Navigation – Plan du site

Le débordement du sens : quelques métonymies et métaphores syntaxiques de l’anglais et du français

Paul LARREYA

Résumés

Fondée sur une distinction entre la composante mentale et la composante langagière de la métonymie et de la métaphore, cette étude, après un bref rappel de leurs caractéristiques mentales essentielles, propose une ébauche de typologie formelle des deux tropes. La dernière partie revient sur leur composante mentale, pour examiner un ensemble de processus dont la nature n’est pas fondamentalement langagière – ils se situent dans le domaine de la cognition et de l’affect –, auxquels on peut donner le nom d’identification métonymique.

Haut de page

Texte intégral

Mais il était si timide avec elle, qu’ayant fini par la posséder ce soir-là, en commençant par arranger ses catleyas, soit crainte de la froisser, soit peur de paraître rétrospectivement avoir menti, soit manque d’audace pour formuler une exigence plus grande que celle-là (qu’il pouvait renouveler puisqu’elle n’avait pas fâché Odette la première fois), les jours suivants il usa du même prétexte. Si elle avait des catleyas à son corsage, il disait : « C’est malheureux, ce soir, les catleyas n’ont pas besoin d’être arrangés, ils n’ont pas été déplacés comme l’autre soir ; il me semble pourtant que celui-ci n’est pas très droit. Je peux voir s’ils ne sentent pas plus que les autres ? » Ou bien, si elle n’en avait pas : « Oh ! pas de catleyas ce soir, pas moyen de me livrer à mes petits arrangements. » De sorte que, pendant quelque temps, ne fut pas changé l’ordre qu’il avait suivi le premier soir, en débutant par des attouchements de doigts et de lèvres sur la gorge d’Odette et que ce fut par eux encore que commençaient chaque fois ses caresses ; et bien plus tard, quand l’arrangement (ou le simulacre d’arrangement) des catleyas fut depuis longtemps tombé en désuétude, la métaphore « faire catleya » devenue un simple vocable qu’ils employaient sans y penser quand ils voulaient signifier l’acte de la possession physique – où d’ailleurs l’on ne possède rien – survécut dans leur langage, où elle le commémorait, à cet usage oublié. Et peut-être cette manière particulière de dire « faire l’amour » ne signifiait-elle pas exactement la même chose que ses synonymes. (Marcel Proust, Un amour de Swann)

1Le texte qui figure en exergue est un extrait bien connu de À la recherche du temps perdu. Il contientle terme « métaphore », dont l’emploi dans ce contexte est significatif de la relation entre la métaphore et la métonymie. Au sens strict, dans l’idiolecte des deux personnages de Proust, l’expression « faire catleya » s’est construite comme une métonymie, mais Proust n’a quand même pas tort de parler de métaphore, pour des raisons diverses sur lesquelles nous aurons l’occasion ne nous arrêter.

Introduction

2Dans cet article, comme le titre l’annonce, il sera question non pas de la métonymie et de la métaphore en général, mais de métonymies et de métaphore syntaxiques, qui se différencient – même si la différence n’est pas toujours très nette – de leurs contreparties lexicales.

3La métonymie et la métaphore, on le sait, appartiennent à une catégorie de figures de style appelées tropes, mais elles ne seront pas traitées ici en tant que figures de style : dans les exemples examinés, la question de savoir s’il s’agit de créations verbales ou de formes entrées dans la langue ne sera pas posée, on considérera simplement qu’au départ, de toute façon, ces tropes ont été créés, inventés, par un ou plusieurs énonciateurs.

4Le propos de cet article sera fondé sur deux postulats : (a) la métonymie et la métaphore langagières sont simplement deux cas particuliers de deux phénomènes mentaux beaucoup plus généraux, et (b) chacune d’entre elles comporte deux composantes, une composante langagière et une composante mentale (ou psychique, peu importe le terme). L’exemple suivant illustrera brièvement ce postulat de la double composante. Dans Lille a gagné le match, nous avons un type classique de synecdoque, dont la composante mentale consiste à assimiler la partie au tout : l’équipe de football est assimilée à la ville dont elle fait partie. Quant à la composante langagière, elle consiste en une ellipse : Lille équivaut à [l’équipe de football de Lille]. (Cela, bien sûr, ne signifie pas que la composante langagière consiste toujours en une ellipse.)

5Dans la première partie, je traiterai brièvement, pour une première approche, de la composante mentale de la métonymie et de la métaphore. Ceci m’obligera à rappeler un certain nombre de faits bien connus sur le sujet rebattu de la relation entre la métaphore et la métonymie. (J’espère que ce rappel n’éprouvera pas trop la patience du lecteur.)  La deuxième partie sera consacrée à la composante langagière de la métonymie et de la métaphore syntaxiques, et plus précisément à une ébauche de typologie fondée sur l’étude de quelques métonymies et métaphores syntaxiques. Dans la troisième partie, je reviendrai sur la composante mentale, ou plus précisément cognitivo-affective, de la métonymie et de la métaphore – ce qui me conduira à sortir un peu du domaine de la linguistique et de la stylistique proprement dites.

