Navigation – Plan du site

Quel(s) sens pour les structures du type <X is/was Ven to V> ?  (avec application à un corpus de nouvelles de Steven Millhauser)

Catherine DELESSE

Résumés

Cet article examine certains verbes de dire ou d’opinion au passif, qui peuvent se construire, soit avec une montée de sujet <X is said to V>, soit avec extraposition de complétive <It is said that>. Après un rappel des caractéristiques syntaxiques et sémantiques de ces verbes, ainsi qu’un résumé historique, sont examinés les emplois en contexte des deux types de structure dans un corpus de nouvelles de Steven Millhauser où elles figurent en grand nombre.

Haut de page

Texte intégral

1Ce travail fait suite à une communication présentée dans le cadre d’un colloque autour du discours rapporté organisé en novembre 2004 à Arras. J’avais choisi à l’époque de parler de ces formes qui posent un problème d’analyse, dans la mesure où elles oscillent entre trois pôles : passif, discours rapporté et modalité épistémique. J’avais essayé de voir comment les trois pouvaient s’articuler en focalisant mon analyse sur huit verbes appartenant à deux domaines, certains étant clairement des reporting verbs comme say ou report, d’autres étant plutôt des verbes d’opinion comme believe ou think. Les autres verbes considérés étaient allege, repute, rumour, understand auquel j’ajouterai know pour le corpus utilisé dans la présente étude, lequel viendra aujourd’hui remplacer allege qui ne figure pas dans l’exemplier. Le corpus utilisé alors était composé d’exemples du BNC, d’un corpus journalistique que je m’étais constitué et de quelques exemples trouvés dans Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote et dans la traduction anglaise de Tintin, œuvres dans lesquelles les structures en question figuraient dans des extraits de presse et que j’avais comparées à leur original français. Dans le présent article figurent quelques exemples trouvés sur internet, mais l’essentiel du corpus provient de nouvelles contemporaines de Steven Millhauser, où elles figurent en abondance alors que ces structures sont caractéristiques du discours journalistique ou scientifique. Elles sont également en concurrence dans ces nouvelles avec les emplois des mêmes verbes dans la structure avec extraposition <It is Ven that>.

2Je vais dans un premier temps rappeler les caractéristiques de la structure, faire une brève incursion dans les données historiques et ensuite examiner les emplois en contexte, en prenant en compte les alternatives à la structure étudiée.

1. Caractéristiques de la structure

1.1. Caractéristiques syntaxiques

3Une des difficultés de l’étude est que ces structures apparaissent dans les grammaires sous différentes étiquettes, en général dans les chapitres consacrés au passif –notamment sous la rubrique « cas de non-correspondance entre l’actif et le passif » (Larreya & Rivière : 358), mais elles sont aussi étudiées sous l’angle de l’extraposition et de la montée du sujet, des propositions nominales non finies.

4Ces verbes dont Larreya et Rivière disent qu’ils expriment « une opinion ou un dire relatif à une information » (p. 358) sont suivis de TO + V, apparaissent comme verbe introducteur dans une proposition hiérarchiquement supérieure et sont au passif.

5Il est généralement admis qu’avec ces verbes la forme active est impossible (ou quasi impossible) comme l’indiquent Quirk, Denison, Wanner, entre autres .  

6Prenons un exemple du corpus Millhauser :

1-a. Even as the classic park was being hailed in the press, [Sarabee was said to be planning another park], about which he was more than usually secretive. (PP : 183)

1-b. *They/Someone said Sarabee to be planning another park

1-c. *People said for him to be planning another park

  • 1  Ces structures ont pour parallèle en français « on dit que », des impersonnels comme « il paraît » (...)

7On voit qu’à l’actif, on ne peut avoir qu’une complétive en THAT et IT en position sujet, ou bien un sujet de type indéfini1 ce qui donne :

1-d. Someone/People/They said [that Sarabee was planning another park]

1-e. It was said [that Sarabee was planning another park]

8Ces manipulations montrent que Sarabee est bien le sujet agent de was planning et non pas de said et que c’est le contenu propositionnel [Sarabee-to be planning another park] qui fait l’objet d’un dire dont l’agent-énonciateur-rapporteur est inconnu ou délibérément omis. Le sujet syntaxique n’est pas le sujet sémantique du verbe principal mais celui du verbe de la proposition imbriquée qui est donc monté par étapes successives comme l’indique le schéma ci-dessous pour la phrase He is thought to admire her (Radford, 1997 : 344) :

9Le schéma ci-dessous concerne la passivation classique où le complément d’objet du verbe monte en position sujet :

The students were arrested : the DP the students is raised in a successive cyclic fashion to become first the subject of the passive participle arrested and then the subject of the auxiliary were. The students originates as the complement of arrested then undergoes passivization and finally undergoes raising. (Radford 1997 : 342)

10Le premier schéma indique, lui, les montées successives du sujet dans la structure, puisque ce n’est pas le complément d’objet du verbe introducteur passivé qui devient sujet de la principale, mais le sujet de la proposition imbriquée. On a donc une montée du sujet telle qu’on la trouve avec les verbes inaccusatifs du type SEEM. Deux opérations qui voient des éléments changer de place dans la structure se combinent : la passivation d’une part et la montée de sujet (subject raising) d’autre part. La passivation implique le mouvement d’un complément vers une position sujet, la montée de sujet le mouvement d’une position sujet vers une autre :

passivization and raising are different manifestations of a single argument-movement operation (conventionally termed A movement) which has the effect of moving a constituent from one argument position into another (more specifically, from a subject or complement position into a subject position) (Radford 1997 : 345)

