Navigation – Plan du site
Articles hors thème

Application de la lexigenèse à l’aspect lexical et grammatical

Yves BARDIÈRE

Résumés

Le cadre général dans lequel s’inscrit cette étude est celui de la « lexigénèse », concept forgé par G. Guillaume pour décrire la genèse du mot. La lexigénèse également appelée « ontogénèse », repose sur un mouvement qui particularise d’abord et généralise ensuite. Aux phases de particularisation et de généralisation, correspondent respectivement les opérations de discernement (ou idéogénèse) et d’entendement (ou morphogénèse). Le but de cette étude est de démontrer comment l’ordination qui fait passer successivement de l’aspect lexical à l’aspect grammatical est issue de celle qui, dans l’approche guillaumienne, fait passer de l’idéogénèse à la morphogénèse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remarque :
Dans la colonne de gauche du tableau de synthèse proposé en conclusion figure la mention « <walk> (nom / verbe indifférenciés ». La difficulté est de faire apparaître, dès l’idéogénèse, un contenu notionnel sans lui donner de forme, c’est-à-dire sans le nommer, et donc sans verser d’emblée dans la morphogénèse. C’est pourquoi <walk>, qui n’est encore ni un mot de langue ni, a fortiori un mot de discours, est mis ici entre chevrons. Il faut bien voir que, en dépit de son apparence formelle, il n’est, à ce stade de sa construction, c’est-à- dire dans la tension 1 (idéogénétique), qu’un « mot » embryonnaire, une matière informe. A la différence de son équivalent français (marche / marcher), walk présente l’avantage de faire la synapse entre le nom et le verbe, raison pour laquelle l’anglais a été préféré ici. Il eût cependant été possible, mais au risque de complexifier l’analyse, d’extraire le radical de marche et marcher, le faire figurer comme « élément formateur » (Guillaume 1988 : 46) dans le seul plan du discernement et maintenir ainsi l’exemple en français développé dans le paragraphe précédent.

Texte intégral

Introduction

1Il est possible d’ancrer la distinction entre aspect lexical et aspect grammatical dans une perspective beaucoup plus générale, transcendant cette distinction. Ce cadre plus général est celui de la lexigénèse, concept forgé par G. Guillaume pour décrire la genèse du mot. Si la théorie que je développe ci-dessous n’est pas celle du linguiste français, elle n’en est pas moins étroitement dérivée de son analyse fondatrice sur le mécanisme constructif du mot.

2Le but de cette étude est de démontrer comment, en chronologie idéelle, l’ordination qui fait successivement passer de l’aspect lexical à l’aspect grammatical est issue de celle qui, dans l’approche guillaumienne, fait passer de l’idéogénèse à la lexigénèse. J’analyserai donc, dans un premier temps, les principes fondamentaux qui sous-tendent la genèse du mot, posant ainsi les bases définitoires de quelques concepts clefs indispensables pour la suite de l’exposé. Dans un deuxième temps, j’essaierai de faire ressortir le lien susceptible de s’établir entre idéogénèse et aspect lexical. Cette mise en évidence constituera la première étape de ma démonstration. J’étudierai enfin la relation entre morphogénèse et aspect grammatical, qui correspondra à la deuxième et dernière phase de mon développement.

1. L’ontogénèse

  • 1 « Tout dans le système de la langue est mouvement et position » (G. Guillaume 1993, Leçons de lingu (...)
  • 2 « Sauf erreur, le terme morpohogénèse n’apparaît pas dans l’œuvre publiée de Guillaume. On trouve, (...)

3La « lexigénèse », également appelée « ontogénèse », repose sur un mouvement1 « bi-tensif », cinétiquement ordonné, qui particularise d’abord et généralise ensuite. Aux phases de particularisation et de généralisation, correspondent respectivement les opérations de discernement (ou idéogénèse) et d’entendement (ou morphogénèse)2. La chronologie mise en œuvre par ce cinétisme opérationnel à deux temps (ou « tenseur binaire radical ») est d’ordre notionnel (ou idéel). Avant d’étayer, par des remarques plus explicites, cette présentation quelque peu lapidaire, éclairons, par une mise en correspondance, la terminologie utilisée jusqu’ici. Le schéma ci-dessous peut se lire de deux façons, selon les axes paradigmatique et syntagmatique :

4La tension de discernement, conduite à son terme, livre la base matérielle du mot, c’est-à-dire son sémantème ou lexème. Elle suit un mouvement de singularisation, dans la mesure où elle vise à extraire le mot de l’univers matériel, et donc à l’isoler, le singulariser des autres par son sémantisme propre. Le mot, ou plutôt la notion, est ainsi livré à l’état brut, sans marque distinctive aucune, où nom et verbe sont encore, à ce stade embryonnaire, totalement indifférenciés.