1. Sur la composante mentale de la métonymie et de la métaphore

6Si l’on examine le fonctionnement mental de la métaphore et de la métonymie, on constate qu’elles sont fondées sur deux types d’associations (ou « associations d’idées », pour reprendre le terme qu’utilisaient les philosophes empiristes) : une association par ressemblance dans le cas de la métaphore, et une association par contiguïté dans le cas de la métonymie. Deux exemples vont me permettre de rappeler brièvement en quoi consistent ces deux types d’association, qui sont à la base du fonctionnement de l’esprit humain, mais en premier lieu je ferai une brève référence à Jean-Pierre Changeux (voir en particulier L’homme neuronal, pages 187-196). Changeux utilise le concept d’objets mentaux (concept plus général que les concepts d’idées ou d’impressions des philosophes empiristes), et il explique la façon dont les réseaux de connections neuronales sont à la base des propriétés associatives des objets mentaux.

7Voici les deux exemples :

8Si je vois dans le ciel un nuage qui a la forme d’un cheval, l’image mentale d’un cheval va probablement me venir à l’esprit. Il s’agira d’une association par ressemblance.

9Si maintenant j’entends un hennissement, ou si je sens une odeur de crottin de cheval, ou encore si j’entends un galop, il est vraisemblable qu’ici encore je penserai à un cheval, mais le processus qui aura produit cette image mentale sera différent : il s’agira d’une association par contiguïté, autrement dit par proximité spatiale, ou temporelle, ou causale, etc.

10La relation de la métaphore et de la métonymie avec ces deux types d’association a un caractère d’évidence : la première repose sur une association par ressemblance, et la seconde sur une association par contiguïté. Il est également évident qu’elles ne peuvent pas se réduire à des mécanismes purement linguistiques – d’autant qu’il existe en dehors du langage, et notamment dans la nature, des phénomènes de type métaphorique ou métonymique. En ce qui concerne les premiers, on peut mentionner, entre autres exemples, le mimétisme de certains êtres vivants, comme le caméléon, qui « copie » sur sa peau la couleur de son environnement immédiat, ou celui de certains poissons comme le turbot, ou encore la surprenante ressemblance de plusieurs variétés d’ophrys (comme l’ophrys abeille) avec certains insectes ou araignées, ou encore, chez l’homme, le caractère contagieux du bâillement. Quant aux phénomènes de type métonymique, ils sont innombrables dans les diverses formes de communication qui caractérisent le règne animal, et un peu aussi le monde végétal : que l’on songe par exemple au rôle que jouent les phéromones, et plus généralement les odeurs, dans la vie de certains animaux.

  • 1  Le terme identification est utilisé ici dans son sens banal, et non dans le sens qu’il a dans la T (...)

11Bien qu’elles soient fondées sur deux types différents d’associations, la métaphore et la métonymie ont un point commun important : elles choisissent une caractéristique (parmi d’autres) de l’entité qu’elles désignent (cette entité étant une personne, un objet, etc.), et elles assimilent l’entité à cette caractéristique. (Là aussi, je rappelle des faits bien connus, pour lesquels je vous renvoie à la bibliographie, et en particulier à Groupe µ 1982, chapitre IV.) Pour la métonymie, prenons l’exemple du mot verre désignant un récipient (par exemple dans Ces verres sont fragiles). La métonymie consiste ici à assimiler ou à identifier le récipient à une de ses caractéristiques, le matériau dont il est fait. Pour la métaphore, il en va de même. Si vous dites de quelqu’un C’est un requin, vous faites une double assimilation d’une caractéristique à une entité : pour le requin, vous ne retenez qu’une de ses caractéristiques, la voracité, et pour la personne que vous traitez de requin, de la même façon, vous ne retenez qu’une de ses caractéristique, sa voracité, et vous fondez là-dessus votre métaphore. La métaphore consiste en une double métonymie – c’est un fait bien connu –, mais ce sur quoi il me paraît nécessaire d’insister est que les deux tropes reposent sur une assimilation, une identification1 d’une entité ou d’un concept à l’une de ces caractéristiques : nous l’avons vu dans le cas de la métonymie du mot « verre » et dans celui de la métaphore du mot « requin » des exemples ci-dessus.

2.Sur la composante langagière de la métonymie/métaphore syntaxiques

  • 2  Dans, par exemple, Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire(Lamartine, « Méditation XIII »), l (...)

12Il sera ici question uniquement de formes – mais il va de soi que cela ne préjugera en rien des modifications sémantiques plus ou moins importantes qui accompagnent inévitablement les modifications formelles caractéristiques des métonymies et des métaphores syntaxiques2.

13Ces modifications appartiennent à deux catégories :

  • déplacement/substitution/ajout/suppression d’un élément sur l’axe syntagmatique (divers types de métonymies)

  • remplacement d’un élément sur l’axe paradigmatique (métaphore)

2.1 Déplacement/substitution/ajout/suppression sur l’axe syntagmatique

2.1.1 Déplacement simple (hypallage)

14Le mécanisme de l’hypallage apparaît de façon claire dans le cas de l’hypallage lexicale, dont (1) est un exemple :

(1) He waved a permissive hand. (Dick Francis, Straight, p. 5)

15Il va de soi que dans (1) ce n’est pas la main qui est « permissive », mais le geste, ou plus globalement le propriétaire de la main, c’est-à-dire le référent du sujet syntaxique he. L’hypallage, également appelé transfert d’attribution, consiste à déplacer, sur l’axe syntagmatique, l’incidence d’un élément de la chaîne parlée ou écrite.

