Navigation – Plan du site

Hiérarchies

Pierre COTTE

Résumés

Dans cet article, la hiérarchie est définie comme une relation entre une tête et une dépendance. Travaillant sur l’incipit du roman Sanctuary de William Faulkner, l’article analyse différentes hiérarchies sémantiques pouvant figurer dans une phrase, leur rapport à la syntaxe et leurs relations. Il s’intéresse aussi à la question de l’interprétation.

Haut de page

Texte intégral

11. D’origine religieuse, le terme « hiérarchie » a désigné d’abord l’ordre des milices et des chœurs célestes (anges, archanges, etc.) et l’ensemble des degrés de l’état ecclésiastique. La hiérarchie implique la subordination sérielle des personnes et des fonctions « telles que chacune soit supérieure à la précédente par l’étendue de son pouvoir ou par l’élévation de son rang » (Lalande, 1972, 413). Le mot s’est appliqué ensuite à toute classification selon un ordre de grandeur, de valeur ou d’importance où chaque terme d’une série est supérieur au précédent par quelque caractère (ibid.) : hiérarchie sociale, hiérarchie des plaisirs, des devoirs, des sciences, des langues en logique.

  • 1  En typologie linguistique une hiérarchie d’accessibilité ordonne des valeurs grammaticales, ou des (...)

2En linguistique, les recherches en typologie des langues découvrent des « hiérarchies d’accessibilité » qui ne nous retiendront pas1. En analyse syntaxique si le nom « hiérarchie » s’emploie peu — on trouve plus souvent l’adjectif dérivé, par exemple the hierarchical structure of sentences  — l’idée d’une série organisée d’importance croissante existe et l’analyse, plus généralement, a bien pour objet l’organisation « hiérarchisée » des constituants.

3La phrase est une unité syntaxique soumise à la grammaire entendue au sens strict comme ensemble de contraintes formelles. On admet que c’est l’unité grammaticale maximale : à des unités supérieures comme le paragraphe ou le texte aucune règle strictement grammaticale ne s’applique. D’autres unités grammaticales plus petites sont la proposition ou le syntagme ; elles sont de grandeur différente, si bien que les trois unités citées se laissent ordonner sur une échelle de niveaux (ou de rangs). Comme les plus petites sont à l’intérieur des plus grandes, cette échelle est une hiérarchie. Une formulation de la hiérarchie des unités grammaticales est le ‘rankscale’ de Halliday (1961) : phrase, proposition, syntagme, mot, morphème.  

4Une unité supérieure comporte généralement plus d’une unité immédiatement inférieure, mais elle peut comporter en outre des unités de son niveau ou d’un niveau supérieur, pour en rester aux analyses classiques, moyennant un changement de rang (‘rankshift’ de Halliday) : un syntagme peut comporter des mots ainsi qu’un autre syntagme ou une proposition. Cela est possible parce qu’elle n’est pas un simple contenant mais une structure : une totalité complexe et ordonnée dont l’organisation importe plus que le contenu, un système de relations ou de fonctions différenciées plutôt qu’une somme d’éléments, où les éléments sont moins définis par ce qu’ils sont que par leur position dans l’ensemble et par la fonction que cette position leur assigne (adapté de Comte-Sponville, 2001, 559).  

  • 2  La fonction est intégrée à certains lexèmes : un adverbe a souvent une fonction de modification, e (...)
  • 3  À la différence de la subordination décrite, la coordination ne permet pas de changer de niveau : (...)

5Une telle structure montre une nouvelle hiérarchie selon la fonction. Canoniquement un élément, et un seul, obligatoirement réalisé, est « tête » de plusieurs « dépendances » qui sont ou non réalisées. Une dépendance a une fonction dans la tête. 1) Elle peut être un complément, que la tête implique logiquement et qui est nécessaire, souvent, à la compréhension et à la bonne formation de l’unité ; ou elle peut constituer une modification plus contingente de la tête, entre autres choses. La réciproque n’est pas vraie : la tête est sans fonction dans sa dépendance ; ou si elle en a une, ce n’est pas la même (une tête n’est pas le complément d’une dépendance qui est son complément). 2) Elle a une fonction dans la seule tête. Elle ne se rapporte pas au-dessus de celle-ci à l’unité supérieure, pour modifier ou compléter un de ses éléments ou pour indiquer que sa propre unité y a une fonction. 3) Souvent sa fonction est marquée explicitement par un cas ou un connecteur2 si bien qu’elle serait inacceptable dans la forme grammaticale qui est la sienne sans sa tête, alors que le contraire  n’est pas vrai. La dépendance existe pour et par la tête. Pour sa part cette dernière est tête vis-à-vis de ses dépendances mais elle n’a pas forcément de fonction en elles et elle a la forme grammaticale qui serait la sienne en leur absence. Sa catégorie peut conditionner certaines dépendances (un nom peut avoir une relative pour dépendance : un verbe ne le peut pas). La fonction dans l’unité supérieure qui peut être associée à cette catégorie est aussi celle de toute l’unité qu’elle domine (un adjectif a une fonction adjectivale ; un syntagme adjectival de même). Quand la catégorie permet que l’unité occupe plusieurs fonctions dans l’unité supérieure (un syntagme dont la tête est un nom est sujet, objet d’une proposition, complément d’une préposition, etc.) la tête est susceptible de porter seule une marque de cette fonction. Dans une telle perspective une unité d’un certain rang n’est autre qu’une unité de rang inférieur enrichie de dépendances qu’elle transcende et la hiérarchie tête - dépendance, interne aux unités, fonde l’échelle des rangs qui hiérarchise les unités entre elles.3  

6En postulant l’autonomie de la forme syntaxique vis-à-vis du sens différentes versions du structuralisme et de la grammaire générative ont fourni des descriptions rigoureuses et riches des unités grammaticales, où ce qui précède puise. Toutefois les règles formelles établies ont une face sémantique et la hiérarchie tête  - dépendance correspond à une relation support - apport. Dans le syntagme complexe the house by the river la modification by the river est un simple apport pour la tête, qui donne la référence principale de l’unité ; si ce syntagme est sujet d’une proposition et reçoit un attribut celui-ci s’applique à cette référence-là non à celle de river (the house was old / *shallow). Si la syntaxe a du sens, une déconnexion est possible entre ce qu’elle signifie et ce qu’on comprend. On étudie le « sens de la syntaxe » dans des énoncés littéraires. À des relations sémantiques indépendantes montrant des hiérarchies la syntaxe ajoute ses propres relations et hiérarchies sémantiques en fonction d’une visée de discours ; mais le travail du sens ne s’arrête pas à la forme qu’elle produit, car elle n’empêche ni la sous-détermination ni l’ambiguïté.

