Navigation – Plan du site

Ce que la syntaxe tisse, la sémantique tend à l’effilocher : étude de phénomènes de déconnexion forme-sens dans des énoncés de discours rapporté

Grégoire LACAZE

Résumés

Comme le suggère le psychanalyste André Green, l’activité de lecture d’un texte par un critique psychanalyste « est attentive à tout ce qui est supposé tromper l’attente du lecteur. Elle suit la trame du texte (texte = tissu [… ]), mais en refusant le fil d’Ariane qui est proposé au lecteur » (La déliaison 18). Le linguiste, à l’instar de l’analyste, cherche à partir des traces formelles qui constituent le texte, à explorer les différents signifiés qui se matérialisent dans la production textuelle qu’il étudie. Nous nous proposons de mettre en évidence quelques phénomènes textuels de « déliaison », c’est-à-dire d’illustrer les éventuelles déconnexions existant entre la forme signifiante et le signifié dans divers énoncés au discours direct.
Un phénomène de déconnexion forme-sens met en jeu un décalage entre les marques formelles d’un texte et l’interprétation sémantique de cet énoncé. Parfois, un énoncé s’analyse comme du discours direct sur un plan syntaxique mais une analyse pragmatico-sémantique semble réfuter l’appartenance de cet énoncé au domaine du discours rapporté. Cette étude tentera d’identifier les divers éléments qui favorisent l’émergence d’un phénomène de déconnexion forme-sens. Nous verrons ainsi comment la primauté de la forme qui est à l’œuvre dans un texte peut conduire à la mise en évidence de phénomènes de déconnexion forme-sens qui illustrent la « syntaxe mensongère », comme l’appelle Monique De Mattia-Viviès (Bulletin de la SAES 84 22)

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Green, André. La déliaison : psychanalyse, anthropologie et littérature. Paris : Hachette Littérat (...)

1Comme le suggère le psychanalyste André Green, l’activité de lecture d’un texte par un critique psychanalyste « est attentive à tout ce qui est supposé tromper l’attente du lecteur. Elle suit la trame du texte (texte = tissu [… ]), mais en refusant le fil d’Ariane qui est proposé au lecteur »1 (La déliaison 18). Le linguiste, à l’instar de l’analyste, cherche, à partir des traces formelles qui constituent le texte, à explorer les différents signifiés qui se matérialisent dans la production textuelle qu’il étudie. Nous nous proposons de mettre en évidence quelques phénomènes textuels de « déliaison », c’est-à-dire d’illustrer les éventuelles déconnexions existant entre la forme signifiante et le signifié dans divers énoncés qui contiennent des occurrences de discours direct au niveau formel.

  • 2  Par commodité, l’expression discours direct sera dorénavant notée DD.
  • 3  L’expression discours rapporté sera notée DR.
  • 4  De Mattia-Viviès, Monique. « Remise du Prix de la Recherche AFEA/SAES - Réponse de Mme Monique De (...)

2Un phénomène de déconnexion forme-sens met en jeu un décalage entre les marques formelles d’un texte et l’interprétation sémantique de cet énoncé. Parfois, un énoncé s’analyse comme du discours direct2 sur un plan syntaxique mais une analyse pragmatico-sémantique semble réfuter l’appartenance de cet énoncé au domaine du discours rapporté3. Cette étude tentera d’identifier les divers éléments qui favorisent l’émergence d’un phénomène de déconnexion forme-sens. Nous verrons ainsi comment la primauté de la forme qui est à l’œuvre dans un texte peut conduire à la mise en évidence de phénomènes de déconnexion forme-sens qui illustrent la « syntaxe mensongère », comme l’appelle Monique De Mattia-Viviès (Bulletin de la SAES 84 22)4.

I. Articulation entre syntaxe et sens dans un énoncé de DD

A. La construction du sens sous l’influence du cotexte

3Le sens que l’on peut attribuer à une séquence textuelle au sein d’un énoncé affleure sous l’influence inéluctable de l’environnement cotextuel de cette séquence. Ainsi, les différents éléments constitutifs de la séquence textuelle, qui peut être une phrase, participent de la construction d’un ensemble ordonné dans lequel la signification de chaque élément dans un contexte donné n’est généralement pas celle que l’on rattache usuellement au mot envisagé en tant que notion mais bien celle qui est influencée par les signifiés des éléments qui lui sont contigus, comme le fait remarquer Robert Larose : « le sens d’un texte, pris globalement, dépasse celui des éléments langagiers qui le composent » (1987 27). C’est donc l’influence mutuelle combinée des divers éléments appartenant à l’environnement cotextuel proche d’un mot donné qui lui confère un signifié spécifique dans un contexte donné. Partant, l’approche stylistique qui est envisagée dans cette étude se fonde principalement sur la prise en compte de considérations pragmatiques propres à l’emploi d’une séquence de termes en fonction de son cotexte.

B. Réflexion sur la « syntaxe mensongère »

  • 5  L’expression conditions de félicité est la traduction française de l’expression felicity condition (...)

4Parler de « syntaxe mensongère » pour qualifier un énoncé présuppose le renvoi à une double opération préalable : l’analyse de la combinaison d’éléments sur l’axe syntagmatique et l’évaluation épistémique de la réalisation potentielle d’un événement donné sur un axe de vérité. Cette deuxième opération consiste à évaluer les « conditions de félicité »5 d’un événement. Ces conditions ont été introduites par John L. Austin (1962) avant d’être reprises ensuite par John R. Searle (1969), comme le rappelle Thomas M. Holtgraves :

Maintaining a view of language use as action, Searle [… ] argued that the conditions for the felicitous performance (in Austin’s sense) of a speech act can be viewed as constituting the performance of that speech act. That is, the felicity conditions for a particular speech act must be met for that act to be performed successfully, and the meeting of these conditions constitutes the performance of that speech act. (Language as Social Action 12)

5Évaluer les conditions de félicité, c’est donc évaluer en termes de probabilités la prévalence de la réalisation d’un événement.

6Dans la collocation entre le substantif syntaxe et l’adjectif mensongère qui le qualifie, l’expression syntaxe mensongère, telle que nous la concevons, indique que les conditions de félicité de l’événement ne sont pas réunies et conclut à l’« insuccès » de l’acte de parole. De manière plus générale, l’on peut affirmer que la syntaxe n’est pas en soi « honnête » ou « mensongère » ; elle se contente d’organiser l’enchaînement d’éléments sur un axe linéaire en fonction de contraintes grammaticales propres à chaque langue. Le jugement « moral » qui est prégnant dans l’expression syntaxe mensongère vient souligner l’inadéquation entre un énoncé bien formé, donc grammatical, et une interprétation pragmatique qui remet en cause la réalisation de l’acte énonciatif rapporté dans un énoncé de DR.

C. Liens entre syntaxe, sémantique et pragmatique

7Pour pouvoir employer l’expression syntaxe mensongère, il ne suffit pas d’opposer la syntaxe et la sémantique mais il faut plutôt mettre en relation l’analyse syntaxique, l’analyse sémantique et l’interprétation pragmatique en identifiant les points communs à ces analyses.

8Lorsque la grammaticalité d’un énoncé est assurée, ce qui revient à dire que l’énoncé est correctement formé au niveau syntaxique, l’énoncé n’est pas pour autant nécessairement acceptable au niveau sémantique. Autrement dit, un énoncé peut être acceptable grammaticalement parlant mais irrecevable au niveau sémantique, comme les deux célèbres phrases introduites en 1957 par Noam Chomsky :

[… ] the notion “grammatical” cannot be identified with “meaningful” or “significant” in any semantic sense. Sentences (1) and (2) are equally nonsensical, but any speaker of English will recognize that only the former is grammatical:
(1) Colorless green ideas sleep furiously.
(2) Furiously sleep ideas green colorless. (Syntactic Structures 15)

9De manière quelque peu analogue, l’interprétation pragmatico-sémantique d’énoncés de DR va pouvoir dévoiler certaines incohérences entre ce que la syntaxe donne à lire et le sens attribué à la chaîne de signifiants qui constitue l’énoncé étudié. C’est dans ces conditions qu’il sera pertinent de parler de syntaxe mensongère pour caractériser un tel énoncé. Un énoncé illustrant un exemple de syntaxe mensongère est ainsi un énoncé pour lequel la valeur de vérité de l’acte de parole censé être rapporté est prise en défaut. Les conditions de félicité de l’événement ne sont donc pas réunies pour un tel énoncé même si l’énoncé est parfaitement grammatical.

D. La force illocutionnaire de l’acte de parole rapporté au DD

  • 6  Voici comment John L. Austin définit cet acte : « The act of ‘saying something’ in this full norma (...)
  • 7  Cette notion, introduite par John L. Austin sous l’expression illocutionary force, peut être défin (...)
  • 8  Voir Lacaze (2011 36).
  • 9  Par commodité, l’expression segment contextualisant sera dorénavant notée SC.