  • 3  Je remercie Geneviève Girard-Gillet pour ses suggestions sur ce point. Pour des études détaillées (...)

16En ce qui concerne les hypallages syntaxiques, auxquelles nous nous intéressons ici, il faut distinguer les hypallages au sens strict du terme, c’est-à-dire consistant en un simple déplacement sur l’axe syntagmatique, de processus apparentés mais différents, dans lesquels le déplacement s’accompagne d’ajouts ou de suppressions3. (Ces processus sont examinés dans les sections 2.1.2-2.1.4)

17L’un des cas les plus fréquents d’hypallage syntaxique, dans diverses langues, est celui du déplacement des marques d’irréalité. Considérons (2) ci-après (mentionné dans Larreya et Méry 1996) :

(2) a Tu mérites une paire de gifles !

      b Tu mériterais une paire de gifles !

      c Si tu te conduisais comme ça, tu mériterais une paire de gifles.

18Examinons d’abord ce qui différencie (2a) de (2b) : (2a) laisse en quelque sorte ouverte la question de la réalité de la « paire de gifles », qui peut suivre ou non l’énoncé, tandis que (2b) sous-entend quelque chose comme « mais je ne vais pas te la donner ». En d’autres termes, la marque -rais, c’est-à-dire la marque du temps habituellement appelé le conditionnel, exprime ici un irréel, mais elle ne porte pas sur le verbe qui lui sert de support (elle ne porte pas sur le verbe « mériter ») : (2b) peut être glosé par « tu mérites une paire de gifles, mais je ne vais pas te la donner ». Donc, l’irréalité marquée par -rais est celle de la paire de gifles, et non celle du procès « mériter » – si bien qu’on peut parler d’une hypallage syntaxique. (On peut opposer (2b) à (2c), où il n’y a pas d’hypallage : dans (2c), la marque ‑rais porte sémantiquement sur le verbe mériter, et exprime le caractère irréel du procès lui-même.) L’hypallage de (2b) a une motivation fonctionnelle évidente : le syntagme « une paire de gifles » étant un groupe nominal, il ne peut pas porter une marque d’irréalité – donc on transfère cette marque sur le seul élément qui puisse syntaxiquement la porter, c’est-à-dire le verbe de la proposition syntaxique.

19On a la même type de phénomène dans un cas beaucoup plus banal, celui d’énoncés comme

 (3) He was lucky he wasn’t even injured. He mighthave been killed.

20La seconde phrase contient implicitement un irréel (l’énoncé présuppose he was not killed). Cet irréel est exprimé par le marqueur prétérit contenu dans might, mais l’irréalité ne concerne pas le sens exprimé par le modal (puisque le modal exprime une possibilité logique dont l’existence est affirmée), elle concerne le procès be killed, qui n’a pas eu lieu. Mais évidemment le segment syntaxique be killed ne peut pas porter une marque d’irréalité, donc la marque d’irréalité se place sur l’élément le plus proche susceptible de porter une telle marque – c’est-à-dire le premier auxiliaire du groupe verbal.

21Dans (4) ci-après, le marqueur “prétérit” porté par l’auxiliaire was, dans le groupe verbal was wondering, n’a pas (ou pas uniquement) une valeur temporelle de passé :

 (4) ‘They’re opening the trout fishing early this year. I was wondering if you’d like to take me up into the mountains for the weekend.’ (N. Shute, On the Beach, p. 217)

22Ce marqueur a (du moins en partie) une valeur hypothétique, mais le sens d’atténuation polie qu’il exprime ne porte pas sur le verbe wonder : le doute porte en fait sur l’acceptation de la demande formulée dans la proposition subordonnée.

  • 4  Cet exemple et l’analyse proposée ici sont repris de Furmaniak et Larreya 2012 (à paraître). Il ne (...)

23Autre exemple, un peu plus complexe, d’hypallage syntaxique4 :

(5)And Mark said, ‘I just told Sam you weren’t feeling well.’

  ‘Why would you say that?’

  ‘Because you were throwing up so loud that the walls were shaking,’ I said.

(Nick Hornby, Slam, p. 212)

  • 5  Dans les exemples (2)-(6), l’hypallage porte sur des éléments qui entrent dans le domaine syntaxiq (...)

24Cet emploi de would dans des contextes « factuels » est évidemment différent de l’emploi du même modal dans des contextes contrefactuels : dans ces contextes, Why would you say that? a pour équivalent français « Pourquoi dirais-tu ça ? » – alors que dans (5) son équivalent français est quelque chose comme « Pourquoi tu es allé te dire ça ? » Cet emploi peut s’expliquer par un transfert métonymique du sens de doute marqué par l’élément « prétérit » contenu dans would : puisque le contexte présuppose la réalité du procès say that, le doute exprimé par ce prétérit porte non pas sur la réalité du procès, comme semble le montrer la syntaxe, mais sur la cause du procès – autrement dit, pour simplifier, sur l’élément why, qui évidemment ne peut pas porter une marque modale de doute.5

2.1.2 Marquage doublé (déplacement d’une marque, sans sa suppression)

  • 6  Je dois à Monique De Mattia-Viviès (communication privée) l’observation du caractère métonymique d (...)