11Les générativistes expliquent ce phénomène par une série de principes qui relèvent de la Grammaire Universelle et que je résumerai en un seul pour simplifier et alléger le propos : les arguments doivent pouvoir recevoir le cas sujet. Guéron et Haegeman expliquent que les « passive verbs fail to license case » et que « the NP moves to the first available subject position which can be case-marked (whether the case is nominative or accusative is not relevant). » (Guéron & Haegeman : 207)

12Aussi bien Guéron & Haegeman que Wanner s’accordent sur le fait que cela est dû à la morphologie du participe passé :

Every NP needs to be in a specific structural relationship with a Case-assigner, and passive participles, unlike verbs cannot assign Case. (…) This kind of movement is referred to as “A-movement,” “NP-Movement,” or “DP-Movement,” and is at work in a variety of constructions in English, not just the passive. (Wanner : 8)

13Wanner précise par ailleurs que soit les structures qui font l’objet de notre étude n’ont pas de contrepartie active, soit elles n’autorisent pas l’utilisation de by-phrases.

14Je résumerai en disant que les structures à l’étude sont au passif, suivis d’une proposition infinitive et se comportent comme des verbes inaccusatifs – ce qu’il ne sont pas forcément par ailleurs : you say/report/think/believe/understand something, tous ces verbes sont des prédicats à deux places à l’exception peut-être de rumour et repute, bien qu’Anja Wanner affirme avoir trouvé des exemples transitifs de ces verbes sur internet. Reputed est considéré comme adjectif dans l’Oxford Advanced Learner’s Dictionary tandis que rumour est cité comme apparaissant uniquement au passif : be rumoured.

1.2. Résumé de travaux antérieurs

15Dans l’article de 2006 j’avais mis l’accent sur le statut mixte de ces structures : certains des verbes sont clairement des verbes de discours, censés rapporter un dire :

2- A source said: “It was one of the things that was discussed [in New York]. This was the Duke trying to sort this out, it was him sorting the offer.” The Duchess is also reported to have told friends about the Duke’s discussions with Epstein. According to a Sunday newspaper, she told one acquaintance: “The Duke and Jeffrey, they want to do this so badly.”
www.telegraph.co.uk/news/uknews/theroyalfamily/8365020/Duke-of-York-appealed-to-Jeffrey-Epstein-to-help-Duchess-pay-debt.html

16Dans ce cas, comme dans de nombreux autres, la source est vague ; elle peut être absente, inconnue, sous-entendue ou volontairement cachée par l’énonciateur. Le début du paragraphe indique A source said, il est donc légitime de penser que le journaliste connaît la source – According to a Sunday newspaper ( ?) – mais ne veut pas la dévoiler. La structure en question est d’ailleurs très utilisée dans la presse et est même enseignée dans les écoles de journalistes car elle permet à la fois de garder l’anonymat des sources pour des raisons de déontologie et de se protéger en cas de procès. Elle peut aussi avoir peu d’importance comme dans (1).  Le sens peut aller jusqu’à l’expression d’un bruit qui court, d’une rumeur, selon le sémantisme du verbe employé. Se déploie en effet toute une palette de nuances sémantiques subtiles où l’on va du plus au moins certain entre say et rumour.

17Par ailleurs, ces structures font aussi penser à des modalités épistémiques où la proposition imbriquée est soumise à un commentaire de l’énonciateur comme dans les emplois de verbes inaccusatifs du type SEEM. C’est notamment le cas des verbes d’opinion comme believe/think/understand :

3- Often in old age we find ourselves spending more and more hours in the cool passageways, which are believed to be healthful, though a small number of our older citizens avoid them altogether. (CT : 214)

4- If students are willing to cash in their voucher to study them – perhaps because, for some unexamined reason, they are thought to lead to higher-paid jobs – so be it; but if they’re not, then there’s no public interest in having them.

 (London Review of Books : Browne’s Gamble by Stefan Collini, Securing a Sustainable Future for Higher Education: An Independent Review of Higher Education Funding and Student Finance by Lord Browne et al, 
62 pp, October 2010)

5- The money is understood to have changed hands at around the time the Duke met Epstein. Buckingham Palace has refused to comment on the allegation that the Duke discussed the Duchess’s finances during their meeting last year and said the matter was to do with the Duchess’s finances and not the Duke’s.
www.telegraph.co.uk/news/uknews/theroyalfamily/8365020/Duke-of-York-appealed-to-Jeffrey-Epstein-to-help-Duchess-pay-debt.html

18Quirk et al les notent d’ailleurs dans les comment clauses qui participent du hedging en ce qu’elles expriment « the speaker’s tentativeness over the truth value of the matrix clause. » (p. 1114) Dans l’article de 2006 je mentionnais une stratégie de « mise à distance » ou de « volonté de ne pas s’impliquer de la part de l’auteur qui utilise ce type de structure », une façon commode en quelque sorte de se cacher derrière le dire d’autrui. L’ambiguïté inhérente à ces formes fait que dans certains cas il y a vraiment un dire qui est rapporté, d’où la difficulté à trancher entre discours rapporté et modalité épistémique. Il me semble que les auteurs jouent de cette ambiguïté – inhérente à la langue, comme on le sait – de façon à en tirer des effets stylistiques. C’est certainement le cas de Steven Millhauser que nous étudierons plus loin.