72. Le premier paragraphe du roman de William Faulkner Sanctuary (1931) est :

From beyond the screen of bushes which surrounded the spring, Popeye watched the man drinking. A faint path led from the road to the spring. Popeye watched the man — a tall, thin man, hatless, in worn gray flannel trousers and carrying a tweed coat over his arm — emerge from the path and kneel to drink from the spring.

8La première phrase illustre la hiérarchie tête-dépendances.

9Dans cette phrase la séquence avant la virgule pourrait être un énoncé, en réponse à une question Where? présupposant le reste de la phrase, mais elle ne peut pas être une phrase. C’est cependant une unité syntaxique, qui aurait pu être postposée ou insérée après le sujet sans que cela ne change sa référence ou celle de la phrase.

1a From beyond the screen of bushes which surrounded the spring, Popeye watched the man drinking.

1b Popeye watched the man drinking from beyond the screen of bushes which surrounded the spring.

1c Popeye, from beyond the screen of bushes which surrounded the spring, watched the man drinking.

10C’est un syntagme prépositionnel ayant, typiquement, une fonction dans une unité supérieure et constituant une dépendance. En 1a ce syntagme antéposé suppose et annonce donc cette unité ; sa mobilité et la séparation de la virgule signifient qu’il a une fonction adverbiale de modification : c’est un circonstant de lieu dont l’apport est facultatif. La séquence Popeye watched the man drinking en revanche pourrait constituer seule la première phrase du texte ; c’est à elle que le syntagme prépositionnel se rattache. Chacune de ces unités est hiérarchisée et la relation s’établit entre leurs têtes.

113.1. Popeye watched the man drinking est une unité syntaxique où une proposition, dont le verbe est drinking, a une fonction dans un constituant nominal d’une autre proposition dont le verbe est watched. La tête de cette « phrase complexe » ne saurait être dans la première proposition, qui est « subordonnée » ; elle est dans la « principale », dont un constituant inclut la subordonnée. Il y a cependant deux candidats : le verbe et le sujet ; on fait l’hypothèse que ce sont deux têtes légitimes, les unités d’une proposition s’organisant en deux hiérarchies sans contradiction.

  • 4  Ce n’est pas la capacité d’établir une relation qui définit un procès (certains procès ont un seul (...)

121) Une proposition est une unité grammaticale ayant canoniquement d’autres unités pour parties. Ces dernières réfèrent, mais le tout de la proposition a sa propre référence, qui inclut celle des parties, et qui est un procès inscrit dans le temps.4 Dans notre principale un unique acte de perception réunit dans les rôles (fonctions) sémantiques qu’il implique les personnes distinctes désignées par les deux syntagmes nominaux. Ce procès est la référence propre de la proposition.

13Un verbe est une partie du discours réservée aux procès. Cette règle sans exception (si verbe, alors procès), est sémasiologique. Elle n’implique pas une règle onomasiologique inverse selon laquelle un procès devrait être signifié par un verbe (*si procès, alors verbe) ; un procès peut être signifié minimalement par une préposition, ou par un nom, partie du discours dont la « spécialité », au contraire du verbe, est de pouvoir identifier n’importe quoi. De ce fait un locuteur a le choix et il emploie le verbe quand le procès est signifié par une « proposition », unité supérieure où il peut n’être subordonné à rien et être promu énonciativement. Dans une proposition canonique un verbe, seul de sa catégorie et obligatoire, est donc tête : il signifie le procès généralement ; les syntagmes nominaux  référant aux participants, en s’attachant à lui, construisent l’image d’une occurrence de procès particulière, dont l’existence est affirmée, niée ou questionnée. Dans la principale, et la phrase complexe, étudiée, watch est ainsi tête et les syntagmes référant à l’expérient et au stimulus de la perception sont ses compléments logiques. Toutefois l’un n’a pas une grammaire de complément.  

  • 5  Les participants typiques sont les « entités de premier ordre » de Lyons (1977) : des objets physi (...)

142) Abstraitement, les procès peuvent être conçus comme des lieux que les participants rejoignent le temps d’une occurrence. Mais les participants, à leur tour, sont spontanément perçus comme lieux des procès. L’expérient qui l’éprouve est le lieu de la perception watch ; un agent est le lieu de l’activité drink ; dans d’autres cas un agent et un patient sont les lieux où sont visibles la série des gestes et la série des transformations qui constituent une action ; enfin une des entités impliquées dans un procès relationnel (Halliday & Matthiessen, 2004, 210-48) possède un attribut ou une identité. On peut dire que les procès sont situés dans l’espace et dans le temps et qu’ils sont ancrés dans des participants.5

15Il y a plus ; le participant ou un des participants où le procès est ancré donne une perspective pour le comprendre et pour le définir. La perception watch se comprend en référence à la conscience, l’intentionnalité, et les buts du seul expérient où elle est ancrée : la décrire, c’est décrire ce participant au cours du procès, non le stimulus. L’événement auquel drink renvoie est visible dans deux participants dont l’un est actif et l’autre passif, mais le procès signifié par ce verbe est classé parmi les actions ou les activités parce qu’il est défini à partir du seul agent. Cette définition décrit ce que fait celui qui boit  non ce qui arrive à ce qui est bu. Ce procès implique un point de vue privilégié ; il semble en outre qu’aucun procès signifié par un verbe courant ne conceptualise l’événement drink du point de vue du patient (cf. Cotte, 2005).