25 (J’emprunte à Cherchi 1980 le terme « marquage doublé ».) Le cas le plus courant est certainement celui de la concordance des temps, et plus précisément des cas d’emploi d’un prétérit « non autonome », motivé simplement par la présence d’un autre prétérit dans la proposition du niveau supérieur6. Dans la subordonnée de (6), la marque du prétérit est déplacée à partir de la proposition surordonnée, mais sans être supprimée dans cette dernière.

 (6) He said he was sorry.

26C’est également le cas dans des énoncés comme (7) et (8).

 (7) I ran out to see if he might still be there, but I wasn’t that lucky
http://nyc.metblogs.com/​2007/​07/​31/​shared-knowledge-do-you-know-what-to-do-when-you-lose-something-in-a-cab

 (8) I’ve met Cristiano so didn’t think it was at all weird he should contact me.
http://www.insideworldsoccer.com/​2010/​03/​fake-cristiano-ronaldo-lures-glamour.html

27Dans (7), à strictement parler, le référent de I dit qu’il est sorti en courant non pas pour savoir si le référent du sujet de la subordonnée pouvait être encore là, mais pour savoir s’il y était effectivement, et le modal might de la subordonnée exprime en fait le doute qui est implicite dans la subordonnée du niveau supérieur : le locuteur/énonciateur pense que peut-être la personne désignée par he est encore là.

28Dans (8), l’emploi de should correspond également à un « marquage doublé » : le modal marque de façon redondante le sens de doute exprimé par weird dans la proposition du niveau supérieur. (L’élément shall de should exprime la nécessité dans un contexte factuel, et son rôle est semblable à celui du modal will de l’exemple (5).)

2.1.3 Déplacement/substitution d’éléments syntaxiques (éventuellement avec ajout)7

  • 7  La syllepse (voir Albrespit, ce volume) est un cas de substitution qui ne sera pas examiné ici.

29Dans (9) et (10) ci-après, qui sont des cas de ce que les générativistes ont appelé subject raising, on est très proche de l’hypallage :

 (9) He is likely to win.

(10) That child is sure to fall.

30Littéralement, (9) exprime une certitude qui est celle du référent du sujet, that child, mais ce qui est en fait exprimé est la certitude de l’énonciateur. Il y a donc un transfert d’attribution, qui va de l’énonciateur vers le sujet syntaxique. Toutefois, comme la référence à l’énonciateur n’est pas un élément explicite de la chaîne syntagmatique – ce qui implique un ajout –, il ne s’agit pas d’une hypallage au sens propre du terme.

  • 8  Fontanier (1977 : 293) définit ainsi l’énallage : « échange d’un temps, d’un nombre ou d’une perso (...)

31Dans (11), où I est employé à la place de you, nous avonsun cas d’énallage8 :

 (11) Dear Professor Zapp,

      I gather you’ll be using my room while you’re here. I’m afraid I’ve lost the key to the filing cabinet, so if you have anything really confidential I should keep it under the carpet, at least I always do. (D. Lodge, Changing Places, p. 63)

32Observons toutefois que, malgré sa nature métonymique, le procédé ne peut pas se réduire au simple remplacement de you should par I should, car les deux formes ne sont pas absolument synonymes : en employant I plutôt que you l’énonciateur semble se mettre « à la place » du destinataire.

33Dans (12)-(14) ci-après, on reste proche de l’énallage : il y a interversion des arguments du verbe ou modification des places d’argument. (Les exemples (12) et (13) sont repris de Larreya 2001.)

 (12) ‘Can you borrow me a cigarette?’

        ‘Of course.’ I handed him the pack, [...] (W. Boyd, Brazzaville Beach, p. 281)

(13) Est-ce que le docteur pourrait me consulter ce matin ? (question posée par un patient à la secrétaire d'un cabinet médical)

(14) Cette organisation [une association de défense des droits de l’homme] incombe les morts à Bachar el-Assad. (France-Inter, 24 mars 2011)

34En général, ces formes commencent par être considérées comme incorrectes, mais il n’est pas rare qu’elles finissent par entrer dans l’usage. Comme on le sait, c’est (par exemple) ce qui s’est produit avec l’ancêtre étymologique du verbe like, le verbe lician du vieil-anglais, qui à l’origine avait le sens de « plaire ».

35Également proches de l’énallage sont les « propositions orphelines » (‘dangling participle’ et ‘dangling infinitives’ en anglais), qui laissent au destinataire le soin de trouver le sujet « logique » d’une proposition subordonnée à un mode non fini (ce sujet « logique » n’étant pas le sujet « normal », celui de la proposition surordonnée), comme dans

 (15) …, et c’est en allant récupérer ce ballon que les deux molosses ont attaqué l’enfant. (fait divers relaté par une radio)

36Comme dans le cas précédent, le degré d’intégration de ces formes dans la langue est variable. On trouve d’assez nombreux emplois de propositions orphelines sous la plume des grands écrivains du XIXème siècle aussi bien dans la littérature de langue française que dans la littérature de langue anglaise.