1.3. Données historiques 

19Je me bornerai ici à faire une synthèse d’un certain nombre de points et d’hypothèses dans la mesure où je n’ai pas fait une étude pointue du sujet. On trouvera une analyse plus fouillée et complète dans l’article de Dominique Boulonnais cité en bibliographie. Tout d’abord <to + infinitif> n’existait pas en vieil-anglais (VA), on pouvait avoir to suivi de l’infinitif fléchi comme dans l’exemple suivant qui ressemble en surface aux structures du type it is easy to V.

6- Hit is halig geoht and halwende to gebiddene       for am forfarendum

      It    is holy thought and salutary   to  pray (INF fléchi)      for  the   departed

      ‘it is thought holy and salutary to pray for the departed’

  • 2  Les exemples en vieil-anglais sont empruntés à David Denison à l’exception de l’exemple 7 qui vien (...)

     Ælfric, Lives of Saints I 25.4792

20Certains des verbes étudiés ont été empruntés plus tard (allege, report, repute et rumour viennent du français) et le verbe think existait en VA sous deux formes : yncan, qui était impersonnel avec sujet au datif et qui voulait dire seem (d’où le vestige methinks) et encan qui, lui, était personnel et correspondait à think.

21Secgan ‘dire’ était souvent supplanté par cwean dans le discours rapporté (il a donné le verbe quote). On trouve cependant des emplois qui peuvent rappeler notre structure, généralement avec un hit explétif et une complétive en that.

7- Is sæd æt se cyning    wære  efenblissiende

                    is said that the king     be (past subj)   rejoicing (participe)

    (Alfred, Bede, 59, 4)

22Dans l’exemple 7 emprunté à Visser, le sujet n’est pas exprimé alors qu’on trouve hit dans l’exemple 6. Denison indique que l’utilisation de « dummy hit » était chaotique en VA mais on peut tout de même dégager certaines tendances : il était rare de ne pas l’employer avec les verbes indiquant le temps (WEATHER), alors qu’il était rare de le mettre avec les verbes de type SAY, DREAM, PLEASE. (Denison 1993 : 97). Par exemple l’utilisation de hit avec SEEM est rare avant les XIIIe/XIVe siècles.

23Dans les deux exemples suivants, on remarque la coréférence des sujets du verbe principal et celui de l’imbriquée : sujet Ø de beon pour 8 et reprise par le pronom personnel dans 9 (tous deux tirés de Bischof Waerferths von Worcester Übersetzung de Dialoge Gregors des Grossen, Hecht (ed)) :

8- æt he nane inga             næs         gelyfed  Ø beon gefylled… [203.22]

    that     he  none things (Gén) not-was  believed      be     filled…

  ‘that he was not believed to be provided at all…’

9- witodlice se Tiburtius wæs sægd,     æt he underlæge a                     &   

 indeed   that Tiburtius (Nom) was said    that he  submitted-to (subj.) always and

hyrde     symble am lichamlicum lustum [307.12]

followed always the    bodily          desires (Dat)

‘Indeed this Tiburtius was said always to submit to and follow carnal desires.’

24L’exemple 10 est de la période moyen-anglaise, donc plus récent, et présente une structure plus proche de la nôtre :

10- A man is seyd to love hys lif, at loue it more an our ing ;

    A man is said to love his life that loves it more than other thing

   ‘A man is said to love his life if he loves it above any other thing’

   (a1425 Hudson A., Wycliffite Sermons II 59.28)

25Parmi les éléments évoqués par les auteurs, pour expliquer l’émergence d’une nouvelle structure, on retiendra :

  • 1) la réanalyse que le changement d’impersonnel à personnel a entraînée

  • 2) la fusion du datif et de l’accusatif (notamment pour les passifs indirects du type give)

  • 3) la hiérarchisation d’accessibilité à la fonction sujet

26J’ai conscience que ces données sont partielles, mais le sujet mériterait une recherche en soi. J’ajouterai simplement que si les verbes allege, report, repute et rumour proviennent du français, ils se sont manifestement très bien adaptés à la structuration anglaise au point même que deux d’entre eux au moins (allege et repute) ne fonctionnent plus guère qu’à l’intérieur de cette structure. Reputed est même considéré comme adjectif par l’Oxford Advanced Learners’ Dictionary. Il est d’ailleurs très minoritaire (un exemple dans notre corpus) :

11- ‘Not really tactful of you, my dear man,’ said Depleach, showing his teeth in his sudden famous ‘wolf’s smile’, which has been reputed to have such a terrifying effect upon witnesses. ‘Not one of my successes, you know. I didn’t get her off.’

(Agatha Christie, Five Little Pigs, 19)

27Quant à rumour, il est noté dans le dictionnaire uniquement comme be rumoured, donc au passif.

2. Étude du corpus

2.1. Remarques générales

  • 3  Agnès Celle a parlé de ces formes à Pau, dans un colloque sur la modalité en septembre 2004.

