Navigation – Plan du site

Histoires de l’oubli dans les mondes anglophones et francophones, XXe-XXIe siècles
Histories of Forgetting in the English and French-speaking Worlds, 20th-21st centuries

Introduction à ce numéro
Matthew GRAVES et Valérie AUDA-ANDRÉ

Texte intégral

Les directeurs de ce numéro remercient chaleureusement Cécile Cottenet, Monique De Mattia-Viviès, Grégoire Lacaze, Sylvie Mathé, Liz Rechniewski, et Nathalie Vanfasse pour leur assistance et conseils dans la préparation de ce numéro.

1Ce numéro d’E-rea est issu du colloque « Histoires de l’oubli dans les mondes anglophones et francophones, XIXe-XXe siècles » organisé à l’Université de Provence (Aix-Marseille I) du 8 au 10 décembre 2011, par Valérie André et Matthew Graves pour le LERMA, en collaboration avec leurs partenaires de l’Université de Paris XIII (le CRIDAF, Centre de recherches interculturelles sur les domaines anglophones et francophones) et de l’Université de Sydney (The School of Languages and Cultures & the School of Philosophical and Historical Inquiry), représentés par plusieurs auteurs dans les pages qui suivent.

2La genèse de cette publication se situe plusieurs années en amont du colloque, lors d’une journée d’étude organisée par Elizabeth Rechniewski, Judith Keene, et Matthew Graves conjointement pour l’Université de Sydney et l’Université de Technologie Sydney en octobre 2008 intitulée « Histories of Forgetting and Remembering : Cultural Memory, History and the Nation ». L’atelier préparait notre contribution au rapport Wieviorka-Prost sur « la Mémoire combattante, un regard international » (2009) et s’est donné pour objectif d’explorer la résurgence des politiques commémoratives dans leur dimension transnationale et transculturelle, de l’Europe à l’Australasie, et de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est. Les travaux de l’atelier de Sydney ont été rassemblés et prolongés par un numéro spécial de la revue électronique Portal Portal - Journal of Multidisciplinary International Studies (University of Technology Sydney E-Press), “Fields of Remembrance”, codirigé par Matthew Graves et Elizabeth Rechniewski, et paru en janvier 2010.

  • 1 « (…) the misrepresentation and forgetting of our broader history». Notre traduction.

3Les origines australiennes de ce projet ne doivent guère surprendre tant ce pays est marqué par un clivage profond entre deux histoires : une histoire moderne et européenne vieille d’à peine deux cents ans, et une présence aborigène plus profondément ancrée, puisqu’elle remonte à la préhistoire (au moins 60 000 ans av. J-C. d’après les dernières datations par le radiocarbone). Or, le chercheur qui veut se frayer un chemin entre l’histoire courte et la mémoire longue du continent est confronté d’emblée à ce hiatus historiographique qui pose avec acuité le problème de l’oubli du passé indigène : celui d’une population aborigène tenue à l’écart de l’histoire et en marge de la société par la White Australia Policy jusqu’au début des années 70, avant son accession progressive à la citoyenneté grâce aux travaux de Stanner (1968) et de Reynolds (1981) inter alia, qui brisèrent l’omerta, et aux réformes politiques initiées par le référendum constitutionnel de 1967 et accélérées par le gouvernement Whitlam (1972-75). L’Australie reste aujourd’hui le théâtre d’âpres débats politiques autour de l’histoire nationale et l’un des épicentres des « guerres de l’histoire », qui tournent essentiellement autour de l’histoire de la guerre, comme l’atteste la charge contemporaine des historiens Lake, Reynolds, McKenna, et Damousi contre la « militarisation de l’histoire australienne » (2010), évoquée à plusieurs reprises dans les articles réunis ici, qui s’insurgent contre « la déformation et l’oubli de notre histoire dans sa globalité » (viii)1. C’est pourquoi le cas australien se situe aujourd’hui au cœur de notre problématique.