2.1.4 Ajout/suppression

  • 9  Ce qui suit résume une analyse présentée dans Larreya 2001.

37Il s’agit d’une forme particulière d’ellipse. Si on se place du point de vue du sens, on considérera qu’il s’agit d’un ajout, et si on se place du point de vue de la forme on considérera qu’il s’agit d’une suppression. Le premier exemple que je prendrai est celui de la grammaticalisation épistémique des modaux radicaux9. Les linguistes s’accordent généralement pour considérer que, dans l’histoire des langues et dans la genèse du langage chez l’enfant, l’épistémique est dérivé du radical. On peut considérer que la grammaticalisation de l’épistémique est le résultat d’une métaphore, comme le fait Sweetser (1990), ou d’un ajout métonymique au sens, comme l’ont fait, par exemple, Antinucci & Parisi (1971). Je résume dans (16), en la simplifiant quelque peu, la théorie d’Antunicci & Parisi et les théories dérivées :

 (16) a He must eat hypocaloric food (lecture radicale) ≈ Something COMPEL [HE-EAT HYPOCALORIC FOOD]

    b He must eat hypocaloric food (lecture épistémique) ≈  Something COMPEL [[I THINK] HE-EAT HYPOCALORIC FOOD]

38Autres exemples d’ellipses du même type : (17) et (18) ci-après. Dans les gloses proposées entre parenthèses, les éléments que l’on peut considérer comme faisant l’objet d’ellipses figurent entre crochets. Observons que l’emploi de that dans (18) constitue une énallage (changement de catégorie grammaticale de that).

 (17) If you’re thirsty, there’s some beer in the fridge. (≈ If you’re thirsty, [remember that] there’s some beer in the fridge [and that you can drink it]).

(18) It’s not that difficult. (≈ It’s not [as] difficult [as] that.)

2. 2 Remplacement d’un élément sur l’axe paradigmatique (métaphore).

  • 10  Sur l’évolution sémantique de willan en vieil-anglais, voir Tellier 1962 : 63-84.

39Les exemples (19) et (20) illustrent la mutation sémantique qui a mené du verbe vieil-anglais willan du au modal will de l’anglais moderne : willan, devenu ensuite will, est passé de l’expression d’une volition « non factuelle »(c’est-à-dire d’une volition ne menant pas obligatoirement à l’accomplissement du fait « voulu »), d’abord à l’expression d’une volition « factuelle » (c’est-à-dire vue comme conduisant à l’accomplissement du fait « voulu »), comme dans (19) ci-après, puis à la désignation implicite d’un facteur quelconque (et non précisé autrement que dans le contexte) susceptible de conduire à l’accomplissement d’un fait. Ce facteur peut être, par exemple, un ensemble de caractéristiques du référent du sujet, comme dans Oil will float on water ou comme dans l’exemple (20), ou un ensemble de causes potentielles, comme dans I’m sure they’ll win the match10. Cette substitution – ce remplacement de l’élément « volition » par un élément « causateur » plus général – a bien sûr été rendu possible par l’analogie ou plutôt la similarité des relations, et donc on a là une sorte de métaphore.

(19) Beowulf maðelode, beotwordum spræc / […]: Ic geneðde fela / guða on geogoðe; gyt ic wylle / […] fæhðe secan / mærðu fremman, gif mec se mansceaða / of eorðsele ut geseceð. (Beowulf, 2510-2515)

(Beowulf spoke, and made a vow / […]: “I have engaged in many / wars in my youth; once again I will [literally: I want and have decided to] / […] seek battle / andachieve glory, if that evil foe [i.e. the monster] goes out of his cavern to fight me.”)

 (20) Hund will in at open dure [“A dog will enter (the house) if the door is open”]. Visser (1969: 1682)

40Le schéma ci-après résume le processus de grammaticalisation de willan/will. La lettre V signifie « volition », X représente un facteur « causateur » quelconque, P représente le procès sur lequel porte la volition ou – à partir du stade (iii) – la modalité. La flèche en pointillés représente une relation « faible » (en l’occurrence celle qui s’établit à partir d’une volition « non factuelle », c’est-à-dire ne menant pas obligatoirement à la réalisation du procès – ce qui correspond au sens originel de willan), et les flèches en traits pleins représentent une relation « forte » (c’est-à-dire impliquant la réalisation du procès à partir de V ou de X).

  •  (i) V    …..>    P

  • (ii) V    ––>    P

  • (iii) V/X­­––>    P

  • (iv) (X) ­­––>   P

41L’exemple (21) ci-après illustre un cas de métaphore associée à une énallage (changement de catégorie syntaxique du nom Cinderella) :

 (21) Maggie had spent most of the morning with me, parked to the side and silently watching the city’s biomass pass. The Peace Tower bonged twelve and she Cinderella’d off on some mission without so much as a wave.
www.universalmetropolis.com/city/threads.php?threadid

3. La métonymie/métaphore au-delà du langage : processus d’identification

42Les processus mentaux sur lesquels reposent la métonymie et la métaphore ne sont pas propres au langage : ils font partie d’un ensemble beaucoup plus large de phénomènes psychiques, qui fonctionnent selon les principes d’association mentionnés plus haut, et auxquels on peut donner le nom de processus métonymiques. Ces processus consistent à mettre en relation des objets mentaux rattachés à un même concept ou groupe de concepts, et ils se manifestent de façons diverses. Nous allons nous intéresser à l’une de leurs manifestations, qu’on peut appeler l’identification métonymique.

