Navigation – Plan du site
Recensions

Laurent Bury. L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature

Nathalie VANFASSE
Référence(s) :

Laurent BURY L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature, Grenoble, ELLUG, 2011, 243 pages, ISBN:978-2843101762

Texte intégral

1Ce passionnant ouvrage s’insère dans la collection « Vers l’Orient » dirigée par Daniel Lançon et Sarga Moussa, une collection qui met l’accent sur la fascination des Européen pour un Orient proche ou lointain et qui s’intéresse à l’orientalisme littéraire et artistique ainsi qu’aux échanges entre cultures occidentales et orientales. Ce sont précisément ces thèmes qu’étudie Laurent Bury à travers les arts et la littérature victoriens. Son livre montre que l’orientalisme participe de la construction d’une identité occidentale et, dans le cas présent, des mentalités victoriennes. La démonstration s’appuie sur l’ouvrage d’Edward Said, Orientalism (1978), qui souligne que les constructions de L’Orient en disent souvent plus sur leur auteur que sur leur objet, mais aussi sur le livre d’Homi K. Bhabha, The Location of culture (1994). L’étude s’applique à trois zones géographiques, à savoir les pays de religion islamique, du Maghreb jusqu’à l’Inde en passant par l’Arabie, les pays mentionnés dans le récit biblique (la Terre Sainte, l’Egypte et l’actuel Irak) et un Orient plus lointain allant de l’Inde au Japon (10). Laurent Bury s’intéresse aux arts visuels, à la littérature, et aux liens entre textes et images dans la construction d’une « réalité orientale » (11). Il constate que l’orientalisme victorien est plutôt thématique et que les artistes de cette époque furent relativement peu influencés par l’esthétique orientale considérée alors comme un art superficiel. Il note aussi que les constructions orientalistes relèvent d’une logique de rivalité caractéristique de la relation de voyage, chaque voyageur tentant d’imposer sa vision comme étant plus authentique que celle de ses prédécesseurs. L’orientalisme victorien coïncide avec un regain d’intérêt scientifique pour ces régions, accompagné de l’étude renouvelée de leurs langues et de leurs cultures, ainsi que de nouvelles fouilles archéologiques. Cette période est aussi celle de l’essor des transports qui permettent aux Occidentaux de se rendre plus facilement en Orient. Cette proximité nouvelle ne se traduit pourtant pas par des représentations artistiques et littéraires plus justes des réalités observées car la confrontation des voyageurs avec le réel conduit à une déception et à la production de nouveaux rêves. Les artistes s’emploient en fait à donner au public victorien les images que celui-ci attend, si mensongères soient-elles. Et même quand ils s’efforcent de faire preuve de réalisme et d’authenticité en représentant les récits bibliques dans leur contexte, ils sont incapables de voir que l’Orient a changé depuis les origines du Christianisme et s’abandonnent à l’illusion d’une vision « directe » du décor des épisodes bibliques (17). Leurs représentations de scènes bibliques pèchent en outre par leur inexactitude ethnique, les figures orientales étant la plupart du temps remplacées par des types occidentaux habillés à la mode orientale. L’ouvrage de Laurent Bury se penche donc sur la fabrication victorienne du mythe oriental (23) à travers une multitude d’exemples inédits et éclairants.

2La première partie du livre s’intéresse aux architectures orientalisantes de l’époque victorienne, aux femmes d’Orient vues par les hommes d’Occident, et à des représentations plus spirituelles de l’Orient. La section consacrée à l’architecture étudie successivement la Peacock Room conçue par l’architecte Thomas Jeckyll, l’Arab Hall, pièce que le peintre Frederic Leighton fait ajouter à sa maison, et le Royal Panopticon réalisé par l’architecte Thomas Hayter Lewis. A travers ces réalisations se traduit un exotisme vaguement japonisant ou d’inspiration européenne (style arabo-normand), ou encore un style mauresque teinté de considérations patriotiques et impériales. Le chapitre sur les femmes d’Orient met l’accent sur les clichés féminins véhiculés par les images réalisées par des artistes victoriens comme le photographe Roger Fenton. Il passe en revue les images stéréotypées de porteuses d’eau, de danseuses, et d’odalisques, ainsi que de scènes de harem pour la plupart entièrement imaginées par des hommes occidentaux n’ayant pas eu accès à ces espaces. Laurent Bury montre que ces représentations en disent davantage sur les fantasmes victoriens que sur les harems proprement dits et qu’elles peuvent également être vues, quand elles sont produites par des femmes comme lady Clementina Hawarden, comme une transposition de la condition féminine victorienne et de son morne confinement à la sphère privée et au mariage (54). Le dernier cliché de la femme orientale examiné dans ce chapitre est celui de l’esclave dont les images confortent l’européocentrisme et les préjugés raciaux des Victoriens. Le troisième chapitre consacré à des représentations plus spirituelles de l’Orient aborde des aspects peu connus de l’œuvre de Richard Dadd et de celle de James Tissot, peintre français ayant émigré en Angleterre après la Commune. Laurent Bury compare deux artistes dont l’œuvre oscille entre une peinture fantasmée de l’Orient et des représentations plus authentiques mais non moins sensuelles, inspirées cette fois par des voyages réels en Orient, pour aboutir enfin à des images plus spirituelles empreintes de folie dans le cas de Dadd ou de religiosité dans le cas de Tissot. Les deux hommes illustrent, selon Bury, les deux versants de la perception de l’Orient par les Victoriens, un Orient sensuel et un Orient spirituel, qui ne sont selon lui qu’une déclinaison possible de la dichotomie typiquement victorienne du pur et de l’impur.

