Navigation – Plan du site

La république en Grande-Bretagne aujourd’hui : une idée anglaise

Antoine MIOCHE

Texte intégral

1Il peut paraître y avoir un paradoxe à parler de république aujourd’hui en Grande-Bretagne en ceci que seule ou presque la Grande-Bretagne, de ce qui fut le vaste Empire britannique, est demeurée une monarchie. Des États-Unis à la Rhodésie, en passant par l’Inde et l’Irlande (à l’exception importante du nord de l’île), les anciens territoires britanniques ont opté majoritairement pour un régime parlementaire non monarchique, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande étant d’intéressantes exceptions, où les appels à la république reçoivent des échos fort divers.

2En Grande-Bretagne même, la proposition que l’idée républicaine est anglaise surprendra peut-être ceux que l’équation historique entre régime républicain et séparation de la métropole ferait plus volontiers attribuer aux Écossais des velléités républicaines — cette perception pouvant de sur­croît tirer argument des vertus de démocratie participative volontiers associées au presbytérianisme, d’une part, et au rapprochement du gouvernement et du citoyen par la dévolution, d’autre part.

3Cependant, la république en Grande-Bretagne est bien, selon nous, une idée anglaise, et nous proposons d’en apporter la démonstration par la description et l’analyse de l’idée républicaine et de ses mutations au XVIIIe siècle. De cette mutation, les quelques lignes qui précèdent donnent un aperçu en posant comme logique une équation entre république et absence de la monarchie, voire anti-monarchisme, qui n’est à l’origine que contingente et historique.

4À ce propos, on a volontiers répété la fort belle formule de Corinne Weston selon laquelle “la république est un langage, et non un programme” — formule très juste en ce sens que la république, comme le fit observer Thomas Paine (178), et comme le laisse entrevoir le discours néo-républicain contemporain sur la citoyenneté et la démocratie participative, surgi en réaction aux dangers réels ou supposés de l’individualisme libéral (Skinner passim), n’est pas nécessairement une affaire de régime. Mais le propos, en cherchant la cohésion de la république dans les fondements philosophiques afin de dénouer le lien établi entre république et projet constitutionnel précis et (notamment) laisser entrevoir ainsi une filiation entre l’Angleterre du XVIIe siècle et l’Amérique du XVIIIè, s’il rend possible en Grande-Bretagne la peinture plus exacte de la réalité du Commonwealth de 1649-1653 sous les couleurs d’un régime non-monarchique auquel l’armée et les penseurs républicains apportent leur soutien a posteriori (Morrill 22-3), n’explique toutefois pas pourquoi Paine, quoique très ouvert sur la forme du gouvernement républicain, se fait très spécifiquement le chantre de l’abolition de la monarchie. L’idée d’un discours non-programmatique ouvre en outre la possibilité à un critique comme Frank Prochaska de réduire l’idée républicaine à une rhétorique — au mieux protéiforme, au pire informe — d’opposition égalitariste, démocratique et anti-monarchiste dénuée de principes, dont il lui est aisé, compte tenu de la malléabilité présupposée de l’idée, de souligner l’absence d’assise théorique et donc d’établir la vacuité et la futilité (Prochaska passim).

5Confiner la république au domaine de la spéculation, en d’autres termes, rend d’une part incompréhensible(s) le ou les discours républicain(s) contemporain(s) et, d’autre part, fait courir le risque de vider l’idée de sa substance. C’est donc à ce glissement de l’ordre historique à l’ordre logique, à la mutation du discours républicain en programme, si l’on préfère, que nous nous intéresserons ici pour en souligner l’ancrage profondément anglais (donc, ni américain, ni français) et tirer les conséquences de cette localisation géographique.

La république et l’Union de 1707

6Il y a quelque chose de problématique à ce que le terme de republic ne semble entrer dans le vocabulaire pour désigner la forme existante ou projetée de l’organisation politique et constitutionnelle de l’Angleterre ou de la Grande-Bretagne que bien après la révolution de 1688, et ce pour désigner le régime résultant de l’alliance monarcho-parlementaire scellée alors. Ce n’est pas à dire que le terme n’ait pas cours auparavant, mais qu’il ne désigne pas alors le régime anglais, ni britannique, ou ne renvoie pas à autre chose qu’à la notion latine de res publica — chose publique, sphère publique, affaires communes intéressant l’ensemble des citoyens et, par extension parfois, cadre politique à la vie en société et en particulier, par référence à l’Antiquité ou à l’Italie de la Renaissance, régime à composante populaire fondé sur la participation démocratique à l’exercice du pouvoir. Parce que le régime instauré en Angleterre en 1649 ne parvient pas, pour reprendre l’expression d’Edmund Morgan, à inventer le peuple, ou parce qu’il n’en a pas la prétention, il se nomme lui-même Commonwealth ou État libre, et non république.

7Certes, l’on a pu parler de républicanisme à propos de la doctrine de gouvernement mixte accordant, après la restauration de 1660, une certaine prééminence au Parlement sous le règne de Charles II, et encore, fort logiquement, pour rendre compte d’une part d’expression de la volonté “populaire” pendant la crise de l’Exclusion, au sujet des manœuvres des Whigs qui cherchent en 1678­1679 à faire barrage au Catholique Jacques, duc d’York, frère de Charles II, pour la succession au trône d’Angleterre (Clark 50, 82-3; Pocock ch. 12).

8Cependant, c’est dans le sillage de la Glorieuse Révolution que l’Oxford English Dictionary recense l’adjectif republican pour la première fois — d’abord en 1689, dans le cadre de la Nouvelle Angleterre, puis en 1697 et encore 1705 dans un contexte purement anglais, où le vocable continue de renvoyer à la notion d’endiguement de l’exécutif monarchique.

9Surtout, on ne trouve là-dedans nulle description de l’Angleterre ou, après 1707, de la Grande-Bretagne comme une “république”. On demeure bel et bien dans le domaine du “langage” plutôt que de la forme constitutionnelle, réalisée ou à venir. Le phénomène s’explique au demeurant fort bien par une réticence naturelle à user du terme, opposé depuis longtemps (ne serait-ce que dans l’histoire romaine) à “monarchie”, en un temps où la priorité fut d’abord de restaurer Charles II, puis après 1688, d’asseoir le nouveau régime et de parer le risque d’une restauration catholique des Stuarts (Clark 362-63). Pareille nécessité imposait au Parlement de soutenir la monarchie et à la monarchie de se prévaloir de sa légitimité parlementaire contre les prétendants (Constant 189-93). Il faudra attendre le renversement des alignements partisans par un Bolingbroke retournant contre les Whigs leur propre discours de résistance à l’arbitraire royal au nom de l’antique constitution (Kenyon 39-41), puis l’élimination de la menace jacobite en 1746, pour que puisse s’opérer une synthèse théorique et la réconciliation des Whigs et Tories autour de l’alliance monarcho-parlementaire conclue en 1688-1689. L’héritage de la Révolution étant assumé de part et d’autre, la république devient alors respectable. On voit cette transition à l’œuvre chez le philosophe et historien écossais David Hume.