10Dans le cadre de cette étude qui se fonde sur l’analyse d’énoncés au DD, l’on rappellera quelques spécificités du DD. Nous savons que le DD est une forme de DR qui associe deux actes énonciatifs : un acte origine prononcé par un « locuteur origine » et un acte rapporté construit par un « locuteur rapporteur ». Le statut de l’acte de parole origine retiendra ici toute notre attention car il est intrinsèquement lié à l’interprétation faite par un lecteur qui lit le report de paroles au DD. L’acte de parole origine, qui est un acte locutoire ou un acte locutionnaire suivant la terminologie employée par John L. Austin6, peut être analysé en convoquant les travaux de John R. Searle et Herbert P. Grice sur les actes de langage. Il en va de même pour l’acte locutoire rapporté qui possède une certaine « force illocutionnaire »7 grâce aux choix effectués par le locuteur rapporteur. Ces choix se matérialisent notamment dans la composition du « segment contextualisant annonceur de DD8 »9 qui annonce le discours rapporté.

11Les différents énoncés au DD qui seront convoqués dans notre étude feront l’objet d’une analyse à l’aune des fondements théoriques présentés.

II. Vers l’émergence de déconnexions forme-sens

12Monique De Mattia-Viviès, qui a introduit le concept de déconnexion forme-sens le définit ainsi :

[La] description [des formes de DR produisant un sens qui est rapporté] se fonde sur l’idée d’une part que ces formes sont des catégories parfaitement identifiables, distinctes les unes des autres, ce qui est souvent démenti par les faits étant donné la porosité des formes de DR en anglais, et d’autre part que les formes signifiantes de DR sont productrices d’un sens, toujours le même, le sens rapporté. Or, il existe parfois une déconnexion totale ou partielle entre la forme et le sens, entre ce que l’énoncé montre et ce qu’il signifie : certains énoncés se présentent syntaxiquement comme du DR mais n’en relèvent pas du point de vue du sens. (« De la porosité des formes du discours rapporté » 29)

A. Distinction entre l’interprétation sémantique et l’interprétation pragmatique d’un énoncé

13Une déconnexion entre la forme et le sens tend à voir le jour lorsqu’un énoncé contient un acte illocutionnaire signifié mais inaccompli, une possibilité évoquée par François Récanati :

Puisqu’il y a des actes illocutionnaires qui sont signifiés sans être accomplis, et des actes illocutionnaires qui sont accomplis sans être signifiés, il est légitime d’établir une distinction entre les actes signifiés et les actes accomplis, c’est-à-dire entre le niveau sémantique et le niveau pragmatique du discours. (Les énoncés performatifs 248)

14Un tel énoncé peut se présenter sous la forme d’un report de paroles au DD même si aucun acte de parole n’a pu avoir lieu dans les conditions décrites dans l’énoncé de DR. L’on peut alors interroger l’appartenance de cet énoncé au domaine du DR.

B. Primauté de la forme

15Rapporter un énoncé en empruntant les codes et conventions propres au DD, comme les guillemets ou la présence d’un sujet syntaxique suivi d’un verbe introducteur au sein d’un SC conditionne grandement l’acte de lecture, opération mentale effectuée par le lecteur de cette production textuelle. En effet, la présence des marques formelles habituellement utilisées pour signaler une occurrence de DD tend à inciter le lecteur à identifier l’énoncé qu’il lit comme un énoncé de DD. La « primauté de la forme », si l’on peut la qualifier ainsi, a une influence relativement importante sur la réception du texte par un lecteur car ce dernier a inévitablement tendance à appuyer sa lecture sur les marques formelles du texte qui constituent autant de jalons qu’il rencontre au fil du texte. Il ne doit pourtant pas «faire confiance » aveuglément à ces marques formelles qui ne constituent pas des critères pouvant attester qu’un énoncé donné est identifiable à du DD ; ces marques ne sont que des indices aidant le lecteur à identifier le statut de l’énoncé considéré. Ces différents indices formels ne peuvent pas à eux seuls conduire à l’identification du statut de l’acte rapporté. Ce statut sera précisé suite à l’analyse pragmatico-sémantique de l’énoncé considéré.

C. Conditions d’émergence d’une déconnexion forme-sens

  • 10  L’expression est empruntée à la traduction en français de l’article de Zellig S. Harris, article p (...)

16L’émergence d’un certain niveau de déconnexion entre la forme et le sens n’est en général pas complètement fortuite. Ainsi, certains « schèmes de récurrence »10, constituant un cadre propice à l’apparition de phénomènes de déconnexion entre la forme et le sens dans un énoncé de DD, semblent pouvoir être mis en évidence même s’ils ne sont pas exhaustifs, ces phénomènes de déconnexion forme-sens n’étant pas toujours facilement identifiables dans les textes.

17L’analyse des énoncés figurant dans notre corpus de recherche, qui inclut extraits de romans et de nouvelles en anglais britannique et en anglais américain ainsi que de nombreux articles de presse, nous a permis d’identifier néanmoins certaines conditions favorisant l’émergence de disjonctions entre la forme et le sens.

III. Les déconnexions forme-sens à l’épreuve des textes : essai d’identification

18L’effort d’identification de ces phénomènes de déconnexion forme-sens ne peut être fructueux que si l’on s’efforce de travailler minutieusement sur les textes du corpus. Cette approche, qui donne la priorité aux textes, met en relief les échanges qui s’instaurent entre un texte et son analyse. La nécessaire catégorisation qui sera proposée ne devra pas être considérée comme une hiérarchisation figée, ces phénomènes subtils à identifier ne pouvant pas relever d’une logique binaire.

19Différentes conditions propices à l’apparition de disjonctions forme-sens dans un énoncé de DD vont être évoquées successivement : la composition du syntagme nominal sujet d’un SC de DD, la présence d’une modalisation de l’acte de parole et l’existence d’une déconnexion interne à l’énoncé.

A. Présence d’un locuteur métaphorique dans un SC

20La composition du syntagme nominal que l’on rencontre au sein d’un SC constitue un élément fondamental dans la perception par le lecteur de l’acte énonciatif origine rapporté par un narrateur dans le cadre de la fiction romanesque ou par un journaliste dans le cas de la presse.

  • 11  Un « locuteur métaphorique » désigne un sujet qui figure dans un SC de DD et qui n’est pas un anim (...)

21Envisageons un SC contenant une relation prédicative incluant un syntagme nominal sujet et un verbe introducteur qui peut être un verbe de parole. Lorsque le syntagme nominal ne désigne pas un locuteur animé humain mais un « locuteur métaphorique »11, il est vraisemblable qu’un phénomène de déconnexion forme-sens voie le jour. En effet, seul un locuteur animé humain peut prendre en charge un contenu propositionnel car il est le seul représentant de la classe des sujets animés à être doté de la parole. Nous savons, par ailleurs, qu’une occurrence de DD reproduit généralement de façon mimétique un acte de parole comme il pourrait exister dans le domaine extra-linguistique.

1. Lien avec un locuteur animé humain

22L’on rencontre parfois, dans les SC annonceurs de DD, des syntagmes nominaux (SN) qui ne renvoient pas nécessairement à la désignation d’animés humains. Le lien avec un animé peut être plus ou moins ténu. Il peut s’agir de la mention de la voix d’un locuteur origine ou de la mention d’une caractéristique physique d’un être humain, comme le regard par exemple. Dans ce cas, le lien est étroit avec un animé humain mais ce lien peut être seulement suggéré lorsque le support d’une production textuelle est mentionné dans un SC et que l’on peut reconstruire en filigrane l’intervention d’un locuteur animé humain.

  • 12  Catherine Kerbrat‑Orecchioni recense parmi les « signes corporo-visuels, de nature non verbale » l (...)

23Quand, au sein d’un SC, le SN sujet du verbe de parole désigne une partie du visage d’un être humain, il peut exister une déconnexion forme-sens sous certaines conditions. Lorsque la relation syntaxique sujet-verbe associe le regard d’un locuteur et un verbe de parole comme say, une déconnexion forme-sens voit généralement le jour. En effet, les yeux ou le regard d’un être humain peuvent exprimer des sentiments, des émotions et peuvent, par conséquent, être décryptés par un autre être humain qui joue le rôle d’observateur. Toutefois, il n’existe pas en tant que tel d’acte de parole. L’observateur va mettre en mots ce qui n’est qu’une expression du regard ou du visage ou, pour reprendre la terminologie introduite par Catherine Kerbrat-Orecchioni, ce qui constitue une série de « signes corporo-visuels » qualifiés de « cinétiques rapides »12. Ce faisant, il mime la reproduction d’une occurrence de DR alors même que l’acte énonciatif origine est, par nature, irréalisable.

24De tels énoncés se rencontrent dans la fiction comme en témoignent ces quelques extraits qui font l’objet de notre étude.

25Sylvie Hanote et Hélène Chuquet analysent l’énoncé suivant :

  • 13  L’extrait numérisé dont il est fait mention appartient au LOB Corpus. Ce corpus de textes numérisé (...)

