Navigation – Plan du site
Recensions

Sophie Chiari. L’Image du labyrinthe à la Renaissance. Détours et arabesques au temps de Shakespeare

Jean-Louis CLARET
Référence(s) :

Sophie CHIARI, L’image du labyrinthe à la Renaissance. Détours et arabesques au temps de Shakespeare, préface de François LAROQUE, Editions Honoré Champion, ISBN : 978-2-7453-1963-0, 2010

Texte intégral

1Le livre de Sophie Chiari, L’image du labyrinthe à la Renaissance. Détours et arabesques au temps de Shakespeare, est divisé en cinq parties : I. Trames imaginaires et chaînes historiques : l’étoffe du mythe, II. Inscriptions végétales : les fourberies de Dédale. III. Au fil des images et des mots. IV. Digressions : ducit idem deducitque. V. Mise en œuvre(s) : les arts de la scène. Il comporte une bibliographie sélective de vingt pages dans laquelle s’équilibrent les sources primaires et secondaires et 16 illustrations en noir et blanc. Un index de noms d’auteurs (p. 661) et de figures mythologiques (p. 667) permet de naviguer aisément dans cet ouvrage. Ce livre de 680 pages porte le sceau des études anglicistes mais il s’adresse à tous les étudiants et chercheurs qui s’intéressent à la Renaissance européenne. Les citations en anglais (voire en espagnol, p. 387) sont en effet systématiquement traduites en notes de bas de pages et l’approche se veut la plus ouverte possible. Le propos est toujours clair, jamais prétentieux, le style est agréable et soigné, et lorsque l’auteur introduit des termes techniques, comme par exemple l’aposiopèse (p. 266) ou l’antilogie (p. 346), ils sont définis en note de bas de page. De même des rappels historiques permettent de replacer efficacement le propos dans son contexte (par exemple, les conceptions du monde et de l’univers, p. 388).

2Cet ouvrage très érudit se propose d’analyser une figure à laquelle l’auteur a consacré sa thèse de doctorat, celle du labyrinthe. Au fil de la lecture on se rend vite compte que des efforts d’imagination ont été déployés pour ne pas répéter certains mots clef (labyrinthe / Minotaure). Le résultat est satisfaisant et atteste la volonté de proposer un travail tout à la fois scrupuleux, rigoureux et agréable à lire. Le labyrinthe est au nombre de ces images mentales qui mêlent inextricablement mythe, symbole, fable et légende (ces termes sont d’ailleurs utilisés comme substituts p. 85-6 et p. 88, de même que ‘symbole’, p 97), convoquent l’idée même de récit, renvoient à l‘histoire des hommes et à leur parcours, qu’il soit collectif ou intime (par exemple, les pèlerinages, p. 92), et fascinent tout aussi bien l’archéologue que l’amateur de fiction. L’une des difficultés inhérentes à une telle entreprise est le travail de délimitation liminaire nécessaire à la mise en place d’une démonstration cohérente : toute forme d’égarement peut-elle être associée à l’image du labyrinthe ou bien certaines caractéristiques spécifiques sont-elles requises ? Où s’arrête la confusion anarchique et où commence le parcours architecturé du labyrinthe ? Et comment aborder de façon raisonnée le désordre ordonné de cette architecture ? Mais Sophie Chiari tient fermement la main du lecteur et le guide efficacement tout au long de cette étude. Elle sait susciter son intérêt et le séduire, et sa maîtrise de son outil est attestée, par exemple, par sa décision de l’inviter à entrer dans son ouvrage en empruntant la voie/voix de l’histoire que l’on raconte (p. 18-21), celle qui, dit Hannah Arendt, l’emporte sur toutes les autres formes d’écriture et de pensée. L’introduction de l’ouvrage positionne efficacement la problématique qui sera développée et en assure la cohérence grâce à la mise en place de cinq invariants (p. 25). Le lecteur se sent accompagné et s’engage dans l’ouvrage en toute sérénité. On pourrait seulement regretter que la notion d’image (mentale ou visuelle), présente dans le titre, ne fasse pas l’objet d’une définition plus précise en amont.