43L’identification métonymique peut prendre plusieurs formes (elle est tantôt proche de la métonymie au sens strict du terme et tantôt proche de la métaphore), et ses motivations sont généralement affectives (j’insisterai sur ce point). Il s’agit, je le précise encore, d’un phénomène qui peut fonctionner indépendamment du langage – même s’il se manifeste souvent par l’intermédiaire du langage.

44Avant d’entrer dans les détails, voici un bref exemple, non fictif, d’identification métonymique.

  • 11  De façon pertinente, un relecteur anonyme (que je remercie) me fait remarquer qu’on peut dire « Je (...)

45Les circonstances sont les suivantes : on est sur un lieu de travail, à la fin d’une réunion. L’un des participants à la réunion (A) demande si quelqu’un va au centre-ville en voiture et peut l’y conduire. B répond positivement. A et B se dirigent vers le parking, et lorsqu’ils y arrivent B dit, en désignant sa voiture : Je suis là. « Je », dans « Je suis là », veut évidemment dire « ma voiture ». Toutefois, il ne s’agit pas simplement d’un procédé apparenté à l’hypallage : il s’agit d’une sorte d’identification de l’énonciateur à sa voiture, et, pour analyser cette façon (tout à fait courante) de s’exprimer, on ne peut pas en rester au niveau du langage. Il est curieux que ce type d’identification ne se produise qu’avec certains objets ou certains lieux, notamment une voiture, ou une place dans une salle de spectacle ou un moyen de transport ; on n’utilise guère la formule « Je suis là ! » pour dire où se trouve sa maison (à moins d’être seul à y habiter)11, ou son vélo.

46On peut distinguer plusieurs types d’identification métonymique.

3.1 Identification métonymique à un groupe/ensemble/territoire/etc.

47Arrêtons-nous d’abord sur deux exemples de ce type d’identification.

48Premier exemple : lorsque, après une victoire de l’équipe de France de football, des supporters sportifs scandent en chœur la phrase On a gagné !,ils s’attribuent abusivement un succès auquel ils ont peut-être contribué par leurs encouragements, mais qui est en réalité celui des joueurs de l’équipe. Et, par une démarche mentale qui est de même nature que la métonymie,  ils s’identifient à « leur » équipe, aussi bien psychologiquement que linguistiquement (linguistiquement, on a l’emploi du pronom on signifiant nous).

49Deuxième exemple :

 (22) Le Pays de Remiremont … Dans ce cadre naturel exceptionnel, fierté des habitants, se nichent des curiosités pittoresques naturelles et historiques, d’un grand intérêt et qui font l’identité même des lieux.
www.avuxon.fr/Presentation%20du%20Pays1.html

50Nous avons là un processus du même type, avec une motivation affective semblable. Les habitants du Pays de Remiremont ne sont pour rien dans la beauté du cadre naturel de leur pays, mais ils en sont fiers. Ce type de sentiment est, on le sait, très courant, et rares sont ceux qui y échappent : pour diverses raisons, on est fier de son village, de sa province, de son pays, de ses origines, du groupe social auquel on appartient, etc. Comme dans le cas précédent, le sentiment de fierté passe par une sorte d’identification. Dans (22), il s’agit d’une identification métonymique à un territoire, dont on se perçoit comme faisant partie.

3.2 Identification métonymique à un objet

51L’identification à un groupe, à un domaine, à un territoire, etc. peut passer par un objet qui est en quelque sorte son instrument, et cela donne lieu à un double mouvement métonymique. Prenons un exemple :

 (23) Je ne sais pas ce que pense le Français lambda du viaduc de Millau, mais en le visitant, c’était très intéressant d’entendre les opinions des gens du coin. […] On peut supposer que les gens de la région sont, pour la plupart, très fiers du viaduc.
http://french.about.com/​b/​2010/​opinions-viaduc-de-millau.htm

52La double identification dont ce « post » témoigne, concernant ceux des habitants de l’Aveyron qui sont « très fiers du viaduc », est la suivante. Il y a d’une part (et en premier lieu) une identification entre eux-mêmes et le département de l’Aveyron, et d’autre part une identification, qu’on peut appeler secondaire, entre le viaduc de Millau et eux-mêmes. (La seconde identification se fait par l’intermédiaire de la première.) L’identification secondaire concerne non plus le groupe auquel l’individu appartient, mais un objet représentatif ou symbolique de ce groupe. C’est ainsi qu’un drapeau, ou le maillot de l’équipe de football dont on est supporter, peuvent être l’objet d’une identification secondaire.