10Hume hésite, ou du moins varie, dans son usage du mot “république”. Le dernier tome de l’édition de 1778 de son histoire d’Angleterre s’ouvre sur un chapitre intitulé “The Commonwealth” (Hume, History 3), mais il y est question de “l’instauration de la république” (“settlement of the republic”) (42). De la même façon, l’index très fourni de cette histoire en six volumes (sixième et dernier tome, 551-721) ne comprend pas d’entrée sous “Republic”, bien que Hume parle volontiers de “republicans” (39-41), la rubrique pertinente étant “Commonwealth of England” (586). “République” est ici synonyme de “Commonwealth”, régime né de la dissolution du pouvoir civil et ecclésiastique, et caractérisé par la prolifération confuse des projets de société. “Chacun, nous dit Hume, avait formé le modèle d’une république ; et, si nouveau qu’il fût, ou fantastique, chacun avait à cœur de le recommander à ses concitoyens, ou de le leur imposer par la force” (“Every man had framed the model of a republic; and, however new it was, or fantastical, he was eager in recommending it to his fellow citizens, or even imposing it by force upon them”, 3) — il s’agissait, en d’autres termes, non pas d’un régime, mais d’une absence de régime.

11Dans ses essais, en revanche, le philosophe, tout en conservant du mot “république” une acception négative, lui confère aussi la fonction de rendre compte du génie de la constitution britannique. Il pose ainsi une première équivalence entre régime purement démocratique ou populaire et régime républicain (“British Government” 50) et en analyse les vices — la corruption de l’admi­nistration (“Politics” 19), l’arbitraire du pouvoir (“British Government” 52), la bellicosité à l’extérieur (“Populousness” 404), la division à l’intérieur en factions toujours prêtes à verser dans la guerre civile (406-10), l’absence de garanties pour la propriété (411-5). Mais l’explication qu’il donne à ces vices, dont il trouve principalement l’exemple dans les républiques de l’Antiquité, mais qu’il décrira plus tard, dans son histoire de l’Angleterre, comme ceux des années de l’Interrègne (ce qui justifie l’appellation de république pour le Commonwealth), l’amène à proposer une seconde définition du régime républicain. Ce qui a manqué aux gouvernements de l’Antiquité, explique-t-il, c’est un principe d’équilibre dans la constitution, une monarchie qui tempère tout ensemble la sévérité de l’aristocratie et la turbulence de la démocratie (“Populousness” 416). La vraie république est celle où règnent la liberté et l’état de droit dans une constitution mixte fondée sur la monarchie et le gouvernement représentatif (“Liberty” passim ; “Politics” 15 ; “Rise and Progress” 115-8 ; “Idea of a Commonwealth” passim). La monarchie constitutionnelle est ainsi le régime qui s’approche le plus de l’idéal de la république antique, car elle institue un gouvernement des lois et non des hommes (“Civil Liberty” 94), sans toutefois en présenter les défauts. La république devient donc l’idéal vers lequel tend la monarchie moderne, que l’on ne confondra pas avec la monarchie absolue. De cette dernière, la France est l’exemple. De la première, l’Angleterre est le modèle unique — “De toutes les nations polies et savantes, l’ANGLETERREseule possède un gouvernement populaire” (“Of all the polite and learned nations, ENGLANDalone possesses a popular government”, “Eloquence” 99). Après avoir désigné la volonté de contenir les ambitions de l’exécutif selon une logique d’opposition, l’idée républicaine renvoie donc désormais à l’équilibre constitutionnel. L’Écossais Hume nous dit que la Grande-Bretagne est une république. Il nous dit aussi que la république est britannique.

12On peut certes opposer à Hume la vision de la république selon Catharine Macaulay. Pour l’historienne, comme plus tard pour William Godwin (Godwin 1-2), la république correspond stricte­ment à la période allant de l’abolition de la monarchie à l’instauration du Protectorat (Macaulay 1-103) et se fonde, au plan constitutionnel, sur la prééminence du Parlement, dont Cromwell usurpe d’abord les prérogatives (104-235) avant que la restauration de 1660, en mettant fin à sa fragile résurgence en 1659 (Macaulay parle à ce propos de “restauration de la république”), ne rétablisse la tyrannie du pouvoir royal (236-370). Là où Hume opère un distinguo entre le Commonwealth et la république britannique, Macaulay, au contraire, établit une équation qui reprend la spécialisation du terme sous la Restauration pour désigner un régime républicain. Mais c’est, croyons-nous, une affaire de perspec­tive, de définition du point nodal de l’équilibre constitutionnel — la monarchie selon Hume, le Parlement selon Macaulay —, et non de remise en cause du cadre général de réflexion en termes d’équilibre. Un whiggisme dans la tradition Roundhead répond ici à un whiggisme Cavalier. Le républicanisme de Macaulay ne se définit pas par l’absence de la monarchie, mais par l’expression de l’authentique voix de la nation dans le Parlement, et plus précisément un Parlement à l’abri de la corruption royale. Il estime un tel équilibre constitutionnel non réalisé, là où Hume estime la république advenue, quoique appelée à évoluer (car c’est le propre d’un équilibre dynamique). Dit autrement, Macaulay aspire à rendre la monarchie plus républicaine. Pour notre propos, de surcroît, ce qui importe est que ces deux conceptions de la république soient britanniques, mais fasse appel à un référent anglais, tantôt pour le rejeter (Hume), tantôt pour appeler à un retour en arrière (Macaulay).

13Demandons-nous, à ce stade, quelles sont les conséquences de cette institution britannique de l’idée républicaine.

14En premier lieu, le processus d’accaparement de la république par l’alliance monarcho-parlementaire et son corollaire, l’Union, rend caduc le principe d’une idée purement écossaise de la république. Par contingence historique et par nécessité politique plutôt que théorique, la référence à la république opère dans un cadre élargi. Que Hume appelle “Angleterre” la Grande-Bretagne démontre, à cet égard, que le nouvel usage de “république” pour désigner la constitution britannique tire ses origines d’une révolution et d’un compromis monarcho-parlementaire d’abord anglais avant d’être étendu à l’Écosse, l’Union de 1707 ayant pour objectif principal, du point de vue anglais, de garantir les acquis de 1689 et de son prolongement, l’Act of Settlement de 1701. (C’était déjà le cas en 1652-1654, lorsque le besoin d’éviter que le trône d’Écosse ne servît à des menées hostiles à l’Angleterre inspira la première union.)

15Cette coïncidence entre la république monarcho-parlementaire et l’Union peut se prévaloir par ailleurs de qualités authentiquement républicaines, au sens de la définition d’un espace civil commun, sphère d’activité du politique, et lieu de déploiement de la volonté démocratique. Sur le plan formel, en effet, l’Union institue une participation législative au gouvernement de la Grande-Bretagne. Rap­pelons, pour mesurer le contraste, que le Commonwealth s’interrogea initialement sur l’opportunité d’une campagne militaire de conquête pure et simple, de réduction de l’Écosse selon le précédent irlandais. Il ne suffit pas de relever à ce propos que l’Angleterre de la reine Anne (1702-1714) était engagée sur le continent européen dans la guerre de succession d’Espagne et ne pouvait envisager sérieusement une conquête militaire de l’Écosse. La logique politique voulait en 1707 qu’il y eût expression d’une adhésion écossaise aux principes de l’Act of Settlement anglais, ne serait-ce que pour éviter qu’Anne ne se trouvât dans une position similaire à celle de Jacques II, mais renversée, reine d’Écosse en guerre contre ses sujets écossais en sa qualité de reine d’Angleterre, la tragique position de Charles 1er. Sur le plan étroitement politique, en outre, l’Union tempère le pouvoir royal par la séparation de l’Église (anglaise ou écossaise) et de l’État (britannique). Sur le plan philosophique, enfin, l’Union dessine une sphère commune, un espace économique, certes, mais aussi civil, britannique.

