Navigation – Plan du site
Recensions

Liliane Louvel, Poetics of the Iconotext

Farnham, Ashgate, 2011, 206 p. ISBN: 978-1409400318.
Céline MANRESA
Référence(s) :

Liliane Louvel, Poetics of the Iconotext. Ed. Karen Jacobs, trad. Laurence Petit. Farnham, Ashgate, 2011, 206 p. ISBN: 978-1409400318.

Texte intégral

1Dans son nouvel ouvrage consacré à l’étude des relations intimes et néanmoins complexes, anciennes mais incessamment renouvelées entre texte et image, Liliane Louvel poursuit l’infini dialogue entre la littérature et les arts visuels — incluant la peinture et la photographie, mais aussi la gravure, la miniature et la cartographie. S’inscrivant dans le prolongement des ouvrages majeurs de l’auteur, L’œil du texte : Texte et image dans la littérature anglophone (1998), Texte/Image : Images à lire, textes à voir (2002), et Le Tiers pictural : Pour une critique intermédiale (2010), Poetics of the Iconotext (2011) offre une approche nouvelle, en langue anglaise, des modes infiniment variés d’insertion d’une image dans un texte littéraire. La démarche théorique et critique de l’auteur s’enrichit de références ciblées à des modèles « archéolittéraires » faisant appel à l’iconotextualité, — comme le bouclier d’Achille ou l’urne keatsienne — et donne lieu à des analyses convaincantes d’œuvres de fiction au sein desquelles se nouent ou se heurtent les liens entre le « legible » et le « visible ».

2Or, loin de considérer la coïncidence au sein d’un poème, d’un roman ou d’une nouvelle des arts littéraire et visuel sous l’angle d’une fusion homogène, ou bien de s’attarder sur la fonction illustrative de l’image, Liliane Louvel s’intéresse à la nature fructueusement oxymorique de l’iconotexte, permettant à chaque système sémiotique de conserver sa spécificité tout en créant un nouvel objet hybride et pluriforme.

3Dans Poetics of the Iconotext, Liliane Louvel oriente son analyse vers l’élaboration d’une typologie des relations entre texte et image. L’auteur s’applique méthodiquement à établir une classification des manifestations de l’iconotextualité et des degrés croissants de picturalité au sein des textes. L’ouvrage a ainsi pour enjeu de tenter de mettre au jour les infinies modalités d’apparition, d’inscription ou d’ « irruption » de l’image dans le texte littéraire — « such occurrences of word/image apparatus as are exemplified in fiction under the guise of images translated or converted into words or visible images included in a novel as a prop to fiction » (15). Les fines analyses de la description picturale dans The Portrait of a Lady, To the Lighthouse et Waiting for the Barbarians, du « trompe-l’œil » dans What’s Bred in the Bone de Robertson Davies, ou encore de l’ekphrasis dans Chatterton de Peter Acroyd, illustrent le juste équilibre entre une vision synoptique de l’iconotexte et une approche minutieuse de morceaux choisis qui porte l’ouvrage.

4Dans son étude de l’avènement du pictural au cœur, autour, ou en regard du texte, Liliane Louvel prend en compte l’image comme un faire en devenir — « the hand painting », « the image as ‘work-in-progress’ » — et comme une chose nommée, reflétée ou réfléchissante — « vision-related artifacts: mirrors, optical devices, all kinds of reflection ». Littéralement poétique, l’iconotexte est envisagé dans sa dimension événementielle — « the advent of the image as an event of the text ». Non seulement médiatrice mais aussi créatrice, l’image peut ainsi générer le récit, le stimuler et le renforcer, ou bien perturber son déroulement, en s’insinuant tel un écran ou un corps étranger dans le flux de la narration pour en suspendre le cours, afin d’ouvrir l’œil du texte mais aussi dans le texte.

5Poetics of the Iconotext se compose de trois parties, comportant chacune plusieurs chapitres, précédées d’une introduction de Karen Jacobs. L’argumentation érudite mais jamais absconde de Liliane Louvel s’articule autour d’un mouvement en trois temps, conduisant des prémices et évolutions tumultueuses de l’alliance texte/image à travers l’histoire, vers une typologie précisant les modes opératoires et les fonctions de l’iconotexte. L’élan soutenu vers un classement raisonné permet à l’auteur d’explorer les pouvoirs véritablement poétiques de l’image, de ses substituts et du « rythme pictural ».

