Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Alors que l’œuvre de John Milton suscite encore de nombreuses critiques et interprétations, je vous propose un retour en arrière afin d’étudier l’un des premiers écrits biographiques dédié à la vie et à l’œuvre du poète anglais signé par le philosophe irlandais John Toland. Paru en 1698, Life of John Milton dresse un portrait plus complet que ceux que l’on trouve dans les précédentes biographies du poète anglais (Darbishire xxix). Ayant été l’un des premiers biographes de Milton, Toland a publié son opuscule plus de vingt ans après la mort du poète anglais. Compte tenu de la visée apologétique et polémique de Toland qui, d’ailleurs, n’échappait pas à ses contemporains, cette biographie publiée en 1698 nous renseigne parfois plus sur le biographe irlandais que sur la vie et l’œuvre de Milton. C’est dire qu’il serait fort difficile de bâtir notre interprétation de Milton sur les bases que nous laisse Toland car nous ne comprendrions le poète anglais que dans les seules limites proposées par ce dernier.

2Malgré cet avertissement, cette biographie vieille de trois siècles demeure intéressante pour nous autres modernes et pour de nombreuses raisons. Je souhaite en traiter deux. Dans un premier temps, cette étude se concentrera sur ce qui relève de la biographie de Milton afin de mieux identifier le personnage qui y apparaît. La première question est donc de savoir qui est le Milton qui ressort des pages de Life of John Milton. Cette “histoire” de la vie et de l’œuvre de Milton met en avant la pensée politique du poète anglais ; il nous incombe donc de savoir quelles idées politiques sont mises en valeur par rapport à d’autres. Alors que la poésie de Milton a été généralement bien reçue par le public lettré avant et après sa mort, ses écrits politiques n’ont cessé d’attirer l’opprobre, fût-il feint, de la part de lecteurs soucieux de mettre de la distance entre eux-mêmes et la réputation toujours sulfureuse de Milton (Visiak 25). Cette biographie est l’un des premiers essais de la première génération après la mort de Milton qui tente de réhabiliter l’héritage considérable du poète anglais. Selon Nicolas von Maltzahn, Toland a entamé le travail de revalorisation du nom de Milton afin qu’un public plus large puisse reconnaître les mérites du poète républicain (“The Whig Milton; 1667-1700” in Milton and Republicanism 251). Tout comme sa préface biographique à son édition de James Harrington, la biographie du jeune Toland sur Milton participe d’une entreprise plus globale qui consistait à éditer et à publier les écrits d’auteurs connus pour leurs sympathies républicaines (Lurbe 237-62). La réhabilitation de la réputation de Milton fait ainsi partie du projet plus global de revalorisation du sens du mot “Commonwealth”. Avec la biographie de Milton, nous avons donc affaire au défi de la valorisation de la mémoire de l’un de ces “Commonwealthmen”.

3Je souhaite également mettre en lumière les aspects du travail historiographique de Toland. Certains critiques contemporains de Toland ont remarqué que le philosophe irlandais s’est octroyé une large liberté en redressant le portrait de Milton de sorte que l’auteur et le sujet se ressemblent (von Maltzahn 250). On lui a reproché notamment d’avoir imposé des opinions inédites sur lui (Remarks on the Life of Mr. Milton 43). Compte tenu de la visée apologétique de Toland, je voudrais exposer certaines de ses spécificités en tant qu’historiographe whig ainsi que la manière dont il s’appuie sur l’œuvre de Milton pour lancer d’autres polémiques. C’est une réhabilitation non seulement de la réputation mais aussi une récupération des idées de Milton pour mieux l’utiliser dans des débats contemporains à Toland.

  • 1  C’est nous qui traduisons le texte original.
  • 2  Si Toland évoque un vice chez Milton, c’est d’avoir été trop brutal envers ses adversaires.