  • 3 Selon G. Guillaume, l’opposition expérientielle entre espace et temps, traduite en système de repré (...)

5A ce mouvement de singularisation réplique un mouvement d’universalisation. La notion prend alors les marques catégorielles du mot grammatical (nom, verbe, adjectif, adverbe, etc.). Cette deuxième étape de la chronologie notionnelle aboutit à la distinction de ce que la tradition appelle communément « parties du discours »3.

  • 4 Ce phénomène dit de « conversion » ou encore de « dérivation zéro », certes moins fréquent en franç (...)

6On peut s’interroger sur la portée généralisante de cette opération d’entendement et être tenté de considérer, du moins à première vue, que ce soit même l’inverse qui se produise et que le mouvement de particularisation amorcé dès la première tension, se poursuive lors de la deuxième. Prenons l’exemple de l’anglais, peut-être à cet égard plus révélateur que le français, dans la mesure où de nombreux items lexicaux, comme par exemple <walk>, font la synapse parfaite entre nom et verbe4, ce qui affine la perception du passage en douceur de la matière à la forme. En schéma :

  • 5 Je forge le mot praxéogénèse pour faire le pendant à idéogénèse et morphogénèse (v. supra note 2). (...)

7De la matière informe naît la forme. Le sémantème pur, dépouillé dans un premier temps de toute assise formelle, révèle dans un deuxième temps, sous l’effet de la tension morphogénétique, ses contours nominaux ou verbaux selon le cas. La base matérielle se trouve donc délimitée, scindée en nom ou verbe – je serais tenté de dire particularisée – en retenant encore à ce stade, toute la puissance de ses réalisations discursives. Le passage au discours, que je nommerai praxéogénèse5, constituerait alors, la phase ultime de la particularisation, une dernière opération de discernement parmi tous les emplois puissanciels du mot en langue, dictée par les besoins langagiers (contexte / cotexte + visée d’effet) du moment. En schéma : 

8Il se dessinerait donc un mouvement du large à l’étroit, du général au particulier, que l’on pourrait également figurer comme suit :

  • 6 En réalité, la « partie de langue ». Même si « parties de langue » et « parties du discours » ne dé (...)

9Nous voilà bien éloignés, en apparence du moins, de l’effet généralisant attribué à la tension morphogénétique. En quoi ce deuxième mouvement peut-il donc être considéré comme universalisant ? Il faut, pour répondre à cette interrogation, veiller à différencier la base matérielle du mot de la détermination qui l’affecte. Parvenus à la deuxième tension de leur genèse, les mots finissent par se répartir dans les différentes parties du discours sous l’impact de leur détermination respective. Ainsi <walk> sera entendu comme nom ou verbe selon qu’il est affecté d’une détermination nominale ou verbale. Le terme « détermination » doit être pris ici dans son sens le plus large. Il équivaut à ce que G. Guillaume appelle « formes médiatrices et vectrices ». Ces formes, également dites « préconclusives », sont obtenues par les différentes saisies pratiquées sur la base matérielle du mot. La matière lexicale ainsi travaillée aboutit à une forme « conclusive », qui est la « partie du discours6 ». Il y a donc, en chronologie notionnelle, une opération suivie d’un résultat, soit deux étapes distinctes sur lesquelles Guillaume attire l’attention : «  Il convient, en matière de formes, de marquer la distinction entre les formes finales et conclusives que sont les parties du discours, et les formes médiatrices et vectrices sur lesquelles la pensée s’appuie dans sa marche à la forme finale » (1988 : 21). Dans le cas du nom français, ces différentes saisies de la base matérielle du mot correspondent aux indications sémiologiquement marquées ou non de personne, d’incidence (interne), de genre, d’extensité (détermination au sens étroit et classique du terme, i.e. article et nombre) et de fonction, soit cinq formes vectrices. Le verbe français comprend, quant à lui, les indications grammaticales de mode, de temps, de personnes et d’incidence (externe, sauf pour l’infinitif), soit quatre opérations vectrices. Qu’elles s’appliquent au nom ou au verbe, ces opérations sont « indispensables pour permettre à l’esprit, en s’appuyant sur elles, de passer de la particularité initiale et matérielle de la base du mot à l’universalisation finale et formelle de la partie du discours » (Guillaume 1988 : 30).