4De retour en France, le projet de jumeler des colloques parisien et aixois consacrés aux « histoires oubliées » en croisant le regard des chercheurs sur les mondes anglophones et francophones, de l’essor des empires coloniaux à l’époque postcoloniale, a pris forme. Ce projet a été conçu avec notre regretté collègue et ami François Poirier et piloté conjointement par le CRIDAF (Centre de Recherches Interculturelles sur les Domaines Anglophones et Francophones) dont il fut le directeur, et le LERMA. Un premier colloque « Mémoires fluctuantes, histoires fondatrices dans les mondes francophones et anglophones » s’est déroulé à l’Université Paris 13 sous les auspices du CRIDAF, les 22 et 23 octobre 2010. Il a donné lieu à un numéro spécial d’E-rea du même titre en hommage à François Poirier, disparu en mars 2010, codirigé par Karine Bigand, Véronique Bonnet, Claire Parfait et Rose May Pham Dinh (vol.8.3 2011). Le colloque aixois « Histoires de l’oubli / Histories of Forgetting » de décembre 2011 fut la suite programmée de ce compagnonnage de chercheurs, et le présent numéro constitue le second volet de son itinéraire, avec la participation de Karine Bigand et Fabrice Mourlon pour le CRIDAF, et de Robert Aldrich, Judith Keene et Elizabeth Rechniewski pour l’Université de Sydney. Entre temps, Catherine Delmas et André Dodeman avaient rejoint et amplifié le mouvement en conviant le LERMA à leur colloque « Re/membering Place » qui s’est déroulé à l’Université Stendhal-Grenoble 3 en octobre 2011. Deux mois plus tard, nous avons eu l’occasion de rendre l’invitation lorsque Catherine Delmas est venue à Aix-en-Provence pour participer à la table ronde de notre colloque « Histoires de l’oubli » et faire le compte-rendu de la rencontre de Grenoble; elle clôt ce numéro avec une synthèse des travaux grenoblois et de la table ronde aixoise.

5Au cours du cheminement du projet s’est progressivement dessinée la problématique qui réunit ce recueil d’articles. Dans le sillage des travaux pionniers dirigés par Pierre Nora en France sur les Lieux de mémoire (1984-1992), de Raphael Samuel en Grande-Bretagne sur les Théâtres de la mémoire (1994-98), ou de Jay Winter en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis sur les Sites de mémoire, sites de deuil (1998), les œuvres auscultant le « boom de la mémoire » (Winter 2000, s.p.) se sont multipliées, au point de constituer l’une des ramifications les plus marquantes de « l’ère de la commémoration ». Pierre Nora ne s’est-il pas plaint de voir son ouvrage fondateur devenir à son tour un lieu de mémoire ?

6« Au départ la notion de “lieu de mémoire” était une forme de distance critique par rapport à une histoire nationale unitaire, téléologique, spontanément habitéepar une intention auto-célébratrice et commémoratrice d’elle-même (…) Mais tel était déjà l’empire du mémoriel que l’outil forgé pour dissoudre le commémoratif était aussitôt saisi pour devenir l’instrument par excellence de la commémoration tous azimuts » (Nora 2008, 34).

  • 2  Avec des exceptions notables : Augé (1998), ou plus récemment les articles de Connerton (2008) et (...)

7Comme le rappelle Elizabeth Rechniewski dans ces pages, les ouvrages consacrés à la commémoration ont essaimé dans les mondes francophones et anglophones depuis la publication du premier volume des Lieux de mémoire en 1984, mais en dépit de la réflexion engagée par Ricœur sur « la mémoire empêchée » (82-97) et « l’oubli et l’effacement » (543-553) notamment, peu nombreux sont les auteurs qui se sont attardés sur le phénomène de l’oubli2, qui apparaît souvent comme le pendant naturel et nécessaire de la mémoire, le néant d’où sont repêchés miraculeusement des souvenirs perdus. Dans la mesure où des histoires « oubliées » par certains acteurs peuvent être ressuscitées dans d’autres lieux, devient-il possible d’écrire une histoire de l’oubli ? Le colloque d’Aix-en-Provence proposait d’examiner l’oubli non pas comme un état permanent, mais comme un processus réversible qui conduit vers la perte du passé ou la non-transmission de la mémoire communicative, mais également à sa résurgence, en essayant de retracer la frontière mouvante entre souvenir et effacement afin de mieux comprendre ses enjeux historiographiques et politiques.

8Dans cet esprit, ce recueil de textes évoque l’enchevêtrement des fils du souvenir et de l'oubli pour explorer, dans une perspective transnationale et comparatiste, les lacunes dans la mémoire collective et les épisodes occultés, perdus ou écartés du récit officiel : ces histoires oubliées susceptibles de définir par omission la communauté nationale, locale ou diasporique tout autant que l'histoire officielle ou le paysage mémoriel. Comment rendre compte alors de la persistance de certains souvenirs collectifs et des silences qui entourent d'autres ? Pour Renan, c’est la capacité d'oublier qui rend la nation possible, et la mémoire retrouvée constitue un danger pour sa cohésion :

L’oubli, et je dirai même l’erreur historique, est un facteur essentiel de la création de la nation, et c’est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger. L’investigation historique, en effet, remet en lumière les faits de violence qui se sont passés à l’origine de toutes les formations politiques, même de celles dont les conséquences ont été les plus bienfaisantes. L’unité se fait toujours brutalement (…) (56).