4Afin de “publier la vraie histoire de ses actions, œuvres et opinions” (Toland, The Life of John Milton 5), Toland tâche de respecter les règles de l’objectivité d’un “historien” (et non d’un “biographe”). Il informe le lecteur qu’il insère de longs passages des livres de Milton afin d’éviter les soupçons selon lesquels il présenterait son sujet comme “autre qu’il n’était réellement” (5).1 Certes, Toland laisse la parole à Milton, mais c’est lui qui compose. Selon le philosophe irlandais, l’historien devrait recommander la vertu et dénoncer le vice. Suivant un parcours quasi-chronologique des écrits de Milton, The Life of John Milton met plus souvent en lumière ses vertus que ses vices.2 Évidemment, tous les écrits de Milton ne reçoivent pas la même attention de la part du biographe. Vers la fin de sa vie, Milton fut censuré, mais pas muselé — on peut penser notamment à la censure infligée à son

5History of Britain (Toland 43) et à celle qui a failli frapper Paradis perdu (40). Alors que Toland récuse la censure infligée à son aîné, il se permet de cacher ce qui ne correspond pas au portrait qu’il esquisse. Le Character of the Long Parliament, par exemple, ne figure pas parmi les livres traités par Toland. Le paradoxe du Milton de Toland est qu’il garde sa vigueur singulière tout en se conformant à la culture ambiante des Whigs alors que le biographe est critiqué pour son manque de modération (Leibniz, Correspondance 271).

6Toland traite plus amplement des écrits politiques que de l’œuvre poétique de Milton. Bien qu’il évoque la quasi-totalité des écrits de Milton, six ouvrages, ou groupes d’ouvrages, sont traités en profondeur : les écrits sur le divorce (Toland 18-21), Areopagitica (21-3), The Tenure of Kings and Magistrates (24-6), la polémique entre Eikon Basilike et Eikonoklastes (26-30), Defensio pro Populo Anglicano et ses suites (30-5), et enfin Paradis perdu (40-3). Quelques écrits sont mentionnés sans que l’on connaisse la raison pour laquelle ou le contexte dans lequel ils ont été écrits ; par exemple, Of Education to Samuel Hartlib (21) ou sa Grammar for learning Latin (44). De plus, Toland n’interprète pas tous les livres de l’œuvre miltonienne suivant les indications de celui-ci. Par exemple, le Paradis reconquis est “… généralement considéré comme très inférieur au Paradis perdu, ce qu’il [Milton] ne supportait pas d’entendre ayant été d’un tout autre avis” (43). En dépit de l’intention affichée de présenter la vie et l’œuvre de Milton, le lecteur s’habitue aux nombreuses digressions sur des sujets qui ne concernent guère la vie et l’œuvre de Milton mais bien au contraire celles de Toland.

7L’œuvre de Milton est telle qu’elle pouvait représenter un exemple d’érudition pour les Whigs à quelques conditions près, notamment la minimisation de la dimension religieuse de ses écrits (von Maltzahn 230). Sous la plume de Toland, le poète puritain se voit donc comparé à Homère et Virgile (Toland 9 et 41) et non à des visionnaires enthousiastes. D’ailleurs, le panthéisme de Toland n’est pas inspiré de l’hétérodoxe Traité de la doctrine chrétienne de Milton (Lejosne 506). Tandis que le poète qui explique un Dieu énigmatique aux hommes n’y figure guère, le poète hostile à l’autorité arbitraire des hommes y est manifeste. Le Milton de Toland est non seulement érudit, mais aussi vertueux. Il pourfend les ennemis de la vertu, à savoir la tyrannie et la superstition (Toland 32). Il est le précurseur de Toland dans maints combats qui relèvent moins des premiers soucis des “Vieux Whigs” que des “Latitudinaires”, ces hommes d’Église favorables à la tolérance et à l’élargissement de la raison en matière de foi.

