Navigation – Plan du site
Recensions

Florence March. La Comédie anglaise après Shakespeare. Une esthétique de la théâtralité 1660-1710

Elisabeth ANGEL-PEREZ
Référence(s) :

Florence MARCH. La Comédie anglaise après Shakespeare. Une esthétique de la théâtralité 1660-1710. Préface de Jean VIVIES. Aix-en-Provence : Publications de l’Universitaires de Provence, ISBN-13 : 978-2853997645. 2010

Texte intégral

1Le livre de Florence March a le grand mérite de s’intéresser à un corpus de nos jours trop souvent délaissé et pourtant capital pour comprendre les enjeux de la « comedy of manners » anglaise jusqu’à Ayckbourn et Stoppard par exemple, tant dans sa structure, que dans sa langue, voire dans son idéologie. Et c’est bien sûr cette perspective qui s’annonce clairement dès l’avant propos et qui montre la volonté double de Florence March : étudier son objet pour lui-même et en lui-même, mais aussi étudier son objet en ce qu’il pose les jalons du théâtre à venir. Qu’il s’agisse de Wilde ou de Beckett, de Coward ou de Stoppard, c’est-à-dire que l’on soit dans l’implosion parodique, dans l’explosion antagoniste,  ou dans le droit fil de la witty comedy de la Restauration, c’est bien toujours la forme de la « comedy of manners », avec sa linéarité qui se décline en trois temps (exposition, complication et dénouement), telle qu’elle s’établit au XVIIe  siècle qui sert d’étalon. Il est donc essentiel de consacrer une étude approfondie de ce théâtre de la Restauration qui, après la sortie de la clandestinité des théâtres sous le Commonwealth, pose les bases de toute la dramaturgie à venir et permet de comprendre les heurs et malheurs de la « well-made play ».

2Florence March suit une démarche qui lui permet de prendre en compte les aspects dominants de la comédie de la Restauration. L’angle choisi est celui de la théâtralité, concept éminemment labile, qui s’impose presque ici car, comme le dit l’auteur, « la comédie de la Restauration constitue un champ d’investigation privilégié parce qu’elle reflète la réalité d’une société-spectacle ». L’auteur entreprend d’abord de recontextualiser la société du paraître de la Restauration et de montrer comment se met en place cette dramaturgie narcissique née d’une société qui ne l’est pas moins, puis s’intéresse aux conditions de production de ce théâtre pour enfin se concentrer sur les stragégies métathéâtrales et leurs enjeux. Si la première partie est riche – et on retiendra en particulier les excellentes pages sur la Ville et la Cité (50sq.) – c’est néanmoins la deuxième partie, le cœur de l’ouvrage, qui emporte l’adhésion et fait l’originalité de l’ouvrage. Florence March y aborde son corpus à travers le prisme des études théâtrales plus que des études anglaises.  C’est en « théâtrologue » et non en « dramatologue » qu’elle s’empare des problématiques qui sont celles de ce théâtre : l’illusion, l’espace, le corps en scène. Si on peut regretter que l’auteur ne s’intéresse pas suffisamment au wit et à la langue – ce que d’autres, il faut dire, ont fait si bien avant elle –, on trouvera dans cette approche par et pour la scène une façon originale et moderne de s’emparer de ce beau corpus. Un livre intelligent, stimulant et accessible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth ANGEL-PEREZ, « Florence March. La Comédie anglaise après Shakespeare. Une esthétique de la théâtralité 1660-1710 », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://erea.revues.org/2624

Haut de page

Auteur

Elisabeth ANGEL-PEREZ

Université de Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org