16La vérification à grande échelle que nombre de procès sont dans la perspective des personnes et que d’autres perspectives sont négligées grossirait peut-être le dossier de « l’Homme dans la langue » et de l’énonciation. L’important ici est que ces perspectives sous-jacentes sont synonymes de hiérarchie. Le participant qui donne la perspective du procès est tête ; le procès, qui lui est relatif, est sa dépendance. Cette hiérarchie n’est pas en conflit avec la précédente.  Qu’une entité soit prise pour point de référence et pour cadre pour construire la notion d’un procès ne peut interdire qu’elle y ait une fonction.

  • 6  Synonyme de promotion, le sujet reçoit aussi les participants autres s’ils sont promus énonciative (...)

173.2. La relation support-apport interne au procès inscrit une « prédicativité » dans le verbe le signifiant, et la proposition, qui développe le verbe, comporte une « prédication ». Le participant privilégié y est signifié par le « sujet », qui a des traits caractéristiques des têtes : il est unique quand plusieurs objets peuvent exister, il est obligatoire en proposition indépendante ou principale et il ne prend pas de cas ou de connecteur qui indiquerait une dépendance ; il ne marque pas dans sa grammaire qu’il est complément, afin d’être lui-même tête.6 Le procès-apport est le reste de la proposition : le « prédicat ».  

18Ainsi deux hiérarchies existent dans la proposition. Le verbe commande une hiérarchie logique qui range les parties (les participants-dépendances) sous le tout (le procès-tête). À cette « hiérarchie du tout » le sujet oppose une « hiérarchie de la partie », où une partie est tête du tout auquel elle appartient cependant. Cette hiérarchie qui appréhende le tout (le procès, la situation) à travers la partie (le participant), peut paraître paradoxale, mais elle reflète l’expérience, comme acteur ou comme spectateur, et elle traduit la subjectivité, l’englobement par le sujet conscient du monde où il est.

  • 7  L’analyse n’implique pas que l’énonciation d’une proposition doive être « catégorique ». Le caract (...)

19La hiérarchie du verbe se réalise grammaticalement dans le prédicat, unité dont la tête est le verbe et dont les dépendances, qui sont marquées comme telles, sont des compléments ou des modificateurs. Le prédicat est le syntagme verbal de la grammaire générative ; du sujet tête il est l’unique dépendance. Qu’il soit dépendant signifie que la hiérarchie du sujet prévaut et contient la sienne. Puisque le sujet développe une propriété des procès on peut cependant appeler « proposition » l’unité syntaxique qu’il domine.7  

20Une chose distingue la proposition : l’apport de la dépendance (qui est une modification) est logique, mais il n’est pas intégré : le prédicat n’est pas inclus dans le syntagme du sujet. Cet apport est l’objet du jugement modal et la proposition est divisée.

21Dans la phrase de Faulkner le sujet et le verbe sont donc première et seconde têtes de la proposition principale ; on parlera de la modification de leur procès par le syntagme prépositionnel.

224.1. Dans cette phrase le complément référant au stimulus de la perception (the man drinking) montre une proposition dont drinking est le verbe. C’est que l’objet du procès watch, à la différence de ce que pourrait être celui de look, est ici un comportement. Dans ce complément le verbe peut cependant manquer sans que le stimulus – watch oblige – ne change de nature (watch the man = watch the man do this or that). Le fait que seul the man soit obligatoire signifie que la séquence the man drinking n’est pas, après watch, une proposition au gérondif, comme elle peut l’être après d’autres verbes (I don’t mind / want the man drinking here) mais un syntagme nominal. Man est la tête ; drinking est une proposition participiale subordonnée réduite à sa propre tête verbale, dont le sujet non réalisé est coréférent de man. Rien n’impose qu’une entité participe à un seul procès ; au contraire nous croyons qu’elle a une existence indépendante et qu’elle peut être dans une infinité de procès ; nous nous savons libres aussi de parler à son propos sans restriction. L’homme référé dans le texte est donc stimulus de la perception watch et agent du procès drink ; dans le premier paragraphe il a toujours le premier de ces rôles tandis que changent les procès dont il est le lieu.

23La proposition participiale modifie man. Les propositions relatives modifient aussi ; 2a est déterminative et 2b appositive :  

2a Popeye watched the man who was drinking

2b Popeye watched the man, who was drinking.

2c Popeye watched the man drinking. (phrase du texte)

24Des différences se constatent.En 2a le procès de la relative identifie, avec le nom man, le référent tête du syntagme en contribuant à le rendre défini (des personnes buvaient, l’une était un homme ; des hommes étaient là, l’un buvait  the man who was drinking). Sa raison d’être étant cette identification, il n’est pas forcément interprété comme (principale) cible du regard ; celle-ci peut être la personne du référent ou d’autres aspects de son comportement. En 2b le procès de la relative est sans rôle dans l’identification de la tête du syntagme : l’homme a été identifié avant d’être observé. On peut comprendre que deux observations se suivent : l’homme est observé quant à sa personne ou son comportement ; à cette occasion son activité est découverte et observée (focalisée) à son tour. En 2c comme en 2b la subordonnée ne contribue pas à la détermination définie ; le texte apprend que l’homme est déjà identifié quand on le regarde boire. Cependant cette observation n’est pas en deux temps : appréhendé comme agent dans l’acte, l’homme est observé uniquement dans l’accomplissement de drink.  

