Navigation – Plan du site
Recensions

Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision

Paris, Michel Houdiard éditeur, 2012, 178 p. ISBN  978-2-35692-067-6. 25 euros.
Hélène CHRISTOL
Référence(s) :

Chouard, Géraldine, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision. Paris, Michel Houdiard éditeur, 2012, 178 p. ISBN  978-2-35692-067-6. 25 euros.

Texte intégral

1Eudora Welty est connue essentiellement comme femme de lettres : ses romans, nouvelles et essais en font une écrivaine de premier plan de la littérature américaine, aux côtés d’autres femmes, associées comme elle au Sud des Etats-Unis où elles sont nées et ont vécu, et où elles ont situé leurs œuvres majeures, telles Carson McCullers, Flannery O’Connor ou Katherine Anne Porter. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle fut aussi photographe au sein de la WPA (Works Program Administration), programme fédéral mis en place par le New Deal dans les années trente, par lequel elle fut engagée comme « publiciste » (publicity agent) pour aller recueillir et photographier les effets de la grande Dépression qui avait saisi le pays. Ses reportages photographiques firent l’objet de plusieurs publications plus tard dans sa vie, ouvrages et albums dont elle suivit personnellement l’édition alors qu’elle avait depuis longtemps abandonné la photographie pour l’écriture, mais qui lui permirent de mettre en lumière les possibilités de passionnants dialogues entre texte et image. Etonnant retour d’une grande dame de la littérature américaine, revenant, depuis sa position d’écrivaine consacrée sur sa production de jeunesse de photographe et la commentant à la lumière de son expérience de l’écrit. C’est la singularité et la richesse d’une telle démarche que saisit la superbe étude de Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision. Elle suit pas à pas les étapes d’une réflexion sur les potentialités des deux médiums, réunis dans l’analyse de cette « vision » dont la trajectoire s’inscrit dans l’évolution personnelle de son auteur, mais aussi dans la mutation du statut culturel de son objet et la réflexion théorique développée par l’émergence des « visual studies ».

2L’ouvrage s’articule autour de cinq chapitres, « L’œil et la plume », « Welty, Mississippi : objectif Sud », « L’image au pied de la lettre », « Retour sur images » et « Tombeaux photographiques », construisant une sorte d’arc temporel, qui pourrait s’enraciner au départ dans les origines de l’artiste, sa famille, ses première photos, pour se terminer par la mort, ce qui se passe « après », les descendants, comme en témoignent les pages très intéressantes sur le dialogue avec Eggleston, les monuments et mémentos des cimetières que Welty a arpentés et photographiés. Pourtant, comme le souligne Géraldine Chouard, l’art funéraire, tel que le photographie Welty, « se place sous le signe de cette forte vitalité … de sorte que la mort y est désignée en relief, comme le prolongement de la vie » (163). Et ce qui intéresse Welty, c’est aussi l’art de l’épitaphe, le dernier mot inscrit sur la pierre de la tombe.

3Ce n’est donc pas sur cette trajectoire chronologique que se construit l’ouvrage de Géraldine Chouard, mais bien sur cette exploration du rapport entre le mot et l’image, entre photographie et littérature : comme Welty, sans défendre le visuel contre le textuel ou inversement le textuel contre le visuel, Géraldine Chouard a préféré « ménager entre les deux formes d’expression une relation de complémentarité ». Ainsi, les moments centraux de son livre sont sans doute les deuxième et troisième chapitres. Le deuxième, articulé en sections dont le nom reflète le terrain d’étude et la visée, « reportage, « paysages », « lignes de partage », « visages », « le temps des images », fourmille d’analyses détaillées, pertinentes, précises, d’un certain nombre de photographies, illustrant la vie dans les petites villes du Sud, les fêtes foraines, la communauté noire, véritable plongée dans les cultures et les histoires américaines du Sud, où le statut culturel de la photographie s’illustre immédiatement dans son sujet et sa mise en scène. Quant au troisième chapitre, c’est le texte littéraire qui lui sert de base pour y développer l’analyse du complexe entrelacement des deux systèmes sémiotiques, « invitant à considérer au cas par cas l’intermédialité qui sous-tend chaque cadre de représentation » (51), mais donnant toute sa place à la lettre. S’ensuivent d’excellentes études de deux nouvelles et deux romans où la photographie intervient en tant qu’objet, comme dispositif ou à titre de motif ou de métaphore. Dans ce chapitre, l’analyse de la nouvelle « Pourquoi j’habite à la poste » est particulièrement remarquable et souligne bien la place faite à l’ekphrasis, à la lettre et  au travail de la métaphore.

4Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision est donc un ouvrage unique et passionnant, non seulement parce qu’il fait découvrir une romancière, moins connue en France que certains auteurs du Sud des Etats-Unis, mais surtout parce qu’aucun ouvrage en français ou en anglais n’avait jusqu’alors abordé le sujet de Welty, écrivaine ET photographe. Outre un texte rédigé dans une langue élégante et précise, riche en excellentes analyses d’images, soulevant des questions essentielles, théoriques et philosophiques, sur le statut des textes et des images, le livre présente 40 photographies de très belle qualité, pour la première fois publiées en France et qui, à elles seules, mériteraient que ce livre reçoive le meilleur accueil. Son auteur est une éminente spécialiste des Etats-Unis, et sa vaste connaissance aussi bien du domaine de la littérature et des cultures américaines que de celui, plus récent, des « visual studies » donne à son étude solidité et rigueur — le livre est accompagné d’une bibliographie extrêmement bien faite. Sans oublier cette sensibilité, née de la familiarité et de l’empathie avec son sujet, ce « don », pour citer la romancière/photographe du Mississippi, où se rejoignent le talent et la grâce et qui fait naître à son tour le lecteur à la « vision humaine » d’Eudora Welty.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène CHRISTOL, « Géraldine Chouard, Eudora Welty et la photographie : Naissance d’une vision », E-rea [En ligne], 10.2 | 2013, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/3287

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org