Navigation – Plan du site

La république et l’idée républicaine en Grande-Bretagne

Présentation
Pierre LURBE

Texte intégral

1Au cours de sa longue histoire, la Grande-Bretagne ne fit l’expérience du régime républicain que pendant une courte décennie, au milieu du XVIIe siècle (1649-1660) — et encore n’est-il même pas certain que l’on puisse qualifier ainsi le Protectorat de Cromwell (1653-1658) qui, aux yeux de nombre de ses contemporains, mais aussi de beaucoup d’historiens, relèverait plutôt de la catégorie de la dictature militaire. Mais l’importance de ce “moment républicain” (pour paraphraser Pocock) fut sans commune mesure avec sa brièveté ; ce ne serait pas forcer le trait que de dire que son importance fut inversement proportionnelle à sa durée, tant furent nombreuses ses retombées historiques et idéologiques. Le propos du colloque dont on lira les actes ci-après était d’évaluer quelques-unes de ces retombées, mais aussi de montrer le caractère plurivoque du républicanisme en Grande-Bretagne, que l’on ne saurait réduire à une seule signification. Si idée républicaine il y a, elle n’a pas même figure selon les temps, ni selon les auteurs.

2Comme nous le rappelle P. Sahel, on peut trouver, déjà chez Shakespeare, l’“esquisse de modes républicains” ; mais la république dont il s’agit alors tient davantage de la res publica, d’un régime où le bien commun (common weal, commonwealth) est la fin du politique et n’exclut pas la monarchie, que de la forme de gouvernement anti-monarchique que les modernes que nous sommes, et singulièrement les Français que nous sommes, associons communément à l’idée républicaine. Car plurivocité n’est pas équivocité, et il est au moins possible, en recourant à la distinction entre régime et type de gouvernement (comme le font chacun à sa façon C.-E. Levillain, C. Hajdenko-Marshall et A. Mioche), de proposer en première approximation une typologie binaire des républicanismes. On peut en effet fort bien avoir affaire à un mode de gouvernement républicain dans le cadre d’un régime monarchique — premier type —, mais on peut aussi entendre par république un mode de gouvernement républicain dans le cadre d’un régime lui-même républicain, c’est-à-dire dans lequel le premier magistrat n’est plus un roi ou une reine — second type. On aurait tort de penser que ce clivage doit être interprété en termes d’“avant” et d’“après”, comme si le régicide en Angleterre, puis la Révolution française, avaient mis un terme définitif à ce que nous avons nommé le républicanisme du premier type. Car si, au XVIIe siècle, un “Old Whig” comme Sidney envisage cette forme-là de république comme un idéal à atteindre (Levillain), un penseur politique comme Bagehot y voit, près de deux siècles plus tard, la réalité effective d’un régime qui n’est plus guère qu’une monarchie de façade (Hajdenko-Marshall) ; inversement, alors qu’au XXe siècle l’idée républicaine est spontanément et majoritairement associée à l’antimonarchisme (K.O. Morgan, M. Graves), Milton dès le XVIIe siècle défendait une république aristocratique dans laquelle la monarchie n’avait aucune place (C. Tournu). Véritable passeur d’idées, John Toland assura, à la jointure des deux siècles, la transmission du républicanisme miltonien aux génération suivantes (J. Brown). À certains égards, tant Adam Smith au XVIIIe siècle (A. Hyard) que le Parti travailliste aux XXe et XXIe siècles (Morgan) relèvent du premier type : pour le philosophe écossais, seule compte la mutation économique transformant la Grande-Bretagne en “commercial society” et réduisant le pouvoir du souverain à celui d’acheter des biens ; pour les chefs successifs du Labour, seuls comptent les changements économiques et sociaux, la coquille institutionnelle dans laquelle ils s’opèrent étant en fin de compte de peu d’importance. Au fond, il existerait un idéal républicain, en général d’essence démocratique, qui peut prendre corps dans la société civile et réhabiliter la notion de bien public (voir l’étude de l’action du CPAG par V. André) alors même que le régime demeure monarchique.

3Toute autre est l’attitude du journaliste Jonathan Freedland (Graves), dont l’antimonarchisme radical fait un républicain du second type, cependant que son invitation à “rapatrier la révolution” depuis les États-Unis nous rappelle opportunément que, contrairement à un préjugé répandu, la Grande-Bretagne n’est pas une île : d’une part, les idées républicaines qui s’y sont développées ne sont pas purement autochtones — C.-E. Levillain analyse toute la richesse, mais aussi toute l’ambiguïté, de la rencontre entre républicanismes anglais et hollandais au XVIIe siècle —, et d’autre part, elles ont essaimé en Amérique — G. Hugues nous montre que les idées de James Harrington y eurent un rôle non négligeable —, et en France, où elles furent interprétées en un sens beaucoup plus démocratique que ce qu’avaient voulu leurs auteurs (Harrington encore, mais aussi Nedham), comme le démontre R. Hammersley dans son étude du Club des Cordeliers.

4Mais puisqu’il vient d’être question de circulation des idées entre pôles géographiques, n’y a-t­il pas lieu de s’interroger sur la pertinence de l’assignation de l’idée républicaine à “la” Grande-Bretagne, alors que cette entité géopolitique est née de l’union de deux nations distinctes ? Le propos d’A. Mioche est précisément d’y regarder de plus près, et de démontrer que “la république en Grande-Bretagne se pense selon des paradigmes anglais” (c’est moi qui mets les italiques), et qu’il s’agit en somme d’une idée plus anglaise que vraiment britannique. Autre regard que celui d’A. Thomson, qui s’interroge pour sa part sur les fondements philosophiques et théologiques de la pensée républicaine, et fait justice de l’idée séduisante, mais fausse, selon laquelle il y aurait une corrélation nécessaire entre adhésion philosophique à un matérialisme radical, et adhésion politique à un républicanisme démocratique.

5Mon dernier mot sera pour remercier plus particulièrement Kenneth O. Morgan d’avoir bien voulu distraire plusieurs jours de son emploi du temps surchargé (au moment où ce colloque s’est tenu, en novembre 2002, on était à la veille de la guerre d’Irak et il y avait fort à faire à la chambre des Lords) pour nous faire profiter de sa science d’historien et de son expérience politique. Si “le républicanisme [en Grande-Bretagne] est le chien qui n’a pas aboyé” depuis 250 ans, comme il l’écrit au début de son article, on reconnaîtra tout de même qu’il lui est au moins arrivé de gronder et de montrer les crocs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre LURBE, « La république et l’idée républicaine en Grande-Bretagne », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 28 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/207

Haut de page

Auteur

Pierre LURBE

Université de Provence
Professeur de civilisation britannique, Pierre Lurbeest l’auteur de plusieurs articles portant sur l’histoire des idées politiques et religieuses aux XVIIè et XVIIIè siècles, et a publié récemment, en collaboration avec Peter John, une édition refondue de Civilisation britannique (Hachette Supérieur, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org