28Les structures en question, comme il a été dit plus haut, sont employées dans la presse car elles permettent aux journalistes de ne pas divulguer leurs sources. Elles sont en concurrence avec les mêmes verbes au passif avec pour sujet l’explétif it et suivis d’une complétive extraposée (ex. 12) – it is said/reported/rumoured that – ainsi qu’avec un certain nombre d’adverbes comme reportedly/allegedly3, voire avec les noms correspondants comme on le constate dans les exemples 5 (allegation) et 13-14 :

12. The results have never been made public, but it is thought that the report suggested he steer away from Europe and North America and instead use his influence to win deals in the Middle East, Far East, North Africa and the former Soviet Union.
(www.telegraph.co.uk/news/uknews/theroyalfamily/8364871/Duke-of-York-costs-taxpayers-15m.html)

13- The convicted paedophile gave £15,000 to the Duchess’s former personal assistant, Johnny O’Sullivan, after the Duke allegedly made a personal appeal to him to help his former wife with her financial troubles. www.telegraph.co.uk/news/uknews/theroyalfamily/8365020/Duke-of-York-appealed-to-Jeffrey-Epstein-to-help-Duchess-pay-debt.html

14- The moral outrage directed against the new park, the conflicting reports, the rumors and exaggerations, the death of Anna Stanski, all served to pique the public’s curiosity and increase attendance, despite the many people who declared they would never return; (PP : 154)

29Contrairement à une idée reçue, à laquelle j’ai moi-même un temps adhéré, ces structures ne sont pas aussi nombreuses qu’on pourrait le croire dans les articles de presse (on les trouve souvent dans les gros titres, mais pas forcément à l’intérieur de l’article par exemple). Elles indiquent généralement qu’une information n’est pas sûre, est à vérifier, ou bien elles concernent des personnes pouvant se retourner contre le journaliste qui évite ainsi de s’engager trop personnellement en les employant. On les trouve aussi dans les discours scientifiques et dans la fiction notamment lorsque figurent des extraits de presse – réels ou fictionnels. Elles sont, comme le passif en général, jugées impersonnelles : Although there may be various reasons why an author would rather not use the first person, the use of the passive is often construed as an attempt to report events from a “neutral” perspective.(Wanner : 162), et même formelles, plus employées à l’écrit qu’à l’oral ; il est généralement admis que le passif est morphologiquement plus complexe et plus difficile à construire que l’actif, ce qui peut expliquer sa prépondérance à l’écrit.

  • 4  Respectivement notées A et B dans la suite de l’analyse.

30Selon le sémantisme du verbe employé, l’accent sera davantage mis sur un dire ou sur une opinion avec toute la gamme de nuances déjà mentionnée : selon le verbe employé la valeur de vérité de l’énoncé sera plus ou moins grande. Il me semble que ces structures aident l’énonciateur à ne pas s’engager, ne serait-ce que parce qu’elles permettent d’éviter de dire « je » ; elles permettent également de mettre le sujet de la proposition imbriquée en position thématique ou non. En ce sens, elles entraînent  une réorganisation de la phrase, ce qui permet de choisir un argument sujet qui ne soit pas l’agent du verbe de la matrice et produit un effet de distanciation et de neutralité, pour reprendre le terme de Wanner. Celle-ci remarque par ailleurs que l’anglais « is a subject-oriented language with grammatical word order where subjecthood and topichood often coincide. » (Wanner : 9) Dans ce cas, la promotion du sujet de l’imbriquée permettrait de jouer avec ce principe tout en injectant un commentaire modalisateur entre les deux, avec mise en position de end focus le reste de la proposition imbriquée. La question du choix de la structure <X is Ven to V> par rapport à la structure <It is Ven that>4 pourrait bien être liée à la question de la thématisation comme le suggère Gérard Mélis dans son article de 2011. Nous allons donc examiner le corpus de nouvelles pour voir ce qu’il en est, et essayer de dégager des tendances significatives.

2.2. Les nouvelles de Millhauser

2.2.1. Caractéristiques

31La lecture du recueil de nouvelles de Steven Millhauser a particulièrement attiré mon attention par l’abondance d’emploi de ces verbes (avec une prépondérance de SAY) à la fois dans la structure étudiée (proposition en to avec montée de sujet) mais aussi en compétition avec la structure en THAT. Le recueil comporte 12 nouvelles, nous avons relevé ces formes dans 7 d’entre elles (dont une ne comportant qu’une seule occurrence). Les deux structures entrent aussi en compétition avec l’emploi des mêmes verbes à l’actif, ainsi que sous la forme nominale (report, rumour en particulier). La récurrence de ces termes, que ce soit dans un emploi verbal ou nominal, dans des structures variées tisse un réseau sémantique et produit un effet stylistique en phase avec le contenu des nouvelles. Parmi les structures concurrentes on trouve des variantes comme there is talk of/we hear/rumor has it that/people say entre autres. Voici un exemple de paragraphe où la densité des formes est remarquable :

15. It is said that the girls remove their shirts and dance wild dances under the summer moon. It is said that the girls paint their breasts with snakes and strange symbols. They excite one another by brushing their breasts against the breasts of other girls, it is said. We hear that the girls drink the warm blood of murdered animals. People say that the girls engage in witchcraft, in unnatural sexual acts, in torture, in black magic, in disgusting acts of desecration. Older girls, it is said, lure young girls into the sisterhood and corrupt them. Rumor has it that the girls are instructed to carry weapons: pins, scissors, jackknives, needles, kitchen knives. It is said that the girls have vowed to kill any member who attempts to leave the sisterhood. We have heard that the girls drink a whitish liquid that makes them fall into an erotic frenzy.

