Navigation – Plan du site
Recensions

Sandrine Sorlin : La défamiliarisation linguistique dans le roman anglais contemporain

Ruth MENZIES
Référence(s) :

Sandrine SORLIN, La défamiliarisation linguistique dans le roman anglais contemporain, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, coll. Present Perfect, 2010, 244 pages, ISBN 978-2-84269-897-3

Texte intégral

1Si les utopies linguistiques et les langues imaginaires de l’époque classique ont fait l’objet de nombreuses études, tel n’est pas vraiment le cas des textes littéraires plus récents qui mettent en scène des langues inventées. L’ouvrage de Sandrine Sorlin – fruit d’une thèse soutenue en 2006 – se propose d’examiner les romans de cinq auteurs anglophones (Anthony Burgess, William Golding, Russel Hoban, George Orwell et Will Self) dans lesquels l’anglais est si altéré qu’il nous paraît radicalement autre et étrange.

2Les textes à l’étude ont en commun de présenter ce que Sandrine Sorlin appelle de la « linguistique-fiction », qu’elle distingue de la science-fiction dans la mesure où ces auteurs mettent en avant non pas la science mais le langage et son évolution. Le principal personnage de ses textes est en effet le langage, qu’ils modifient et déforment pour aboutir à le défamiliariser. Les langages présentés dans cette étude sont qualifiés de « fantastiques » en ce qu’ils incarnent un retour du refoulé, délogent le sujet rationnel de sa position souveraine, se situent dans un entre-deux et contraignent le lecteur à emprunter de nouvelles pistes interprétatives. La linguistique-fiction offre donc une mise en scène des possibilités linguistiques, qu’elle présente sans établir de hiérarchie ni choisir entre elles.

3Les romans ne sont pas analysés selon un ordre chronologique, mais en fonction des différents types de langue présentés, allant de la plus apparemment naturelle et la plus élémentaire (la langue des néandertaliens dans The Inheritors de Golding) à la langue la plus manipulée et arbitraire (le Newspeak de George Orwell). Entre ces deux pôles sont abordés les romans mettant en scène des langues post-apocalyptiques (Hoban, Mitchell, Self) et Clockwork Orange de Burgess, fiction dans laquelle le protagoniste se forge son propre parler argotique, le Nadsat.

4Le premier chapitre s’intitule "De l’Utopie à la dystopie" et s’attache à démontrer l’évolution qui s’est faite entre les textes dits "utopiques" de l’époque classique et les romans étudiés ici. La langue n’est plus perçue comme un moyen d’améliorer l’existence humaine (bien que de nombreux textes décrits ici comme des utopiques classiques sont marqués par une ironie et une ambiguïté qui les rapprochent peut-être davantage des dystopies modernes que ne le suggère l’auteur), mais comme le reflet des dérives totalitaristes et des autres dangers qui pèsent sur l’individu et la société à l’époque moderne. Là où les langues imaginaires du XVIIe siècle visaient à rationnaliser la langue, en en éliminant les passions, les langages présentés dans ces œuvres dystopiques sont caractérisés par une absence déstabilisante de la raison, ainsi que par les passions excessives et les métaphores. Ces langues inventées sont abordées ici en tant que langues rhizomiques (parfois écrit « rhyzomiques », sans qu’on perçoive une différence entre ces deux termes), suivant la métaphore deleuzienne, en ce qu’elles bâtissent des histoires dépourvues de commencement et de fin, débutant in media res et n’aboutissant point, construisant une forme de "nomadologie". La langue fantastique telle que la décrit Sandrine Sorlin dépasse les oppositions binaires traditionnelles et refuse de proposer une réponse aux contradictions et aux ambiguïtés, se prévalant avant tout du droit à l’ambivalence, au doute et à l’hésitation. Alors que les utopies linguistiques antérieures tentaient de figer la langue, les langues dystopiques frappent par leur nature fortement évolutive.

5Ce chapitre introductive, qui combine habilement histoire et analyse littéraire, est suivi d’un chapitre portant sur The Inheritors de William Golding, roman qui nous transporte dans un monde où l’homme néandertalien est subitement confronté à l’autre, sous la forme du Homo sapiens qui finira par prendre sa place sur terre. Golding inverse le schéma habituel selon lequel l’homme néandertalien serait un sauvage cruel et l’Homo sapiens un être supérieur, et il présente le premier comme étant en symbiose avec la nature. L’analyse des moyens par lesquels ce revirement des normes est accompli à travers la langue et le langage est très bien menée, comme l’est la démonstration du brouillage savant des frontières entre le rêve et la réalité, entre l’être et le paraître, entre la narration et le discours direct, entre le sens figuré et le sens littéral.Les langages multiples déployés par Golding donnent lieu à des focalisations narratives différentes, empêchant une vision homogène et univoque, privant le lecteur des repères fixes qu’il emploie habituellement pour interpréter l’univers et le poussant ainsi à percevoir le monde d’une manière nouvelle.