10C’est la détermination de la matière qui est généralisante. L’opération de détermination mobilise des moyens grammaticaux relativement restreints, mais applicables et généralisables à l’éventail immense et ouvert des mots. Ces derniers se trouvent ainsi déterminés ou particularisés par des moyens généralisants. Le mouvement (v. note 1) de généralisation est engagé dès l’interception de la matière par les coupes vectrices. Chacune d’entre elles exerce une poussée généralisante, et ce n’est qu’au terme du mouvement qu’est livrée la partie du discours. Le paradoxe dénoncé plus haut, provient donc de ce changement de plan lors du passage de l’idéogénèse à la morphogénèse. Les opérations de particularisation et de généralisation relèvent en effet, de deux paramètres différents, correspondant respectivement à une focalisation sur la base matérielle du mot d’une part et la détermination de l’autre.

2. Discernement et aspect lexical

2.1. Temps expliqué et temps impliqué

11Selon D. O’Kelly :

L’opposition faite […] entre la matière notionnelle discernée dans le mot et sa forme d’entendement permet d’établir la distinction […] entre aspect lexical et aspect grammatical (D. O’Kelly 1998 : 195).

12Il s’agit là d’une remarque fondamentale, mais elle demande à être explicitée. Elle constituera, en l’occurrence, l’aboutissement de ma démonstration. Je commencerai donc, dans un premier temps, par rappeler l’opposition que G. Guillaume établit entre temps impliqué et temps expliqué dans Langage et science du langage :

Le verbe est un sémantème qui implique et explique le temps.
Le temps impliqué est celui que le verbe emporte avec soi, qui lui est inhérent, fait partie intégrante de sa substance et dont la notion est indissolublement liée à celle du verbe. Il suffit de prononcer le nom d’un verbe comme « marcher » pour que s’éveille dans l’esprit, avec l’idée du procès, celle du temps destiné à en porter la réalisation.
Le temps expliqué est autre chose. Ce n’est pas le temps que le verbe retient en soi par définition, mais le temps divisible en moment distincts – passé, présent, futur et leurs interprétations – que le discours lui attribue (1964 : 47-48).

13Cette distinction du temps impliqué et du temps expliqué coïncide exactement avec la distinction de l’aspect et du temps :

Est de la nature de l’aspect toute différenciation qui a pour lieu le temps impliqué.
Est de la nature du temps toute différenciation qui a pour lieu le temps expliqué (idem).

2.2. Temps impliqué et aspect lexical

  • 7 Le concept d’ « extension impressive » est de Guillaume, celui d’« isotopie » est emprunté à Greima (...)

14La terminologie utilisée dans cet extrait tisse, par un phénomène d’ « extension impressive » (une image en appelant une autre), tout un réseau « isotopique »7 dont j’ai surligné les principaux jalons : sémantème, substance, notion, idée. De toute évidence, l’approche se veut sémantique et suit un mouvement d’hyponymisation. Elle filtre, en effet, par son éclairage particulier, la « matière » complexe du mot, son sens global (« l’idée du procès »), pour n’en expurger que la substance temporelle (« temps destiné à en porter la réalisation »). Elle isole le trait temporel de l’ensemble des traits sémantiques constitutifs du lexème. La dimension temporelle ainsi dégagée se subdivise à son tour en temps impliqué et temps expliqué. Cette distinction correspond à celle qui sera établie, après Guillaume, entre « temps d’événement » et « temps d’univers » ou encore entre « aspect » et « temps chronologique ». Ce mode d’extraction des traits temporels par affinements successifs peut se schématiser comme suit :

15La « différenciation qui a pour lieu le temps impliqué » peut être matérielle (lexicale) ou formelle (grammaticale). Autrement dit, le temps impliqué correspond aussi bien à l’aspect lexical qu’à l’aspect grammatical. Mais là encore, ce dernier point reste à démontrer, car seule la matière lexicale du verbe, son aspect lexical, semble être mise en évidence dans la citation. Trois arguments plaident en effet en faveur de cette interprétation :

16- Selon Guillaume, la simple énonciation d’un verbe suffit à évoquer avec « l’idée de procès celle du temps destiné à en porter sa réalisation ». Il s’agit donc du temps impliqué par le sens même du lexème, sa « substance », sa matière notionnelle.

