Navigation – Plan du site

Quand un pluriel cache un singulier : le cas de they

Jean ALBRESPIT

Résumés

Cet article examine les reprises en they d’un antécédent à morphologie de singulier (de type : After a doctor graduates from medical school, they must take a licensing exam). Son but est de rendre compte des facteurs qui permettent de passer outre les contraintes syntaxiques d’accord en nombre. They reprend un antécédent à valeur générique et le plus souvent épicène. L’anglais ne disposant pas de pronom épicène, le choix s’est porté vers un pronom qui a l’avantage d’inclure masculin et féminin mais l’inconvénient de déplacer la référence vers le générique. Le choix de ce pronom est lié non seulement à un fonctionnement linguistique mais à des considérations sociologiques et stylistiques. Des stratégies pour éviter l’emploi de they existent ; mais elles sont peu satisfaisantes, ou bien elles provoquent un changement dans la construction de la référence.

Haut de page

Texte intégral

1They pose un problème de déconnexion dans le domaine de l’accord du nombre. Il y a conflit syntaxique lorsqu’un GN singulier est repris par un anaphorique pluriel comme dans l’énoncé suivant :

 (1)After a doctor graduates from medical school, they must take a licensing exam in order to practice medicine in New York. (http://www.doctorsgonewildbook.com)

2D’un point de vue formel, il n’y a pas co-référence « stricte » entre antécédent et pronom : they semble ne pas être contrôlé grammaticalement par son antécédent. Le but de cet article est de rendre compte de la possibilité de passer outre les contraintes syntaxiques. Nous nous demanderons notamment si l’on peut parler de déconnexion entre une forme de reprise à morphologie de pluriel et un antécédent à morphologie de « singulier » et si le sens « pluriel » de l’antécédent est suffisant pour s’affranchir des contraintes d’accord. Nous examinerons également une autre thèse selon laquelle THEY serait devenu un pronom singulier, c’est-à-dire qu’il se serait grammaticalisé sous une forme de singulier ; il y aurait alors deux pronoms homonymes. La question qui se pose est celle des processus mentaux qui permettent de sauter des étapes dans la construction de la référence. Il est bien sûr possible de ne répondre que partiellement à cette question étant donné que ces processus ne peuvent être appréhendés qu’au travers de la langue. Le problème de they est particulièrement intéressant car il est non seulement linguistique, mais aussi sociologique et stylistique. Il suscite de nombreux débats y compris entre non spécialistes (nombreuses discussions sur des blogs ou dans des groupes de discussion par exemple).

3La première partie de cet article est consacrée à l’examen des contextes rendant possible ce type de reprise (terme générique ou épicène – c’est-à-dire ayant la même forme aux deux genres) ; dans la deuxième partie la question de la substitution de they par une autre forme sera posée et dans la troisième partie, nous verrons que they permet de passer du particulier au général même dans des contextes qui semblent spécifiques.

1. They : reprise d’un terme générique ou épicène

4L’emploi de they reprenant un antécédent singulier est soumis à une contrainte : l’antécédent doit être générique ou épicène. Lorsque le contexte autorise une interprétation générique, they réfère alors obligatoirement à un groupe, pas au seul individu mentionné. Dans l’exemple (1) ci-dessus, a doctor renvoie à l’ensemble de la classe. Avec un antécédent épicène, they permet d’anaphoriser l’antécédent en conservant le trait épicène – ce qui serait le cas s’il fallait choisir un pronom masculin ou féminin. Considérons d’abord le cas du générique à partir de l’exemple suivant :

 (2) According to Shannon Smith, ethnic minority development officer for Cardiff social services children’s team, social workers are ill-equipped to deal with people holding cultural and religious beliefs different from their own. “They don’t know how to address Muslim women, or what to do if an Asian child is saying that they are being abused and the parents say no,” she says. (The Guardian, 15/05/2002

http://www.guardian.co.uk/​society/​2002/​may/​15/​childrensservices.guardiansocietysupplement)

5Dans l’énoncé (2), plusieurs procédés de construction du générique sont mis en œuvre : le renvoi à la classe par l’intermédiaire du pluriel (women) puis l’occurrence prototypique (an Asian child). Ces procédés ne sont pas strictement équivalents. L’énonciateur a choisi le singulier pour child (au lieu d’avoir recours à un pluriel sur le modèle women, l’énoncé devenant : « what to do if Asian children are saying … ») car il ne s’agit plus de référence au groupe mais au rapport particulier mère-enfant.