Then he had put aside pretence and slept in another room, making it plain to the girl who could not understand. ‘That was 1939,’ Helen said, ‘the year of the war.’ His glance was shocked and the car swerved. That’s a long time, the glance said. (LOB Corpus)13 (Who’s speaking please 27)

26Le segment textuel the glance said s’apparente au niveau formel à une incise de DD qui introduirait le segment Thats’s a long time identifié à un discours cité. Si tel est le cas, l’on est en présence du sujet syntaxique non animé the glance en lien avec un animé humain qui est en l’occurrence un participant à l’acte énonciatif auquel participe Helen, mais ce paramètre physique n’est pas vocal. Or, le regard d’un individu n’est pas en lui-même la source potentielle d’un dire. Il peut, par contre, traduire l’expression d’un sentiment, d’une émotion et participe donc pleinement à l’acte de communication mettant en jeu deux êtres humains. Le lecteur a l’impression d’accéder aux pensées du personnage masculin à travers la perception du personnage féminin. Le locuteur rapporteur met ici en mots les pensées attribuées à l’homme par Helen qui analyse le regard de son interlocuteur et l’envisage potentiellement comme une source énonciative. Cette impression est confirmée par le fait que le segment textuel qui tient lieu de discours cité n’est pas entre guillemets. Il ne s’agit pas du report de paroles d’un acte verbal authentique mais simplement du fruit de l’analyse par Helen du regard de son interlocuteur.

  • 14  Monique De Mattia‑Viviès définit ainsi cette expression : « On parlera d’effet de DD ou de DIC à c (...)

27L’on peut alors s’interroger sur le statut de cet énoncé qui ne constitue pas véritablement une occurrence de DR. Sur un plan formel, l’énoncé ci-dessus ressemble à une occurrence de DD car l’on peut identifier un discours citant et un discours cité mais sur un plan sémantique, une analyse rationnelle de cet énoncé permet de conclure à la non-réalisation de l’acte verbal attribué à l’homme. L’énoncé produit ainsi un « effet de DD »14.

  • 15  Communication personnelle.

28Voici comment Wilfrid Rotgé15 analyse le segment the glance said dans cet énoncé :

Ce [… ] segment ressemble à une incise sur le plan formel, toutefois le choix du groupe nominal (« the glance ») invalide l’interprétation en discours rapporté. En changeant le GN par une autre partie du visage, on retrouve une incise : « the mouth said ». Cet énoncé montre que l’aspect formel (l’absence de guillemets dans un énoncé) est parfois moins important que l’aspect sémantique (la nature du GN) pour l’interprétation en discours rapporté ou non.

29La substitution du SN the glance par le SN the mouth s’accompagne de la disparition du phénomène de déconnexion forme-sens en raison de la relation métonymique existant entre la voix d’un locuteur et le lieu physique de production de la parole. La collocation entre le SN the mouth et le verbe de parole say n’entraîne pas de disjonction entre la forme et le sens.

30Dans l’énoncé précédent, l’absence de guillemets pour encadrer ce qui tenait lieu de discours cité était un indice du statut particulier de cet énoncé qui est une occurrence de DD par la forme. Pourtant, les guillemets sont parfois présents même lorsque la nature du SN incite à remettre en cause l’interprétation de l’énoncé comme étant du DR. C’est le cas dans l’énoncé suivant qui est un extrait du roman The Rise of Silas Lapham de William Dean Howells publié en 1885 :

  • 16  Les gras sont de nous.

Over the mantel in the elder Corey’s room hung a portrait which he had painted of his own father, and now he stood a moment and looked at this as if struck by something novel in it.
[… ]
“Well, let us compromise,” he seemed to be saying to his father’s portrait. “I will travel.” “Travel? How long?” the keen eyes demanded. “Oh, indefinitely. I won’t be hard with you, father.” He could see the eyes soften, and the smile of yielding come over his father’s face [… ].16(39)

31Bromfield Corey, un homme âgé d’une soixantaine d’années, contemple le portrait de son père, un marchand qui a fait des affaires en Inde. Il se trouve qu’il a lui-même peint ce portrait plusieurs dizaines d’années auparavant. En regardant ce portrait, il se souvient de sa jeunesse et il compare le nez de son père à celui de son fils, Tom Corey. Il s’adresse alors à son père et le narrateur décrit la réponse de son père comme si le tableau s’animait. Le regard interrogateur de son père est mis en mots. La description de la perception visuelle de Bromfield Corey se fait en focalisation interne : la scène est envisagée à travers son regard. Cette occurrence de DR est démentie par un raisonnement rationnel mais le narrateur, en position de locuteur rapporteur, a été capable d’animer le tableau pour mimer un dialogue entre un père et son fils. Par la langue, le narrateur a pu mettre en mots ce qui n’a pu faire l’objet d’une verbalisation effective.

32Par ailleurs, la ponctuation utilisée ici est semblable à celle d’un acte énonciatif authentique avec la présence des guillemets. Les choix ainsi adoptés par le narrateur apportent une tonalité particulière à ce passage, comme le souligne Janet Holmgren McKay :

The symbolism — Corey, the painter, talking to his own portrait of his father — is enhanced by the dramatic presentation, as is the poignancy and charm of the scene. Bromfield Corey can either recall or imagine his father’s words and his own gentle, self-deprecating wit. (Narration and Discourse 103)

33Le lien avec un animé humain paraît plus ténu lorsque le SC contient le médium d’une production textuelle comme une affiche publicitaire, par exemple.

34Soit l’énoncé suivant tiré d’un article paru dans le Guardian :

  • 17  C’est nous qui soulignons.

“This car was owned and used by chairman Mao Zedong,” the ad reads, listing a Japanese man as the seller.17(Joffe-Walt)

  • 18  Cette expression est employée par Yves-Bernard Malinier (« Activo-passif et Inagentif : ce qui rap (...)

35Le SN the ad qui est le sujet syntaxique du verbe de l’incise est un sujet non animé. Le verbe read étant un verbe à « structure activo-passive »18, la collocation entre un sujet non animé et un verbe activo-passif semble moins mettre en évidence ce qui s’apparenterait sinon à un certain degré de déconnexion forme-sens. En effet, un objet ne semble pas pouvoir constituer la source énonciative d’un dire. L’annonce publicitaire n’est en fait que le support physique d’une production textuelle dont un sujet animé est l’auteur. Même si celui-ci n’est pas explicitement mentionné dans le report de paroles, sa présence peut être aisément convoquée car il est l’auteur de l’annonce publicitaire dont l’existence même n’est rendue possible que par une intervention humaine préalable.

36Il en va autrement lorsque le verbe introducteur qui figure dans le SC est le verbe say, considéré comme le verbe de parole par excellence. Dans leur étude sur le « type de source assertive », Sylvie Hanote et Hélène Chuquet évoquent la possibilité que « le sujet syntaxique du verbe déclaratif [puisse] renvoyer à une autre source qu’un locuteur animé-humain » (Who’s speaking please 26). Les deux auteurs analysent l’énoncé suivant :

Up and up. Heat Wave to Continue, said the posters. (Iris Murdoch, The Nice and the Good, 1968) (Who’s speaking please 27)

  • 19  L’acception du terme énonciateur retenue ici correspond à celle donnée par Oswald Ducrot (1984) et (...)

37Dans cet énoncé, le SC est constitué du SN non animé the posters et du verbe de dire say. Un raisonnement fondé sur le sens semble a priori rejeter l’interprétation suivant laquelle un sujet non animé puisse représenter le locuteur d’un dire. Il en est de même pour la notion d’énonciateur19 : un sujet non animé ne peut être le support d’un point de vue. En fait, il faut considérer le SN syntaxique comme le support d’une énonciation avec la présence sous-jacente d’un locuteur animé humain à l’origine de la production verbale retranscrite sur le médium. Pour justifier un tel emploi d’un SN non animé, Sylvie Hanote et Hélène Chuquet avancent « qu’il s’agit bien de privilégier le discours rapporté et non le fait qu’une instance rapporte quelque chose dans un temps T, en raison essentiellement du type de source du discours rapporté ». Le verbe de dire say « ne joue plus alors son rôle de verbe introducteur de discours » (27). Dans cette approche, le verbe say serait simplement « un opérateur plus général de mise en relation entre du discours rapporté et une origine, que cette origine soit humaine ou non, animée ou non animée » (27).

38Les deux auteurs proposent alors de transformer l’énoncé origine :

‘Up and up. Heat Wave to Continue’ was written on the posters. (27)

39Par cette glose, les auteurs transforment considérablement l’énoncé aussi bien dans sa structure syntaxique que dans son sémantisme. En effet, l’incise said the posters, qui était en position finale relativement au discours rapporté, est remplacée par un segment textuel qui joue le rôle de proposition principale dans une structure de diathèse passive dans laquelle le discours cité vient occuper la position de sujet syntaxique, position signalée typographiquement par la présence de guillemets absents dans le texte source.

2. Locuteur animé non humain

40Un degré supplémentaire de déconnexion entre la forme et le sens semble être franchi lorsque le locuteur métaphorique intervenant dans le SC d’une occurrence de DD au niveau formel est un sujet animé non humain. Seul l’être humain étant apte à verbaliser des propos, toute autre source énonciative présente dans un SC de DD semble ainsi problématique. Lorsque le locuteur est un animal, le décalage entre la forme et le sens croît encore.