17- Lorsque le linguiste français mentionne le pouvoir évocateur du « nom d’un verbe », l’expression se veut univoque. Le terme « nom » ne renvoie pas ici à la partie du discours, mais signifie simplement le « mot », l’« item lexical » qui se trouve en l’occurrence être un verbe. Mais l’alliance terminologique est suffisamment inhabituelle pour que s’éveille précisément dans l’esprit l’idée d’une interprétation plus littérale, renvoyant en l’occurrence au cas particulier des noms déverbaux, tels que « marche ». Celui-ci exprime, comme le verbe « marcher », un procès qui implique (au sens classique et guillaumien du terme) le temps nécessaire à l’accomplissement de l’événement. La citation pourrait se reformuler en ces termes: « Il suffit de prononcer le nom d’un nom verbal comme « marche » pour que s’éveille dans l’esprit, avec l’idée du procès, celle du temps destiné à en porter la réalisation ». On voit que la définition proposée par Guillaume s’applique aussi bien à « marcher » qu’à « marche ». Le seul point de recouvrement temporel commun aux deux formes ne pouvant être que notionnel, il semble que ce soit bien la dimension lexicale du verbe qui soit prise en compte par l’auteur de la citation originale.

  • 8 Pour une étude approfondie de l’aspect lexical et de l’aspect grammatical en français et en anglais (...)

18On notera également que le verbe ou le nom obtenu par dérivation présente la même image du temps d’événement, imperfective dans le cas de rain (verbe) / rain (nom), watch, perfective dans le cas de glance / glance, kick / kick, die / death, la deuxième série, contrairement à la première, impliquant la présence du trait [+ télique]. C’est là encore la dimension lexicale qui sert de dénominateur commun entre nom et verbe8.

19- Enfin, le seul aspect grammatical ouvertement reconnu par G. Guillaume repose sur l’alternance entre formes simples et formes composées. Par déduction logique, « toute [autre] différenciation qui a pour lieu le temps impliqué » devrait concerner un domaine autre que l’aspect grammatical.

20Ces trois facteurs qui viennent d’être exposés, plaident a priori, mais a priori seulement, en faveur de l’équation suivante : temps impliqué = aspect lexical.

2.3. Aspect lexical et idéogénèse

21Si l’aspect lexical est véhiculé par la notion même de <walk>, en dehors de toute prise en compte du caractère nominal ou verbal de celle-ci, c’est-à-dire avant toute saisie formelle aboutissant à l’identification des parties du discours, il ne peut être livré que par le mouvement d’extraction de la matière. On posera donc qu’à l’idéogénèse correspond donc l’aspect lexical :

3. Entendement et aspect grammatical

3.1. Nom et verbe

Temps in esse

22La distinction entre aspect lexical et aspect grammatical passe par la distinction entre nom et verbe. Pour cerner la première différence, il faut d’abord comprendre la seconde. Dans un passage célèbre, qu’il peut être intéressant de relier à la citation précédente (v. supra, § 2.1.), G. Guillaume pose les fondements théoriques de cette opposition:

Quand le mot s’achève à l’univers-espace, il est nom. Quand il s’achève à l’univers-temps, il est verbe. La justesse de cette différenciation est corroborée par le fait que le verbe est chronogénétique, engendre le temps, en prend la marque : courir : je cours, je courais, je courus, je courai, etc., alors que le nom ne l’est pas. Le nom se tient en dehors du temps, dans l’espace. Telle est la position du mot course qui représente matériellement – en discours – la même idée de procès que courir. La différence n’est, en l’occurrence, que d’entendement. Le mot course s’entend en dehors du temps (dans l’espace) ; le mot courir dans le temps.
On est fondé ainsi à définir le nom : le mot dont l’entendement s’achève à l’espace, et le verbe : le mot dont l’entendement s’achève au temps (Langage et science du langage, p. 90).