16À ce sujet, il convient d’observer néanmoins que l’Union opère le rétablissement et la consoli­dation du schéma monarchique d’institution de la nation par le souverain royal. Alors qu’en 1649, c’est la disparition de la monarchie qui impose la recherche d’une nation anglaise introuvable faute d’unité religieuse — tout comme après 1775 ce sera la rupture avec la métropole qui fournira l’élan à la formulation institutionnelle d’une nationalité américaine —, en 1688 c’est l’idée d’une nation préexistante s’incarnant dans un Parlement qui justifie la résistance au roi. Ce schéma, quand bien même s’il agit d’exercer le droit du peuple de donner congé à son monarque pour pérenniser ensuite le modèle d’institution du peuple par le monarque, est éminemment subversif de l’institution monar­chique, comme en témoignent malgré lui les explications de Burke à ce sujet dans ses réflexions sur la Révolution française (Reflections 96-119). Toutefois, ce côté républicain, déjà atténué, comme le fait valoir Burke, par le maintien du principe de succession héréditaire, est neutralisé dans l’Union de 1707, qui renverse à nouveau l’ordre d’institution, car c’est l’alliance monarcho-parlementaire qui, pour sa survie politique, institue la nation britannique. L’Union est ainsi, par nature, contraire à cet autre paradigme républicain que représente l’institution du politique par le peuple souverain. Inversement, comme on le verra, le schéma d’institution du souverain par le peuple est hostile à l’Union.

17La seconde conséquence de l’inscription britannique de l’idée républicaine telle que nous l’avons décrite jusqu’ici est l’ambition d’une ré-interprétation en termes britanniques, et non plus simplement anglais, du Commonwealth comme expérience républicaine. L’alliance monarcho­parlementaire qui forge par l’union législative la nation britannique, accapare, voire invente, la république et contraint ses opposants à un report sur le Commonwealth comme l’expression d’un républicanisme plus authentique, transition invitée par la spécialisation du terme déjà évoquée. Les tenants de la vision humienne le rejettent ; les émules de Catharine Macaulay doivent concéder que cette république-là n’est pas de l’ordre de l’existant, et recourir à un référent anglais pour appeler à son établissement. Cette mutation permettra à son tour l’émergence d’un républicanisme nourri de références aux années 1640 en Angleterre, qui sera à de multiples égards situé à la gauche du républicanisme de ces mêmes années 1640, et même à la gauche de Macaulay, et selon nous en porte-à-faux avec l’Union de par son anti-monarchisme. C’est à cette transition que nous nous intéressons à présent.

De l’Union à l’anti-monarchisme

18Du point de vue de l’étude de l’idée républicaine en Grande-Bretagne, les difficultés que soulève l’équation posée par un auteur tel que Catharine Macaulay entre république et définition parlementaire de la souveraineté et de la liberté fournissent un utile point d’entrée pour l’examen des conditions de transition vers le républicanisme anti-monarchique actuel. Ces difficultés sont au nombre de deux.

19Tout d’abord, si Macaulay suggère assurément un renversement des polarités par le postulat d’une nation constituée antérieurement à son souverain, son analyse procède aussi, par ce biais, de l’ordre établi en 1688, dont elle n’est sous ce rapport, comme on l’a déjà dit, qu’une contestation interne — à l’essai raté de 1688, à la révolution confisquée par une alliance entre le monarque et l’aristocratie, doit répondre l’éphémère réussite de 1649-1653. Le républicanisme de Macaulay s’insère, redisons-le, dans une perspective whig. À ce titre, il ne remet pas nécessairement en cause la monarchie et peut se déployer dans le cadre de l’Union de 1707.

20Si l’on veut bien admettre en outre que la réussite ainsi prêtée au Commonwealth consista moins en l’abolition de la monarchie qu’en la preuve de la plus grande éminence de la nation incarnée en son Parlement — éminence manifestée de façon tragique par la façon dont il congédia son monarque, mais dont l’essence est de pouvoir dicter au monarque sa politique —, alors le schéma de la définition parlementaire de la souveraineté rentre dans une longue tradition que l’on n’a pas coutume de qualifier de “républicaine” : celle de la lutte contre la mauvaise administration de l’exécutif que l’on reconnaît dès le XIVèsiècle dans les démêlés d’Édouard III (1327-1377) et de Richard II (1377-1399) avec leurs Parlements, et que l’on voit s’exprimer dans l’exigence des Parlements de 1376 et 1388 (que reprendront la Pétition des droits de 1628 et les Dix-neuf Propositions de 1642) de nommer tout ou partie des conseillers du monarque et de les rendre comptables devant eux de leurs actes — exigence, en d’autres termes, de ce gouvernement responsable qui prendra finalement forme entre 1782 (date de la nomination de Rockingham comme premier ministre contre les vœux de Georges III) et 1834 (date du renvoi de l’administration Melbourne par Guillaume IV, dernier renvoi par le monarque d’un gouvernement disposant du soutien d’une majorité au Parlement). La ré-appropriation du Commonwealth et sa désignation comme “république” ne semblent dès lors se justifier que par les références républicaines dont se pare l’alliance scellée en 1688 et consolidée entre 1701 et 1746 — à un régime qui se dit républicain, on ne peut opposer qu’un régime plus authentiquement républicain. La mutation sémantique s’explique par l’identification de la période 1649-1653 à un régime vraiment démocratique, le risque de corruption par la monarchie ayant été balayé, et donc à une république comme système de gouvernement non monarchique. Le républicanisme s’assimile alors à une souveraineté populaire participative (et non pas constituante) et tend à substituer la confusion entre république et démocratie à la confusion entre république et alliance monarcho-parlementaire. Cependant, la contestation est encore interne au régime. Elle est un discours d’opposition à la monarchie, mais non un discours anti-monarchique.

21On en trouve la confirmation dans la manière dont ce républicanisme entend surmonter ce qui fut la faiblesse fatale du Commonwealth, c’est-à-dire régler la question de l’unité sur laquelle se fondera le consentement populaire. La nécessité d’inventer le peuple se traduit fort logiquement par des appels à la réforme parlementaire (E. Black passim) qui ne pourront, soit dit en passant, trouver d’écho en Écosse qu’une fois passée la phase d’agitation dirigée contre le ministre écossais de Georges III, Lord Bute (Meikle xvii, 7-8) — preuve supplémentaire de l’ancrage anglais de la république. Ce réformisme, toutefois, ne se voit accoler que tardivement, par ses partisans ou ses détracteurs, l’adjectif de “républicain”. Ainsi, il est frappant de constater que les accusés des procès écossais pour sédition de 1793-1794 soient encore rarement accusés de républicanisme, et que, lorsqu’ils le sont, ce soit par une référence directe à la France révolutionnaire parfois recherchée par les accusés eux-mêmes, comme lorsqu’ils adoptent le titre de “citoyens” et apposent un sceau portant Ça ira sur leur courrier. Le Lord Advocate met le doigt sur cette référence extérieure à l’histoire anglaise ou britannique lorsqu’il déclare au cours du procès en 1794 de William Skirving, secrétaire de la Convention britannique des Amis du Peuple tenue à Édimbourg à la fin de 1793, que le but de la convention est l’émulation par la violence de l’exemple français d’“une république ou démocratie aussi sauvage, aussi cruelle, aussi despotique et aussi abominable que celle qui en ce moment-même désole la France” (“a republic or a democracy, as wild, as cruel, as despotic, and as abominable as that which at this moment desolates France”, Howell 545).

