le peuple, chacun jouissant d’une liberté de vote et de privilèges particuliers” (Kenyon 21). Songeant à l’exemple de Charles Ier, Pieter de la Court comparait le Parlement anglais à “une verge pour les mauvais rois et les mauvais courtisans” (Consideratien en exemplen 158).

16  Le principal exemple invoqué est celui de César. La même idée apparaît sous la plume de Pieter de la Court (Interest 225).

17  On notera que Milton proposait, dans La manière prompte et facile d’établir une république libre (1660), la mise en place en Angleterre d’un “Grand Conseil” (Grand Council) au fonctionnement directement inspiré des États Généraux des Provinces-Unies (The ready and easy way 8, 10).

18  Vers rédigés directement en français par Pieter de la Court.

19  Fils naturel de Maurice de Nassau, Louis de Nassau était un ami proche de James Butler, premier duc d’Ormond (1610­1688), qui fut longtemps Lord Lieutenant de Charles II en Irlande. De plus, la fille de Louis de Nassau, Isabelle, était mariée à Henry Bennet, comte d’Arlington, l’un des proches ministres de Charles II, qui œuvra aux côtés de Downing en faveur d’un renforcement de l’influence anglaise dans les Provinces-Unies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Édouard LEVILLAIN, « L’Angleterre de la Restauration au miroir de la “vraie liberté” (1660-1672). La rencontre entre républicanismes anglais et hollandais à travers les écrits de Pieter de la Court », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 25 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/205 ; DOI : 10.4000/erea.205

Haut de page

Auteur

Charles-Édouard LEVILLAIN

Université de Picardie
Charles-Édouard Levillain, ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégé d’anglais, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, a été lecteur à Wadham College (Oxford), Visiting Research Fellow à King’s College (Londres), AMN à Paris III et est actuellement ATER à l’Université de Picardie. Il s’apprête à soutenir une thèse de doctorat qui porte sur les rapports entre guerre, politique et construction de l’État dans l’Angleterre de la Restauration (1660-1688). Ses travaux présents et à venir portent également sur l’histoire moderne des Provinces-Unies, et notamment les débuts du stathoudérat de Guillaume III (1672-1675) et la question du Tacitisme en Angleterre et en Hollande au XVIIe siècle.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org