8Les qualités vertueuses de Milton sont présentes dans la Defensio pro Populo Anglicano , son “chef-d’œuvre” selon Toland, et “l’œuvre principale et préférée” de Milton (30). Milton écrira par la suite une deuxième Défense du peuple anglais suivi par une Defensio per se en réponse aux apologies royalistes comme Clamor Regii Sanguinis ad Coelum. Toland s’abstient de résumer les arguments des trois Defensios. Il n’hésite pas, en revanche, à raconter l’effet que la première Defensio a eu sur la carrière de son adversaire, Saumaise. Les vertus mises en avant dans le compte-rendu de Toland sont celles qui ont motivé Milton à s’engager dans la polémique, telles que le devoir public et l’amour de la liberté. La voix de Milton dans la première et la deuxième Defensio est celle de l’État : un État puissant mal traité par un “professeur pitoyable” (32). Face à deux adversaires qui s’y sont engagés en vue du gain privé, Saumaise le “mercenaire” étranger ou l’impudique Alexandre Morus, le vertueux Milton répond à l’appel du devoir malgré l’affaiblissement de ses yeux (Toland 35). De plus, l’érudition de Milton et celle de Saumaise ne sont pas comparables. L’autorité de ce dernier en matière politique est discréditée du fait que son expertise est de par trop érudite et éloignée des affaires publiques. Pour mieux insister sur les qualités des Defensios, Toland cite des hommes éminents étrangers comme Pierre Bayle ou l’ambassadeur de Parme à la cour de France. L’apologie de Milton, qui égale les “… anciens romains dans la pureté de leur langue et leurs notions les plus hautes de la liberté” (30), est jugée par toute l’Europe comme infiniment supérieure. En tant que Secrétaire latin, la culture classique de Milton est une vertu mise au service de la “République” qui refuse de rendre hommage à la monarchie française par l’usage de la langue française dans ses correspondances diplomatiques (26).

9D’après Toland, il existe chez Milton non seulement la vertu civique consistant à répondre à l’appel de l’État, mais aussi celle qui appelle les autorités publiques à promouvoir des politiques propices à la liberté et à “libérer les consciences des griffes des loups mercenaires” (35). La contrepartie de cette vertu est l’anticléricalisme que Milton développe lorsqu’il oppose l’usage de la raison à l’exigence de soumission aux autorités externes telles que la coutume ou la loi canonique. Toujours est-il qu’il est question de distinguer des ecclésiastiques impérieux des autorités civiles corrompues ou autre, comme par exemple, lorsque la première Defensio de Milton est brûlée à Paris non pas sur l’ordre du Parlement mais par le “Lieutenant civil” à l’instigation des prêtres (33).

10Toland élargit habilement l’antipathie de Milton envers le clergé de son temps dans une polémique plus vaste contre la caste des prêtres en général. Milton ouvre le débat sur le divorce à titre personnel avec la publication en 1644 de sa Doctrine and Discipline of Divorce suite à ses malheurs conjugaux. Selon Milton, l’interdiction du divorce s’est fondée jusqu’à présent sur une interprétation erronée de Moïse. La raison pour laquelle une telle interprétation a pu rester intacte résulte de la superstition des anciens Pères de l’Église et d’un clergé avide de pouvoir qui fait toujours la loi canonique. La superstition qui proscrit le divorce a des effets néfastes tant dans l’espace public que dans l’intimité de l’espace privé. “La superstition nous rend si ingouvernables et si sauvages; d’un extrême où l’on abuse de la liberté jusqu’à l’autre extrême de la contrainte sans merci” (19).

11Milton, le pourfendeur des prêtres est le défenseur de la liberté d’expression comme l’atteste son Areopagitica. Toland consacre quatre pages à cet opuscule, soit presque autant de pages qu’à Paradis perdu. Le biographe résume l’histoire des pratiques de la censure dans l’antiquité et dans les premiers siècles du Christianisme ainsi que les arguments de Milton contre une censure arbitraire. Pour mieux jeter l’opprobre sur cette politique Milton place les origines de la censure dans les politiques de l’Église catholique surtout depuis le Concile de Trente (Milton, The Works of John Milton IV). Toland, en revanche, l’assimile à une histoire plus vaste et plus ancienne qui témoigne de la montée en puissance des ecclésiastiques aux dépens des autorités temporelles. C’est ainsi l’occasion pour Toland de déplorer les effets du “Priestcraft” de sa propre époque ; plus particulièrement, il regrette la ruse des presbytériens qui, une fois arrivés au pouvoir, “… ont exercé la même autorité avec une rigueur et une sévérité encore plus intolérable” (22). Néanmoins, Toland reprendra plus tard l’argument selon lequel la coutume de la censure fut introduite par l’Inquisition (Toland, An Apology for Mr.Toland 3). Par son plaidoyer pour la liberté de la parole, Toland nous esquisse un Milton qui croit en la vertu du libre échange des idées et pour qui le “Licensing” est un vice indigne d’un libre gouvernement.