6Dans un contexte générique, une deuxième caractéristique de cet emploi est que l’antécédent a, dans la grande majorité des occurrences relevées dans le corpus, le trait /+ humain/.

7La reprise d’un antécédent /+ animal/ est bien moins fréquente qu’un antécédent /+ humain/, mais elle n’est pas impossible :

 (3) Normally, a flea bite will cause minor irritation, but when a cat is allergic, the inflammation will be so itchy they may chew or scratch severely enough to remove patches of fur and even break the skin surface.

(http://www.vcahospitals.com/​columbia/​news/​pet-news/​cats-can-have-allergies-too/​187)

8Un antécédent possédant le trait /- animé/ comme dans l’exemple ci-dessous se rencontre encore plus rarement :

 (4) There’s a travel chair called the “Me Too” that folds completely flat, weighs only 2 pounds, and fits in a backpack-style diaper bag. They clamp onto most tables and are very stable once attached. They retail for around $50.

(http://parents.berkeley.edu/​recommend/​where2buy/​babygear/​highchairs.html)

9La personne qui donne ainsi son avis sur le siège rehausseur ne s’intéresse pas à un siège particulier, mais à l’ensemble des éléments du même type. En revanche, le point de vue est différent lorsqu’un vendeur fait de la publicité pour un siège. Il a intérêt à personnaliser et à rendre l’objet unique :

 (5) Phil and Ted's Me Too Portable Clip On Travel Chair is such a simple and useful child’s seat! Take it anywhere to allow your child to join in at the family table.

(http://www.boohoobaby.ie/​prod_show.asp?prodid=1187)

10Il ne s’agit là que de tendances. La possibilité de reprendre une entité non humaine par it est certainement un facteur déterminant ; mais encore une fois, rien ne bloque la possibilité de reprendre un neutre par they (on pense au slogan « Hug a tree, they have less issues than people! »).

11Lorsque l’antécédent /+humain/ est construit comme un nom épicène spécifique, la reprise se fait très rarement en they ; le pronom de reprise est alors she ou he :

 (6) I asked an attendant from which platform the 7am left. She said the 7am was actually a bus, leaving from round the corner, that would take me to Leeds in 50 minutes. (The Guardian, 24/12/2000)

12En revanche, la reprise en they est privilégiée lorsque le caractère indéterminé de l’antécédent prime sur la mention du genre. En (7), le locuteur connaît le sexe de son correspondant mais ne le dévoile pas immédiatement ; la mention de someone bloque la possibilité de reprise en she (*Someone called me today and she said) :

 (7) Someone called me today and they said they were going to kill me. It all started yesterday, I was getting private calls and everytime I would pick up they would hang up. I didn’t think nothing of it until today when I answered the phone I heard a female voice tellin me how she going to kill me and she hang up the phone, she sounded really mad. (http://www.expertlaw.com/​forums/​showthread.php?t=85621)

13Les notions de généricité et spécificité sont relatives. En (8), même si le message s’adresse aux familles de façon en apparence personnelle, et même si Smith College est une institution réservée aux jeunes femmes, le contexte est tout de même générique – ce qui est dit est valable pour tous les parents. La reprise se fait au moyen de they :

 (8) We always want your student to be happy in their housing placement and we work hard to assign each student a place that reflects the information they’ve provided about themselves and the spaces we have available.

(http://www.smith.edu/​sao/​reslife/​forparents-housing.php)

14D’autres stratégies peuvent être mises en œuvre pour éviter la reprise d’un antécédent singulier par un pronom pluriel, par exemple en ayant recours à un antécédent pluriel. L’énoncé (9) pourrait être transformé en (9a) :

 (9) The University must normally receive references before the candidate is interviewed (the candidate has supplied the date of their interview in section 1 of this form), so we would be grateful for your co-operation in completing this form within the given time. (Northumbria University)

 (9a) candidates have supplied the date of their interview.

15Le choix fait d’une forme the + N est celui de marquer un haut degré de généricité puisque toutes les occurrences peuvent être ramenées à une occurrence prototypique. L’anaphore en they permet de conserver le choix initial sans passer par le renvoi à la notion par le biais de la construction de la classe <students>. Cependant cette solution n’est pas toujours possible, comme on peut le vérifier avec l’énoncé suivant :

 (10) If you saw a drowning person struggling, how could you tell them to relax and stop fighting? They would probably think you are crazy.