22Deux phénomènes sont remarquables dans cette référence. La première, on l’a dit, c’est que les réformistes soient rarement taxés de républicanisme, mais bien plus volontiers de sédition. Ceci s’explique en partie, naturellement, par l’état du droit invoqué par l’accusation et la défense, et la référence obligée au crime de sédition. Il est probable, cependant, que l’accusation ait souhaité ne pas s’engager dans une discussion qui l’aurait amené à considérer une tradition britannique d’appels à la réforme au nom des principes mêmes de la Glorieuse Révolution, tradition où l’on retrouve notamment Pitt lui-même (Howell 194, procès de Thomas Muir, et 834, procès de William Skirving), ami de Catharine Macaulay. Enfin, l’histoire récente apportait la preuve de l’expression extra­parlementaire d’un loyalisme monarchique et protestant, sous la forme de la Protestant Association et des Gordon Riots, qui ne permettait pas une équation simple entre démocratie et sédition.

23Le second phénomène est le silence sur la référence au Commonwealth, sauf à considérer comme telle la conviction de certains des accusés que le Parlement a été confisqué par l’alliance entre monarchie et aristocratie (Howell 2-3, procès de James Tytler ; 191-92, procès de Thomas Muir). La république est devenue quelque chose d’étranger, quand le républicanisme monarcho-parlementaire et le républicanisme oppositionnel transcendaient l’un et l’autre, selon leurs logiques respectives, les frontières intérieures à la Grande-Bretagne et faisaient du républicanisme un phénomène d’origine anglaise étendu à un cadre britannique, au sens où non seulement il se produisait simultanément de part et d’autre (ce qui est logique, puisque le Parlement et la couronne sont uniques), mais aussi recherchait une assise commune (d’où la convocation en 1793 d’une Convention britannique des Amis du Peuple).

24En d’autres termes, le problème que nous pose le républicanisme de Catharine Macaulay, c’est de comprendre à quel moment et pour quelles raisons il se mue en un républicanisme d’hostilité profonde au régime.

25Pour une part, cette mutation est assurément, comme on vient de le voir, le résultat de la Révolution française de 1789. Le terme s’accole à ce qui est fondamentalement le républicanisme revendiqué d’une Catharine Macaulay pour désigner un phénomène considéré, par un paradoxe seule­ment apparent, comme étranger. Est-ce à dire que seules les circonstances changent et produisent un certain raidissement, une radicalisation qui relèverait moins de la substance que d’une propagande hostile, d’une assimilation rapide du républicanisme à l’anti-monarchisme et donc à 1649 en Angleterre (et Irlande), mais aussi et surtout, par une prudente distanciation chronologique et géographique, à 1793 en France ? Ne peut-on observer un changement aussi dans le discours républicain, qui expliquerait que la république change de teneur dans l’esprit de ses partisans et détracteurs ?

26L’appropriation jusqu’à la veille de la Révolution française du vocable “républicain” par le discours whig, conservateur ou démocrate (rendant dans ce dernier cas possibles les sympathies initiales de l’aile whig avancée pour la Révolution), explique certes le déplacement de la critique républicaine et de la critique de la république sur le terrain de l’étranger. Mais elle explique aussi, parallèlement, un puritanisme républicain de retour à des sources anglaises, la résurgence du discours des Niveleurs — exigence de suffrage (quasi-)universel masculin, de représentation égale, de législa­tures brèves, de direction de l’exécutif par le Parlement, de séparation de l’Église et de l’État, d’égalité devant la loi (Agreement of the People, Wootton 283-5; Paine, Rights of Manpassim) — rendue possible par la définition de la république en termes de démocratie participative et la réouverture ipso facto du débat sur les contours de cette participation, débat que la définition humienne de la république dans un cadre immédiatement britannique et par le rejet des années 1640 en Angleterre avait évidemment clos.

27Outre le nécessaire décalage à gauche, sur le terrain des Niveleurs, du discours contestataire face à un régime qui a confisqué à son profit le discours de la république classique, il y a cependant d’autres facteurs dans cette résurgence d’un discours ultra-démocratique. Avant même la Révolution française, le contexte américain de lutte contre l’exécutif monarcho-parlementaire invite le recours à une rhétorique éprouvée dans une situation qui offre au polémiste une analogie avec le début du XVIIe siècle anglais. Ce même contexte américain, parce qu’il est marqué par la perception d’une spécificité américaine à partir des années 1760, sous la pression du refus métropolitain d’intégrer pleinement comme Britanniques les sujets d’outre-Atlantique, contribue en outre à inscrire dans les esprits l’idée d’une antériorité ontologique qui pousse à renverser l’ordre monarchique d’institution de la nation pour lui substituer un ordre républicain reposant sur la souveraineté nationale, encore qu’à ce stade on ne puisse parler de nationalisme américain au sens moderne, car la nation ainsi instituée est une nation d’États et n’a pas encore un fondement populaire. (Sur ce dernier point, la constitution de 1787, en créant un nouveau schéma national à double fondement de souveraineté populaire constituante, mais non participative, et de constitution écrite, ira bien au-delà des articles de confédération, qui auraient au fond permis le fonctionnement de ce qu’on n’appelait pas encore la dévolution et qui fut effectivement proposé par Pitt l’aîné antérieurement à l’éclatement des hostilités.) C’est ce qui explique que Paine apparaisse sur la scène américaine.

28Ce postulat d’antériorité de la nation était déjà posé dans la démarche des common lawyers des années 1620. Mais elle était entendue alors, différence capitale, non comme justification de la participation populaire à l’exercice du pouvoir, mais comme le moyen, par le truchement de la common law dépositaire du génie national, d’éviter précisément une opposition parlementaire vouée à une forme (peut-être inchoative) de démocratie. La nation se concevant sur le mode de la démocratie participative, les revendications de Parlements de brève durée, de suffrage universel, de tolérance religieuse, de contrôle de l’exécutif par le Parlement en découlent. Ici, l’essence participative du républicanisme de la fin du XVIIIè siècle (le réformisme d’avant 1789) rencontre la théorie de la représentation virtuelle. Le cas est intéressant en ce qu’il autorise une comparaison supplémentaire entre les États-Unis et la Grande-Bretagne en matière de relations entre Union, représentation et républicanisme.