23C’est le mouvement d’entendement qui permet de distinguer le nom du verbe grâce à l’interception de la matière par leurs marques formelles respectives. Si les marques formelles du temps signalent la nature verbale du mot et que, conformément à l’analyse précédente, il s’avère impossible d’établir la distinction entre nom et verbe à travers le seul critère du temps impliqué, la démarcation entre nom et verbe ne peut en toute logique que passer par celui du temps expliqué : « le verbe est chronogénétique, engendre le temps et en prend la marque » (loc. cit.). On posera donc, pour le moment, que le temps expliqué, reconnaissable aux marques formelles de la conjugaison, est livré par la morphogénèse et qu’il constitue le critère d’identification par excellence du verbe par opposition au nom. Le tableau précédent peut être complété comme suit :

Temps in posse

24Si le temps expliqué constitue un indice privilégié de reconnaissance de la caractéristique verbale du mot, il ne saurait pour autant en détenir le monopole, car si tel était le cas, l’infinitif, incapable d’insérer l’événement dans une chronologie quelconque du temps d’univers, devrait rallier le domaine nominal. Il en est d’ailleurs fort proche. Pourtant, malgré la gangue nominale, qui dans la construction chronogénétique de l’image-temps relie encore courir à course, la nature verbale de l’infinitif ne fait aucun doute. Parmi les formes vectrices déterminatives du verbe, figure, en effet, celle du mode (v. supra, § 1.). G. Guillaume distingue trois modes dans la chronogénèse (ou élaboration de l’image-temps) : le temps in posse ou mode quasi-nominal, le temps in fieri, correspondant au subjonctif, et le temps in esse comprenant les formes de l’indicatif. La première chronothèse (mode quasi-nominal) regroupe l’infinitif ainsi que les deux participes, présent et passé, tous deux très proches de l’adjectif et donc de l’achèvement à l’espace. Malgré le lien étroit qui, à ce stade, rattache encore le verbe au nom, cette étape de la chronogénèse correspond à la toute première saisie formelle de la matière où le mot bifurque en des directions différentes et commence à affirmer ses propriétés verbales ou nominales. L’infinitif est de surcroît puissanciellement suffixable par les marques flexionnelles des temps in fieri et in esse. En d’autres termes, courir est conjugable, alors que course ne l’est pas.

3.2. Temps in posse et aspect grammatical

25Dans son étude intitulée L’aspect en question(s) ? Relecture de Temps et Verbe de G. Guillaume (Essais de linguistique et d’analyse textuelle, recueil d’articles, p. 296), D. O’Kelly fait remarquer que dans l’article de G. Guillaume, Immanence et transcendance dans la catégorie du verbe, publié dans le Journal de Psychologie, l’expression « temps in posse » (1929) est remplacée par « temps impliqué » (1933) et que « temps expliqué » se substitue à « temps in esse ». Il s’agit là d’une équivalence importante qui permet d’établir les distinctions et regroupements suivants :

  • 9 Je précise de nouveau que la genèse du temps impliqué n’est pas analysée en ces termes par G. Guill (...)

26Force est de constater que le temps impliqué apparaît à présent dans les colonnes de gauche et de droite du tableau. Si le temps impliqué issu de l’idéogénèse correspond, tel que je l’ai établi jusqu’à présent, à l’aspect lexical, il y a tout lieu de supposer que le temps impliqué livré par la tension morphogénétique s’apparente à l’aspect grammatical et que celui-ci s’inscrit dès la forme de réalisation du verbe au mode quasi-nominal (temps in posse). Le temps impliqué est donc apporté aussi bien par la tension de discernement que celle d’entendement, selon qu’il correspond à l’aspect lexical ou grammatical9. En tableau :

27La distribution des rôles se précise : au temps in esse revient celui de marquer le TEMPS ou temps d’univers, au temps in posse celui de marquer l’ASPECT (grammatical) ou temps d’événement :

28Le système aspectuel français, inscrit selon G. Guillaume dès la forme de réalisation du verbe au temps in posse, « se reproduit par la suite dans la forme de réalisation au mode subjonctif (visée médiane, temps in fieri), enfin dans la forme de réalisation au mode indicatif (visée finale, temps in esse) » (D. O’Kelly op. cit. : 295).

