Navigation – Plan du site
Recensions

Fanny Moghaddassi. Géographies du monde, géographies de l’âme. Le Voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge

Nathalie BERNARD
Référence(s) :

Fanny MOGHADDASSI. Géographies du monde, géographies de l’âme. Le Voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge. Honoré Champion (Paris) 2010

Texte intégral

1Désormais Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg, l’auteur de ce bel ouvrage y reprend la réflexion qu’elle conduisit dans sa thèse de doctorat, soutenue en 2007 à l’Université Paris IV-Sorbonne sous la direction de M. le Professeur Leo Carruthers.

2Dès les premières pages du livre, Fanny Moghaddassi ne cache pas l’ambition de ce projet de recherche, qui peut de prime abord sembler démesuré, voire trop général. Il s’agit en effet de « rapprocher des œuvres de nature diverses unies par le thème commun du voyage et de l’ailleurs » en postulant l’existence, cachée sous l’hétérogénéité du corpus, d’une « communauté de vision » (Introduction, p. 14).

3Ce ne serait pourtant pas rendre justice à cette  étude que de s’en tenir à ces formules : elles ne témoignent  pas de la rigueur qui caractérise l’introduction, longue d’une vingtaine de pages, où l’auteur s’attache à définir au mieux son sujet de recherche. Au fil de quelques remarquables paragraphes, Fanny Moghaddassi propose une définition du voyage, qu’elle distingue tour à tour de l’exil, de l’errance et du pèlerinage, expliquant queseul le voyage porte en lui l’idée d’un retour, et se présente par conséquent comme un va-et-vient entre l’espace familier que le voyageur a quitté et celui qu’il parcourt. Le voyage implique également toujours secrètement le récit qui en sera fait, le voyageur étant en fait intrinsèquement un narrateur, dont le texte à écrire fait déjà écho à ceux que rédigèrent les voyageurs précédents. On peut ajouter que les intertextes du récit de voyage incluent non seulement les autres récits de voyage, mais également les textes de fiction où le voyage apparaît en tant que thème, comme les romances médiévales et plus généralement la littérature chevaleresque. À cette première complication s’ajoute le fait que la littérature médiévale, baignée de christianisme, ignore encore le voyage de plaisance, ou ce que nous appelons désormais tourisme : il n’est pas aisé d’y distinguer le voyage de la quête et du pèlerinage, qui le camouflent peut-être et lui donnent en tout cas une justification. Dans ces conditions, la délimitation du champ de recherche de cette étude devient problématique, et la sélection du corpus ne saurait être que complexe, et déterminante.

4De l’aveu de Fanny Moghaddassi, le choix des textes fut difficile à effectuer, et peut encore soulever des critiques : ainsi,chacun des sept récits retenus relève d’un contexte d’écriture spécifique. Grand récit de voyage et de pèlerinage, Mandeville’s Travels est le seul texte en prose du corpus, qui fait par ailleurs cohabiter des formes variées de poésie. En effet, des récits religieux à vocation didactique (The Vision of Tundale, mais aussi Saint Brendan et Saint Patrick,qui apparaissent souvent dans les mêmes manuscrits) y côtoient une romance (Floris and Blauncheflour), deux lais (Sir Orfeo et Sir Degarre) dont seul le secondconstitue un voyage d’aventures, ainsi qu’un long poème dont les thématiques excèdent celle du voyage, et qui traite de l’Antiquité (Kyng Alisaunder). À cette diversité générique s’ajoute la variété des origines géographiques des textes : milieux irlandais (The Vision of Tundale, Saint Brendan, Saint Patrick), traductions du français (Mandeville’s Travels, Floris and Blauncheflour), réécritures de récits antiques (Sir Orfeo, s’appuyant sur des versions médiévales du texte originel). Les dates d’écriture diffèrent elles aussi beaucoup, car si tous les textes en anglais datent des XIIIe et XIVe siècles, les versions originales, françaises ou latines, peuvent remonter au XIIe ou au Xe siècle. Enfin, on pourra reprocher à l’auteur d’avoir choisi des textes pour lesquels l’ailleurs est constitué tantôt par l’ici-bas lointain, et tantôt par l’au-delà ou le monde merveilleux des fées.

5Fanny Moghaddassi reconnaît l’hétérogénéité de son corpus, dont la confrontation sera, elle l’espère, « plus fructueuse qu’hasardeuse » (Introduction, p. 27). Pour justifier son étude, elle attire l’attention sur une certaine unité thématique des textes choisis : ainsi, Kyng Alisaunder impose-t-il selon elle des descriptions traditionnelles de l’Orient offrant un contrepoint intéressant au texte de Mandeville ainsi qu’au poème Floris and Blaunchefour, qui relate un parcours depuis l’Espagne jusqu’à Babylone.On peut également rapprocher Mandeville et Saint Brendan qui se concentrent sur la découverte de l’ici-bas, tandis que Tundale et Owen dans la légende de St Patrick voyagent tous deux dans l’Au-delà. Enfin le texte Sir Orfeo donne l’occasion à l’auteur de traiter du pays de féerie, qui vient compléter la représentation qu’offre Sir Degarre de la forêt, lieu ambigu à la frontière entre monde des fées et monde des hommes.