29C’est Blackstone qu’invoque, avec Montesquieu, le Solicitor General pour la défense de Joseph Gerrald, délégué de la London Corresponding Society à la Convention britannique des Amis du Peuple, lors de son procès pour sédition à Édimbourg en 1794. Selon Blackstone, fait valoir ce juriste, la constitution britannique est fondée sur le suffrage universel, et celui-ci n’est restreint en pratique que par les contingences (Howell 875). Le propos de Blackstone est une défense de la représentation virtuelle en ce qu’elle inscrit au cœur de la constitution britannique le principe de la participation démocratique, mais en étend (sur le plan théorique) et limite (en pratique) la portée par la prise en charge symbolique des sujets qui ne votent pas, notamment ceux qui sont exclus pour motifs religieux, mais aussi les autres, par ceux qui votent. Autrement dit, la représentation virtuelle permet la constitution d’un corps politique capable de fonder le consentement parlementaire, de permettre l’inclusion de ceux qui sont effectivement exclus par crainte de fracture politique, traumatisme de l’ère cromwellienne, par la fiction de leur représentation virtuelle. Cette fiction est, quant à elle, rendue possible par l’idée même de représentation, qui suppose l’autonomie de jugement des parlementaires, par opposition à l’idée de délégation et de mandat impératif, ainsi que le fera valoir Burke en 1770 aux électeurs de Bristol (Morgan 49) et que s’en plaindra amèrement Joseph Gerrald dans son plaidoyer pour l’obtention, dans son esprit le rétablissement, du suffrage universel (Howell 816). Le réformisme de la fin du XVIIIe siècle, comme auparavant la rébellion américaine et par la suite le républicanisme des années 1790 et ce que l’on taxera de républicanisme jusqu’en 1867, s’oppose à cette représentation virtuelle. Le cas américain d’institution effective d’une république (celle de 1777) puis d’une autre (celle de 1787) contribuera à associer dans les esprits république et hostilité à la représentation virtuelle, et fournira notamment aux Chartistes le modèle d’un suffrage très tôt quasi-universel.

30Dernier facteur, la question religieuse. Dans la mesure où l’exclusion du suffrage n’a pas seulement un fondement économique et social, mais aussi confessionnel, la lutte républicaine contre la représentation virtuelle prend aussi la forme d’une exigence de séparation de l’Église et de l’État. Là encore, on rencontre un puissant écho des années cromwelliennes, la projection sur les années 1640-1660 par une théorisation ultérieure d’une cohérence idéologique originellement absente. Le républicanisme de la fin du XVIIIèsiècle, opposé à une forme de la tolérance qui n’est que la contrepartie de l’établissement d’une Église d’État, s’associe par contrecoup à la dissociation de l’Église et de l’État sous le Commonwealth et le Protectorat, au prix d’un contresens sur la réalité de la tolérance cromwellienne. La tolérance cromwellienne, en effet, est motivée par des impératifs stratégiques (la nécessité de faire barrage au maintien de la légitimité Stuart en Écosse) et politiques (la nécessité de tracer à la nation — qui doit, avec l’abolition de la monarchie, incarner la nouvelle souveraineté et exprimer par le Parlement son consentement — des contours qui lui confèrent une certaine homogé­néité). Elle est en outre destinée à neutraliser la question confessionnelle en Angleterre, mais aussi dans le cadre d’une union anglo-écossaise, pour préserver l’unité civile, comme en témoigne la réponse de Cromwell à Ludlow lui reprochant pendant le Protectorat de n’avoir pas assis son gouver­nement sur le consentement : “Où trouverons-nous, demande Cromwell, ce consentement ? Dans les rangs des épiscopaliens, des Presbytériens, des Indépendants, des Anabaptistes, ou des Niveleurs ?” (“where shall we find that consent? Among the prelatical, Presbyterian, Independent, Anabaptist, or Levelling parties?”, Hanson 334).

31Débordement par la gauche dans le débat sur l’étendue de la participation démocratique; exemples américains de résistance à l’exécutif monarcho-parlementaire, de définition d’une antériorité ontologique de la nation et de résistance à la théorie de la représentation virtuelle; enfin appel à la séparation de l’Église et de l’État — tout appelait à une appropriation de l’étiquette républicaine par le discours néo-Niveleur et à un glissement du républicanisme ainsi redéfini vers l’anti-monarchisme. La confusion créée dans le vocabulaire par la Révolution française n’aura pu que faciliter le processus.

32La transition trouve une démonstration aussi confuse qu’inattendue dans le procès de Thomas Muir. Muir, dont on notera qu’il est écossais, à la différence de Gerrald, qui apporte d’Angleterre à la Convention d’Édimbourg un discours aux accents très niveleurs, se défend d’être un propagandiste de Thomas Paine, dont les ouvrages sont à ses yeux étrangers aux objectifs de réforme constitutionnelle des Amis du Peuple en Écosse (Howell 139, témoignage de Robert Weddell ; 143-4, témoignage de Henry Freeland ; 179 ; 212).

33Paine, en effet, lui aussi anglais (en même temps, si l’on ose dire, que français et américain), porte bel et bien un programme niveleur d’hostilité à la monarchie, d’exigence de séparation de l’Église et de l’État, de lutte contre un exécutif jugé trop puissant, d’appel à un suffrage élargi et à des législatures courtes, d’égalité devant la loi.

34Or, avec l’anti-monarchisme, le républicanisme fait pour la première fois référence à un paradigme historique anglais qui pose problème dans un cadre britannique. En premier lieu, il manque singulièrement de pertinence en Écosse. En second lieu, il soulève la question des conditions du maintien de l’Union de 1707. Ceci nous amène d’abord à examiner la pertinence du paradigme anti-monarchique en Écosse. Nous nous pencherons ensuite sur les rapports de l’anti-monarchisme et de l’Union.

L’Écosse, les guerres civiles et l’Interrègne cromwellien

35On sait le rôle de catalyste que joue l’Écosse à partir de 1637 dans la crise opposant le Parlement anglais à Charles 1er. Les tentatives monarchiques d’uniformisation des Églises anglaise et écossaise poussent dans un premier temps les Presbytériens d’Écosse à former en 1637 le National Covenant pour la défense de la vraie religion. La première guerre des évêques, puis la seconde, contraignent ensuite Charles 1erà lever contre ses sujets écossais une armée pour le financement de laquelle il rappelle en avril 1640 le Parlement anglais sans lequel il gouverne depuis 1629. Ledit Parlement se montrant rétif, le roi le dissout après quelques semaines de tractations infructueuses. Bientôt des troupes écossaises franchissent la frontière et Charles convoque à nouveau, en novembre 1640, le Parlement de Westminster. De la lutte pour la définition de l’autorité politique qui s’engage alors naît la première guerre civile (1642-1646). Les tentatives d’accommodement entre Charles et les Presbytériens d’Écosse produisent ensuite la seconde guerre civile (1648) qui se conclut par l’abolition de la monarchie et l’exécution du roi (1649).

