Navigation – Plan du site
Recensions

John Ward, Le mouvement américain pour l'hygiène mentale (1900-1930) ou Comment améliorer la race humaine ?

Paris, L'Harmattan, 2011. 194 p. ISBN : 978-2-296-54316-4.
Sandrine PIORKOWSKI
Référence(s) :

John Ward, Le mouvement américain pour l'hygiène mentale (1900-1930) ou Comment améliorer la race humaine ? Paris, L'Harmattan, 2011. 194 p. ISBN : 978-2-296-54316-4.

Texte intégral

1Spécialiste d’histoire sociale, John Ward se propose, dans son dernier ouvrage, d’analyser l’émergence du mouvement américain pour l’hygiène mentale au début du vingtième siècle, ainsi que son influence sur le monde de la psychiatrie. D’emblée, l’auteur resitue fort justement ce courant dans une perspective évolutionniste et pose la question des affinités entre ce mouvement, ayant vocation à améliorer le psychisme de la « race humaine », et le mouvement eugéniste.

2Divisé en deux parties, l’ouvrage s’intéresse tout d’abord aux paradigmes scientifiques qui ont sous-tendu l’action du mouvement pour l’hygiène mentale, pour se consacrer ensuite à leur mise en pratique. S’il est très bien documenté et retrace de façon fort intéressante les parcours de pionniers tels que Clifford Beers, William James et Adolf Meyer, on regrettera peut-être que l’auteur ne consacre qu’un chapitre aux théories évolutionnistes ainsi qu’à celle de la dégénérescence. Ces théories, qui forment le cœur même de la pensée eugéniste, ont eu un impact important sur le développement de la psychiatrie. S’il est difficile d’apprécier la prégnance de l’idéologie eugéniste au sein du mouvement pour l’hygiène mentale, les différents exemples cités dans cet ouvrage permettent de mettre en relief les connivences qui ont parfois émergé entre les deux mouvements. Les chapitres biographiques permettent d’éclairer d’un jour plus personnel l’essor du mouvement pour l’hygiène mentale, qui a pour origine la rencontre entre le psychiatre Adolf Meyer et l’ancien malade Clifford Beers. Le parcours de ce dernier s’avère passionnant, puisqu’il fut le « premier non-médecin à jouer un rôle international sur la scène psychiatrique internationale » et œuvra tout au long de sa vie pour améliorer le traitement réservé aux malades mentaux. Le Comité national pour l’Hygiène mentale (NCMH), fondé par ces deux hommes en 1910, allait d’ailleurs dominer le monde de la psychiatrie durant la première moitié du vingtième siècle. L’analyse du système de pensée du philosophe William James est poussée et met en relief ses différents fondements.

3La deuxième partie de l’ouvrage met d’avantage l’accent sur les velléités d’amélioration de la race propres aussi bien au mouvement national d’hygiène mentale qu’à la société progressiste américaine. L’auteur évoque ainsi le principe de la sélection naturelle qui domina les travaux du psychiatre Thom Salmon, qui dirigea le service neuropsychiatrique de l’armée américaine lors de la Première Guerre mondiale. Ses études visant à classifier les pathologies des patients selon une typologie raciale sont une illustration de cette tendance de certains acteurs de l’ère progressiste à sombrer dans des travers eugénistes, et ce dans un but d’amélioration de la « race». Si John Ward met en avant le rôle du Comité national pour l’Hygiène mentale dans l’amélioration de la prise en charge des patients en postcure, il n’oublie cependant pas de mentionner le fait que les lois sur la stérilisation des malades mentaux étaient alors en vigueur dans de nombreux états et constituaient un mode de traitement de la maladie mentale accepté par le plus grand nombre. Le chapitre relatif à l’éducation permet de mettre en avant les ambiguïtés d’un mouvement qui militait à la fois pour que le développement et l’épanouissement de l’enfant deviennent une priorité, tout en reprenant des principes d’eugénisme positif dans ses discours sur l’éducation sexuelle. Le dernier chapitre de l’ouvrage évoque le rôle indéniable de la psychiatrie dans la reconnaissance de la nouvelle profession de travailleur social, ainsi que de son enseignement au niveau universitaire. L’auteur conclut que si le mouvement pour l’hygiène mentale a effectivement eu pour ambition l’amélioration de la « race humaine », il s’est appuyé pour ce faire sur « un eugénisme tempéré par plusieurs garde-fous ». L’auteur évoque des particularités propres à ce mouvement pour expliquer le fait que la psychiatrie américaine ne sombra jamais dans le totalitarisme, mais l’on peut se demander si, comme pour le mouvement eugéniste, ce n’est pas la montée du nazisme en Europe qui mit un frein aux éventuelles visées totalitaires de certains psychiatres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine PIORKOWSKI, « John Ward, Le mouvement américain pour l'hygiène mentale (1900-1930) ou Comment améliorer la race humaine ? », E-rea [En ligne], 10.1 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://erea.revues.org/2773

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org