Navigation – Plan du site
Recensions

Juan Manuel López-Muñoz, Sophie Marnette, Laurence Rosier, Diane Vincent (dir.). La circulation des discours

Grégoire LACAZE
Référence(s) :

Juan Manuel LÓPEZ-MUÑOZ, Sophie MARNETTE, Laurence ROSIER et Diane VINCENT (dir.). La circulation des discours. Laval : Éditions Nota Bene, 2009

Texte intégral

  • 1  Les différents colloques organisés par le groupe de recherche international Ci-dit ont porté sur l (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Juan Manuel López Muñoz, Sophie Marnette, Laurence Rosier et Diane Vincent et paru en 2009 aux Éditions Nota Bene, est une publication qui fait suite au 3e colloque Ci-dit1 organisé à l’Université de Laval (Québec) du 5 au 7 octobre 2006. L’objet d’étude est le discours rapporté envisagé cette fois en tant que « pratique de discours » et « pratique intersubjective et sociale » (7).

2Lorsqu’un discours est produit par un locuteur origine, ce discours peut être rapporté par un autre locuteur, un locuteur rapporteur. Le discours produit par le locuteur rapporteur peut, à son tour, faire l’objet d’un report de paroles par un troisième locuteur. Ainsi, le discours origine se propage au gré des mises en rapport successives : l’on a alors affaire à une « circulation des discours » (9). En effet, toute circulation des discours est fondée sur « la multiplication des énonciateurs en discours » (10). Ainsi, « un discours "en circulation" » est un discours ayant « fait l’objet de plusieurs transmissions » (10). La circulation des discours implique donc l’existence d’une « chaîne d’énonciateurs » (13).

  • 2  Cette expression a été introduite par Laurence Rosier dans l’article intitulé « Du discours rappor (...)

3Les éditeurs de l’ouvrage distinguent « circulation marquée » et « circulation effacée ». Lorsqu’un discours origine se propage au fur et à mesure des actes rapportés successifs, deux stratégies sont envisageables. Soit chaque locuteur rapporteur est identifié et celui qui rapporte peut mentionner l’identité des « agents de circulation »2 qui l’ont précédé dans la chaîne d’énonciateurs ; il s’agit alors d’une circulation « marquée » ou « re-marquée » (12). Cette circulation marquée suppose une « mise en abyme » des discours citants (12) : ce qui implique la « démultiplication des attributions du dire d’autrui » (16).

4Soit l’identité des locuteurs successifs demeure cachée au lecteur ou à l’interlocuteur du rapporteur et l’on a affaire à une circulation « effacée » (16). Comme l’attribution énonciative est manquante, l’on peut estimer que la responsabilité énonciative de la prise en charge des propos rapportés repose sur une communauté de locuteurs non identifiés qui participent néanmoins activement à la propagation et à la circulation des discours. C’est une activité que Juan Manuel López Muñoz et al. appellent « énonciation "potinante" », une activité caractérisée par une « anonymisation » des sources énonciatives (15, 16).

5Dans un tel ouvrage consacré à la circulation des discours, la prise en compte de la dimension sociale des agents de circulation est bien entendu au centre des préoccupations. En effet, chaque agent de circulation porte une « responsabilité d’ordre éthique […] et linguistique » (11).

  • 3  Il s’agit des face-threatening acts (FNA) définis par Penelope Brown et Steven C. Levinson dans Po (...)

6Ce livre regroupe des articles abordant la problématique de la circulation des discours dans des domaines aussi divers que la production d’un article scientifique, le report d’actes énonciatifs (de type FNA3) en lien avec la forme de discours rapporté choisie, l’écrit de signalements d’enfants en danger, la propagation du commérage et de la médisance, la construction de la violence verbale, l’autonomisation progressive de fragments discursifs, la propagation de discours axiologiques négatifs dans les cours de récréation.

7Les différentes communications regroupées dans cet ouvrage s’inscrivent dans le cadre des théories énonciatives élaborées par des linguistes comme Oswald Ducrot, Alain Rabatel, Robert Vion, Laurence Rosier et Sophie Marnette. Elles font appel à diverses notions narratologiques et/ou linguistiques comme la sous-énonciation et la sur-énonciation, l’effacement énonciatif et l’expression d’un point de vue pour n’en citer que quelques-unes.

  • 4  La fameuse réplique de Monsieur Jourdain qui inspire notre réflexion est la suivante : « Par ma fo (...)

8Pour résumer, cet ouvrage s’adresse avant tout aux chercheurs et aux étudiants en linguistique et en sciences du langage. Pour autant, la lecture de cet ouvrage pourra être particulièrement appréciée par toute personne intéressée par la mise en œuvre de pratiques langagières utilisant du discours rapporté. En effet, à l’instar de Monsieur Jourdain maniant la prose sans le savoir dans Le bourgeois gentilhomme de Molière4, tout locuteur est amené fréquemment à faire « circuler des discours » plus ou moins consciemment lorsqu’il rapporte à un interlocuteur une information qui a déjà fait l’objet d’un ou de plusieurs reports successifs, sans pour autant que ce locuteur connaisse l’identité des autres locuteurs constituant la chaîne d’énonciateurs. Les lecteurs de cet ouvrage pourront ainsi apprécier le rôle essentiel de la circulation des discours qui est une caractéristique commune à toute langue parlée.

Haut de page

Notes

1  Les différents colloques organisés par le groupe de recherche international Ci-dit ont porté sur les sujets suivants : « Le discours rapporté dans tous ses états : question de frontières » (Bruxelles, 2001), « Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté » (Cadix, 2004), « Circulation des discours et liens sociaux : le discours rapporté comme pratique sociale » (Laval, 2006) et « Discours rapporté, citation et pratiques sémiotiques », (Nice, 2009).

2  Cette expression a été introduite par Laurence Rosier dans l’article intitulé « Du discours rapporté à la circulation des discours : l’exemple des dictionnaires de “critique ironique” ». Éd. Juan Manuel López Muñoz, Sophie Marnette et Laurence Rosier. Estudios de lengua y literatura francesas 14 (2003) : 63-82.

3  Il s’agit des face-threatening acts (FNA) définis par Penelope Brown et Steven C. Levinson dans Politeness: Some universals in language usage. Cambridge : Cambridge University Press, 1987.

4  La fameuse réplique de Monsieur Jourdain qui inspire notre réflexion est la suivante : « Par ma foi, il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien » (Molière Le bourgeois gentilhomme Acte II Scène 4).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire LACAZE, « Juan Manuel López-Muñoz, Sophie Marnette, Laurence Rosier, Diane Vincent (dir.). La circulation des discours », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://erea.revues.org/2637

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org