36Dans cette période de crise, l’Écosse entend d’abord préserver sa spécificité religieuse, puis cherche, par le truchement de l’Assemblée des théologiens de Westminster (1643-1647), à imposer le modèle ecclésiologique presbytérien à l’Angleterre. Toutefois, après l’échec de cette tentative de faire du presbytérianisme l’Église de la Grande-Bretagne (comme Jacques 1er déjà appelait l’ensemble de ces deux royaumes), l’Écosse se rallie à la monarchie afin qu’elle garantisse la Kirk, non plus contre l’épiscopalisme, mais contre la politique de tolérance voulue par les Indépendants de l’armée, maîtres de fait du gouvernement. C’est alors, au cours de l’hiver de 1647-1648, que les Presbytériens offrent à Charles 1erleur soutien en retour de la protection de l’Église d’Écosse. En 1649, Charles II est reconnu roi d’Écosse au moment où l’Angleterre est érigée en État libre ou Commonwealth. Après une campagne de pacification militaire, l’Écosse est réunie à l’Angleterre par le Protectorat au sein d’une union législative dessinée à grands traits dans l’Instrument de gouvernement dès 1653 et effective l’année suivante.

37L’Union est rendue nécessaire par la disparition de la monarchie, la substitution du Parlement à la Couronne appelant logiquement — sans compter les impératifs politiques et stratégiques qui, s’ils militèrent en définitive contre la conquête pure et simple, poussaient aussi au rattachement — à la recherche d’une incorporation du voisin septentrional sur le mode législatif. Or, elle est mal accueillie en Écosse.

38La déclaration du Parlement anglais en faveur de l’union avec l’Écosse est reçue avec tiédeur au printemps de 1652, comme en attestent avec tristesse les commissaires dépêchés par Londres pour œuvrer à sa réalisation (Firth 41). La tolérance de la diversité des cultes, promise par le Parle­ment en février 1652 et assortie d’une garantie de protection par le magistrat sous réserve qu’il n’y ait pas de troubles à l’ordre public, est la source de bien de l’irritation. Une controverse antérieure à la proclamation de cette politique de tolérance en illustre clairement l’enjeu. Elle oppose à partir de l’automne 1651 Sir Alexander Irvin de Drum et le Presbytère d’Aberdeen. Irvin se voit citer à comparaître devant l’assemblée, qui lui reproche une hostilité manifestée publiquement au presbyté­rianisme. Irvin refuse de comparaître en invoquant un ordre donné par le général Monk à Dundee le 6 octobre 1651, qui enjoint à tous les ministres et officiers de la Kirk de n’exiger aucun serment ou covenant sans l’autorité de l’État d’Angleterre. Le modérateur d’Aberdeen rétorque que faire appel du jugement d’un tribunal ecclésiastique devant une juridiction ou un magistrat civils va non seulement à l’encontre de la parole divine, qui a établi la distinction entre le gouvernement civil et le gouvernement des affaires ecclésiastiques, mais constitue un cas d’érastianisme (348-54).

39De fait, pour un critique tel que le comte de Loudoun, reflétant une opinion largement partagée, le projet d’union manifeste une volonté délibérée de mise à l’écart de la Kirk et un érastianisme anglais d’inspiration parlementaire, que confirme le procédé retenu par l’Angleterre pour les négociations : l’élection par les comtés écossais de commissaires habilités à traiter en Angleterre avec le Parlement de Westminster, c’est-à-dire un dialogue diplomatique où le Parlement écossais, et donc l’Église d’Écosse, n’ont pas leur part (208-13). Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que ceux-là seuls accueillent le projet d’union avec empressement, qui souhaitent contrecarrer l’influence de l’Église presbytérienne, c’est-à-dire les royalistes (xxv-xxvi).

40On voit donc que le Commonwealth en Écosse se caractérise certes par l’abolition de la monarchie, mais par le fait du Parlement anglais, pour des raisons politiques et stratégiques propres à l’Angleterre, et par l’institution de la tolérance religieuse accompagnée d’un érastianisme britannique, adjectif par lequel nous entendons une soumission du pouvoir ecclésiastique au pouvoir civil qui s’exerce certes dans l’ensemble de la Grande-Bretagne, mais qui est lui aussi d’origine extra-écossaise. En résumé, qu’il s’agisse de suppression de la monarchie ou de séparation de l’Église et de l’État, l’Écosse subit. A contrario, la politique de tolérance de Jacques II, puis l’établissement de la Kirk en 1690 par Guillaume d’Orange, seront le gage d’un attachement significatif à un système monarchique, auquel se ralliera en outre l’opposition légitimiste après 1689, de sorte que les deux principales dimensions politiques de l’anti-monarchisme et de la séparation de l’Église et de l’État seront absentes en Écosse, si l’on veut bien faire ici abstraction du phénomène des Covenanters, au demeurant ambigu, car ce courant d’opposition vise bien plus à séparer l’Église et la Couronne, que l’Église et l’État. Ce n’est pas à dire qu’il n’existe pas en Écosse de pensée républicaine, mais que le républicanisme britannique est en fait anglais.

L’anti-monarchisme et l’Union aujourd’hui

41L’alliance monarcho-parlementaire institua presque simultanément l’Union et le vocabulaire républicain. L’Union est l’espace où s’inscrit le débat républicain, de sorte que la réflexion ou le débat sur l’Union sont toujours une réflexion ou un débat sur la république et inversement.

42Après 1746, le républicanisme est pensé en termes britanniques, qu’il s’agisse du républica­nisme de l’alliance monarcho-parlementaire enfin consolidée dans l’ensemble de l’île (celui de Hume), du républicanisme d’opposition (celui de Catharine Macaulay ou des United Scotsmen jugés pour sédition à Édimbourg en 1793-1794), ou du républicanisme d’un Thomas Paine, mais il est toujours pensé selon un paradigme anglais — celui de 1688, celui de 1649-1653, ou celui des Niveleurs de 1647 et du contexte politique des années 1640-1660 plus généralement. Ceci emporte des conséquences pour les chances du républicanisme anti-monarchique en Écosse.

43Les trois paradigmes anglais pensent la république sur le mode de la participation plus que de la souveraineté, ou, si l’on préfère, il pense la souveraineté comme participation à l’activité du gouvernement par le biais de la légitimation des actes et politiques mêmes du gouvernement, et non pas comme acte fondateur des règles de gouvernement. En Écosse, ce républicanisme comme démocratie participative est aujourd’hui réalisé ou neutralisé, selon les points de vue, par la dévolution, qui rapproche le gouvernement du citoyen. La dévolution, en outre, est pour ainsi dire la version séculière de la séparation des Églises — le gage de la protection contre le gouvernement par et depuis Londres, c’est-à-dire non pas une innovation préfigurant la naissance d’une république d’Écosse, mais un ajustement de l’Union. La dévolution, enfin, fait droit au républicanisme entendu comme institution du politique par la nation préexistante.

44Le républicanisme comme anti-monarchisme, pour ce qui le concerne dans sa singularité, rencontre en revanche en Écosse une difficulté qu’il lui faut, pour réussir, surmonter. Le républica­nisme comme anti-monarchisme, en effet, a pour corollaire nécessaire une redéfinition des fondements de l’Union, pouvant aller jusqu’à défaire le processus de 1707 dès lors que l’on fait disparaître le lien dynastique et que l’on fait par ailleurs valoir que l’Union, depuis le XVIIIe siècle a beaucoup plus reposé sur une intégration économique (Murdoch ch. 6) et que les bénéfices de l’Union sous ce rapport font l’objet depuis la fin de la seconde guerre mondiale d’une régulière remise en question (Weight 122-4, 403-11).