25Le fonctionnement de la participiale l’explique. Quand une relative canonique est construite, le verbe drink est conjugué, fût-ce à l’aide d’un auxiliaire, et il est apport d’un sujet, réalisé pronominalement ou non, à l’intérieur de cette proposition. Son procès n’est pas un apport direct pour la tête du syntagme, et il tend à être observé secondairement (dans la déterminative), ou en second (dans l’appositive), quand le stimulus est objet du regard. Avec une participiale, le verbe, sans conjugaison ni sujet réalisé, ne se rapporte pas à l’intérieur de sa proposition, et il se rattache directement à la tête du syntagme. Quand le référent de cette dernière est regardé, le procès donné avec lui est observé sans délai et tout autant. Dans la participiale, le participe présent signifie l’inaccompli et la concomitance de l’observation et du procès observé comme il peut le faire ailleurs ; toutefois la promotion du verbe décrite est aussi celle de l’aspect : ces valeurs sont au premier plan en 2c.

26Au total the man drinking reproduit la structure de la proposition the man was drinking : dans sa tête et sa dépendance aussi sont les références à l’agent et à l’activité. Mais ce syntagme présente une structure plus intégrée. Dans la proposition la dépendance du prédicat vis-à-vis du sujet est logique, mais le sujet et le prédicat restent des unités syntaxiquement distinctes : le second n’est pas une partie du premier et son apport, la « prédication », est objet de jugement. Ce qui caractérise the man drinking est une subordination réalisée, où l’apport (drinking) est devenue une partie de son support et n’est pas en débat. Dans cette unité la séquence the man n’est pas un syntagme comme elle l’est dans la proposition ; elle est seulement le début d’un syntagme gouverné par man, qui inclut drinking. Cette proposition sans marque temporelle, à la différence de was drinking, ne situe pas son procès dans le temps ; ainsi l’ancrage au participant privilégié joue et elle se subordonne à man. Dans une perspective génétique le syntagme est la conséquence de la proposition ; il est la forme, forcément nominale, que prend le sujet de la proposition après la prédication, quand il a reçu l’apport du prédicat et que la hiérarchie du verbe est complètement subordonnée.

  • 8  Une chose est le procès présupposé ; autre chose est sa participation comme stimulus au procès wat (...)
  • 9  Un procès présupposé est seulement dépendant dans une unité supérieure, mais tout procès dépendant (...)

274.2. Une partie du sens de Popeye watched the man drinking est implicite, que l’implicite soit surdétermination ou sous-détermination (Fuchs, 1996, 14-23). La vérité de the man was drinking est présupposée ; elle est une condition pour que la phrase ne soit pas absurde. Elle reste en cas de négation ou d’interrogation de Popeye – watched – the – man – drinking (surdétermination): 8 9

3a Popeye did not watch the man drinking.

3b Did Popeye watch the man drinking ?

28À côté de cette surimposition sémantique une sous-détermination concerne the man. Le défini implique la familiarité et l’unicité : l’homme a été observé avant qu’il ne boive et il est le seul homme ayant certaines propriétés et faisant certains gestes dans la situation. Mais l’homme est défini dans l’esprit de qui ? Qui intrigue-t-il ? Popeye, dont la pensée serait rapportée d’un point de vue de première personne ? Le narrateur, qui décrirait par ailleurs ce que fait Popeye d’un point de vue de troisième personne ? L’un puis l’autre ? Rien n’est exclu ; le texte offre ces possibilités ; au-dessus du sens et dans sa continuité, leur parcours délimite le périmètre d’une interprétation qui advient grâce à elles.  

29Le nom Popeye signifie « l’œil arrondi, l’œil qui sort ». Le premier procès dont celui qui le porte est l’ancrage et le participant privilégié est bien watch. Observer, c’est mettre dans sa perspective, instituer objet de conscience, rapporter à soi. Cet acte comporte sa hiérarchie ; celle de la syntaxe s’y superpose ; cette convenance est expressive à bas bruit.  

305.1.1. Le syntagme prépositionnel from beyond the screen of bushes which surrounded the spring est circonstant de lieu ; il localise l’occurrence de watch signifiée par la phrase complexe. Plusieurs entités de premier ordre y sont référées : une source, de la végétation, de l’espace. Chacune pourrait être le lieu du procès, mais le syntagme, en les situant entre elles, les hiérarchise sous l’espace désigné par beyond (cf. 5.3.) qui est ce lieu.

31Nous pensons peut-être que la source est le lieu du procès subordonné drink. Mais cette localisation n’est pas signifiée ; dans le syntagme l’unique fonction de the spring est de localiser une autre référence (bushes) afin que soit construit le repère du seul watch. The spring garderait ce rôle en l’absence du procès subordonné ou si la participiale comportait une localisation différente.

4a From beyond the screen of bushes which surrounded the spring, Popeye watched the man.

4b From beyond the screen of bushes which surrounded the spring, Popeye watched the man drinking somewhere near the road.

  • 10  La deuxième phrase A faint path led from the road to the spring étend la perspective au sentier et (...)

32Nous avons l’idée de ce rapport, que le texte confirmera, parce que le genre du texte littéraire aime les correspondances et que la phrase de Faulkner y invite. Les deux parties montrent une structure hiérarchisée complexe que le linéaire déroule de la tête jusqu’à l’élément le plus subordonné. Ce parallélisme syntaxique incite à envisager, entre les éléments les plus subordonnés des deux hiérarchies (the spring et drink) un rapport identique à celui établi grammaticalement entre les sommets (beyond et watch) ; d’autant plus que les éléments sont liés par le signifié et par le signifiant (allitération et assonances). Ces correspondances replient la phrase sur elle-même : le texte décrira un face-à-face dans un champ clos.10

  • 11  La phrase 4b montre qu’un circonstant peut localiser drink dans la participiale. Mais l’antépositi (...)

335.1.2. La position canonique d’un circonstant dans une proposition est après le complément d’objet (cf. 1b supra). Dans la phrase de Faulkner le syntagme prépositionnel a une position non canonique, avec un effet de mise en scène déjà mentionné. Une modification est un apport pour une tête ; si elle est marquée comme telle et première dans le linéaire, elle pointe nécessairement vers une position d’après où est la tête supposée ; ainsi elle s’efface, focalise le procès et donne une dynamique au texte. Une telle « présentation » est caractéristique des descriptions qui posent les procès sans les modaliser ; elle ne serait guère compatible avec une négation ou une question.11  

34L’antéposition rend sensible l’incidence du circonstant à son support, mais considérons la localisation rapportée.

