Navigation – Plan du site

Les origines harringtoniennes de la Constitution américaine

Gérard HUGUES

Texte intégral

1Une lecture même cursive d’Oceana fait apparaître de curieuses convergences entre la république harringtonienne et la république américaine telle que voulue et bâtie par les Pères Fondateurs. Parmi les similitudes, l’on peut par exemple citer le caractère égalitaire du commonwealth de Oceana, thème récurrent de la fondation de l’État américain, au point que Tocqueville en fit le trait dominant de la société qu’il observait dans les années 1830. De même, l’on retrouve dans la pensée politique américaine du XVIIIe siècle l’idée fondatrice que la république repose sur la propriété de la terre et que les équilibres doivent refléter d’une manière ou d’une autre cette répartition de la richesse agrarienne, sur un mode qui n’est d’ailleurs pas nécessairement égalitaire. Cela dit, il serait artificiel et périlleux de vouloir procéder à des rapprochements forcés et de chercher à démontrer que la république des États-Unis est la réplique exacte de celle imaginée par Harrington. D’emblée, il convient de préciser que la présente communication n’entend pas soutenir la thèse selon laquelle la république américaine serait la simple mise en œuvre de la fiction harringtonienne. Tout au plus peut-on relever des points de convergence qui ne sauraient en aucune manière constituer un ensemble cohérent et l’on se gardera de tout rapprochement simplificateur. L’idéologie américaine est loin d’être une et constante, elle participe de plusieurs courants fondateurs au moment même où s’élabore dans les colonies l’idée de république. Aussi s’attachera-t-on dans un premier temps à décrire au plus près les éléments structurants d’une théorie du commonwealth, avant de repérer les traces de la pensée harringtonienne chez les Pères Fondateurs et en particulier chez John Adams qui, avant de devenir président des États-Unis participa à la révolte des colonies et lui fournit un socle idéologique largement inspiré par l’Oceana.

2Dès l’abord, il n’est sans doute pas inutile de signaler que l’idée républicaine n’est pas un concept qui s’impose de soi dans la Jeune Nation et qu’au moment de briser les liens avec la Grande-Bretagne rares sont les colons qui songent seulement à l’établissement d’une république. Marquée fortement par le modèle britannique qui est celui de la monarchie, même constitutionnelle, la majorité de l’opinion publique répugne tout simplement à l’idée d’indépendance et n’imagine pas que les colonies puissent avoir un destin futur hors du lien quasi-filial avec la mère patrie. L’exemple vient d’une Angleterre perçue alors comme un modèle d’équilibre et de sérénité où la permanence du pouvoir n’empêche pas l’exercice de droits fondamentaux. En d’autres termes, la pensée dominante est sans nul doute celle que les historiens qualifient de “tory” par opposition à des “whigs” minoritaires aux premières heures de la révolution et qui eux nourrissent le projet d’un État républicain. Il demeure que l’histoire et le recours à la lutte armée invalident largement l’idéologie “tory” et que les acteurs du temps, majoritairement, se rangent, parfois à contrecœur, derrière le texte de la Déclaration d’Indépendance qui signe la victoire du parti “whig”. La quasi-unanimité qui se constitue autour du texte de Jefferson donne une fausse impression d’unicité de l’opinion et de la pensée politique du temps, comme si tous les Américains avaient fait leurs les principes contenus dans la Déclaration et qu’il n’y ait pas eu la moindre voix discordante. Or, Jefferson y exprime en quelque sorte l’épure de la pensée lockéenne, au sens où il s’inspire très directement du Second Traité de Gouvernement pour proposer une structure de gouvernement issue directement de la philosophie du droit naturel et posant comme postulat le caractère artificiel de tout gouvernement. Le credo jeffersonien qui déclenche les hostilités avec Londres repose sur quelques vérités supposées évidentes que sont l’existence de droits inaliénables et sacrés (vie, liberté et recherche du bonheur), mais aussi une égalité proclamée entre les hommes, pierre angulaire du système en passe de s’imposer dans la Jeune République (“We hold these truths to be self-evident that all men are created equal…”). Le corollaire de ces événements fondateurs est qu’il n’y aurait eu qu’un seul et unique ensemble conceptuel structurant de la pensée politique américaine et que l’Amérique eût été en tous points et exclusivement lockéenne. Il est patent que la notion de gouvernement contractuel informe le projet des Fondateurs, au point qu’il y soit fait constamment référence, aussi bien pendant les jours de la Révolution que plus tard lorsqu’il s’agit de dessiner les contours du nouvel État et de le doter d’une Constitution.