(http://www.painrelievers.org/​html/​excerpt.html)

16Dans ce cas, la généricité est construite à partir d’un échantillon quelconque représentatif de tous les éléments de la classe ; un pluriel (*If you saw drowning persons struggling) n’est pas possible car l’interprétation serait que plusieurs personnes sont en danger. L’anaphore en they a pour but de ne pas avoir à exclure le masculin ou le féminin.

17Nous allons formuler deux hypothèses pour expliquer le conflit dans l’accord en  nombre. Une première hypothèse est qu’il s’agit d’une violation caractérisée des règles d’accord, inexplicable et marginale. Or l’emploi de they dans les contextes examinés est non seulement généralisé, mais se retrouve dans tous les registres. À preuve cet extrait d’un discours d’Obama qui, peut-on penser, a été écrit et relu avec soin :

 (11) Each American who has served in Iraq has their own story. Each of you has your own story. (B. Obama, “Responsibly Ending the War in Iraq”, 27/02/2009)

  • 1  Langacker (1999:280) parle de “metonymic antecedence” : il y a selon lui un glissement métonymique (...)

18Une seconde hypothèse est que l’antécédent est réinterprété comme un nom à sémantisme pluriel, ou un nom épicène – dont la référence peut être un masculin ou un féminin1. Il y aurait reprise globale d’un ensemble constitué d’éléments dissociés (au moyen de each ou every par exemple).

19Dans le cas d’un épicène, le lien logique entre les deux possibilités, masculin ou féminin, « p ou q » comporte un ou exclusif (opérateur w) puisque each/every/a/any singularisent. Il s’agit d’un cas de disjonction exclusive: soit l’un, soit l’autre, mais pas les deux (un v inclusif signifierait soit l’un, soit l’autre, soit les deux). Dans l’exemple (12) ci-dessous, l’expression each student ne donne aucune indication sur le genre; c’est they, dans la reprise, qui signale la possibilité que student fasse référence à un garçon ou à une fille, en creux, puisque c’est l’absence de reprise par un anaphorique masculin ou féminin qui oriente l’interprétation par défaut vers un épicène :

 (12) Each student is allocated a studies adviser with whom they meet regularly to discuss academic or other problems. (An Introduction to Postgraduate Studies. University of Ulster, 1991 - BNC)

20Each student réfère à un étudiant et un seul, garçon ou fille. Cette valeur est due au sémantisme de each qui ne peut référer qu’à un singulier. Le problème est donc de trouver un moyen linguistique d’anaphoriser les termes reliés par ce connecteur « ou ». Il faut une proforme qui puisse référer soit au masculin, soit au féminin.

21Ce problème se pose à tous les locuteurs bien sûr. Il est débattu largement dans des articles de journaux, des chroniques, sur des forums de discussion. Citons par exemple le traitement humoristique qu’en fait une journaliste du Guardian :

22 (13) The whole pronouns-must-agree-with-antecedents thing causes me utter agony. Do you know how many paragraphs I’ve had to tear down and rebuild because you can’t say, “Somebody left their cheese in the fridge”, so you say, “Somebody left his/her cheese in the fridge”, but then you need to refer to his/her cheese several times thereafter and your writing ends up looking like an explosion in a pedants’ factory?.” (…) I crave a non-risible gender-neutral (not “it”) third person sing pronoun in the way normal women my age crave babies. (http://www.guardian.co.uk/​lifeandstyle/​mind-your-language/​2010/​jul/​24/​style-guide-grammar-lucy-mangan)

23Si they n’apparaît pas comme une solution parfaite pour la reprise d’un antécédent générique, indéterminé, épicène, en raison de la crainte de transgresser les règles d’accord, des pistes pour trouver un autre candidat sont explorées plus ou moins consciemment.

2. Peut-on se passer de they ?

  • 2  « As the French make the little word en answer a great many purposes, suppose we take the same wor (...)
  • 3  « a new pronoun formed from English word-elements and sounds already in common use. » C. Crozat Co (...)