3La première partie du livre de Sophie Chiari présente les ouvrages qui ont inspiré les auteurs élisabéthains grâce aux nombreuses traductions disponibles à l’époque. C’est en effet sur l’époque de Shakespeare que l’auteur met l’accent, même si son étude englobe les représentations et les allusions qui ponctuent l’histoire des différents pays d’Europe du Moyen-Âge aux temps modernes. Les analyses sont très convaincantes, précises et remarquablement documentées. L’auteur démontre que les textes de Virgile, d’Ovide et de bien d’autres, ont fait l’objet de lectures morales variées, voire contradictoires (p. 86). Il est ensuite question de l’épanouissement de l’« empreinte indélébile » (p. 97) que laissa le labyrinthe dans la culture médiévale. Le labor intus est convoqué, puis l’auteur propose une analyse passionnante des processus de christianisation du mythe païen. La fin de la première partie adopte une démarche archéologique qui permet de se rendre compte de la présence fluctuante de formes labyrinthiques dans les paysages européens au fil des siècles.

4Sophie Chiari invite ensuite le lecteur à arpenter les jardins et les parcs renaissants. Au labyrinthe inscrit dans le sol succède celui des entrelacs de verdure qui ont habillé l’espace et permis « une métaphore du je par le truchement du jeu » (p. 150). L’auteur s’intéresse ensuite au Songe de Poliphile de Francesco Colonna dont elle compare efficacement les traductions française (Jean Martin, 1546) et anglaise (Robert Dallington, 1592). Cet exercice lui permet de mettre en lumière la spécificité de la démarche du traducteur anglais (p. 171) et de démontrer que « le mythe revient parfois là où on ne l’attendait pas » (p. 182). Les échanges subtils entre la réalité tangible et l’univers poétique sont ensuite abordés et l’auteur invite à se demander si la « transposition fertile  - translatio » s’effectuait « de l’œuvre au jardin ou du paysage à la page » (p. 189). L’importance accordée au labyrinthe par les souverains Tudor témoigne de « la perméabilité troublante entre sphère interne et sphère externe » (p. 201) et semble indiquer que « Henri VIII aurait désiré surpasser les modèles français présents à Gaillon » (p. 202). Le labyrinthe s’impose donc comme constituant d’une identité nationale recomposée dont Sophie Chiari souligne les particularités. L’auteur démontre aussi comment les knots et les mazes ont contribué à insuffler « une créativité nouvelle aux textes littéraires » (p. 210).

5C’est d’ailleurs de littérature et de représentations graphiques qu’il est question dès le début de la troisième partie. L’ouvrage combine l’analyse des formes labyrinthiques et la figure du minotaure dont elle souligne qu’elle a été assimilée à celle du centaure par des auteurs qui se sont fourvoyés en suivant des traces mythologiques brouillées (p. 248). Il faut dire que l’époque élisabéthaine a privilégié les parcours sinueux afin de composer ce que l’auteur appelle « une esthétique labyrinthique » (p. 264). Elle évoque d’ailleurs avec élégance l’aptitude des poètes et dramaturges à « suggérer l’impensable » (p. 263) et à composer « l’écriture de l‘impossible » (p. 265). Démontrer que l’inconstance et la déviance sont au service d’une forme recomposée de cohérence (p. 267) n’est pas tâche facile et requiert des qualités de méthode que Sophie Chiari possède totalement. La déstabilisation passagère que peut produire l’alternance des regards portés sur le labyrinthe et sur son hôte monstrueux cède rapidement la place à un sentiment de sérénité. Le chapitre consacré aux « canevas linguistiques » met en lumière les différentes manifestations du mythe dans divers textes de la Renaissance et la palette de sens, parfois opposés, qui lui sont rattachés.

6La quatrième partie mêle poésie et témoignages afin de suivre les méandres de la séduction amoureuse dans l’Angleterre de la Renaissance. L’analyse (passionnante) des amours interdites d’Henry II et de Rosemonde permet de mettre en évidence un phénomène de recomposition que Sophie Chiari définit comme une « stratégie du retard » (p. 316) et qu’elle rattache à une « esthétique du renouvellement » (p. 316). La poésie de George Chapman, de Thomas Watson, de Barnabe Barnes et de Giles Fletcher permet de souligner les tours et détours imposés au récit au fil d’une « nouvelle exploration de la fable » (p. 344). Les traductions d’œuvres poétiques de plus grande envergure (L’Arioste / Le Tasse) permettent de souligner la participation du mythe du labyrinthe à l’élaboration d’une identité nationale. Mais les « replis crétois » sont aussi à l’origine de « l’émergence d’une conscience individuelle » (p. 357).