41Monique De Mattia-Viviès estime qu’« un énoncé peut aussi apparaître en DD et correspondre à un acte non verbalisé » (Le DIL au risque de la grammaire 197). Elle illustre cette hypothèse en citant un extrait du Docteur Jivago de Boris Pasternak dans lequel le locuteur métaphorique est un cheval:

Il s’était mis à hennir, le brave Oudaloï, comme s’il voulait me dire : « Allons, viens ma petite Tania, allons au galop chercher des braves gens, allons appeler au secours. » (Le docteur Jivago 600-1)

42L’écart semble maximal lorsque le locuteur métaphorique, qui tient lieu de « source énonciative », est non pas un sujet animé non humain mais un élément métonymique en lien avec un sujet animé non humain, comme dans l’extrait suivant du roman A Room with a View d’E. M. Forster:

  • 20  C’est nous qui soulignons.

Satisfactory that Mr Emerson had not been told of the Florence escapade; yet Lucy’s spirits should not have leapt up as if she had sighted the ramparts of heaven. Satisfactory; yet surely she greeted it with disproportionate joy. All the way home the horses’ hoofs sang a tune to her: ‘He has not told, he has not told.’ Her brain expanded the melody: ‘He has not told his father – to whom he tells all things. It was not an exploit. He did not laugh at me when I had gone.’ She raised her hand to her cheek. ‘He does not love me. No. How terrible if he did! But he has not told. He will not tell.’20 (172)

43L’extrait reproduit ci-dessus fait suite à un dialogue entre Mr Emerson, son fils George, Charlotte Bartlett, sa cousine Lucy Honeychurch et Mrs Honeychurch. Lorsque ce dialogue prend fin, Lucy et sa mère montent en voiture et quittent les autres personnages. Dans cet extrait, le lecteur a accès aux pensées qui assaillent Lucy, qui exprime sa satisfaction qu’un secret auquel elle tient beaucoup n’ait pas été dévoilé.

44Sur un plan purement syntaxique, l’extrait présente plusieurs occurrences de DD. La première occurrence fait intervenir un discours citant en position initiale qui introduit un discours cité entre guillemets, mais le discours citant a une composition un peu particulière : il contient notamment un sujet syntaxique lié à un sujet animé non humain, the horses’ hoofs, et le verbe sing qui est la trace d’une activité habituellement humaine. Une analyse pragmatico-sémantique conteste la légitimité d’un tel acte de parole : comment les sabots des chevaux pourraient-ils accéder au statut de locuteurs origines et s’adresser à Lucy en prononçant des paroles que seuls les êtres humains peuvent proférer ? Un haut degré de déconnexion entre la forme et le sens est mis au jour dans cet énoncé. Il faut envisager une analyse stylistique pour parvenir à interpréter ce qu’une analyse logique semble réfuter.

  • 21  Nous empruntons cette expression à Gérard Genette pour qui la « focalisation externe » correspond (...)
  • 22  Gérard Genette envisage une relation de synonymie entre les expressions suivantes : « récit à poin (...)
  • 23  Pour Monique De Mattia-Viviès, le « sujet de conscience » est l’être de discours « à partir duquel (...)
  • 24  Nous reprenons la terminologie introduite par Dorrit Cohn : « le psycho-récit » s’analyse comme «  (...)

45Dans le cotexte gauche qui précède la première occurrence de DD, l’on n’a pas affaire à un récit d’événements présentés en « focalisation externe »21 mais plutôt à un « récit à point de vue »22 dans lequel Lucy se rapproche d’un « sujet de conscience »23 qui perçoit les événements qui l’entourent, le narrateur s’efforçant de retranscrire les perceptions du personnage dans son récit. Nous reprenons ici l’étude de Monique De Mattia (2001) qui étudie un extrait de Mrs Dalloway de Virginia Woolf présentant de nombreux points communs avec l’extrait ci-dessus. Dans notre énoncé, il semble tout d’abord que les deux premières phrases avant la première occurrence de DD puissent être analysées comme du « psycho-récit »24 : le lecteur a en effet accès, via la médiation du narrateur, aux « états de conscience » du personnage (Cohn 50, traduction d’Alain Bony). Puis, la frontière entre le monde extérieur de Lucy et ses pensées les plus secrètes semble s’effacer comme pour mieux permettre au lecteur de pénétrer ce monde « intérieur » dans lequel les pensées de Lucy sont graduellement mises en mots et des actes de verbalisation apparaissent alors même que certaines sources énonciatives qui émergent dans son esprit ne peuvent pas en être rationnellement dans le monde extérieur. L’émergence d’une première occurrence de DD semble être la trace du passage du monde extérieur vers le monde intérieur de Lucy ; cette impression est ensuite confirmée par la deuxième occurrence de DD. L’on peut remarquer que la répétition de paroles au sein du premier discours cité exploite au maximum la musicalité qui accompagne l’énoncé ci-dessus et dans lequel le rythme régulier des sabots des chevaux sur la route semble renvoyer l’écho des paroles répétées et scandées qui constituent le discours cité.

  • 25  S’inspirant de l’étude de René Rivara (2000), Monique De Mattia résume ainsi la théorie du monolog (...)

46Cette mélodie, qui est le fil conducteur de l’extrait, est amplifiée, par effet cumulatif, dans l’occurrence de DD qui suit avec le segment textuel Her brain expanded the melody qui s’apparente à un SC. Le narrateur-locuteur rapporteur enrichit ce « pseudo-report » de paroles en puisant à nouveau dans le champ lexical de la musique et en orientant davantage ce report de paroles vers un « monologue intérieur » (MI)25 du personnage. Le discours citant annonce l’introduction des paroles perçues par Lucy. Le contenu de ces paroles vient expliciter le discours cité qui précède avec l’introduction d’un repérage déictique par rapport à Lucy grâce à l’emploi des pronoms I et me ; ce qui confirme l’interprétation MI évoquée précédemment. Le lecteur a accès au discours intérieur de Lucy qui monologue avec elle-même.

47La troisième occurrence de DD est précédée par une phrase autonome syntaxiquement qui décrit le mouvement de Lucy qui la conduit à adopter une posture en accord avec le contenu propositionnel du discours cité qui suit. À l’instar du Penseur de Rodin, Lucy médite et des pensées antagonistes se succèdent dans son esprit avec une vivacité rendue par le choix de la ponctuation et l’emploi de phrases ou de segments de phrase courts qui sont aptes à rendre compte du trouble intérieur qui anime son esprit.

48Les diverses occurrences de DD qui sont mentionnées dans cet extrait ne renvoient donc pas à des actes de parole authentiques mais constituent autant d’« effets de DD » : la syntaxe correspond à celle du DD tandis que le sens vient contredire ce que la syntaxe pose. Dans cet exemple, le choix de composition des SC de DD, en particulier le choix du SN, éloigne l’énoncé d’une interprétation littérale pour plutôt privilégier une nouvelle lecture du texte dans laquelle les perceptions et les émotions du personnage sont retranscrites et le lecteur accède à ces informations médiées par l’emploi d’une syntaxe quelque peu mensongère.

49L’on peut noter que l’insertion d’effets de DD dans ce roman n’entrave nullement l’activité de lecture. Le linguiste et l’analyste du discours mettent au jour des phénomènes stylistiques qui passent complètement inaperçus chez le lecteur. Ce décalage subtil entre forme et sens tend à être entièrement transparent pour le lecteur.

50Lorsque le sujet syntaxique désigne un objet physique, la déconnexion forme-sens semble assez évidente et la mise en relation entre ce sujet et un verbe de parole semble problématique au plan sémantique. Elle l’est tout aussi bien pour un énoncé au DIC que pour un énoncé au DD, comme l’illustrent les deux énoncés suivants :

[… ] her glass tells her she is pretty [… ]. (Richardson Pamela 124)

51Dans cet extrait du roman Pamela de Samuel Richardson, l’énoncé contient une occurrence de DIC au niveau syntaxique. Le sujet syntaxique, le miroir, ne peut en aucun cas être à l’origine d’un dire. En tant qu’objet physique, il ne renvoie qu’une image de la jeune femme qui est ensuite interprétée par le locuteur rapporteur.

  • 26  Les gras sont de nous.

Winston thought. [… ] Almost at random he said:
“Did you ever happen to hear an old rhyme that begins Oranges and lemons, say the bells of St Clement’s?”
Again O’Brien nodded. With a sort of grave courtesy he completed the stanza:
“Oranges and lemons, say the bells of St Clement’s,
You owe me three farthings,
say the bells of St Martin’s,
When will you pay me?
say the bells of Old Bailey,
When I grow rich,
say the bells of Shoreditch.”
“You knew the last line!” said Winston.26(Orwell Nineteen Eighty-Four 178)

52Le second énoncé reproduit un dialogue entre Winston et O’Brien. O’Brien complète la comptine amorcée par Winston. Cette comptine comporte quatre occurrences de DD au niveau formel. Chaque incise en position finale contient un sujet et le verbe say. Chaque sujet métaphorique se caractérise par la pluralité de ses sources énonciatives qui sont les cloches d’une église donnée. Les cloches sont assimilées au producteur d’un dire. Elles sont « personnifiées » et « animées » au sens étymologique du terme, c’est-à-dire, dotées d’une âme. C’est à cette condition que le lecteur peut interpréter le décalage entre l’analyse syntaxique de l’énoncé et une interprétation pragmatico-sémantique.

53Le parcours de différents phénomènes de déconnexion entre la forme et le sens conduit ainsi à la mise en évidence d’une gradation suivant la composition du SN. Ces différentes zones dans lesquelles nous pourrions classer ces divers énoncés sont donc orientées selon un gradient en fonction de la nature du sujet grammatical du SC et de sa proximité avec un locuteur animé humain.

