Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Barbara Caine. Bombay to Bloomsbury, a Biography of the Strachey Family

Alain BLAYAC
Référence(s) :

Barbara CAINE. Bombay to Bloomsbury, a Biography of the Strachey Family Oxford, O.U.P., 488 pp., £25, ISBN 0-19-925034-0.

Texte intégral

1On trouve dans l’histoire de la littérature anglaise de grandes familles d’écrivains (les Brontë, plus près de nous les soeurs Mitford etcS) mais aucune n’atteint la richesse et l’originalité de  la famille Strachey riche de dix enfants également partagés entre frères et sœurs et tous aussi exceptionnels les uns que les autres dans leurs activités personnelles. L’ouvrage présent introduit une famille hors norme ;  selon Leonard Woolf, ‘much the more remarkable family I have ever known, an extinct phenomenon which has passed away and will never be known again,’, et tout de même représentative de l’évolution de l’Angleterre de l’époque victorienne jusqu’à l’entre-deux-guerres, de l’impérialisme triomphant et généreux  à un Bloomsbury intellectuel et individualiste, en bref de l’évolution d’ensemble d’un pays toujours à l’avant-garde du progrès.

2C’est dire si Barbara Caine a bien choisi son sujet en écrivant une saga passionnante inscrite dans le prolongement de ses travaux antérieurs (Victorian Feminists, (1992) et English Feminism, c. 1780-1970, (1997). Dans la continuité des recherches précédentes de l’auteur, cette biographie familiale portant sur trois générations était initialement conçue comme l’étude des femmes (la mère et les cinq filles) avant d’être élargie à la composante masculine (le père et les cinq garçons). Elle propose en alternance une structure chronologique et thématique, depuis l’époque de la famille anglo-indienne (au sens historique du terme, c’est-à-dire les fonctionnaires de l’Empire en poste en Inde) avec son idéal au service du Raj jusqu’aux années vingt de l’intellectualisme littéraire, d’où le titre ‘Bombay to Bloomsbury’.

3L’ouvrage est bien conçu, combinant biographie collective, histoire des idées, des attitudes, des croyances, et histoire en général, selon une méthode déjà éprouvée par l’auteur. Il reflète le passage de l’Angleterre du victorianisme traditionnel au modernisme de Bloomsbury, de l’apogée de l’Empire au déclin de l’entre-deux guerres et, conjointement, les réactions toujours originales des différents membres d’une famille nombreuse dont chacun s’ouvre à des activités et des orientations différentes et ‘modernes’, tout en conservant le socle des valeurs familiales de tolérance et de curiosité intellectuelles. En partant des parents, Richard, haut fonctionnaire du Raj, et Jane, fille de l’Indian Chief Justice, couple impérial exemplaire dans sa réussite sociale et politique, mariés en 1859, et ensuite de leurs dix enfants nés en vingt-sept ans, Caine suit pas à pas le parcours de ses personnages et l’évolution simultanée d’une société victorienne en mutation vers la modernité. Dick, militaire malchanceux, Olivier musicien malgré ses parents, Elinor, mère de famille et femme du monde, Ralph, Chief Surveyor du sub-continent, Pippa, meneuse suffragette et femme indépendante, James, mari d’Alix, figure de Bloomsbury , adepte de la psychanalyse et de l’expérimentation sexuelle, Lytton enfin, passent tour à tour sous les feux de la vision de l’auteur. L’écheveau de ces vies diverses en relation avec les difficultés soulevées par leur relation à la société britannique dans son ensemble, forment la trame de cette étude éclairante et captivante.

4Barbara Caine a tout lu, tout consulté, eu accès aux MSS, correspondances (Gide, Martin du Gard entre autres) et autres écrits d’intellectuels et de politiques éminents. Elle a écumé les fonds des bibliothèques les plus illustres (Library of Congress, British Library, Bibliothèque nationale, HRHRC etcS) Elle sait tout de tout ce qui a été publié et qui touche de près ou de loin à son domaine. Elle répond aux questions soulevées par la modernité et examine les réactions des membres de la famille vis-à-vis des idées, des approches et des modes de vie nouveaux. Il s’en suit une série de portraits saisissants, comme croqués sur le vif, de cinq femmes et de cinq hommes fiers des valeurs que leur ont inculquées leurs parents, désireux de trouver les voies d’une vie nouvelle tournée vers l’avenir : d’où les chapitres biographiques doublés de chapitres de réflexion sur la modernité à propos de l’empire et de l’impérialisme, de la féminité et du féminisme, des voies nouvelles de la sexualité, de la littérature et de la vie en général.

5En résumé, un ouvrage passionnant qui ouvre toutes sortes de pistes et qui est complété par un tableau généalogique portant sur trois générations, des notes abondantes, une bibliographie exhaustive et des illustrations photographiques et picturales qui soulignent toujours l’originalité de cette famille exceptionnelle dont Lytton est aujourd’hui le plus connu.

6La présentation est impeccable tant dans la typographie que dans le papier utilisé. Un tel ouvrage occupera une place importante livre dans la bibliothèque de tous ceux qui s’intéressent à l’évolution de l’Angleterre depuis presque deux siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain BLAYAC, « Barbara Caine. Bombay to Bloomsbury, a Biography of the Strachey Family », E-rea [En ligne], 6.1 | 2008, mis en ligne le 15 octobre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/287

Haut de page

Auteur

Alain BLAYAC

Université de Montpellier III

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org