24Des solutions de substitution plus ou moins farfelues ont été proposées, surtout aux Etats-Unis où le débat semble particulièrement inspirer les créateurs de néologismes. Baron (1981) dresse une liste de quelques pronoms épicènes inventés : ne, nis, nim; hiser (1850) ; en2 (1868); thon, thons3 (1884); hi, hes, hem (1884); fm; shis, shim, shims, shimself (1972); s/he; him/er; his-or-her (1973). Sans surprise, aucun de ces pronoms n’a connu de succès ; les éléments grammaticaux, et plus particulièrement les pronoms, résistent au changement linguistique et il y a peu de chances pour qu’une telle innovation – le remplacement d’un pronom – se fixe dans la langue.

25La seule solution préconisée par les grammaires normatives est de prendre l’un des deux pronoms singuliers disponibles (he ou she) et de lui attribuer une valeur w (l’un ou l’autre). Le pronom choisi a été sans surprise he. Dennis Baron (1981) signale que l’emploi de he à valeur générique a été renforcé par une loi de 1850 votée par le Parlement anglais : « An Act for shortening the language used in acts of Parliament, » qui était rédigée comme suit:

 (14) that in all acts words importing the masculine gender shall be deemed and taken to include females, and the singular to include the plural, and the plural the singular, unless the contrary as to gender and number is expressly provided.

26Il n’est cependant pas possible de décréter officiellement la valeur d’une forme linguistique. He demeure un pronom marqué et ne peut pas toujours être interprété comme un épicène. La régularision aboutit parfois à des absurdités, à preuve l’extrait de Gone with the Wind ci-dessous :

 (15) “Everyone was very polite and kind to her because he felt sorry for her.” (Margaret Mitchell, Gone with the Wind. 1940 edition)

27La version originale de 1936, qui comportait la phrase « because they felt sorry for her » a été corrigé en 1940 pour respecter la norme supposée.

28L’enjeu n’est donc pas uniquement linguistique, mais aussi sociolinguistique, à preuve les articles, livres et thèses sur l’omniprésence du masculin comme marqueur épicène. Pour Anna Livia (2001) : « Singular they has shown a dogged resistance to the attempts of conservative grammarians to eradicate it » ; pour Robin Lakoff (2004) : « the neutral he ―makes women feel shut out ».

29Les pronoms reflètent un implicite lié à des données sociologiques. Pour prendre des exemples prototypiques, minister et pilot repris par he dans les deux énoncés ci-dessous ; leur statut épicène n’est donc pas encore ancré dans la langue. L’énoncé (17) est dit par une journaliste :

 (16) SAVE’s solicitors advised that SAVE should take out an action for mandamus, a court order to force a minister to do what he is obliged to do under statute. (The Save Britain’s Heritage Action Guide. Binney, M. & Watson-Smyth, M. London: Collins & Brown, 1991 - BNC)

 (17) This is Runway 22 and Runway 26. In fact, they intersect. How easy would it be forapilot to think that he is on one runway when in fact he’s on another? (Melissa Block, All Things Considered, 2006, NPR
http://minnesota.publicradio.org/​features/​npr.php?id=5725820)

30En revanche, en (18) la reprise en she implique que teacher est associé uniquement au féminin :

 (18) There are many important points for a teacher to think about when she prepares a room with toys and other apparatus. (Early Mathematical Experiences. Schools Council Publications. Harlow: Longman, 1982 - BNC)

31Cependant, comme avec le pronom masculin he, il est possible de passer outre la référence générique limitée à un genre et de comprendre que c’est la référence teacher qui prime en incluant de facto femmes et hommes. Il n’en demeure pas moins qu’il y a dissymétrie et que le pronom he reste le seul pronom pouvant être interprété comme épicène. Dans l’énoncé (19), le nom nurse est repris de façon inhabituelle pour reprendre une profession majoritairement féminine (dans le corpus utilisé, la reprise se fait invariablement avec she sauf référence explicite à un groupe d’hommes), reflétant peut-être une volonté de ne pas laisser entendre que nurse est automatiquement associable au féminin :

 (19) When a person chooses to become a nurse, he should be aware that nursing is a profession with a lot of responsibility and not just a job. (…) The professional nurse assures that he stays well educated in the field he is working in. (Chelsea Edwards, http://www.associatedcontent.com/​article/​789641/​)

32Malgré le choix d’un pronom masculin, la suite du texte vise explicitement un lectorat féminin :

 (19a) The professional nurse needs to have an outward appearance that displays professionalism also. Hair should be pulled back off the shoulder. Uniforms should be clean, neat and pressed. Shoes should be clean and well kept. Fingernails should be short, filed and unpainted. Nametag should be worn in the facility.