  • 3  Le “Comprehension Bill” était un projet de loi pour attirer les “Dissenters” dans l’Église anglica (...)

12L’anti-presbytérianisme de Milton s’accentue lorsque Toland aborde l’ouvrage suivant de Milton, The Tenure of Kings and Magistrates. Le biographe irlandais résume les propos du livre qui développent la théorie de la résistance aux tyrans de Milton (24). Or, les partisans de la tyrannie s’avèrent être moins les partisans de l’absolutisme que les presbytériens. Après avoir arrêté et jugé le roi Charles I, les presbytériens se sont retirés de la concorde qui les unissait aux Parlementaires anglais. Toland cite Milton lorsqu’il avertit les presbytériens de ne pas “… promouvoir les politiques en vue d’abuser et de se servir des simples laïcs comme l’ont fait les prélats avant eux...” (25). Pour Toland, cet avertissement sert de prétexte pour dénoncer l’intolérance des presbytériens dans les controverses de son époque. Lorsqu’il ne s’agit pas de déplorer le traitement qu’a subi son ancien protecteur et ministre latitudinaire, le révérend Daniel Williams, aux mains de ses co-religionnaires presbytériens anglais, il exprime ses soupçons envers des presbytériens qui abuseraient du possible Acte de Compréhension.3

13Milton tâche de démontrer dans le Treatise of Civil Power in Ecclesiastical Causes que la contrainte exercée par le magistrat civil en matière de religion ou de conscience est “illégale”. Il faut noter que dans beaucoup de ses livres, Milton justifie ses arguments par une exégèse biblique enrichie de nombreuses citations : c’est le cas dans le Treatise, et la “Loi” évoquée par Milton n’est pas la loi civile mais la Loi de Dieu (Milton, Works V : 20-28). La propension de Milton à augmenter ses textes de passages bibliques n’est pas évoquée par Toland. Dans le compte-rendu de Of True Religion, par exemple, l’appui de l’autorité biblique est minimisé au profit des “principes” que Milton établit en accord, bien entendu, avec les premiers réformés (44). De même, les deux livres soutiennent un régime de tolérance qui comprend toutes les sectes sauf le papisme qui serait moins une religion qu’une “faction politique” (36). Or, le papisme que récuse Milton s’identifie moins au seul Catholicisme qu’à toute secte qui opprimerait toutes les autres. De plus, Toland se permet d’ajouter aux propos de Milton que les Catholiques représenteraient une plus grande menace que les athées.

14Le dépouillement de la théologie chez Milton sous-tend le jugement de Toland sur Paradis perdu. Le biographe irlandais ne cesse de répéter que dans les premiers temps Milton envisageait d’écrire un poème épique sur le roi Arthur ou sur un “Prince avant la conquête” (10) et il ne savait pas si l’argument serait inspiré de l’Écriture ou d’une antique histoire païenne” (12). D’ailleurs, Toland n’explique pas pourquoi Milton a choisi le thème de la chute de l’homme. En effet, aux yeux de Toland, Paradis perdu compte parmi les écrits politiques de Milton : le poète-théologien de Paradis perdu s’efface devant le poète républicain. Toland, s’appuyant sur sa lecture du deuxième livre de Of Reformation, définit l’objectif en termes plus ambiguës comme étant de “… démontrer les effets différents de la liberté et de la tyrannie” (42).

  • 4  Il s’agit en effet des passages tirés de la première Defensio.

