Navigation – Plan du site
Recensions

Liliane Louvel. Le Tiers pictural, pour une critique intermédiale

Richard PHELAN
Référence(s) :

Liliane LOUVEL. Le Tiers pictural, pour une critique intermédiale, Collection « Interférences », Presses Universitaires de Rennes, 2010. ISBN : 978-2-7535-1030-2

Texte intégral

1Liliane Louvel, professeur émerite à l'Université de Poitiers, poursuit dans le domaine des études anglophones un travail d'une envergure encyclopédique sur les rapports entre littérature et peinture, rapports infinis selon Foucault qui disait le langage et la peinture « irréductibles l'un à l'autre ». Mais texte et image sont-ils pour autant incommensurables ? C'est à cette question de la commune mesure que s'est consacrée Liliane Louvel afin d'offrir au lecteur-chercheur une vision dialectique, mais apaisée, de leurs transpositions. Pour Louvel, en effet, ces rapports ne sont plus, comme dans la tradition classique, à envisager en termes de combat mais comme une collaboration énergique et fructueuse qui culmine dans ce qu'elle nomme le tiers pictural. Elle fait entendre par ce terme « le moment entre-deux quand le texte tend vers l'image quand l'image file vers le texte ». Chez le lecteur bien disposé, le tiers pictural est une re-connaissance qui fait « tressaillir » du texte ; il produit aussi l'effet d'une « synesthésie », ou d'une « syncope visuelle en contrepoint à la fugue du texte ».

2Partant de la « longue inféodation de l'image au texte », Louvel poursuit et approfondit ici les recherches qu'elle avait livrées en 2005 (Texte/Image : nouveaux problèmes, avec Henri Scepi), en 2002 (Texte/image images a lire, textes à voir) et en1998, où déjà dans L'œil du texte elle « tente de dresser une typologie des modalités d’insertion de l’image dans le texte ». Construit dans une même visée totalisante, le présent ouvrage, patient et nuancé, présuppose une familiarité avec ces travaux antérieurs devenus incontournables pour tout angliciste travaillant sur l'image. Nouant les fils avec, entre autres, les études sur le genre et sur la décolonisation, Le Tiers pictural est un dialogue précieux entre, d'un côté, le monde anglo-saxon et angliciste et, de l'autre, les penseurs européens  (et les français en particulier). Le livre est une somme subtile avec des gloses complexes, un dialogue poursuivi à l'occasion de colloques et d'expositions, un tissage aussi des propres travaux de l'auteur.

3Quelle cohabitation entre mot et image ? Faut-il envisager cette relation sous le signe de l'altérité, de l'hybridité, de la pluralité ? Louvel trace la question depuis Horace jusqu'à Belting, Didi-Huberman, Mitchell, Mondzain. Le mot graphic trahissant une co-implication originaire, la perception du tableau lance un appel au discours et dans cette analyse du « discours du tableau » est posée (avec Barthes et Marin) la question structuraliste : « la peinture est-elle un langage ? » et (avec Damisch) celle de la « pensée de l'image ». La « lecture de l'image » est abordée par exemple avec Mieke Bal. Le premier chapitre traite  ensuite plus longuement de trois cas de coopération entre texte et image : titre, signature, écrits sur l'art.

4Ce premier chapitre est consacré à la cohabitation entre littérature et peinture et à l'oscillation fructueuse de l'une à l'autre. Le deuxième chapitre fait un retour aux théories établies et en propose quelques retournements  ; Louvel explique ici sa préférence pour le terme de  transposition intermédiale plutôt que intersémiotique. La partie centrale du volume, composée des chapitres 3 et 4, intitulés « Poétiques du pictural », est désormais en mesure de proposer une contribution originale par le renversement de la focalisation habituelle, non pas de voir « du linguistique dans l'image » mais de voir « du pictural dans le poème ». Émerge clairement ce questionnement : en quoi l'outil pictural permet-il de rendre compte du texte littéraire ? Dans l'étude d'un roman, par exemple, la critique intermédiale (dont Liliane Louvel donne la typologie et qu'elle tente ici de consolider et de faire avancer) pourrait  « voir comment l'instance focalisatrice […] serait […] à penser en termes de perspective […] qu'elle ressortirait […] du trompe-l'œil ou de l'anamorphose, ou encore comment la caractérisation de tel personnage serait de l'ordre du portrait, comment la scène serait une scène intimiste calquée sur le mode pictural de la 'scène de genre', ou, encore, comment la scène historique, la scène de bataille relèvent du dispositif de la peinture d'histoire. »

5 L'ouvrage de Liliane Louvel tente ainsi de 'faire système', de construire, d'agir. Il s'agit bien de considérer le pictural comme modèle du 'faire', une poïétique  ; le chapitre 5 en tire toutes les conséquences en redonnant au corps son rôle dans la lecture. Que se passe-t-il, par exemple, quand un lecteur mord à l'hameçon de l'allusion picturale dans un texte linguistique ? Ce dernier chapitre, où le 'je' apparaît de manière vive et stimulante, évoque également les perspectives de travail de la critique intermédiale : la piste cognitive ; la poursuite de la spécificité du texte/image ; l'analyse du tiers pictural comme plaisir érotique ; faire du « pictural en texte » l'une des pierres de touche de la littérarité.

6L'auteur a un vrai goût pour la théorie, elle a également le goût des néologismes, proposant 'voyure' pour l'acte intermédiaire entre vision et lecture. Le volume est riche en exemples, en échos (de Deleuze et de Jean-Luc Nancy en particulier), en références utiles (à Philippe Hamon, ou à Bernard Vouilloux). Sont particulièrement abouties les études sur Paul Durcan, John Banville et Emily Bronte, et sur le roman Goldberg : Variations (2002) de G. Josipovici. Cependant, le lecteur moyen pourrait être frustré par le caractère touffu et trop allusif de l'ensemble et le lecteur avisé regrettera sans doute que certains développements ne soient trop brefs. Il nous semble que quelques idées-forces auraient pu être rédigées dans un style plus délié. On aimerait aussi voir développées les références dans la fiction aux œuvres visuelles contemporaines (par exemple chez Don DeLillo). Mais le livre dessine aussi, parmi d'autres pistes de recherche, l'horizon heureux d'un chantier sur les « événements esthétiques » que sont les installations et les performances contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard PHELAN, « Liliane Louvel. Le Tiers pictural, pour une critique intermédiale », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://erea.revues.org/2645

Haut de page

Auteur

Richard PHELAN

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org