6Le troisième chapitre, intitulé "L’écriture postapocalyptique de Hoban, Mitchell et Self : la perte de l’origine", porte en réalité avant tout sur Riddley Walker, bien qu’il intègre aussi des passages sur l’une des histoires dans Cloud Atlas et sur The Book of Dave. Le revirement des normes et codes familiers est aussi au cœur des textes étudiés. Hoban met en scène un univers où la catastrophe nucléaire a emporté la langue, l’écriture et, avec elles, les normes linguistiques, entrainant une perte des origines et une simplification à outrance de la langue parlée et écrite, que les survivants et leurs descendants ne peuvent percevoir que de façon phonétique et approximative. C’est aussi le cas des habitants du futur dans le roman de Self, chez qui un chauffeur de taxi exaspéré consigne ses doléances dans un cahier qu’il enterre et qui deviendra le texte sacré de fanatiques habitant dans les vestiges post-apocalyptiques de Londres 500 ans plus tard. L’anglais argotique et idiosyncratique de Dave (appelé le Mokni) est adopté par ce groupe, et opposé à l’anglais standard (Arpee – c’est-à-dire R.P. – English). Ce chapitre est, à l’image de tout l’ouvrage, clair et structuré, malgré le va-et-vient inévitable entre les différents textes à l’étude. Il comporte des passages extrêmement intéressants sur l’importance de l’art dans la réponse portée par le langage aux conséquences du cataclysme, et sur la capacité de l’écriture fantastique à ouvrir au lecteur un espace nouvel, dans lequel il doit apprendre à se repérer.

7Le quatrième chapitre est consacré à A Clockwork Orange. Sandrine Sorlin rattache de manière très intelligente le Nadsat à la tradition du carnavalesque et de l’humour rabelaisienne, tout en démontrant que dans le roman de Burgess le renversement des normes est dépourvu de l’espoir qu’exprimait cette tradition, puisqu’il n’offre aucune perspective de renaissance. Elle examine aussi l’appauvrissement de la langue employée par le narrateur, qui prouve le caractère parfaitement illusoire de la liberté dont il se prévaut. Finalement, elle démontre que le foisonnement linguistique du texte est basé sur une forme de rigidité et de cloisonnement, et la voix narrative vise avant tout à manipuler le lecteur, orientant son approche et sa compréhension du texte. Une analyse riche est aussi faite des éléments musicaux contenus dans le roman de Burgess, qui est structuré comme une œuvre musicale et oscille, nous dit Sandrine Sorlin, « entre langage musical pur et langage poétique » (178). Elle montre très bien comment l’œuvre de Burgess mène le lecteur à éprouver des sentiments conflictuels face à la violence du narrateur, qui est aussi belle qu’elle est terrible et qui fascine donc tout autant qu’il dégoute. En réconciliant les contraires, A Clockwork Orange nous entraine dans un espace neuf, plein d’incertitudes et d’ambiguïtés : un espace entièrement « fantastique » selon la définition empruntée ici à Todorov.

8Le dernier chapitre, « Nineteen Eighty-Four de George Orwell : la linguistique du contrôle », analyse le Newspeak en tant que langage totalitaire, fruit d’un projet visant à l’union, et même à l’interchangeabilité, de la langue et de l’idéologie dominante véhiculée par un système policier lui aussi en harmonie totale avec le système langagier. Les oppositions binaires qui structurent la pensée humaine sont mises à plat, bouleversant les représentations mentales que nous faisons du monde et permettant au Parti de remodeler celui-ci à sa guise. « C’est en effet linguistiquement que le Parti refaçonne le monde », nous dit Sandrine Sorlin. « La nouvelle « réalité » n’a aucune existence en dehors des mots, lesquels contredisent de façon manifeste la réalité telle qu’elle est vécue par les hommes. » (187). Par le biais de la manipulation linguistique, le Parti annihile la compréhension, le temps, les liens entre passé et présent, entre aujourd’hui et demain. La destruction des textes écrits, témoin du pouvoir de l’écriture, permet in fine d’éliminer l’inscription de l’humanité dans le temps et dans l’histoire, ne lui laissant guère plus qu’une « existence spatiale ». (210)

9En conclusion, Sandrine Sorlin analyse l’importance de la littérature qui, par le biais de la linguistique-fiction, offre des moyens de résister à toute tentative de planifier ou d’uniformiser le langage humain. Elle exprime donc un certain optimisme quant à la survie de la diversité linguistique et voit en cette littérature, pour difficile et déroutante qu’elle soit, un « garde-fou ultime contre tout quadrillage autoritaire, contre tout discours unique imposé » (229), « la célébration la plus saisissante des potentialités du langage » (230).

10La défamiliarisation linguistique nous présente des textes appartenant à une tradition naissante, dont Sandrine Sorlin pose les jalons et forge les outils critiques de manière sûre et plutôt convaincante. On perçoit, sans qu’ils ne soient réellement explicités, les rapports très étroits entre ces textes hautement fictionnels et la réalité souvent brutale et angoissante de leur contexte culturel et historique. On pourrait regretter peut-être que ce contexte ne soit pas toujours mis en avant dans l’analyse des textes (si Hoban est certes d’origine américaine son texte fut écrit et se déroule à Londres et il semble dommage de n’étudier sa langue imaginaire qu’à la lumière des dialectes d’anglais américain). Mais on constate avant tout que l’ouvrage de Sandrine Sorlin reflète une connaissance profonde des textes et combine de manière érudite l’analyse linguistique et l’étude littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth MENZIES, « Sandrine Sorlin : La défamiliarisation linguistique dans le roman anglais contemporain », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/2115

Haut de page

Auteur

Ruth MENZIES

Lerma, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org