355.2.1. Une localisation prend une entité pour repère ; elle lui rapporte une autre entité, qui est considérée dans sa perspective, et elle évalue ce rapport selon différents paramètres. Elle hiérarchise les mêmes références que la modification, mais chez elle c’est la partie de l’espace référée dans le circonstant qui est repère tandis que le procès tête est repéré. Il convient donc de distinguer les opérations du circonstant et de les articuler. Le repérage situe le procès relativement à une partie de l’espace prise pour point de référence afin de construire une localisation ; ensuite la modification rapporte cette localisation au procès, qui est indépendamment tête de la proposition. Dans la phrase la hiérarchie du repérage, qui figure dans la dépendance, est ainsi subordonnée à celle du verbe.

36L’analyse implique que les entités ont des statuts différents dans les deux opérations et que ces statuts sont hiérarchisés différemment dans la phrase. Le procès est dépendant du repère dans la localisation, mais il est tête dans la modification et ce statut prime dans la phrase. L’autre entité est point de repère d’un côté, mais de l’autre elle est une partie de la modification, référée seulement pour sa contribution à la localisation du procès. Une autre implication de l’analyse est génétique : seule une localisation préconstruite peut modifier le procès tête de la phrase.

37Maintenant, à côté des hiérarchies sémantiques envisagées jusqu’ici existe une hiérarchie pragmatique où le « thème » et le « rhème » sont support et apport. Dans une phrase la position initiale est typiquement celle d’un thème. Canoniquement elle est occupée par le sujet, tête sémantique de la proposition, mais il est possible qu’un circonstant l’occupe non canoniquement pour que la hiérarchie du repérage qu’il implique soit promue. Ainsi dans la phrase de Faulkner l’antéposition ne sert pas seulement à la présentation du procès et au démarrage du texte, elle souligne le repérage ; d’ailleurs le circonstant identifie longuement le repère avant le procès, plus simple, qui apparaît rapporté strictement à son cadre. Ce mouvement centripète est contraire à celui montré plus haut et le circonstant antéposé apparaît ambivalent sans contradiction logique ; le lecteur perçoit une tension entre les deux orientations, qui sont cependant fidèles au sens. Notons enfin que l’antéposition convient au caractère préconstruit du repère : quand le texte débute le procès est avant en genèse ; il est après dans le linéaire et la phrase revient à son commencement.  

385.2.2. La subordination de la localisation à la modification explique une propriété grammaticale de la préposition qui introduit le circonstant.

39Parce qu’elle signifie, comme certains verbes, une unique relation entre deux entités dans des rôles qu’elle prévoit (repère et repéré), une préposition est tête et ce qui en dépend est complément. Cependant elle possède un seul complément : la référence au repère, quand elle devrait en avoir deux. C’est que la syntaxe ne traduit pas seulement, ni prioritairement, la localisation, mais son aboutissement, la modification du repéré. Celle-ci suppose une structure tête-dépendance, où le repéré est tête car le repérage est appréhendé dans sa perspective.  On a vu qu’une tête n’est cependant pas marquée grammaticalement comme telle et que c’est la grammaire des dépendances qui indique ce qui est subordonné et ce qui est tête. Le syntagme prépositionnel signifie donc sa propre dépendance, à l’instar de la participiale en 4.1., en ne contenant aucune référence au repéré qu’il implique pourtant. Se privant d’autonomie référentielle, il se rattache à l’élément du contexte qui réfère à celui-là, et il se constitue en apport pour lui. La structure tête-dépendance produite proclame la subordination du repérage, puisque le syntagme nominal signifiant le repère y est l’élément le plus dépendant et que l’unité syntaxique signifiant le repéré n’apparaît pas dans la dépendance. On note aussi que si la connexion de la dépendance à la tête s’opère comme il est indiqué, la préposition n’en est pas responsable elle-même et n’est pas un connecteur.

40En réfléchissant à partir de la relation logique de repérage signifiée par la préposition, tout se passe comme si le repéré, qui est une dépendance de cette dernière, ne marquait pas ce statut pour être tête et pour que le repérage soit interprété de son point de vue, comme une modification. Dans la proposition aussi un complément sort de la hiérarchie du verbe où il a un rôle pour être sujet à la tête d’une autre hiérarchie, où la première a une fonction. La différence est dans le contraste entre la première hiérarchie et la seconde chaque fois. Dans la proposition le contraste est moyen : à l’actif ce qui est sujet est le participant privilégié du procès. Dans une construction comportant un syntagme prépositionnel il est fort : dans le repérage la perspective privilégiée est le repère ; ce n’est pas lui qui devient tête d’une structure où le syntagme prépositionnel est dépendance, mais le repéré ; une inversion a lieu.

415.3.1. Le complément de from est un syntagme nominal complexe (beyond the screen of bushes which surrounded the spring) dont la tête beyond désigne le lieu du procès watch. Ce syntagme réfère à plusieurs entités,  mais les relations de subordination entre ses unités construisent une unique hiérarchie, à laquelle correspond une référence unique space-beyond-the-screen-of-bushes-which-surrounded-the-spring.  

42Ces relations de subordination signifient des repérages. Dans la chaîne des repérages qu’elles forment une entité est repérée et repère : la portion d’espace signifiée par beyond repère watch, mais the screen of bushes est son repère, dont the spring est repère à son tour.  

43La localisation fait le lieu. L’espace de beyond, la végétation, la source, sont des entités de premier ordre ; ils sont lieux seulement parce qu’ils sont choisis pour localiser une autre entité. Pour être repère il n’est donc pas nécessaire d’être défini ou d’être repéré. En 5a le procès watch est localisé :

5a From beyond a screen of bushes, Popeye watched the man drinking.