9L’oubli et le souvenir ne sont pas des forces abstraites opérant dans et sur l’histoire. Si, par l’entremise de l’historien, la redécouverte d’épisodes oubliés du passé est susceptible d’exposer la face obscure de la nation, de l’autoritarisme des gouvernants aux minorités opprimées et autres victimes des « faits de violences » de l’état, l’oubli est communément attribué aux forces organiques de l’inertie et de la décomposition, ce qui a pour effet de dissimuler la diversité et la complexité de ses acteurs et les expédients politiques dans la construction de l’état-nation. Les articles qui suivent reconnaissent, avec Renan, que des états et des communautés politiques ont pu être fondés sur l’oubli volontaire de ces histoires qui dérangent, qui sont systématiquement minorées ou effacées du récit officiel.

10Comment réconcilier alors l’idée sociocognitive que l’oubli est le pendant nécessaire de la mémoire, avec le concept moderne et légaliste de « devoir de mémoire » selon lequel l’oubli serait une faute condamnable, une injustice envers les victimes de l’histoire qu’il convient de réparer ? Le devoir de mémoire impose à l’historien et aux autres acteurs du champ mémoriel de déterrer des épisodes enfouis dans la mémoire collective afin de vérifier et de valider le récit national. Institutionnalisés par les pouvoir publics, de tels faits conduisent à leur tour à cette « inflation » de la vie commémorative de la nation que récuse le rapport Kaspi en France : trop de commémoration userait la mémoire collective (Wieviorka 267-8). Plusieurs articles ici posent la question de savoir si, au contraire, à l’heure de l’hyper-mémoire, de l’histoire instantanée et de la surcapacité encyclopédique des archives virtuelles, le concept de l’oubli lui-même n’appartiendrait pas au passé.

11Si l’oubli est le sort imposé aux histoires qui dérangent, l’histoire des empires coloniaux a été la face cachée de la mémoire européenne au cours des deux derniers siècles, et c’est pourquoi ce recueil débute par la ressuscitation du passé colonial en Afrique, en Europe et en Asie du Sud-Est (Aldrich) et en Australie (Bernard) ainsi que sa réappropriation. La mémoire de guerre, nous l’avons vu, est l’instrument de prédilection des politiques identitaires de l’état postcolonial en Australie et en France (Gilfedder) et en Irlande (Wallace), voire le vecteur de changements géopolitiques à l’échelle de l’Asie-Pacifique (Rechniewski). Elle est constituée de passés douloureux et d’antagonismes toujours vivaces que les processus de paix s’efforcent d’apaiser à l’échelle de l’Europe (Hommet) et dans ses territoires disputés, tel que l’Irlande du Nord (Bigand, Mourlon). Enfin, la réécriture de l’histoire par des histoires/stories, peut opérer un remembrement des lieux de mémoire, un re/membering du récit thérapeutique, voire exutoire, dont seul la fiction possède la clé, de par sa capacité à investir et à transformer les géographies du souvenir (Delmas).

12Dans « Commemorating Colonialism in a Postcolonial World / La Commémoration du colonialisme dans un monde postcolonial » Robert Aldrich (USYD) observe que dans un premier temps la décolonisation conduit à l’effacement des traces du passé colonial : des musées et des noms de rues sont rebaptisés, des bas-reliefs décapés à la sableuse, des monuments aux héros de la colonisation sont disloqués et détruits. Le monument anticolonial et nationaliste voit le jour, de l’Afrique du Nord jusqu’en Indonésie, mais dans un mimétisme des modèles d’architecture occidentaux : construire des monuments, c’est bâtir la nation. Dans un deuxième temps un changement d’attitude envers le passé colonial se manifeste au travers de la réinstallation de monuments coloniaux, tels que le monument aux morts franco-sénégalais à Dakar, ou les rénovations du patrimoine architectural colonial à Hanoi. Pourtant, en Europe le souvenir des empires semble être en éclipse, comme l’atteste la fermeture du Musée de l’Empire britannique et du Commonwealth à Bristol ou la dégradation de la statue de Léopold II à Ostende. Un débat se fait jour alors sur la manière appropriée de commémorer le colonialisme, par exemple autour du mémorial de Léopold II érigé de manière éphémère par le pouvoir public au Congo, ou encore de ces monuments consacrés à Stanley et à Brazzaville (l’impérialiste au visage humain) au Congo. Ils illustrent combien il est difficile de se souvenir du colonialisme dans un monde postcolonial (qui du colonisateur ou du colonisé est le propriétaire de la mémoire ?), et donnent une indication de l’espace important occupé par le colonialisme en Europe et en Afrique.