6Mais c’est essentiellement en revendiquant la diversité de son corpus que l’auteur entend la justifier. C’est selon elle dans la variété des textes envisagés que réside l’originalité de son projet de recherche. En effet, l’étude du voyage dans la littérature anglaise du Moyen-Âge est prisée et répandue, ne serait-ce que parce que la fin de cette période coïncide avec le grand mouvement des croisades, de 1095 à 1270, qui entraîna par milliers les Chrétiens en Orient. On note également que les grandes expéditions en Asie dès le milieu du XIIIe siècle furent à l’origine d’une multiplication des récits d’exploration. Pour ce qui est récits de voyage dans l’Au-delà, la fin du Moyen-Âge constitue également une période charnière puisque à partir du XIIe siècle ils furent traduits du latin et rédigés en vernaculaire, ce qui leur garantit un lectorat toujours plus nombreux. Toutefois, Fanny Moghadassi déplore que la plupart des chercheurs dans ce domaine aient tendance à opérer des spécialisations en fonction du type de lieu parcouru par le voyageur, sans rassembler dans la même étude les différents types de voyage présents au Moyen-Âge. Ainsi, même un ouvrage de référence comme le Cambridge History of Medieval English Literature de 1999 ne relève pas de problématique spécifique pour ce thème. C’est pour pallier cemanque qu’elle a quant à elle décidé de réunir des champs habituellement distincts en constituant un corpus volontairement varié, dont la diversité est clairement assumée dans le titre de l’étude par le recours au pluriel (« Géographies du monde, géographies de l’âme […] »).

7Aux yeux de Fanny Moghaddassi, il est urgent de prendre le contre-pied de l’approche traditionnellement favorisée par la recherche. En effet, si on rapproche rarement récit d’exploration et voyage dans l’Au-delà, c’est bien sûr parce que le lecteur du XXIe siècle sait pertinemment qu’il n’y a pas sur terre d’entrée physique du purgatoire, de l’enfer ou du paradis. Les récits de voyage dans l’Au-delà sont donc vite rangés dans la catégorie du fictionnel. Or au Moyen-Âge, les deux genres de récits étaient sans doute considérés comme proches et authentiques, car les deux types de destinations étaient conçus comme réels. La recherche engagée par Fanny Moghaddassi ne vise donc pas à savoir si les auteurs médiévaux offrent une image fidèle de la terre (la réponse est évidemment négative) mais de s’efforcer d’entrevoir comment l’autre dans le temps (les voyageurs des récits étudiés, ainsi que leurs auteurs) perçoit l’autre dans l’espace (les habitants de l’ailleurs). Reprenant à son compte la métaphore de la lecture comme rencontre ou voyage, l’auteur suggère que son étude des voyages dans la littérature anglaise de la fin du Moyen-Âge constitue elle-même un voyage vers cette période, un cheminement certes ardu, mais nécessaire. Le vaste champ d’exploration dégagé, ainsi que le souci de mieux prendre en compte le système de valeurs médiéval ne doit cependant pas faire croire que la perspective de cette étude est historique. Les textes y sont envisagés pour eux-mêmes et non en tant que documents sur la réalité de la vie au Moyen-Âge, les détails historiques n’apparaissant dans l’étude que pour seconder l’analyse littéraire.

8S’il est vrai que la littérature médiévale se préoccupe peu de réalisme selon nos critères modernes, Fanny Moghaddassi démontre dans un premier temps que les auteurs des textes présentés entendent proposer une image juste du monde tel qu’il est, et faire de leurs récits des « miroirs de la réalité ». Soucieux de décrire les contrées étrangères, les auteurs s’efforcent de fournir au lecteur une sorte de guide, de géographie de l’ailleurs, qu’il reflètent au mieux dans leur texte (le titre de la deuxième partie est « miroirs de l’ailleurs »). Néanmoins il apparaît que le voyageur n’est pas tant celui qui découvre l’étranger que celui qui y est découvert, au sens de mis à nu : plutôt que de saisir les contours du monde nouveau en se déplaçant, il est au contraire « saisi » par lui, « déplacé ». Le voyage opère alors sur le voyageur une transformation (il obtient par exemple le pouvoir et la royauté, ou la sainteté) qui est aussi conversion, approche de Dieu : c’est en cela que les textes du corpus s’apparentent à des « miroirs de l’âme ».

