Navigation – Plan du site
Recensions

Bénédicte Coste (ed.), Essais Anglais, Walter Pater

Grenoble : ELLUG, coll. « Paroles d’Ailleurs », 2012.
Anne-Florence GILLARD-ESTRADA
Référence(s) :

Bénédicte Coste (ed.), Essais Anglais, Walter Pater, Grenoble : ELLUG, coll. « Paroles d’Ailleurs », 2012.

Texte intégral

  • 1  Furent d’abord traduits « Wordsworth », « Coleridge » et « Postscript », dans Walter Pater, Textes (...)

1Dans cet élégant petit ouvrage, qui contient un excellent appareil critique, Bénédicte Coste traduit pour la première fois cinq textes de Walter Pater, regroupés sous la catégorie d’« Essais anglais ». Si au premier abord le titre n’évoque aucun des recueils d’essais publiés du vivant de Pater, la cohérence de ce choix apparaît clairement dans l’introduction : quatre essais, « Dante Gabriel Rossetti », « Charles Lamb », « Thomas Browne » et « La poésie esthétique », sont consacrés à la littérature anglaise et furent publiés à l’origine dans le recueil Appreciations de 1889, dont B. Coste retrace la publication compliquée. S’y ajoute « Diaphaneitè » (1867), conférence lue à Oxford en 1866 mais publiée seulement après la mort de Pater. Cette traduction s’inscrit en fait dans le projet éditorial de B. Coste, qui a traduit ces dernières années un certain nombre d’œuvres de Pater jusqu’ici inaccessibles en français. Le présent volume achève ainsi la traduction complète du recueil Appreciations1.

2L’introduction propose une problématique qui justifie l’intérêt de ces textes non seulement au regard de l’œuvre de Pater elle-même, mais aussi par rapport au contexte intellectuel de l’Angleterre de la seconde moitié du XIXe siècle. B. Coste montre que le projet de Pater était de refonder la littérature et d’apporter une réflexion sur la langue. Dans cette optique, il propose une histoire littéraire qui n’est ni canonique, ni chronologique, ni généalogique, mais qui est fondée sur des figures centrales et sur ce qu’il appelle des « sommets élevés ». Cette histoire littéraire se tourne vers le passé et s’inscrit dans une continuité. Nombre des figures marquantes qui la jalonnent renouent avec la Grèce. B. Coste dégage clairement certains des enjeux de cette approche, qui ne fut pas sans conséquences sur son époque : l’histoire littéraire anglaise qu’il propose se caractérise par une esthétique du fragmenté et de l’éclectisme, et l’une des normes d’appréciations qui permet de la constituer est la « culture du plaisir ».

3B. Coste évoque l’intérêt de Pater pour la singularité des auteurs. La frontière entre le portrait littéraire tel qu’il est proposé ici et le portrait imaginaire – genre fictionnel que Pater a pratiqué par ailleurs – devient alors ténue : le premier a un référent réel, le second n’en a pas, mais tous deux cherchent à représenter un type en même temps qu’un individu bien distinct. Pater tend davantage à explorer la dimension psychologique plutôt que la dimension historique et il s’attache à montrer comment l’histoire personnelle de chaque écrivain s’inscrit, parfois de façon agonistique, dans son contexte intellectuel. B. Coste souligne ainsi une problématique intéressante de l’œuvre de Pater : il fait le portrait non pas d’un homme, mais d’un sujet au sens moderne et même psychanalytique que ce mot pourra revêtir peu de temps après. Car c’est un sujet traversé par des discours et des désirs qui entrent parfois en tension, un sujet qui n’a d’unité que celle des signifiants qui ont fait son histoire et que Pater retrace. C’est donc pour illustrer cette idée importante que B. Coste choisit de traduire l’essai « Diaphaneitè », véritable Ur-texte pour qui veut étudier l’œuvre de Pater. Le « type » qu’il propose ici revient dans de nombreuses œuvres, notamment dans l’essai « Winckelmann » ou dans sa fiction : c’est un être transparent et androgyne, aux traits inspirés par la Grèce, qui traverse sans s’y opposer ni prendre parti un monde agité par des forces contradictoires.

4L’ouvrage contient un autre essai important de la production de Pater, « La poésie esthétique ». Ce texte est à l’origine un compte-rendu des « Poèmes de William Morris » publié en 1868, que Pater a repris en partie dans le recueil Appreciations de 1889 (il fut cependant supprimé pour les rééditions suivantes). Pater a aussi repris la fin de cet essai sur Morris pour en faire la conclusion du volume The Renaissance de 1873, qui inspira nombre d’acteurs du Mouvement Esthétique, parmi lesquels Oscar Wilde, mais qui valut aussi à Pater d’être taxé d’« hédoniste ». Le destin éditorial compliqué de l’essai sur la poésie de Morris s’explique par ses aspects potentiellement choquants à l’époque : Pater établit un lien entre religion médiévale et sensualité et glorifie l’esthétique érotique, mais aussi parfois morbide, de cette littérature « esthétique ». Enfin, le texte sur Morris justifie l’une des idées centrales de l’Esthétisme : cette littérature représente le monde par le biais d’une double médiation, d’une transfiguration, notamment par l’art. L’art « esthétique », ou « Art pour l’Art », reflète ainsi le monde à travers un filtre supplémentaire : celui de l’art. B. Coste en conclue que ce texte annonce une certaine modernité, car cette poésie « esthétique » est fondée sur la reconnaissance de l’écran des mots pour transcrire la réalité – sur l’importance centrale de la « capture poétique du réel » [qui] devient « règle de vie », dans une vision où l’esthétique acquiert une valeur éthique (20). Dans l’essai sur Rossetti qui suit et le complète, Pater reprend ces idées et soutient le peintre-poète, dont la « sensualité » avait fait l’objet d’attaques nombreuses.

5Enfin, deux essais moins connus éclairent l’œuvre de Pater. Par petites touches, il fait le portrait psychologique du critique littéraire Charles Lamb à partir de son œuvre, décrivant un homme guidé par le principe de l’art pour l’art et par une sorte d’épicurisme intellectuel. Quant à l’écrivain anglican Thomas Browne, qui évolue dans un monde sujet au doute et au sécularisme, Pater s’intéresse non pas tant à sa foi qu’à son « humeur religieuse » et à sa fascination paradoxale pour la religion, la science et l’ésotérisme. Le choix de ces figures historiques reflète ainsi de manière singulière la propre relation de Pater à son contexte intellectuel et religieux.

6Cette traduction inédite rend dans un beau français la syntaxe et la langue complexes de Pater, et l’excellente introduction qui l’accompagne permet au lecteur de mieux saisir le projet intellectuel et esthétique de cette figure importante du contexte intellectuel, littéraire et artistique de l’époque.

Haut de page

Notes

1  Furent d’abord traduits « Wordsworth », « Coleridge » et « Postscript », dans Walter Pater, Textes esthétiques, Nîmes, Théétète, 2003, auxquels B. Coste ajoute des essais sur l’art et l’architecture ; puis les essais de critique littéraire sur Shakespeare, dans Walter Pater, Shakespeare et le théâtre, Le Manuscrit.com, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Florence GILLARD-ESTRADA, « Bénédicte Coste (ed.), Essais Anglais, Walter Pater », E-rea [En ligne], 10.2 | 2013, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/3279

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org