13La difficulté qu’éprouvent des populations postcoloniales à surmonter les rémanences des attitudes coloniales au 21e siècle informe également la contribution de Virginie Bernard, « The Forgotten : tentative de réappropriation de l’histoire australienne », qui se penche sur une autre forme de lieu de mémoire : le celluloïd. Au travers du film documentaire The Forgotten (2002), elle analyse comment le cinéaste indigène Glen Stasiuk tente de se réapproprier l’histoire australienne en introduisant le vétéran aborigène de la Deuxième Guerre mondiale comme une figure « oubliée » du récit national. Pour ce faire, elle passe en revue trois outils d’analyse empruntés à Johann Michel : « l’oubli-omission », « l’oubli-refoulement », « l’oubli-manipulation ». Ecartant d’emblée l’oubli-omission qui relève de la faculté de sélection naturelle de la mémoire, et l’oubli-refoulement qui opère par substitution de « souvenirs écrans » et qui reste un oubli involontaire, elle adopte la notion d’oubli-manipulation, une forme d’oubli orchestrée qui déploie des stratégies conscientes de dissimulation de la part d’un acteur institutionnel. L’oubli-manipulation se manifeste dans le cloisonnement de l’histoire aborigène de l’histoire de la nation dans les manuels scolaires australiens (en dépit de l’acquisition progressive des droits civiques à partir de 1967 et des droits fonciers à partir de 1975), ou encore dans l’absence d’un monument national pour commémorer les guerres de la frontière de l’époque coloniale. Dans le cadre de l’historiographie de la « redécouverte » du passé aborigène inspirée par Stanner et Reynolds, le film devient vecteur de la diffusion de récits aborigènes, et articule une stratégie de reconnaissance par laquelle le metteur en scène cherche à inscrire la mémoire aborigène dans la légende des Anzacs afin de réhabiliter son histoire. Toutefois, cette reconnaissance reste « passive » car asymétrique et formulée selon les termes et conditions de la société dominante.

14Ces termes sont ceux de la mémoire de guerre et du culte des Anzacs. Dans « La Nature impériale du Mémorial national australien de Villers-Bretonneux / The Imperial Nature of the Australian National War Memorial at Villers-Bretonneux » Deidre Gilfedder (Paris-Dauphine) se penche sur l’oubli de la vraie nature du nationalisme impérial qui a inspiré la première vague de commémoration Anzac dans les années 20-30, et pointe l’anachronisme de son déplacement par un nationalisme australien moderne et postcolonial. Elle inscrit ce processus dans le cadre de l’oubli stratégique du passé aborigène que Stanner qualifiait de « disremembering », et la substitution des origines indigènes et précoloniales de l’Australie par le culte des Anzacs relevée par Reynolds : symboliquement la nation est née avec la charge héroïque du Digger à Gallipoli, transformé en modèle blanc, mâle et australien du soldat-citoyen. L’identité britannique du soldat australien et la composante impériale dans l’AIF (Australian Imperial Force) ou corps expéditionnaire australien de la Première Guerre mondiale sont oubliées de manière sélective, tout comme le vétéran aborigène se trouve écarté de la légende. De même, Inglis nous montre que les monuments de la Grande guerre tels que le Mémorial de Villers-Bretonneux de l’architecte impérial Lutyens, qui aujourd’hui incarnent si fièrement l’indépendance nationale, furent bâtis sans complexe sur l’interdépendance entre Empire et Nation. D’après Anderson, la guerre avait plutôt renforcé les liens ethniques et globalisants au sein de la communauté impériale – la ratification tardive par l’Australie de la loi constitutionnelle établissant son indépendance (Statute of Westminster 1931, ratifié 1942) en serait la preuve. L’inauguration du Mémorial de Villers-Bretonneux par le roi Georges VI en 1938 témoigne de la résurgence de nationalisme britannique dans l’entre-deux-guerres ; sous la menace d’un nouveau conflit mondial, la commémoration des Anzacs fut rattrapée par le loyalisme, au grand dam du mouvement anti-conscriptionniste à gauche. Cependant, c’est Gallipoli qui est devenu le Marathon australien. Supplanté et éclipsé par le Mémorial australien de la guerre à Canberra, inauguré en 1941, le site de Villers-Bretonneux est tombé en désuétude, avant d’être réveillé par la renaissance de la tradition Anzac à la fin du XXe siècle et converti au nouveau nationalisme australien.

15L'article de Ciaran Wallace est consacré à l'histoire comparée des destins croisés de l'histoire et de la mémoire de la participation de soldats irlandais à la Grande Guerre et à la seconde Guerre des Boers ou Guerre d'Afrique du Sud (1899-1902). Son étude porte sur le souvenir longtemps refoulé de ces deux conflits sacrifiés sur l'autel de la construction de l'identité nationale d'une Irlande indépendante.