B. Modalisation de l’acte de parole

1. Acte de parole anticipé

54Il peut arriver qu’un locuteur rapporteur rapporte la mise en scène d’un acte de parole avant même que celui-ci ait eu lieu. Dans un tel énoncé, une situation d’énonciation future dans le monde extra-linguistique est envisagée : par exemple, l’allocution d’un homme politique dont le discours a été rédigé à l’avance et qui a été transmis à une agence de presse. Un journaliste politique peut commenter le contenu de la déclaration avant son énonciation. C’est le cas dans l’énoncé suivant extrait du Guardian :

  • 27  C’est nous qui soulignons.

David Cameron will today signal his commitment to engage with Europe but will demand an end to the “culture of hopelessness” within the EU. [… ]
“Twelve member states have actually gone backwards and increased their emissions,” Mr Cameron will tell Tory MEPs. [… ]
“We will be the champions for real change in Europe,” Mr Cameron is expected to say.27 (Mulholland)

55La journaliste fait ici référence à l’allocution du leader du parti conservateur prévue le jour même devant les députés européens de son parti. Plusieurs occurrences de DR apparaissent dans l’extrait reproduit ci-dessus. L’on s’intéressera aux deux occurrences de DD intervenant successivement et qui contiennent, pour chacune d’entre elles, un SC en position finale. Qu’il s’agisse de l’emploi du modal WILL ou de l’utilisation d’une diathèse passive avec le verbe expect qui renvoie au futur, l’acte de parole, introduit soit par le verbe tell, soit par le verbe say, est rapporté comme s’il avait déjà eu lieu au niveau formel avec l’emploi de guillemets encadrant le discours cité. La valeur de prédiction qui entache la modalisation du discours cité est révélatrice d’un « discours anticipé », comme nous le qualifions.

2. Acte de parole nié

  • 28  L’expression polarité négative est empruntée à Pierre Cotte (« Les subordonnées en but » 214).

56La présence explicite d’une négation ou d’un terme à « polarité négative »28 au sein de la relation prédicative du SC suffit à remettre en cause l’authenticité de l’acte de parole.

  • 29  Cet article, intitulé “What a Lovely Non-Answer, Ms. Rice” et écrit par Al Kamen, a paru le 19 jui (...)

57L’énoncé ci-dessous reproduit un extrait d’un article29 paru dans le Washington Post :

  • 30  C’est nous qui soulignons.

“Recently the [same-sex] marriage amendment failed, and that was disappointing to a number of people here at the convention,” McLaughlin said. “Polls say that same-sex marriage is becoming more acceptable. What are your views?”
“Well, look, this is not my area of expertise or, frankly, my area of concentration at this point,” Rice said.
[… ]
Note: Rice could have brushed her off and said, “Not my job.” But she didn’t. That would have been discourteous. She could have said she favored such marriages. She could have said she’s opposed. Instead, we have a thoughtful, eloquent, satisfying non-answer. That’s diplomacy.30(Kamen)

  • 31  Nous faisons ici référence aux travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni qui offrent un cadre théori (...)
  • 32  Selon Dominique Maingueneau, une occurrence de DD contient ce qu’il appelle un discours citant et (...)

58Cet énoncé reproduit une interview entre Nancy McLaughlin et Condoleeza Rice, à l’époque Secrétaire d’État de l’administration Bush. Le journaliste du Washington Post se positionne donc en tant que locuteur rapporteur d’un acte énonciatif authentique. Après deux premiers « tours de parole »31 reproduisant la question de la journaliste et le début de la réponse de Condoleeza Rice, le journaliste introduit une remarque qui commente la réponse de la secrétaire d’État. Au niveau formel, ce commentaire contient une occurrence de DD : il semble possible d’identifier un discours citant32 Rice could have brushed her off and said et un discours cité Not my job avec les guillemets encadrant ce qui tient lieu de discours cité. Le discours citant contient le coordonnant and qui relie les verbes brush off et say. Il y a une mise en facteur commun de could have, ce qui revient à avoir le segment could have said comme syntagme verbal de la relation prédicative du SC. La présence du modal CAN associé à la forme HAVE+EN témoigne du caractère hypothétique et non réalisé du procès qui correspond à l’acte énonciatif : c’est un irréel du passé. En effet, HAVE+EN localise le procès dans le passé et le fait basculer dans l’irréel. Cette remarque du journaliste qui suit les propos tenus par la Secrétaire d’État met en avant des propos qui auraient pu être tenus mais qui ne l’ont pas été. Ce faisant, le journaliste-locuteur rapporteur attribue à un locuteur origine des propos non verbalisés : il y a donc, selon nous, une disjonction entre la forme et le sens. Cette impression est confirmée par le cotexte droit et l’emploi de l’auxiliaire DO associé à la négation NOT qui nie explicitement l’acte de parole.

  • 33  L’article, rédigé par Lawrence Donegan et intitulé “Michael Phelps finds redemption in return to t (...)

59Un terme à polarité négative comme l’adverbe never peut figurer dans le SC et apporter ainsi une coloration modale à l’acte de parole. C’est le cas dans l’extrait suivant d’un article33 paru dans le Guardian :

  • 34  Les gras sont de nous.

“Having thoroughly investigated this matter, we do not believe we have enough evidence to prosecute anyone,” said Sheriff Leon Lott of Richland County, South Carolina, his words etched with an unmistakable tinge of regret. “We had a photo and him saying he was sorry for inappropriate behaviour. He never said, ‘I smoked marijuana.’ We didn’t have physical evidence.”34(Donegan)

  • 35  Nous reprenons la distinction énonciateur/locuteur évoquée précédemment.

60L’article ci-dessus porte sur les soupçons de dopage à l’encontre de Michael Phelps, nageur américain qui a remporté huit médailles d’or lors des Jeux Olympiques de Pékin, et sur la décision des autorités de l’État de Caroline du Sud de ne pas poursuivre le sportif par manque de preuves. Le journaliste rapporte les propos d’un shérif qui annonce la décision de la juridiction. Le shérif devient à son tour un locuteur rapporteur puisqu’il rapporte des propos que Michael Phelps aurait pu prononcer mais qui n’ont pas été énoncés. Le discours du locuteur rapporteur contient une occurrence de DD avec un discours citant et un discours cité. L’incise He never said introduit un discours qui n’a pas connu de verbalisation. Le discours cité est d’un type particulier car l’existence même de l’acte de parole est niée par la présence de l’adverbe never dans l’incise. Michael Phelps est donc un énonciateur origine35 car le shérif attribue un point de vue virtuel au nageur tout en niant l’acte qui aurait conduit à l’expression de ce point de vue. La présence de l’adverbe never transforme radicalement la perception par le destinataire du report de paroles. L’adverbe never, qui porte la marque de la négation, va annihiler l’occurrence de l’acte de parole rapporté.

  • 36  Ulla Tuomarla remet en cause la « conception autonymique du DD » qui consisterait à réduire le DD (...)

61L’emploi d’un terme à polarité négative au sein d’un SC de DD élargit le champ des signifiés pour un acte énonciatif. Sa présence doit attirer l’attention du lecteur car elle semble incompatible avec la « conception autonymique du DD »36 selon laquelle le DD rapporte un acte de parole origine caractérisé par son unicité et un ancrage spatio-temporel donné.

62La présence d’un connecteur logique comme la locution prépositionnelle instead of, qui marque la concession dans un énoncé, peut aussi être la trace d’un discours nié, comme dans l’extrait suivant du roman A Room with a View :

  • 37  Les gras sont de nous.

She returned with new eyes.
So did Cecil; but Italy had quickened Cecil, not to tolerance, but to irritation. He saw that the local society was narrow, but instead of saying, ‘Does this very much matter?’ he rebelled, and tried to substitute for it the society he called broad.37(Forster A Room with a View 130)

63L’existence même des propos attribués à Cecil est niée avant que ces propos soient rapportés par le locuteur rapporteur. L’acte de parole origine n’a pas eu lieu et pourtant un ensemble de mots constituant un discours cité est reproduit au niveau formel.

64De manière assez analogue, dans l’extrait suivant du même roman, l’acte énonciatif origine est interrompu mais le rapporteur précise le contenu du discours cité que Lucy aurait pu prononcer sans une interruption intempestive :

  • 38  C’est nous qui soulignons.

‘You shall see for yourself how your protégés are. George Emerson is coming up this afternoon. He is a most interesting man to talk to. Only don’t–’ She nearly said, ‘Don’t protect him.’ But the bell was ringing for lunch, and as often happened, Cecil had paid no great attention to her remarks.38(Forster A Room with a View 173)

C. Mention d’une alternative

65Lorsqu’un locuteur rapporteur envisage, dans le report de paroles qu’il attribue à un locuteur origine, une alternative entre deux discours cités possibles, il crée inévitablement une instabilité sémantique entre ce qu’il montre à lire au lecteur et ce qu’une interprétation rationnelle tend à réfuter. En effet, dans une situation d’énonciation donnée, un locuteur origine ne peut produire qu’un seul discours. Toutefois, le locuteur rapporteur est libre d’envisager un discours autre, un discours que le locuteur origine aurait pu prononcer en lieu et place du discours effectivement verbalisé. En choisissant volontairement de présenter au lecteur une alternative entre deux énonciations distinctes, le locuteur rapporteur utilise une construction syntaxique parfaitement grammaticale qu’il détourne en invitant le lecteur à emprunter un premier chemin puis un second chemin. Le lecteur prend ainsi connaissance de deux discours cités différents. Comme il sait pertinemment que le locuteur origine n’est pas en mesure de prononcer ces deux discours, le lecteur prend conscience du décalage entre les deux reports de parole présentés au niveau formel dans le texte et l’interprétation pragmatico-sémantique qui l’incite à privilégier l’un ou l’autre des deux discours cités.