33L’auteur utilise ensuite différentes stratégies : l’absence de determinant en (19a), puis, dans la suite de l’article, le pluriel (Nurses have a huge responsibility) ; les deux pronoms masculin et féminin coordonnés (The professional nurse must conduct himself or herself in a manner that encourages cleanliness and healthiness) et enfin they (By not being professional, the nurse discredits their career, their self and their peers).

34Dans les textes, toutes sortes de pistes sont explorées pour tenter d’éviter de marquer le genre, à commencer par la répétition, même dans un contexte dans lequel il y a référence exclusivement à un féminin (ici de nouveau Smith College) :

 (20) Returning students with 30 or more credit hours will meet with their advisor prior to registering. If thestudent has questions, a professional advisor in Student Advisement and Career Planning located on the 2nd floor of the Smith-Pendergraft Campus Center will assist the student with registration or direct the student to the appropriate person.

(http://www.uafortsmith.edu/​Student/​Registration)

35Cette solution n’est évidemment pas généralisable, les anaphores étant indispensables à la structuration du discours. Une autre solution déjà évoquée est le recours aux deux pronoms de 3ème personne à la fois, avec un nouveau problème qui est l’ordre dans lequel ils apparaissent. Dans le corpus CoCA, on trouve 1720 occurrences de « he or she » contre 54 de « she or he » ; la collocation « he or she » s’est figée et l’emploi de l’alternative demande certainement un effort conscient :

 (21) “In the beginning,” writes Gloria Vanderbilt, “a child believes that all other children are in the same world that sheorhe inhabits”. (Time Magazine, 02/06/1985 - CoCA)

36A l’inverse, dans l’énoncé (22), il y avait la possibilité de reprendre people par they sans conflit d’accord ; l’énonciateur a choisi de particulariser au moyen des pronoms de 3ème personne. Il commence par le nom people et termine avec that person :

 (22) Physical education expert Dixie Stanforth agrees: “If we could help people embrace what is healthy for her or him and attempt to maximize how sheorhe is made – body type, genetics, etc. – we’d be giving that person a great gift.” (Shape: Nov 2004 - CoCA)

37Certains locuteurs font alterner les anaphoriques plus ou moins consciemment :

 (23) As a coach I help each student to first identify their goals, and then to map out a strategy to achieve them. As each student begins his or her graduate career with me, I help to define both their short term and long term goals; then, to support them by mapping out a strategy.

(http://gradschool.ufl.edu/​personnel/​mentoring-brown.html)

  • 4 http://owl.english.purdue.edu/owl/resource/608/06/ (...)

38Il n’y a donc pas de mécanismes plutôt des choix, des stratégies qui se mettent en œuvre. On peut noter que l’évitement de la reprise d’un singulier avec they requiert un effort de reformulation. Les guides de rédaction, tels le guide « Purdue Online Writing lab4 » proposent de remplacer un singulier par un pluriel (Give students their papers plutôt que Give each student his paper), de supprimer l’anaphorique (The average student is worried about grades à la place de The average student is worried about his grades) ou d’alterner he et she dans la même phrase (Let each student participate. Has she had a chance to talk? Could he feel left out?). Ces stratégies d’évitement et de substitution ne résistent cependant pas à l’usage.

3. They: un pronom atypique hors du paradigme ?

  • 5  Cité par Harley & Ritter, 2002.

39L’anglais n’est pas un cas isolé. Comme cela a été noté par plusieurs auteurs (Wechsler 2004 ; Cysouw 2009), la catégorie du nombre est la plupart du temps déconnectée de la catégorie de la personne (par exemple vous en français utilisé aussi bien avec un pluriel qu’un singulier, nous pour je dans un style formel). Les paradigmes des pronoms ont été beaucoup étudiés par les typologues. Forchheimer5 (1953:6) a établi une liste de généralisations qui montre la différence nette entre pronoms de 1ère et 2ème personne d’une part, et de 3ème personne d’autre part :

a. 3rd person agreement is often zero, lst/2nd person agreement is overt.

b. Many languages have no 3rd person pronoun – or at least no nominative form.

c. Many languages have distinct 1st & 2nd person pronouns only; for 3rd person they use demonstratives.

d. Closely related languages often have cognate 1st and 2nd person pronouns but 3rd person pronouns which are not obviously related.

e. 1st and 2nd person are often similar in form and inflection but dissimilar from that of 3rd person.

f. 3rd person is much more subject to objective subdivisions such as class, gender, and location.