16Ciaran Wallace retrace l'histoire du souvenir des soldats ayant servi dans les rangs de l'armée impériale pendant la Première Guerre mondiale et démontre comment cette mémoire qui divise fut progressivement repoussée aux marges de la conscience collective ; cette mémoire en jachère, comme l’atteste le mémorial d'Islandbridge, fut également repoussée à la périphérie de la capitale, puis laissée à l'abandon. L'amnésie institutionnelle qui se mit en place progressivement fut confortée par la politique de neutralité de l'Irlande durant la Seconde Guerre mondiale ; l'effacement de la mémoire des soldats de la Grande Guerre s'est prolongée dans les manuels d'histoire qui célèbrent le souvenir des héros de l'Indépendance et passent sous silence le sacrifice des soldats irlandais qui portèrent l'uniforme britannique. Or, l'histoire de l'oubli de la Première Guerre mondiale en Irlande est aussi l'histoire d'une mémoire retrouvée. A la fin des années 80, sous l'impulsion des élites culturelles et de sociétés historiques, l'Irlande renoue progressivement avec le souvenir des combattants de la Grande Guerre. A la faveur du processus de paix, dans un contexte propice à la réconciliation, la mémoire des combattants de la Première Guerre mondiale est officiellement réintégrée dans le récit national.

17A contrario, l'histoire de la participation de soldats irlandais à la Guerre des Boers semble avoir durablement sombré dans l'oubli. Ciaran Wallace note l'ambivalence initiale de l'inscription de la mémoire de la Guerre des Boers dans l'histoire nationale dans son étude de la symbolique ambiguë de la statuaire commémorant le souvenir des soldats tombés au front. L'Irlande postcoloniale a ensuite procédé à l'effacement probablement définitif de cette mémoire en démontant la statue célébrant le sacrifice des Dublin Fusiliers lors de la Guerre des Boers alors que la signification de l'arche des Fusiliers Royaux semble à jamais perdue pour le grand public.

18Les destins contradictoires de ces histoires oubliées nous invitent à réfléchir au rôle de l'histoire officielle et des stratégies mémorielles en tant que puissants vecteurs d'identité collective. Produits de l'effacement délibéré de mémoires inopportunes, le récit national et les stratégies commémoratives plongent dans l'oubli les épisodes jugés incompatibles avec les priorités sociales et politiques du pouvoir en place. Ces histoires peuvent toutefois passer de l'ombre à la lumière, tout comme une mémoire honteuse peut être réhabilitée, dès lors qu'elles correspondent à des objectifs politiques précis ; dans cette optique, l'histoire retrouvée de la Grande Guerre peut servir de socle à la réconciliation nationale, mais aussi faciliter la réintégration du pays réunifié dans un espace mémoriel international, comme prélude à son recentrage sur la scène européenne et internationale.

19Si Gallipoli et Villers-Bretonneux incarnent la dimension extraterritoriale d’une géographie mémorielle australienne ancrée dans la Première Guerre mondiale, Darwin représente à la fois sa dimension intra-territoriale, une nouvelle étape dans l’extension de l’espace Anzac vers la région Asie-Pacifique, et son déplacement diachronique vers la Second Guerre mondiale et la Guerre froide. Dans « Le Souvenir et l’oubli du bombardement de Darwin / Forgetting and Remembering the Darwin Bombings », Elizabeth Rechniewski (USYD) observe que le bombardement de Darwin en 1942 fait partie de ces épisodes de l’histoire dits « oubliés », comme celle de la Guerre de Corée, mais qui en réalité ont été enfouis dans la mémoire collective par un mécanisme d’« oubli stratégique » (Connerton). Ses recherches montrent que l’assaut aérien japonais lancé contre la ville portuaire le 19 février 1942 n’a été oublié ni des acteurs politiques ni du public, car les dégâts matériels et humains occasionnés par ce qui fut la première incursion armée en Australie depuis 1788 avaient profondément marqué les esprits. Il est clair qu’il n’y a eu ni censure ni « effacement répressif » de la mémoire de l’événement, car même si la publication de l’enquête publique a été différée en 1945, la presse libre a largement exercé son droit de regard critique, et les pouvoirs publics ont exploité l’attaque pour mobiliser la population civile. L’éclipse partielle de la mémoire de Darwin dans les années 60-80 s’explique plutôt par le sentiment de honte qu’inspirent les désertions et les scènes de panique et de pillage déclenchées par les bombardements, mais aussi par une lente érosion de la mémoire communicative entraînée par le déclin démographique.

  • 3  Pour une exploration de la notion de « diplomatie mémorielle » voir Graves 2012, 170-86.