29Dans les Leçons de Linguistique, vol. 8, p. 30, Guillaume distingue cinq formes vectrices pour le nom (genre, nombre, cas de fonction, troisième personne, incidence interne), quatre pour le verbe (mode, temps, personne, incidence externe) (v. supra, § 1.). Comme le font observer A. Joly et A. Boone, « Guillaume n’a jamais vraiment justifié l’ordre dans lequel il énumère ces formes vectrices » (1996 : 196). On peut cependant légitimement supposer que l’infinitif (verbe de langue) marque une saisie plus précoce de la matière notionnelle que les marques formelles de la conjugaison (verbe de discours) ou, a fortiori de la personne, celle-ci n’apparaissant précisément qu’avec la forme conjuguée du verbe. Je considérerai donc que le temps in posse constitue la première saisie de la matière et qu’à cette forme vectrice se superpose celle d’aspect, ce dernier pouvant être reconduit aux autres chronothèses de la chronogénèse. La distinction entre aspect lexical et aspect grammatical passe donc bel et bien par la distinction du nom et du verbe, même lorsque l’un comme l’autre exprime l’idée de procès. Ainsi, dès la langue, le nom « marche » discerne le temps, mais n’est pas entendu dans le temps, alors que « marcher » comporte l’idée de temps à la fois dans sa matière de discernement et sa forme d’entendement. A l’idée de temps évoquée par la matière correspond l’aspect lexical, à celle exprimée par la forme l’aspect grammatical.

Conclusion

30Le raisonnement et l’ensemble des mises en relation développées dans cette étude peuvent se résumer ainsi sous forme de tableau (v. supra, § 2.3. Remarque) :

31En conclusion, « est de la nature de l’aspect toute différenciation qui a pour lieu le temps impliqué. Cette différenciation est aussi bien matérielle que formelle. Le temps impliqué est apporté par la tension de discernement et d’entendement. Une distinction s’impose donc non seulement entre temps impliqué et temps expliqué mais également au sein même du temps impliqué entre matière et forme selon que le temps d’événement relève de l’aspect lexical ou de l’aspect grammatical. Au temps in esse revient le rôle de marquer le TEMPS ou temps d’univers, au temps in posse celui de marquer l’ASPECT (grammatical) ou temps d’événement.

Haut de page

Bibliographie

Bardière, Y. (2009), La traduction du passé en anglais et en français. De l’aspect au temps, Paris, L’Harmattan.

Bardière, Y. (2011), La détermination verbale en anglais. Approche linguistique et didactique du commentaire, Toulouse, PUM.

Boone, A. & Joly, A. (2004), Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, 2e édition, Paris, L’Harmattan.

Guillaume, G. ([1929] 1965), Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps, Paris, Honoré Champion.

Guillaume, G. ([1964] 1984), Langage et science du langage, Québec, Presses de l’Université Laval ; Paris, Nizet.

Guillaume, G. (1973), Principes de linguistique théorique, Québec, Presses de l’Université Laval ; Paris, Klincksieck.

Guillaume, G. (1974), Leçons de linguistique 1949-1950, série A, vol. 4, Québec, Presses de l’Université Laval ; Paris, Klincksieck.

Guillaume, G. (1982), Leçons de linguistique 1956-1957, vol. 5, Lille, Presses Universitaires de Lille ; Québec, Presses de l’Université Laval.

Guillaume, G. (1988), Leçons de linguistique 1947-1948, série C, vol 8, Lille, Presses Universitaires de Lille ; Québec, Presses de l’Université Laval.

Guillaume, G. (1992), Leçons de linguistique 1944-1945, vol.11, Lille, Presses Universitaires de Lille ; Québec, Presses de l’Université Laval.

Hirtle, W. (2007), Language in the Mind. An introduction to Guillaume’s Theory, Montreal, McGill-Queen’s University Press.

Joly, A et O’Kelly, D (1989), L’analyse linguistique des textes anglais, Paris, Nathan.

Joly, A et O’Kelly, D (1990), Grammaire systématique de l’anglais, Paris, Nathan.

Lehman, A. et Martin-Berthet, F. ([1998] 2008), Introduction à la lexicologie, Sémantique et morphologie, 3e éd., Paris, Colin.