15Le contraire de la tyrannie spirituelle est la religion protestante. Or, celle-ci ne se réduit ni aux doctrines théologiques ni à une quelconque discipline sectaire. Milton, nous informe Toland, ne fréquentait plus les services religieux vers la fin de sa vie (46). Et, alors que la règle infaillible en lecture biblique est sola Scriptura, il demeure que Milton met en exergue la raison libre de toute contrainte et épurée de crédulité sous peine de risquer l’hérésie envers la vérité (41). Le lecteur aura des difficultés à trouver le puritanisme dans le Milton de Toland : à une exception près, la notion de la “nation élue” n’y figure pas (32).4 Les choix politiques du Milton de Toland ne relèvent pas de sa foi mais de sa prudence. D’après Robert Howard, une connaissance commune de Milton et de Toland, le poète aurait pris le parti des républicains car il estimait leur gouvernement plus modéré (43). Un libre gouvernement, “modèle” que Milton pensait être le plus proche des préceptes du Christ, est le seul modèle qui peut assurer la liberté de conscience (38).

16Toland place la liberté de conscience au premier rang des principes républicains de Milton. Le poète conceptualise un républicanisme viril et cultivé inspiré de la Rome antique qui est le contraire de la tyrannie des “prêtres efféminés” de la Rome contemporaine (9). De même, le programme d’études pour les enfants, Of Education to Samuel Hartlib, enseigne “… tout ce qui est bon et prudent en gouvernement ou aimable et valeureux dans la pratique privée” (21). C’est-à-dire qu’il s’agit d’inculquer les mêmes vertus aux échos humanistes tant dans la vie publique que dans la vie privée. Or, Toland n’évoque pas que ce “petit ouvrage” destiné à l’éducation de la jeunesse constitue une critique implicite des Parlementaires au moment de sa publication (Dzelzainis 13). Étant donné l’intérêt de Toland pour l’éducation, il est significatif qu’il n’accorde que quelques mots à cet écrit de Milton. Ils s’accordent sur les moyens inspirés du modèle romain, mais ils s’éloignent des fins visées. En effet, Milton développe son programme en vue de former une élite alors que Toland développe dans sa Letter Concerning Roman Education un programme plus vaste pour englober tous les citoyens libres (A Collection of Several Pieces of Mr.John Toland II : 9). Dans son Militia Reform’d paru la même année que sa biographie sur Milton, Toland se méfie de la confiance accordée aux “hommes bons” pour faire des lois (The Militia Reform’d 11). Milton ne reconnaîtrait pas comme sienne la notion selon laquelle les seuls hommes aptes à défendre la république seraient motivés par l’intérêt personnel. La réponse au problème pérenne de la corruption se trouve déplacée chez Toland : l’intérêt du public et du privé coïncident chez les hommes libres qui possèdent de la propriété et pour qui “… l’intérêt privé les lie au bien public” (19).

17Le lecteur remarquera l’économie avec laquelle Toland emploie le mot “commonwealth”. Le mot brille parfois par une absence curieuse. Par exemple, suite à la condamnation et à l’exécution du roi Charles I, Toland informe le lecteur que la forme du gouvernement a été transformée en une “démocratie ou un État libre” (The Life of John Milton 24) — et non pas en un “Commonwealth et un État libre” comme l’énonce l’acte en date du 19 mai 1649 (Scobell II : 30). En d’autres lieux, Toland l’appelle la “Republick”, mais semble-t-il, il préfère des termes plus neutres comme l’“État” ou tout simplement le “gouvernement” auquel Milton prêta sa plume (26). Quand Toland évoque la “république”, il se réfère surtout à celles de l’Antiquité, et non à celles qui existaient de son temps, en l’occurrence, la “République hollandaise” (21, 33). D’ailleurs, c’est Pierre Bayle, cité par Toland, qui dit que Milton “défendait la cause républicaine avec une plénitude d’adresse et de jugement” (30). Cependant, c’est Toland qui traduit l’article de Bayle dans lequel on peut lire que Milton a défendu la “cause des monarchomaques” (Bayle 445). Et ce sont les “principes démocratiques” de Milton qui auraient pu être à l’origine de la séparation avec sa femme (18). Il y a, bien entendu, le modèle d’un “commonwealth” souhaité par Milton et qu’il développe dans son œuvre The ready and easy Way to establish a Free Commonwealth. Mais le Milton de Toland n’est pas un théoricien de la république : la portée de son modèle est minimisée, voire rejetée par Toland qui le trouve inférieur à tous égards à l’Océana de Harrington (38).