20L’héritage de Darwin après-guerre est donc celle d’une « mémoire difficile », un lieu de dégradation nationale relégué aux marges de la conscience collective. Ce n’est qu’à partir des années 90 que le site est ressuscité à l’initiative des vétérans et des acteurs politiques de la municipalité et la région. Avec la participation du gouvernement fédéral, Darwin projette désormais une image positive de la nation au point de devenir un haut lieu de la « diplomatie mémorielle »3 australienne lors de la visite d’état de Barack Obama le 17 novembre 2011, venu pour annoncer l’ouverture d’une base militaire américaine. C’est le retournement symbolique spectaculaire de ce lieu de mémoire « oublié » qui concentre l’attention de l’auteur, qui explique la réémergence commémorative de Darwin sur le plan national et international par l’importance géostratégique du portail de l’Australie sur l’Asie, surtout depuis la réorientation de la politique étrangère américaine vers l’Asie-Pacifique et la montée en puissance de la Chine, et le développement du tourisme de guerre ou « Thana tourisme » par une municipalité et une région soucieuses de développer l’attractivité de la capitale et des ressources minérales des Territoires du Nord en mobilisant son patrimoine mémoriel. Si la réparation de la mémoire de Darwin fut confortée par l’annonce faite le 18 novembre 2011 par Julia Gillard de la création d’une journée nationale du souvenir le 19 février, Elizabeth Rechniewski rappelle que la même date avait été sommairement écartée des candidatures lors de l’instauration de Battle for Australia Day par le gouvernement Rudd en 2008, ce qui suggère que les stigmates de la « mémoire difficile » du 19 février 1942 subsistent.

21L'article de Stanislas Hommet retrace la genèse et le développement d'un projet de recherche qui se situe à l'interface de l'histoire et de l'enseignement de l'histoire des passés douloureux en Europe. Sa perspective, celle d'un théoricien et praticien de l'éducation, est particulièrement éclairante à l'heure où les pouvoirs politiques en Europe semblent s'intéresser aux usages publics de la mémoire.

22La construction d'un espace européen élargi et recomposé place les historiens et les gouvernements face à des « mobilisations mémorielles » qui sous-tendent des revendications sociales et politiques à l'échelle nationale et internationale s'inscrivant dans une logique compensatoire. Elle révèle également l'existence de « mémoires désaccordées ».

23L'objectif du projet THIEC (Teaching History for a Europe in Common), qui réunit six pays participants, est d'identifier les passés douloureux et d'analyser leurs perceptions dans chaque pays ainsi que de réfléchir aux objectifs et aux formes d'enseignement de ces questions vives dans un cadre scolaire. Ce projet s'inscrit dans une dynamique institutionnelle qui est celle de la construction d'une citoyenneté européenne réunifiée sur les bases d'une histoire commune et apaisée. Dans sa méthodologie, le projet THIEC vise à interroger les mécanismes de perception, de représentation et de construction des passés douloureux chez les lycéens européens afin de mieux cerner la notion de conscience historique chez les jeunes citoyens.

24L'article de Karine Bigand aborde la problématique de l'histoire de l'oubli par le biais d'une réflexion sur la relative invisibilité de la paix dans le champ des études historiques et des politiques de patrimonialisation en Irlande du Nord. Au moment où le pays bascule dans la paix, l'écriture d'une histoire commune et sa représentation dans un espace patrimonial et muséal propre à décloisonner les mémoires et les esprits semble s'imposer comme une nécessité pour accompagner la transition vers une paix durable.

25Cette étude est également l'occasion de présenter un questionnement d'ordre épistémologique qui porte sur ces deux vecteurs de transmission du passé que sont le récit historique et les stratégies patrimoniales. Dans les deux cas, pour des raisons qui ont trait soit aux contraintes narratives de la mise en récit de l'histoire soit à la nature spécifique d'une histoire conçue en termes ethnoculturels dans un espace national contesté, les périodes de paix sont négligées au profit des conflits.

26Si l'écriture d'une histoire des Troubles ne semble pas pouvoir s'extraire des fractures ethno-nationales qui structurent la société nord-irlandaise, son évocation dans des musées nationaux à des fins thérapeutiques ne parvient pas à éviter un certain nombre d'écueils parmi lesquels on peut citer la tendance à l'édulcoration du passé au profit d'une approche moralisatrice, mais aussi la marchandisation de la mémoire du conflit et enfin la consolidation involontaire d'une territorialisation du conflit qui aggrave les divisions.