53Autre exemple d’identification secondaire de ce type : ce qu’on appelle en anglais un status symbol (traduisible en français par « symbole/marque de statut/prestige social », et qui est par exemple un vêtement « de marque », ou une montre Rolex, ou une voiture de grand luxe, etc., dont on exhibe la possession. Le propriétaire de l’objet exhibé utilise cet objet comme moyen d’identification à un groupe social considéré comme prestigieux, afin de montrer, ou de faire croire, qu’il appartient à une « élite », ou à la catégorie des gens « branchés », etc. En s’identifiant à ce groupe par l’intermédiaire d’un objet, il en vient aussi à s’identifier (secondairement) à l’objet lui-même, presque indépendamment du groupe social dont il est le symbole.

54Toutefois l’identification à un objet peut être moins centrée sur le groupe, par exemple dans le cas des collectionneurs d’objets rares ou dans celui des gens riches qui veulent avoir le plus beau château ou le plus beau yacht. Le processus d’identification s’apparente alors à la métaphore (on se voit en quelque sorte à l’image de ce qu’on possède : la plus belle voiture, le plus beau yacht, etc.), mais il reste fondamentalement de nature métonymique.

3.3 Identification métonymique à une personne

  • 12  Nous nous trouvons ici à un point de convergence entre la métaphore et le symbole. Observons aussi (...)

55Les enfants et les adolescents s’identifient facilement à un joueur de football célèbre, ou à tel chanteur ou chanteuse à la mode. De façon semblable, certains adultes peuvent s’identifier partiellement à une « célébrité », par exemple lorsqu’ils collectionnent des posters à l’effigie de leur rocker préféré ou adhèrent à un fan-club. Ici encore, il s’agit d’une identification en partie métaphorique : on cherche ou on imagine une ressemblance avec une personne célèbre. Un cas particulier est celui de l’identification à ce qu’on appelle en anglais a role model – autrement dit l’identification à quelqu’un qu’on admire et qu’on cherche à imiter12.

56Dans (30) ci-après,  l’identification à une personne est vue comme une sorte de mimétisme, autrement dit de métaphore :

 (30) [Malraux] avait ce que j’appelle le syndrome des journalistes […] : quand ils rencontrent un grand homme, ils pensent qu’ils sont eux-mêmes grands. (Olivier Todd, interviewé sur France-Inter le 25 mai 2001)

57On peut remarquer que la publicité et la propagande utilisent abondamment l’identification métonymique. On a dans (24) ci-après la description d’une stratégie qui associe l’identification à une personne et l’identification à un objet :

 (24) Les concepteurs de cette stratégie sont motivés par le fait que le consommateur a besoin de s’identifier à une star, un produit...Zidane opte pour tel produit, tous les admirateurs de Zidane vont adopter donc le même produit ou la même marque !
www.memoireonline.com/.../m_Les-strategies-de-la-publicite-le-cas-de-la-pub-automobile....html

3.4 Identification à une entité abstraite

58Je me contenterai d’un exemple pour illustrer ce type d’identification.

59En mai 1994, sur les ondes d’une radio, un journaliste interviewe Bernard Tapie, dont le nom a souvent été mentionné à propos de divers scandales financiers, sportifs ou politiques. Au cours de l’interview, le journaliste suggère une comparaison entre Tapie et Silvio Berlusconi (qui n’était pas encore devenu Président du Conseil italien), mais cette comparaison n’est pas du goût de Bernard Tapie, qui s’insurge : « Berlusconi ? Je l’ai battu deux fois ! » Le journaliste a une réaction de surprise  – il se demande sans doute quelle est la compétition électorale ou autre qui a opposé les deux hommes –, et Tapie se sent obligé de préciser : « Oui, l’OM a battu le Milan AC deux fois, en 91 et en 93. » De façon manifeste, en affirmant avoir battu Berlusconi deux fois, Tapie s’identifiait implicitement à l’Olympique de Marseille, dont il avait été président de 86 à 94, et de la même façon il identifiait Berlusconi au Milan AC (dont Berlusconi était président). Et, comme on le voit, l’identification prend ici la forme d’une sorte d’hypallage : dans « je l’ai battu deux fois », « je » équivaut à « l’OM ».

Conclusion

60Au-delà d’une ébauche de typologie analytique de la métonymie et de la métaphore syntaxiques, le but de cet article a été d’apporter des arguments en faveur d’un plus grand décloisonnement, ou d’une plus grande coopération, entre la linguistique/stylistique et d’autres sciences humaines – notamment la psychologie de l’affect et la psychosociologie.

Haut de page

Bibliographie

Antinucci, Francesco & Parisi, Domenico (1971) On English modal verbs. Papers from the Seventh Regional Meeting, Chicago Linguistic Society, 28-39.

Changeux, Jean-Pierre (1983) L’homme neuronal. Paris : Fayard.

Cherchi, Louis (1980) Lest, That, Should et les autres : un exemple d’observation de données grammaticales. Les langues modernes,2¸ 201-208.

Cotte, Pierre (1991) L’hypallage ou la fausse attribution. TLE, 9, Presses Universitaires de Vincennes, 79-95.

Desurmont, Christopher (2006) Les figures de l’hypallage.  Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, 27, 159-176.

Fontanier, Pierre ([1830] 1977) Les figures du discours. Paris : Flammarion.

Furmaniak, Gregory, & Larreya, Paul (2012, à paraître) On the uses of would in epistemic contexts.