18Les biographies que Toland consacre à Milton et Harrington se distinguent surtout par le soin que le philosophe irlandais a pris dans l’exposition des théories politiques de ce dernier (The Life of James Harrington xxi-xxvi). En général, l’utilité des écrits de Milton s’arrête au seuil de la théorie. Les penseurs de référence de Toland sont Locke et Cicéron (The Life of John Milton 45). Milton n’est pas non plus un historien de référence : le lecteur est prié de se tourner vers la General History of England de James Tyrrell (44). Le silence relatif de Toland concernant History of Britain relève sans doute du fait que l’œuvre de Milton ne correspond pas aux attentes de l’historiographie whig qui généralement soulignait le rôle de l’ancienne constitution (von Maltzahn, Milton’s History of Britain 166). Toland passe sous silence le Character of the Long Parliament de Milton pour des raisons analogues : dans cet opuscule Milton développe une critique sans conditions du “Long Parliament” alors que Toland devait publier une défense de ce Parlement.

19De même, Toland applaudit les opinions de Milton sur la tolérance tout en le rapprochant d’autres personnages éminents tels que le philanthrope unitarien Thomas Firmin et John Locke. Face à la censure des “Licensors” tels que Roger L’Estrange et Thomas Carryl, Toland recommande la lecture des Discours d’Algernon Sidney, “ce champion héroïque de la liberté” (21). Par rapport aux écrivains du “canon” républicain, Milton est celui qui associe le plus un Protestantisme tolérant et latitudinaire aux vertus civiques. Ses préceptes sont dignes d’imitation et dans la vie privée et dans l’activité publique. Pour son amour de la liberté et de la tolérance, le Milton de Toland ressemble au descriptif qu’il donne de Marlborough qui “préfère la liberté de tous à la faveur d’un seul” (State Anatomy of Great Britain 65).

20Les vices de Milton sont moins évidents. Le plus grand, sans doute, aurait été son soutien à Cromwell. Toland rapporte que Milton souhaite, naïvement sous-entend-il, que Cromwell établisse une forme de gouvernement libre dans laquelle personne ne serait au-dessus des lois et où tous jouiraient de la liberté de conscience (35). Cependant, Toland réserve ses condamnations sans concessions envers Cromwell pour son Life of James Harrington (xxi). Néanmoins, on ne peut que remarquer qu’alors que Toland s’offre l’occasion de critiquer fortement la mauvaise administration de la reine Christine de Suède (33), il insère, quelques pages plus loin, des vers (écrits soit par Milton soit par Andrew Marvell selon Toland) dans lesquels Cromwell loue les qualités de la reine (39). On suppose qu’il s’agit d’une autre critique implicite du jugement de Milton, cette fois-ci des louanges de la reine Christine, du moins les louanges écrites au nom du Protectorat, qui se trouvent dans la Second Defense of the People of England(The Works of John Milton VIII : 105-9).