6Dans « Part I: Text/Image: The Infinite Dialogue », Liliane Louvel s’applique à définir les concepts fondamentaux de son analyse en adoptant une démarche à la fois théorique et historique. Les définitions préliminaires incluent une réflexion sur la nature et la fonction de l’image (« What Is an Image? »), sur la notion de représentation et sur les procédés rhétoriques intersémiotiques, à la jonction entre deux arts — le figural, l’ekphrasis et l’hypotypose. Rouvrant le débat portant sur l’ut pictura poesis de Horace, puis de Lessing, et sur le Paragone de Léonard de Vinci, et dialoguant avec de nombreux théoriciens du texte et des arts visuels, de l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine, Liliane Louvel retrace et interroge, pour mieux la dépasser, la dichotomie entre les arts spatial et temporel, longtemps considérés comme rivaux.

7La deuxième partie de l’ouvrage, « Modes of Insertion of the Pictorial: A Text/Image Typology », est consacrée à l’étude des modes d’insertion des images picturales dans les textes littéraires. L’auteur examine de près les différentes modulations, productions et fonctions des iconotextes, afin d’être en mesure de répondre aux questions qui annoncent la typologie : « First, in what form does the textual or iconic image appear? Where is it located? Is it located within the text, beside the text, around the text, or outside the text? What are the referents of this image? Are they ‘real’ or not, in-between? » (55). Après avoir dressé une présentation détaillée des multiples formes d’interaction entre texte et image — de la plus discrète et élusive à la plus évidente et affirmée — Liliane Louvel précise : « The relation between the axes of the image and the text draws a curve going through suggestion, impression, indirect allusion, ‘image’ in the rhetorical sense of the term, ‘picture,’ hypotyposis, artistic arrangement, pictorial description, ekphrasis » (71). Les chapitres 4 et 5 abordent respectivement les nuances de saturation picturale au cœur des descriptions et les fonctions de l’image – informative ou annonciatrice, actantielle ou discursive, didactique ou éthique, transgressive ou poétique et, plus capitale encore, réflexive. L’image enchâssée — « The Eye of the Text » — tend un miroir au texte dans lequel se reflètent et se glosent, sur un mode analogique ou oxymorique, l’origine et l’horizon de l’œuvre, de la création artistique et de l’écriture elle-même.

8Si l’auteur s’était préalablement intéressée aux liens entre la littérature et la peinture en tant qu’« art de faire », l’ultime partie de l’ouvrage explore dans le détail les jeux inconotextuels que renouvellent à tout instant, au sein de la trame narrative et stylistique des œuvres, les références aux choses fonctionnant comme des doubles, des prolongements ou des dévoiements de l’œil et de l’image. L’auteur étudie particulièrement le rôle des miroirs et des instruments optiques — notons l’analyse finement menée de la place médiatrice et emblématique du monocle chez Wharton — et des outils de représentation en deux-dimensions que sont les photographies et les cartes de géographes. Dans le chapitre 7 « Beyond the Paragone: Towards a Poetics of Pictorial Rhythm », Liliane Louvel offre une alternative novatrice au clivage entre les arts temporel et spatial : « I propose to replace the dichotomy time or space, which is too rigid, with the coexistence of the so-called ‘arts of simultaneity’ and ‘arts of continuity’ » (171). Liliane Louvel propose trois possibilités : « the image in the text seen from the perspective of the figuration of time as it is represented through the journey of the eye or the body; the image envisaged through its relation to rhythm, or as time in the form of movement; and finally, the image as the flesh and voice of the text, a supplement of being in a synaesthetic mode » (171).

9Poetics of the Iconotext se présente ainsi comme un dialogue à plusieurs voix, autour d’un objet — d’un enjeu — central : l’iconotexte, cette zone de rencontre, de contact, de tensions et de jeux entre la littérature et les arts visuels ou graphiques. Tout au long de ce parcours, Liliane Louvel convoque certains domaines phares de sa théorie des relations texte/image exposés dans ses ouvrages et articles précédents, et fraye de nouvelles voies d’approche. Liliane Louvel dialogue également avec une grande diversité d’auteurs et d’artistes, de théoriciens du texte et/ou des arts, et de critiques — incluant, parmi tant d’autres, Aristote, Horace et Edmund Burke, M. H. Abrams, Roland Barthes, Philippe Hamon, Mary Ann Caws, Murray Krieger, Georges Didi-Huberman, ou encore Maurice Merleau-Ponty. Enfin, l’échange auquel se livre Liliane Louvel est aussi celui d’un auteur conversant avec son lecteur, comme le suggèrent les nombreuses notes, les problématiques claires et les transitions utiles, ainsi que le souci constant de la précision terminologique et conceptuelle. Loin du monologue ou de l’essai didactique, Poetics of the Iconotext constitue une subtile alliance de rigueur, d’expertise et d’audace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline MANRESA, « Liliane Louvel, Poetics of the Iconotext », E-rea [En ligne], 10.1 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/2777

Haut de page

Auteur

Céline MANRESA

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org