Groupe µ, ([1970] 1982) Rhétorique générale. Paris : Seuil.

Larreya, Paul (1985) Pour une analyse linguistique des figures de style. Sigma, 9, pp. 57-72.

Larreya, Paul (2001) La grammaticalisation du non-dit : le cas de la modalité épistémique. Fabienne Toupin (ed.), Mélanges en l’honneur de Gérard Deléchelle, 107-127. Tours : GRAAT.

Larreya, Paul (2009) Towards a typology of modality in language. Raphael Salkie, Pierre Busuttil and Johan van der Auwera (eds.), Modality in English: Theory and Description, 9-30. Berlin and New York : Mouton de Gruyter.

Larreya, Paul & Méry, Renaud (1992) De la productivité syntaxique de l’hypallage. Jacqueline Guéron (ed.), L’ordre des mots – Domaine anglais,143-160. Saint-Etienne : C.I.E.R.E.C.

Le Guern, Michel (1973) Sémantique de la métaphore et de la métonymie. Paris : Larousse.

Sweetser, Eve (1990). From etymology to pragmatics – Metaphorical and cultural aspects of semantic structure. (Cambridge Studies in Linguistics 54). Cambridge : Cambridge University Press.

Tellier, André (1962) Les verbes perfecto-présents et les auxiliaires de mode en anglais ancien. Paris: Klincksieck.

Visser, Fredericus Th. (1969) An Historical Syntax of the English Language (Part Three). Leiden : E.J. Brill.

Haut de page

Notes

1  Le terme identification est utilisé ici dans son sens banal, et non dans le sens qu’il a dans la Théorie des Opérations Énonciatives.

2  Dans, par exemple, Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire(Lamartine, « Méditation XIII »), la double hypallage ne peut évidemment pas se réduire à une simple modification formelle qui ferait du vers de Lamartine l’équivalent de Rêveur et solitaire, je suis le sentier : l’hypallage crée une sorte de fusion impressionniste aussi bien entre les référents qu’entre les caractéristiques qui leur sont attribuées. Une typologie comme celle qui suit, fondée sur des critères formels, peut paraître occulter les facteurs sémantiques de ce type. Sur cette question, voir Larreya 1985.

3  Je remercie Geneviève Girard-Gillet pour ses suggestions sur ce point. Pour des études détaillées de l’hypallage, voir notamment Cotte (1991) et Desurmont (2006 et ce volume).

4  Cet exemple et l’analyse proposée ici sont repris de Furmaniak et Larreya 2012 (à paraître). Il ne sera question ci-après que de la valeur sémantique du prétérit contenu dans would. Concernant la valeur du morphème will (qui n’est pas directement dans notre propos), on peut faire l’hypothèse qu’il s’agit d’une valeur de « conjecture ».

5  Dans les exemples (2)-(6), l’hypallage porte sur des éléments qui entrent dans le domaine syntaxique du temps et de la modalité, mais il ne fait pas de doute que d’autres domaines sont concernés. Geneviève Girard-Gillet (ce volume) cite un exemple de transfert de la portée de la négation : I didn’t say that to hurt your feelings.

6  Je dois à Monique De Mattia-Viviès (communication privée) l’observation du caractère métonymique de la concordance des temps.

7  La syllepse (voir Albrespit, ce volume) est un cas de substitution qui ne sera pas examiné ici.

8  Fontanier (1977 : 293) définit ainsi l’énallage : « échange d’un temps, d’un nombre ou d’une personne contre un autre temps, un autre nombre, ou une autre personne ».

9  Ce qui suit résume une analyse présentée dans Larreya 2001.

10  Sur l’évolution sémantique de willan en vieil-anglais, voir Tellier 1962 : 63-84.

11  De façon pertinente, un relecteur anonyme (que je remercie) me fait remarquer qu’on peut dire « Je suis là ! » pour montrer sur une carte postale la maison où l’on habite. Je dois avouer mon incapacité à donner une explication linguistique ou psychologique à cette exception dans une exception dont les raisons ne m’apparaissent pas clairement.

12  Nous nous trouvons ici à un point de convergence entre la métaphore et le symbole. Observons aussi que le mot anglais icon (calqué en français sous la forme icône), lorsqu’il est utilisé pour désigner une personne célèbre ou un objet symbolique d’une façon de vivre, est tout à fait approprié (du moins dans certains cas) pour désigner une personne ou un objet auxquels on s’identifie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul LARREYA, « Le débordement du sens : quelques métonymies et métaphores syntaxiques de l’anglais et du français », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://erea.revues.org/2356 ; DOI : 10.4000/erea.2356

Haut de page

Auteur

Paul LARREYA

Professeur de linguistique anglaise
Université Paris XIII
Paul Larreya : domaine de recherche : sémantico-syntaxe (contrastive ou non) de l’anglais et du français, pragmatique, stylistique. A été maître de conférences à l’Université de Pau puis professeur à Aix-Marseille I et à Paris XIII. Principaux ouvrages publiés : Le possible et le nécessaire– modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique (Nathan-Université, 1984) et (en collaboration avec Claude Rivière) Grammaire explicative de l’anglais (Pearson-Longman, 1991, 1996, 2005, 2010).
prlarreya@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org