Navigation – Plan du site
Recensions

Nathalie Bantz, Les Nouvelles de Thomas Hardy : Stratégies narratives d’une écriture sous contrainte

Paris, Honoré Champion, 2011, 400 p.
Nathalie VANFASSE
Référence(s) :

Nathalie Bantz, Les Nouvelles de Thomas Hardy : Stratégies narratives d’une écriture sous contrainte, Paris, Honoré Champion, 2011, 400 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage traite des nouvelles de Thomas Hardy, un domaine moins exploré que celui de ses romans ou de ses poèmes car souvent considéré comme mineur et secondaire. Il vise, selon son auteure, à établir un trait d’union entre les différents genres explorés par le romancier. Le volume comprend une bibliographie très riche qui sera utile aux amateurs des nouvelles de Hardy. Un index des textes, des personnages et des auteurs rend la consultation du livre plus aisée.  Nathalie Bantz a même pris soin de fournir à ses lecteurs un glossaire, une annexe biographique, un classement générique des nouvelles, une fresque chronologique et un classement des recueils et nouvelles.

2Nathalie Bantz s’intéresse aux stratégies d’écriture à l’œuvre dans ces nouvelles et elle les compare à celles utilisées par Hardy dans ses romans. Ce qui l’intéresse, c’est la dimension subversive que Hardy introduit subrepticement dans l’écriture de ses nouvelles. Une des modalités de cette subversion des codes établis est le choix de la polyphonie qui permet au romancier de faire entendre plusieurs voix sans qu’aucune d’entre elles ne domine les autres, ce qui remet en question l’usage d’un narrateur omniscient en charge du récit. Nathalie Bantz montre cependant que Hardy n’est pas toujours fidèle à ce choix narratif et que de temps à autre il revient à la norme du narrateur classique, ce qui témoigne d’un tiraillement au sein de son écriture et d’hésitations entre deux conceptions de la narration. L’ouvrage montre comment par de telles stratégies, Hardy parvient à contourner la censure que lui faisaient subir les éditeurs de l’époque ou les critiques qu’adressaient à son encontre les critiques littéraires victoriens. Selon elle, l’apparente conformité des nouvelles dissimule en fait des formes de rébellion et l’adoption de codes dominants n’est en fait qu’une façon de mieux les dénoncer.

3Nathalie Bantz part d’interprétations contradictoires de l’œuvre de Hardy tantôt considérée comme conformiste tantôt comme subversive pour étendre cette réflexion aux nouvelles. Son étude se concentre sur les nouvelles écrites par Hardy sans collaboration et destinées à un public adulte. Dans ces nouvelles, Nathalie Bantz se penche sur les schémas narratifs et les structures narratives. La première partie du volume étudie les nouvelles comme le lieu d’une affirmation de la voix narrative mais aussi de son effacement et elle en montre toutes les modalités. La deuxième partie du livre se penche sur la manière dont l’apparent conformisme de Hardy dans ses nouvelles s’avère souvent une manière de contourner les normes de son temps. La contestation se traduit au sein d’un texte conservateur par des détails typographiques, des titres ou des images. Nathalie Bantz souligne cependant l’ambivalence, l’ambiguïté d’une écriture qui finalement refuse de prendre parti et présente le réel dans toute sa complexité.

4Cette étude a le mérite de souligner l’importance des nouvelles dans l’œuvre de Hardy. Les microlectures très fines et très nombreuses permettent d’en découvrir toute la richesse. Nathalie Bantz en explore le fonctionnement et situe ce décryptage dans le cadre de l’œuvre de Hardy dans son ensemble. Elle démontre que l’écriture de ces nouvelles se place entre la forme plus contrainte des romans et la facture plus libre des poèmes, mais que Hardy ne se sentait pas pour autant enfermé dans un carcan quand il écrivait ses nouvelles, car il savait négocier les conventions de ce genre littéraire. Des romans à la poésie en passant par les nouvelles, Nathalie Bantz voit une gradation de l’écriture de Hardy vers une liberté croissante. Elle souligne la complexité de la figure de l’auteur qui se confond parfois avec le narrateur mais cherche à se distinguer de la personne réelle de Hardy. Cette figure tantôt présente, tantôt absente est insaisissable et elle s’identifie par moments aux opprimés de la société victorienne. Les nouvelles, selon Nathalie Bantz, offrent une variété de situations énonciatives beaucoup plus large que celle des romans, ce qui constitue autant de terrains d’expérimentation narrative différents. Ce travail sur les nouvelles de Hardy situé dans le contexte de l’œuvre de Hardy offre une perspective inédite sur celle-ci. Les nouvelles sont envisagées comme des annonces de romans ou au contraire comme un aboutissement par rapport à des romans écrits précédemment. Elles sont particulièrement intéressantes dans leur traitement de phénomènes de dissonance ou de défamiliarisation, essentiels dans l’ensemble de l’œuvre de Hardy. Ce livre sera particulièrement apprécié par des lecteurs à la fois férus de l’œuvre de Thomas Hardy et de narratologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie VANFASSE, « Nathalie Bantz, Les Nouvelles de Thomas Hardy : Stratégies narratives d’une écriture sous contrainte », E-rea [En ligne], 10.2 | 2013, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://erea.revues.org/3290

Haut de page

Auteur

Nathalie VANFASSE

Aix-Marseille Université, LERMA

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org