27Karine Bigand propose alors un changement de paradigme, en lieu et place de l'évocation de la mémoire des Troubles. Tout en reconnaissant les difficultés inhérentes à l'écriture d'une histoire de la paix, elle souligne l'intérêt d'une démarche de commémoration et de célébration de la paix dans des musées conçus sur le modèle du musée de la paix de Bradford, susceptible de délivrer un message universel qui s'émancipe de la tutelle des cultures et des mémoires communautaires.

28L'article de Fabrice Mourlon est consacré au travail de mémoire qui a accompagné le processus de paix en Irlande du Nord. Dans un contexte politique propice au réexamen des traumatismes du passé, la société civile, puis les agences institutionnelles, ont initié un débat sur la question de la gestion du passé de violence qui a durablement meurtri et divisé la société nord-irlandaise. S'inspirant du modèle de la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud, les initiatives nord-irlandaises visent à lutter contre l'amnésie collective en éclairant les zones d'ombre et les épisodes occultés de l'histoire des Troubles ; ce processus de dévoilement de la vérité, conçu comme une forme de réparation symbolique, apparaît comme un préalable indispensable à l'écriture de l’histoire apaisée d'une société réunifiée.

29S'appuyant sur des précédents historiques mais aussi sur des modèles théoriques de résolution des conflits, l'étude de Fabrice Mourlon permet de retracer la genèse et les étapes du processus d'appropriation d'un passé recomposé en Irlande du Nord, tout en identifiant les spécificités de la démarche ainsi que ses ambivalences.

30Dans sa phase initiale, en l'absence de récit officiel, le processus de mise au jour d'un passé refoulé a bénéficié de l'engagement de la société civile, du monde universitaire et du secteur associatif. Fabrice Mourlon fait état du foisonnement d'initiatives ponctuelles débouchant sur une multiplication de récits personnels et d'histoires individuelles. Cette mosaïque de récits, souvent placés en situation de rivalité, révèle néanmoins les attentes du public et témoigne de l'urgence qu'il y a pour les pouvoirs publics d'assurer la transition d'une phase d'oubli imposé à une nouvelle étape où l'oubli serait consenti.

31Les premières initiatives officielles connurent des débuts hésitants et laborieux en l'absence d'un consensus sur la méthode. Elles se limitèrent à une reconnaissance symbolique des souffrances de la population au travers d'une politique de commémoration et d'une stratégie du souvenir. Les étapes suivantes, notamment à partir de 2005, ont vu la mise en place d'une succession de commissions d'enquête, chargées d'évaluer la réalité du préjudice et d'établir les responsabilités. Fabrice Mourlon conclut qu'à cette heure, le processus reste inachevé, le dévoilement souvent partiel et partial ; l'entreprise ravive les susceptibilités et les tensions intercommunautaires alors que les pouvoirs publics hésitent à aborder la question de la collusion entre paramilitaires et forces de sécurité. Le bilan provisoire de cet exercice qui vise à apurer les contentieux mémoriels et solder les comptes d'une histoire troublée fait apparaître un manque, celui d'un mécanisme global de gestion du passé conflictuel de l'Irlande du Nord.

32L’article de Catherine Delmas présente une synthèse des travaux et des débats qui se sont déroulés dans le cadre de deux conférences organisées à l’Université Stendhal de Grenoble par le CEMRA (Centre d’étude sur les modes de la représentation du monde anglophone), History/Stories of India, en avril 2007 puis Re/membering Place en octobre 2011.

33Elle propose une contribution théorique à l’exploration des relations complexes entre histoire, mémoire et oubli ainsi qu’une réflexion d’ordre épistémologique sur l’articulation entre le travail de l’historien d’une part et, d’autre part, l’apport du récit fictionnel ou non-fictionnel dans la représentation du passé.

34S’inspirant des travaux de Paul Veyne, Paul Ricœur et Michel de Certeau, Catherine Delmas souligne la contribution du récit fictionnel lorsque celui-ci vient par exemple habiter les silences d’une histoire officielle lacunaire ; elle insiste également sur la complémentarité des récits historiques et de fiction engagés dans un exercice similaire de sélection et de protection des traces et vestiges du passé menacés d’effacement. Elle montre par exemple comment la réécriture de l’histoire de l’Inde par le biais de récits plus intimes, témoignages réels et fictionnels, restitue une expérience et représente un passé enrichis des voix des populations déplacées et des communautés oubliées.

35La mémoire des espaces identitaires qu’entretiennent et reconstruisent les communautés diasporiques constitue un objet d’étude particulièrement riche dans le champ des études coloniales et postcoloniales. Dans le prolongement des travaux d’Homi Bhabha et de Jacques Derrida, elle propose une réflexion sur la recréation du passé par le biais de la reconstruction du lieu des origines par la mémoire, le mythe, les arts et la littérature. Le travail de préservation de la mémoire, décliné sous toutes ses formes, permet à la fois la réappropriation d’un espace identitaire, d’une patrie imaginaire, et la recomposition d’une identité collective réaffirmée.