THE CONFESSION OF EMILY GEHRING

Rumors of a secret society had reached us from time to time, but we paid little attention to them until the confession of thirteen-year-old Emily Gehring, who on June 2 released to the Town Reporter a disturbing letter. (SN : 38)

32On note ici six occurrences de SAY (dont deux appositions qui pourraient très bien prendre la forme des structurations en that ou avec montée de sujet), deux de RUMOR, deux de HEAR, avec soit un sujet IT explétif ou bien un we tout aussi impersonnel. D’ailleurs dans six nouvelles sur sept, le narrateur est un we impersonnel, un membre de la ville ou de la communauté qui parle pour les autres. Dans SN, le sujet I apparaît à la fin de la nouvelle, lorsque ce I tout aussi anonyme que le we du début donne son hypothèse sur cette sisterhood. Dans PP l’impersonnel est tellement mis en avant que l’on ne sait pas qui parle : un habitant de la ville, un journaliste extérieur ? La réponse ne sera pas donnée. L’atmosphère impersonnelle ainsi créée est tout à fait étonnante : le narrateur semble observer ses contemporains ou relate des faits qui sont décrits comme un savant observant des cellules dans son microscope. Elles participent aussi d’une certaine tension et d’un suspense qui va crescendo sans que jamais le mystère soit résolu.

33Le tableau ci-dessus indique le nombre de formes recensées, sous leur forme verbale et nominale, ainsi que les deux structures qui sont en concurrence, à savoir A et B.

Corpus Millhauser

A

B

Verbe

Nom

believed

1

we believe we know

1

gossip

1

known

2

hear

6

hearsay

1

reported

1

report

2

report(s)

11

said

15

said

18

say

12

talk

4

understood

1

rumored

4

rumor(s)

12

whispered

1

20

23

21

29

Total verbes = 64

Total noms = 29

34Ce sont les quatre nouvelles les plus longues (SN, AT, PP, DC) qui comportent le plus grand nombre de formes, on n’en trouve que 2 dans BF, 4 dans KT et 7 pour CT. Sur un total de 93 formes, on compte environ un tiers de noms, les formes passives (les deux premières colonnes) comptant pour 46,23%. Dans les deux cas SAY est majoritaire (45 sur 64 occurrences verbales), ce qui n’est pas très étonnant dans la mesure où c’est le plus neutre d’un point de vue sémantique et qu’il convient bien au ton impersonnel voulu par l’auteur.

35En ce qui concerne la structure A, le sujet est animé humain (9) ou inanimé (11), ce qui contredit Adamczewski (1993 : 202) pour qui cette structure était « à sujet humains dans la plupart des cas ». Les traits + ou – animé du sujet sont en fait bien répartis, et, étant donné qu’il s’agit d’un sujet qui est « monté » dans la structure, c’est plutôt le contenu sémantique de la proposition imbriquée qui va contraindre un sujet humain et non le verbe lui-même comme on le voit dans les exemples suivants :

16. An hour later a team of three engineers investigated the crevice and determined that a small limestone cavity existed far beneath the Swizzler but posed no danger to the ride or to the park itself. Sarabee, disguised as one of the engineers, withdrew into a kind of somber brooding. When one of his men tried to reassure him that the park was perfectly safe, [Sarabee] is reported to have said: “It’s all clear now. What’d you say?” (PP : 172)

17. [One father] is said to tie his thirteen-year-old daughter to her bed at night with clothesline rope and to reward her cries with blows from a leather belt. (SN : 48)

36Dans l’exemple 16, on a bien du discours rapporté puisque les paroles sont citées : on est dans le cas d’un énonciateur qui cite quelqu’un qui a rapporté les paroles de Sarabee, on a donc affaire à un discours de deuxième main ; le nombre de locuteurs rapporteurs est toujours vague et indéterminé avec ces structures. Les exemples suivants ont des sujets inanimés :

18- In fact we were so accustomed to delays for latecomers that [an 8:00 performance]was understood to mean one that began at 8:10 or even 8:15. (KT : 5)

19- People speculated on [the rides] already said to be under construction for next season, and [a journalist] reported, on dubious evidence, that Sarabee was going to unveil an entirely new kind of ride. (PP : 171)

37La structure B compte 15 animés comme sujets de la complétive contre 8 inanimés. J’ai compté comme animé le sujet dans l’exemple suivant, au vu du sens (could order…) :

20- New departments appeared to be springing up everywhere, as if to keep pace with our desires; and it was rumored that somewhere on the fourteenth or fifteenth floor, in a small department with a desk and a catalogue, [corporations with fabulous sums at their disposal] could order full-sized replicas of entire ancient cities. (DC : 137)

38Dans un seul exemple l’agent de SAY est mentionné par une by-phrase :

21- Some years ago a town meeting was held to consider this proposal: that we leave our homes and move permanently into the passageways. Arguments of all kinds were advanced by the advocates of the proposal, who claimed that our repeated descents were proof of our deepest desires. It was even said [by some] that [the town itself] served no purpose other than to make descent possible. (CT : 225)

39Dans l’exemple 21, il aurait été plus simple de dire : Some even say that… ; cependant la structure, outre qu’elle représente assez bien le style alambiqué de Millhauser, permet à la fois de retarder l’information en la mettant en position de end focus et d’insister sur l’aspect exagéré du commentaire en question (« certains allaient même jusqu’à dire que…) grâce à by some dont la présence apparaît comme une forme marquée.