40En anglais, le pronom they est atypique car d’apparition récente. C’est l’un des rares mots grammaticaux à avoir été emprunté tardivement à une autre langue (une langue scandinave en l’occurrence). They a pour origine le vieux-norrois þei-r, nominatif pluriel masculin du démonstratif qui remplissait la fonction de 3ème personne du pluriel. Le pronom pluriel du vieil-anglais , hīe, hēo (provenant de la racine I.E. *ki, élément démonstratif) a été progressivement supplanté par le pronom scandinave.

  • 6  D’après Manfred Görlach, la consonne [T] à l’initiale permet de désambiguïser les pronoms de 3ème (...)

41Les deux formes, le vieil-anglais hem et they, ont co-existé jusqu’au XVe siècle dans les dialectes du sud de l’Angleterre. Plusieurs théories existent ; d’après l’une d’elles, le nouveau pronom permettait de distinguer la 3ème personne plus nettement des deux autres6.

42L’emploi d’équivalent de démonstratif (occupant la fonction de those en anglais moderne) est attesté jusqu’au début du XXe siècle :

 (24) Fish. Take coculus indicus, old cheese, cummin seed, and wheat flour: make a paste with brandy, and throw pieces in as big as a pea, and theythat eat it you may take. (1821, Philadelphia: J. Sharon The vermin destroyer- CoHA)

En anglais américain, il y a un pic en 1820 puis une décroissance régulière. Them peut avoir un emploi dialectal de démonstratif :

 (25) I wanted thempeople to like me. (Th. Berger, Little Big Man, 1964 – CoHA)

43L’affinité de they avec le démonstratif a été soulignée par de nombreux auteurs. L’emprunt scandinave a eu l’effet, pour la taxinomie, de faire entrer they dans le paradigme des éléments anaphoriques en th.

44S’agit-il d’un phénomène récent ? L’utilisation de they pour reprendre un singulier a été longtemps masquée par les prescriptions de la grammaire normative, en particulier au XVIIIe siècle (Neubauer: 2008). La norme fixée était d’employer he en tant que pronom générique. They reprenant un singulier générique est attesté dès la période moyen anglaise, d’après l’étude faite par Balhorn (2004) sur le corpus de l’O.E.D. On peut trouver des occurrences à partir des XII/XIIIè siècles (avec hem) puis avec they comme on peut le voir avec les deux exemples suivants :

 (26) Each made it their work to retire inwardly to the Measure of Grace in themselves. (R. Barclay Apology for the True Christian Religion, True Christian Divinity xi. §7. 354 1678 - O.E.D.)

 (27) Let nothing be done through strife or vainglory; but in lowliness of mind let each esteem other better than themselves. (Philippians 2:3, King James Version)

4. Du particulier au général et du général au particulier

45Le problème de l’hétérogénéité est parfois résolu de façon en apparence aléatoire. Dans l’énoncé (27), on voit que le dernier antécédent (local authority) est celui qui est anaphorisé. Le terme minister peut être interprété comme renvoyant à l’institution et l’association à its devient acceptable :

 (28) This seeks to establish that a minister or local authority has acted beyond its powers. (The Save Britain’s Heritage Action Guide.Binney, M. & Watson-Smyth, M., 1991 - BNC)

46En (29), il y a passage du général épicène (someone) avec reprise en they à une reprise en she qui élimine le caractère épicène de l’antécédent good parent.

(29) “Dealing with someone who thinks they are a better parent than you.” “It sounds to me like you are a good parent and you are living a balanced life. Someone that devotes every second of time and scrap of energy to their child isn’t a good parent – she’s a martyr”.

(http://organicbabysheet.com/​dealing-with-someone-who-thinks-they-are-a-better-parent-than-you/​)

47Il y a un va-et-vient entre indéterminé (someone) repris par they et déterminé marqué par you, avant de passer à un élargissement de type générique avec someone/their child. Un trait saillant pour l’énonciateur (le trait féminin) est alors sélectionné dans les traits associables au référent.

