Navigation – Plan du site
Recensions

Virginie Picquet. L’image du président

Gérard HUGUES
Référence(s) :

Virginie PICQUET, L’image du président. Ophrys ed. 2010, 365 pages ISBN : 978-2708012585

Texte intégral

1Dans cet ouvrage de 365 pages très compactes, Virginia Picquet offre un panorama vaste et ambitieux de l’image du président des États-Unis de John F. Kennedy à Barack Obama.

2L’auteure procède par classification selon des critères définis par la nature même de l’objet d’étude, et donc censés rendre compte de la complexité de la construction d’une image présidentielle dans ses multiples modes d’apparition. Ainsi, à titre d’exemple, la personnalité des présidents fait l’objet d’une analyse serrée, selon qu’elle est jugée torturée (Nixon et Johnson), charismatique (Kennedy et Reagan) ou effacée (Ford et Carter, auxquels s’ajoute G.W Bush coupable d’avoir terni l’image présidentielle, alors que son père est présenté sous les traits d’un honnête président dépourvu de toute flamboyance). Cette catégorisation ne permet pas d’intégrer le président Clinton qui apparemment ne répond pleinement à aucun des critères retenus. Une méthode similaire est appliquée à la performance présidentielle qui se décline selon succès et échecs dans les domaines de la politique étrangère et intérieure. À l’aune des réussites sur la scène internationale, Kennedy et Reagan sont tous deux, et sans surprise, portés au pinacle, tandis que Johnson est voué aux gémonies. La méthode qui consiste à découpler front intérieur et extérieur n’est pas nécessairement pertinente et si Johnson est jugé aussi sévèrement dans cet ouvrage, il conviendrait tout de même de ne pas oublier qu’il eut à cœur d’agir contre la pauvreté et la ségrégation et qu’il fut entraîné dans la tragédie vietnamienne par une doctrine qu’il hérita de ses prédécesseurs et qu’il n’a nullement codifiée lui-même. En cela, il fait tout l’inverse de celui qui l’a immédiatement précédé à la Maison Blanche. Le chapitre sur la First Lady établit formellement trois prototypes : discrètes (Pat Nixon, Barbara et Laura Bush), interventionnistes (Hillary Clinton, Rosalynn Carter, Nancy Reagan) ou discrètement interventionnistes (Betty Ford et Lady Bird Johnson). À ce propos, les pages les plus intéressantes concernent l’image renvoyée par la presse de ces Premières Dames, notamment les critiques acerbes de certains journalistes agacés de la place jugée trop prépondérante prise par les épouses de présidents. Il est à noter que l’équation président effacé/épouse interventionniste n’est pas toujours vérifiée. Jacqueline Kennedy fait l’objet, encore sans surprise, d’un traitement à part, tant elle a marqué son époque et influé sur l’image du président. Dans le chapitre IV intitulé “L’impact des médias”, l’analyse se fait plus conventionnelle et plus didactique. Utile pour des néophytes, elle n’est pas nécessairement indispensable aux développements subséquents sur la dégradation de l’image présidentielle. Faisant fi de la chronologie, l’examen procède alors par référence aux dérives constatées (impérialisme exécutif par exemple) et aux scandales qui ont émaillé la présidence américaine depuis une soixantaine d’années (Watergate, Irangate). L’inconvénient de la méthode est celle d’un relatif lissement des événements, alors que par exemple l’affaire du Watergate reste d’une ampleur inégalée dans l’histoire américaine et qu’elle a eu des conséquences gravissimes sur la pratique du pouvoir. La courbe de la dégradation apparaît continue, alors que l’on aurait tout aussi bien pu soutenir la thèse d’une courbe sinusoïdale, les temps dégradés étant suivis de salutaires restaurations. Pour cela, il eût fallu ne pas renoncer à la chronologie. De même, l’impérialisme présidentiel est-il peut-être traité avec une sévérité excessive, surtout si l’on se réfère à la période antérieure et à l’action de Roosevelt qui a étendu les pouvoirs présidentiels au nom de la nécessaire défense du peuple américain et des pouvoirs implicites qui lui étaient confiés par la Constitution elle-même. L’auteure de cet ouvrage n’a pas de mots assez durs pour qualifier, sans doute avec raison, une présidence George W. Bush frappée d’ignominie. Et le livre se clôt sur une forme de “wishful thinking”, avec l’espoir que l’image présidentielle sera définitivement restaurée par l’hôte actuel de la Maison Blanche. Le propos reste mesuré et prudent et il faudra la profondeur de l’analyse historique pour trancher définitivement ce débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard HUGUES, « Virginie Picquet. L’image du président », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://erea.revues.org/2677

Haut de page

Auteur

Gérard HUGUES

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org