3C’est à Locke que l’Amérique emprunte l’idée de révolution légitime, tandis que la Couronne britannique convoque et nourrit sa légitimité de la loyauté postulée de ses sujets d’outre-Atlantique. Il suffit, pour s’en convaincre, de rapprocher deux passages du Second Traité de Gouvernement et du Common Sense de Thomas Paine. Ce pamphlet paru en 1776 et qui connut immédiatement un immense succès de librairie, quoiqu’il fût interdit par les autorités locales, contient la bible de la Révolution, en particulier lorsqu’il fonde en droit la révolte des colonies :

As a long and violent abuse of power, is generally the Means of calling the right of it in question (and in matters too which might never have been thought of, had not the sufferers been aggravated into the inquiry) and as the K- of England had undertaken in his own Right to support the Parliament in what he calls Theirs, and as the good people of this country are grievously oppressed by the combination, they have an undoubted privilege to inquire into the pretensions of both, and equally to reject the usurpation of either. (Common Sense 63)

4Ce texte est quasiment contigu à celui de Locke extrait du chapitre 19 du Second Traité intitulé “Of the Dissolution of Government” :

In these and the like cases, when the government is dissolved, the people are at liberty to provide for themselves by erecting a new legislative differing from the other by the change of persons, or form, or both, as they shall find it most for their safety and good. (Second Treatise 228)

5L’on remarquera que Jefferson pratique une forme de synthèse des deux textes, élevant la révolte au statut de devoir quand il n’est présenté que comme un droit, à la fois chez Locke (“people are at liberty”) et chez Paine (“the undoubted privilege”) :

But when a long train of abuses and usurpations, pursuing invariably the same object evinces a design to reduce them under absolute despotism, it is their right, it is their duty, to throw off such government, and to provide new guards for their future security. (Declaration of Independence)

6L’immense influence exercée par Locke ne se démentira pas jusqu’à la rédaction de la Constitution et surtout lors de l’élaboration du Bill of Rights en 1789 qui est justement censé protéger strictement les droits du citoyen contre l’abus de pouvoir, en matière de liberté de conscience, de culte et d’expression.

7Il demeure que cette vision unique et monolithique de la pensée politique américaine est largement infondée et qu’à côté de l’option contractuelle, mécanique et artificielle du commonwealth, existe un autre courant fondateur, plus discret, plus adventice peut-être mais tout aussi structurant : le courant organiciste. Il est vrai que cette perception de la république comme un ensemble en quelque sorte biologique, obéissant non point à la volonté des hommes libres mais aux lois du vivant, n’apparaît qu’en pointillé dans l’histoire américaine, en particulier au moment de la rupture avec Londres et de l’élaboration du pacte républicain. Curieusement, cette analyse de la république ne prendra une forme élaborée que dans la première moitié du XIXe siècle et servira essentiellement à la justification du fait esclavagiste. À une Amérique lockéenne et jeffersonienne, les idéologues sudistes opposent une conception du corps social où l’organisation de la société civile est faite a priori et selon une hiérarchie pré établie où chacun, y compris l’esclave africain, a un rôle à tenir dans la marche de la plantation et de la société et où l’égalité postulée par Locke est présentée comme hérétique et fallacieuse. C’est à John Caldwell Calhoun que l’on doit l’exposé le plus cohérent et le plus constant de cette conception d’un commonwealth organique, même s’il ne s’agit in fine que d’asseoir le pouvoir du planteur blanc et de répliquer à l’agitation abolitionniste qui débute dans les années 1830. Si la pensée organiciste reste minoritaire chez les Fondateurs, l’on en trouve quelques traces dans les écrits pré-révolutionnaires, associée au nom de Harrington.