45Mais les obstacles sont nombreux :

  • faute de se penser, comme dans le modèle américain, sur le mode de la souveraineté constituante, de l’égalité de représentation et de l’incorporation territoriale — ce qu’il ne souhaite pas, car notamment, ce type de souveraineté limiterait la souveraineté parlementaire instituée sous le gouvernement responsable (Smith 65, 90) —, il ne saurait proposer à l’Écosse dans le cadre d’une république de Grande-Bretagne d’avantages qu’elle ne possède déjà dans la république monarchique de Grande-Bretagne, et pourrait fort bien lui en ôter certains, dont il sera question ci-dessous. Cela est d’autant plus vrai que l’indépendance ne nécessite pas la suppression de la monarchie, à moins de vouloir, comme c’est le cas en Australie ou au Canada, régler une question identitaire par la désignation d’un chef d’État citoyen du pays et par le rapatriement de la constitution afin de faire coïncider le peuple et le gouvernement, mais aussi les contours du territoire et de l’État. Mais nous croyons qu’une telle question ne se pose pas en Écosse, dont l’intégration différentielle dans l’Union, de ce point de vue, constitue peut-être le plus efficace rempart contre l’institution d’une république de Grande-Bretagne.

  • fondé sur la participation, ce républicanisme tend à identifier la nation à la participation parlementaire, ce qui l’oblige à réconcilier la perception de l’Écosse par elle-même comme nation à son projet d’une république néanmoins britannique. En d’autres termes, les républicains d’aujourd’hui ont un peu le même problème que Cromwell : comment changer le régime dans la seule Angleterre ? Comme ce n’est pas possible — comment convaincre les Anglais que la monarchie est nuisible, quand le reste de la Grande-Bretagne s’en accommode (ne parlons pas, bien sûr, des Irlandais du nord) ? — il faut convaincre les Écossais qu’il font partie d’une nation britannique, défi qui n’est pas gagné d’avance quand l’Empire britannique s’est tant rétréci, qui fournissait autrefois un support à ce type d’identification (on notera que la fin de l’Empire milite plutôt, selon cette analyse, pour la continuation de l’Union que pour sa dissolution).

  • réclamant haut et fort le désétablissement de l’Église d’Angleterre, il ne voit pas que l’Union garantit l’Écosse sur ce plan, comme autrefois les colonies américaines avaient été garanties de l’érastianisme sous la monarchie, qui les laissait régler ce genre de question dès lors que son pouvoir n’était pas remis en cause — notamment parce qu’une des fonctions des colonies fut de recueillir un certain nombre d’indésirables sur le plan religieux, telle colonie étant confiée à un Quaker (Pennsylvanie), telle autre à un Catholique (Maryland, où l’on pratiquait la tolérance), sans parler du Massachusetts. Ceci se manifeste par la séparation de l’Église écossaise de l’État britannique, longtemps assortie d’une marginalisation politique des Catholiques fort opportune pour les Écossais et les Anglais tout ensemble, l’envoi pour la première fois d’un Catholique à Westminster par une circonscription écossaise n’intervenant pas avant 1890. Or, sauf à imaginer une république où une religion soit établie dans une partie seulement du territoire, le désétablissement de l’Église d’Angle­terre nous paraît de nature à faire craindre aux Écossais une mesure identique concernant l’Église d’Écosse. Peut-être une telle proposition est-elle, en dernière analyse, à mettre en rapport avec l’absence de séparation entre l’Église et l’État en Angleterre, alors que ce divorce existe en Écosse du fait de l’Union, le lien étroit entre Église et État devenant de surcroît de plus en plus problématique dans une société multi-culturelle où fleurit un discours de démocratie participative (question de la citoyenneté des minorités) et qui cherche à faire coïncider les contours de sa citoyenneté et de son territoire.

  • se justifiant par la volonté affichée de limiter les pouvoirs de l’exécutif — la Couronne prêtant, par le biais de la prérogative qu’elle délègue, des pouvoirs exorbitants au gouvernement — le républicanisme anti-monarchique fait campagne pour l’élection d’un chef d’État non-exécutif, mais possédant ce qu’il est convenu d’appeler les pouvoirs de réserve (les prérogatives de nomination et de renvoi du premier ministre, et de dissolution du Parlement, en particulier), ce qui maintient la réalité du pouvoir, et n’en change que le détenteur (Republic 4). Une telle proposition, avancée ces dernières années dans le débat républicain australien (Constitutional Convention passim), traduit un réflexe identitaire national typique de recherche d’équation entre le peuple et le souverain. Peut-être faut-il y voir la conséquence du divorce que l’idéologie des Lumières aurait introduit dans la société britan­nique entre l’élite et le reste de la population (Murdoch ch. 7), la manifestation, en d’autres termes, du vœu populaire de se ré-approprier un régime dans lequel il ne se reconnaîtrait plus — explication qui aurait le mérite d’éclairer sous un nouveau jour la ré-émergence du discours niveleur dans le dernier quart du XVIIIe siècle et sa rémanence chartiste. Phénomène populaire, ce républicanisme anti-monarchique n’aurait, selon nous, pas vocation à être britannique, la Grande-Bretagne étant précisément avec l’Empire une création de cette élite désavouée.

  • lorsqu’il se réfère au XVIIèsiècle, le républicanisme contemporain se heurte à la question de l’unité et opte implicitement pour le status quo du XVIIIè siècle. Il ne repense pas l’unité (les Australiens ont du moins une constitution fédérale), ce qui laisse songeur quant au bénéfice que les Écossais auraient à retirer d’une république britannique — ils pourraient certes se rassurer de n’être pas incorporés, mais auraient-ils moins à craindre l’intervention de Londres ?

46Le fond du problème, croyons-nous, est que l’anti-monarchisme — à moins de le considérer comme l’expression, au demeurant parfaitement compréhensible et légitime, d’un refus d’un ordre social inégalitaire au sommet duquel se trouve une monarchie qui en justifie la pérennisation (Adonis & Pollard, ch. 5), et d’accepter que ce refus est de nature à remettre en cause l’Union (c’est pourquoi les seuls républicains à s’afficher comme tels en Écosse sont d’obédience trotskiste ; v. Scottish Republican Socialist Movement) — est un phénomène par essence anglais.

47Nous émettons l’hypothèse qu’il tire sa raison d’être de ce que la Couronne, dès l’instant où elle devint britannique, et nonobstant ce qu’enseigne l’histoire sociale anglaise et ce que fait valoir le discours nationaliste écossais sur des phénomènes tels que les Highland clearances, continua de permettre l’expression d’une identité écossaise distincte sur le plan institutionnel, mais aussi dans l’Empire (Fry passim), mais fondit l’Angleterre dans la Grande-Bretagne au plus grand dommage des Anglais, quoi qu’on dise de la confusion anglaise entre Angleterre et Grande-Bretagne — préten­dument malicieuse et arrogante, mais en réalité, simple renversement défensif de la perspective suggérée par l’emploi du terme North Briton au XVIIIè siècle, par lequel les Écossais entendaient établir qu’ils n’étaient pas anglais, mais que les Anglais étaient désormais des Britanniques (Pocock, “British History” 615). Avec la fin aujourd’hui de cette confusion à la faveur du développement de l’historiographie des quatre nations (Pocock, “British History” passim ; Kearney passim ; J. Black passim) ; avec la disparition de l’Empire qui ancrait l’identité anglaise, et non seulement écossaise, irlandaise ou américaine, dans un tout plus grand, aujourd’hui, de surcroît revendiqué par les Écossais (Fry passim); avec l’absence de dévolution en Angleterre; il ne serait guère surprenant que les Anglais se cherchent quelque peu. L’avatar anti-monarchiste du républicanisme, dans cette lecture, est une forme de nationalisme, voire de séparatisme, anglais.

