Navigation – Plan du site
Recensions

Emmanuelle Peraldo. Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire

Pierre LURBE
Référence(s) :

Emmanuelle PERALDO, Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire. Paris. Honoré Champion, 2010, 499 p. ISBN : 978-2-7453-1979-1

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2008, cet ouvrage est important et novateur à plus d’un titre. Emmanuelle Peraldo y aborde en effet l’œuvre de Daniel Defoe non pas exactement par sa face cachée – malgré les problèmes de délimitation et d’attribution qu’il pose encore, le canon defoéen n’a plus beaucoup de secrets –, mais par sa face méconnue, celle des textes non romanesques qui précédèrent pour la plupart la publication de ses “romans” les plus célèbres, à commencer par Robinson Crusoe (1719) : ouvrages à teneur historique à proprement parler (The History of the Union, 1709 ; Memoirs of the Church of Scotland, 1717), mais aussi textes journalistiques (tirés de The Review, 1704-1713), ou “fictions historiques” (le mot est de l’auteur) comme The Journal of the Plague Year (1722).  Non que les romans soient absents du corpus : bien au contraire, le livre tout entier semble construit pour aboutir, au dernier chapitre de sa quatrième et dernière partie, à reposer à nouveaux frais la question de “La place de Defoe dans la naissance et le développement d’un genre nouveau : le novel” (titre du Chapitre 3 de la Quatrième partie, pp. 337-359).

2Avant d’en arriver là, l’auteur construit méthodiquement son argumentaire et son raisonnement : le cadre théorique est posé dans une solide introduction générale (pp. 11-26) ; la Première partie est consacrée aux rapports entre Defoe et l’histoire savante (“Defoe et l’histoire savante ?” pp. 27-120 ; le point d’interrogation surprend un peu), et le corpus qui y est étudié est de nature à première vue purement référentielle (entre autres, The History of the Union, 1709 ; A Tour thro’ the Whole Island of Great Britain (1724-26) ; The Journal of the Plague Year, 1722) ; la Deuxième partie s’intéresse au Defoe espion, journaliste et pamphlétaire (“‘Political insider histories” : Defoe, observateur-participant de l’histoire”, pp. 121-196) : la Troisième partie (“De l’histoire-théodicée aux histoires surnaturelles : vers un ‘mentir-vrai’ ?”, pp.197-260), paraît plus hétérogène que les précédentes, puisqu’elle associe deux premiers chapitres consacrés à  “l’histoire religieuse et théologique” (p. 199) vue par Defoe (y compris la démonologie), à un troisième, à teneur plus théorique, dans lequel l’auteur s’interroge sur le type d’histoire qu’écrit Defoe (“Histoire ou histoire (History/history/histories his story) : quelle histoire Defoe écrit-il ?”, pp. 243-258) ; enfin, la Quatrième partie conclut l’ensemble en abordant la question du “glissement de l’histoire au novel” (“Une histoire romancée : Defoe et le glissement de l’histoire au novel”, pp. 261-362), avant qu’une Conclusion générale (pp. 363-369) renoue les fils. Une série de 16 annexes de nature variée, une bibliographie considérable (près de 900 titres), et un Index complètent l’ouvrage.

3Comme l’indique le titre même de son livre, le projet explicite de l’auteur est d’étudier, non pas “Defoe et l’Histoire, mais Defoe et l’écriture de l’Histoire” (p. 19). Il n’en demeure pas moins qu’en nous faisant ainsi pénétrer dans l’atelier de Defoe, Emmanuelle Peraldo nous montre aussi par là même comment s’élabore un type de texte relevant de ce genre que l’on appelle aujourd’hui le roman, ou novel en anglais. L’auteur le rappelle dans les premières pages de son introduction générale, “l’histoire” dont il est question peut s’entendre de deux manières : soit comme l’Histoire (History), avec un -H majuscule, celle des grands événements (et c’est de cette catégorie que relève par exemple The History of the Union), soit comme l’histoire (story), ou les histoires qui concernent “des petites gens, des gens tels que ses lecteurs” (p. 20), qu’il s’agisse de personnages comme Moll Flanders ou des londoniens affligés par la peste de 1665. On comprend toutefois à l’énoncé de ce dernier exemple ce que peut avoir d’artificiel la distinction des deux types d’histoire : la peste de Londres est à la fois un événement historique au sens fort (historic), mais qui retentit évidemment, et avec quelle force, sur la vie des gens ordinaires. Ce constat est certes trivial, mais ses conséquences sont considérables dans l’ordre de l’écriture, car de même qu’il y a brouillage et interférence permanentes entre Histoire et histoire, de même le brouillage générique est permanent au sein de textes que l’on ne peut classer de manière univoque dans la catégorie de “document historique” d’une part, ou dans celle de “texte littéraire” d’autre part (p. 21). Pour Emmanuelle Peraldo, “récit référentiel et récit fictionnel échangent constamment leurs procédés” (p. 21), et l’objet de son livre est de démontrer qu’il en va bien ainsi dans la totalité du corpus considéré. Par exemple, un texte aussi purement référentiel en apparence que le Tour thro’ the Whole Island of Great Britain (1724-26) n’en est pas moins fondé en grande partie sur une “fictionnalisation des références” (p. 69 ; l’auteur emprunte cette notion à Genette) ; inversement, Robinson Crusoe n’est pas une simple fiction, et pour citer l’auteur elle-même : “… en réalité le Tour est un roman déguisé, et Robinson Crusoe, fonctionnant comme une allégorie politique et économique, est bien moins imaginaire qu’il ne le semble” (p. 277).  Plus encore que d’échange de procédés, on pourrait même parler d’une incubation mutuelle entre textes fictionnels et textes référentiels : c’est ainsi en tout cas qu’il faut comprendre les rapports entre Defoe journaliste et Defoe romancier (p. 171).

4On l’a suggéré plus haut : Emmanuelle Peraldo nous montre tout au long de son livre comment “s’élabore” un type de texte nouveau, sans que cela relève d’une intention délibérée de Defoe lui-même (“Il n’y pas de volonté de sa part de créer un nouveau genre” [p. 361]). Les analyses approfondies qu’elle conduit du rapport entre les deux textes consacrés à la peste de Londres, The Journal of the Plague Year et Due Preparations for the Plague (1722), sont particulièrement magistrales et mériteraient de faire l’objet d’une publication séparée. Tout au plus peut-on regretter que ce très beau livre ne soit pas toujours complètement dégagé de sa gangue initiale : les pages sur les histoires de pirates, passage obligé de la thèse, paraissent un peu minces et on pouvait sans doute en faire l’économie. On préférera conclure sur l’apport incontestable d’Emmanuelle Peraldo : la démonstration magistrale que l’œuvre de Defoe repose sur “une véritable poétique de l’hétérogène” (p. 193).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre LURBE, « Emmanuelle Peraldo. Daniel Defoe et l’écriture de l’histoire », E-rea [En ligne], 9.2 | 2012, mis en ligne le 15 mars 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://erea.revues.org/2680

Haut de page

Auteur

Pierre LURBE

Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org