40Le type de sujet (animé ou non) dans le cas de Millhauser me paraît moins intéressant que la structuration de ses phrases, souvent très complexes, avec de multiples imbrications, ainsi que le nombre de sujets indéfinis : outre les nombreux it is said that qui sont quelquefois employés en rafale comme dans 15 et 22, qui participent de l’indéfini en mettant en avant comme sujet syntaxique IT, on trouve comme sujet – particulièrement avec SAY (structure A et emplois à l’actif) – some (7), people (1), others (1), those who… (3), they (1), pour le verbe HEAR, le sujet est we dans tous les cas, alors que REPORT a des sujets plus précis : Burchard (N pr.) et a journalist (ex.17).

22- Even as controversy raged, and investigation threatened, and attendance rose, rumor had it that Sarabee was planning still another park. It was said that Sarabee was working on a ride so extraordinary that to go on it would be to change your life forever. It was said that Sarabee was developing a magical or mystical park from which the unwary visitor would never return. It was said that Sarabee was creating a park consisting of small, separate booths in which, by means of a special machine attached to the head, each immobile visitor would experience the entire range of human sensation. It was said that Sarabee was creating an invisible park, an infinite park, a park on the head of a pin. (PP : 195)

41L’indéfinitude des sujets participe de l’identité floue du narrateur comme des personnages (à l’exception de Sarabee, créateur du parc d’attractions) et le nombre de sujets inanimés reflète le nombre d’objets et de machines qui sont mentionnés dans les nouvelles : que ce soient les automates dans AT, les passages souterrains dans CT, les objets du magasin dans DC et les attractions de PP. Les sujets sémantiques sont en général le thème de la nouvelle, à la fois au sens littéraire et au sens linguistique : dans CT les quatre exemples relevant de la structure A ont pour sujet direct ou indirect (via un pronom relatif par exemple) les passageways qui sont le véritable personnage de l’histoire comme dans l’exemple 3, dans PP il s’agit soit de Sarabee, le créateur du parc, soit des machines créées, de même dans AT sont mis en position focale soit le créateur des automates soit les objets eux-mêmes. Il est significatif que dans la nouvelle DC, qui consiste en une description des marchandises et des décors du consortium, seule la structure B apparaisse.  

42J’ai déjà mentionné la structuration complexe des phrases de Millhauser et 6 exemples de la structure B (à savoir 26%) ont la caractéristique suivante : le sujet de la complétive ne suit pas immédiatement THAT mais en est séparé par au moins un élément circonstanciel (GP ou proposition). C’est le cas de 20 où deux GP locatifs viennent s’interposer entre THAT et l’imbriquée proprement dite, dans une stratégie de retardement de l’information. C’est aussi le cas de 23 et 24 :

23- It was said that in a department on the fifteenth or sixteenth floor, near shades and drapes, in a small room resembling a travel agency, with maps on the walls and two old desks heaped with brochures, [the heads of two major hotel chains], angered by the scandalous loss of billions of dollars each year to foreign countries through tourism, were discussing plans to purchase the exact replication of a small European country, with its lakes and mountains, its quaint villages with cobblestoned streets and carved door panels, its railroads and postage stamps, for placement in central Texas or western Montana. (DC : 140-1)

24-And yet it appears that the breech-loading Krupp guns, made of steel, have much greater range than our muzzle-loading bronze cannon. Is it possible? The Krupp shells, fitted with percussion caps, explode only on impact, whereas our time-fuse shells explode mostly in the air. It is said that if Moltke gave the order, [the Prussians gunners] could lob shells into the streets of Paris from the heights of Châtillon, which we lost in September. (BF : 154)

4323 est l’exemple le plus extrême de cette stratégie, puisque non seulement le sujet de la complétive vient après deux GP, mais une participiale vient s’interposer entre le sujet et le verbe. Dans 24 c’est une proposition circonstancielle de condition qui vient s’intercaler entre THAT et le sujet. Dans le choix possible entre les structures A et B, il me semble que cette volonté de retarder l’information joue un rôle : dire The Prussian gunners were said to be able to lob shells (…) if Moltke gave the order n’aurait pas le même impact (si l’on peut dire) à la lumière du cotexte qui précède. Ce ne sont pas les artilleurs prussiens qui sont en cause mais le mauvais matériel français – déjà ! – opposé à celui plus efficace de l’armée adverse. Les exemples 20 et 23 fonctionnent selon la même logique textuelle : le consortium est immense et c’est sa démesure même qui fait l’objet de la description ; dans ce cas, de même que les personnes se perdent dans une accumulation d’objets, le sujet syntaxique est à chercher dans l’amalgame des propositions. Dans l’exemple 25, où le GP est de nature temporelle et entraîne une inversion du sujet, c’est l’opposition entre deux époques qui est accentuée par l’ordre des mots dans la phrase :

25- Meanwhile we threw ourselves into the automaton theater. It was a time of ripeness in the art; and it was said that never before had [the skill of so many masters] reached such a pitch of expressive brilliance, haunted as they all were by the memory of the old Zaubertheater. (AT : 105)

2.2.2. L’hypothèse de Mélis 2011

44Dans son article Gérard Mélis propose un explication de la montée de sujet dans les structures similaire à celles que j’étudie, mais avec un adjectif : < X be Adj to> qui peut également prendre la forme <It be Adj that X>. L’énonciateur a également à sa disposition deux structures et doit donc faire un choix, qui n’est pas arbitraire car il y a « corrélation entre les deux types de relation et la forme de l’énoncé » (Mélis : 119). Il avance que « La montée en position sujet indique que le référent du constituant ainsi déplacé est l’élément en fonction duquel se construit la relation » (Mélis : 120) , ce qui déclencherait la thématisation serait « la mise en place d’une relation sémantique exprimable sous la forme « en fonction de ». » (Mélis 122).