8Les données statistiques brutes plaident contre Harrington et pourraient laisser penser qu’il fut un penseur quasiment inconnu de l’autre côté de l’Atlantique. Hormis Locke, la seule figure notable et constituant une référence est Montesquieu dont s’inspirent les hommes politiques du temps, pour tout ce qui touche à l’indispensable séparation des pouvoirs en régime républicain. Le nom de Harrington n’est jamais cité dans les Federalist Papers que l’on s’accorde à reconnaître comme l’ouvrage clé de la pensée constitutionnelle, de même qu’aucune référence n’est faite à son œuvre et à son nom au cours du long débat de Philadelphie qui prépare la rédaction de la Constitution. Malgré la rareté de ses occurrences, le nom de Harrington intervient dans quelques textes séminaux et c’est alors avec la plus extrême déférence qu’est traité le penseur.

9James Otis, qui fut l’un des théoriciens les plus précoces de la Révolution, utilise le texte de Oceana de manière assez systématique et sur un ton très louangeur dans un court traité paru en 1764, lors du premier grand différend entre la Couronne et ses sujets à propos du Stamp Act, et intitulé The Rights of the British Colonies asserted and proved. Citoyen du Massachusetts qui, comme chacun sait, fut le berceau du mouvement pour l’indépendance, Otis y pose les fondements théoriques de la rébellion et y démontre la légitimité d’une rupture quasi inéluctable. Surtout, dans la droite ligne de l’Oceana, il rappelle l’adéquation fondamentale entre propriété et pouvoir, entre “estate” et “dominion”. L’arbitraire royal doit être contrarié au nom de la propriété acquise par les colons américains et seule la propriété est source de pouvoir :

It is, however, true in fact and experience, as the great, the incomparable Harrington has most abundantly demonstrated in his Oceana, and other divine writings, that Empire follows the balance of property… (4)

10L’allusion ne s’arrête pas là et Otis s’applique à démontrer, contre l’autorité de Locke, que le gouvernement des hommes ne saurait être un simple artefact, une création seulement artificielle et le résultat d’un contrat plus ou moins contraignant liant entre eux les membres de la société civile. Son primum mobile, selon Otis inspiré en l’occurrence par Harrington, est supérieur et dérivé de l’ordre de l’Univers lequel découle lui-même de la volonté divine (“the unchangeable will of God”). L’ordonnance­ment est immuable et inscrit dans la loi biologique et les hommes ne se conforment de bon gré aux décisions de leurs dirigeants que parce qu’elles expriment un besoin inhérent à la nature de chacun : “Government is therefore most evidently founded on the necessities of our nature. It is by no means an arbitrary thing, depending merely on compact or human will for its existence.”

11Ce que fait Otis n’est rien d’autre qu’une esquisse de la théorie organiciste du gouvernement qui invalide l’état hypothétique et initial de nature pour imposer l’idée que l’homme est un animal social, partie d’un Tout qui conditionne son existence et en dehors duquel aucune vie n’est possible. La société, telle que perçue par Otis, dans la lignée d’Aristote et d’Harrington est un ensemble fonctionnant selon un mode propre où l’action de chacun s’intègre et influe sur l’économie du Tout. Le gouvernement n’est pas, comme le veut Locke, une structure surajoutée, à seule fin de combattre les défauts de la nature humaine, son existence est non contingente et ne dépend du vouloir de quiconque.