9En dépit de l’originalité et de l’ambition de son projet, le plan adopté par l’auteur possède donc une architecture classique : reposant sur une organisation en trois parties, il témoigne d’une exigence de clarté et de méthode omniprésente dans le texte. Évitant tout jargon inutile, mais recourant à une prose remarquablement élégante, l’auteur prend soin de guider son lecteur pas à pas, tirant régulièrement les conclusions de sa réflexion au fur et à mesure qu’elle progresse. Les textes du corpus sont habilement mis au service de la pensée et font l’objet d’analyses littéraires subtiles et éclairantes. Le paratexte lui aussi contribue au plaisir et au confort de la lecture, et l’on apprécie notamment le tableau récapitulatif du corpus, sur trois pages, ainsi que les sept annexes présentant le résumé de chaque texte, fort utiles. L’index des thèmes, qui complète celui des noms et des lieux, vient lui aussi faciliter le rapprochement entre les différents textes qui est la raison d’être de cette étude.

10Au terme d’une réflexion riche et précise, la conclusion générale revient une dernière fois sur le caractère ambitieux voire « utopique » de la recherche entreprise, néanmoins seule « porte d’entrée vers le sens des récits » (Conclusion générale, p. 392). Quelques nuances sont apportées aux axes de réflexion proposés dans l’introduction : « miroirs de la réalité », les récits étudiés le sont dans la mesure où ils offrent une représentation fidèle du monde tel qu’on se le représente à l’époque, à défaut de transcrire fidèlement le monde concret. Ceci explique  que l’ailleurs présent dans les textes fasse la part belle à l’extraordinaire, au merveilleux, et à la surprise. La géographie que les textes s’efforcent parfois de décrire conserve par conséquent des contours imprécis, et se révèle finalement insaisissable. Insaisissable n’est pas évanescent, précise l’auteur, puisque le voyageur éprouve en le parcourant des sensations (sonores et visuelles, notamment) ainsi que des émotions d’une intensité extrême, qui le bouleversent. Le réel paraît au final présenter moins d’intérêt pour les auteurs de ces récits que le voyageur lui-même, qui sort transformé de la confrontation avec l’ailleurs. Il peut alors s’engager dans une comparaison avec les mœurs de son pays d’origine, de sorte que plus encore qu’il ne propose un miroir de l’altérité du monde, le texte emploie l’image de l’autre comme miroir d’ici, miroir du voyageur et de la communauté dont il provient. Selon Fanny Moghaddassi, l’ailleurs dans ces textes constitue finalement moins un espace physique qu’un espace mental revêtant une signification symbolique. Les épreuves du voyage concret deviennent alors métaphores du cheminement intérieur effectué par le voyageur dans sa quête de Dieu.

11Apparaît donc à nos yeux modernes une contradiction entre le compte-rendu objectif du monde que ces récits s’efforcent de donner, et la tendance qu’ils ont à se détourner de l’observation de la réalité pour représenter la subjectivité du voyageur. Toutefois, cette contradiction n’en était pas une à la fin du Moyen-Âge, car la réalité véritable n’y était pas définie par l’ensemble des phénomènes mais par la signification que ceux-ci recouvrent. Fanny Moghaddassi cite l’exemple des vérités symboliques qui parsemaient les mappemondes médiévales et donnaient accès à l’essence de la réalité concrète.Ainsi le voyage physique n’est autre qu’un cheminement spirituel, qui loin de se désintéresser du monde des phénomènes tente d’en percer à jour la vraie nature. Dès lors, « le miroir de l’âme reflète le monde, comme le miroir du monde reflète l’âme » (Conclusion générale, p. 394).Dans ce contexte, le retour au pays d’origine révèle que l’enjeu du voyage était, au-delà de la découverte de l’ailleurs, l’exploration du connu, que ce soit la Chrétienté ou soi-même. En fin de conclusion, Fanny Moghaddassi remarque toutefois que si les voyageurs du corpus subissent tous un changement à leur retour, celui-ci est très peu détaillé, et souvent évacué du récit en quelques lignes.Le retour semble avoir pour seul but de permettre aux voyageurs de manifester une nouvelle identité stable, comme si au mouvement du voyage devait nécessairement se substituer l’immobilité. Ainsi le roi s’asseoit-il sur son trône et Mandeville dans son fauteuil tandis que saint Brendan gît dans la tombe.De même, la communauté est pour finir appelée à se montrer digne de ses idéaux plutôt qu’à les remettre en question.Cette fois-ci, il semble que la contradiction entre déplacement et relative immobilité ne puisse être dépassée, et c’est sur le constat de « l’enracinement » du voyageur dans l’ici que s’achève la conclusion de cette étude. Son lecteur aura quant à luil’impression d’avoirfait « un premier pas vers la perception médiévale du voyage » (Introduction, page 28), en déracinant quelques-uns des préjugés modernes que le Moyen-Âge pouvait lui inspirer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie BERNARD, « Fanny Moghaddassi. Géographies du monde, géographies de l’âme. Le Voyage dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Âge », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 18 avril 2014. URL : http://erea.revues.org/2627

Haut de page

Auteur

Nathalie BERNARD

Université d’Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org