7Dans le chapitre suivant, l’auteur démontre que la théologie a su faire siens les « détours crétois » en leur donnant une caution morale (p. 361) et dans quelle mesure il est possible d’affirmer que « le labyrinthe devient une matrice religieuse » (p. 363) et « une clé textuelle » (p. 364). L‘utilisation du « repaire crétois » par les pères jésuites (p. 369-70) et par l’Eglise anglicane (p. 372-3) atteste la richesse polysémique de la figure mythologique qui permettait de conjuguer « volonté divine et choix individuel » (p. 383). On peut être surpris que dans le chapitre consacré aux déambulations mystiques (2.5) aucune allusion ne soit faite au très célèbre Pilgrim’s Progress de John Bunyan mais il est vrai que cet ouvrage publié en 1678 n’appartient pas au « temps de Shakespeare » auquel la présente étude s’est attachée. La description des nouveaux labyrinthes « parsemés de pièges » (p. 397) pouvait se prêter à une évocation du chemin sinueux suivi par Christian.

8La chapitre III souligne l’émergence de la conscience individuelle et la naissance des « labyrinthes existentiels » (p. 402) qu’arpentaient désormais les individus anonymes. Les grands poèmes de Shakespeare (Le Viol de Lucrece, Venus et Adonis) font ensuite l’objet d’une analyse très fine dans laquelle sont révélés les rets du filet amoureux. Le labyrinthe y est latent, il « affleure » (p. 410). Avec Volpone de Ben Jonson il prend même une dimension sociale (p. 421).

9La cinquième partie est consacrée au théâtre. Le regard se porte d’abord sur les méandres du jeu d’échec qui réunit Ferdinand et Miranda dans La Tempête de Shakespeare, puis il s’attache à décrypter la dimension labyrinthique d’autres jeux prisés par les élisabéthains, de différents types de danses et des masques de cour. Les premières pages du chapitre II (pp. 477-85) sont consacrées aux garde-fous que Sophie Chiari entend mettre en place afin de ne pas être amenée à « l’exhumation douteuse de pseudo labyrinthes dramatiques » (p. 478). Les raisons pour lesquelles Hamlet ne peut pas être considéré comme une « pièce-labyrinthe » (p. 480) sont d’ailleurs convaincantes et montrent que l’auteur ne lâche pas le fil qu’elle a noué à l’entrée de son ouvrage. Les pièces qui vont être analysées sont Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, La Comtesse insatiable de John Marston et La Bergère fidèle de John Fletcher. Les démonstrations sont extrêmement bien construites, le propos toujours clair et efficace, et l’on sent que l’auteur est tout à fait à l’aise dans ce type d’exercice. Elle sait mettre en évidence les différentes strates de ce que Roland Barthes aimait à appeler « le feuilleté » du texte dramatique et dessine une topographia dramatique (p. 604) qui clôt efficacement l’analyse des trois types de pièces. Le chapitre III permet d’ouvrir le champ de l’analyse à d’autres pièces élisabéthaines et jacobéennes.

10L’histoire du labyrinthe est elle-même sinueuse et quasiment ininterrompue. Sophie Chiari a bien montré qu’elle se prête à toutes sortes de remaniements et de renversements, et que les personnages mythologiques font l’objet de recompositions incessantes. A travers ce lieu qui oscille entre espace réel, détail anatomique (voir note 58 p. 322) et fantasme, qui constitue un « écrin prêt à recevoir toutes les formes et tous les genres littéraires » (p. 637), l’auteur porte sur le monde élisabéthain un regard pénétrant enrichi d’une connaissance remarquable des textes classiques et élisabéthains. Son travail clair et rigoureux permet d’ajouter un angle de vue précieux à l’ensemble des regards portés sur l’Angleterre de Shakespeare et fait apparaître, dans les œuvres dramatiques qu’elle aborde, des chemins qui n’avaient jusqu’alors été que timidement empruntés. Son ouvrage est dense et constitue une base solide pour les chercheurs et les étudiants engagés dans l’étude de « l’écriture de l’oblique » (p. 612). Les multiples qualités de cet ouvrage font très vite oublier les quelques fautes de frappe qui l’émaillent mais qui peuvent renvoyer, par une étrange sinuosité, à l’une des thématiques majeures de l’ouvrage. Ainsi l’« index des noms d’auteurs » devient-il l’« index des noms d’aureurs » (p. 673). Le nom d’horreur, celui du Minotaure, s’est glissé secrètement à la fin de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis CLARET, « Sophie Chiari. L’Image du labyrinthe à la Renaissance. Détours et arabesques au temps de Shakespeare », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://erea.revues.org/2630

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org