3La deuxième partie de l’ouvrage intitulée « réactiver les mythes » est consacrée à des artistes qui critiquent ceux qui inventent l’Orient au lieu de s’y rendre pour en faire une description véridique. Un chapitre est consacré à l’intérêt des Victoriens pour l’Orient biblique et pour la reconstitution de la vie du Christ et des prophètes. Laurent Bury y mentionne l’exemple connu de William Holman Hunt, parti pour la Terre Sainte dans l’espoir d’en rapporter des images authentiques, mais il s’attarde sur le cas moins étudié de Thomas Seddon, autre peintre préraphaélite qui partageait la même ambition que Hunt mais mourut prématurément avant d’avoir donné la pleine mesure de son talent. Le chapitre suivant dépeint les ambitions du peintre Sir David Wilkie de créer un « système de peinture biblique » (109) destiné à conquérir L’Europe grâce à des représentations britanniques censément plus fidèles que celles réalisées par d’autres artistes européens. Le dernier chapitre de cette partie est consacré aux photographies d’une des seules artistes-femmes mentionnées dans l’ouvrage, à savoir Julia Margaret Cameron dont Laurent Bury analyse les clichés pris à Ceylan, où la photographe passa les dernières années de sa vie. Il se penche sur la transposition des techniques de prise de vue de Cameron à des paysages, à des sujets et à des objets orientaux et sur les effets ainsi produits.

4La troisième partie du livre porte sur les « Appropriations de l’Orient ». Laurent Bury poursuit d’abord sa réflexion sur les liens entre art et impérialisme politique et sur la manière dont le premier illustre et traduit le discours impérialiste britannique. Il retrace en particulier les différentes étapes de l’élaboration du Grand Assemblage de Dehli par le peintre Val Prinsep. Le chapitre suivant aborde une autre forme de colonisation de l’Orient, cette fois par la traduction, en particulier celle du texte oriental par excellence, à savoir Les Mille et Une Nuits. Au dix-neuvième siècle, ce texte est pour la première fois traduit vers l’anglais à partir de l’arabe et non plus de la traduction française. Les quatrains ou Rubaiyat d’Omar Khayyam sont un autre texte oriental très populaire pendant la période victorienne. Leur succès selon Laurent Bury serait largement dû à une trahison de leur traducteur, Cowell FitzGerald, qui élagua et condensa largement le texte de départ pour l’adapter aux goûts du public victorien. Mais l’appropriation de l’Orient peut aussi prendre la forme de contes orientaux directement rédigés en anglais, qui font l’objet du dernier chapitre de cette troisième partie. Dans ce chapitre, Laurent Bury s’intéresse aux liens entre textes et images dans un poème de Tennyson, « Recollections of the Arabian Nights », illustré, entre autres, par Holman Hunt, et dans un conte écrit par George Meredith, The Shaving of Shagpat, dont le frontispice fut conçu par Frederick Sandys. Le chapitre s’interroge aussi sur la pérennité de l’immense succès du poème de Thomas Moore, Lalla Rookh, un succès que Bury attribue à une profusion de détails exotiques soigneusement encadrée par une structure narrative et idéologique typiquement occidentale (177).

5La dernière partie de l’ouvrage, consacrée au thème du désenchantement, met l’accent sur la prose. Laurent Bury aborde ces deux questions d’abord par le biais d’une œuvre de William Makepeace Thackeray, Notes from a Journey from Cornhill to Grand Cairo, qui offre un compte rendu de voyage rédigé par un narrateur blasé et chauviniste. Le thème de la démystification est poursuivi dans le chapitre suivant qui étudie une série de nouvelles orientales rédigées par Anthony Trollope en partie pour échapper à sa réputation de « spécialiste de l’Angleterre rurale » (204). Comme Thackeray, Trollope place dans des décors orientaux des personnages occidentaux dont il dénonce l’européocentrisme. Certains de ses personnages sont cependant moins obtus et savent apprécier le dépaysement ou la découverte des sites bibliques. Il n’en reste pas moins que l’Orient qu’ils recherchent n’est pas celui qu’il traversent mais un paysage du passé qui n’existe plus. Ils n’échappent donc pas non plus au désenchantement. Laurent Bury voit cette désillusion culminer dans l’œuvre de Rudyard Kipling qui marque selon lui la fin d’une certaine idée de l’Orient (219) devenu un lieu occidentalisé où le merveilleux résulte de l’interpénétration des cultures orientale et occidentale.

6Finalement, si aucune véritable école orientaliste britannique capable de s’imposer sur la scène mondiale ne s’affirme vraiment pendant la période victorienne, l’ouvrage de Laurent Bury a le mérite de faire découvrir au lecteur une multitude d’initiatives isolées extrêmement révélatrices des mentalités et de la culture victoriennes et des filtres à travers lesquels était appréhendé l’Orient à cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie VANFASSE, « Laurent Bury. L’Orientalisme victorien dans les arts visuels et la littérature », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://erea.revues.org/2648

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org