48Dans l’énoncé (29), le terme an agent est repris par they ; ce n’est pas un individu particulier qui est alors considéré, mais toute la classe – les éléments de cette classe étant présentés comme interchangeables :

 (30) Hi, as many other people I have student loans that have been in default since 2000. I have been making small payments towards my debt since – monthly, but nothing to offset the interest. Lately an agent from ARC has been calling me at work. I know they are not supposed to do that, but how can I actually make them stop? Does anyone have any ideas?

(http://www.canadastudentdebt.ca/​forum_posts.asp?TID=5497&title=how-do-i-stop-them-from-calling-me-at-work)

49De même, dans l’énoncé (31), ce n’est pas un élément précis, a Rover, qui est anaphorisé avec they mais un ensemble d’éléments identiques. Il y a, encore une fois, un saut du spécifique au générique :

 (31) I drive a Rover. My husband drives a Rover. They are reliable, economical, look good, and are a decent price. (http://news.bbc.co.uk/​2/​hi/​talking_point/​4421167.stm)

50Enfin, terminons par ces deux exemples trouvés sur des forums de discussion sur internet :

 (32) No your not pregnant, but you are a troll who has too much free time on their hands. (http://nz.answers.yahoo.com/​question/​index?qid=20100731161051AASKC4P)

 (33) “If I am with someone, it’s because they are worth the effort.” (http://www.wikilaw3k.org/​forum/​Military/​This-is-for-women-only-331464.htm)

51Il semble que la mention a + N (a troll) en (32) déclenche un élargissement d’une référence à une personne spécifique à une interprétation générique. Il ne s’agit plus d’un élément particulier, mais du comportement d’un certain type d’individus.

52En (33) la personne qui parle est une femme et someone se rapporte à un homme et pourtant la reprise se fait en they.

53Le pronom they ne reprend pas seulement un élément. Il contribue à la création de la généricité, en passant de l’unité quelconque à la classe. They permet un jeu sur deux valeurs, masculin/féminin sans éliminer une des deux valeurs. They annule la quantification pour ne retenir que la classe. En ce sens, il est difficile de soutenir la thèse que they est devenu un pronom « singulier » épicène distinct de they de reprise globale.

54On a pu constater que la logique grammaticale de reprise en conservant les règles d’accord ne joue pas dans ce cas. La tolérance, le jeu possible montre que l’on est cognitivement capable de réinterpréter le référent pour en extraire des traits saillants.

55Le recours à they montre aussi le caractère indispensable de l’anaphore. Malgré les conseils pour éviter d’enfreindre une règle d’accord, la mise en discours exige une thématisation (par exemple avec each + N) et une quantification que le pluriel n’autorise pas dans la première mention du GN, mais qui est ensuite possible dans la reprise.

Conclusion

56They dans un contexte générique ou épicène correspond à un besoin linguistique. Nous avons vu des cas pour lesquels aucune autre forme ne pouvait être utilisée.

57They reprend un antécédent, mais en y ajoutant du sens, en ré-identifiant l’antécédent. Le pronom peut signaler un passage du particulier au général. Avec they, il y a disjonction entre antécédent et reprise anaphorique. On peut dire qu’il y a une évolution dans la construction de la référence : pas de reprise terme à terme, mais renforcement du caractère générique de l’antécédent ou passage de la singularité à la généralisation.

58Il n’existe pas de they « singulier », il n’y a pas de régularisation morpho-syntaxique, mais un saut cognitif qui permet d’analyser le référent, de filtrer les traits saillants et de privilégier le sens sur la logique de l’accord.

59Il y aurait plutôt deux types de reprise avec they : la reprise contextuelle (reprise de plusieurs éléments) et une reprise d’un ensemble flou, de l’indéfini, avec la valeur d’entités qui ne peuvent être appréhendées qu’au moyen de la classe, l’ensemble, la collection et non l’individuation.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Balhorn, M. 2004. The Rise of Epicene They. Journal of English Linguistics, Vol. 32 / No. 2, June 2004 79-104
DOI : 10.1177/0075424204265824

Baron, D. 1981. The Epicene Pronoun: The Word That Failed. American Speech, Vol. 56, No. 2, 83-97.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Cornish, F. 1988. Anaphoric pronouns: under linguistic control or signaling particular discourse representations? Journal of Semantics 5, 233-260.
DOI : 10.1093/jos/5.3.233

Cotte, P. 2001. Le nom, l’indéfini et le défini. Colloque « Les articles », Université de Paris 3. http://djamet42.free.fr/ALAES/Concours/2001/articles/cotte.pdf

Culioli, A. 1985, Notes du séminaire de D.E.A. 1983-1984, Poitiers, Université de Poitiers.