21Bien qu’il ne suive pas à la lettre ses propres règles d’historien, il est à rappeler que, pour Toland, la réputation de Milton est un enjeu central du livre. Milton est l’un de ces personnages éminents qui représente ce qui est le mieux dans le “Commonwealth”. Le travail sur la mémoire des hommes exemplaires constitue le contexte dans lequel s’ouvre la controverse autour de ses remarques sur Eikon Basilike et qui continue avec son Amyntor publié en 1699. Concernant la polémique impliquant Eikon Basilike et Eikonoklastes de Milton, Pierre Bayle dit qu’“Il n’est peut-être jamais arrivé aucune chose plus singulière que celle-ci dans ce qui concerne l’histoire des livres” (454). Résumons-la : Milton reçoit la mission de répondre à Eikon Basilike attribué au roi Charles I et publie Eikonoklastes l’année même de l’exécution de celui-ci (26). Milton, l’iconoclaste, tâche de défaire l’image dorée du roi défunt qui s’est transformé en martyr grâce à son ouvrage posthume. Milton perçoit l’imposture derrière le livre ; Toland poursuit l’histoire et relate, preuves documentaires à l’appui, qu’un certain Docteur Gauden était le véritable auteur de Eikon Basilike (27-30). Cependant, Toland ne s’arrête pas à la seule imposture contemporaine mais déclenche une tout autre controverse quand il déclare : “… Je cesse de me demander comment de si nombreux textes douteux portant le nom du Christ, de ses apôtres et d’autres personnes éminentes ont pu être publiés et approuvés dans les temps primitifs…” (29). Ayant dépassé les seules bornes de l’historiographie whig, Toland parvient alors à mettre en cause et le statut sacré du martyr Charles et l’authenticité de la Sainte Écriture.

22Ce qui nous intéresse dans cet épisode est l’exemple de Milton. Toland tâche de réparer l’image ternie du poète défunt et assume ainsi le rôle qu’avait autrefois Milton comme iconoclaste. Dans Eikonoklastes, Milton compare l’image du roi pieux contenu dans Eikon Basilike à ses véritables actes. De même, Toland met en opposition des écrits choisis du poète pour les opposer à l’image héritée de celui-ci. Toland souhaite mettre en avant l’idée que tous les textes revêtus d’autorité ne reçoivent leur statut que de par l’autorité des hommes. En effet, il suit Milton dans sa critique de la manière irréfléchie qu’ont les hommes d’accorder l’autorité aux auteurs anciens de l’Antiquité (14).

23Toland n’était pas le seul à reconnaître l’importance des vies exemplaires comme celle du roi défunt (Hill 172). C’est pourquoi il fallait détruire le mythe du roi martyr, d’où l’Eikonoklastes. Il était conscient du statut et du rôle de certains hommes exemplaires hérités depuis l’Antiquité. Ce souci explique en partie son travail critique sur Attilus Regulus écrit en 1694 (A Collection of Several Pieces, II : 29-46). Le consul romain était considéré comme l’exemple même de la grandeur d’âme face à la mort violente et certaine. Or, c’est une légende fausse dit Toland (35). C’est une légende, d’ailleurs, reçue et transmise par Cicéron (De Officiis III : 27), Machiavel (Discorsi sopra la premi Deca di Tito Livio III : 1) et même Milton (Paradise Regained II : 443-5). Il fallait donc épurer ce mauvais exemple de l’héritage d’hommes républicains et éminents.

24Toland était un fossoyeur habile des préjugés. Il s’acharne à revaloriser non pas “l’icône” de Milton, mais la mémoire d’une vie vertueuse. Il ne s’agit pas d’iconographie mais d’historiographie; le biographe irlandais indique au lecteur ses sources ainsi que des “matériaux certains et authentiques” légués par Milton pour quiconque voudrait écrire une histoire de ce temps (Life of John Milton 26). L’auteur de la biographie est Toland bien que Milton soit l’acteur principal. Toland se présente comme l’auteur d’une narration des gestes de Milton et il est, aux yeux de Bayle, une autorité suffisante en la matière pour fournir du matériau pour son article sur Milton (Bayle 446). Certes, Toland n’applaudit pas tous les gestes de Milton et il reste discret sur ce qui lui déplaît alors qu’il termine sa biographie en soulignant que l’historien ne doit rien cacher (48). En fin de compte, il s’approche de l’opinion de Milton selon laquelle la révélation des vices d’un héros relève “… de la faute du Poète comme celle que l’on attribue à Homère d’avoir écrit des choses indécentes sur les Dieux” (16).

Haut de page

Bibliographie

Bayle, Pierre. Dictionnaire historique et critique X. 1696. Genève : Slatkine, 1969.

Cicéron. De Officiis. Cambridge: Cambridge UP, 1961.