12L’argument à peine esquissé par Otis sera repris et enrichi quelque temps plus tard par John Adams lequel puisera abondamment dans Oceana pour construire l’outil théorique de la rébellion des colonies. Adams, également originaire du Massachusetts et héritier d’une longue lignée de révolutionnaires, publie en 1775 un opuscule intitulé Novanglus qui n’est rien d’autre qu’une réponse à l’argument loyaliste selon lequel toute action d’incivilité à l’égard de la Couronne doit être frappée d’infamie. L’année 1775 est une année d’intense débat entre les deux camps et Novanglus se veut réponse à une série d’articles parue sous le pseudonyme Massachusettensis dont le véritable auteur est le Juge Leonard, figure de proue du mouvement loyaliste. Tout le malentendu repose, selon Leonard, sur une appréciation erronée faite par les Insurgents des mérites de la Constitution britan­nique. Or, l’analyse qui est proposée dans Massachusettensis n’est pas très éloignée du propos de Harrington, dans la mesure où la Constitution britannique serait proche de la perfection puisqu’elle mêle, dans un équilibre subtil, des ingrédients monarchiques, aristocratiques et démocratiques. Les trois États, équitablement représentés dans les instances du gouvernement par le roi, les lords et les communes, contrarient leurs forces en les opposant et réussissent à créer une harmonie par le jeu d’intérêts contraires qui se neutralisent en se contrecarrant :

… the British Constitution, consisting of king, lords, and commons, is formed upon the principles of monarchy, aristocracy, and democracy, in due proportion; that it includes the principal excellences, and excludes the principal defects of the other kinds of government —the most perfect system that the wisdom of ages has produced, and Englishmen glory in being subject to, and protected by it. (126)

  • 1  But Leviathan is positive that they are all deceived, and that there is no other government than o (...)

13La loyauté envers la Couronne découle de la conscience de vivre dans un système proche de l’idéal, un nec plus ultra en matière constitutionnelle reconnu par Harrington lui-même. Contre Hobbes qui considère que la structure du gouvernement doit participer de l’une des trois formes à l’exclusion des autres,1Harrington propose comme modèle un gouvernement mixte qui réussit le savant dosage entre ses composantes antinomiques. Or c’est à la métaphore organique que se réfère explicitement Harrington pour établir que les gouvernements, comme d’autres essences naturelles, sont susceptibles de dégénérer, donc de se transformer sans nécessairement disparaître tout à fait :

 as a body that is alive is one thing, and a body that is dead is another thing, but not always another creature, though the corruption of one come at length unto the generation of another. The corruption then of monarchy is called tyranny; that of aristocracy, oligarchy, and that of democracy anarchy. (Oceana 10)

14L’on est ici en présence d’un bel exemple de raisonnement organiciste, preuve que le commonwealth ne procède pas par juxtaposition mécanique d’éléments disparates, mais bien par symbiose de substances constitutives de son être, régie par les lois non écrites du vivant. Adams se doit de répliquer à Leonard sur les vertus supposées de la constitution britannique et c’est par référence à la théorie organiciste qu’il rendra son propos le plus convaincant.

15Novanglus se veut un texte militant appelant les colons à la lutte armée pour les convaincre de renoncer au confort d’une situation présentée comme idéale et tenter l’aventure d’une autre organisation politique, d’un authentique commonwealth. L’argumentaire d’Adams repose entièrement sur une analyse iconoclaste du système britannique. Tandis que Leonard célèbre les mérites éminents de l’Empire, Adams s’attache à démontrer qu’au sens harringtonien du terme, la Constitution britan­nique a créé une république et non point un empire. Il peut paraître curieux, voire fallacieux, de tenter d’imposer une telle vision alors même qu’un monarque héréditaire préside aux destinées d’un empire immense et que toutes les décisions majeures émanent de lui (cf. Proclamation de 1763). Il est en effet beaucoup plus commun de présenter le système britannique comme le fait Leonard, c’est­à-dire comme une monarchie constitutionnelle, ou selon les termes d’Adams comme une monarchie limitée (“limited monarchy”). Le pouvoir royal y est en quelque sorte tempéré par l’intervention nécessaire des deux Chambres, représentant les deux autres états constitutifs de la nation. Après avoir admis cette définition, Adams procède subtilement à un glissement de sens pour faire valoir que le système britannique n’est pas autre chose in fine qu’une république au sens strict du terme. Sont convoquées les autorités d’Aristote et de Tite-Live pour parvenir à cette caractérisation paradoxale : “If Aristotle, Livy and Harington (sic) knew what a republic was, the British Constitution is much more like a republic than an empire. They define a republic to a government of laws and not of men” (131).