36L’article de Catherine Delmas aborde en dernier lieu la question de la commémoration et des stratégies mémorielles dont elle souligne les vertus cathartiques non sans nous alerter avec Todorov sur les dangers d’un culte de la mémoire et des manipulations politiques du devoir de mémoire. L’oubli apparaît alors comme un droit fondamental de l’individu et des communautés.

Haut de page

Bibliographie

Augé, Marc. Les Formes de l'oubli. Paris : Payot & Rivages, 1998. Print.

Connerton, Paul. « Seven types of forgetting. » Memory Studies 1:1 (Jan. 2008): 59-71. Web. 15 décembre 2012.

Graves, Matthew and Elizabeth Rechniewski (eds.). « Fields of Remembrance ».Portal - Journal of Multidisciplinary International Studies (Jan. 2010): s.p. Web. 10 décembre 2012.

Graves, Matthew, Judith Keene and Elizabeth Rechniewski. « Commemoration of War in Australia in the Twentieth Century ».Rapport d'expertise pour le Ministère de la Défense (France). Ed. Olivier Wieviorka (ENS Cachan), 15 mars 2009. In Wieviorka, Olivier et Antoine Prost (eds.). La Mémoire combattante, un regard international. Centre d'études en sciences sociales de la défense (C2SD) : Ministère de la Défense, septembre 2009. Print.

---. « Displacing Geographies of Memory: The Australian and New Zealand Memorials, London ».What is the Human? Australian Voices from the Humanities. Eds. L.E. Semler, Bob Hodge, & Philippa Kelly. Melbourne: Australian Scholarly Publishing, 2012. 170-186. Print.

Inglis, Ken. Sacred Places: War Memorials in the Australian Landscape. Melbourne: Melbourne University Press, 3rd ed. 2008.

Lake, Marilyn and Henry Reynolds. What’s Wrong with Anzac. Sydney: UNSW Press, 2010. Print.

Michel, Johann. « Peut-on parler d’une politique de l’oubli? » A l’Ere des mémoires, quel avenir pour l’oubli ?, Journée d’étude organisée par le Groupe d’études transversales sur les mémoires (GETM). Centre Alberto-Benveniste (17 oct. 2009): s.p. Web. 10 décembre 2012.

Nora, Pierre. Les Lieux de mémoire. Paris : Gallimard, 1984-92. Print.

---. « Les Lieux de mémoire, ou comment ils m’ont échappé ». L’Histoire 331 (mai 2008) : 32-35. Web. 20 décembre 2012.

Renan, Ernst. Qu’est-ce qu’une Nation ? Paris : Flammarion, 2011. Print.

Reynolds, Henry. The Other Side of the Frontier: Aboriginal Resistance to the European invasion of Australia. Sydney: University of New South Wales Press, 3rd ed. 2006. Print.

Ricœur, Paul. La Mémoire, l’histoire, l’oubli. Paris : Seuil, 2000. Print.

Samuel, Raphael. Theatres of Memory: Past and Present in Contemporary Culture. London: Verso, 1994.

---. Island Stories: Unravelling Britain, Theatres of Memory vol 2. London: Verso, 1998. Print.

Stanner, W.E.H. Boyer Lectures. After the Dreaming: The 1968 Boyer Lectures. Sydney: ABC Books,1969. Print.

Wieviorka, Olivier. La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours. Paris: Editions du Seuil, 2010. Print.

Winter, Jay. Sites of Memory, Sites of Mourning. Cambridge: Cambridge University Press, 1995. Print.

---. « The Generation of Memory: Reflections on the "Memory Boom" in Contemporary Historical Studies ».German Historical Institute Bulletin no 27 Fall 2000. Web. 10 December 2012.

Haut de page

Notes

1 « (…) the misrepresentation and forgetting of our broader history». Notre traduction.

2  Avec des exceptions notables : Augé (1998), ou plus récemment les articles de Connerton (2008) et Michel (2010).

3  Pour une exploration de la notion de « diplomatie mémorielle » voir Graves 2012, 170-86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthew GRAVES et Valérie AUDA-ANDRÉ, « Histoires de l’oubli dans les mondes anglophones et francophones, XXe-XXIe siècles
Histories of Forgetting in the English and French-speaking Worlds, 20th-21st centuries », E-rea [En ligne], 10.1 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/2952 ; DOI : 10.4000/erea.2952

Haut de page

Auteurs

Matthew GRAVES

Aix-Marseille Université, LERMA

Articles du même auteur

Valérie AUDA-ANDRÉ

Aix-Marseille Université, LERMA

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org