45Dans les nouvelles de Millhauser, il me semble que lorsque la structure A est employée, on met en avant le sujet concerné par l’événement, par exemple dans SN cette structure n’est employée qu’une fois (ex. 17), (ex. 15 pour la structure B). Or le sujet est one father, et la lecture de la nouvelle fait apparaître clairement que le narrateur est un des pères concernés puisque l’on trouve our daughters à plusieurs reprises, ce qui va dans le sens de l’hypothèse Mélis. La structure B est employée avec comme sujet de la complétive the girls qui sont vues de l’extérieur comme ayant un comportement sinon déviant du moins inexplicable pour les parents : dans ce cas la mise à distance du sujet se rapproche de l’événementiel, ce que l’on peut dire aussi des exemples 22, 23, 24 et bien d’autres où dès que l’auteur focalise sur une description des événements (voire des séries d’événements), il emploie la structure B. Cependant, il me semble qu’il ne faut pas se focaliser sur l’examen de la structure à l’intérieur de la phrase mais il faut aussi observer minutieusement le cotexte. Dans 26, il serait étrange d’avoir la structure B alors que dans la phrase précédente on mentionne our devotion, ce qui appelle naturellement la montée du sujet we et donc la structure A ensuite :

26- So pronounced is our devotion, which some call an obsession, that common wisdom distinguishes four separate phases. In childhood we are said to be attracted by the color and movement of these little creatures, in adolescence by the intricate clockwork mechanisms that give them the illusion of life, in adulthood by the truth and beauty of the dramas they enact, and in old age by the timeless perfection of an art that lifts us above the cares of mortality and gives meaning to our lifes. (AT : 89)

46Je citerai encore un exemple, extrait de la même nouvelle, où les deux structures sont très proches l’une de l’autre (Heinrich est le créateur des automates et Elise une de ses créations) :

27- The long, languorous, slowly unfolding, darkly yearning yawn that concludes the performance, as Elise appears to open like a heavy blossom, and draw us into the depths of her being, is a masterpiece of spiritual penetration, all the more remarkable in that Heinrich is not known to have been in love at this time. One fellow apprentice, a thin youth of eighteen, was so stirred by Elise that he was observed to study her twelve-minute life again and again. As the weeks passed his cheeks grew pale, a dark blueness appeared below his eyes; and it was said that he had fallen in love with the little Fraülein Elise. (AT : 101)

47Heinrich est avec le we représentant les habitants de la ville le centre de l’attention, puisque la nouvelle décrit précisément son évolution créatrice ainsi que ses automates, notamment comment il atteint la perfection du mouvement et de l’expression des sentiments. La structure A ici a pour effet à mon sens de lier le créateur et son automate, puisque la question qui se pose est de savoir comment il a pu créer une telle perfection féminine puisqu’on ne le savait pas amoureux. En revanche, lorsque l’on décrit l’effet produit sur un apprenti, il s’agit d’un effet non voulu, accidentel et même subi, la structure B est employée. Le lien serait donc plus « lâche » avec B et aurait pour effet de mettre l’événement à distance.

En guise de conclusion

48On a vu que ces structures présentent en premier lieu un problème d’analyse et d’autre part offrent aux auteurs une possibilité de jeu sur la position du sujet qui a à voir avec le contexte – syntaxique, mais non exclusivement – et ce qu’ils désirent mettre en avant. Dans le cas de Millhauser, il me semble que l’emploi de ces structures participe d’un effet de dramatisation et de manipulation du lecteur. On sait que l’utilisation du passif est liée à la cohésion textuelle : comme Quirk, Anja Wanner parle de “discourse-oriented motivation for using an agentless passive : leave the identity of the agent vague for reasons of politeness/expediency or reduce the assertion of responsibility for the agent.” (Wanner : 184). Il me semble qu’ici nous avons une stratégie qui consiste à utiliser la montée de sujet lorsque celui-ci est au cœur du sens alors que la complétive permet de mettre à distance le sujet, de donner un point de vue « extérieur » et de focaliser sur l’événement. Il apparaît que l’hypothèse de Gérard Mélis est à creuser car elle offre des perspectives intéressantes de recherche, à condition de bien tenir compte du contexte global.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adamczewski, Henri. Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin, 1993 [1982].

Boulonnais, Dominique. « TO et les infinitives : l’hypothèse de la transcendance prépositionnelle », in Delmas, Claude (éd.), La contradiction en anglais, C.I.E.R.E.C. Travaux 116, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2004, 55-90.

Chuquet Jean. « To be or not to be. À propos de believe et de quelques autres “verbes d’opinion” » in Cahiers de recherche T.5, Paris, Ophrys, 1991, 25-81.