O’Kelly, D. (1993), « De la Psychomécanique du Langage à la systématique énonciative » (chapitre 2, en collaboration avec A. Joly), Les théories de la grammaire anglaise en France, Paris, Hachette, pp. 33-62.

O’Kelly, D. (1994), « Du référent expérientiel au référent mental : pour une approche cognitive de la temporalité », Modèles linguistiques, tome XV-1, vol. 29, pp. 25-68.

O’Kelly, D. (1998), « L’aspect en question(s) ? Relecture de Temps et verbe de G. Guillaume », Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), pp. 293-322.

Valette, M. (2006), Linguistiques Enonciatives et Cognitives Françaises, Paris, Honoré Champion.

Haut de page

Notes

1 « Tout dans le système de la langue est mouvement et position » (G. Guillaume 1993, Leçons de linguistique, 1938-1939, vol. 11).

2 « Sauf erreur, le terme morpohogénèse n’apparaît pas dans l’œuvre publiée de Guillaume. On trouve, en revanche, morphogénie […]. Morphogénèse, qui fait le pendant à idéogénèse […], est toutefois entré dans le vocabulaire des guillaumiens » (A. Joly et A. Boone 1996 : 273).

L’idéogénèse et la morphogénèse sont également perçues en termes d’ « idéation notionnelle » et d’« idéation structurale » ou « transnotionnelle » (v. Guillaume 1973 : 219 et 1982 : 76).

3 Selon G. Guillaume, l’opposition expérientielle entre espace et temps, traduite en système de représentation linguistique par la répartition binaire entre plan nominal et plan verbal, constitue le fondement même des parties du discours.

4 Ce phénomène dit de « conversion » ou encore de « dérivation zéro », certes moins fréquent en français, n’est cependant pas introuvable : par exemple, déjeuner (nom) dérive de déjeuner (verbe) (v. A Lehman, A. et F. Martin-Berthet, F. 2008 : 20).

5 Je forge le mot praxéogénèse pour faire le pendant à idéogénèse et morphogénèse (v. supra note 2). Guillaume recourt au concept de « praxéogénie » pour désigner « l’emploi du langage dans l’instant de parole, lequel est, pour tout moment de son emploi en possession d’une ontogénie plus ou moins avancée dans le devenir ontologique du langage » (1982 : 120). La « praxéogénèse », telle que je l’utilise ici, désigne le passage de l’exo-phrastie (saisie du mot en langue, à l’extérieur de la phrase) à l’endo-phrastie (saisie du mot en discours, dans l’unité d’effet qu’est la phrase).

6 En réalité, la « partie de langue ». Même si « parties de langue » et « parties du discours » ne désignent pas la même réalité, bon nombre de guillaumiens, à commencer par Gustave Guillaume lui-même, parlent de « parties du discours » là où il s’agit de « parties de langue », tant la dénomination traditionnelle est ancrée dans la pratique métalangagière (v. Guillaume 1974 : 22).

7 Le concept d’ « extension impressive » est de Guillaume, celui d’« isotopie » est emprunté à Greimas et Courtès.

8 Pour une étude approfondie de l’aspect lexical et de l’aspect grammatical en français et en anglais, v. Y. Bardière 2009.

9 Je précise de nouveau que la genèse du temps impliqué n’est pas analysée en ces termes par G. Guillaume. Il ne s’agit ici que de présupposés personnels inspirés par les grands principes guillaumiens sur la lexigénèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves BARDIÈRE, « Application de la lexigenèse à l’aspect lexical et grammatical », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/2987 ; DOI : 10.4000/erea.2987

Haut de page

Auteur

Yves BARDIÈRE

Université de Nice - Sophia Antipolis, EA 2649, « Babel », Université du Sud-Toulon-Var
Agrégé de l’Université, Docteur en linguistique générale et linguistique anglaise, Yves Bardière est maître de conférences HDR à l’université de Nice (IUFM). Il est l’auteur de plusieurs articles de didactique et de linguistique ainsi que de trois ouvrages portant respectivement sur la traduction du passé en anglais et en français (éditions l’Harmattan), la détermination verbale en anglais (Presses Universitaires du Mirail) et le système éducatif français (éditions De Boeck).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org