44Mais il l’est moins bien par ces broussailles non situées qu’il ne l’est quand une relative les situe :  

5b From beyond a screen of bushes which surrounded the spring, Popeye watched the man drinking.

45Et une localisation meilleure encore est possible. En 5b l’article indéfini peut donner à penser qu’on découvre la végétation. Dans la phrase de Faulkner l’article défini connote au contraire la familiarité. Un lieu familier est le meilleur repère. Avec toutes ses références préconstruites et ses repérages assurés le syntagme nominal après from fait débuter le texte in medias res par le survol d’un territoire.  

465.3.2. La scène que le syntagme nominal présente est découpée dans l’espace visible. 1) Le défini de the spring signifie que la source est familière ; il implique qu’elle appartient à une situation repère également familière qu’une proposition relative pourrait dire. Sous the spring la chaîne des repérages continue nécessairement et peut-être indéfiniment. Son arrêt, forcément  sensible, indique l’intention narrative de limiter la scène à ce qui sera le champ d’une confrontation ; il préfigure aussi l’arrêt du regard sur l’homme observé. 2) L’emploi de beyond implique que les éléments de la scène sont considérés à partir de la source. Leur parcours depuis la source trouve l’écran des broussailles, puis l’espace adjacent. Beyond fait commencer cet espace aux broussailles, mais il ne lui reconnaît pas d’autres limites, si bien que le parcours est un éloignement sans perspective d’arrêt. From signifie aussi l’éloignement, à partir d’un point, mais celui de beyond ne demande pas de renfort.Ilinaugure donc un mouvement en sens inverse. C’est l’arrêt du mouvement de beyond, le retour à the spring. Le point où commence ce retour est l’autre limite de la scène.

47La scène est structurée par deux mouvements inverses : de la source jusqu’au-delà des broussailles, puis d’un point dans cet espace jusqu’à la source. Ces mouvements sont donnés et hiérarchisés d’entrée par les deux premiers mots de la phrase, qui sont aussi ceux du roman. Le premier est signifié seulement dans le préconstruit (beyond… spring). Le second est signifié dans l’unité supérieure du syntagme prépositionnel.

48Ces mouvements sont des regards. From signifie l’éloignement d’un point. Le point est la position de Popeye ; le mouvement est le regard qui sort de lui. En tête du syntagme antéposé cette préposition contient donc en creux une petite image du procès repéré Popeye watched… signifié en tête de proposition principale plus tard dans la phrase. L’autre regard n’est pas celui de l’homme qui boit, qui regarde seulement l’eau qu’il boit, on l’apprendra. Ce peut être celui d’un observateur quelconque, adopté par le narrateur, qui construirait une image des lieux en choisissant une perspective et qui verrait toute la scène — car Popeye ne se cache pas comme impliquerait behind the screen of bushes ; il surplombe et il est visible. Les deux regards ne diffèrent pas seulement par la direction. Celui de l’observateur va de l’étroit au large (de la source au grand espace mal identifié qui l’entoure, où est Popeye) ; celui de Popeye va du large à l’étroit, de cet espace à la source ; c’est une véritable focalisation.

49Le sens est à nouveau sous-déterminé. Le lecteur peut choisir sa perspective et éprouver la scène de différentes façons. Adoptant une perspective de première personne, il peut faire sien ce regard qui sort de Popeye, viser, focaliser, se projeter jusqu’à l’homme et être source aussi. Il peut adopter une perspective latérale ; ou il peut se positionner derrière la cible du regard, l’homme qui boit ; alors il est dans le regard de Popeye et il le reçoit. Tout cela se fait sans que le sens de from (éloignement d’un point) ne change. La complexité du sens ne réduit pas l’interprétation, au contraire. Celle-ci est une énième hiérarchie où l’interprète soumet la scène à sa perspective.  

505.4.1. A l’intérieur du circonstant s’observe encore le jeu de la localisation et de la modification. Au plus bas de la hiérarchie présentée est the spring. Le défini signifie que la source n’est pas une parmi d’autres, mais unique par son appartenance à la situation de référence, qui est unique aussi par définition. Il implique une modification, ici occultée, qui résulte d’une localisation où la source est repérée.  

51La source localise les broussailles. Celle-ci pourrait aussi bien localiser la source, mais c’est cette dernière qui est choisie comme point de départ d’une exploration. Une proposition pouvant exprimer ce repérage est 6a, où l’article indéfini signifie que la végétation est découverte :

6a A screen of bushes surrounded the spring.

52Une autre proposition serait :

6b The spring had a screen of bushes around it.

53Ces deux possibilités montrent que le repérage n’est pas signifié absolument mais dans la perspective de l’une ou  l’autre des entités qu’il implique. En 6a le verbe surrounded a pour participant privilégié le repéré, qui prend la fonction de sujet ; il interprète la localisation de son point de vue comme un encerclement : comme une relation transitive où la source est objet. Pour le sujet tête de sa hiérarchie, la relation de localisation préconstruite est déjà une modification.  

54Une proposition est soumise à l’approbation. Après son affirmation, son contenu est acquis et il est intégré aux références. Le syntagme nominal the screen of bushes which surrounded the spring montre cette intégration puisque le référent tête y a pour dépendance et partie la proposition où sont signifiées la localisation et la modification. On peut considérer que ce syntagme réélabore la proposition qu’il contient (Cotte 1997, 271-302).

55Dans la phrase le narrateur ne pose pas la proposition comme en 6a, mais il la présente subordonnée à la référence et il passe sans tarder à un nouveau repérage. La référence s’y prête. Le procès qui la localise lui étant subordonné, elle n’est pas dans le rôle de repéré et elle est disponible pour un nouveau. Ensuite comme le contenu de la proposition lui est intégré, sa situation dans l’espace est certaine (le défini l’indique) et elle peut prendre la fonction repère d’autant mieux.  