66L’extrait suivant tiré de The Pearl en donne une illustration :

  • 39  Les gras sont de nous.

If these things came to pass, they would recount how Kino looked and what he said and how his eyes shone, and they would say, “He was a man transfigured. Some power was given to him, and there it started. You see what a great man he has become, starting from that moment. And I myself saw it.”
And if Kino’s planning came to nothing, those same neighbours would say, “There it started. A foolish madness came over him so that he spoke foolish words. [… ]”39 (Steinbeck The Pearl 84-6)

67Alors que les villageois ont appris que Kino a découvert une énorme perle, le narrateur envisage ce que ces personnes pourront dire dans le futur en racontant la vie de Kino à partir du jour de la découverte de la perle. Le locuteur rapporteur se propose de rapporter les propos des voisins de Kino avant que ces locuteurs aient pu les prononcer. Ces propos ont donc un caractère tout à fait virtuel. Le locuteur rapporteur envisage alors deux alternatives, donc deux occurrences de discours cité, en fonction de la réussite ou de l’échec de la vie future de Kino. À un acte de parole unique qui se distingue donc par sa singularité ne peut correspondre qu’une occurrence de discours cité alors que le locuteur rapporteur envisage lui-même deux occurrences de discours cité. Le locuteur rapporteur effectue ici une opération de parcours mental des deux issues possibles, la réussite ou l’échec de Kino, et pour chacune d’elles, il reproduit le discours virtuel des villageois.

D. Déconnexion interne à l’énoncé

68Les phénomènes de déconnexion forme-sens analysés précédemment étaient assez aisément identifiables comme tels car certains indices apparaissaient dans les divers SC étudiés. La présence d’un locuteur métaphorique et/ou d’une modalisation au niveau du syntagme verbal d’une occurrence de DD constituaient des indices orientant le processus de lecture et « avertissant » le lecteur du statut non canonique d’un tel énoncé. D’autres phénomènes linguistiques et pragmatiques véhiculant une déliaison entre la forme et le sens existent : ils impliquent une analyse du contenu des paroles reproduites par le locuteur rapporteur dans le discours cité. C’est cette analyse qui aboutira à la mise au jour d’une déconnexion forme-sens. Cette déconnexion, faisant intervenir un décalage entre le contenu du discours cité et le contenu du SC, est un type particulier de déconnexion : c’est une « déconnexion interne à l’énoncé » étudié.

  • 40  Cet extrait, cité dans plusieurs ouvrages de Monique De Mattia-Viviès, a fait l’objet d’une étude (...)

69Soit l’extrait suivant du roman Mrs Dalloway40:

‘Impulses came upon him sometimes?’ Sir William asked, with his pencil on a pink card.
That was his own affair, said Septimus. (Woolf 127)

  • 41  Selon l’approche théorique de Jacqueline Authier (1978), « l’îlot textuel [… ] relève de la modali (...)
  • 42  Cette expression est empruntée à Jacqueline Authier-Revuz (2004 35).

70Le docteur Sir William examine Septimus, qui est atteint d’hallucinations mentales. L’analyse de cet énoncé débute par l’étude de sa ponctuation. La prise en compte de ce critère formel semble être la première étape du processus de lecture permettant d’isoler différents segments dans un énoncé. La présence de marqueurs d’hétérogénéité discursive comme les guillemets nous incite à identifier le segment entre guillemets comme un « îlot textuel »41 dont le statut sera précisé par la suite. Cet îlot textuel reprendrait donc des paroles origines et serait ainsi une « représentation du discours autre »42. Le second fragment textuel, qui n’est pas entre guillemets, contient notamment le syntagme nominal sujet Sir William et le verbe ask qui joue souvent le rôle de verbe introducteur de DD. Cette première étape de l’analyse conduit à l’identification d’un premier segment textuel tenant lieu de discours cité, alors que le segment qui suit peut être décrit comme un SC annonceur de DD. La terminologie employée ici pour ce second segment montre que ce sont des critères syntaxiques qui ont permis d’ébaucher l’étude de cet énoncé. Cette étude pourra être confirmée ou infirmée en fonction de l’analyse de l’environnement cotextuel de l’énoncé.

  • 43  Ces deux expressions sont empruntées à Monique De Mattia-Viviès qui les emploie dans le cadre de l (...)

71L’étape suivante consiste en une évaluation de la validité du « réalisme langagier » et du « réalisme pragmatique »43 à l’œuvre dans cet énoncé. La validité du réalisme pragmatique repose principalement sur la question suivante : la prise de parole de Sir William est-elle légitime à cet instant de la diégèse ? Quant à la validité du réalisme langagier, elle porte sur l’évaluation du contenu du fragment désigné précédemment comme un discours cité : le locuteur origine, Sir William en l’occurrence, a-t-il pu s’adresser en ces termes à Septimus ? Il suffit que la validité de l’un des deux types de réalisme soit niée pour que le statut de l’acte de parole comme une occurrence de DD « authentique » soit remis en cause.

  • 44  Par commodité, l’expression discours indirect libre sera dorénavant notée DIL.

72À partir du cotexte qui est accessible au lecteur du roman, l’on peut estimer que la prise de parole de Sir William est légitime car il examine son patient. Par contre, l’analyse du contenu propositionnel du discours cité montre que les repérages sont ceux d’une occurrence de discours indirect libre44. En effet, les repérages temporels et déictiques ont été recalculés par le narrateur afin que le type de DR soit du DIL. Par son effet mimétique, une occurrence de DD reproduit généralement les paroles telles qu’elles sont censées avoir être prononcées par un locuteur. Si l’on imagine Sir William s’adressant à Septimus, le DD qu’il aurait dû employer serait :

‘Impulses come upon you sometimes?’ Sir William asked, with his pencil on a pink card.

73L’analyse menée met ainsi en évidence l’existence d’une déconnexion forme-sens dans cet énoncé de DR. La ponctuation oriente la lecture de l’énoncé comme étant une occurrence de DD. Pourtant, l’analyse fine de l’énoncé en fonction de son environnement cotextuel et du contenu du discours cité tend à montrer que l’énoncé étudié est une occurrence de DIL qui est présenté par l’auteur « sous les traits » d’une occurrence de DD. Monique De Mattia-Viviès estime que cet énoncé présente « une forme d’hybridité » (« De la porosité des formes du discours rapporté » 31). Par ailleurs, cette occurrence de DIL contient un segment introducteur incluant l’incise Sir William asked. Pour décrire un tel énoncé, Monique De Mattia-Viviès pourrait dire que « le DIL avec incise est une forme hybride, un mixte entre DD et DIL sans incise » (« Du discours rapporté mimétique » 159). Compte tenu du « fort effet mimétique » produit par un tel énoncé, elle parlerait de « DI semi-libre » qui se situe « à mi-chemin entre DD et DIL locutoire (sans incise) » (159). La présence des guillemets tend à produire « un effet de littéralité » (163).

  • 45  Dans son ouvrage intitulé Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Laurence Rosier me (...)

74Monika Fludernik cite elle aussi cet extrait pour signaler que la présence des guillemets pour délimiter une occurrence de DIL ajoute de l’expressivité à l’énoncé (The Fictions of Language 230). Compte tenu du fait que cet énoncé associe certaines caractéristiques propres au DD à certaines caractéristiques définitoires du DIL, l’on pourrait qualifier cet énoncé d’occurrence de « DD en trompe-l’œil », car il est caractérisé par un haut degré de « mixité formelle »45 DD / DIL.

75Une déconnexion interne à un énoncé ne repose pas forcément sur l’existence d’une mixité formelle associant plusieurs formes de DR. Si les propos rapportés dans le discours cité d’une occurrence de DD au niveau formel ne semblent pas rendre compte d’une réalisation sonore plausible pour l’acte origine, les conditions du réalisme langagier n’étant pas réunies, il est tout à fait envisageable de considérer qu’un certain type de déconnexion forme-sens émerge dans un énoncé.

76Un locuteur rapporteur qui tenterait de rapporter un discours origine prononcé dans une langue qui lui est étrangère ne serait pas en mesure de reproduire correctement les propos origines. Citons ici un extrait de Gulliver’s Travels de Jonathan Swift :

  • 46  Les gras sont de nous.

They made me a sign, that I should throw down the two hogsheads, but first warned the people below to stand out of the way, crying aloud, ‘Borach mevolah’; and when they saw the vessels in the air, there was an universal shout of ‘Hekinah degul.’46(19)

  • 47  L’expression est empruntée à Jean Viviès : « l’écriture du récit de voyage apparaît clairement com (...)