16Le texte de l’auteur de Novanglus reprend presque mot pour mot celui d’Oceana, conçu comme réplique à une fausse représentation donnée par Hobbes : “… these I conceive to be the principles upon which Aristotle and Livy (injuriously accused by Leviathan for not writing out of nature) have grounded their assertion that a commonwealth is an empire of laws and not of men” (Oceana 20).

17Au passage, le roi Georges est ravalé au rang de magistrat suprême qui est son statut en dépit du caractère héréditaire de sa fonction. “If this definition be just, the British Constitution is nothing more nor less than a republic, in which the King is first magistrate” (131). L’on est beaucoup plus proche du Roi Patriote de Bolingbroke que du monarque anglais jouissant de toutes les dignités de son rang. Sans doute convient-il de faire la part nécessaire de polémique dans un ouvrage qui se veut à usage immédiat et qui appelle les colons à la désobéissance civile. Il demeure que c’est à travers ce glissement de sens qu’Adams peut légitimer l’acte de révolution. Le commonwealth inscrit dans sa logique interne le principe selon lequel le peuple privé de ses droits fondamentaux par le tyran peut renverser ses gouvernants et en désigner d’autres qui s’engagent à ne pas outrepasser les fonctions qui leur sont clairement désignées. Par sa nature héréditaire, la monarchie ne prévoit pas une telle occurrence, c’est pourquoi son éventuelle dégénérescence ne peut être contrôlée et évitée par les membres de la société civile ; mais la monarchie britannique ne répond pas strictement aux critères de l’absolutisme, d’où le statut spécifique du souverain :

This office being hereditary, and being possessed of such ample and splendid prerogatives, is no objection to the government’s being a republic, as long as it is bound by fixed laws which the people have a voice in making, and a right to defend. (131)

18Bref, Adams aboutit à la conclusion inédite que la Grande-Bretagne est une république monar­chique, ou une monarchie républicaine. Dans les deux cas, la révolte des colonies est légitimée. Le terme d’empire est de toute façon inapproprié puisque l’empire suppose que le titulaire du pouvoir exécutif ne soit en rien placé sous le contrôle du peuple à travers ses représentants. L’empereur est un despote par définition et ses édits ont immédiatement force de loi sans qu’il soit nécessaire de les entériner par une décision favorable du législatif. Au terme du raisonnement, Adams peut affirmer contre Leonard que l’empire britannique n’en est pas un, stricto sensu, et qu’en conséquence les garanties reconnues dans tout commonwealth s’appliquent automatiquement au cas américain.

19La démonstration se poursuit et se complète par référence explicite à Harrington mettant en jeu une conception organique du pouvoir politique. Dans Oceana, Harrington traite du fait colonial et apporte presque miraculeusement le complément théorique qui parachève le propos d’Adams. Le texte de Harrington est cité dans sa totalité dans Novanglus :

For the colonies in the Indies, they are yet babes that cannot live without sucking the breasts of their mother cities, but such as I mistake if when they come of age they do not wean themselves; which causes me to wonder at princes that delight to be exhausted in that way. (Novanglus 129)

20La métaphore est celle de la mère nourricière et les colonies représentées comme des nourrissons accrochés au sein de la mère. Mais Harrington inclut dans l’image le principe de sa propre disparition. Le sevrage (“wean themselves”) est inscrit dans la loi de la croissance naturelle et à son terme la rupture est inéluctable ; les colonies ont atteint le stade adulte et la séparation rélève donc moins d’une décision politique que d’un processus biologique : “… the colonies are now nearer manhood than ever Harington foresaw they would arrive in such a period of time” (129). La rébellion n’est pas uniquement ce droit inscrit par Locke dans son Second Traité, repris presque littéralement par Jefferson, elle s’inscrit dans le devenir non contingent d’une nation mature, ne procède pas d’une volonté humaine mais d’un devenir biologique.