Cysouw, M. 2009 (2003). The Paradigmatic Structure of Person Marking. Oxford: Oxford University Press.

De Mulder, W, L. Tasmowski-De-Ryck & C. Vetters (dir.). 1997. Relations anaphoriques et (in)cohérence. Amsterdam : Rodopi.

Forchheimer, P. 1953. The Category of Person in Language. Berlin: Walter de Gruyter.

Gernsbacher, M. A. 1997. Generic Pronominal Anaphora : The Case of the English Singular They. Verbum T. XIX, N°1-2, 67-84.

Girard, G. 2001. Les paramètres à la construction des anaphores. Anaphores nominale et verbale. J.-C. Souesme (dir.) Cycnos, vol. 18 n°2, 17-30.

Görlach, M. 1997 (1974). The Linguistic History of English. London: Macmillan

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Harley, H. & E. Ritter. 2002. Person and number in pronouns: A feature-geometric analysis. Language 78(3), 482–526.
DOI : 10.1353/lan.2002.0158

Jochnowitz, G. 1982. Everybody Likes Pizza, Doesn’t He or She? American Speech, Vol. 57, No. 3, 198-203.

Kleiber, G. 1990. Quand il n’a pas d’antécédent. Langages, 25e année, n°97, 24-50.

Lakoff, R.2004. Language and Woman’s Place: Text and Commentaries. New York: O.U P.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Langacker, R. 1999. Grammar and Conceptualization, Berlin, New-York: Mouton de Gruyter.
DOI : 10.1515/9783110800524

Livia, A. 2001. Pronoun Envy: Literary Uses of Linguistic Gender. New York: O.U P.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Neubauer, M. 2008. Coreference between singular epicenes and the plural pronoun. Annual Review of Cognitive Linguistics, Vol. 6, 145-167.
DOI : 10.1075/arcl.6.07neu

Wechsler, S. 2004. Number as Person. Empirical Issues in Syntax and Semantics 5, O. Bonami & P. Cabredo Hofherr (dir.), 255–274.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Zuber, S. & A. M. Reed. 1993. The Politics of Grammar Handbooks: Generic He and Singular They. College English 55.5: 515-530.
DOI : 10.2307/378587

Corpora: BNC, CoCA, CoHA, The Guardian version électronique, année 2000. Internet (blogs, articles), corpus rassemblé grâce au moteur de recherche Webcorp.

Haut de page

Notes

1  Langacker (1999:280) parle de “metonymic antecedence” : il y a selon lui un glissement métonymique entre singulier générique et anaphore au pluriel. Il oppose ce procédé à ce qu’il appelle « strict antecedence », lorsque le GN évoque directement l’entité conceptuelle anaphorisée par le pronom.

2  « As the French make the little word en answer a great many purposes, suppose we take the same word, give it an English pronunciation (or any other word), and make it answer for any and every case... and thus tend to simplify the language ». Suggestion d’un lecteur du journal The Galaxy faite à Richard Grant pour sa chronique « Words and their Uses ». Cité par Baron (1981:88).

3  « a new pronoun formed from English word-elements and sounds already in common use. » C. Crozat Converse, cité par Baron (1981:89).

4 http://owl.english.purdue.edu/owl/resource/608/06/

5  Cité par Harley & Ritter, 2002.

6  D’après Manfred Görlach, la consonne [T] à l’initiale permet de désambiguïser les pronoms de 3ème personne singuliers et pluriels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean ALBRESPIT, « Quand un pluriel cache un singulier : le cas de they », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://erea.revues.org/2557 ; DOI : 10.4000/erea.2557

Haut de page

Auteur

Jean ALBRESPIT

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire LLC Arc Atlantique EA 1925.
Jean Albrespit est Professeur des Universités en linguistique anglaise à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Ses travaux portent sur le lexique (en particulier les phénomènes de dérivation et la néologie), l’anaphore et les phénomènes d’orientation du prédicat, dans une perspective énonciative. Il s’intéresse également à la syntaxe et vient de publier un ouvrage : Construire l’énoncé en anglais (Voix, négation, exclamation, interrogation) aux Presses Universitaires du Mirail.
jean.albrespit@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org