77Dans l’extrait ci-dessus, le report de paroles est altéré par nécessité. Le locuteur rapporteur qui ne connaît pas la langue des indigènes tente de reproduire les sons qu’il entend en utilisant une transcription littérale avec l’emploi de caractères alphabétiques qui appartiennent au lexique de l’anglais. Ainsi, les phonèmes produits par le locuteur origine sont transcrits par le locuteur rapporteur qui est un locuteur de langue anglaise. Il cherche à reproduire le signifiant sonore qu’il a cru percevoir en fonction des connaissances qu’il possède sur sa propre langue. Pour arriver à reproduire du mieux possible les sons entendus, le locuteur rapporteur met en jeu la fonction mimétique du DD. Nécessairement, le report de paroles est « infidèle » car le locuteur rapporteur ne possède pas la capacité de rapporter une langue qu’il ne connaît pas. Même si le report de paroles qu’il génère tend à reproduire ce qu’il a cru entendre, un hiatus est créé entre la syntaxe qui est celle d’une occurrence de DD authentique et l’interprétation pragmatique et logique qui remet en cause la littéralité de ce que la syntaxe présente comme authentique. Une « tension entre littéralité et littérarité »47 prend ici naissance et constitue la richesse stylistique de cette occurrence de DR.

Conclusion

78Cette étude a tenté de montrer que l’émergence de phénomènes de déconnexion forme-sens peut être suscitée par l’auteur du report de paroles, qu’il soit écrivain ou journaliste. Elle ressortit principalement à l’exploitation de la primauté de la forme qui associe conjointement et étroitement le processus créatif de l’auteur et le processus d’interprétation par le lecteur de l’acte de parole rapporté.

79La présence de marqueurs d’hétérogénéité discursive comme les guillemets pour délimiter la parole d’autrui associée à l’existence d’un segment textuel combinant une source énonciative et un verbe de parole tendent à mimer la retranscription d’un acte énonciatif plausible dans le monde extralinguistique.

80Quelques subtiles variations affectant soit la composition du SC, soit le contenu du discours cité, peuvent modifier l’analyse sémantico-pragmatique que proposerait un linguiste à partir de cette occurrence de DD. Pour autant, le plus souvent, ces phénomènes de déconnexion forme-sens n’altèrent pas l’interprétation qu’a le lecteur du report de paroles qu’il lit. D’autres études s’appuyant sur l’identification de marqueurs grammaticaux et/ou lexicaux pourraient avantageusement tenter d’expliquer pourquoi le lecteur ne perçoit pas ces déliaisons, ces décalages entre ce que la syntaxe donne à lire et ce que la sémantique donne à comprendre, alors que le linguiste s’attache à mettre en évidence ces phénomènes qui sont, pour lui, porteurs d’une certaine syntaxe mensongère.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

1. Corpus de textes

a. Corpus de fiction

FORSTER, Edward Morgan. A Room with a View. 1908. London: Penguin Books, 1960.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HOWELLS, William Dean. The Rise of Silas Lapham. 1885. Stilwell (Kansas): Digireads.com Publishing, 2008.
DOI : 10.2307/355345

MURDOCH, Iris. The Nice and the Good. 1968. London: Vintage Classics, 2000.

ORWELL, George. Nineteen Eighty-Four. New York: Signet Classic, 1990.

RICHARDSON, Samuel. Pamela, or Virtue Rewarded. 1740. London: Penguin Classics, 1985.

STEINBECK, John. The Pearl. 1947. Paris : Éditions Gallimard, 2000.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WOOLF, Virginia. Mrs Dalloway. 1925. Oxford: Oxford University Press, 1992.
DOI : 10.1097/ACM.0b013e3181cd62b9

b. Corpus journalistique

DONEGAN, Lawrence. “Michael Phelps finds redemption in return to the pool.” The Guardian. 14 May 2009: 9. 16 July 2009
http://www.guardian.co.uk/sport/2009/may/13/michael-phelps-drugs-return-charlotte

KAMEN, Al. “What a Lovely Non-Answer, Ms. Rice.” The Washington Post. 19 June 2006. 24 August 2010
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/06/18/AR2006061800717.html

MULHOLLAND, Hélène. “Cameron to call for EU reform.” The Guardian. 7 December 2006. 5 August 2009
http://www.guardian.co.uk/world/2006/dec/07/eu.politics1

2. Ouvrages et articles de référence

AUSTIN, John Langshaw. How to Do Things with Words: The William James Lecturesdelivered at Harvard University in 1955. Ed. J. O. Urmson. Oxford: Clarendon, 1962.

——. How to Do Things with Words. Ed. J. O. Urmson and M. Sbisà. 2nd edition. Cambridge (Massachusetts): Harvard University Press, 1975.

AUTHIER, Jacqueline. « Les formes du discours rapporté : remarques syntaxiques et sémantiques à partir des traitements proposés ». DRLAV 17 (1978) : 1-88.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline. « La Représentation du discours autre : un champ multiplement hétérogène ». Le discours rapporté dans tous ses états. Éd. Juan Manuel Lopez Muñoz, Sophie Marnette et Laurence Rosier. Paris : L’Harmattan, 2004. 35-53.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CHOMSKY, Noam. Syntactic Structures. 1957. 2nd edition. The Hague: Mouton de Gruyter, 2002.
DOI : 10.1515/9783110218329

COHN, Dorrit. La transparence intérieure : modes de représentation de la vie psychique dans le roman. Trad. Alain Bony. Paris : Seuil, 1981. Trad. de Transparent Minds: Narrative modes for Presenting Consciousness in Fiction. Princeton (New Jersey): Princeton University Press, 1978.

COTTE, Pierre. « Les subordonnées en but : la genèse et le linéaire ». Contrastes : mélanges offerts à Jacqueline Guillemin-Flescher. Éd. Lucie Gournay et Jean-Marie Merle. Gap : Éditions Ophrys, 2004. 213-220.

DE MATTIA-VIVIÈS, Monique. « De la porosité des formes du discours rapporté aux cas de déconnexion forme / sens dans l’univers du récit ». Discours rapporté(s) : approche(s) linguistique(s) et/ou traductologique(s). Éd. Catherine Delesse. Arras : Artois Presses Université, 2006. 29-52.

——. « Du discours rapporté mimétique aux formes intrinsèquement hybrides ». ANGLOPHONIA-SIGMA 28/2010. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2010. 151-180.

——. Le discours indirect libre au risque de la grammaire : le cas de l’anglais.
Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2006.

——. « Remise du Prix de la Recherche AFEA/SAES – Réponse de Mme Monique De Mattia-Viviès ». Bulletin de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur 84 (2007) : 21-22. 28 juillet 2009 http://web.univ-pau.fr/saes/pb/bulletins/saes84.pdf

DUCROT, Oswald. Le dire et le dit. Paris : Minuit, 1984.

FLUDERNIK, Monika. The Fictions of Language and the Languages of Fiction. Abingdon: Routledge, 1993.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GENETTE, Gérard. Nouveau discours du récit. Paris : Éditions du Seuil, 1983.
DOI : 10.2307/1772332

GREEN, André. La déliaison : psychanalyse, anthropologie et littérature. Paris : Hachette Littératures, 1992.

HANOTE, Sylvie, et Hélène CHUQUET. ‘Who’s speaking, please?’ : le discours rapporté. Paris : Ophrys, 2004.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HARRIS, Zellig S. « Analyse du discours ». Trad. Françoise Dubois-Charlier. Langages 13.4 (1969) : 8-45. Trad. de “Discourse Analysis.” Language 28.1 (1952): 1-30. 23 août 2010 http://www.persee.fr/articleAsPDF/lgge_0458-726x_1969_num_4_13_2507/article_lgge_0458-726x_1969_num_4_13_2507.pdf
DOI : 10.3406/lgge.1969.2507

HOLTGRAVES, Thomas M. Language as Social Action: Social Psychology and Language Use. Mahwah (New Jersey): Lawrence Erlbaum Associates Inc., 2002.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. Les interactions verbales. Tome I. Paris : Armand Colin, 1990.

KOMUR, Greta. « L’îlot textuel et la prise de distance par le locuteur dans le genre journalistique ». Le discours rapporté dans tous ses états. Éd. Juan Manuel Lopez Muñoz, Sophie Marnette et Laurence Rosier. Paris : L’Harmattan, 2004. 54-63.

LACAZE, Grégoire. « De l’incise au segment contextualisant : un changement d’horizon dans l’introduction du discours direct ». Études de Stylistique Anglaise N°1 (2011) : 25-44.

LAROSE, Robert. Théories contemporaines de la traduction. Montréal : Presses de l’Université du Québec, 1987.

MAINGUENEAU, Dominique. Éléments de linguistique pour le texte littéraire. 1986. Paris : Bordas, 1990.

MALINIER, Yves-Bernard. « Activo-passif et Inagentif : ce qui rapproche et ce qui sépare les deux constructions ». Éd. Marie-Line Groussier et Claude Rivière. Cahiers de recherche – Tome 10. Paris : Ophrys, 2007. 91-105.

McKAY, Janet Holmgren. Narration and Discourse in American Realistic Fiction. Philadelphia (Pennsylvania): University of Pennsylvania Press, 1982.

