Navigation – Plan du site
Recensions

Anglophonia-SIGMA N°28. English Linguistics

Manuel JOBERT
Référence(s) :

Nathalie VINCENT-ARNAUD et Wilfrid ROTGE,eds. Anglophonia N° 28 English Linguistics, Presses universitaires de Université de Toulouse Le Mirail, ISSN 1278-3331, 2010

Texte intégral

1Le numéro 28 / 2010 de la revue Anglophonia- SIGMA, coordonné par Nathalie Vincent-Arnaud et Wilfrid Rotgé, réunit les huit articles retenus par le comité de rédaction et de lecture de la revue. Anglophonia fait preuve d’un esprit d’ouverture reconnu et aucune approche (théorique ou méthodologique) n’est privilégiée. Le présent numéro ne fait pas exception et regroupe des articles qui trouvent naturellement leur place sous la rubrique « grammaire linguistique » ainsi que des articles relevant de champs linguistiques moins souvent étudiés comme la submorphémique ou les différents types de discours rapportés.

2L’article de Philippe Rapatel (Université Blaise Pascal, Clermont II) inaugure le numéro avec « le Rôle des prépositions : le cas de FOR ». La première partie de l’article reprend à sa source la notion même de préposition, en définit l’extension et en souligne les limites. La notion de « syntagme prépositionnel » est aussi discutée. L’auteur s’intéresse ensuite à la préposition comme relateur. Dans cette partie, les différents débats et enjeux relatifs à l’appréhension des prépositions sont exposés avec beaucoup de clarté. Philippe Rapatel s’intéresse ensuite aux liens entre préposition et signification. La seconde partie de l’article, consacrée à FOR, ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend souligner les enjeux sous-jacents à l’étude de FOR à la lumière de la discussion qui précède.

3Laure Gardelle (ENS – Lyon), dans « Article défini, pronoms personnels de 3ème personne et démonstratifs : approche comparée de l’accès à la référence », se penche sur le processus complexe de la référence. La première partie fait le point sur les théories existantes, des plus traditionnelles aux plus novatrices avant de s’intéresser, dans un second temps, à la triade  the / this / that. Elle présente les différentes raisons qui font préférer l’un plutôt que l’autre avant de comparer this / that pronoms et this / that déterminants. Laure Gardelle parvient, avec beaucoup de didactisme, à éclairer de manière nouvelle un pan pourtant très étudié de la grammaire anglaise. Si le domaine étudié reste complexe et n’a pas encore livré toutes les subtilités de son fonctionnement, l’approche de l’auteur permet d’en cerner les enjeux principaux avec une grande efficacité.

4Line Argoud (CAS – Toulouse Le Mirail), dans un article intitulé « A le recherche du substrat cognitif du sbumorphème SM-, pressions, impressions, expressions », cherche à mettre au jour une invariance conceptuelle du submorphème SM-. Cette étude, dense et complète (une quarantaine de pages) est intéressante à la fois pour les résultats qu’elle propose et pour la méthodologie qu’elle utilise. De manière classique, l’auteur commence par une approche lexicologique pour laquelle Line Argoud se fonde sur l’OED et le EDD (English Dialect Dictionary). Au terme d’une analyse sémantique, l’auteur isole trois domaines notionnels : activité manuelle, oralité et nasalité, d’ailleurs confirmés par l’analyse étymologique. L’étude se conclut par une analyse cognitive en utilisant notamment la notion d’active zone, élaborée par Langacker. On ne peut qu’être frappé par la rigueur et l’œcuménisme de cette étude qui, malgré sa longueur et son foisonnement, guide le lecteur pas à pas.

5Sandrine Oriez (Université de Rennes II) s’intéresse à deux tours souvent appréhendés comme synonymes qui traduisent le français « se dire quelque chose ». Dans « L’assertion en discours réfléchi, tell oneself versus say to oneself », l’auteur propose une étude quantitative et qualitative de ces deux constructions dans le cadre de la TOE. Sandrine Oriez débute son étude rigoureuse par un recensement des différentes utilisations des deux constructions dans le BNC et constate qu’elles sont toutes deux compatibles avec l’introduction du DD, DI et du DIL même si le DD est plus souvent introduit par say to oneself. L’auteur s’intéresse ensuite à la modalité. La modalité 1 (assertive) est privilégiée avec say et les modalités 1 (assertive) et 4 (radicale) sont privilégiées avec tell. Sandrine Oriez étudie ensuite à la prise en charge de l’assertion ainsi que les constructions verbales contraintes par les deux verbes dans leur relation au sens. Au terme d’une étude aussi concise qu’efficace, l’auteur avance que dans la construction avec say, le contenu du discours n’est pas envisagé comme problématique (pas de problème qualitatif) alors que la construction avec tell est la marque d’un travail quantitatif en plus du travail qualitatif.