21Il est un autre passage de Oceana qui conforte la thèse d’Adams où Harrington condamne tout bonnement le principe d’implanter des colonies à l’extérieur des frontières naturelles d’une nation, au motif qu’une telle procédure est contraire aux lois spécifiques d’un commonwealth. Ainsi Rome a-t-elle eu la sagesse, au temps de sa république, de ne point installer de colonies hors d’Italie :

Wherefore the Commonwealth of Rome, by planting colonies of its citizens within the bounds of Italy, took the best way of propagating itself, and naturalizing the country; whereas if it had planted such colonies without the bounds of Italy it would have alienated the citizens, and given a root to liberty abroad, that might have sprung up foreign or savage, and hostile to her: wherefore it never made any such dispersion of itself and its strength, till it was under the yoke of the Emperors, who, disburdening themselves of the people, as having less appre­hension of what they could do abroad than at home, took a contrary course. (Oceana 16-7)

22L’erreur commise subséquemment par les Empereurs est au fond d’avoir négligé une composante essentielle de la nature humaine qui est d’être proche du règne végétal, au même titre que les arbres, les fleurs et les animaux : “for men, like flowers or roots being transplanted, take after the soil wherein they grow” (Oceana 16). Osmose nécessaire entre l’homme et son milieu qui rend inopérant tout projet colonial. Dès l’instant où les colons vivent durablement dans un espace donné, ils engagent un processus dialectique qui les transforme aussi sûrement qu’il modifient eux-mêmes leur environnement. Ainsi se crée une nouvelle identité, éloignée de l’état initial et qui provoque une scission, laquelle débouche inéluctablement sur la sédition. Telle lecture de la nature humaine laisse peu de place à la notion de race et résout l’humain au produit de son rapport au monde végétal.

23La formule de Harrington renvoie en quelque sorte proleptiquement à la définition de l’homo americanus que donnera un siècle plus tard Hector Crèvecoeur dans son célèbre Letters from an American Farmer :

Men are like plants; the goodness and flavour of the fruit proceeds from the peculiar soil and exposition in which they grow. We are nothing but what we derive from the air we breathe, the climate we inhabit, the government we obey, the system we obey, the system of religion we profess, and the nature of our employment. (Letters 71)

24Ces quelques remarques n’ont pas, et de très loin, épuisé le sujet de l’apport de Harrington à la pensée politique américaine. Elles se sont concentrées presque exclusivement sur la nature organique du commonwealth que résume en une seule et belle formule l’auteur de Oceana : “A commonwealth is nothing else but the national conscience” (Oceana 39). À de multiples égards, Harrington pourrait être cité comme l’inspirateur de l’idée républicaine aux États-Unis. Ainsi de l’utopie agrarienne qui sous-tend le propos harringtonien et dont les traces sont bien visibles dans la république agricole voulue par Jefferson où le peuple américain n’aurait été occupé que de nobles tâches agricoles tandis que les activités industrielles auraient été laissées aux nations de la vieille Europe. De même l’empreinte de Harrington resurgit-elle au sujet d’une aristocratie naturelle si nécessaire au fonctionnement du commonwealth. Dans un continent qui interdit tous les titres de noblesse, cette notion d’élite née de l’environnement exceptionnel trouve un écho favorable chez les Fondateurs au point que Madison définira le Sénat comme une assemblée de notables chargée de tempérer les excès de l’organe populaire de représentation. Les Sénats harringtonien et madisonien présentent de nombreuses et troublantes similitudes. Le chantier est vaste qui aurait pour objet de mesurer tout l’apport de Harrington à l’idée de république outre-Atlantique et cette communication n’avait d’autre ambition que de l’ouvrir et d’en marquer les perspectives.

Haut de page

Bibliographie

Harrington, James. The Commonwealth of Oceana and a System of Politics. 1656. Cambridge: Cambridge University Press, 1999.

Morison, Samuel Eliot ed. Sources and Documents Illustrating the American Revolution. Oxford: Oxford University Press, 1965.

Haut de page

Notes

1  But Leviathan is positive that they are all deceived, and that there is no other government than one of the three (Oceana 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard HUGUES, « Les origines harringtoniennes de la Constitution américaine », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 17 août 2017. URL : http://erea.revues.org/209 ; DOI : 10.4000/erea.209

Haut de page

Auteur

Gérard HUGUES

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org