Darbishire, Helen, ed. The Early Lives of Milton. London: Constable & Co., 1932.

Dzelzainis, Martin. “Milton’s Classical Republicanism.” Armitage, David ; Himy, Armand & Skinner, Quentin, eds. Milton and Republicanism. Cambridge: Cambridge UP, 1995. 3-24.

Hill, Christopher. Milton and the English Revolution. Boston: Faber & Faber, 1997. Leibniz, G.W. Correspondance: 1680-1715. New York: Hildesheim, 1973. 271-6.

Lejosne, Roger. La raison dans l’œuvre de John Milton. Paris : Didier, 1981.

Lurbe, Pierre. “Les avatars d’un concept : la notion de commonwealth dans la pensée de John Toland”. Luc Borot, éd. James Harrington and the Notion of Commonwealth. Montpellier : Publications de l’Université Paul-Valéry, 1998. 237-62.

Machiavelli, Niccolo. Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio. 1513-1520. Tutte le opere storiche, politiche e letterarie. Rome : GTE Newton, 1998.

Milton, John. Areopagitica. 1644. The Works of John Milton IV. New York: Columbia UP, 1931.

—. A Treatise of Civil Power in Ecclesiastical Causes. 1659. The Works of John Milton V. New York: Columbia UP, 1932.

—. Second Defence of the People of England. 1654. The Works of John Milton VII. New York: Columbia UP, 1933.

—. Paradise Regained. 1671. The Complete Poems. London: Penguin, 1998.

Remarks on the Life of Mr. Milton as Published by J.T. London, 1699.

Scobell, Henry. Laws and Statutes. III. General Collection of Statutes for Smaller Periods. 1640-1656  II. London, 19 mai 1649.

Toland, John. The Life of John Milton. A Complete Collection of the Historical and Political Works of John Milton. Amsterdam, 1698.

—. The Militia Reform’d. London, 1698.

—. The Life of James Harrington. The Oceana and Other Works by James Harrington. London, 1700.

—. An Apology for Mr. Toland… London, 1702.

—. The State Anatomy of Great Britain. London, 1717.

—. “The Fabulous Death of Attilus Regulus…” Pierre Desmaizeaux, ed. A Collection of Several Pieces of Mr. John Toland, II. London, 1726.

—. “A Letter Concerning Roman Education.” Pierre Desmaizeaux, ed. A Collection of Several Pieces of Mr. John Toland II. London, 1726.

Visiak, E.H. Milton Agonistes: A Metaphysical Argument. London: A.M. Philpot, 1913.

Von Maltzahn, Nicolas. “The Whig Milton; 1667-1700.” Armitage, David ; Himy, Armand & Skinner, Quentin, eds. Milton and Republicanism. Cambridge: Cambridge UP, 1995. 229-53

—. Milton’s History of Britain; Republican Historiography in the English Revolution. Oxford: Clarendon Press, 1991.

Haut de page

Notes

1  C’est nous qui traduisons le texte original.

2  Si Toland évoque un vice chez Milton, c’est d’avoir été trop brutal envers ses adversaires.

3  Le “Comprehension Bill” était un projet de loi pour attirer les “Dissenters” dans l’Église anglicane en supprimant certaines des peines du Code de Clarendon. Il a été proposé puis abandonné par le Parlement sous le roi Guillaume III en 1689.

4  Il s’agit en effet des passages tirés de la première Defensio.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James C. BROWN, « Le Milton de Toland », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/245 ; DOI : 10.4000/erea.245

Haut de page

Auteur

James C. BROWN

Université de Paris 1
James C. Brownest maître de langue à l’Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne (SEGLAS), et enseignant vacataire à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est en outre doctorant à l'UFR de philosophie de l'Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne, où il prépare une thèse sur la philosophie de John Toland (“Toland et la théologie”). En dehors de la pensée de Toland, ses domaines d'intérêts portent sur l'histoire de la philosophie politique et des mentalités religieuses aux XVIIe et XVIIIe siècles, et sur les approches historiographiques contemporaines, notamment celle de R.G. Collingwood.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org