56Les broussailles sont donc repère : le syntagme dont the screen of bushes est tête est le complément de la préposition beyond. Celle-ci construit, adjacent au repère, un espace ouvert et elle localise en premier la réalité matérielle recouverte par son opération ; elle signifie cette réalité par métonymie, si bien que l’unité qu’elle domine est un syntagme prépositionnel à tête intégrée. L’espace matériel désormais repéré par rapport aux broussailles peut être repère à son tour ; il localise sans précision le point impliqué par from où est Popeye.  

575.4.2. Indépendamment de la proposition relative, la séquence the screen of bushes montre une dernière hiérarchie, où screen est tête et le syntagme of bushes dépendance. Une réalité matérielle y est appréhendée de deux façons. Dans le syntagme nominal Ø bushes le nom signifie une catégorie, le nombre quantifie : la référence, actualisée, possède étendue et quantité, et l’indéfini dit l’implicite de la catégorisation portée par le nom commun : catégoriser, c’est rapporter à du même, c’est donner à entendre que ce qui est mis sous la catégorie reconnue est, par cette appartenance, comme toutes les autres références que cette catégorie identifie, qu’elle est un exemple parmi d’autres (des broussailles quelconques, comme tant d’autres). Le nom screen est au singulier. Il appréhende la référence comme une unité : les buissons se touchent et forment une seule entité, qui est toutefois discontinue. Il signifie aussi métaphoriquement que les broussailles séparent et empêchent de voir. On peut trouver surprenant que ce nom, plutôt que bushes, soit tête, alors qu’il contribue peu à l’information et qu’il est métaphorique. Sans lui le texte serait cohérent (from beyond the bushes which surrounded the spring) et il serait difficile à interpréter sans bushes? From beyond the screen which surrounded the spring). Même si screen, qui signifie la séparation, constitue un bon complément pour beyond, le contexte ne saurait expliquer cette distribution, car elle traduit une règle générale : dans de nombreux syntagmes nominaux complexes la tête signifie la forme ou la quantité de la référence, la matière étant signifiée dans la dépendance (a drop of water, a herd of cows, a number of people). Voici une hypothèse ici trop brièvement formulée. Une forme saisit le contour d’une chose matérielle, la limite où elle se distingue le plus de ce qui n’est pas elle et où elle apparaît dans sa totalité, une. Une quantité suppose aussi un parcours d’une étendue, d’une limite à l’autre, et représente un tout. La forme est la quantité disent donc le cadre ; cela peut expliquer que les signes qui les expriment soient des têtes, s’il est vrai que la tête est le cadre dans lequel une structure hiérarchisée ordonne ses parties, le fixe à quoi le reste se rattache. Dans the screen of bushes, screen est tête, non parce que les qualités exprimées par ce nom sont les premières perçues ou les plus importantes pour la communication, mais parce qu’il signifie une saisie globale stabilisante, pose le cadre référentiel.  

586. Le début du roman de Don De Lillo Underworld (1997) est :

He speaks in your voice, American, and there’s a shine in his eye that’s halfway hopeful.

It’s a school day, sure, but he’s nowhere near the classroom. He wants to be here instead, standing in the shadow of this old rust-hulk of a structure, and it’s hard to blame him…

59Malgré son aspect anodin, la première proposition de la première phrase comporte une ambiguïté syntaxique et sémantique. Dans une analyse in your voice est un circonstant de manière qui modifie speak. Il parle et quand il le fait, il parle à votre manière, avec une voix qui est aussi la vôtre, et dans sa voix il y a votre voix, vous. Dans une autre analyse in your voice est un circonstant détachable qui réfère à un procès distinct de he speaks et qui en est le repère. Quand vous parlez, quand on entend votre voix, il parle : on l’entend parler, on entend sa voix dans la vôtre. L’ambiguïté ne serait pas si in your voice était en tête, car la première interprétation serait exclue et si la polysémie de in ne s’y prêtait pas. Il reste que l’ambiguïté est là, qui convient au sens : l’américain partagé fait que vous êtes dans sa voix et qu’il est dans la vôtre. Comme dans la perception des figures réversibles — ces deux visages de profil face-à-face sur un fond blanc sont aussi le vase de Rubin, blanc sur un fond noir — on comprend l’une ou l’autre des interprétations, ou bien on comprend l’une puis l’autre en gardant la mémoire de la première, jamais les deux au même instant. Ici encore l’interprétation s’exerce librement et joyeusement dans le cadre sévère de la syntaxe.  

60Plus loin this old rust-hulk of a structure exprime une phénoménologie : la perception impressionnée de ce qui n’est qu’un bâtiment. Dans d’autres cas la même construction exprime une métaphore (a gem of a book). Ces effets sont possibles parce que la structure syntaxique a du sens et que celui-ci ne change pas. Si le syntagme nominal était une unité sans hiérarchie, dans les syntagmes cités les représentations construites, admettons pour une même référence, apparaîtraient égales ; l’esprit aurait tôt fait d’y mettre bon ordre : c’est une construction comme ceci, c’est un livre comme cela ; la phénoménologie, la métaphore, seraient perdues. Mais parce que le syntagme a une hiérarchie intangible et immédiatement reconnue, des inversions, des surprises, des effets sont possibles. On compte alors sur le fait que la syntaxe dit toujours sa vérité pour construire un discours mensonger. A la fin de cet article la syntaxe apparaît comme le fond stable sur lequel se montrent les figures du sens.

Haut de page

Bibliographie

COMTE-SPONVILLE, André, Dictionnaire philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.

COTTE, Pierre, L’explication grammaticale de textes anglais, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

COTTE, Pierre, « Réflexions sur le sujet, le thème et le cadre » in Recherches en linguistique et psychologie cognitive 21, PAUCHARD Jean et CANON-ROGER Françoise éds., Reims, Presses Universitaires de Reims, 2005, 267-282.

CROFT, William, Typology and Universals, Cambridge Textbooks in Linguistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

FUCHS, Catherine, Les ambiguïtés du français, Paris, Ophrys, 1996.