Conclusion

48Résumons en conclusion notre propos. La république en Grande-Bretagne se pense selon des paradigmes anglais. Exprimés sous forme de dates évocatrices, ces paradigmes sont ceux de 1688, 1649-1653, et 1647. C’est le premier sens où la république est une idée anglaise.

49De ces trois modèles, les deux premiers, et singulièrement le premier, ont vocation à s’insérer dans un cadre britannique. On pourrait même ajouter impérial, mais cela nous entraînerait dans des discussions bien plus développées, notamment sur la dette de la république américaine, non pas à son émancipation de la métropole, mais envers l’idéologie de l’Union. Seul le troisième, via les questions de la démocratie, de la représentation et de l’anti-monarchisme, soulève la question de l’Union en fournissant à une éventuelle république britannique un paradigme anglais particulièrement inadapté à l’Écosse, et en posant l’exigence de redéfinir les bases de l’Union. C’est le second sens où la république est une idée anglaise. Cette idée s’oppose à la première.

50Selon nous, ce dernier avatar du républicanisme en Grande-Bretagne est bien un séparatisme, mais un séparatisme anglais. Ce n’est pas un jugement de valeur, mais le constat d’une contradiction interne entre ses aspirations britanniques et son fondement et ses aspirations profondément anglais, entre sa rhétorique de l’union, propre au républicanisme monarchique qu’il récuse, et son discours anti-monarchique, fondamentalement nationaliste.

Haut de page

Bibliographie

Adonis, Andrew & Stephen Pollard. A Class Act. The British Myth of Britain’s Classless Society. London: Hamish Hamilton, 1997.

Black, Eugene C. The Association: British Extraparliamentary Political Organization, 1769-1793. Harvard, Mass.: Harvard UP, 1963.

Black, Jeremy. A History of the British Isles. Basingstoke: Macmillan, 1996.

Burke, Edmund. Reflections on the Revolution in France and on the Proceedings in Certain Societies in London Relative to that Event. 1790. Harmondsworth: Penguin Books, 1986.

Clark, Jonathan C.D. English Society 1660-1832. Religion, ideology and politics during the ancien regime. 2nd ed. Cambridge: CUP, 2000.

Constant, Benjamin. Fragments d’un ouvrage abandonné sur la possibilité d’une constitution républicaine dans un grand pays. Paris : Aubier, 1991.

Constitutional Convention [2nd to 13th February 1998]. Transcript of Proceedings. Old Parliament House. Canberra. http://www.dpmc.gov.au/convention

Fry, Michael. The Scottish Empire. Phantassie & Edinburgh: Tuckwell & Birlinn, 2001.

Godwin, William. History of the Commonwealth of England. From its Commencement, to the Restoration of Charles the Second. 4 vol. London: Henry Colburn, 1824, vol. I.

Hanson, Donald W. From Kingdom to Commonwealth. The Development of Civic Consciousness in English Political Thought. Cambridge, Massachusetts: Harvard UP, 1970.

Howell, T.B. & Thomas Jones Howell. A Complete Collection of State Trials and Proceedings for High Treason and Other Crimes and Misdemeanors from the Earliest Period to the Year 1783, with Notes and Other Illustrations. 33 vol. London: T.C. Hansard, 1817, vol. XXIII.

Hume, David. “Of the Liberty of the Press.” 1741. Eugene F. Miller, ed. Essays Moral, Political and Literary. Indianapolis: Liberty Fund, 1985. 9-13.

—. “That Politics May Be Reduced to a Science.” 1741. Essays. 14-31.

—. “Whether the British Government Inclines More to Absolute Monarchy or to a Republic.” 1741. Essays. 47-53.

—. “Of Eloquence.” 1742. Essays. 97-110.

—. “Of the Rise and Progress of the Arts and Sciences.” 1742. Essays. 111-37.

—. “Of the Populousness of Ancient Nations.” 1754. Essays. 377-464.

 —. “Idea of a Perfect Commonwealth.” 1754. Essays. 512-29.

 —. The History of England from the Invasion of Julius Caesar to The Revolution in 1688. Ed. 1778. Indianapolis: Liberty Fund, 1983.

Kearney, Hugh. The British Isles: A History of Four Nations. Cambridge: CUP, 1989.

Kenyon, John. The History Men. The Historical Profession in England since the Renaissance. London: Weidenfeld & Nicolson, 1983.

Macaulay, Catharine. The History of England from the Accession of James I to the Elevation of the House of Hanover, 3rd ed. 5 vol. London: Edward & Charles Dilly, 1766-1772. Vol. V.

Morgan, Edmund S. Inventing the People. The Rise of Popular Sovereignty in England and America. New York & London: W. W. Norton & Company, 1988.

Morrill, John. The Nature of the English Revolution. Essays by John Morrill. London & New York: Longman, 1993.

Murdoch, Alexander. British History 1660-1832. National Identity and Local Culture. Basingstoke: Macmillan, 1998.

Paine, Thomas. Rights of Man. 1791-1792. Harmondsworth: Penguin Books, 1985.

Pocock, J.G.A. The Machiavellian Moment. Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition. Princeton, N.J.: Princeton UP, 1975.

—. “British History: A Plea for a New Subject.” Journal of Modern History 4, vol. 47 (December 1975): 601-28.

Prochaska, Frank. The Republic of Britain 1760-2000. London: Allen Lane, The Penguin Press, 2000.

Republic. Campaign for an Elected Head of State. Policy Paper Autumn 2001. Scottish Republican Socialist Movement. http://srsm.port5.com

Skinner, Quentin. Liberty Before Liberalism. Cambridge: CUP, 1998.

Smith, David E. The Republican Option in Canada, Past and Present. Toronto: U of Toronto P, 1999.

Weight, Richard. Patriots. National Identity in Britain 1940-2000. Basingstoke & Oxford: Macmillan, 2002.

Wootton, David, ed. Divine Right and Democracy. An Anthology of Political Writings in Stuart England. Harmondsworth: Penguin Books, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine MIOCHE, « La république en Grande-Bretagne aujourd’hui : une idée anglaise », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 28 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/280 ; DOI : 10.4000/erea.280

Haut de page

Auteur

Antoine MIOCHE

University of Versailles
Antoine Miocheis lecturer in British Studies at the University of Versailles, where he was head of the English Department from 1999 until 2001. In 1998, he published Hong Kong: l’Empire des contresens, discussing the role of Hong Kong in Britain's China policy between the end of the eighteenth century and 1997, and he is also the co-editor of two British historical anthologies. His research bears on the constitution of the British Empire and its interplay with the constitution of the United Kingdom, in particular as regards the notions of union, nationalism, nationality and citizenship, and republic. He has explored these themes in a number of articles written from a comparative perspective on Ireland, India, Canada, the Empire and the UK. His textbook Les Grandes Dates de l’histoire britannique will be published in June 2003.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org