De Mattia, Monique. Le discours indirect en anglais contemporain, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2000.

Delesse, Catherine. « Les structures du type “X is said to/is reported to V…” : discours rapporté ou modalité épistémique », in Delesse Catherine (éd.), Discours rappporté(s) Approche(s) linguistique(s) et/ou traductologique(s), Arras, Artois Presses Université, 2006.

Denison, David. English Historical Syntax, London & New York, Longman, 1993.

Fischer Olga, Ans Van Kemenade, Willem Koopan & Wim Van Der Wurff. The Syntax of Early English, Cambridge, CUP, 2000.

Haegeman, Liliane & Jacqueline Guéron. English Grammar. A Generative Perspective, Oxford, Blackwell, 1999.

Hornby, A.S. Oxford Advanced Learner’s dictionary of Current English, 8th edition, Oxford, OUP, 2010 [1948].

Khalifa, Jean-Charles. La syntaxe anglaise aux concours, Paris, Armand Colin, 1999.

Kiparsky, Paul & Carol Kiparsky. « Fact », in Steinberg D.D. et L.A. Jakobovits (dir). Semantics, Cambridge, CUP, 1971, 345-369.

Larreya, Paul & Claude Rivière. Grammaire explicative de l’anglais, Paris, Longman, 1999.

Mélis, Gérard. « Hypallage et incidence de l’adjectif épistémique dans les structures complexes en anglais contemporain », Anglophonia 22, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, 145-160.

Mélis, Gérard. « Étude  d’un nouvel aspect de la thématisation à partir de certains cas de montée en position sujet », Cercles 20 [http://www.cercles.com/n20/melis.pdf], 2011.

Nevalainen, Terttu. An Introduction to Early Modern English, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2006.

Quirk, Randolph & et al. A Comprehensive Grammar of English, Londres, Longman, 1985.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Radford, Andrew. Transformational Grammar, Cambridge, CUP, 1988.
DOI : 10.1017/CBO9780511840425

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Radford, Andrew. Syntactic theory and the structure of English, Cambridge, CUP, 1997.
DOI : 10.1017/CBO9781139166706

Rosier, Laurence. Le discours rapporté. Histoire, théories, pratique, Paris-Bruxelles, Éditions Duculot, 1999.

Rosier, Laurence (éd.). Le discours rapporté, Faits de Langues 19, Paris, Ophrys, 2002.

Visser, F.T. An Historical Syntax of the English Language, Vol. III, Leiden, Brill, 1973.

Wanner, Anja. Deconstructing the English Passive, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, 2009.

Wilmet, Marc, Grammaire critique du français, 2ème édition, Paris-Bruxelles, Hachette-Duculot, 1998.

Corpus

Exemples tirés d’articles sur internet.

Christie, Agatha. Five Little Pigs, London, Fontana , 1988 [1943].

Millhauser, Steven. The Knife Thrower and Other Stories, New York, Vintage Books, 1999.

Nouvelles utilisées (avec l’abbréviation qui figure dans le corps de l’article) :

“The Knife Thrower” (KT)

”The Sisterhood of Night” (SN)

“The New Automaton Theater” (AT]

“The Dream of the Consortium” (DC]

“Balloon Flight, 1870” (BF)

“Paradise Park” (PP)

“Beneath the Cellars of  Our Town” (CT]

Haut de page

Notes

1  Ces structures ont pour parallèle en français « on dit que », des impersonnels comme « il paraît » ou bien, comme le notent Larreya et Rivière, un « conditionnel de prudence ».

2  Les exemples en vieil-anglais sont empruntés à David Denison à l’exception de l’exemple 7 qui vient de Visser (voir bibliographie).

3  Agnès Celle a parlé de ces formes à Pau, dans un colloque sur la modalité en septembre 2004.

4  Respectivement notées A et B dans la suite de l’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://erea.revues.org/docannexe/image/2327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/2327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine DELESSE, « Quel(s) sens pour les structures du type <X is/was Ven to V> ?  (avec application à un corpus de nouvelles de Steven Millhauser) », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://erea.revues.org/2327 ; DOI : 10.4000/erea.2327

Haut de page

Auteur

Catherine DELESSE

Professeure
Nancy-Université (Nancy 2), EA 2338 IDEA
Catherine Delesse est Professeure de linguistique anglaise à Nancy-Université (Nancy 2) depuis 2008. Elle a soutenu une thèse intitulée « Image, texte et méta-opération » sous la direction d’Henri Adamczewski en 1994 et son HDR, « Linguistique et contrastivité. Points de vue et perspectives », en 2006 sous la direction de Wilfrid Rotgé. Elle s’intéresse au rapport texte-image dans la bande dessinée et à la traductologie, particulièrement à la traduction des bandes dessinées. Elle a publié en 2009 un ouvrage co-écrit avec Bertrand Richet : Le coq gaulois à l’heure anglaise. Analyse de la traduction anglaise d’Astérix. En traduction, elle a travaillé particulièrement dans le domaine de l’onomastique, la traduction des clichés et des dialectes et accents. Ses recherches en linguistique ont porté sur l’anaphore, les déictiques, les indéfinis et la phrase complexe. Elle s’intéresse également à la diachronie.
Catherine.Delesse@univ-nancy2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org