6L’article de Sophie-Dufossé-Sournin (Université de la Réunion), dans « Y-a-t-il analogie entre les opérations sous-jacentes aux constuctions V Ns et VPA », s’intéresse au régime sémantico-syntaxique de la construction V Ns. A-t-on affaire à un fonctionnement de type V+C1 ou bien se rapproche-t-on parfois d’une relation du type V + particule adverbiale ? Au terme d’une étude de corpus résolument ancrée dans une perspective énonciative, l’auteur parvient à mettre en lumière des relations différentes en fonction des différents tours considérés.

7Patrice Larroque (Université Paul Valéry, Montpellier 3) propose une analyse très fine de la modalité dans « Les doubles modaux anglais, témoins d’un changement de catégorie ». Une brève présentation diachronique de la modalité en anglais souligne que les constructions à doubles modaux ne peuvent pas être considérées comme de simples aberrations linguistiques mais renvoient à un fonctionnement ancien. Une analyse synchronique de nombreux exemples met en lumière que ce type de constructions sert à exprimer, dans un même énoncé, la modalité épistémique et la modalité radicale. Loin de conduire à une redondance de l’information, ces constructions explicitent une modalité complexe que l’anglais contemporain standard tend à estomper en n’en conservant véritablement qu’une seule. L’étude de Patrice Larroque montre avec éclat que l’étude des variétés non standard de l’anglais permet, en creux, d’appréhender plus  finement le fonctionnement de la langue standard.

8L’article de Jim Walker (Université Lumière - Lyon 2) n’est pas sans rappeler l’article de Claude Boisson (Université Lumière – Lyon 2), publié dans la revue Anglophonia 10 en 2001 qui interrogeait la pertinence de la théorie des phases. Sous un titre presque anodin, « Norm-blindness and its effects on utterer-centred practice », l’auteur, qui assume l’aspect polémique de son travail, souligne quelques écueils du courant énonciatif français, toutes écoles confondues. La thèse défendue par Jim Walker est que les grammaires normatives / prescriptives influencent les énonciativistes français à leur insu. Le cas de l’opposition entre WILL et SHALL inaugure la diatribe et épingle Adamczewski & Gabilan (1996) ; le contraste IF I WERE / IF I WAS est l’occasion de pointer le désaccord de l’auteur avec Françoise Lachaux (2002) etc. Jim Walker n’est pas partial et nul n’est épargné (Bouscaren, Lapaire & Rotgé, Souesme etc.) et chacun est invité à revoir (certains passages au moins de) sa copie. L’auteur souligne enfin que les tours non standards sont rarement étudiés et que les énonciativistes sont enclins à travailler sur la langue littéraire ou sur celle de la presse de qualité. De manière plus implicite, l’auteur suggère que les linguistes énonciativistes ont tendance à préférer montrer le caractère opératoire de la théorie qu’ils utilisent plutôt que l’adéquation entre cette théorie et la réalité de la langue dans toute sa variété et sa diversité. Jim Walker plaide ainsi pour une grammaire linguistique au service de la langue plutôt que l’inverse. Ce que dénonce Jim Walker n’est en définitive rien d’autre qu’un emballement théorique. Il ne fait aucun doute que nombreux seront ceux qui auront à cœur d’apporter leur commentaire à cette contribution courageuse sur l’épistémologie passée, présente et à venir de notre discipline.

9Il revient à Monique de Mattia-Viviès de clore ce volume avec « Du discours rapporté mimétique aux formes intrinsèquement hybrides ». C’est donc à un vaste tour d’horizon du « discours rapporté » que nous invite l’auteur qui s’intéresse particulièrement ici aux formes hybrides. Monique de Mattia-Viviès montre que les catégories canoniques, DD, DI classique et DIL, ne permettent pas de rendre compte de la gamme des possibles et que ces différentes formes se caractérisent par une grande porosité. En s’appuyant sur de nombreux exemples, l’auteur explore patiemment les arcanes du DR et en souligne toutes les nuances. La seconde partie de l’étude est plus spécifiquement consacrée au DI hybride, caractéristique de l’écriture joycienne du type : « he asked me did our friend here wear glasses still », extrait de Portrait. Monique de Mattia-Viviès montre que le DR représente un continuum et que son étude nécessite minutie, patience ainsi qu’un cadre analytique particulièrement performant. La subtilité des analyses proposées permet de repérer, dans les méandres du discours, les indices permettant de déterminer à quel type de DR un énoncé appartient.  Appréhender le DR nécessite, de fait, de mettre en résonnance grammaire et stylistique afin de cerner au mieux les formes étudiées qui se caractérisent par une instabilité formelle redoutable.

10Un compte-rendu ne peut malheureusement pas faire justice à la finesse d’analyse déployée par les auteurs de ces différents articles mais il ne fait pas de doute que ce numéro d’Anglophonia est dense et varié et qu’il intéressera tout linguiste, quels que soient ses centres d’intérêt ou ses domaines de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel JOBERT, « Anglophonia-SIGMA N°28. English Linguistics », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 26 juillet 2014. URL : http://erea.revues.org/2632

Haut de page

Auteur

Manuel JOBERT

Université Jean Moulin – Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org