HALLIDAY, Michael, « Categories of the Theory of Grammar », Word, XVII, 241-292, 1961.

HALLIDAY, Michael and MATTHIESSEN, Christian, An Introduction to Functional Grammar, London, Arnold, 2004.

LALANDE, André, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses Universitaires de France, 1972.

LYONS, John, Semantics, Cambridge, Cambridge University Press, 1977.

Haut de page

Notes

1  En typologie linguistique une hiérarchie d’accessibilité ordonne des valeurs grammaticales, ou des fonctions syntaxiques ou sémantiques, selon le degré de leur compatibilité, apprécié à travers les langues ou les types de langues, avec quelque opération, comme la relativisation ou la passivation. Le sommet de la hiérarchie de compatibilité des syntagmes nominaux à la relativisation est sujet > objet direct > objet indirect > objet oblique ; le sujet est le plus accessible : s’il est relativisé dans une langue les autres fonctions peuvent l’être ou non ; elles le sont le cas échéant dans l’ordre dit, si bien que la relativisation de l’objet direct n’implique pas celle des fonctions inférieures, alors que celle de l’oblique implique celle de toutes les fonctions supérieures (cf. Croft, 1990, 95-123).

2  La fonction est intégrée à certains lexèmes : un adverbe a souvent une fonction de modification, en plus de sa référence, sans cas ni connecteur.

3  À la différence de la subordination décrite, la coordination ne permet pas de changer de niveau : la coordination de syntagmes d’une catégorie ne fait pas une proposition mais un autre syntagme de même catégorie.

4  Ce n’est pas la capacité d’établir une relation qui définit un procès (certains procès ont un seul participant ; d’autres n’en ont pas) mais la situation dans le temps et le fait d’être complexe cognitivement ; Lyons parle de « perceptual and conceptual constructs » (Lyons, 1977, 444).

5  Les participants typiques sont les « entités de premier ordre » de Lyons (1977) : des objets physiques dont les propriétés sont perçues comme constantes, qui sont situés dans l’espace tridimensionnel et observables publiquement. Ce sont les substances de la tradition, dont les personnes sont typiques. De telles entités conditionnent l’accès aux procès, plus complexes, qui sont des entités « de deuxième ordre ».

6  Synonyme de promotion, le sujet reçoit aussi les participants autres s’ils sont promus énonciativement, moyennant, au « passif », une complexification du verbe, qui signifie cependant le procès comme à l’actif (cf. Cotte, 1997,  77-82 et 2005).

7  L’analyse n’implique pas que l’énonciation d’une proposition doive être « catégorique ». Le caractère plus ou moins catégorique ou thétique des énoncés dépend des références nominales et de facteurs contextuels.

8  Une chose est le procès présupposé ; autre chose est sa participation comme stimulus au procès watch, qui est posée ou refusée quand ce dernier est affirmé ou nié.

9  Un procès présupposé est seulement dépendant dans une unité supérieure, mais tout procès dépendant n’est pas présupposé. Dans certaines phrases complexes une subordonnée est le dictum d’un modus signifié par la principale : le procès tête constitue une détermination modale, qui peut varier avec le mode de la principale (I suppose / think / know that it is true / I don’t think that it is true). Malgré les apparences cette fonction de la tête envers sa dépendance n’inverse ni n’atténue la hiérarchie syntaxique, qu’elle suppose au contraire. Le jugement du modus s’applique à un objet dans le cadre d’une hiérarchie verbe de jugement + that it is true, où le dictum it is true est complément, quel que soit le verbe particulier retenu. Ce dernier apporte une détermination à son complément, mais celle-ci n’est pas « grammaticale » comme peut l’être une modification ou une complémentation. Alors que les dépendances portent généralement les marques grammaticales de leur fonction vis-à-vis de leur tête, la tête ici n’a aucune marque grammaticale de sa propre fonction envers sa dépendance, car la détermination est signifiée par le lexème verbal. Parfois la détermination donnée par le verbe de jugement est marquée grammaticalement dans la proposition complément par un mode ou par un auxiliaire qui lui est accordé sémantiquement. Ces marques, souvent portées par le verbe de la subordonnée, et éventuellement obligatoires, sont caractéristiques de la subordination ; mais elles ne se confondent pas avec le contenu lexical de la proposition, qui constitue le vrai complément du verbe tête, ni, intellectuellement au moins, avec les connecteurs qui marquent la fonction complément de la proposition vis-à-vis de ce verbe. Enfin précisons qu’une tête détermine son complément, et non pas sa modification.

10  La deuxième phrase A faint path led from the road to the spring étend la perspective au sentier et à la route. Mais le sentier ne va pas à la route ; il reconduit à la source ; ce retour annule l’ouverture et conforte l’impression de clôture.

11  La phrase 4b montre qu’un circonstant peut localiser drink dans la participiale. Mais l’antéposition focalisante est impossible : *Popeye watched the man somewhere near the road drinking. La mise en scène du procès suppose que la proposition soit réalisée pleinement et qu’elle ait son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre COTTE, « Hiérarchies », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://erea.revues.org/2652 ; DOI : 10.4000/erea.2652

Haut de page

Auteur

Pierre COTTE

Université Paris-Sorbonne, CELTA, EA 3553
Pierre Cotte est professeur de linguistique anglaise à l’Université Paris-Sorbonne. Ses recherches depuis trente-cinq ans étudient la grammaire de l’anglais contemporain, en particulier la sémantique grammaticale et la relation forme-sens en syntaxe. Ses travaux ont porté et portent sur les auxiliaires de modalité, les périphrases verbales, la détermination nominale, les formes de la subordination, et plus généralement les formes syntaxiques. L’hypothèse qui fait leur unité est la motivation de la relation entre la forme et le sens. À partir des propriétés générales ou particulières des formes grammaticales ses études s’attachent à mettre au jour des opérations de pensée.
Pierre.Cotte@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org