MEUNIER, Jean-Pierre, et Daniel PERAYA. Introduction aux théories de la communication. 3e édition. Bruxelles : De Boeck, 2010.

RABATEL, Alain. « La part de l’énonciateur dans la construction interactionnelle des points de vue ». Marges Linguistiques 9 (2005) : 115-136.

RÉCANATI, François. Les énoncés performatifs : contribution à la pragmatique. Paris : Éditions de Minuit, 1981.

RIVARA, René. La langue du récit : introduction à la narratologie énonciative. Paris : L’Harmattan, 2000.

ROSIER, Laurence. Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques. Bruxelles : Duculot, 1999.

SEARLE, John Rogers. Speech Acts: an essay in the philosophy of language. Cambridge: Cambridge University Press, 1969.

TUOMARLA, Ulla. La citation mode d’emploi : sur le fonctionnement discursif du discours rapporté direct. Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 1999.

VIVIÈS, Jean. Le récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle : de l’inventaire à l’invention. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1999.

Haut de page

Notes

1  Green, André. La déliaison : psychanalyse, anthropologie et littérature. Paris : Hachette Littératures, 1992.

2  Par commodité, l’expression discours direct sera dorénavant notée DD.

3  L’expression discours rapporté sera notée DR.

4  De Mattia-Viviès, Monique. « Remise du Prix de la Recherche AFEA/SAES - Réponse de Mme Monique De Mattia-Viviès ». Bulletin de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur 84 (2007) : 21-22.

5  L’expression conditions de félicité est la traduction française de l’expression felicity conditions employée originellement.

6  Voici comment John L. Austin définit cet acte : « The act of ‘saying something’ in this full normal sense I call, i.e. dub, the performance of a locutionary act » (How to Do Things with Words 1975 94).

7  Cette notion, introduite par John L. Austin sous l’expression illocutionary force, peut être définie ainsi en français : « La force illocutionnaire d’un énoncé correspond à l’intention qu’a le locuteur d’accomplir, par son énonciation, tel ou tel acte illocutionnaire [… ] » (Meunier et Peraya 95).

8  Voir Lacaze (2011 36).

9  Par commodité, l’expression segment contextualisant sera dorénavant notée SC.

10  L’expression est empruntée à la traduction en français de l’article de Zellig S. Harris, article publié en 1952 dans la revue Language.

11  Un « locuteur métaphorique » désigne un sujet qui figure dans un SC de DD et qui n’est pas un animé humain. Ce syntagme nominal a la fonction grammaticale de sujet du verbe de parole introduisant des propos rapportés au DD.

12  Catherine Kerbrat‑Orecchioni recense parmi les « signes corporo-visuels, de nature non verbale » les « "cinétiques rapides" : jeu des regards, des mimiques et de gestes » (Les interactions verbales I 137‑8).

13  L’extrait numérisé dont il est fait mention appartient au LOB Corpus. Ce corpus de textes numérisés a été créé dans les années 1980 par les universités de Lancaster, d’Oslo et de Bergen, d’où l’appellation LOB qui est l’acronyme des initiales de ces universités.

14  Monique De Mattia‑Viviès définit ainsi cette expression : « On parlera d’effet de DD ou de DIC à chaque fois que la structure relève d’une forme de DR mais qu’au niveau du sens aucun discours proprement dit n’est rapporté » (« De la porosité des formes du discours rapporté » 40).

15  Communication personnelle.

16  Les gras sont de nous.

17  C’est nous qui soulignons.

18  Cette expression est employée par Yves-Bernard Malinier (« Activo-passif et Inagentif : ce qui rapproche et ce qui sépare les deux constructions » 91).

19  L’acception du terme énonciateur retenue ici correspond à celle donnée par Oswald Ducrot (1984) et reprise  ensuite par Alain Rabatel : « on définira l’énonciateur comme l’instance à la source d’un point de vue exprimé dans un contenu propositionnel » (Marges Linguistiques 9 115).

20  C’est nous qui soulignons.

21  Nous empruntons cette expression à Gérard Genette pour qui la « focalisation externe » correspond à une « vision du dehors » (Nouveau discours du récit 44).

22  Gérard Genette envisage une relation de synonymie entre les expressions suivantes : « récit à point de vue, à réflecteur, à omniscience sélective, à restriction de champ » (Nouveau discours du récit 44).

23  Pour Monique De Mattia-Viviès, le « sujet de conscience » est l’être de discours « à partir duquel les modalités sont repérées » (Le discours indirect libre au risque de la grammaire 29).

24  Nous reprenons la terminologie introduite par Dorrit Cohn : « le psycho-récit » s’analyse comme « le discours du narrateur sur la vie intérieure d’un personnage » (La transparence intérieure 28, traduction d’Alain Bony).

25  S’inspirant de l’étude de René Rivara (2000), Monique De Mattia résume ainsi la théorie du monologue intérieur :

Le monologue intérieur est avant tout un dialogue intérieur entre soi et soi, ou entre soi et un allocutaire fictif, qui reproduit un discours intérieur plus ou moins construit, lequel peut être rapporté en discours direct (ou citation de pensée ou « monologue rapporté » pour les narratologues) et en discours indirect libre (ou « monologue narrativisé » en narratologie). (2001 228‑9)

26  Les gras sont de nous.

27  C’est nous qui soulignons.

28  L’expression polarité négative est empruntée à Pierre Cotte (« Les subordonnées en but » 214).

29  Cet article, intitulé “What a Lovely Non-Answer, Ms. Rice” et écrit par Al Kamen, a paru le 19 juin 2006 dans le Washington Post.

30  C’est nous qui soulignons.

31  Nous faisons ici référence aux travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni qui offrent un cadre théorique à l’analyse des échanges verbaux entre participants à un acte énonciatif (Les interactions verbales I 159).

32  Selon Dominique Maingueneau, une occurrence de DD contient ce qu’il appelle un discours citant et un discours cité : « Comment intégrer une énonciation, le discours cité, qui dispose de ses propres marques de subjectivité, de ses embrayeurs, dans une seconde, le discours citant, attachée à une autre instance énonciative ? » (Éléments de linguistique 85). Ainsi, l’introduction du DD est assurée par un segment textuel qui annonce un report de paroles ou de pensées au DD. Ce segment textuel étant choisi par le locuteur rapporteur, il s’identifie au discours citant. Le discours cité, quant à lui, désigne les paroles ou pensées qu’un locuteur rapporteur prête à un locuteur origine et qu’il rapporte.

33  L’article, rédigé par Lawrence Donegan et intitulé “Michael Phelps finds redemption in return to the pool”, a paru le 14 mai 2009 dans le Guardian.

34  Les gras sont de nous.

35  Nous reprenons la distinction énonciateur/locuteur évoquée précédemment.

36  Ulla Tuomarla remet en cause la « conception autonymique du DD » qui consisterait à réduire le DD à « son fonctionnement en mention » (1999 23-4). Cette conception autonymique présuppose en effet une « singularité événementielle » de l’acte de parole rapporté (25).

37  Les gras sont de nous.

38  C’est nous qui soulignons.

39  Les gras sont de nous.

40  Cet extrait, cité dans plusieurs ouvrages de Monique De Mattia-Viviès, a fait l’objet d’une étude détaillée (« De la porosité des formes du discours rapporté » 31). Notre analyse s’inspire de cette étude.

41  Selon l’approche théorique de Jacqueline Authier (1978), « l’îlot textuel [… ] relève de la modalisation autonymique » (Komur 2004 55).

42  Cette expression est empruntée à Jacqueline Authier-Revuz (2004 35).

43  Ces deux expressions sont empruntées à Monique De Mattia-Viviès qui les emploie dans le cadre de l’analyse d’énoncés au discours indirect libre. (Le discours indirect libre au risque de la grammaire 110).

44  Par commodité, l’expression discours indirect libre sera dorénavant notée DIL.

45  Dans son ouvrage intitulé Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Laurence Rosier met en évidence l’existence de « formes mixtes » en français (130). Laurence Rosier insiste sur la « mixité formelle » de certains énoncés qui présentent des caractéristiques communes à différentes formes de DR (161).

46  Les gras sont de nous.

47  L’expression est empruntée à Jean Viviès : « l’écriture du récit de voyage apparaît clairement comme prise entre deux aspirations différentes ou contradictoires : l’inventaire et l’invention. Pour le dire autrement, elle se révèle comme un lieu de tension entre littéralité et littérarité » (Le récit de voyage en Angleterre 45‑6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire LACAZE, « Ce que la syntaxe tisse, la sémantique tend à l’effilocher : étude de phénomènes de déconnexion forme-sens dans des énoncés de discours rapporté », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://erea.revues.org/2339 ; DOI : 10.4000/erea.2339

Haut de page

Auteur

Grégoire LACAZE

Aix-Marseille Université - LERMA EA 853
Grégoire Lacaze est Maître de conférences en linguistique anglaise au Département d’Études du Monde Anglophone à l’Université d’Aix-Marseille. Il est membre de l’équipe interne « Linguistique, Traduction et Recherches Transversales » au sein du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA – EA 853).
Ses travaux de recherche s’intéressent au discours rapporté. Sa thèse a porté sur l’introduction du discours direct en anglais contemporain.
gregoire.lacaze@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org